Navigation – Plan du site
Repères

Pays et paysages au marais Vernier (Eure)

Martine Bergues
p. 142-150

Entrées d’index

Thème :

environnement

Lieu d'étude :

Normandie (Haute)
Haut de page

Texte intégral

1Située près de l’embouchure de la Seine et face au pont de Tancarville, la petite région du marais Vernier correspond à un ancien méandre du fleuve, formant un arc de cercle limité par le plateau calcaire du Roumois. Dans la majorité des textes qui lui sont consacrés (Anonyme 1953 ; Hédin et al. 1970 ; Lecomte et Le Neveu s. d.), cette zone est présentée comme une région homogène et singulière, « tant par son climat et son paysage que par les hommes qui l'habitent » (Hédin et al. 1970). Quant à son histoire, elle est toujours, selon les mêmes textes, étroitement liée aux différentes tentatives d'assainissement destinées à transformer cet espace tourbeux et alluvionnaire en un espace agricole. Cette homogénéité n'est en réalité qu'apparente : les modes de faire-valoir sont différents d'un bout à l'autre de la zone et sept communes, parmi lesquelles celle de Marais-Vernier, se partagent le territoire du marais Vernier. A la différence des autres qui sont, soit « tournées vers la Seine » (liées à l'activité fluviale et maritime), soit « tournées vers le plateau » (la plus petite partie de leur territoire se trouve dans le marais Vernier alors que leurs bourgs sont situés sur le plateau), Marais-Vernier est la seule commune à avoir « toutes ses terres dans la cuvette » formée par l'ancien méandre et à s'être développée exclusivement sur l'activité agricole du site. Cependant, depuis les années 50, l'adaptation difficile de l'agriculture locale aux transformations techniques et économiques du marché et la présence de centres industriels importants (Le Havre, Gravenchon...) ont fait évoluer une population majoritairement agricole vers une population plus représentative des différentes catégories socio-professionnelles.

« Mes enfants, ils ne veulent pas quitter le Marais. La dernière, elle veut le Marais. Elle voulait prendre sa maison mais tant qu'elle n'aura pas de maison au Marais, elle prendra pas de maison. Ils sont tous comme ça. Le Marais, c'est des gens à part. C'est leur Marais. Autrefois, ils cédaient rien du tout, c'était à eux. Mes enfants, c'est leur pays, c'est à eux le Marais » (une agricultrice retraitée).

2Bien que les fils d'agriculteurs exercent désormais des professions non agricoles en dehors de la zone d'habitation, ils partagent avec la communauté des natifs de Marais-Vernier un mode de relation privilégié à l'espace qui constitue « leur pays ». Le rapport des Maraiquets à leur espace de vie est marqué par des sentiments de territorialisation et d'appropriation que cet article se propose de préciser.

3Par ailleurs, certaines des communes du marais Vernier sont adhérentes au parc naturel régional de Brotonne dont une des vocations principales est de promouvoir « une politique d'aménagement équilibrée ». Celle-ci est axée sur « la protection et l'amélioration du patrimoine naturel et culturel dont les paysages sont un élément majeur »1. Objet d'analyses et objet de pratiques, « le paysage se traduit, en terme professionnel, par de l'aménagement ».

4Même si elles ne sont pas représentatives de l'ensemble des rapports à l'espace du marais Vernier (Bergues 1991), la logique des « habitants du pays » d'une part et la logique paysagère d'autre part, expriment cependant la variété des représentations et pratiques pouvant s'appliquer à un même lieu.

Les paysages comme élément majeur du patrimoine

« Pour un parc naturel régional, l'environnement c'est, d'un côté l'aménagement et la gestion des paysages et puis de l'autre, la préservation des milieux naturels et un troisième élément qui est le maintien de la biodiversité à l'échelle du territoire. Ce sont là nos trois missions fondamentales. Une autre de nos missions est d'accueillir le public, donc il faut le faire avec les outils du marché (faire des études de marché, des produits) » (le directeur du parc).

5La politique de « Préservation et d'amélioration des paysages » du parc naturel régional de Brotonne se fonde sur un discours reposant sur deux arguments essentiels : l'argument écologique et l'argument culturel. Les agents du parc utilisent un registre qui place ainsi leurs pratiques au-dessus d'une appréhension subjective de l'espace, au niveau d'une démarche de scientifiques et d'experts. Les interventions des spécialistes sur les paysages sont légitimées par l'usage des notions d'identité régionale, de patrimoine naturel et culturel – voire paysager–, de qualité paysagère, d'écosystème menacé.

« On a tendance à vouloir aménager l'environnement et en général, on le déménage et c'est très mauvais. La nature a besoin d'être ménagée avant d'être aménagée. Aussi, on est là pour limiter les aménagements, c'est-à-dire les drainages, l'arasement des fossés et des haies ; la destruction de tout un patrimoine qui fait qu'un paysage reste un paysage et que le marais Vernier n'est pas la Beauce et qu'il n'y a aucune raison de transformer ce paysage en paysage beauceron » (un écologue travaillant au parc).

« Une de nos orientations majeures est de donner les moyens aux communes de reconstituer le paysage qui respecte leur identité locale. »

6Ce projet, qui suppose qu'il faille rétablir, en réaction à des « débordements », des « agressions », le paysage dans un état antérieur, voire originaire, se concrétise par exemple dans le choix des matériaux que préconise le parc : du gravillon ou des pavés plutôt que de l'enrobé, du bois plutôt que du béton, des essences rustiques et locales plutôt que des végétaux issus de manipulations horticoles, etc., soit ce qui évoque le « naturel » et le « typique » et non la culture industrielle. Plus que l'étude de l'identité locale, des considérations patrimoniales et écologiques sont à la base des options de la politique paysagère. Ainsi, la reconnaissance des pratiques actuelles des habitants ne fait pas véritablement l'objet d'un intérêt de la part des spécialistes. « Heureusement, ils sont très, très traditionalistes ; c'est ce qui nous a sauvés. »

7Les arguments écologiques légitiment également les pratiques de protection du paysage, alors défini comme « épiderme de l'écosystème ». « La préservation de la diversité biologique » fonde les choix paysagers, qu'il s'agisse de restaurer les prairies humides ou de promouvoir des végétaux régionaux.

« Il faut permettre le fonctionnement biologique et ce qu'il faut leur dire (aux élus, aux habitants, aux visiteurs), ce qu'il faut faire passer, c'est qu'il faut permettre le maintien d'un équilibre biologique parce que c'est ça qui va permettre d'avoir le côté esthétique auquel les gens sont sensibles, d'avoir le paysage ; c'est ça qu'il faut faire passer » (une écologue travaillant au parc).

8Le choix des gestionnaires s'oriente également en fonction d'une perception qui discerne des rapports d'échelles (les « macro et les micro-paysages ») et des intérêts sensoriels (les « paysages olfactifs », les « paysages auditifs » et/ou encore « visuels ») positifs ou négatifs2. Dans leur définition du paysage, les gestionnaires évitent généralement de mentionner un registre peu scientifique, le registre esthétique. Il est pourtant intimement mêlé aux considérations écologiques et/ou culturelles de l'analyse paysagère. Si « chaque portion d'espace peut être paysage », il y a cependant de bons et de mauvais paysages. En schématisant cette perspective, tous les éléments naturels, y compris ceux gérés par l'homme jusqu'aux années 50 sont considérés de manière positive, alors que tout ce qui évoque la société moderne fait l'objet d'une représentation négative. Ainsi, la diversité biologique, les savoir-faire traditionnels sont parmi les garants de l'esthétique paysagère. « L'esthétique traduit un certain état des rapports entre société et nature et les normes de goût et de valeur ne sont pas dissociées des normes du savoir » (Barrué-Pastor et Barrué 1991 : 106). L'intérêt paysager relève « d'une réévaluation de l'ancienne esthétique pittoresque du xviiie siècle » (id.).

9Si le discours savant valide le classement qui distingue les bons des mauvais paysages, la croyance en un consensus sur l'esthétique paysagère constitue un autre argument de légitimation.

« C'est vrai que l'esthétique est une notion personnelle mais quand même, il y a un certain nombre de notions sur lesquelles tout le monde tombe d'accord, par le simple bon sens. Sur les grandes règles, j'ai été surpris de voir comment les gens sont prêts à regarder ce qu'ils ont fait. Par exemple, si on leur dit : "Pourquoi avez-vous planté des thuyas ? C'est moche les thuyas !" Enfin, il faut pas leur dire que c'est moche mais que c'est banal, les thuyas, qu'on en trouve de Marseille à Lille et de Brest à Strasbourg. Ils vont vous répondre qu'ils ont planté des thuyas parce qu'une haie, c'est en thuyas. Alors on va leur dire : "Regardez, pourquoi vous mettez pas un peu de charmille ; on va aller voir à côté chez le voisin ; lui, il a une haie un peu mélangée, avec des végétaux normands ; lui, il a des fleurs au printemps avec ses aubépines, ça sent bon et il a plein d'oiseaux dans sa haie ; regardez dans votre haie de thuyas, vous avez deux moineaux !" Et puis, les gens sont tout à fait convaincus. Le gars, il a mis un petit puits et un nain sur sa pelouse, vous lui dites : "Écoutez, là, les machins...", ils sont très réceptifs. C'est pas une question de volonté, c'est une question de... pas avoir de culture » (un gestionnaire du parc).

10Détenteurs du savoir et de perceptions polysensorielles élaborées, les gestionnaires sont habilités à intervenir sur les paysages, qu'ils ont tendance à s'approprier tout en s'investissant dans une mission d'information et de sensibilisation contre le « mauvais goût » ou « le manque de culture ». Les détenteurs du goût légitime sont donc en droit de faire valoir leurs normes, quitte à heurter des sentiments d'appropriation et d'identification à l'espace.

« Si les gens ont parfois un respect esthétique, ils ne se rendent pas pour autant compte que c'est de patrimoine dont il s'agit. » « Les gens ne comprennent pas grand-chose aux problèmes d'environnement. Ils ne connaissent pas les enjeux. C'est une question de culture. » « Quand, avant, les gens faisaient des maisons, ils se baissaient et ramassaient les pierres. On prenait les matériaux du terroir. On faisait forcément pas des choses choquantes. Maintenant tous les matériaux sont les mêmes, du nord au sud. Il faut donc être plus attentif. Les gens veulent absolument garder leur liberté mais non ! Parce qu'il y a un moment où ça leur échappe, où le paysage leur échappe : quand on me dit "c'est ma maison", je réponds "oui, c'est votre maison mais dedans ! Dehors, le jardin, tout ça, c'est à vous mais ce n'est pas qu'à vous, c'est à tout le monde". » (id.).

11Le discours aménageur n'est pas toujours homogène car les arguments écologistes, esthétiques et économiques se trouvent différemment hiérarchisés suivant les acteurs. Néanmoins, il s'accorde sur la nécessité de restaurer ce qui relève de « l'harmonie entre l'homme et le milieu » et de lutter contre « la discordance », qu'il s'agisse de « sauver un équilibre biologique », de créer « un produit touristique » ou de favoriser une émotion esthétique.

12Les discours paysagistes, les discours touristiques et ceux des nouveaux habitants non natifs du site (Bergues 1991) ont en commun d'établir presque systématiquement une distinction entre l'espace géographique et sensoriel et « les gens » qui ont contribué à façonner cet espace. Les deux termes génèrent des représentations opposées : le paysage du marais Vernier est « monumental » ou « magnifique » alors que « les gens » sont perçus comme étant « presque arriérés », « un peu sauvages » ou encore « restés au Moyen Age ».

« Ici, c'est les gens qui sont... Mais au niveau paysage, c'est super. »

13Pour les Maraiquets, dont « le pays, c'est le Marais », s'établit un autre mode de relations à l'espace géographique. L'élaboration de perceptions paysagères ne constitue pas le seul registre de perceptions de l'espace ; il coexiste et se confronte à d'autres, fondés sur des rapports différents de temps et de connaissance.

L'espace du pays

14Désormais, le nombre des résidences principales (actifs et retraités urbains) et secondaires tend à dépasser celui des exploitations agricoles. Pourtant, la logique des habitants reste prégnante ; elle est le fait de tous ceux qui présentent dans leur trajectoire un lien, une longue familiarité avec l'espace social et géographique. Il s'agit des agriculteurs, des retraités natifs du site et de leurs enfants employés dans les villes voisines qui ont choisi d'habiter « leur marais ».

15A l'inverse de « ceux de l'extérieur », qu'ils soient touristes, résidents ou aménageurs, c'est l'espace communal et non celui de la micro-région qui constitue, pour les habitants du pays, l'espace géographique de référence. Les périmètres du « pays », du « chez nous » font l'objet d'une connaissance et d'une intimité importante. Ils se distribuent de manière concentrique autour de l'exploitation ou de la maison d'habitation. Parmi ces périmètres, celui de l'espace communal est investi de manière très marquée alors que la microrégion ne suscite qu'un intérêt limité. Aussi, les Maraiquets considèrent-ils que le terme de marais Vernier désigne avant tout la commune qu'ils habitent et non la région dans son ensemble. L'inscription dans une lignée et dans un terroir autant que la confrontation quotidienne à l'espace de référence incitent les habitants du pays à ne pas percevoir distinctement territoire et vie socio-économique qui s'y déroule3.

16Il est frappant de constater que l'importance donnée au territoire communal par rapport à la micro-région passe par une distinction établie entre « nous, Maraiquets » et les autres : « celui qui vient d'ailleurs », « ceux de la vallée », « les touristes ». Cette distinction est opérée en même temps qu'est mis l'accent sur la spécificité de la commune de Marais-Vernier. « Le Marais, c'est spécial », « le Marais, c'est particulier », « le Marais, faut y être né », autant d'affirmations qui insistent sur la singularité de cet espace. Elles servent à spécifier une position géographique (« toutes les terres du Marais sont en bas », « le Marais est dans son trou »), des qualités de terre (« la tourbe, c'est particulier »), des savoir-faire liés aux pratiques agricoles ou culinaires, une façon de s'exprimer (le patois maraiquet est différent de celui du plateau), une manière de se marier (il est quasiment interdit, jusqu'à la dernière guerre, de marier un « horsain » c'est-à-dire un étranger à la commune), ou encore un système foncier particulier (« Le Marais-Vernier, c'est toujours le truc des communaux, c'est toujours ça qui était primordial. »)

17C'est par le double mouvement qui, dès l'après-guerre, conduit « le Marais à l'extérieur » et « l'extérieur au Marais », qu'émerge une conscience paysagère chez les habitants natifs du site. Touristes, visiteurs, résidents secondaires et primaires apprécient l'espace du Marais-Vernier alors que « le pays », lieu de connaissance, d'interconnaissance et d'activités économiques, perd de son sens et se trouve menacé dans sa perpétuation de pays.

« Ce sont nos enfants qui nous ont amenés à voir différemment » ; « ce sont nos amis, qui habitent dans les villes voisines, qui nous ont fait remarquer qu'on habitait un endroit magnifique, ils se croyaient en vacances ici. »

18Savoirs et modes de vie, consacrés jusqu'alors presque exclusivement à l'espace du terroir, se modifient et se recomposent en intégrant davantage de données concernant l'ensemble de la société extra-locale. Par cette série d'interactions entre le « dedans et le dehors », s'opère une porosité du système de valeurs qui en se recomposant, permet une mise à distance et la constitution de l'espace comme paysage. A ce moment, cette perception, que ne partagent pas les Maraiquets âgés, est relativement comparable au point de vue touristique, qui retient surtout des stéréotypes paysagers – le marais Vernier est défini comme un beau coin typique et l'accent est mis sur la beauté des chaumières–. Elle se traduit chez les jeunes Maraiquets par des pratiques de recréation du typique, qui n'excluent cependant pas les pratiques paysagères destinées à créer du confort. Tout en se considérant comme les habitants légitimes du pays, les Maraiquets tiennent à marquer leur intégration à la société moderne contemporaine. Cependant, à la différence du point de vue touristique ou aménageur, ce n'est pas la dimension esthétique qui prime dans la perception de l'espace d'habitation et de relations. La perception plus globale, qui met en avant des considérations socio-économiques sur la vie au pays, reste privilégiée. Ainsi, convenir d'un aspect esthétique n'implique pas le rétablissement de la pratique dont la fonction économique est désuète. Par exemple, le maintien des haies de saules constituerait un non-sens, renvoyant à un contexte socio-économique révolu :

« Avant, il y avait des saules têtards partout ; ils servaient de bordures pour les parcelles, ils servaient à absorber l'humidité.
– Vous préférez avant ou maintenant ?
– Oh, avant, c'était bien plus joli. Mais, l'assainissement n'était pas fait comme maintenant. Et puis, on se servait du bois pour le chauffage. Maintenant, il y a le fuel, le gaz.
– Si on en replantait ?
– Oh, c'est bien assez assaini comme ça ! » (un agriculteur de Marais-Vernier).

19Après recomposition de son espace social, le pays ne correspond plus à un lieu de partage de valeurs collectives (« les gens vivent davantage comme des sauvages ») et il se trouve menacé dans son aspect de pays (« les prés, tout ça, c'est mort, ça retourne au sauvage »). La définition du pays, où les hommes ne sont pas séparés d'avec les choses, s'exprime au travers de l'usage de la catégorie du sauvage, appliquée indistinctement à une socialité et à un espace agricole. La friche et tout ce qui l'évoque représente la négation du travail et de l'histoire socio-économique du Marais-Vernier ; elle est donc considérée de manière tout à fait dépréciative et un même terme, celui de « picane » désigne indifféremment une cour, un champ abandonné ou encore une maison en ruine. C'est devant la perspective de la friche que s'exprime la nécessité d'une intervention sur l'espace physique, puisque la friche, plus que toute modification de l'espace social, signifie la mort du pays et de l'identité des Maraiquets.

Habitations et prairies humides

20Ces deux éléments constitutifs de l'espace du marais Vernier génèrent des systèmes de pratiques et de représentations révélateurs des logiques paysanne et paysagère. Dans la logique des habitants du pays, la critique d'ordre esthétique passe au second plan dans la mesure où maisons, jardins et prés sont entretenus ou encore habités et « humanisés ». Une haie de thuyas, un faux colombage ou un jardin mal entretenu suscitent plus un sentiment d'indifférence que de rejet parce que le signifié attribué à tel élément ne se limite pas et n'est pas réductible à son aspect. Un élément paysager de la maison de X renvoie à la famille X, aux relations entretenues avec elle, à sa place dans la collectivité. D'autre part, et bien qu'il en coûte à la sociabilité villageoise et au devenir des terres, les Maraiquets se satisfont de la restauration des anciennes fermes par les nouveaux venus même si ces pratiques de restauration expriment souvent à leurs yeux une position et une distance sociale (« le chaume aujourd'hui, c'est toujours un truc de riches »). Si la friche, les maisons évoquant les cités des villes et un habitat sans le minimum de confort « moderne » sont dépréciés, ce discours est peu critique concernant les pratiques des uns et des autres à partir du moment où celles-ci ne traduisent ni « l'abandon ni la ruine » mais un aspect « propre et entretenu » qui symbolise que la vie est maintenue.

21Dans le discours paysagiste, sont avant tout privilégiées les pratiques paysagères des Maraiquets âgés. Ceux-là n'ont pas opéré de transformations majeures sur leur exploitation pendant leur vie active. Pour eux, l'espace reste un « espace total » (à la manière dont Mauss parle de « fait social total ») et le discours sur le paysage est quasiment inexistant.

« Les autres disent que c'est beau, mais, nous, vous savez..., on est habitués. Y en a qui trouvent ça beau. Vraiment, l'été, il y a beaucoup de passage, de la Seine-Maritime surtout, de partout. Si c'est beau, nous, non, on n'y pense pas. Nous on voit pas ce qu'il y a d'extraordinaire parce qu'on y est né. » « On est né ici et on a vécu ici. On y habite, on y a toujours travaillé et dur, c'était pas la misère mais presque. Alors, pour nous, c'est pas original ; il n'y a rien d'original. »

22Les pratiques des autres acteurs sont largement critiquées dans l'approche paysagère même lorsque certains urbains ou les jeunes Maraiquets s'appliquent à exprimer concrètement leurs représentations du typique et du pittoresque. Dans le système de représentation des aménageurs, le « mauvais » goût correspond au banal, à l'artificiel, à l'urbain, au faux rustique, au produit de supermarché alors que le « bon goût » renvoie au naturel, au rural, au typique et au produit de qualité.

« C'est épouvantable ici car il y a une alternance de trucs en ruine dont beaucoup auraient mérité d'être restaurés, de trucs neufs de mauvais goût et de trucs restaurés à la façon parisienne ; entre ces alternatives, il n'y a pas grand-chose. » « Tout ce qui fait le paysage est en train de disparaître au profit de barrières de supermarché, de portes de garages de bazar, toute la quincaillerie qu'on peut trouver dans les garden-center, les Castorama, les Bricorama... Là, le petit âne avec les fleurs, la petite barrière en bois, les piliers de fausses pierres reconstitués. Et là, ces poteaux de barrières : aller filer là-dessus des briques qui sont des briques synthétiques, qui sont faussement rustiques, pour donner un air de naturel. Avec des morceaux de grès qui n'a rien à voir avec la région. Des poteaux comme ça, c'est absolument hideux, atroce, c'est vraiment épouvantable, c'est vraiment le mauvais goût à l'état latent. »

« Il y a la barrière classique du coin. C'est du vrai de vrai. Et ça, c'est trois fois rien à faire. Le menuisier pourrait en faire treize à la douzaine et proposer ça aux résidents secondaires plutôt que l'un avec sa machine en ferraille, l'autre en fer forgé, le troisième en cèdre rouge... »

23Ce type de recommandation procède d'une interprétation où n'intervient pas de disjonction radicale entre l'espace de maisons et l'espace de champs. Mettre une barrière des champs à l'entrée d'une maison reviendrait à marquer cette limite en « ensauvageant » le territoire domestique. Ne pas concevoir et ne pas marquer cette rupture entre le champ et la maison n'est pas envisageable pour la plupart des autres habitants. D'autre part, la barrière typique des spécialistes du paysage est une version interprétée de la barrière servant à clore les seuls espaces cultivés selon les natifs du pays, ce qui montre la relativité de cette catégorie du typique et de l'esthétique qui lui est associée. Les différents points de vue vis-à-vis des pratiques de fleurissement constituent un autre exemple révélateur de l'existence de deux logiques distinctes : les jardins très fleuris et les haies de rosiers sont valorisés par la plupart des habitants et critiqués par les gestionnaires qui préfèrent les végétaux régionaux.

24Quant aux représentations et aux pratiques des espaces non bâtis, l'antagonisme principal entre le discours paysan et le discours paysagiste (qui s'assimile ici au discours naturaliste) concerne la gestion et le devenir des terres.

« Pour moi, l'habitant du marais Vernier dans son système agricole traditionnel est une espèce en voie de disparition. J'ai toujours considéré que ces habitants étaient presque disparus, avec l'extension de la friche, l'âge et l'absence de succession. Je considère le marais Vernier de l'après-agriculture car c'est une agriculture qui s'effiloche et dans les quinze ans à venir... Les agriculteurs pensent eux aussi que c'est une région foutue. De fait, j'ai jamais cherché à obtenir une estime, un blanc-seing parce que dans cinq ou dix ans, ils ne seront plus là. En plus, si on tient compte de l'avis de tous, on ne fait plus rien » (un gestionnaire de la réserve des Mannevilles).

« Etant donné qu'ils ne font aucun travail d'entretien à la Grand'Mare (réserve naturelle de l'Office national de la chasse, confondue dans les représentations des Maraiquets, avec celle des Mannevilles), alors, évidemment, on est inondés. Alors ils estiment que nos terrains ne sont pas rentables mais mes bêtes, elles sont pas maigres, ça vaut encore le coup d'exploiter ! Si mauvais que ça soit, ça vaut encore à être exploité. Alors ils vont dans ce sens que le marais, il faudrait qu'il revienne à l'état primitif. Supprimer toute culture, toute exploitation pour remettre ça à l'état sauvage. Et je pense que c'est pas le bon plan... Dans la mesure où il y en a qui peuvent y trouver une certaine source de profit et qui en vivent ; c'est pas la peine de leur supprimer et pour satisfaire quoi, la chasse... »

« A une réunion avec la D.D.A., il y en a un qui m'a dit : "Le vieux marais, ça retournera à l'état primitif." J'ai dit : "Bon sang, mais il y en a qui en vivent ; ça demande tout de même à être entretenu, c'est quand même d'un apport !" Il m'a dit : "Ne vous inquiétez pas, dans 25 ans tout ça redeviendra la brousse ; ça aura une vocation surtout de chasse." J'avais été bouleversé parce que, franchement la picane, la brousse, grouillant au maximum, alors que là, ça a son attrait avec ces petits fossés... » (un petit exploitant de Marais-Vernier).

25L'enfrichement, qui évolue très rapidement dans un marais tourbeux, s'applique à un nombre croissant de terrains désormais peu rentables, en situation de déprise agricole. C'est la perspective de la friche qu'évoque pour les Maraiquets le mode de gestion des réserves naturelles sur le site. La gestion de l'eau est une de ces pratiques où se traduit cet antagonisme majeur. Dans un cas, il convient de « limiter les drainages pour favoriser la diversité biologique » alors que dans l'autre, « il faut empêcher l'eau pour éviter l'enfrichement ». Une végétation de prairie humide « à son optimum de diversité biologique » signifie déjà une prairie enfrichée, « retournée au sauvage » pour le point de vue agriculteur. « Un paysage de marais » dans les réserves naturelles du site correspond donc au devenir menacé du pays dans le discours paysan qui véhicule toute une histoire agraire de la lutte contre l'eau.

« C'est comme sur les Mannevilles ! Eh bien, c'est un peu la friche si ce n'est qu'il y a ces bestioles qui sont là pour désherber. Ces vaches, c'est pour garnir. C'est rien. » « Si cela n'est plus exploité, ça redevient marécage, comme les réserves, comme les Mannevilles ; ça deviendra un jour tout comme ça si rien n'est fait. Nos prés, c'est soigné alors qu'eux, c'est pas de la bonne herbe mais des joncs, tout ça, toutes sortes de choses. Maintenant, tout ça, c'est mort... »

26Dans la logique des habitants natifs du Marais, qu'ils soient ou non rattachés à la profession agricole, ce qui est reconnu comme pays regroupe dans le même temps habitants et espace de vie dans un cadre limité par l'Histoire et la mémoire collective. Même lorsque le Marais-Vernier est reconnu comme esthétique et typique, la perception globale, liant de manière indissociable habitants et espace, reste privilégiée. Ainsi, l'espace physique doit avant tout exprimer le maintien de la vie, signifier la vie du pays. L'approche paysagère, en construisant le paysage comme objet, isole des critères paysagers positifs, à la fois esthétiques, patrimoniaux et écologiques. Ceux-ci dévalorisent et excluent presque l'activité humaine contemporaine, exprimant ainsi un paradoxe, celui de l'existence du paysage sans celle du pays. D'autre part, et de manière aussi prégnante que le rapport à l'espace, la perception du temps distingue la logique des aménageurs de celle des habitants du pays. Pour les premiers, l'espace valorisé producteur de paysage évoque une intemporalité, qui participe de la construction d'un idéal paysager, esthétique et pittoresque. Pour les seconds, le pays, parfois également paysage, reste le lieu de projection du passé, du présent et du devenir, finalement une certaine mise en ordre du monde, où sont en relation hommes et choses.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1953. Le marais Vernier, un exemple français de mise en valeur.

Barrué-Pastor M. et M. Barrué, 1990. « Esthétique, architecture et environnement montagnard. Nouveaux outils, nouveaux symboles », Etudes rurales, n° 117, pp. 103-119.

Bergues M., 1991. Le marais Vernier, entre pays et paysage, rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/parc naturel régional de Brotonne.

Bromberger C., 1988. « Pratiques et représentations des espaces bâtis », Habitat et espace dans le monde rural, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Ed. de la Maison des sciences de l'homme, pp. 75-86.

Calame F., 1987. « Peau de pierre, peau de bois. Permanence et fragilité de l'habitat », Terrain, n° 9, pp. 82-91.

Charte constitutive, mai 1974. Parc naturel régional de Brotonne.

Chassagne M.-E., 1983. « Communautés rurales et devenir du paysage », Les Annales de la Recherche urbaine, n° 18-19, pp. 73-80.

Chamboredon J.-C., 1985. « La "naturalisation" de la campagne : une autre manière de cultiver les "simples" ? », Protection de la nature. Histoire et idéologie. De la nature à l'environnement, Paris, L'Harmattan, pp. 138-152.

Delbos G. et P. Jorion, 1988. « La Nature ou le réel forclos », « Chassez le naturel... ». Paris, Ed. de l'Ecole des hautes études en sciences sociales.

Hédin L., Ricou G. et A. Masclet, 1970. « Essai d'aménagement d'une zone humide, le marais Vernier », Cahiers du CENECA, Le monde rural gardien de la nature. Colloque international, Paris, pp. 352-260.

Lecomte Th., 1989. Le marais Vernier, un site unique... mais un espace fragile, Le Trait, parc naturel régional de Brotonne, note de synthèse.

Lecomte Th. et C. Le Neveu, s.d. Données générales sur le milieu naturel de la région du marais Vernier (Eure), Le Trait, parc naturel régional de la Brotonne.

Lecomte Th., Le Neveu C. et A. Jauneau, 1981. « Restauration de biocénoses palustres par l'utilisation d'une race bovine ancienne (Highland Cattle) : cas de la réserve naturelle des Mannevilles (marais Vernier, Eure) », Bulletin d'écologie, t. 12, n° 2/3, pp. 225-247.

Rambaud P. et H. Desroches, 1971. Villages en développement, contribution à une sociologie villageoise, Paris, Mouton.

Roy G., 1981. « Un écosystème fragile et menacé : le marais Vernier », Le canard sauvage, 3e trimestre.

Haut de page

Notes

1Créé en 1974, Le parc de Brotonne est un organisme consultant et/ou décideur quant aux options d'aménagement qui concernent l'environnement de ses communes adhérentes. Au marais Vernier, quatre (dont Marais-Vernier) sur les sept communes qui se partagent le territoire ne sont pas adhérentes. La réserve naturelle des Mannevilles, une des deux réserves du site, est gérée par le CeDeNa, association qui dépend directement du parc de Brotonne. Les acteurs du parc n'habitent pas le site, à l'exception du directeur de l'association qui, du reste, est disposé à s'investir ailleurs.
2Les paysages sensoriels se classifient en « paysages positifs » (odeurs de vergers, de graminées, de fleurs de châtaigniers, du marécage, de la tourbe, du roseau, du sous-bois, de la mer par le biais du vent ; sons des oiseaux, bruits de la ferme) et « paysages négatifs » (odeurs des raffineries ; vrombissement des usines de Gravenchon, de l'autoroute, de l'aviation militaire et civile). L'existence de catégories de perceptions construites n'implique pas que ces aspects soient inexistants chez les autres acteurs ; simplement, ils ne font pas l'objet d'un discours objectivé et systématisé. Les Maraiquets qui connaissent bien leur coin, font remarquer, au hasard des conversations, la sirène d'un bateau ou le chant d'un oiseau, identifié par un nom vernaculaire ou la pollution de Gravenchon, etc.
3« L'originalité du village est dans l'identité entre unité sociale et unité spatiale. L'espace villageois n'est pas d'abord un "cadre" géographique "dans" lequel le groupe édifie son système économique, organise sa vie sociale ou déploie ses réactions psychologiques. (...) Le village est le produit historique de l'interaction entre une organisation sociale et une écologie à travers une médiation technique » (P. Rambaud, 1971, 15).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bergues M., 1992, « Pays et paysages au marais Vernier (Eure) », Terrain, n° 18, pp. 142-150.

Référence électronique

Martine Bergues, « Pays et paysages au marais Vernier (Eure) », Terrain [En ligne], 18 | mars 1992, mis en ligne le 05 juillet 2007, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3041 ; DOI : 10.4000/terrain.3041

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals