Navigation – Plan du site
Le Feu

Feux sorciers

Quelques réflexions sur l'imaginaire démonologique (xve-xviie siècles)
Nicole Jacques-Chaquin
p. 5-16

Entrées d’index

Thème :

sorcellerie

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le feu a été, durant les longues années de la grande chasse européenne contre la sorcellerie démoniaque (xive-xviiie siècles environ)1, le supplice sans doute le plus appliqué. Mais il donna lieu aussi, comme étant rituellement et symboliquement le plus conforme à la nature même du crime, à toute une série de réflexions théoriques, aussi bien que d'élaborations fantasmatiques. Il faut rappeler que ce « crime » avait donné lieu à une redéfinition théologique et juridique, qui tendait à le différencier des pratiques de la magie savante aussi bien que de la sorcellerie populaire, celle des sorts. La multiplication des procès de sorcellerie et des théories démonologiques avait en effet produit la fiction d'une secte sorcière diabolique (Jacques-Chaquin 1987) dont les membres, dénués de tout véritable savoir ou pouvoir personnel, étaient liés au diable supposé agir par leur intermédiaire. Le pacte qui les engageait, matérialisé par une marque corporelle, symbolisait leur reniement volontaire de la collectivité politique et religieuse, et leur responsabilité au plan juridique. Cette secte était jugée dangereuse non seulement pour les individus agressés par des maléfices qui les atteignaient dans leurs biens ou dans leur corps (impuissance, stérilité, maladie, mort), mais pour la société dans son ensemble, menacée de déstructuration. Le sabbat, réunion régulière des sorciers, fonctionnait, pour l'imaginaire, à la fois comme une fête de la transgression, avec ses simulacres de cérémonie religieuse, ses festins cannibales et ses orgies incestueuses, et comme une assemblée de conspirateurs où s'élaborait une stratégie précise de subversion généralisée, dont l'une des formes privilégiées était la séduction progressive de l'ensemble du corps social. La sorcellerie devenait donc une forme « aggravée » d'hérésie, un crime de lèse-majesté humaine et divine. Or, comme le rappelle Jean Bodin, théoricien, dans sa République, de la souveraineté, mais auteur aussi d'un grand traité de démonologie, De la démonomanie des sorciers, « la vraie hérésie est crime de lèse-majesté divine, et punissable au feu » (Bodin 1979 : 217).

2Mais le feu de la sorcellerie, ce n'est pas seulement celui des bûchers, supposé annihiler le mal incarné dans le ou la condamné (e). Ou plutôt ce feu réparateur vient répondre, de manière antithétique, à toute une série de représentations, symbolismes et fantasmes, où le parcours mythique de la sorcière (Jacques-Chaquin 1985 et 1986), sa nature, ses pratiques et son devenir ont, à des degrés divers partie liée avec le, ou plutôt les feux : feux infernaux, mais aussi feux de cuisines innommables, flammes et fumées tourbillonnantes jaillies des pots et chaudrons dans les représentations iconographiques, flammes obscures des chandelles du sabbat, éclairs d'orage ou feux sortis des entrailles de la terre, brûlures des maladies infligées par les sorts, qui dévorent de l'intérieur leurs victimes comme elles peuvent ronger le corps social, feux festifs aussi, carnavalesques, brûlures du désir enfin, car, pour les démonologues, la sorcière est superlativement femme, et, comme telle, vivante incarnation d'un éros destructeur.

3On retrouve alors, dans la symbolique de la sorcellerie démoniaque, les oppositions complexes qui structurent la conception chrétienne du diable, son rapport à la Divinité, aussi bien que les représentations populaires de l'Enfer et du Paradis. Le feu diabolique, destructeur, peut ainsi s'opposer à l'eau bénéfique, mais aussi se trouver associé à de néfastes humidités, voire aux ténèbres, contre la lumière de la vérité. Le problème se complique encore de ce que le mythe officiel de la sorcellerie récupère des représentations diverses, et opère des glissements dans une symbolique préalable.

Feux d'enfer

4La sorcellerie démoniaque est conçue comme une antireligion, et ses cérémonials mettent en œuvre un feu qui s'oppose d'abord à l'eau lustrale du baptême. Dans l'un des premiers grands textes démonologiques, Le marteau des sorcières, publié pour la première fois en 1486, les sages-femmes sorcières sont ainsi supposées vouer l'enfant au diable dès sa naissance : « Dès que l'enfant est né, si la mère n'est pas elle-même sorcière, la sage-femme porte l'enfant hors de la chambre sous prétexte de le réchauffer ; puis l'élevant dans ses bras, elle l'offre au prince des démons Lucifer et aux autres démons ; tout cela dans la cuisine au-dessus du feu » (Institoris et Sprenger 1973 : 405). Souvenir peut-être d'un rite païen, ce baptême démoniaque inscrit d'emblée le futur sorcier du côté de l'inversion de la symbolique chrétienne, et le « marque » une première fois du signe infernal. Alors que le baptême chrétien était supposé laver l'enfant du péché originel, le feu va lui endurcir le corps et l'âme, le préparer aux futurs « travaux » de la sorcellerie comme aux éventuelles épreuves du châtiment.

5Mais ce baptême du feu n'est qu'un acte préparatoire aux grandes cérémonies du sabbat, cérémonies nocturnes éclairées par des feux multiples. Ce sont les « grands feux allumés audit lieu », évoqués en 1610 dans le Tableau des mauvais anges et démons (Lancre 1982 : 147), les éclairs d'orage (« le diable cherchait la nuit la plus orageuse qu'il pouvait » (id. : 142) mais aussi le feu obscur des « chandelles noires, de résine ou de poix » (id.), ces « chandelles qui rendent une flamme de couleur bleue » qu'évoque aussi, en 1602, le Discours exécrable des sorciers (Boguet 1980 : chap. XXI). On sait que les représentations officielles, « savantes » du sabbat proviennent en partie de relectures de traditions populaires, et nous sommes ici très vraisemblablement en présence des « chandelles vertes » de la Chandeleur. Mais cette obscure clarté, issue parfois même du corps du diable, de la consumation des cornes du « grand bouc », ne peut que trouver sa place dans l'évocation du cérémonial présidé par le « recteur des ténèbres », celui dont les menées sont toujours obscures et cachées. Il ne faut pas oublier que l'obscurité supposée des menées démoniaques justifie l'abandon des règles du droit dans la répression : ainsi de l'acceptation de témoins récusés d'ordinaire, de la répétition de la torture, ou de la substitution aux preuves de simples « présomptions »2. Le sabbat est donc à la fois un lieu obscur et brûlé de feux secrets, aux multiples fonctions pratiques et symbolique.

6Ainsi, c'est le feu encore i peut marquer la fin du rituel du sabbat, le diable, en un processus qui singe celui de l'Eucharistie, offrant son corps à ses suppôts en vue d'une dissémination perverse, où la cendre est la figure d'un feu caché, dévorateur, qui, par l'intermédiaire des sorciers, détruira les œuvres humaines. Dans les sabbats francs-comtois évoqués par les accusés de Henry Boguet, grand juge en la terre de Saint-Claude (1980 : chap. XXI), « finablement, Satan prenant la forme d'un bouc se consomme en feu, et se réduit en cendres, laquelle les sorcières recueillent et cachent, pour s'en servir à l'exécution de leurs desseins pernicieux et abominables ». De même, une sorcière labourdine, interrogée par De Lancre (1982 : 147), envoyé d'Henri IV au Pays basque, affirme « qu'elle a vu le grand maître de l'assemblée se jeter dans les flammes du sabbat, se faire brûler jusques à qu'il était réduit en poudre, et les grandes et insignes sorcières prendre lesdites poudres pour ensorceler les petits enfants et les mener au sabbat ».

7On a souvent souligné les rapports de la sorcellerie et du carnaval. Or, on voit ici nettement s'inverser la symbolique carnavalesque : comme le rappelle M. Bakhtine (1977 : 174), l'image du feu carnavalesque est « profondément ambivalente. C'est un feu destructeur et rénovateur à la fois. Dans les carnavals européens figurait souvent un engin spécial (généralement un char avec toutes sortes de bric-à-brac de carnaval) dénommé "enfer" ; à la fin des cérémonies il était solennellement brûlé (parfois cet "enfer" formait un couple ambivalent avec la corne d'abondance). Le rite des moccoli du carnaval romain était également très caractéristique : chaque participant portait un cierge allumé (un "bout de chandelle") et chacun essayait d'éteindre celui de l'autre en criant : Sia ammizzato ("Sois mort !") ». On peut rapprocher ces exemples des chandelles du sabbat, et du sacrifice rituel du diable. Mais au sabbat, la mort ne précède aucune résurrection. Et le feu qui jaillira à nouveau des cendres démoniaques servira à des maléfices mortifères, tant au niveau physique (destruction de récoltes, mort d'hommes et d'animaux) qu'au niveau moral : séduction et perversion des enfants. La négativité est absolue.

8Dans les maléfices, le feu joue donc un rôle important, à des degrés différents. Parmi les multiples accusations qui furent portées contre les sorcières, revient régulièrement, et l'iconographie s'en fait écho, celle d'être des incendiaires. La sorcellerie apparaît comme la concrétisation d'une peur collective, particulièrement intense dans les temps de guerre, extérieurs ou civils, qui virent le développement de la grande répression. Les sorciers apparaissent alors comme les boucs émissaires d'une collectivité éclatée, et tout « accident » leur est attribué. Mais l'incendie, au-delà de sa portée matérielle, est d'importance symbolique. Pour les théoriciens, il figure l'action dévastatrice, plus morale encore que physique, de la sorcellerie dans le monde. On retrouve la même idée au niveau de la manière dont certaines populations vivent la hantise des maléfices. Le contact de la main de la sorcière, la simple audition de sa voix, sont souvent dits provoquer, dans les récits de maléfices, un effet de brûlure, et la maladie qui consumera dès lors le maléficié en fera souvent un être dépourvu de l'humidité vitale, brûlé de l'intérieur, se desséchant sous les yeux de son entourage impuissant, jusqu'à la mort3. Le maléfice mêle d'ailleurs efficacement les symboliques du sec et de l'humide, comme pour mieux nier les schémas officiels qui structurent l'ordre du monde : ainsi, raconte De Lancre (1982 : 145), les sorcières « usent d'une autre sorte de poison en poudre qui se fait de crapauds rôtis et séchés au feu, puis elles les pilent et mettent en poudre, laquelle elles jettent dans les vapeurs qui s'excitent de la mer ou de la montagne, et les poudres se mêlent avec la nuée ; puis ladite nuée se fondant en brouée ou menue pluie, cela gâte et perd tous lesdits fruits ».

9La signification des orages, tempêtes et autres catastrophes naturelles que le diable provoque (car on sait que, pour les démonologues, les sorciers n'ont aucun pouvoir réel, et que c'est Satan seul qui agit dans les maléfices) est sans doute d'ailleurs, dans l'esprit des magistrats et autres théoriciens de la répression, plus complexe. Car si le diable peut agir, ce n'est que par autorisation divine, et les feux célestes ainsi déchaînés figurent aussi bien le pouvoir destructeur du feu satanique que l'ire divine. La « prolifération » même des sorciers n'est-elle pas lue, sur le modèle biblique des malheurs de Job, comme un signe de cette colère céleste ? Mais l'orage des nuits de sabbat est aussi destiné à éloigner les importuns, et le feu des éclairs, comme celui qui, dans certaines représentations iconographiques des sorcières, jaillit des entrailles de la terre, manifeste l'hostilité inquiétante d'une nature subvertie par le diable.

La cuisine des sorcières

10Cette ambiguïté disparaît en revanche dans une autre figure essentielle du feu sabbatique, dont l'iconographie s'est aussi faite largement l'écho, celle de la cuisine des sorcières. L'une des images les plus insistantes de la sorcellerie, et qui a d'ailleurs survécu à la chasse aux sorcières, est peut-être celle du chaudron. Ce fameux chaudron des sorcières – et l'iconographie de la sorcellerie n'a pas manqué de récupérer la figure de Médée – a peut-être à voir, à l'origine, avec un rituel shamanistique de résurrection. Les sorcières, dans la tradition populaire, sont aussi des guérisseuses, et le rituel qu'on a évoqué, du baptême du feu, comme la proximité des mythologies sorcières et de celles des forgerons (Delcourt 1982) iraient dans ce sens. Mircea Eliade a évoqué, en particulier dans Le mythe de l'éternel retour, la relation du renouvellement des feux et  des orgies sexuelles. Or le sabbat est aussi le lieu d'un déchaînement sexuel.

11Je reviendrai plus tard sur ce problème de la sexualité sorcière, interprétée par les démonologues. Mais pour ce qui est du rapport à la cuisson, ces derniers transforment considérablement ce qui pourrait relever d'un symbolisme positif pour en faire le signe même de la monstruosité absolue. Les sorcières, selon ces représentations officielles, sont meurtrières, cannibales, mais meurtre et cannibalisme reçoivent, dans l'imaginaire démonologique, un surcroît d'horreur symbolique. Les auteurs du Marteau rapportent ainsi, d'après le Formicarius de Jean Nider, l'aveu d'une sorcière devant l'inquisiteur de Berne : « Par nos incantations, nous tuons dans leur berceau de préférence les enfants qui n'ont pas été baptisés. Chacun croit à une mort naturelle. Puis nous les tirons de leur tombe, nous les cuisons dans un chaudron jusqu'à ce que toute la chair se détache des os, et devienne bien liquide. Avec les éléments solides, nous fabriquons un onguent qui a le pouvoir de nous aider dans nos artifices, nos transports et nos plaisirs. Avec l'élément plus liquide, nous remplissons un récipient comme une outre : celui qui en boira en s'accompagnant de quelques autres cérémonies acquiert immédiatement toute connaissance et devient membre de notre secte » (318).

12Le résultat de la cuisson est ici l'extrême du bouilli, une innommable fusion. Chez De Lancre (271-72) aussi, les sorcières consomment « du bouilli de chair humaine », dans lequel les os deviennent « aussi tendres que des navets ». Elles tuent des enfants et « font bouillir et consommer leur chair innocente, jusqu'à ce qu'elle se convertisse presque en humeur et se rende potable » (349). La cuisine fonctionne comme une forme de souillure, de putréfaction. Lorsqu'une sorcière de Haguenau raconte que, pour fabriquer le « maléfice de taciturnité » qui aura pour effet l'impossibilité de l'aveu de la sorcière, « elle prenait un enfant mâle, né depuis peu, non baptisé, premier-né et mort, elle le brûlait au four avec d'autres choses innommables ; réduit en cendre et poussière, si une sorcière ou un criminel en portait un peu sur eux, on ne pouvait d'aucune façon leur faire avouer leurs crimes » (Institoris et Sprenger : 580), l'effet imaginairement purificateur que pourrait avoir ici l'évocation de l'incinération, des cendres, est contré par l'évocation des « choses innommables » (on sait que la sorcellerie est liée aussi aux restes et excréments divers). A l'opposé du feu purificateur du bûcher que fera allumer le juge, et le justifiant à l'avance, le feu de la sorcière est un feu qu'on pourrait dire excrémentiel, qui possède la propriété de pourrir, de vouer toute forme à l'anéantissement, au chaos liquide. Or c'est du pourrissement des valeurs morales, politiques, humaines, qu'il est question lorsque nos théoriciens s'interrogent sur les causes profondes de la prolifération sorcière. Et, dans le chaudron du sabbat, ce sont, symboliquement, la société et le cosmos qui sont voués à la dissolution et à la pourriture.

13C'est la même figure du feu pourrissant que l'on retrouve dans la hantise d'un envahissement progressif de l'espace géographique et social par la sorcellerie : la sorcellerie est vécue par les juges comme une épidémie, la maladie profonde de la chrétienté, qui, comme un feu insidieux et trop souvent ignoré, atteindra peu à peu les membres du corps social tout entier. Ainsi, pour P. Nodé (1578 : chap. 25) « plusieurs duchés et contrées [sont] si infectés de cette croupissante peste, et déjà par trop échauffés de ce feu infernal, lequel rampant [...] saura mieux embraser toute la France ». Le feu sorcier est celui d'une sourde fièvre sociale, dont les juges vont se poser à la fois comme les diagnostiqueurs et les thérapeutes.

Mélancolie sorcière

14L'analyse médicale, à un autre niveau, n'est d'ailleurs pas absente des écrits démonologiques. Et le rapprochement s'impose entre ces représentations iconographiques de pots et chaudrons divers d'où s'élèvent fumées et vapeurs tourbillonnantes, supposées obscurcir l'espace transparent de la chrétienté, et les représentations textuelles de l'interne des sorcières : car la sorcière est souvent désignée comme une mélancolique, et le diable, bon médecin, sait utiliser au mieux de ses desseins « l'échauffement » produit par les vapeurs de l'humeur noire : « Et tout ainsi comme par les humeurs et fumées l'usage de la raison est intéressée es ivrognes, es frénétiques et aussi es mélancoliques passions, ainsi le diable, qui est un esprit, peut aisément, par la permission de Dieu, les émouvoir, les accommoder à ses illusions, et corrompre la raison, tellement que les apparences des choses qui ne sont point, soient imaginées comme les choses mêmes, qu'elles soient toujours aperçues devant les yeux, appréhendées, et que par icelles les pensements soient blessés » (Wier 1885). C'est ici un « défenseur » des sorcières qui parle, l'un de ceux qui les perçoivent comme les malheureuses victimes de l'illusion diabolique. Mais la symbolique est la même. Le feu diabolique est « corrupteur », non seulement au sens où nous l'avons vu, du pourrissement, mais aussi parce qu'il fait percevoir ce qui n'est pas. La fumée qui s'en dégage, et dont ne se différencient guère les humeurs mélancoliques, est productrice d'un univers fantasmagorique mettant singulièrement en péril le statut de la création divine, et plus généralement la réalité du monde. Fumées diaboliques, vapeurs de la mélancolie, miroirs obscurs des illusions font vivre la sorcière dans un monde parallèle : ainsi, racontent les auteurs du Marteau des sorcières, lorsque les sorcières étaient empêchées d'aller « en corps » au sabbat, « au nom de tous les démons elles se couchaient sur le côté gauche. Alors une sorte de vapeur glauque s'échappait de leur bouche, à travers de laquelle elles pouvaient voir clairement ce qui se passait » au sabbat. Autre façon de dire que la sorcière rêve sa vie... Mais ce monde parallèle menace en permanence le monde réel, et risque de le faire basculer à son tour dans l'illusion.

15Presque tous les démonologues ont développé la thématique d'un corps sorcier hanté de vapeurs diaboliques, où s'associent les caractères négatifs de l'humide et du « brûlé ». Pour Martin Del Rio, auteur en 1608 d'une véritable somme démonologique, le diable « excite les maladies mélancoliques. Car du commencement il esmeut la bile noire, qui est dans le corps, et en pousse les fumées aux cellules des sens intérieurs. Puis après il augmente cet humeur par l'accès de choses brûlantes, ou bien la retient, et l'empêche de s'évacuer. Il cause l'épilepsie, la paralysie et semblables maladies par l'apport des sucs plus grossiers, bouchant quelquefois le ventricule du cerveau, quelquefois les racines des nerfs. Il rend aveugle et sourd, en amoncelant des excréments nuisibles aux yeux ou aux oreilles ».

16Ces « vapeurs crasses et fuligineuses que l'humeur mélancolique excite » (Lancre) sont donc à relier à cette symbolique du feu pourrissant, mais aussi à cette particulière représentation du fonctionnement du corps de la femme, qui en fait un terrain de choix pour les exercices diaboliques.

17Et ce n'est pas un hasard si, le pouvoir médical prenant au xviie siècle le relais des puissances légales et théologiques en matière de sorcellerie, le nouveau discours sur la possession, s'il tâchait d'exclure toute intervention diabolique, reproduisait en fait les mêmes structures fantasmatiques : Pierre Yvelin, auteur en 1643 d'un Examen de la possession des religieuses de Loudun, mêlera encore, pour expliquer « médicalement » les effets démoniaques, les effets putréfiants de l'union du feu et de l'humide, et écrira « ceux qui publient si hardiment les possessions ne savent pas ce que peut sur les corps un humeur mélancolique brûlé, ou la malignité d'une semence pourrie et renfermée en sorte qu'elle n'ait point d'issue[...] Si cet humeur mélancolique croupit dans les hypocondres, il s'en élève des vents de qualité assez maligne pour produire tous ces effets qui semblent si étranges et si extraordinaires, pour ce que la chaleur qui travaille pour les dompter esmeut non seulement les humeurs, mais encore mesle les humeurs les vapeurs et les vents en diverses sortes, et ces mélanges encore produisent des effets tous différents selon la partie qu'ils attaquent. Et que ne feront-ils pas si la vapeur d'une semence pourrie dans la matrice vient se joindre à cet autre humeur »...

18Au sabbat, les orgies sexuelles, mise en œuvre d'une transgression généralisée (bestialité, sodomie, inceste, incubat et succubat) ne sont plus pensées par les démonologues dans le sens d'une régénération sociale. Elles signifient au contraire le triomphe du même feu sombre et stérile (la semence du diable est symboliquement dite froide, et improductive). L'éros féminin, dont la sorcière est la représentation à peine hyperbolique, réunit les marques de l'insatiabilité (un feu qui ne s'éteint jamais, et qui est même plus actif à mesure que les sorcières sont plus vieilles), de la destruction à la fois par annihilation et par contamination.

Le bûcher, ou les contre-feux de la répression

19Contre l'obscurité destructrice du feu satanique, la répression mettra en œuvre tout une série de contre-feux. La « claire lumière » de la vérité, la « mise au jour » des réalités de la sorcellerie, leitmotiv de presque tous les écrits démonologiques, s'oppose à l'évidence aux effets pervers des jeux du prince du mensonge sur l'imagination de ses suppôts, et, à la limite, sur l'ensemble du corps social, aux sombres feux du sabbat. Il s'agit donc pour les juges comme pour les divers auteurs de traités spécialisés de développer toute une épiphanie de la lumière, des clartés de la raison savante aux illuminations divines, en passant par les rayons du soleil de la justice royale.

20Mais c'est naturellement le feu du bûcher qui portera la plus forte signification symbolique. Il s'agit d'abord d'écarter les fausses solutions, traditionnellement utilisées contre les sorcières, comme la noyade : « En Flandres, rappelle J. Bodin (1979 : 222), et en plusieurs lieux d'Allemagne, on jette les femmes condamnées en l'eau : mais il s'est trouvé que les sorcières jetées en l'eau pieds et poings liés ne se peuvent noyer, si par force on ne leur met la tête sous l'eau. » Le feu du bûcher va présenter l'avantage d'une efficacité, si l'on peut dire, technique, et, surtout, d'une plus grande portée symbolique.

21Car tout feu n'est pas efficace contre la sorcellerie. La proximité des mythologies de la forge comme du feu d'enfer protège par exemple la sorcière lors de l'ordalie du fer rouge : le démon « interpose invisiblement une chose entre la main et le fer rouge », ou se sert du « suc de certaines herbes » ; aussi faut-il refuser l'épreuve aux accusées qui demandent à s'y soumettre : « bien plus, par le fait même qu'elles en font la demande, il faut les tenir pour des sorcières suspectes » (Institoris et Sprenger 1973 : 590).

22La maîtrise du feu est ici tenue, dans la lignée de toute une tradition mythique, pour une caractéristique diabolique. Mais le bûcher va retourner le feu contre les sorciers : il récupère significativement les valeurs positives du feu carnavalesque pour les reverser du côté du pouvoir répressif, qui devient l'acteur d'une régénération sociale. L'insistance des auteurs à justifier la mort sur le bûcher est ainsi significative à plusieurs niveaux. A l'exceptionnalité, à la monstruosité du crime, doit répondre le caractère extraordinaire du supplice. Il faut, souligne par exemple Jean Bodin (1979 : 226) les punir « non pas seulement de mort, ainsi il faut condamner tels monstres à être brûlés tout vifs ». Seuls l'aveu et la repentance dispenseront, dans certains cas, les corps vivants de l'épreuve du feu, les accusés étant étranglés au préalable. Mais le contact direct de la vie et du feu fait très évidemment appel à l'imaginaire plus qu'au rationnel. Les théoriciens de la répression s'appuient, pour justifier leur « éloge du bûcher » sur la tradition (« par la coutume très ancienne les sorciers en toute l'Europe sont condamnés à être brûlés tous vifs », id. : 227). Ils justifient même la cruauté du supplice par une étonnante appréciation comparative des tourments terrestres et célestes : Ainsi, pour J. Bodin « combien que à dire vérité quelque punition qu'on ordonne contre eux à rôtir, et brûler les sorciers à petit feu, si est-ce que cette peine-là n'est pas à beaucoup près si grande que celle que Satan leur fait souffrir en ce monde, sans parler des peines éternelles qui leur sont préparées, car le feu ne peut durer une heure, voire demie, que les sorciers ne soyent morts » (id. : 184). Les détails (« rôtir », « à petit feu », voire la rapidité de la « cuisson ») évoquent une autre « cuisine », explicitement opposée à celle des sorcières.

23Au feu destructeur et pourrissant du diable s'oppose ainsi le feu régénérateur du bûcher. A la crainte insidieuse d'une maladie sociale, d'une corruption progressive des valeurs dont la sorcière est rendue responsable, en même temps qu'elle en devient la métaphore, le fantasme répressif oppose l'immédiateté purificatrice du bûcher, dont l'idéal serait qu'il puisse atteindre d'un coup la totalité du mal : « Je veux qu'ils sachent, écrit ainsi Henry Boguet dans une dédicace de son Discours à l'abbé d'Aucy, que si les résultats correspondaient à mes désirs, la terre se libérerait rapidement [des sorcières], car je voudrais que toutes fussent réunies en un seul corps, afin de pouvoir ainsi les brûler toutes sur un seul bûcher. » Les dangers du corps féminin et ceux de la sorcellerie sont ici globalement conjurés dans un fantasme sadique qui vise la disparition totale, immédiate et spectaculaire de l'autre et des dangers qu'elle incarne.

24La métaphore est parfois plus médicale, voire chirurgicale, ainsi chez Bodin, pour qui « il faut appliquer les cautères et fers chauds, et couper les parties putréfiées » (185). Il s'agit toujours d'éliminer une partie du corps social qui met la totalité en péril. Il s'agit aussi, du côté du religieux, de proposer à la colère divine, dont nous avons vu que la sorcellerie pouvait être un signe, une victime expiatoire. Le caractère spectaculaire, exemplaire du bûcher, conditionne son efficacité cathartique sur la société, laquelle trouve son répondant du côté des représentations religieuses. Ainsi rappellera Bodin, le bûcher n'a pas tant pour objet de « faire souffrir » les sorciers, mais de « faire cesser l'ire de Dieu sur tout un peuple » (185).

Les fantasmagories du feu diabolique

25Le rapport du feu diabolique aux « fumées » de l'illusion, à toute une fantasmagorie des représentations dont nous avons vu la relation à la mélancolie, met en péril l'action même des « contre-feux », la rend peu sûre. Les ruses du diable sont multiples, et il use de tous ses pouvoirs pour non seulement contrer l'aspect « dissuasif » du bûcher, mais pour falsifier en quelque sorte la symbolique même de la théologie chrétienne. Ainsi, rappelle H. Boguet (1980 : chap. XCI), le diable peut-il avoir « donné assurance [à la sorcière] que l'on ne la bruslerait pas, ou du moins qu'il ferait en sorte qu'elle ne sentirait point les flammes et ardeurs du feu ». Mystique inversée, la sorcière oppose ainsi le feu intérieur de l'éros démoniaque aux flammes matérielles du bûcher. C'est un lieu commun de la littérature démonologique que d'insister sur le feu érotique qui brûle les sorcières, qui leur donne, comme dit De Lancre, un « désir enragé » d'aller au sabbat, mais en fait aussi un danger permanent pour la société masculine.

26Mais c'est encore l'imaginaire du sabbat qui traduit le mieux l'angoisse proprement théologique des démonologues : le diable produit au sabbat des feux fantasmagoriques, destinés à troubler la juste appréhension des dangers encourus. Mais, à la limite, le diable se rit aussi des représentations chrétiennes de l'enfer. Le sabbat est aussi un lieu festif – fête noire, transgressive – le lieu d'un étrange plaisir sur lequel ne cessent de s'interroger nos auteurs. Le feu du sabbat est aussi un feu fictif, dérision absolue des foudres ecclésiastiques. Pour De Lancre (1982 : 143 et 152), « [le diable] leur persuade que la crainte de l'enfer qu'on appréhende si fort, est niaiserie, et leur donne à entendre que les peines éternelles ne les tourmenteront pas davantage que certain feu artificiel qu'il leur fait cauteleusement allumer, par lequel il les fait passer et repasser sans souffrir aucun mal. » On comprend ici qu'il s'agit d'une lecture toute particulière des feux de la Saint-Jean, ou d'autres réjouissances traditionnelles, mais auxquels les démonologues assignent une force symbolique conforme à leurs angoisses : car les sorcières « pensent pour le moins être déjà apprivoisées avec le Diable, et que les peines éternelles, le feu d'enfer et celui du sabbat c'est même chose ».

27Le diable, grand artiste et simulateur, produit donc un simulacre, une fiction qui fait douter de la réalité des dogmes officiels. Le sabbat devient une figure dérisoire de l'enfer chrétien, où le feu ne brûle pas, où même il participe de la fête, du plaisir. Et l'on retrouve tous les aspects positifs du feu carnavalesque. Ainsi du sabbat chez De Lancre, où l'on « voit cent mille ressorts, cent mille mouvements divers, les uns en l'air, comme feux artificiels, eslancés à perte de vue ». Le feu, c'est alors le symbole du mouvement, de ces « métamorphoses » infinies, de cette légèreté absolue qui fait de certaines représentations sabbatiques, au début du xviie siècle, des fragments d'une esthétique baroque. Le sabbat, après avoir ridiculisé l'enfer, devient figure d'un paradis : ainsi une sorcière déclare-t-elle à De Lancre (143) « qu'elle ne croyait faire aucun mal d'aller au sabbat, et qu'elle y avait beaucoup plus de contentement que d'aller à la messe, parce que le diable leur faisait accroire qu'il était le vrai Dieu et que la joie que les sorciers prenaient au sabbat n'était qu'au commencement d'une beaucoup plus grande gloire ». Le terme n'est pas indifférent. La « gloire » divine, c'est aussi un feu lumineux, supplanté ici par le feu satanique. Et le blasphème est d'autant plus grave que la « joie » dont il est question est très évidemment celle des sens, et qu'elle s'oppose à la joie céleste de l'union au Christ, au pur feu dont sont brûlées les mystiques. Car il y a dans la sorcellerie un mysticisme « à rebours », ce dont Huysmans saura se souvenir.

28A l'évidence, la multiplicité des bûchers allumés par la répression, tant civile que religieuse, ne suffisait pas à enrayer l'angoisse. Et le feu démoniaque, feu sombre et nocturne, feu destructeur, feu pourrissant, corrupteur des corps et des âmes et menaçant la société toute entière, mais puissamment séducteur, resta l'une des figures majeures de l'imaginaire, s'opposant victorieusement au feu purificateur de la justice.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine M., 1970. La politique de Dostoïevski, Paris, Le Seuil.

Bodin J., 1979. De la démonomanie des sorciers, Paris, Gutemberg Reprints.

Boguet H., 1980. Le discours exécrable des sorciers, éd. critique par N. Jacques-Chaquin, Paris, Le Sycomore.

Delcourt M., 1982. Héphaïstos ou la légende du magicien, Paris, Belles Lettres.

Del Rio M., 1611. Disquisitionum Magicarum libri sex, trad. française par A. Duchesne, Controverses et recherches magiques, Paris.

Institoris H. et J. Sprenger, 1973. Le marteau des sorcières, trad. et éd. critique par Armand Danet, Paris, Plon.

Jacques-Chaquin N., 1985. « Vies de sorcières », Cahiers de sémiotique textuelle, n° 4.

1986. « Quelques avatars de la vie de sorcière », Cahiers de sémiotique textuelle, n° 8-9.

1987. « Demoniac conspiracy », in C.F. Graumann et S. Moscovici (ss la dir. de), Changing Conceptions of Conspiracy, New York/Berlin, Springer Verlag.

Jacques-Chaquin N. et M. Preaud (ss la dir. de), à paraître. Les sorciers du Carroi Marlou, éd. J. Millon.

Lancre P. (de), 1982. De l'inconstance des mauvais anges et démons, éd. critique par N. Jacques-Chaquin, Paris, Aubier-Montaigne.

Levack B.P., 1991. La grande chasse aux sorcières en Europe aux débuts des temps modernes, Paris, Champ Vallon.

Nodé P., 1578. Déclamation contre l'erreur exécrable des maléficiers, sorciers, enchanteurs, devins, Paris.

Wier J., 1885. Histoires, disputes et discours des illusions et impostures des diables (...), Paris, Bibliothèque diabolique, Aux bureaux du progrès médical.

Haut de page

Notes

1Pour un résumé historique de cette question qui n'est pas ici notre objet, voir B.P. Levack (1991).
2La sorcellerie est par exemple pour H. Boguet « un crime le plus abominable de tous, et qui se commet ordinairement de nuit, et toujours en secret, de façon qu'il n'est jamais requis que l'on eût des preuves si exactes que s'il fût question de quelque autre crime ».
3Ainsi plusieurs des supposées victimes de sorciers de la région de Sens Beaujeu, jugés en 1582, sont devenus « secs comme bois » après avoir subi le contact des sorciers. (Jacques-Chaquin N. et M. Preaud à paraître).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Chaquin N., 1992, « Feux sorciers. Quelques réflexions sur l’imaginaire démonologique (Xve-XVIIe siècles) », Terrain, n° 19, pp. 5-16.

Référence électronique

Nicole Jacques-Chaquin, « Feux sorciers », Terrain [En ligne], 19 | octobre 1992, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3042 ; DOI : 10.4000/terrain.3042

Haut de page

Auteur

Nicole Jacques-Chaquin

E.N.S. Fontenay Saint-Cloud

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals