Navigation – Plan du site
Le Feu

Le maître du feu

Les incendies dans les Landes de Gascogne
Jean-Michel Dujas et Bernard Traimond
p. 49-64

Entrées d’index

Thème :

environnement

Lieu d'étude :

Aquitaine
Haut de page

Texte intégral

1Chaque année apportait la confirmation que nous n'avions plus rien à craindre ; des milliers d'hectares brûlaient en Provence ou ailleurs comme pour nous prouver que dans les Landes tout risque de grand incendie avait définitivement disparu. Ainsi, le journal régional Sud-Ouest pouvait-il titrer le 28 avril 1984, « Incendies : alerte rouge dans la région », énumérer le nombre d'interventions et les surfaces brûlées par département (le plus touché étant la Dordogne, 1 000 hectares), pour donner la parole à J.-M. Graille à propos de la DFCI (Défense des forêts contre l'incendie) du massif forestier landais : « De par l'implantation des postes, un incendie ne sera jamais éloigné de plus de 10 km d'un centre de pompiers-forestiers, ce qui permet une intervention dans les dix minutes qui suivent l'alerte. » Le même journal affirmait déjà en 1982 que, « bien qu'étant la plus vaste forêt d'Europe, le massif forestier landais ne connaît plus les incendies spectaculaires qui ravagent la Provence chaque été1 ». Nous-mêmes écrivions en 1979 : « Aujourd'hui, la présence de pompiers professionnels intervenant en quelques minutes en n'importe quel point de la forêt limite la taille et la durée des incendies » (Traimond 1981 : 338).

2Pourtant, le syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest – les propriétaires – n'avait jamais souscrit à ce discours émis par les autorités et largement repris ; ainsi, à l'assemblée générale du syndicat des sylviculteurs du 23 juin 1972, le secrétaire Alain Péronnau déclarait : « Il suffit d'un concours de circonstances exceptionnelles mais non extraordinaires pour que soit gravement menacé notre patrimoine forestier « (Péronnau 1972). A l'époque, ces propos alarmistes s'interprétaient comme un moyen d'obtenir des subventions supplémentaires. Une autre cause de pessimisme résidait dans la stagnation du prix nominal du bois qui amenait les propriétaires à réduire les frais d'entretien de la forêt, à limiter les débroussaillages, laissant un sous-bois dans lequel pourraient se développer des incendies difficiles à arrêter. Ainsi, des groupes et des intérêts proclamaient la fin des grands incendies alors que d'autres, contre toute vraisemblance, affirmaient le contraire. Au sein de la plus grande forêt européenne, 800 000 hectares environ, des discours contradictoires surgissaient çà et là, des positions controversées organisaient, non seulement les propos, mais aussi les politiques ; elles guidaient les campagnes dans les périodiques régionaux, dictaient les décisions des diverses collectivités territoriales. Des questions surgissaient, d'autres n'apparaissaient jamais, soulignant la place de l'incendie, au centre de débats et d'enjeux de toutes sortes dont il faut retrouver le sens pour comprendre les mécanismes sociaux et culturels qu'il engendre.

3Et puis 1989 arriva ; le mardi 18 juillet, au Porge (Gironde), vers 16 heures 30, le feu démarrait. Partant près d'une route, il aurait dû s'arrêter en quelques minutes ; pourtant, il ne s'épuisa qu'au bout de trois jours après avoir détruit 3 700 hectares. Même chose en avril 1990 à Sainte-Hélène (Gironde) et en août à Losse (Landes). Nous retrouvions la situation avec laquelle les incendies de 1775, 1870, 1949 nous avaient familiarisés. Les pessimistes avaient raison : le feu revenait, la forêt retrouvait sa vulnérabilité.

4Il reste à expliquer les causes de l'erreur commune et la permanence de la crainte – chez les propriétaires – du retour des grands incendies. Nous disposons pour cela d'une énorme documentation née de la fascination qu'exercent les incendies, due notamment aux richesses qu'ils détruisent et la menace qu'ils font peser. Même si les descriptions des modalités de la lutte contre le feu n'apparaissent qu'au xixe siècle, les administrateurs en décrivaient les désastres dès le xviie. Le fait d'insister sur les permanences des comportements nous permettra de mieux repérer certaines ruptures, tels le recours à des pompiers professionnels après la Deuxième Guerre mondiale ou l'exclusion des populations du combat dans les années 70... A chaque période, au travers de ces ruptures, les partenaires – propriétaires, administration, porte-parole des habitants – affirment des positions parfois divergentes fondées sur des conceptions différentes de la lutte contre l'incendie. Faisant parfois apparaître certains acteurs – les pyromanes – ou occultant certains objets, chaque groupe construit sa propre image du feu. Nous pourrons donc sans peine examiner les débats sur les modalités de lutte, qui nous permettront de remonter des formes des conflits aux causes du feu, puis à la question de sa maîtrise.

Comment combattre le feu ?

5« On voyait au loin à quelques kilomètres le feu qui s'avançait. Le lieu est en forêt communale, soumise à l'Office national des forêts (ONF). Sur cette route, en groupant les engins nécessaires, on aurait pu facilement allumer un contre-feu en temps voulu qui aurait stoppé l'incendie. On avait tout le temps de prendre les précautions nécessaires. Plutôt que de faire ce que tout forestier du terrain aurait fait, on a laissé arriver l'incendie, avec des tourbillons enflammés qui se dégageaient de cette masse de feu qui s'avançait, saccageant tout sur son passage » (Courau 1990 : 38). Ce témoignage d'un ancien résinier, à propos de l'incendie du Porge de 1989, illustre en quelques mots l'ensemble des débats sur la manière de combattre le feu. S'il oppose nettement les conduites des pompiers aux techniques indigènes, il n'évoque que l'une d'entre elles : le contre-feu.

Les formes d'organisation

6Face au feu, l'intervention volontaire des populations se donne les formes habituelles de toute activité collective ; nul ne s'attribue le commandement, mais cela n'exclut pas les propositions fondées sur des autorités diverses : le maire, à qui la loi donne la direction des opérations, un responsable désigné par le syndicat de défense des forêts contre l'incendie (DFCI) pour une commune, un propriétaire dans ses pins, ou un homme expérimenté qui bénéficient d'un préjugé favorable. Toute décision se négocie et aucune contrainte n'oblige quiconque à obéir ; l'opposant se contente de suspendre sa participation, au risque de voir, par la suite, sa conduite condamnée par les autres.

7Ces relations souples n'entraînent pas des comportements anarchiques ou anomiques car, en ces sociétés d'interconnaissance, des normes strictes s'imposent à tous, en particulier la nécessité de combattre l'incendie, et tous savent que, tôt ou tard, ils devront répondre de leurs actes devant l'ensemble de la population et qu'en cas d'erreur ils paieront d'une façon ou d'une autre. Dès lors, cette discipline consentie permet la contestation et le refus tout en imposant des règles de conduite et l'obéissance aux décisions reconnues légitimes. Surtout, elle s'oppose aux systèmes contraignants et hiérarchisés que promulguent l'administration et les pompiers. Ceux-ci se préoccupent d'utiliser les particuliers venus combattre le feu : le battage « rendra encore de signalés services, car il permet d'employer la main-d'œuvre non spécialisée, c'est-à-dire la multitude que le spectacle de l'incendie attire irrésistiblement » (Morel 1935 : 18). Malgré une participation massive à la lutte contre les incendies, les autorités se plaignent souvent du comportement des populations, attendant d'elles une obéissance militaire que celles-ci refusent de maintes façons. Les témoignages se multiplient : « Les cafés regorgent de clients dont la partie de belote ou de billard ne saurait être interrompue (...) Et si, à force de démarches, nous pouvons arriver à mettre en route 50 à 70 sauveteurs, il se trouve des énergumènes qui ricanent et se moquent d'eux. Le concours de la main-d'œuvre espagnole et du camp de jeunesse est absolument inefficace », se plaint en pleine guerre le responsable du syndicat de Défense contre l'incendie de Labouheyre2. Ce propos révèle une résistance de la population à certaines formes de lutte contre l'incendie et, aussi, de la part de ce propriétaire, l'affirmation de la nécessité de trouver d'autres moyens d'intervention. Plutôt que de chercher à prendre en compte des modes d'organisations complexes, les autorités préfèrent disposer de moyens spécifiques ; pour cette raison, et bien d'autres, après la guerre, elles ont constitué un corps de sapeurs-pompiers professionnels ; auparavant, seule la population intervenait.

L'action des métayers : « lo foalh » ou « balot »

8Les métayers étouffaient le feu en rabattant violemment sur les flammes des petits pins ; alignés de biais par rapport au vent et donc à la progression de l'incendie, les sauveteurs essayaient peu à peu de réduire son espace ; s'ils intervenaient nombreux, si le vent ne soufflait pas trop fort, si le sous-bois n'était pas trop abondant et la sécheresse trop importante, ils pouvaient réussir à éteindre l'incendie. « Ne pas élever le fouail trop haut, le maintenir un instant au-dessus des flammèches qui s'éteignent. Ne pas trop se disperser, mais travailler ensemble, avec méthode, sans hâte excessive. A sa moindre velléité de reprendre vigueur, éteindre chaque touffe de flammes. Mais elles font souvent les mortes. Toute la ligne de front est à surveiller », conseille Bernard Maniet (1989 : 20). En fait, ce procédé appartient au passé ; la disparition des exploitants agricoles et des résiniers, la dépopulation, le fait que les pompiers suffisent seuls pour les feux habituels, ont amené sa disparition. De plus, ces derniers, forts de leur compétence, refusent toute aide et, lors des derniers grands incendies, avec les renforts arrivaient des gardes mobiles pour établir des barrages chargés d'écarter les particuliers. C. Courau s'en plaint : « Aujourd'hui on regarde les pompiers, quand ils sont là, combattre le feu. Cela coûtera très cher à notre massif forestier si cette attitude ne change pas » (s.d. : 10). Ne restent plus, face au feu, que les propriétaires et les pompiers munis chacun de leur propre instrument, le contre-feu pour les uns, l'eau pour les autres.

L'action des propriétaires : le contre-feu

9Au Porge, en 1989, les « hommes du pays » préconisaient, à l'encontre des pompiers, le contre-feu. Le fils de Montesquieu nous en donne, dès 1785, la définition : « Lorsque le feu prend dans une forêt de pins, ce qui arrive assez souvent par la négligence des pasteurs, on met le feu à un autre endroit de la forêt plus ou moins distant du premier embrasement selon que celui-ci a déjà fait plus ou moins de progrès. Il s'établit un courant d'air du premier embrasement au second et réciproquement, toutes les flammes se portent sur les arbres qui sont entre les deux. Ils sont consumés ; le feu s'éteint faute de nourriture, et le reste de la forêt est conservé » (Secondat 1785 : 5). Le procédé, utilisé depuis bien longtemps, paraît aussi simple qu'efficace. Tous les auteurs n'adoptent cependant pas ce point de vue.

10Bien des textes réprouvent ce « procédé digne du Moyen Age et contre lequel on ne saurait trop s'élever », et ce type de propos apparaît en permanence chez les tenants de l'eau. De plus, mettre le feu, même dans le but d'en éteindre un autre, peut constituer, selon le droit français, un délit. Il convient donc pour effectuer cette opération risquée de disposer de l'accord des propriétaires du lieu et, surtout, de leur approbation unanime impliquant qu'ils ne porteront pas plainte en cas d'échec : « J'aurais été d'accord pour allumer un contre-feu sur mes terres et je vous assure que 90 % des forestiers auraient réagi comme moi. On sait ce qu'on risque et, dans ces circonstances, on se serre les coudes », déclare Alain Blanc soulignant la nécessaire solidarité (Courau 1990 : 38).

11Pourtant, un fait divers récent rappelle le délit et permet aux pompiers de raviver les vieilles appréciations : à propos de l'inculpation d'un pompier dans le Var, le journal Le Monde du 14 mars 1992 décrit ce procédé « comme une arme désuète et de surcroît dangereuse, selon les sapeurs-pompiers professionnels ».

12Cependant, seul le maire (ou son représentant) accorde l'autorisation d'effectuer un contre-feu ; il peut donc ainsi s'opposer au préfet, comme au Porge le 20 juillet 1989, lorsque Marc Deyres refusa d'en allumer un. Ce procédé permet donc aux habitants du pays de prendre l'initiative de la lutte qui autrement leur échappe. Il reste leur dernière arme contre le feu.

La population et les spécialistes

13A ces divergences sur la façon d'attaquer le feu, à ces oppositions sur les tactiques et les procédés s'ajoutent celles sur les personnes qui doivent intervenir. Le discours d'aujourd'hui tend à ne permettre l'approche du feu qu'aux autorités administratives et aux pompiers. Autrefois, tous se précipitaient à l'appel du tocsin ; comment ne pas citer ce beau témoignage : « Le dimanche 27 mars dernier (1825), au moment où la procession sortait de l'église de la commune de Castets on annonça que le feu s'était manifesté dans un pignadar du Sr. Dupin situé dans la même commune. M. le Curé s'empressa d'inviter les habitants à se transporter sur le lieu. Ils s'y rendirent en effet et parvinrent bientôt à comprimer les flammes ; environ 50 ares de pignadas ont seulement brûlé »3. Ce singulier usage des cérémonies religieuses illustre un état d'esprit qui a duré jusque dans les années 70 et que la conviction de la disparition des grands incendies et la volonté des autorités ont fait s'éteindre. A ce moment-là, les maires ont déconseillé à leurs administrés d'aller au feu ; ils n'ont désormais servi d'aide que pour l'intendance, apportant à boire et à manger aux pompiers. De plus, la possibilité sur les incendies de petite taille de noyer tous les foyers de reprise, les souches en particulier, dispense de l'ancienne nécessité de surveillance autant de jours et de nuits qu'il le fallait, jusqu'à l'arrivée de la pluie. L'incendie est donc devenu l'affaire des seuls spécialistes munis d'une seule arme : l'eau.

L'eau ou l'homme

14En 1906, un ingénieur agronome, J.-M. Girard, eut une sorte de révélation qu'il dévoile dans le Journal des sapeurs-pompiers et, en 1913, dans la Revue économique de Bordeaux : « Jusqu'en 1906, on n'avait à peu près rien fait pour prévenir le feu et pour le combattre » ; il manquait « une technique spéciale » ; « on se contentait de combattre le feu lorsqu'il venait à éclater, soit par la méthode du battage ou de l'étouffement, soit par la méthode encore moins rationnelle et plus barbare du contre-feu, véritable procédé digne du Moyen Age et contre lequel on ne saurait trop s'élever ». J.-M. Girard affirme qu'à partir de 1906, « il était désormais possible de se servir de l'eau comme unique agent d'extinction » (1913 : 66 et 73). Cet article pose les termes des conflits qui se répètent de façon identique, quelle que soit l'époque.

15Une première attitude guidée par la prudence consiste à ne pas parler du problème. Ainsi, dans une brochure non signée de 1872, Chambrelent, présenté par l'historiographie officielle comme le « régénérateur » de la région, consulté lors de l'enquête précédant la rédaction d'un projet de loi sur la question, reste muet sur les modalités de lutte contre l'incendie ; alors qu'il précise bien qu'il convient de combattre un feu déclaré, alors que le titre du dernier chapitre, « Des moyens d'éteindre les incendies », annonce une réponse, sa prudence l'oblige à se taire en ne traitant pas son sujet ; il n'évoque que des mesures préventives ; déjà le débat soulevait des passions qui pouvaient se révéler préjudiciables à la réputation d'un administrateur soucieux de promotion (Chambrelent 1873 : 8).

16D'autres affirment des positions hostiles à l'usage immodéré de matériel. Ainsi, en 1917, ils arguent que « l'eau n'est pas le véritable remède contre les incendies. Il en faudrait de trop grandes quantités et l'enquête avance elle-même que l'évaporation est très rapide en face d'une pareille fournaise. La véritable lutte, d'après nous, et d'après la plupart des gens autorisés, se fait à coups de fouail » (Ferrand, Laborde 1917 : 18).

17Écoutons, aujourd'hui encore, les polémiques nées de l'incendie du Porge de juillet 1989. D'un côté les propriétaires réclamaient des contre-feux : « Je suis formel. Mardi entre 17 heures et 20 h 30, il y a eu au moins quatre ou cinq occasions de tenter d'enrayer la progression des flammes. Il s'agit d'une méthode vieille comme nos forêts qui consiste à allumer un contre-feu », déclare Pierre Dejean de Sainte-Hélène (Courau 1990 : 38). « Nous ne sommes pas là pour allumer des feux mais pour les éteindre », auraient répondu, de l'autre, les pompiers (De Laage 1989 : 7), exprimant ce qu'écrivait déjà J.-M. Girard en 1913 : « seule l'eau a une action efficace sur le feu en forêt ». C. Courau, d'une formule, caractérise les positions contradictoires qui continuent à s'opposer : « Autant on aurait pu maîtriser un contre-feu démarrant de la route et allant vers l'incendie, autant il paraissait illusoire de vouloir le stopper avec de simples lances » (Courau 1990 : 39).

Le matériel

18Que l'eau disponible ne suffise plus et des machines encore plus perfectionnées en amèneront davantage, selon les pompiers et les autorités. C'était, en 1906, des fûts montés sur une charrette ; ce sera, en 1989, des avions, les fameux Canadairs. Pourtant, les dirigeants des propriétaires affirment leur opposition à cet amoncellement de matériel : « Pourquoi se doter d'une armada ruineuse de ces porteurs d'eau que les pompiers convoitent tant ? » interroge Christian Pinaudeau, secrétaire général du syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest (Alaux 1991 : 931). De même, justifiant leur position, les maires des communes sinistrées à la suite de l'incendie de mars-avril 1990 déclarent : « Inutile de demander du matériel supplémentaire (avions, engins, camions, points d'eau) aussi longtemps qu'il y aura coupure entre l'État, le département et le terrain, aussi longtemps que les progrès techniques masqueront les insuffisances humaines, aussi longtemps que les compétences locales des "indigènes" seront méprisées par des officiers sûrs de détenir la vérité » (Alaux 1991 : 929). Le propos affirme clairement que les camions et les avions servent à exclure les habitants de la lutte contre les incendies, à les priver de la maîtrise du feu.

Stratégie ou tactique

19Claude Courau reproche explicitement aux pompiers de « laisser arriver l'incendie » au lieu de l'attaquer : « Le PC a engagé une colonne de pompiers sur la route, avec pour mission de stopper le feu comme on stoppe une armée sur une carte d'état-major. » Tous les récits confirment non seulement la séparation des acteurs par la hiérarchisation des relations qui découle de cette conduite des opérations mais aussi, la coupure qu'elle entraîne entre le lieu de la décision et celui de l'action. Le même auteur illustre très bien ce mécanisme : « Dès qu'on leur signale une reprise de feu dans un endroit (les pompiers) refusent de se déplacer sans avoir reçu l'ordre du PC ». Pour ce dernier, en effet, il convient de répartir au mieux les forces disponibles afin d'obtenir la plus grande efficacité.

20A l'évidence, les habitants considèrent, au contraire, qu'il convient de se précipiter sur tout foyer, de l'étouffer avant qu'il ne prenne de l'ampleur, en laissant la plus totale initiative aux sauveteurs qui rencontrent le feu, sinon, « avant que cet ordre n'arrive, souvent le feu a repris force et déborde les pompiers qui ont perdu de précieuses minutes à attendre les ordres »4.

21A une vision stratégique qui répartit au mieux les engagements des pompiers, la population oppose une tactique de harcèlement qui empêche tout départ d'incendie ; le sauveteur ne doit pas se préoccuper de l'ensemble car l'arrêt de tout feu particulier entraînera, nécessairement et peu à peu, la réduction et l'extinction de tout l'incendie. Les hommes suffisamment nombreux, intervenant rapidement, peuvent isoler les foyers, les étouffer. Ces deux manières de concevoir la lutte s'opposent irréductiblement et s'exacerbent lorsque l'incendie se développe. Quand la stratégie des pompiers et de l'administration échoue comme dans au moins trois cas depuis 1989, les habitants considèrent que leur propre conception aurait empêché les catastrophes.

22Cette opposition apparaît de façon caricaturale par la façon dont chacun conçoit la collecte des informations. Le PC, commandé par le préfet en personne, dispose d'un hélicoptère d'observation qui lui signale les feux, leur emplacement et leur ampleur, permettant de répartir les moyens disponibles. Interrogé, un habitant du Porge qui a vécu de fort près l'incendie de 1989, même s'il n'a pu disposer de la possibilité de vérifier son hypothèse, considère que les reprises de feu ne se voient pas de façon identique à terre et du ciel ; seules les informations collectées à l'échelle humaine permettent véritablement d'apprécier les désastres et de répondre aux besoins. Surtout, de ces divergences découlent des politiques opposées sur les moyens de combattre le feu.

23A qui appartient le feu ?

24Les équipements permettent évidemment de combattre le feu mais ils assurent aussi à son utilisateur la direction des opérations. « Qu'ils nous confient du matériel. La forêt c'est notre affaire, le feu aussi », disait un propriétaire forestier du Médoc quelques jours après l'incendie d'avril 19905. Ce type de propos s'appuie sur l'exemple d'un propriétaire du Porge qui, alors que le feu échappait aux pompiers, au milieu de l'embrasement général a sauvé ses pins, les défendant seul nuit et jour avec de l'eau qu'il répandait avec son propre tracteur et sa citerne ; on peut donc imaginer que si tous avaient fait de même l'incendie n'aurait pu se déployer ; l'action et la volonté d'un homme seul ont plus d'efficacité que des professionnels et leur matériel. Les habitants comprennent mal que ces capacités ne soient pas utilisées.

Pompiers et habitants

25CC : « Si tu te mets à côté, il te donne un coup de lance ; cette coupure entre population et pompiers est lamentable ; c'est leur job, mais le feu ne regarde pas cela. » Les pompiers, en effet, grâce à leur équipement, à leur arrivée immédiate et à leur qualification professionnelle disposent aujourd'hui de l'initiative face à l'incendie. Juridiquement la direction appartient au maire mais, dès que le sinistre s'étend à plusieurs communes, elle passe au préfet ou à son représentant, c'est-à-dire au chef des pompiers forestiers. Par ce fait, la lutte contre le feu échappe aux habitants, réservée, selon les dirigeants sylvicoles, au « corps des soldats du feu (qui s'est) érigé en entité de spécialistes, jaloux de leur technicité et de leur information. Cette attitude rompt avec une vieille tradition de proximité et de collaboration » (Alaux 1991 : 930) ; en clair, les propriétaires voudraient participer aux côtés des pompiers à la lutte et contribuer à éteindre les incendies : « On ne nous a pas écoutés », déclarait l'un d'eux au cours de l'incendie du Porge en 19896. En 1949, à Herm, en raison de l'état des chemins et du matériel, un indigène adjoint à chaque camion guidait les pompiers professionnels. La large autonomie dont bénéficiaient à l'époque les véhicules donnait un grand pouvoir aux habitants ; non seulement ils participaient à la lutte, jouaient un rôle, contrôlaient les spécialistes, voyaient leurs compétences utilisées, telle la connaissance de l'espace, mais leur initiative pouvait s'exprimer. Aujourd'hui les camions passeraient partout, n'auraient plus besoin de suivre les chemins et de trouver les ponts (même si les derniers grands incendies semblent indiquer le contraire), ce qui a pour effet d'exclure en grande partie les populations de la lutte. Comme, en outre, elles ne sont plus sollicitées pour surveiller d'éventuelles reprises, il ne reste plus qu'à porter à boire et à manger aux pompiers.

26Surtout, en réclamant une place dans la lutte contre les incendies, les habitants revendiquent une certaine maîtrise du feu. Contre l'utilisation exclusive de l'eau, des machines et des professionnels qui les excluent, ils préfèrent pour participer au combat l'action directe : le « fouail » pour les métayers et le contre-feu pour les propriétaires.

La direction de la lutte

27Pour s'assurer la direction de la lutte, l'administration dispose de ses moyens financiers, de son appareil bureaucratique, d'une technique – l'eau – et d'un discours : « les incendies s'atténuent ». Au contraire, les propriétaires préconisent l'action des hommes, dénoncent les dangers à venir et cherchent donc à se doter d'instances capables de combattre l'incendie sous leur direction. Contrôlant les conseils municipaux, ils ont toujours défendu, suivant ainsi la loi, la direction des interventions contre l'incendie par les maires. Cependant, très tôt, ils ont voulu se doter d'une organisation spécifique, de syndicats qu'ils contrôlaient, en accord avec les maires. Pour aller plus loin encore, Lugat, en 1903, proposait la militarisation de la lutte en faisant élire des chefs de « quartier » (hameau en français). Reconnaissables à leurs galons, ils dirigeraient leurs mandants qui, ainsi organisés, obéiraient aux instances supérieures, à savoir le maire (Lugat 1903). Même en préconisant des modes de fonctionnement inhabituel, il prétendait organiser les populations locales. Certaines communes ont longtemps conservé une organisation fondée sur un matériel relativement important : six camions pour l'une d'entre elles, appuyés par les équipements personnels des plus gros propriétaires qui disposaient de citernes. Ainsi, telle municipalité du Médoc a pu refuser l'installation d'une caserne de pompiers professionnels afin de ne pas introduire des pouvoirs étrangers à la commune et de garder ainsi la totale maîtrise du feu.

28Cette préoccupation se retrouve déjà au xixe siècle. Tout en constatant les divergences entre les conservateurs, négligeant les pins au nom de l'élevage des moutons, et les promoteurs de leur plantation, qui préconisaient la répression envers les bergers – à l'époque désignés comme la cause du feu –, la grande enquête de 1873 montre que tous deux s'accordaient pour disposer de leur forêt à leur guise. Les seconds réclamaient l'organisation d'associations contre l'incendie afin que les autorités n'aient pas à intervenir dans leurs pins.

Le rejet du projet de loi de 1873

29Le lourd compte rendu de l'enquête du directeur général des Forêts donna lieu à la rédaction d'un projet de loi ; il fut localement mal accueilli. Les opposants parlent d'« enquête sérieuse », se félicitent de la volonté de réduire les incendies mais regrettent, selon des formules maurassiennes avant l'heure, la centralisation du système et l'envahissement de l'État. Une réunion de propriétaires condamnent le projet, avançant l'argument stupéfiant qu'il « va troubler la paix qui était faite entre les incendiaires et les propriétaires des pins »7. Surtout, consultées, toutes les municipalités des Landes prennent position contre le texte ; le rédacteur d'un rapport de synthèse parle de « réprobation universelle »8. Ils refusent la mise en domaine forestier des propriétés communales (quand il en reste), regrettent l'interdiction de tout feu – alors que des incendies contrôlés leur semblent indispensables – l'obligation de tracer des pare-feux... Les conseillers municipaux, toujours propriétaires de pins, refusent surtout l'intrusion de l'État dans leurs terres. En définitive, malgré l'accord du Conseil général de la Gironde, devant le refus de celui des Landes, le projet fut abandonné. Pour garder la maîtrise de la lutte contre l'incendie, les propriétaires adopteront une solution différente.

L'association

30Crouzet, dans son rapport au préfet de 1869, a le premier, semble-t-il, proposé le regroupement des propriétaires en association syndicale qu'autorisait la loi de 1865. L'idée a connu un grand succès éditorial, la plupart des auteurs la reprennent, mais surtout, elle a donné naissance au sein des communes à des regroupements, au point que la loi de 1924 adopte cette perspective en demandant aux préfets de réunir les propriétaires en associations de défense contre l'incendie. Leur but consistait à créer et entretenir des pare-feux, à établir des points d'eau, à surveiller la naissance d'éventuels incendies mais aussi à organiser des « corps de sauveteurs destinés à combattre les incendies de forêt ». Des auteurs s'étonnent qu'un groupe social s'attribue un service public relevant ailleurs de la compétence des collectivités locales. Cette anomalie tient à la volonté d'échapper à l'intervention de l'État, illustrée par le refus de la loi de 1873 et à l'histoire de la propriété dans la région. Après avoir dépouillé les communes de leurs richesses, même les maires et les conseillers municipaux, qui n'avaient pas hésité à utiliser leurs fonctions pour profiter des ventes de terres collectives, n'ont pas osé faire payer à la collectivité, qu'ils avaient dépouillée, des dépenses supplémentaires dont ils auraient été les principaux bénéficiaires. Le débat a rebondi sous des formes nouvelles, car les propriétaires ont changé de position ; le vol des communaux s'éloignant, les plaintes contre de singulières conditions de « vente » de ces biens publics n'aboutissant pas et les dépenses nécessaires s'accroissant, ils ont jugé, en 1946, que le moment venait de transférer aux autorités administratives les frais d'équipement et de fonctionnement des pompiers forestiers.

31La démarche de Roger Sargos, qui a publié en 1949 un gros ouvrage sur la région, exprime les objectifs et les ambiguïtés des nouvelles positions des propriétaires (Sargos 1949). L'auteur cherchait à s'opposer à une éventuelle nationalisation de la forêt landaise ; dans ce but, il occulte complètement les modalités de vente des communaux entre la Restauration et le Second Empire pour insister – titre de sa deuxième partie – sur « la forêt landaise, création des propriétaires paysans landais ». Pour cela il s'appuie, à partir d'archives familiales, sur quelques cas d'exploitations de l'Ancien Régime pourtant peu importantes – l'immense majorité des terres appartenaient à « la collectivité jusqu'à la Restauration – afin de ne pas parler de la disparition ultérieure des propriétés collectives. De plus il néglige les rares domaines qui, prospères au xviiie siècle, n'ont pas acquis de communaux. Volées, les forêts pouvaient être reprises ; créées par les paysans, elles devaient rester dans leurs mains. Cette opposition à l'intervention de l'État, qui faisait dire à Sargos que les propriétaires payaient trop d'impôts (« la propriété landaise dévorée par le fisc et par le feu »), ne l'empêchait cependant pas de réclamer « ces nouveaux corps d'État des sapeurs-pompiers forestiers, dont l'organisation incombe au département », et de s'élever contre ceux qui n'avaient pas adopté les vues nouvelles9.

Financement et organisation des pompiers

32En effet, depuis le début du siècle mais plus particulièrement depuis 1924, des Associations syndicales de défense des forêts contre l'incendie disposaient d'un budget annexe à celui du département. En 1946, à côté du Service départemental « incendie secours », fut créé dans les Landes un corps départemental des sapeurs-pompiers forestiers indépendants ; il devait s'intégrer au SDIS mais, comme les financements avaient des origines différentes, l'État principalement pour les premiers, les collectivités pour les seconds, la spécificité de chacun fut maintenue au point que les pompiers forestiers devinrent des fonctionnaires départementaux.

33L'État réduisant peu à peu sa participation, le financement revint surtout au département qui voulut accroître la part des propriétaires. Depuis 1974 se succédèrent, en raison du conflit entre les Conseils généraux – quelles que soient leurs étiquettes – et les associations syndicales DFCI, des procédures interrompues, de « curieux » compromis et même de singulières pratiques ministérielles lors du vote du budget de l'État en 1986 ; ainsi, à deux heures du matin, le secrétaire d'État au budget fait adopter sans discussion et à main levée un amendement faisant payer aux syndicats de DFCI 20 % du budget départemental consacré aux incendies (Pinaudeau, 1987 : 153-154). En clair, le fonctionnement des pompiers forestiers dans les Landes puis dans les départements du massif forestier ne s'appuie pas sur le droit commun grâce, successivement ou concurremment, à la complicité ou à l'impuissance des autorités nationales ou régionales. Les propriétaires, principaux bénéficiaires du système de prévention contre les incendies à l'efficacité incontestée avant 1989, paient des sommes relativement faibles et même les contribuables subissent une imposition nettement plus faible que dans les autres régions, argument que ne cessent de rappeler les premiers pour réclamer un effort accru du Conseil général. Pour justifier cette répartition des dépenses, les sylviculteurs invoquent pour leur part la nécessité de consacrer à la prévention les sommes dont ils disposent, pour laisser les frais d'intervention aux collectivités (Pinaudeau, 1987). Pourtant, en 1992, après les grands incendies, le conseil général, l'État, l'Union landaise des associations DFCI et le syndicat des sylviculteurs ont fini par trouver un accord après dix-huit ans de conflits et de procès. L'Union landaise verse au département 7,6 millions pour solde de tout compte, l'État 2,4 millions et la première ne participera plus au financement des pompiers forestiers, consacrant ses ressources – 15 francs par hectare et par an – à des mesures préventives comme l'établissement de points d'eau (Ters 1992). Désormais, la lutte contre l'incendie repose donc bien sur la collectivité, même si les propriétaires en tirent le principal bénéfice ; les pompiers forestiers relèvent désormais uniquement des autorités administratives et échappent ainsi, pour d'évidentes raisons financières, aux sylviculteurs.

34Il ne reste plus aux habitants, pour affirmer leur autorité dans la lutte, que le contre-feu ; cette raison explique largement l'hostilité des pompiers et des autorités à son encontre et, symétriquement, la volonté des populations de l'utiliser ; ils retrouvent par ce moyen la maîtrise du feu dont on les a privés.

Le maître du feu

35La situation actuelle s'oppose en effet au traditionnel contrôle de la lutte contre l'incendie par les indigènes. Nous avons vu, sur une longue période, la belle énergie déployée pour obtenir la maîtrise du combat contre le feu ; cet intérêt ne relève pas du seul prestige politique et de petits calculs économiques. Diriger le combat contre le feu, se poser face à lui en égal permet d'établir des relations privilégiées avec certaines forces, de jouer un rôle dans le monde et la société. Le maître du feu dispose d'un statut social et symbolique suffisamment particulier pour justifier une défense constante contre les intrusions durant des décennies.

L'homme et la nature

36Combattre l'incendie par l'eau implique que seule la nature a les moyens de s'opposer à son propre déferlement ; par contre, l'homme en l'éteignant se montre l'égal des forces cosmiques. Le choix de l'une de ces relations au feu de forêt a des conséquences empiriques très précises. Pour que l'incendie reste l'affaire des hommes, il convient d'en réduire l'ampleur, de lui donner une taille humaine et cela conduit à privilégier la prévention ; par contre, quand la catastrophe dépasse l'échelle habituelle, elle n'appartient plus qu'à la nature qui seule offre une issue, soit par le contre-feu, soit par elle-même : « Le feu s'est épuisé quand le vent a tourné », disait un dirigeant des sylviculteurs déjà cité. Par contre, si l'eau combat l'incendie, il devient toujours possible d'en apporter davantage avec plus de moyens, encore plus de matériel, et si les pompiers ne maîtrisent plus rien, comme en 1989 et 1990, ils regretteront de n'avoir pas disposé d'équipements encore plus importants. En définitive, la controverse se réduit à l'opposition entre deux conceptions de la lutte : faut-il réduire le feu à l'échelle humaine ou, au contraire, disposer d'instruments s'élargissant à la taille du feu ?

37Cela a des conséquences très concrètes et suscite des controverses lors des incendies. Dans le premier cas, il convient d'attaquer le feu au plus vite, de le harceler, de ne lui laisser aucun répit, d'établir contre lui une guérilla permanente, de privilégier à son égard la tactique. La seconde conception, demande une plus large échelle, une vision stratégique de la lutte, le choix des engagements, le recul possible, l'attente sur des positions préparées. Les uns vont au plus vite au-devant des incendies, les autres l'attendent de pied ferme. Chaque fois que la situation se détériore, que le feu l'emporte, que celui-ci prend une ampleur dépassant le contrôle humain, alors les deux conceptions de la lutte s'opposent avec une virulence et une agressivité qui culmine dans les moments de panique ou après les plus grands désastres.

L'enjeu des Canadairs

38On comprend maintenant la place des débats sur la nécessité des Canadairs. Jusqu'en 1989, tout le monde s'accordait à considérer que la présence de chemins, le terrain plat, la difficulté d'écoper dans l'océan agité rendaient leur usage difficile, voire inutile dans les Landes. Tout change en 1989 : dépassés par le feu lors des grands incendies, les pompiers voient dans ces avions la solution à leurs difficultés. « Plus personne ne peut en douter, l'intervention massive des Canadairs à partir de mercredi a été déterminante pour stopper la foudroyante progression du feu », écrit un journaliste à cette occasion (Garnier 1989). Par contre les représentants des propriétaires maintiennent leur scepticisme. Au Porge « le feu s'est épuisé lorsque le vent a tourné orientant le phénomène vers des zones déjà carbonisées. Les Canadairs n'y sont pour rien » (Alaux 1991 : 931). Depuis, de larges campagnes en faveur de l'achat d'avions et d'hélicoptères porteurs d'eau occupent les colonnes de la presse régionale10.

39Derrière cette question apparaît l'éternel débat sur la place du matériel et partant des hommes, dans la lutte contre l'incendie. Pour les uns « il y a actuellement une surenchère technique qui nous inquiète. On vote des millions de francs pour acheter du matériel dont personne ne peut démontrer l'efficacité » (Alaux 1991 : 929-930). Pour les autres – administrateurs, pompiers et leurs porte-voix, certains journalistes – c'est tout le contraire : de meilleurs équipements permettront une plus grande efficacité.

L'accès au feu

40Cette confrontation avec des forces cosmiques suit des mécanismes complexes ; accéder à leur maîtrise implique comprendre leur fonctionnement, savoir les utiliser pour en définitive disposer d'une autorité sur un espace et jouer un rôle politique et social.

41En premier lieu, comme le souligne Bachelard, le feu est « un des principes de l'explication universelle » (Bachelard 1978 : 20) en ce sens que, polyvalent, il suscite des situations opposées, bien et mal, plaisir et douleur, création (cuisine) et destruction... Il anéantit les pignadas mais permet à la bonne herbe de pousser, il constitue une menace mais sert à obliger les propriétaires à respecter la chasse banale... Le maîtriser permet de se confronter avec les principes organisateurs du monde ; être capable de l'affronter, arriver à l'éteindre, l'utiliser pour l'opposer à lui-même par le contre-feu, révèle la maîtrise des éléments constitutifs du monde. L'homme montre sa connaissance des fondements mêmes du cosmos et de son fonctionnement. En second lieu, citons encore Bachelard : « Manquer un feu eût été une insigne sottise. Je n'imaginais pas que mon père pût avoir d'égal dans cette fonction, qu'il ne déléguait jamais à personne. En fait, je ne crois pas avoir allumé un feu avant l'âge de dix-huit ans. C'est seulement quand je vécus dans la solitude que je fus le maître de la cheminée » (Bachelard 1978 : 21). Les prérogatives attachées au feu domestique, autorité sur la maison, savoir sur les choses, prennent évidemment avec un feu public, un feu « social », une ampleur bien plus large. En 1949, lors de l'incendie de Castets, un cultivateur se voit attribuer l'initiative d'une manœuvre particulièrement habile, sauvant de la destruction des hectares de pins. Cette personne avait terminé la guerre de 1914/18 avec le grade de capitaine et la légion d'honneur, ce qui lui avait valu la direction des anciens combattants de la commune, poste abandonné lors de la montée de l'extrême droite11. Seul celui qui avait su combattre victorieusement dans les tranchées, pouvait disposer de la capacité et de l'autorité pour l'emporter une nouvelle fois devant le feu.

42Enfin, l'intervention contre le feu assure un droit de regard sur l'espace ainsi protégé. Combien de sauveteurs se sont-ils arrêtés à la limite d'une propriété où ils n'avaient pas le droit de chasser ? Des témoins (et acteurs) m'ont décrit une telle situation à Vert vers 1970 ou à Saint-Paul-les-Dax dans les années 30. De plus, dans ce dernier cas, le rapport de gendarmerie, étranger à ces valeurs, considère que la victime ne se connaissait aucun ennemi. Sans entraîner le risque du feu, cette interdiction, dont la dynamique a échappé aux enquêteurs et peut-être au propriétaire, autorisait à ne pas aller l'éteindre. A l'inverse, le chasseur à qui on attribue un emplacement pour poser ses filets pour la palombe ou l'alouette se considère comme l'utilisateur de l'espace mais aussi son gardien ; il doit veiller au bon état des arbres et à leur protection contre l'incendie, évidemment en ne mettant pas le feu et, surtout, en concourant à son extinction12.

43L'épreuve du feu, la participation à son arrêt attribue un rôle social ; l'individu qui accède à ce statut, qui a su proposer une manœuvre efficace, allumer un contre-feu qui atteint son but, trouve une évidente gratification sociale. Cela explique, en partie tout au moins, le prestige dont bénéficient les pompiers forestiers dans la région ; alors qu'ils disposent d'une série d'avantages – emploi stable sur place, rythme de travail serein sauf dans les périodes de sécheresse et d'orages – leur statut ne subit, de la part du public, aucune des attaques dont pâtissent des professions analogues. Dominer le feu est une des clés de la maîtrise du monde avec toutes les retombées symboliques que cela implique.

L'exclusion du pyromane

44Dans ce contexte, l'incendie constitue une épreuve à laquelle individus et groupes se trouvent nécessairement confrontés. Il convient donc de ne reconnaître entre les habitants et le feu aucun intermédiaire, et en particulier pas les pyromanes. En effet, depuis fort longtemps, les populations et leurs porte-parole s'ingénient à atténuer leur intervention. Ainsi, selon les règles du genre, s'interrogeant en 1929 sur les causes des incendies, Gabriel Dubourg énumère les origines « particulières » qu'il répartit en naturelles, accidentelles et malveillantes. Cependant, même s'il dénonce les criminels acquittés après une belle plaidoirie, il s'interroge : « Est-il logique d'accuser toujours le chasseur ou le fumeur ? Ou faut-il en conclure avec M. de La Palice que si le feu brûle, c'est parce qu'on l'a allumé ? » (Dubourg 1929 : 34). Ce principe lui permet de distinguer les causes particulières, sans intérêt comme leur nom l'indique, des causes générales auquel il consacre un chapitre entier, les modifications des techniques culturales pour l'essentiel. Le pyromane, le grand fantôme des incendies de forêts, ne mérite que quelques lignes et tous les auteurs adoptent une semblable position. Cela ne veut pas dire que des coupables ne soient pas désignés.

45Les personnes ou les groupes accusés d'allumer les incendies s'y livreraient dans un but personnel ou politique, mettant ainsi en œuvre, par malice ou intérêt, les capacités destructrices du feu ; ils n'agissent pas par plaisir mais pour nuire ou profiter. L'incendiaire s'intègre dans le jeu social et son expression ne fait que refléter l'exacerbation des conflits. Le registre de délibérations du conseil municipal de Pompone (Lot-et-Garonne), en 1858, présente bien la question : « Dans la contrée, le faible opprimé a toujours exercé sa vengeance par le feu et l'incendie de forêt13. » On comprend que dans ces conditions les propriétaires soient méfiants ; les plus habiles essaient d'établir les meilleures relations possibles avec les habitants ou, mieux, leur confient la garde de leurs pins. Le procédé, simple et gratuit, consiste à les autoriser à chasser sans limites ; les bénéficiaires disposent de l'usage de la terre et, évidemment, une de leurs prérogatives consiste, ainsi que nous l'avons vu, à prévenir l'incendie, sinon à l'arrêter au plus vite. Une autre explication s'appuie sur des raisons économiques ; les forêts brûlées permettent aux marchands de bois d'acheter moins cher et aux ouvriers d'avoir du travail. Enfin, parfois, des raisons liées à l'aménagement expliqueraient les désastres : implantation d'un golf ou d'une décharge.

46Si le conflit s'exacerbe, les administrateurs et les auteurs vont jusqu'à parler de malveillance. Ils désignent des coupables, rôle qu'ont joué pendant au moins deux siècles les bergers. Une requête, adressée à l'archevêque de Bordeaux en 1700, s'indigne à propos des incendies répétés dans les landes de Gujan de ce qu'« on ne découvre jamais les auteurs, bien que l'on sache que ce sont les pâtres qui considèrent les plantations de pins comme une usurpation de leur territoire de parcours »14. Une large fraction des personnes interrogées en 1872 portent encore la même appréciation. L'aspect politique attire d'autant plus le regard que toutes les grandes révoltes s'accompagnent dans la lande d'incendies, même si les autorités ne découvrent jamais les coupables et si, sous ce prétexte, des dirigeants furent condamnés. Que ce soit en 1907, lors des grèves de résiniers, en 1920, lors de la révolte des métayers du Bas-Adour et même en 1970, quand à Solférino (Landes) quelques ouvriers agricoles réclamaient le repos hebdomadaire, chaque fois, une grange brûlée permettait, au moins dans l'imaginaire, de conjoindre revendications sociales et incendie. Pourtant, Charles Cadilhon, sénateur des Landes, le dit clairement : « L'étude très documentée de M. Dubourg procède de cette vérité que (l')on ne peut empêcher un incendie de naître. » Pour tous, le pyromane ne constitue pas un danger. Même Chambrelent l'écrit explicitement : « Les habitants et les propriétaires se tromperaient fort s'ils croyaient qu'en détruisant (cette cause des incendies), ils feraient cesser le mal » (1872 : 8).

47Le pyromane apparaît cependant dans la chaleur de l'incendie : « A 10 heures hier, on pensait avoir définitivement la situation en main. Vers midi, coup de théâtre. Deux nouveaux foyers se déclaraient à au moins un kilomètre de la zone sinistrée. Dans le dos des sapeurs-pompiers, vers la mer, au lieu-dit La Tressade. Comme un fait exprès. Au PC mobile, on fulminait. La thèse d'un incendie criminel était dans toutes les têtes15. » Cet article, publié au début du grand incendie du Porge, en 1989, modère les accusations portées à la radio contre les pyromanes par le sous-préfet de Lesparre, que la presse régionale n'a pas osé reproduire. Le numéro spécial de Sud-Ouest de juillet 1989, peu après l'incendie, reprend les mêmes termes mais ajoute perfidement : « Dépassé par les événements, le PC mobile des sapeurs-pompiers avance pour la première fois l'hypothèse du pyromane. » Voici, enfin, la version des dirigeants des sylviculteurs deux ans plus tard : « Le premier jour, le feu a brûlé jusqu'au soir et les pompiers n'ont réussi à l'arrêter qu'à son arrivée sur une coupe rase. Certains de leur victoire, ils ont alors plié bagage et sont partis malgré les avertissements des propriétaires qui savent à quel point le retour du jour représente un moment favorable à la reprise du feu. Ce qui n'a pas manqué de se produire » (Alaux 1991 : 931). Les pyromanes ont disparu ; la reprise du feu, fût-ce dans le dos des pompiers, apparaît comme la simple conséquence du développement normal de l'incendie et surtout, peut-être, des erreurs commises. En tout cas, aucun intrus ne prive les habitants de leur feu, ne serait-ce qu'en l'allumant.

Un moyen de communication

48L'incendie sert donc à exprimer des valeurs et à définir des conduites ; nous avions précédemment montré que le feu servait à régler des comptes (Traimond 1981 : 338). Il permet certes, d'éloigner les étrangers de l'achat des communaux, de laisser aux exclus une dernière possibilité de s'affirmer mais, surtout, plus profondément encore, il contribue à organiser l'ensemble des relations sociales. Lors des tentatives pour l'éteindre, tant entre hommes qu'avec l'aide de la nature, certains mécanismes marquent définitivement les participants. Parlez avec l'un d'eux : il aura des idées très précises sur les relations d'autorité, soulignera que ceux qui proposent des initiatives dans la tourmente ne sont pas nécessairement ceux qui devraient le faire... Bref, non seulement le feu recompose la hiérarchie sociale, mais crée des conditions particulières qui bouleversent les mécanismes habituels de communication. Les catastrophes récentes n'ont pas permis à ces capacités de s'exprimer dans la lutte, en conséquence, elles s'expriment dans le discours sur l'incendie et les échecs des pompiers. « Ce qui à notre sens, note Yves Lesgourgues, confère à l'incendie du Porge-Lacanau une spécificité historique déterminante, outre son ampleur, demeure la singulière efflorescence d'initiatives venues de ce que nous pourrions nommer "la société civile" par opposition aux professionnels et aux politiques. Tout se passe en effet comme si, progressivement, au cours de l'hiver 1989-90, une appropriation externe du phénomène s'opérait au travers de multiples intervenants » (Lesgourgues 1990 : 60).

49Évidemment, la lancinante question des causes revient à l'occasion de chaque catastrophe : « On ne cherche pas à savoir pourquoi un feu démarre », s'insurgeait un ancien résinier. Pour répondre à la question, Claude Courau n'hésite pas à lier l'incendie de Sainte-Hélène, 5 600 hectares brûlés dans la nuit du 31 mars au 1er avril 1990, et le projet d'implantation d'une décharge de la Communauté urbaine de Bordeaux dans la zone incendiée (s.d. : 56-57). Depuis, il regrette que cette question ne fasse pas l'objet de débats publics et que les candidats aux élections, quelle que soit leur étiquette, n'évoquent pas ces questions alors que l'opinion publique, selon lui, attend des réponses. Deuxième forme d'intervention, nouvelle celle-là, la volonté d'associations et d'entreprises, affirmée sous forme de plantation de pins dans les zones dévastées. Il ne s'agit pas là de trouver les causes de l'incendie mais de promouvoir une image de forêt « créatrice de richesses au service de la population », comme l'affirme l'association « Vive la forêt » (Lesgourgues 1990 : 61). Enfin, remarquons que ces événements ont contribué à faire cesser le conflit qui depuis dix-huit ans opposait les propriétaires et les conseils généraux sur le financement des pompiers forestiers.

50Au travers de l'incendie surgissent les préoccupations des habitants d'une région et la façon dont ils les expriment. Le feu contribue à régler les relations sociales et, surtout, organise les représentations et les configurations symboliques locales. « Je ne leur dis rien, ils mettraient le feu à la palombière », disait un chasseur se plaignant de l'intrusion des chasseurs de lièvre et de leurs chiens aux abords de sa cabane. De même, le sylviculteur sait que les meilleurs protecteurs de ses pins viendront librement attraper du gibier sur ses terres. A travers ce type de situations apparaissent les véritables normes de conduites socialement admises. Elles surgissent dans les débats, sur la façon dont il convient de combattre l'incendie, imposant la nécessité de se confronter au feu. L'incendie de forêt est, pour les habitants de la région, le moment où, dans la fièvre de l'action, les savoir-faire, les compétences personnelles et les relations sociales doivent être mises à l'épreuve. Que des « étrangers » vous confisquent cette possibilité, la société s'en trouve bouleversée.

Haut de page

Bibliographie

L'incendie :

Abbiateci A., 1970. « Typologie d'un crime : les incendiaires au xviiie siècle », Annales E.S.C., pp. 229-249.

1971. « Les incendiaires devant le Parlement de Paris : essai de typologie criminelle (xviiie siècle) », Crimes et criminalité en France sous l'Ancien Régime, xviie-xviiie siècles, Paris, Armand Colin.

Bachelard G., 1978. La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, Idées. 185 p. (première édition 1949).

Bolo E.-E., 1973. Tout le dossier de l'affaire Bolo, Paris, Editions Nouvelles Presses parisiennes, 261 p.

Bouvarel A., 1974. « Les incendiaires », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de forêt », tome I, pp. 107-117.

Degos G., 1974. « La Corse (libre opinion sur les feux de forêts et de maquis) », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de Forêt », tome 1, pp. 54-59.

Duche E., 1913. Le crime d'incendie, Paris, 171 p.

Jacquot A., 1903. Les incendies de forêt, Paris, Nancy, 400 p.

Maurel E., 1935. L'incendie de forêt dans le Sud-Est de la France. Etude de politique criminelle et de protection sociale, Nice, 157 p.

Métailié J.-P., 1978. « Les incendies pastoraux dans les Pyrénées centrales », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 49, fasc. 4, octobre.

1981. Le feu pastoral dans les Pyrénées centrales (Barousse, Oueil, Larboust), Paris, CNRS, 294 p.

Schulte R., 1984. « Les incendiaires », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 51, mars, pp. 55-66.

Strazzulla J., 1991. Les incendies de forêt, Paris, Denoël, 242 p.

Sigaut F., 1975. L'agriculture et le feu. Rôle et place du feu dans les techniques de préparation du champ de l'ancienne agriculture européenne, Paris, La Haye, Mouton, 320 p.

Vigeau A. B., 1876. Monomanie incendiaire, Bordeaux, 20 p.

Le feu dans les Landes de Gascogne :

Alaux J.-P., 1991. « Sud-Ouest : les leçons d'un échec », La Recherche, n° 234, juillet-août, pp. 928-931.

Barranx S., 1945. Le feu est dans la lande, Bordeaux, Delmas, 322 p.

Benardie J., 1975. « Organisation du corps départemental des sapeurs-pompiers professionnels de la Gironde », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de forêt », tome 2, pp. 504-515.

Bordes M., 1948. « Les incendies dans les Landes », Bulletin de la Société archéologique du Gers, 3e trimestre, pp. 144-145.

Bertails J.-A., 1909. « Mesures contre les incendies dans les Landes sous l'Ancien Régime », Revue historique de Bordeaux, pp. 61-63.

Caliot G., 1937. « Rapport sur les incendies de forêts au Conseil général des Landes », Mont-de-Marsan.

Chambrelent J., 1872. « Landes de Gascogne. Des mesures à prendre pour empêcher les incendies dans les forêts des Landes et des mesures à employer pour éteindre ces incendies », Limoges, J.-B. Chatras, 34 p.

Clavel G. et G. Rayet, 1894. « Note sur les incendies dans les Landes de Gironde en 1898 et sur la sécheresse exceptionnelle de l'été 1899 », Bordeaux, Delmas, 35 p.

Cocula A.-M., 1973. « L'homme et la forêt en Aquitaine à travers les délits forestiers au xviiie siècle », Casteljalous et la forêt aquitaine, Nérac, Fédération historique du Sud-Ouest, pp. 125-152.

Courau C., 1990. Le Porge, village meurtri, Lacanau, Association d'histoire locale et régionale « souvenirs », 128 p.

s.d. « La forêt médocaine menacée (par le feu et les ordures de la C.U.B.) », Andernos, S.B. Bureautic Services, 140 p.

Crouzet H., 1869. « Rapport de l'ingénieur en chef sur l'organisation des moyens propres à protéger les forêts contre l'incendie », Mont-de-Marsan, Conseil général, rapport du préfet, Delaroy, pp. 215-244.

De Laage D., 1989. « 1989, la grande peur », Sud-Ouest, numéro spécial, juillet, p. 7.

Delassasseigne M., 1900. Dunes et landes de Gascogne. La défense des forêts contre les incendies. Paris, Imprimerie nationale, 36 p.

Delest E., 1919. « La question des incendies dans les forêts des Landes », Partie d'un programme économique landais, Bordeaux, Delmas, pp. 43-47.

Dorlanne D., 1975. « Les sylviculteurs en face du risque d'incendie », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de forêt », tome 2, pp. 455-460.

Doustin D., 1975. « Organisation de la lutte dans le massif landais », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de forêt », tome 2, pp. 500-503.

Dubourg G., 1929. « Etude sur les incendies de forêts dans la région landaise », Bordeaux, chez l'auteur, 160 p.

Dujas J. et B. Traimond, 1992. Le choix du coupable, l'incendie dans les Landes de Gascogne (à paraître).

Dumora A., 1961. « Dans le Sud-Ouest, l'organisation de la défense contre les incendies de forêt », Les Cahiers français, pp. 6-9.

1873. Enquête sur les incendies de forêt dans la région des Landes de Gascogne, Paris, Imprimerie nationale, 417 p.

Faugère H., 1961. « Situation actuelle du système de défense contre les incendies dans le massif forestier gascon », Revue forestière française, n° 3, pp. 150-152.

Favre C. P., 1965. Contre-feu, Paris, France-Empire, 219 p.

Ferrand D. et A. Laborde, 1917. Contribution à l'étude de la lutte contre les incendies de forêts de pins, Bordeaux, Albin Michel, 96 p.

Galloy P., 1974. « Incendie du 28 août 1974 en forêt usagère de La Teste (Gironde) », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de forêt », tome 1, pp. 192-193.

1975. « La fédération girondine », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de forêt », tome 2, pp. 448-454.

Garnier C., 1989. « Le miracle est tombé du ciel », Sud-Ouest Dimanche, 23 juillet.

Girard J.-M., 1913. « Les incendies dans les forêts de pins », Revue économique de Bordeaux, n° 152, juillet-août, pp. 537-544.

1888. « Incendies de forêt à Losse, Estigarde et Solférino », Revue des Basses-Pyrénées et des Landes, pp. 141-144.

1887. « Incendies de forêt à Sanguinet et dans les communes limitrophes de la Gironde, Revue des Basses-Pyrénées et des Landes, p. 252.

Kandani A., 1983. « La protection de la forêt de Gascogne contre l'incendie », mémoire DEA, Bordeaux I, 1983, 49 p.

Lafargue A.-J., 1891. « Incendies dans les Landes », Revue catholique de Bordeaux, 1891, pp. 537-591.

Larroquette A., 1924. Les Landes de Gascogne et la forêt landaise, Mont-de-Marsan, Lacoste, 404 p.

1894. « Les incendies des Landes », Revue des Pyrénées et de la France méridionale, pp. 214-215.

Le Chatelier L., 1873. « Note sur les mesures à prendre pour prévenir la propagation des incendies dans les Landes », Paris, Librairie agricole de la maison rustique, 35 p.

Legrand M., 1936. « Incendies dans les forêts de pins du Marensin en 1755 d'après la correspondance de l'intendant d'Etigny », Bulletin de la Société de Borda, pp. 120-126.

Lesgourgues Y., 1991. « Réflexions concernant les problèmes DFCI des espaces forestiers landais à la lumière des incendies du Porge-Lacanau », Revue forestière française, numéro spécial, Espaces forestiers et incendies, pp. 57-71.

Lourties V., 1902. « Rapport fait au nom de la commission chargée d'examiner le projet de loi concernant les mesures à prendre contre les incendies dans les départements de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne », Journal officiel, Sénat, annexe au procès verbal de séance du 21 février, 55 p.

Lugat V., 1903. L'armée des frappeurs combattant les incendies des Landes, Mont-de-Marsan, Imprimerie ouvrière, 31 p.

Manciet B., 1989. Landes en feu, Bordeaux, Sud-Ouest, 92 p.

Mathio M., s.d. La culture méthodique du pin maritime et sa préservation contre l'incendie, Dax, Labèque, 15 p.

Mercier C., 1974. « Le massif landais face à l'incendie », Revue forestière française, numéro spécial « Les incendies de forêt », tome 1, pp. 21-25.

1989. « 1949 Le feu 1989 Encore », Sud-Ouest, numéro spécial, juillet, 32 p.

Millies-Lacroix M., 1901. Les incendies dans les forêts de pins dans les Landes de Gascogne, Paris, P. Mouillot, 70 p.

Nicot C., 1974. « Etude de la répartition des incendies en fonction des causes », Revue forestière française, numéro spécial, « Les incendies de forêt », tome 1, pp. 94-98.

1974. « Les relations de causes à effets entre les imprudences caractérisées, les causes accidentelles et la police forestière pendant les mois d'été en Gironde », Revue forestière française, numéro spécial, « Les incendies de forêt », tome 1, pp. 94-98.

1889. « Note sur la défense contre les incendies de forêt au xviiie siècle », Revue de Gascogne, t. XXX, p. 547.

1884. « Note sur la fréquence des incendies de forêt dans les Landes », Revue des Basses-Pyrénées et des Landes, p. 398.

1887. « Note sur l'organisation d'associations pour la lutte contre les incendies de forêt », Revue des Basses-Pyrénées et des Landes, pp. 218-219.

1888. « Note sur plusieurs incendies dus à la malveillance », Revue du Béarn, Navarre, Lanne, p. 349.

Oudot de Dainville M., 1919. « La défense des forêts d'après un mémoire inédit de l'an II, Revue historique de Bordeaux et de la Gironde, pp. 91-97.

Papy L., 1949. « Partie d'un programme économique landais. La question des incendies dans les forêts des Landes », Bordeaux.

Péronnau A., 1972. « La prévention et la lutte contre le feu », Bordeaux, Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest, Assemblée générale du 23 juin.

Pfaff I., 1983. « Organisation et coût de la défense de la forêt contre l'incendie en Gironde. Bilan et perspective », mémoire de 3e année, Ecole nationale des ingénieurs des travaux des eaux et forêts.

Pinaud A., 1978. « Le problème du feu dans la forêt landaise », Etudes géographiques offertes à Louis Papy, Bordeaux, pp. 453-462.

Pinaudeau C., 1987. « La prévention défaite dans le Sud-Ouest », Politiques forestières comparées, Bordeaux, Maison des sciences de l'homme, pp. 129-206.

Rafenomanana J., 1964. « Le boisement en pin maritime des Landes de Gascogne et la défense contre les incendies », 1970. « Recrudescence des incendies dus à la malveillance », Echo religieux des Pyrénées et des Landes, Pau, p. 473.

Sargos R., 1949. Contribution à l'histoire du boisement des Landes de Gascogne, Bordeaux, Delmas, 836 p.

Segondat M. de, 1785. Histoire naturelle du chêne, Paris.

Ters D., 1992. « Concordat antifeu dans les Landes », Sud-Ouest, 27 janvier.

Traimond B., 1981, « Le feu est dans la lande ou l'incendie comme fait social », Des arbres et des hommes, Le Paradou, Actes Sud, pp. 333-343.

Haut de page

Notes

1Sud-Ouest, 8 novembre 1982.
2Archives départementales des Landes, 6 Ms 17.
3Archives nationales, F7 9336.
4Sud-Ouest, 21 juillet 1989, p. 5.
5Sud-Ouest Dimanche, 8 avril 1990, p. 10.
6Sud-Ouest, 21 juillet 1989, p. 5.
7Petite Revue catholique du diocèse d'Aire et de Dax, 1873, pp. 550-551.

« Répondant à l'inquiétude générale et désireuse de rendre aux populations des campagnes une sécurité nécessaire, l'Administration civile, après une enquête sérieuse, a cru devoir arrêter un ensemble de mesures destinées à prévenir le retour du fléau.
Si la sollicitude de l'Etat est louable et légitime, il s'en faut cependant que son travail, soumis sous la forme d'un projet de loi à tous les intéressés, soit à l'abri de sévères critiques.
Le double inconvénient du système de centralisation, auquel nous sommes encore soumis, se révèle dans ce projet : le véritable état des choses est mal connu ; et l'on y sent percer le génie envahisseur de l'Etat.
Aussi, une réunion de propriétaires landais, parmi lesquels se trouvaient cinq membres du Conseil général, s'est tenue à Labouheyre, et l'on y a résolu à l'unanimité l'envoi au préfet d'une protestation motivée. Les signataires repoussent le projet de loi « parce qu'il est inutile, vexatoire et dangereux. Inutile : car il n'a pas et ne peut pas avoir pour objet de prévenir les incendies qui ont été une des conséquences de l'application de la loi du 19 juin 1857 et de la suppression trop brusque du régime pastoral dans les Landes de Gascogne. »
« Vexatoire, parce que, en interdisant l'emploi du feu pour les exploitations forestières et agricoles, sauf dans certains cas prévus par un règlement d'administration publique, on va certainement organiser un ensemble de mesures dont les seules conséquences appréciables seront une gêne immense apportée au développement de l'agriculture, au commerce et à l'exploitation des bois de pins.
Dangereux, parce que, en entourant de précautions excessives les incinérations que veut atteindre l'article 2e et que l'administration forestière a le désir de réglementer sans consulter les populations intéressées, on va troubler la paix qui était faite entre les incendiaires et les propriétaires de pins. »

8Monnier, Marcel. Rapport sur le projet de loi destiné à prévenir les incendies dans les landes boisées de Gascogne, Archives départementales des Landes, 7 M 420. Cette liasse contient le compte rendu du refus de la loi de chaque municipalité.
9Sargos, R. (1949 : 755) signale une opposition aux pompiers forestiers de la part de « beaucoup trop de propriétaires qui se dévouent inlassablement au sein de nos associations syndicales ».
10Un exemple dans Sud-Ouest du 25 janvier 1991 : « Pompiers forestiers. Les Canadairs font merveille. Les grandes manœuvres annuelles des pompiers forestiers se sont déroulées pendant une semaine dans la région de Sabres et de Biscarosse. Succès sur toute la ligne. (...) Une dizaine de feux (carcasses de pneu) ont été allumés dans les marais de la Croustasse dans un terrain particulièrement difficile et les automobilistes qui passaient sur la route de Maguide, voyant monter l'épaisse fumée qui se dégageait de ces incendies volontaires ont dû se poser des questions... L'efficacité des Canadairs a fait merveille et au bout de deux passages, tout était éteint. La manœuvre combinée hélicoptères-bombardiers d'eau a été concluante et les stagiaires ont pu acquérir une idée précise de la manière de la concevoir. »
11Témoignage de Berthe Donan (1885-1978).
12Peut-être faut-il retrouver là une relation avec les rituels de prise de possession des maisons que décrivent les actes notariés de l'Ancien Régime ; il fallait couper une branche et par deux fois, allumer et éteindre le feu dans la cheminée.
13Cité dans Labets, revue du groupe gascon du Foyer rural du canton de Houillès, n° 8, s.d.
14Archives départementales de la Gironde, G 79.
15Sud-Ouest, 21 juillet 1989, p. 5.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dujas J.-M. & B. Traimond, 1992, « Le maître du feu. Les incendies dans les landes de Gascogne », Terrain, n° 19, pp. 49-64.

Référence électronique

Jean-Michel Dujas et Bernard Traimond, « Le maître du feu », Terrain [En ligne], 19 | octobre 1992, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3045 ; DOI : 10.4000/terrain.3045

Haut de page

Auteurs

Jean-Michel Dujas

Bernard Traimond

Centre d'anthropologie des sociétés rurales, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals