Navigation – Plan du site
Le Feu

Du feu purificateur au Purgatoire

Émergence d'une nouvelle image
Anca Bratu
p. 91-102

Entrées d’index

Thème :

religion

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1La façon dont a pensé et mis en image les lieux de l'au-delà, les moyens qu'on a employés pour les exprimer visuellement, ont toujours été révélateurs à la fois des conceptions théoriques qu'ils supposaient et des croyances et des pratiques qui s'y rattachaient. Voilà pourquoi suivre la mise en image du Purgatoire, ce « nouveau lieu de l'au-delà », qui a pris progressivement forme après une très longue maturation des idées – et qui a été défini dans les dernières décennies du xiie siècle à Paris, au contact de la scolastique naissante et de la pensée cistercienne (Le Goff 1981) – est un sujet de choix. Car il tient à la fois de l'histoire (histoire des idées et des mentalités, mais aussi, implicitement, histoire de la société) et de l'histoire de l'art, domaine où il puise sa principale source d'information.

2On peut penser que sans la « médiation » de l'image ce « nouveau lieu » de l'au-delà n'aurait pas pu « prendre corps » et que, réduit aux spéculations des théologiens, il n'aurait pas pu s'enraciner dans l'imaginaire des fidèles. D'ailleurs, lorsque l'image du Purgatoire émerge, dans la deuxième moitié du xiiie siècle, elle est en concordance avec les premières formes de manifestation du culte, notamment avec l'apparition timide du Purgatoire dans les testaments et dans les chartes des confréries (Le Goff 1981 : 437-439).

3Mais la mise en image du Purgatoire a été difficile et, lors de son élaboration, la préexistence d'une riche tradition iconographique a été autant un point de départ qu'une raison de retard. Car, pour que le Purgatoire existe en tant que « lieu » à part entière de l'au-delà, il lui a fallu dépasser à la fois l'image du « feu purgatoire » qui a dominé l'imaginaire médiéval au moins jusqu'à la fin du xiie siècle, sous l'autorité de saint Augustin (Ntedika 1966), et celle de l'Enfer, son redoutable concurrent. En ce sens, l'histoire du Purgatoire en image a été celle de son difficile affranchissement de ces prédécesseurs...

4De toute façon, à la base de l'image du Purgatoire il y a quelques présupposés, dont celui concernant la double nature (paradoxale) du feu : à la fois destructeur et purificateur, il consume et/ou il débarrasse des impuretés. Cette deuxième fonction notamment, utilisée au premier degré pour la purification des métaux précieux, est aussi une métaphore de la mise à l'épreuve et/ou de la purification de l'âme.

Mise à l'épreuve et purification par le feu

5Saint Augustin commente le thème de l'épreuve par le feu présent dans les Écritures, dans le sens des tribulations au moyen desquelles Dieu éprouve les justes (Augustin, Enchiridion, XVIII, 67-68 ; De Civitate Dei, 1.XXI).

6On peut supposer que ce thème, figuré dans l'illustration des psaumes, a joué un rôle important dans la genèse de l'image du Purgatoire. Car, par ébauches et par glissements de sens successifs, des motifs qui ont vu le jour dans l'illustration des psaumes ont reçu des sens nouveaux, l'image interprétant le texte en fonction des commentaires chrétiens.

7Ainsi par exemple, le passage à travers le feu et la fournaise ardente, présenté dans les psaumes comme épreuve pour les justes, et rattaché à l'exégèse de la première épître de Paul aux Corinthiens (I Cor., 3, 11-15), principale base scripturaire pour le nouveau lieu de l'au-delà (Michel 1936 ; Le Goff 1981 : 66-67 et 91), peut être interprété comme une des préfigurations du Purgatoire naissant.

8Prenons le psaume 16,3 où le feu est mentionné comme moyen de mise à l'épreuve (« Probasti cor meum, visitasti nocte igne me examinasti : non est inuenta in me iniquitas »). Dans l'illustration du ixe siècle du psautier d'Utrecht (Dufrenne 1978 ; Horst et Engelbregt 1984) le psalmiste est figuré sur une fournaise ardente, tendant vers le Christ une balance, signe de justice (fol. 8v, Fig. 2). Dans le commentaire de ce passage, rapporté par la Glose ordinaire, Cassiodore fait la comparaison avec la fournaise où l'on purifie le métal : « A similitudine fornacis, quae metallum purgat ; sed non est inuenta iniquitas. » (Biblia Sacra cum glossa ordinaria... 1617 : t. III, 550). Une représentation similaire se trouve au folio 14v du psautier d'Utrecht : le psalmiste se tient debout sur une fournaise ardente, ouvrant les bras et relevant la tête vers Dieu. Le feu n'est pourtant pas mentionné dans le psaume 25,2 (« proba me Domine et tempta me/ ure renes meos et cor meum ») auquel cette image correspond, mais l'image a suivi vraisemblablement ici les commentaires de ce passage. De même, dans l'illustration de Daniel, 3, 88 (fol. 7v) les trois Hébreux sont représentés plongés jusqu'au cou dans une fournaise ardente, têtes renversées vers Dieu.

9Dans toutes ces scènes, l'attitude confiante des personnages, têtes renversées, regard dirigé vers Dieu, gestes suppliants, indique la fonction purificatrice de la fournaise, qui ailleurs est un lieu de punition pour les impies (par exemple fol. 1v, ps. 20, 10).

10L'iconographie du Purgatoire héritera de ce type d'image lorsqu'elle présentera, par exemple dans le Speculum Humanae Salvationis, parmi les quatre lieux des Enfers, les âmes se purifiant dans les flammes du Purgatoire, semblablement aux trois jeunes gens dans la fournaise (Fig. 3). D'ailleurs, le feu qui est « purificateur » pour les justes, tourne de la même façon au châtiment pour les impies.

11Dans l'illustration du Cantique d'Anne dans le psautier d'Utrecht (fol. 84v) le Christ délivre des personnages des flammes, tandis qu'un ange en enfonce d'autres dans un feu.

12Cette façon de distinguer les deux feux, celui pour les justes de celui pour les impies, sera développée dans la belle image que donne du Purgatoire Enguerrand Quarton, dans le Couronnement de la Vierge de Villeneuve-les-Avignon (1453 - Fig. 1). Car le feu du Purgatoire qu'il imagine se trouve dans un lieu distinct de l'Enfer, et ses flammes ont une couleur différente, incandescente et lumineuse.

13La décoration du psautier enluminé dans la première moitié du xie siècle à l'abbaye de Saint Edmund de Bury, selon un principe analogue à celui du psautier d'Utrecht, mais dans un système d'illustration marginale, apporte quelques détails significatifs (Temple 1976 : 100-102 ; Ohlgren 1986 : 206-208) (Fig. 4). Tandis que dans l'illustration du psautier d'Utrecht la fournaise ardente n'est qu'un motif parmi d'autres, dans le psautier de Bury (fol. 30), le dessin jouxte en marge le passage concerné du psaume 16,3. L'unique sujet de ce dessin, étiré sur la hauteur du texte, est la mise à l'épreuve du psalmiste. Celui-ci se trouve dans une chaudière embrasée par les flammes, s'élevant sur une base (un « fondement ») marquée par deux grandes croix. Un commentaire d'Augustin, qui rapproche le psaume 80,20, du passage sur le feu de I Corinthiens, 3, 11-15, semble donner raison à une interprétation de l'image dans ce sens : celui qui a le Christ comme fondement, étant chrétien, sera purifié par le feu, et en raison de ce fondement, ne périra pas (Augustin, Enarrationes in psalmos : II, 1132-1133).

14Le procédé par lequel l'on débarrasse l'or de ses impuretés, est une des métaphores de la purification de l'âme dans l'au-delà par le feu.

15Dans les fresques de l'église Saint Michel de Paganico (1468) (Carli 1968 ; Frugoni 1979 ; Freuler 1986), la purification des âmes dans un lac de feu est mise en parallèle avec la purification de l'or, au moyen d'une figure allégorique (Fig. 5). Les personnages qui s'y trouvent lèvent les mains en prière ; l'insistance sur le geste de prière est telle, qu'on voit même des mains en prière émergeant des flammes, alors que le reste du corps est caché. De ce purgatoire en flammes surgissent des fleurs de lys qui soutiennent une figure féminine vêtue de vert, ailée, encadrée par deux inscriptions : l'une se référant à la Vierge qui retire une âme des flammes, l'autre à la figure allégorique même : « Je suis la vie de chaque fidèle, comme le feu fait l'or, je purifie et je sanctifie les âmes en les purgeant1. » La femme vêtue de vert tient dans ses mains deux objets aujourd'hui difficilement identifiables, qui ressemblent à un creuset et à un lingot d'or, ou à une pépite impure et à une boule d'or. Quoi qu'il en soit, les deux objets, mis en rapport avec la deuxième partie de l'inscription renvoient au célèbre passage de Paul, I Corinth., 3, 12-15. Lue dans ce sens, l'inscription écrite à la première personne : « comme le feu fait l'or, je purifie et je sanctifie les âmes en les purgeant » semble désigner la femme comme la personnification du principe actif qui « purifie et sanctifie les âmes ». Ajoutant à cela que la femme est assise sur les fleurs de lys qui sortent du feu – attribut de la Vierge et symbole de la pureté, le lys reçoit ici la signification de la purification obtenue à travers le feu. Cette femme qui porte une robe verte, symbole de l'espoir (Carli 1968 : 11 ; Freuler 1986 : 89-90), ne serait-elle pas alors – synthétisant l'idée de la purification par le feu, de l'espoir et de la justice – la personnification même du Purgatoire ?

La double purification par le feu et par l'eau

16Dans l'illustration des psaumes, une image s'est graduellement concentrée autour du thème de la double purification de l'âme par le feu et l'eau. Le plus explicite en ce sens est peut-être le psaume 65, 10-12 qui mentionne à deux reprises le feu, à la fois pour éprouver et pour épurer l'âme : « Tu nous as éprouvés, ô Dieu, épurés comme on épure l'argent (...) nous sommes passés par le feu et par l'eau et tu nous as conduits au rafraîchissement. »

17Très tôt, le couple feu-eau du psaume 65 a d'ailleurs été rapproché du texte paulinien de I Corinthiens, 3, 11-15 comme le laisse entendre un passage d'une lettre de Paulin de Nole (+431). Pour arriver à la « maison non faite par la main de l'homme » et mériter de devenir « les concitoyens des saints » il faut que « le feu ne brûle pas nos œuvres » ; « ce feu intelligent, raisonnable (« sapiens ») nous traverse pour nous examiner, afin qu'on puisse dire : « Nous sommes passés à travers le feu et l'eau et tu nous as conduits au rafraîchissement » (Le Goff 1981 : 91).

18Ces versets ont été illustrés par des scènes d'épreuves dans la fournaise dans les psautiers carolingiens d'Utrecht et de Stuttgart.

19Regardons de plus près ces images. L'illustration du psaume 65, 10-12 dans le psautier d'Utrecht (fol. 36v, Fig. 6) comprend, au centre d'une composition fragmentée, quatre personnages qui se tiennent debout sur une fournaise ardente et deux personnages qui traversent à pied un cours d'eau, relevant la tête et tendant les bras vers Dieu. Cependant, si la mise à l'épreuve par le feu et l'eau est présente dans cette image, elle ne représente qu'un des éléments de la composition.

20L'image d'une (double) purification semble davantage cristallisée dans l'illustration du psaume 65 du psautier de Stuttgart (Bischoff 1965-1968, Fig. 7). Deux miniatures accompagnent le texte, correspondant aux versets 10-15. La première met en image une purification et une traversée qui mène à Dieu. Deux lieux destinés à l'épreuve et à la purification (par le feu et par l'eau) sont représentés ; entre ces deux lieux de séjour prend place un lieu de transition. Les cinq personnages figurés à gauche sont enfermés chacun dans une fournaise ardente ; les visages tristes, ils subissent ce qu'il faut considérer comme une épreuve – et/ou une purification – individuelle, par le feu. De l'autre côté de l'image, une femme, agenouillée dans un lieu aquatique, se tire les cheveux ; le buste nu, elle ressemble à une divinité de l'eau, mais, son attitude exprimant aussi la douleur, elle pourrait par conséquent personnifier un lieu de pénitence et de purification par l'eau. Entre les deux lieux de feu et d'eau, quatre personnages nimbés traversent un pré vert, se dirigeant vers la maison de Dieu. Si l'on met en rapport cette miniature avec celle figurée sur le folio en regard, la référence à l'au-delà semble renforcée. Car elle illustre les versets 5-8 du psaume 66, « ... car tu juges le monde avec justice, tu juges les peuples en droiture... », par une représentation du Christ-Juge, une balance en équilibre dans la main droite, encadré par deux archanges, dont l'un tend une couronne, devant un groupe de personnages agenouillés qui tendent les bras vers lui. Une certaine ambiguïté persiste, pourtant... S'agit-il de rendre justice sur terre aux vivants, ou de récompenser les âmes dans l'au-delà ? Ceux qui subissent l'épreuve par le feu, figurés nus dans les fournaises, sont-ils des vivants, ou des âmes séparées de leurs corps ? Et les personnages habillés et nimbés – si on accepte l'hypothèse qu'ils représentent des martyrs ayant traversé l'épreuve – sont-ils figurés se dirigeant vers la maison de Dieu ici-bas, ou dans l'au-delà ?

21Une vraie nouveauté apparaît dans l'illustration du même psaume 65 dans le psautier de l'abbaye de Saint-Edmund de Bury (Fig. 8). Deux dessins, répartis sur deux folios en regard (71v et 72), accompagnent étroitement les passages concernés du verset 12. Dans la première image, des personnages nus – évoquant des âmes séparées des corps – traversent un lieu igné et un lieu aquatique : un premier émerge des flammes, deux autres nagent, un quatrième tend les bras vers une figure christique qui le saisit et le bénit. Un des personnages qui traverse l'eau (avec peine, à la nage, à la différence de l'image du psautier d'Utrecht, où les personnages traversent l'eau à pied) porte un vase marquée « opera iustitiae », les œuvres accomplies selon la justice.

22Cette idée d'une rétribution selon « les œuvres de justice », précédée par une double purification par le feu et l'eau, est un ajout tiré de Malachie, 3, 2-3, qui se rencontre déjà chez saint Augustin (Augustin, De Civitate Dei XX, 24). Et parmi les premiers textes qui définissent le Purgatoire, Jacques Le Goff mentionne un sermon attribué à Pierre Damien, mais écrit plus probablement vers 1170-1180 par Nicolas de Clairvaux, dans lequel le passage à travers le feu et l'eau du psaume 65 est directement mis en rapport avec « la troisième région qui est la région de l'expiation », destinée aux « lieux Purgatoires » (Le Goff 1981 : 219).

23Sur le folio en regard, la référence à l'au-delà se précise. Assis sur un arc-en-ciel, et entouré d'une mandorle quadrilobe qui délimite son lieu, Abraham (dont la figure emprunte à son tour les traits du Christ) serre en son sein une multitude d'âmes et s'apprête à en accueillir encore une, que lui apporte un ange. Le refrigerium vers lequel les âmes se dirigent est bien le sein d'Abraham. L'association avec la miniature précédente suggère que l'arrivée des âmes au lieu de repos, figuré par le sein d'Abraham, dépend de la qualité des « œuvres » qu'on a fait passer à travers le feu et l'eau.

24On retrouvera plus tard l'image d'une double purification des âmes au Purgatoire, dans le retable en pierre de la cathédrale Saint-Juste de Narbonne (deuxième moitié du xive siècle) (Fournié 1988 : 45-55). Celui-ci comprend quatre lieux que les âmes traversent, passant alternativement par le feu et l'eau, encadrés par des inscriptions qui citent les mêmes versets du psaume 65, 10-12.

25De même, le Purgatoire mis en image par Jean Colombe, dans une des miniatures qu'il ajouta vers 1485 aux Très Riches Heures du duc de Berry (Chantilly, musée Condée, ms 65, fol 114, Fig. 9), comprend un fleuve de feu et un lac glacé (Lognon 1970). Mais, peut-être plus que l'image d'une double purification, nous fait-on voir ici un châtiment par le chaud et le froid. De toute façon, tel qu'il est figuré, le fleuve de feu n'existe pas en dehors de la masse des âmes qu'il comprend et qui forment, avec leurs « corps » peints en camaïeu rouge, sa substance même. Et lorsque ce fleuve de feu qui traverse tout le paysage, coulant par-dessous une porte et s'élevant jusqu'au ciel, se transforme en fumée bleuâtre, la multitude des âmes en prière qu'il renferme changent à leur tour de couleur, passant du rouge au bleu-gris.

Le feu purificatoire entre le ciel et la terre

26Lorsque le Purgatoire est mis en image vers le milieu du xiiie siècle dans quelques manuscrits royaux français, c'est le feu purificateur qui s'impose d'abord.

27Dans les deux images du Bréviaire de Philippe le Bel (peu avant 1296) qui figurent le Purgatoire (Paris, B.N., ms.lat.1023, fol. 49 et fol. 474, Leroquais 1934 : II, 465-474), celui-ci est défini par les flammes dont les anges retirent deux âmes. Le Purgatoire est cette zone de flammes qui se trouve au-dessous, mais dans l'immédiate proximité du ciel, où les âmes demeurent immergées dans les flammes, jusqu'à ce que les anges viennent les en retirer. De même, dans les Heures de Blanche de Bourgogne enluminées par Jean Pucelle (New Haven, Yale University, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, ms. 390, fol. 25v., Fig. 10), le Purgatoire s'étend entre deux feux situés au-dessous des nuages qui marquent la limite inférieure du ciel. De toute évidence, dans ces images le miniaturiste n'a pas cherché à représenter « le lieu » du Purgatoire, mais la délivrance des âmes purifiées et leur ascension au ciel.

28La miniature qui occupe une vignette au folio 556 du Bréviaire de Charles V (Paris, B.N., ms.lat. 1052, Fig. 11) vers 1364-1370 (Leroquais 1934 : III, 49-56 ; Avril 1981 : 333) apparaît comme un agrandissement de l'image de la délivrance des âmes du Purgatoire du Bréviaire de Philippe le Bel, dont on aurait écarté le registre céleste et dont on aurait précisé les détails concrets de la localisation terrestre. Le Purgatoire proprement dit occupe la partie inférieure de la miniature. Il a un lieu à lui, bien terrestre, dont on ne voit que la partie supérieure : c'est une sorte de cratère de volcan qui crache des flammes. Les éléments qui composent cette représentation du Purgatoire se retrouvent dans les récits de voyages qui font découvrir des lieux infernaux souterrains à partir d'une bouche terrestre, interprétée comme l'entrée de l'Enfer. Ce que le lieu du Purgatoire a gagné en précision dans cette représentation, il l'a perdu en identité en faveur de l'image de l'Enfer. Car le Purgatoire est la partie visible à la surface de la terre d'un cratère d'où s'échappent de grandes langues de feu qui peuvent provenir de l'Enfer lui-même. Cette idée est d'ailleurs courante à l'époque. Jacopo Pasavanti par exemple, dans son Spechio di vera penitenza (1354), affirme que « les âmes se purifient dans le même feu qui est en Enfer » et qui représente l'« instrument de la justice divine » (Pasavanti 1825 : 46-49). Toutefois, dans l'image du Bréviaire de Charles V, le caractère infernal est réduit, car le Purgatoire est largement ouvert vers le ciel et complètement dépourvu de démons.

Le « feu purificateur » au Jugement dernier

29Selon une exégèse de I Cor. 3-15, l'on a considéré que certains pécheurs peuvent être sauvés après la mort, à travers un passage plus ou moins long dans un feu qui châtie et purifie ceux qui en ont encore besoin. Ce feu, qui est généralement placé à la fin des temps, est identifié avec le feu du Jugement dernier. Dans la perspective de cette exégèse, qui postule que le dernier « jour » aura une certaine durée, le temps de la purgation, identifié plus tard avec le Purgatoire, est situé à l'intérieur même du Jugement dernier.

30Les fresques commanditées par la communauté des Ermites de Saint-Augustin et réalisées dans les premières années de 1400 par Ottaviano Nelli pour l'église Saint-Augustin de Gubbio (Courcelle J. et P. 1969) présentent un Purgatoire inséré dans la composition d'un Jugement dernier. Une fois sortis des tombeaux, les ressuscités se dirigent vers leurs demeures éternelles : les damnés sont tout de suite entraînés en Enfer et ceux qui sont destinés à être sauvés passent à travers une fosse en feu avant d'entrer au Paradis. Se trouvant ainsi coincé entre la résurrection et la porte du Paradis, le Purgatoire est présenté comme un passage obligatoire des justes à travers un feu purificateur.

31Puisqu'elle est située dans une église des Ermites de Saint-Augustin, cette image du Purgatoire, identifiée avec le feu de la fin des temps, n'est peut-être pas sans rapport avec l'exégèse d'Augustin sur la première épître de Paul aux Corinthiens, dans la première phase de sa réflexion eschatologique (Ntedika 1966). Mais il faut dire aussi qu'Augustin n'apporte ici rien de bien original, puisqu'il reprend l'enseignement des Pères des iiie et ive siècles sur la purification à travers le feu du jugement, à la fin des temps (Ntedika 1966 : 67).

32Mais Augustin est aussi le premier à avoir énoncé, dans le cadre de l'exégèse de I Cor. 3, 10-15, l'existence d'un feu purgatoire entre la mort et la résurrection (Ntedika 1966 : 68). En le plaçant immédiatement après la mort, Augustin a ébauché un des principaux aspects de la future doctrine du Purgatoire (Le Goff 1981 : 115-116). La durée de cette purgation ne peut être conçue au-delà du Jugement dernier ; pourtant, si, à ce stade, certaines âmes ont encore besoin de purification, elles seront purifiées complètement par le feu du Jugement dernier (Augustin, De Civit. Dei, 1, XX, c. XXVI).

33Dans une fresque de la cathédrale Madonna della Bruna à Matera, datable dans la deuxième moitié du xive siècle (Muscolino 1985 : 132), la représentation du Jugement dernier utilise le schéma byzantin, tel qu'il se retrouve dans la mosaïque de Torcello par exemple (Fig. 12). Mais à l'intérieur de ce schéma, le peintre a introduit le Purgatoire dans un des compartiments de l'Enfer. A première vue il s'agit de l'Enfer, tel qu'il est figuré à Torcello. Mais la position des âmes, les bras en prière au milieu des flammes et le regard levé, ainsi que l'inscription « hoc est purgatorium » désignent sans conteste la scène.

34On peut suivre dans cette fresque comment se « produit » une invention iconographique, ou plutôt comment a lieu le glissement de sens qui aboutit à la création d'un nouveau motif dans le cadre d'un schéma iconographique traditionnel. En effet les changements dans l'attitude des personnages sont minimes et ce n'est que l'inscription qui attribue avec certitude une nouvelle identité à ce lieu de l'au-delà. Ce renouveau iconographique se produit par l'insertion du « nouveau lieu » de l'au-delà appartenant à la pensée théologique latine, dans le cadre des permanences grecques, traditionnellement fortes dans l'Italie méridionale.

Le passage à travers le feu purificateur avant l'entrée dans la Cité céleste

35Dans quelques fresques ligures de la fin du xve siècle, le Purgatoire semble avoir trouvé sa place dans le système des lieux de l'au-delà, en tant qu'intermédiaire entre le Paradis et l'Enfer.

36Ainsi, dans l'église Saint Bernardin d'Albenga (1483) (Rotondi 1956 ; Castelnovi 1970 : 132-136) le Purgatoire est une large caverne aux bordures rocheuses, dont les flammes s'élèvent jusqu'à l'horizon, comprises entre l'escalier menant à la porte de la Cité céleste et l'Enfer figuré en dessous. Des personnages, dont quelques-uns lèvent les bras en prière, sont plongés à différents degrés dans le feu. Les anges survolent la surface de flammes et apportent secours et soulagement aux âmes ; à l'endroit où la cavité du Purgatoire s'ouvre à la surface de la terre, un ange aide une âme à franchir le seuil. Mais au-delà de ce seuil, le feu du Purgatoire semble provenir des profondeurs de la terre, où se trouve l'Enfer. Le Purgatoire serait dans ce cas la bouche de l'Enfer ouverte à la surface de la terre.

37Dans les fresques de l'église Saint Bernardin de Triora (vers 1480-1500) (Castelnovi 1970 : 168-170) plusieurs « lieux » s'enchevêtrent à droite de la Cité céleste : un escalier monumental qui semble collé au mur, une tour où s'entassent des âmes nues et une porte ouverte dans un pan de mur qui se tient debout isolé... Au-delà du seuil de cette porte, le sol rocheux se transforme en fleuve de feu qui s'élève jusqu'à l'horizon et coule parallèlement à l'escalier du Paradis. C'est le Purgatoire. Dans ce fleuve de feu sont plongés de nombreux personnages, dont on ne voit que la tête, parfois aussi les bras en prière, ou un phylactère dont l'inscription n'est plus lisible. Des anges volent au secours des âmes, les retirant partiellement des flammes et quelques-unes montent sur l'escalier menant au Paradis.

38Dans ces fresques de la fin du xve siècle, le Purgatoire a trouvé enfin sa place définitive dans la mise en image du monde de l'au-delà, comme une étape obligatoire de purification des âmes dans le feu, avant l'entrée au Paradis.

Haut de page

Bibliographie

Augustin. Enchiridion. Œuvres de saint Augustin, 1947, t. 9, Paris, Desclée.

Enarrationes in psalmos, 80, 20-21. Ed. par E. Dekkers et J. Fraipont, 1956, Turnhout, Corpus Christianorum, series latina, 39.

De Civitate Dei, l. XXI. Œuvres de saint Augustin, 1960, t. 37, Paris, Desclée.

Avril, 1981. Les Fastes du gothique. Le siècle de Charles V, catalogue d'exposition, Grand Palais, Paris.

Bischoff B., Eschweiler J., Fischer B., Frede H.J. et F. Muetherich, 1965-1968. Der Stuttgarter Bilderpsalter, Bibl. fol. 23, 2 vol., Württembergische Landesbibliothek Stuttgart.

Carli E., 1968. Bartolo di Fredi a Paganico, Florence, Edam.

Castelnovi G.V., 1970. Article in Bozzo Dufour C. (ss la dir. de), La pittura a Genova e in Liguria dagli inizi al Cinquecento, Gênes.

Courcelle J. et P., 1969. Iconographie de saint Augustin. Les cycles du xve siècle, Paris, Etudes augustiniennes.

Dufrenne S., 1978. Les illustrations du psautier d'Utrecht. Sources et apports carolingiens, Paris, Ophrys.

Fournié M., 1988. « La représentation de l'au-delà et le Purgatoire à Saint-Just de Narbonne », in Le Grand Retable de Narbonne. Le décor sculpté de la chapelle de Bethléem à la cathédrale de Narbonne et le retable en pierre du xive siècle en France et en Catalogne. Actes du Ier colloque d'histoire de l'art méridional au Moyen Age, Narbonne.

Freuler G., 1986. Biagio di Goro Chezzi a Paganico, Florence.

Frugoni C., 1985. « La morte propria, la morte degli altri », in Delumeau J. et F. Bolgiani (ss la dir. de), Storia vissuta del popolo cristiano, Turin, Società Editrice Internazionale, pp. 357-360.

Horst K. (der) et J. Engelbregt, 1984. Utrecht Psalter. Vollständige. Faksimile-Ausgabe im Originalformat der Handschrift 32. Aus dem Besitz der Bibliotheek der Rijksuniversiteite Utrecht. Kommentar, Graz, 2 vol.

Le Goff J., 1981. La Naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard.

Leroquais V., 1934. Les Bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris.

Michel A., 1936. S.v. « Purgatoire », in Dictionnaire théologique catholique, col. 1174-1178, et s.v. « Feu du purgatoire », ibid., col. 2250-2252.

Muscolino C., 1985. « Matera, Catedrale della Madonna della Bruna », Bolletino d'Arte, n° 29.

Ntedika J., 1966. L'évolution de la doctrine du Purgatoire chez saint Augustin, Louvain/Paris, Etudes augustiniennes.

Ohlgren Th., 1986. Insular and Anglo-Saxon Illuminated Manuscripts. An iconographic catalogue. 625-1100, New York/Londres, Ed. Garland.

Passavanti J., 1825. Lo Spechio della vera penitenza, Milan, Silvestri.

Rotondi F., 1956. « Per Tommaso e Matteo da Busca : gli affreschi di San Bernardino di Albenga », Rivista Ingauna e Intemelia, XI, n° 1, pp. 24-26 et n° 2, pp. 56-62.

Temple E., 1976. Anglo-Saxon Manuscripts 900-1066 (A Survey of Manuscripts Illuminated in the British Isles, 2), Londres, Harvey Miller.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bratu A., 1992, « Du feu purificateur au purgatoire. Émergence d’une nouvelle image », Terrain, n° 19, pp. 91-102.

Référence électronique

Anca Bratu, « Du feu purificateur au Purgatoire », Terrain [En ligne], 19 | octobre 1992, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3048 ; DOI : 10.4000/terrain.3048

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals