Navigation – Plan du site
Repères

Catastrophes naturelles et réponses culturelles

Amalia Signorelli
p. 147-158

Entrées d’index

Thème :

environnement

Lieu d'étude :

Italie
Haut de page

Texte intégral

1Traduit de l’italien par Jean-Paul Penauty

2Les habitants de la Campanie, région du sud de l’Italie dont Naples est la capitale, ont récemment revécu leur expérience millénaire de catastrophes naturelles.

3En novembre 1980, un tremblement de terre d’une amplitude de 10 degrés (échelle Mercalli ; le degré maximal prévu est de 12) a frappé les villages des Apennins, causant 2 700 morts et la destruction d’environ 200 villages et petites villes. Les secousses ont été également ressenties à Naples même où elles provoquèrent une grande panique ; il y eut heureusement peu de dégâts et une douzaine de morts « seulement » (Giustino 1980). Trois ans plus tard, à quelques kilomètres au nord-ouest de Naples, dans la zone des champs Phlégréens, on a assisté à une crise aiguë de bradysisme dont les effets les plus graves ont frappé le centre le plus habité de la zone, la ville de Pouzzoles qui compte environ 70 000 habitants.

4Phénomène tellurique très particulier, le bradysisme est un mouvement ascendant ou descendant de la superficie terrestre, qui, dans une localité côtière comme Pouzzoles se manifeste par un mouvement d’émersion ou d’immersion de la terre dans la mer.

5Il arrive parfois que ce mouvement s’accélère brusquement, provoquant ainsi des effets qui ne sont guère différents de ceux d’un tremblement de terre. En 1970 une crise de bradysisme aigu se manifesta et il fallut évacuer la population du Quartier Terra, c’est-à-dire la partie la plus antique et la plus belle de Pouzzoles. La tradition populaire affirme que cette zone a toujours été habitée, et cela depuis l’époque classique, quand la ville fut fondée. Une fois la population du Quartier Terra évacuée, elle fut relogée dans le quartier de Toiano, construit à cet effet par l’Institut autonome des maisons populaires. Toiano se trouve dans une petite vallée à l’extérieur de la zone de Pouzzoles, d’où l’on ne peut jouir de la vue sur la mer. Comme nous l’avons déjà mentionné auparavant, un épisode plus tragique eut lieu en 1983, à la suite duquel une bonne partie de la population du centre historique, et aussi de tout le centre urbain de Pouzzoles fut transférée : en tout, plus de 20 000 personnes, presque le tiers de la population totale. On a construit un nouveau quartier ou plutôt une ville satellite dans la localité de Monte Ruscello, à plusieurs kilomètres du centre antique. Le centre historique de Pouzzoles est situé dans un cadre absolument exceptionnel. Il tire parti du magnifique panorama du golfe et des îles, ainsi que des multiples monuments d’époque classique et du Moyen Age, parmi lesquels se distinguent l’amphithéâtre romain et le temple de Sérapis, qui d’ailleurs n’était pas un sanctuaire de Sérapis mais un marché. Le Serapeion est très proche de la mer et ses colonnes, fort célèbres, conservent les traces des longues immersions auxquelles le bradysisme descendant les a soumises durant les siècles passés.

6Autant en 1970 qu’en 1983, l’évacuation de la population des quartiers endommagés a rencontré de fortes résistances. En 1970, pour venir à bout de l’évacuation du Quartier Terra, il fallut que la police intervienne. Par la suite, pour empêcher les habitants de revenir dans leurs maisons qui menaçaient de s’écrouler, les deux routes principales qui conduisaient à la colline où se dresse le quartier, furent obstruées par des murs. Il fallut aussi couper l’électricité, le téléphone et l’arrivée d’eau. Ce quartier n’est plus aujourd’hui qu’un amas de ruines.

7En 1983, les familles furent relogées dans des campements, des préfabriqués, ou dans des habitations provisoires, d’autres dans des bungalows, près de Pouzzoles. Après avoir passé un ou plusieurs hivers dans de tels logements, la plupart acceptèrent d’aller habiter à Monteruscello, où ils auraient au moins de « vraies » maisons dans un « vrai » centre urbain : si le transfert fut accepté, ce fut au prix de nombreuses récriminations, contestations et regrets, qui persistent encore aujourd’hui (Luongo 1986 : 20-23).

8En fait, comme les habitants des Apennins de la Campanie après le tremblement de terre de 1980, comme les habitants du Frioul en 1976 et ceux de la vallée du Belice en Sicile après le tremblement de terre de 1968 (Cattarinussi 1981), les habitants de Pouzzoles, eux aussi, auraient voulu rester sur les lieux de leur installation traditionnelle et reconstruire leurs maisons exactement au même endroit.

Catastrophes naturelles, réponses culturelles

9Cette répugnance à abandonner les lieux du désastre est en général qualifiée d’« irrationnelle » ou d’« illogique » par ceux qui s’occupent des secours. Généralement, devant les catastrophes naturelles, les sociétés occidentales réagissent ou essaient de réagir de manière très rationnelle. C’est du moins le cas pour l’opinion publique et le personnel technique, politique et administratif chargé des secours et de la protection des populations concernées. On considère comme évident que ces dernières ont besoin d’aide, aussi bien dans l’immédiat pour survivre à la catastrophe, que plus tard pour réparer les dégâts et rétablir les conditions de vie antérieures. L’aide apportée, souvent généreuse et active, est avant tout d’ordre matériel sous forme de dons, mais aussi offre de prestations personnelles et services. Par ailleurs, depuis quelques années (surtout aux États-Unis), on pense que les victimes d’une calamité naturelle ont besoin d’être assistées sur le plan psychologique, pour surmonter le choc qui a pu être causé par cette expérience dramatique, mais aussi sur le plan de l’organisation, pour rétablir les formes de sociabilité ou même les structures sociales désagrégées ou du moins mises à mal par suite de l’événement catastrophique. Il s’est ainsi constitué un terrain de recherche nouveau, que l’on nomme généralement sociologie des désastres, mais qui est peut-être plutôt une forme de psychologie sociale appliquée1.

10La sociologie des désastres, intéressante par ses résultats scientifiques, et ses applications pratiques, apparaît toutefois comme faisant partie intégrale de cette même conception « rationnelle » de la catastrophe naturelle qui appartient à notre sens commun. On peut résumer cette conception en ces termes : la catastrophe est un « problème » (et même un problème d’immense envergure) qui doit être résolu. Par définition, la solution d’un problème doit être rationnelle : dans le cas qui nous occupe, puisque des vies humaines sont en jeu, cette dernière s’inspire de deux valeurs : la solidarité et l’efficacité.

11Sont considérées comme « hors sujet » toute réflexion et toute enquête sur le sens (signification et valeur) que la catastrophe peut recouvrer pour les différentes populations concernées. On ne se demande pas non plus si ce sens peut varier selon les différentes conceptions du monde, de la vie, de la culture de ces populations, ni selon leur sexe, âge ou situation sociale. On ne se demande pas si les variations de sens que les victimes prêtent à la catastrophe, conditionnent le jugement que l’on porte sur le travail des sauveteurs2.

12Ce sont justement les comportements « irrationnels » que manifestent ceux qui se trouvent impliqués dans un tremblement de terre, qui ont suscité mon intérêt d’anthropologue. L’anthropologie a contribué à la connaissance de la condition humaine, en démontrant précisément que la rationalité est une et seulement une des modalités à travers lesquelles l’espèce humaine se pose en relation avec le monde ; plus simplement, la recherche anthropologique a démontré à maintes reprises l’utilité de l’étude systématique de ce qui semble irrationnel (et qui n’est peut-être que différent) pour mieux comprendre la condition humaine (Gallini 1985 ; Signorelli 1991). Une recherche menée sur le terrain, commencée quelques mois après le bradysisme de l’année 1983, m’a fourni la plupart des matériaux que je présente (Signorelli 1983 ; Mazzacane 1989). En général, les tremblements de terre provoquent de nombreux comportements irrationnels. Ils tendent à se manifester en deux phases temporelles distinctes : une phase ponctuelle, celle « de l’événement », et une phase continue celle « de la situation », des décisions liées au retour à la normalité, à la réorganisation de la vie sociale.

13Il apparaît donc opportun de bien distinguer ces deux phases, non seulement parce qu’elles sont chronologiquement discontinues, mais aussi parce qu’elles sont perçues et évaluées différemment par ceux qui jugent la situation de l’extérieur.

14En effet, alors que l’irrationalité des comportements pendant les secousses du tremblement de terre est justifiée par la peur, celle qui caractérise l’après-coup et les choix postérieurs est condamnée par les observateurs externes et semble inexplicable.

Réponses « irrationnelles » : fuir

15Je présenterai des exemples de deux types de comportement irrationnel : mon hypothèse est que ni les premiers ni les seconds ne sont compréhensibles ainsi étiquetés. Ce sont des réponses culturelles à la catastrophe naturelle : mon objectif est de démontrer comment ces comportements, s’ils sont interprétés en ces termes, n’apparaissent plus comme irrationnels mais au contraire comme gouvernés par une logique très claire. Examinons quelques comportements lors des phases aiguës des tremblements de terre, comme les décrivent les protagonistes eux-mêmes.

16Antonietta, femme au foyer, 45 ans : « Quelle peur : et une secousse, et en voilà une autre, j’ai pris ma fille qui est petite et j’ai fui, fui d’ici... Moi je disais : là, maintenant je meurs avant que ne soit sonnée mon heure. Ça je le disais à mon mari ! »

17Mimi, retraité, plus de 65 ans : « Il y a eu une secousse ! Et moi je suis devenu idiot ! Je ne comprenais plus rien. Il était une heure, un dimanche, on était à table, en train de manger, les assiettes ont sauté, les assiettes et les fourchettes aussi. La maison faisait comme ça (Mimi fait un geste avec ses mains). Mamma mia, quelle peur ! Mais quelle peur ! Vous pouvez imaginer : ils ont tous décampé et moi je suis resté à côté de la porte... Je voulais encourager les autres, et puis le bâtiment est grand : "N’ayez pas peur, descendez..." Je ne pensais plus. Il y avait une fille enceinte qui descendait lentement, une main sur la rampe, et de l’autre côté son mari qui la soutenait : "Ne t’inquiète pas, je disais, descends, c’est fini..." Et moi, comme un idiot, et puis, encore plus crétin, parce que – mais je n’étais plus moi – plus idiot qu’avant, je suis revenu dans la salle à manger, et je me suis remis à manger... Puis quand ma femme est revenue avec les enfants : "Tu es un inconscient !..." Mais, je n’étais plus moi ! » Stefano, employé administratif de l’hôpital, moins de 30 ans : « Il y a eu la secousse d’octobre, la fameuse, à midi, celle qui a tout cassé. Nous étions dans le bureau, et pratiquement nous avons été bouleversés par la peur... J’ai dû déménager (de Pouzzoles à Baia Verde) parce que ma femme avait des crises d’hystérie. Oui, elle était vraiment dans un état d’hystérie particulier. »

18Concetta, agricultrice, 32 ans : « Ce jour-là, j’ai dû accoucher à Naples. Et c’est une chose dont je me souviens parce que je n’ai pas pu accoucher. J’ai dû vraiment faire demi-tour parce qu’à l’hôpital ils n’acceptaient pas les femmes qui devaient accoucher. Il y avait les pompiers. Et le plus beau, c’est que je ne savais rien » (elle ne s’était pas rendu compte du bradysisme).

19Carmela, 44 ans, couturière : « J’ai toujours cette crainte du tremblement de terre... Je suis seule, toujours seule... J’ai peur, vraiment peur !... Moi, parfois, je rentre à Pouzzoles, je rentre... Mais je n’en ai pas le courage, je passe à côté de chez moi... et j’oublie... je me rends compte après que je suis passée : oh ! je suis passée devant chez moi ! C’est la peur qui me fait faire ça... Je dis que c’est la peur... Le 4 septembre, ça a été terrible, tout est devenu obscur, je ne sais pas ce qui se passe quand il y a une secousse, je ne sais pas l’expliquer moi... C’est pour ça que j’ai été si mal !... Mais la maison bouge, et puis tout devient noir... Je ne sais pas ce que c’est !... Alors je me suis mise à fuir, j’étais sur le point de sortir quand je me suis rappelé que la machine à laver était branchée et que le four était allumé, et malgré toute la peur que j’avais, j’ai fait demi-tour pour éteindre le four et la machine à laver, parce que je me suis dit : la maison va prendre feu, s’il arrive quelque chose... Et voilà qu’en criant, qu’en criant très fort, j’ai fait cela... J’aurais même pu mourir à ce moment-là, et je ne sais pas qui m’a donné cette force... »

20Lucia, comptable, 27 ans : « Et voilà qu’arrivent deux ou trois secousses encore plus fortes. J’étais sur le point d’arriver sur la place, parce que je venais de rue Napoli, les commerçants fermaient tous leurs magasins pour fuir. Les gens hurlaient, je ne réussissais plus à marcher, j’étais pétrifiée. Je ne pouvais ni avancer ni faire demi-tour. Je restais à un endroit, immobile, et je regardais, l’air absent. Je ne réussissais plus à prendre une décision, même pas à me dire : "Je veux aller je veux marcher je veux descendre." Non, non, rien. Je ne comprenais plus rien... »

21Vincenzo, ouvrier chez Sofer, 41 ans : « J’entends ces balcons, ces balcons sont en fer, qui faisaient tù-tùtù. J’ai dit : "Mais qu’est-ce que c’est ? Il y a un vent incroyable ce soir !" Puis je suis allé fermer les fenêtres. En passant derrière elle, ma femme, m’a dit : "Vincenzo, le tremblement de terre." "Mais quel tremblement de terre, imbécile !" "Mais regarde !" Et la chaise faisait comme ça, comme ça, elle faisait comme ça. Ma femme a dit : "Fuyons, fuyons d’ici." La première chose qui s’écroule ce sont les escaliers et donc j’ai dit : "On ne peut pas bouger d’ici." Et donc, nous nous sommes serrés les uns contre les autres et le tremblement de terre ne s’arrêtait jamais. Au début, j’ai eu peur, une peur terrible. Puis je me suis résigné à mourir. J’ai dit : "Maintenant nous sommes morts. Pourquoi trembler ? Ça sert à quoi de trembler ?" »

22Le tremblement de terre fini, parmi les gens évacués, on peut observer d’autres comportements « irrationnels ». Un exemple : cela se passe dans un campement où sont provisoirement hébergées dans des conteneurs de nombreuses familles dont l’habitation a été détruite. Gérée par la C.R.I., une excellente cantine a été organisée dans le camp. L’un des fonctionnaires détachés au camp m’indique comme exemple de « barbarie », quelques femmes, mères de famille, qui ont récupéré dans leurs maisons endommagées une assez grande provision de bouteilles de sauce tomate de confection domestique et l’ont rapportée dans leur étroit conteneur. « A quoi cela leur sert-il ? à prendre de la place ! insiste le fonctionnaire indigné. Le malheur est qu’elles ne raisonnent pas. » On pourrait lui rétorquer que lui ne fait que raisonner.

Réponses « irrationnelles » : rester, reconstruire

23Après le tremblement de terre, une nouvelle situation s’impose. Elle porte sur le choix décisif que doivent faire tous ceux qui ont survécu et qui sont confrontés au choix entre reconstruction in situ du vieil habitat ou création ailleurs d’un nouvel habitat. Puisque les catastrophes naturelles, même si elles sont imprévisibles, sont des phénomènes qui se reproduisent (surtout les séismes) (Postpischl 1985), il semblerait logique que chaque reconstruction soit précédée d’un déplacement en masse des habitants. Il y a un siècle, la terre n’était pas encore surpeuplée au point d’empêcher les groupes humains de se transférer d’un lieu à un autre. Si les populations persistent à demeurer sur les lieux de la secousse sismique, cela n’est pas lié au fait qu’elles ne trouveraient pas d’autre endroit où s’installer, puisque lors de migrations ou de colonisations, elles ont toujours trouvé de nouveaux lieux. De même, si elles décident de reconstruire dans la zone détruite ou à côté, ce ne sont pas les dimensions du lieu habité ni les caractères de ses structures productives qui ont déterminé leur choix. En effet, lors de tremblements de terre qui ont touché des centres comme Tokyo, San Francisco ou Belgrade3, la décision de reconstruire au même endroit a prévalu sans rencontrer de résistance. Il est vrai aussi que le même choix a été fait dans le cas de villes plus petites, comme Messina et Reggio Calabria en Italie, détruites par le tremblement de terre de 1908 qui fit 30 000 victimes ; c’est le cas également de Yungay, une petite ville du Callejon de Huayalas au Pérou qui, le 31 mai 1970, fut rasée en quelques minutes par un tremblement de terre et ensevelie par une gigantesque avalanche provenant du glacier 511 de la Cordillere Blanca, l’un des plus inaccessibles de la chaîne andine. Les secouristes ont compté un peu moins de 200 survivants parmi les 18 000 morts. Malgré leur conviction que « l’avalanche constitue une catastrophe supérieure, en magnitude, même comparée à l’éruption du Vésuve qui, en 79 apr. J.-C., a enseveli Pompéi », les rares survivants voulaient que Yungay soit reconstruit au même endroit (Bode 1989 : 41).

24Mais Pompéi ne s’est-elle pas repeuplée en dépit d’une catastrophe qui aujourd’hui encore, comme nous venons de le voir, est le terme de comparaison de toutes les catastrophes ? Si on ne veut pas abandonner les villes pour la beauté de leur site, leur position géographique ou leur solide structure productive, il en est de même quant aux villages de montagne, si petits et si anonymes qu’ils puissent paraître. Le versant italien des Alpes et tout l’Apennin sont parsemés de villages qui ont au moins une fois été détruits par un tremblement de terre et qui, dans l’immense majorité des cas ont été reconstruits in situ (Romito 1989 ; Pelanda 1981 ; Di Sopra 1986).

25Il est vrai que les archives et les enquêtes de terrain nous révèlent que parfois l’isolement et la pauvreté des petites communautés peuvent avoir joué en faveur de la permanence in situ. De même dans les grandes villes, des manipulations du consensus populaire destinées à légitimer de louches opérations spéculatives liées à la reconstruction ont pu jouer un rôle analogue. Mais, à l’encontre de ces quelques cas, ces mêmes sources historiques et ethnographiques attestent pour la grande majorité des lieux frappés par le désastre, une continuité de vie qui n’a, semble-t-il, aucune explication rationnelle.

Perte de l’espace, perte du temps, crises culturelles

26Qu’est-ce donc qui pousse les habitants, durement éprouvés et traumatisés, à rester sur le lieu même où ils ont risqué la mort, voire la disparition du groupe tout entier ?

27Catastrophes naturelles et réponses culturelles constituent certainement un des cas de la déclinaison complexe, voire de l’opposition radicale, du rapport entre nature et culture. Quelle que soit leur puissance, si un bouleversement naturel ou un cataclysme ne frappent pas un contexte humanisé (quitte à le détruire), ils demeurent pour ainsi dire de l’ordre du naturel, contrairement, d’un point de vue culturel, aux catastrophes. Les catastrophes naturelles d’origine tellurique, c’est-à-dire les tremblements de terre et les éruptions volcaniques présentent des caractères spécifiques : c’est justement parce qu’ils proviennent des « entrailles » de la terre qu’ils ont la capacité potentielle et, malheureusement parfois, effective non seulement de bouleverser l’ordre à la surface de la terre, mais aussi d’en changer la morphologie.

28Les tremblements de terre ont encore une autre caractéristique. Les divers abris construits par l’homme pour se protéger de la foudre, de la pluie, de la neige, du vent, des tempêtes résistent et le protègent. Mais en présence d’un tremblement de terre, rien ne représente plus de danger que ce que l’homme a construit. Un tremblement de terre est une catastrophe précisément parce que les maisons et les villes s’écroulent et que le déchaînement de la nature transforme les espaces habités et les lieux choisis par l’homme en un piège mortel. Au cours de la crise sismique, pour se préserver, les hommes fuient les lieux construits, les villes, les agglomérations ; ils recherchent des lieux en plein air, inhabités, des abris légers ; on revient au bivouac.

29Une ville victime d’un tremblement de terre représente peut-être ce qu’il y a de plus tragique et de plus manifeste sous cette forme particulière d’opposition et d’interdépendance entre nature et culture4. Quand un tremblement de terre frappe une ville, où se concentre toute la puissance de la domination humaine sur la nature, c’est cette puissance qui semble succomber, disparaître, ensevelie sous les décombres, ébranlant fortement la certitude de cette domination, mais détruisant également la confiance en une nature amie de l’homme.

30La catastrophe rend l’opposition radicale : toute dialectique, toute médiation entre nature et culture semblent impossibles et, en même temps, jamais on ne les a aussi dramatiquement perçues comme nécessaires. C’est peut-être ici, dans cette tragique contradiction, que se trouve l’essence même de la catastrophe.

31Le tremblement de terre menace donc radicalement l’ordre culturel de l’espace et cela pour deux raisons : d’une part, il risque de bouleverser les lieux qui servent à la fois de référence naturelle et de support matériel à l’ordre spatial construit par les hommes, et, d’autre part, les structures humaines inventées pour créer, reproduire et développer cet ordre se transforment en instruments de mort. Surmonter le tremblement de terre et la catastrophe sismique signifie donc affronter l’espace dans une situation extrême et radicale ; il faut non seulement recréer l’espace humain et historique disparu, effacé par les forces de la nature, mais aussi le reconstruire au milieu des décombres ; instruments et signes de mort, ils sont tout ce qui reste de la vie de jadis.

32La catastrophe ne bouleverse pas seulement l’espace humain, mais aussi le temps humain. En terme de physique, le mot catastrophe a gardé la même signification qu’en grec ancien : fin, délai, solution (Rocci 1970).

33Selon Pomian, en physique, la catastrophe est définie ainsi : « Quand une petite perturbation transforme le type topologique d’une fonction, et que celle-ci apparaît sous une nouvelle forme, il se produit une solution de continuité, une catastrophe » (Pomian 1977). Dans ce contexte, « catastrophe » est un terme rigoureusement descriptif, privé de toute implication de valeur.

34Dans l’usage courant, il en va différemment. Dans le langage quotidien, ce terme, comme nous le savons, a pris un sens fort négatif. Voici la définition d’un honorable dictionnaire de la langue italienne : « La catastrophe est un événement grave et imprévu, qui apporte un changement malheureux à un peuple, à une famille, etc. » (Palazzi 1939). Les synonymes sont « désastre, malheur, cataclysme ». Ici, l’élément qui caractérise la catastrophe semble être le changement négatif, porteur de dégâts et de douleur. Cependant les changements ne sont pas toujours considérés comme négatifs ni même comme des catastrophes tant au niveau des cultures populaires qu’à celui du sens commun.

35Quels sont donc les changements que le sens commun retient comme catastrophes ? Je pense que la caractéristique temporelle mise en évidence dans la définition de Pomian et négligée au contraire par Palazzi, est fondamentale : la catastrophe est ce changement négatif qui provoque ou risque de provoquer une solution de continuité. La catastrophe brise le temps humain, ouvre un gouffre entre le passé et le futur, menace de rompre le lien entre les générations. Souvent elle y réussit. La gravité de ce risque, sociale et culturelle, et pas seulement psychologique, n’a nul besoin d’être soulignée. C’est le risque culturel le plus radical que les groupes humains puissent rencontrer : il suffit de penser à l’importance de la construction du temps et de l’espace humains sur le processus d’humanisation.

36Mais les attitudes face aux bouleversements du temps et de l’espace ne sont ni purement instinctives ni rigoureusement rationnelles.

37Ce qui est vraiment essentiel pour ceux qui n’ont pas perdu la vie, c’est la possibilité de retourner dans le monde des vivants, de ne pas rester dans les limbes subliminaux des rescapés. Puisque, paradoxalement, ceux qui ont échappé à la mort physique sont exposés à la mort culturelle, à cette catastrophe individuelle et collective que De Martino, d’après Heidegger, a appelée crise de la présence.

Crise de la présence

38Citons De Martino : « Le principe de l’autonomie de la personne imprègne toute la civilisation occidentale et la démarque historiquement de toutes les autres » (1952 : II, 185). Mais même le principe suprême de l’unité transcendantale de l’autoconscience comporte un grand risque pour la personne. C’est-à-dire, justement, le risque de perdre pour elle-même le principe suprême qui la constitue et la fonde... Mais quand une telle menace apparaît, c’est la personne même qui risque de se dissoudre, de disparaître en tant que présence ; il n’existe pas une présence réelle qui soit une donnée réelle, qui ne coure aucun risque et qui soit incapable dans sa propre sphère de provoquer un drame ou un développement ; incapable en un mot, de faire son histoire » (1952 : II, 188).

39Aucune présence ne peut être une donnée : chaque présence doit faire ses comptes avec son propre risque de crise. C’est justement pour cela que chaque culture a élaboré des institutions qui offrent l’horizon idéologique et les techniques opérationnelles qui permettent de dépasser la crise, c’est-à-dire de faire l’histoire.

40Cependant la grande catastrophe naturelle, la catastrophe sismique qui interrompt le temps et bouleverse l’espace, menace à la base la possibilité d’être au monde. Le risque de perdre le monde se pose ici comme un risque qui n’est pas seulement magique, voire symbolique, il est aussi matériel. Les objets ont réellement franchi les limites et se sont précipités dans le chaos. Donc l’âme aussi pourrait fuir de sa place. Il y a la possibilité que le chaos spatial et la cassure temporelle ne puissent être dépassés, que l’on ne puisse pas surmonter la catastrophe. Cela signifierait simplement que la nature a vaincu la culture et donc que l’histoire est finie.

41Et c’est pour conjurer ce sort, me semble-t-il, que les survivants du tremblement de terre veulent rester sur place : établir par leur présence physique les conditions spatiales et temporelles de leur présence culturelle. Tant que nous sommes là, le monde est encore organisable, le temps peut encore s’écouler.

42L’énorme étendue de boue qui couvrit la ville de Yungay se consolida en une épaisse et solide couverture d’argile que les survivants appelaient l’emplacement des morts. L’auteur de la recherche, Barbara Bode, raconte l’épisode suivant : « Il y avait parmi les survivants un irrésistible désir de vivre avec les morts, de pouvoir facilement rejoindre les petites croix de l’emplacement, auprès desquelles ils allaient se lamenter. Les bras grands ouverts vers les limites de cet immense emplacement, un des survivants s’écria : "La vie est ici !" » (1989 : 53).

43Le salut ne réside donc pas dans la fuite. Le vrai salut, le seul possible, signifie réussir à garantir sa propre présence au monde, faire en sorte que les irruptions malignes des forces de la nature ne nous coupent pas du monde où l’on peut faire l’histoire. Plus tard, quand le risque de rester bloqués, prisonniers de la survie, sera dépassé au profit de la vie, d’autres raisons de rester et de continuer pourront se présenter à la conscience individuelle et collective ; mais ce qui retient les survivants de fuir devant la catastrophe, ce qui les pousse à rester, c’est la nécessité de remettre en route, pour ne pas les perdre et ne pas se perdre avec elles, ces institutions culturelles spécifiques, grâce auxquelles ils ont fait leur histoire ; et qui seules peuvent leur en garantir la continuité.

Pouzzoles retrouvée

44Pour soutenir cette interprétation, je présente quelques textes à travers lesquels les habitants de Pouzzoles parlent des monuments d’époque romaine de leur ville. Ce sont les lieux privilégiés, les espaces qui distinguent leur ville de toute autre ville, leur espace de tout autre espace. Mais ce sont aussi des balises du temps, les signes concrets d’une durée qui leur est propre.

45Beaucoup de ces textes commencent par une formule stéréotypée : « Au temps des Romains, Pouzzoles était... » ; mais cette formule noble, presque épique, qui permet d’inscrire les histoires individuelles dans l’Histoire, est continuellement renversée : « Quand j’étais enfant, l’amphithéâtre romain était... » Là, c’est l’Histoire qui s’intègre dans les histoires.

46Vincenzo, ouvrier, 35 ans : « J’habitais à côté de l’amphithéâtre... Je me souviens que quand j’étais enfant, je sautais et j’allais visiter un peu, en haut, en bas, je cherchais les nids d’oiseaux. A quel âge ? Je ne m’en souviens pas, quatorze, quinze ans. Je jouais au ballon et je sautais. C’est tout. »

47Salvatore, 35 ans, cuisinier dans une pizzeria : « Quand j’étais enfant le temple de Serapis n’était pas clôturé, mais il y avait un mur et, du côté de la pente qui descend vers le port, se trouvait cette maison. Le gardien qui l’habitait était très sévère : quand on jouait au ballon et qu’il tombait au fond du jardin, c’était un désastre. Si tu lui demandais le ballon, au lieu de te le donner, il te le trouait. Aucune alternative, il fallait nécessairement faire l’intrus. Maintenant c’est beaucoup plus soigné, avant l’herbe n’était pas entretenue et donc on pouvait jouer dessus. On ne pouvait pas descendre en bas, dans le temple, aujourd’hui non plus, on ne peut pas... Si par chance, quelquefois, il n’y avait pas le gardien, on descendait en bas jouer ou attraper les grenouilles... Ensuite, on les vendait entre nous. Dans ce style-là, avec mes amis, on en a fait des vertes et des pas mûres... Une fois, on a même vendu un morceau de marbre, sur lequel il y avait un ornement, peut-être un morceau de colonne. On l’a trouvé sur la plage de Pouzzoles, après un orage. L’idée nous est venue tout de suite : c’est une pièce de l’antiquité, si on la faisait voir à quelqu’un qui s’y connaît... On l’a attachée – c’était du marbre massif trop lourd pour que nous puissions le porter –, nous l’avons mis sur une brouette. Puis on a rencontré un monsieur qui nous en a donné 200 lires. On l’a rencontré par hasard. Il nous vit traîner cette pierre et il nous a demandé ce que c’était. "C’est quelque chose d’antique. Nous l’avons trouvé en bas dans la mer..." Je ne sais pas pourquoi, car on ne l’avait pas convaincu, il nous l’acheta. Peut-être a-t-il pensé : "Ils sont en train de se tuer de fatigue, ces gosses, allez, je vais leur donner 200 lires." »

48Tonino, employé municipal : « Les Romains avaient rendu Pouzzoles célèbre avec le tourisme, et ensuite Bacoli, Lucrino... Cuma... C’est-à-dire que Pouzzoles était vraiment supérieure à ce que c’est maintenant... Ce qu’il y a dessous les maisons, ce qu’il y a dessous est important ! Comme le quartier Terra, par exemple : il y a toutes les structures romaines... Il y a un tas de choses là-bas, si l’on déterrait, on aurait une zone archéologique très belle... Et puis il y a le temple romain. C’est quelque chose... Celui qui était incorporé au dôme et celui qui était dessous. Ils étaient l’un sur l’autre. »

49Les monuments classiques entrent dans le processus de construction des identités individuelles. Ce sont les objets d’un savoir fort complexe et, en même temps, personnel parce que le premier contact que l’on a avec ces objets est vécu à travers une expérience directe. Ce n’est que par la suite que les livres confirmeront cette expérience ; mais c’est grâce à elle que l’individu s’identifie avec les lieux. Ainsi les monuments si étroitement intégrés à la vie quotidienne de chacun, sont les points de référence privilégiés, lors des moments de crise et de tension.

50Salvatore, cuisinier dans une pizzeria : « Mes amis maintenant sont à Licola, à Mondragone, à Villaggio Coppola. Ils se sont tous dispersés (après le bradysisme). Mais on se retrouve au temple de Serapis. On y est attaché, à cet endroit. Même pendant le bradysisme on se retrouvait là. Ce matin même je suis allé et j’ai rencontré mes amis là-bas. On se retrouve toujours au temple. Ça a toujours été là-bas, et d’ailleurs le bar est toujours resté ouvert, même pendant le bradysisme, quand il était fort... Parce que c’est là qu’on se retrouve. Maintenant on s’y est attachés. » Encore, au moment le plus terrible et le plus dramatique de la crise, le monument est toujours l’objet auquel on se réfère pour comprendre la gravité du danger.

51Nicola, ouvrier : « Le 4 octobre, un dimanche si je ne me trompe, alors que je rentrais à la maison, je suis passé devant le temple de Serapis. Je rentrais à la maison et j’ai entendu un fort grondement. J’ai jeté un coup d’œil, parce que ma maison se trouve à côté. J’entendais les gens crier, puis j’ai entendu ma femme qui criait elle aussi, puis j’ai entendu toutes les cloches de l’église de Santa Maria qui sonnaient, puis de la poussière s’est élevée, de tous côtés, puis j’ai vu les colonnes du temple de Serapis qui se pliaient, je suis resté de pierre. Je ne savais que faire, où aller... Ce sont des moments pendant lesquels on ne se contrôle plus. »

52Mais le monument, qui en tant que mesure de la gravité du danger déchaîne la terreur, est aussi la référence qui permet de retrouver conscience et sécurité.

53Luigi, tapissier : « L’histoire nous dit qu’à Pouzzoles en trois mille ans, il y a eu trois éruptions dues au bradysisme. Il n’y a pas eu de dégâts importants, même à l’époque où Pouzzoles était considérée comme la petite Rome (parva Roma). Aujourd’hui quand ils creusent et qu’ils trouvent des ruines, elles ne sont pas dues au bradysisme, mais au temps qui les a détruites. Il ne faut pas confondre, ce ne sont que des ruines. »

54La définition d’Antonio, ouvrier, se révèle encore plus précise : « C’est grâce au temple de Sérapis que l’on peut savoir où en est le bradysisme, s’il est descendant ou ascendant, s’il marche vite. » Et Salvatore, qui rencontre ses amis près du temple, dit : « Le temple de Sérapis sert aussi de thermomètre au bradysisme. »

55Cependant, cette familiarité avec les monuments de l’âge classique ne comporte aucune banalisation de ces derniers, aux yeux des habitants de Pouzzoles. De même, il me semble qu’on ne peut constater aucune « diminution de sens » de ces monuments. Les monuments, l’excavation, les ruines, bien que familiers et fréquentés, ne deviennent jamais transparents et ne sont jamais des objets quelconques du paysage. Au contraire, la conscience précise de leur valeur, y compris esthétique, est toujours présente.

56Gennaro, employé, 38 ans : « Figure-toi qu’avant 1970 j’habitais à côté du temple de Sérapis et quand je me réveillais, je voyais la mer ; les gens, même s’ils étaient pauvres, étaient heureux parce qu’ils habitaient un endroit vraiment beau. »

57Même pour Emilio, retraité, l’expérience esthétique n’est pas individuelle, mais collective et, d’ailleurs, tous les habitants de Pouzzoles partagent cette idée. Pour l’exprimer il emploie une expression synthétique : « Ici, à Pouzzoles, les belles choses, nous les avons devant les yeux ! » Ceux qui n’ont pas cette chance, doivent aller chercher ces belles choses ailleurs, les pauvres !

58Comme nous l’avons vu, les enfants, dès leur premier âge, apprenaient qu’il y avait une hiérarchie des lieux, au sommet de laquelle se trouvaient quelques lieux exceptionnels : le Serapeion, l’amphithéâtre. Qu’il s’agissait de lieux exceptionnels, ce sont les adultes qui l’affirmaient ; et même les grand-mères avaient l’art de raconter de très belles histoires – des histoires et non des fables, j’insiste – qui avaient comme décor les ruines romaines. L’importance de ces lieux était confirmée par le grand nombre de personnes qui venaient exprès de loin pour les voir.

59La valeur de ces lieux réside justement dans leur beauté et leur antiquité ; et à la question « Y a-t-il des légendes relatives aux monuments ? », on réplique, avec une certaine irritation : « Mais quelles légendes ? ça, c’est de l’Histoire ! »

60Ces lieux exceptionnels ne sont pas ouverts à tout le monde, les enfants ne peuvent pas y aller pour jouer. Cependant la violation de l’interdit ne représente pas une profanation ; le très laïc gardien ne lance pas, en effet, d’anathèmes ou de malédictions, il se contente de détruire l’objet qui pourrait provoquer des dégâts : le ballon. Il se crée ainsi, dans l’esprit des enfants une hiérarchie des valeurs, un sens des règles et des conséquences de leur non-observation. Mais ce qui paraît intéressant, c’est qu’il s’agit d’une hiérarchie laïque, dont la raison d’être est historique et où les monuments, placés au sommet de cette même hiérarchie, sont en tout cas dans le monde terrestre.

61En admettant que l’équation initiale – ce qui est antique est beau – soit vraie, les interdictions et les prescriptions, de même que les inclusions et les exclusions, en dérivent selon des critères rationnels et fonctionnels.

62L’épisode de la découverte et de la vente de l’ornement en marbre trouvé sur la plage, joue ici le rôle d’un rite de passage, c’est-à-dire d’une sorte de cérémonie d’initiation. Mais aucun maître et aucun prêtre n’apparaît dans le récit du protagoniste : c’est un groupe d’enfants qui trouve et reconnaît un objet qui est « sacré », mieux encore, qui fait partie du rituel seulement parce qu’il est antique. Après quelques difficultés et péripéties, ils rencontrent un adulte qui reconnaît, sinon l’authenticité, du moins la valeur de l’objet découvert par les enfants. Cette estimation prend la forme, tout à fait moderne, rationnelle et laïque, de l’échange d’un objet contre de l’argent. Les enfants ont ainsi gagné le droit de considérer le temple de Serapis comme leur lieu de rencontre : leurs comportements ont été conformes aux valeurs de la beauté et de l’antiquité et à celles du marché.

63On peut trouver un processus analogue dans la formation des catégories temporelles. Il fut un temps, celui de la Rome antique, où Pouzzoles était la « petite Rome », et le « port le plus grand de l’Empire ». On est fier de cette période, naturellement, car on a appris à reconnaître la valeur de ce qui est ancien, de même qu’on est fier de ses racines. Cependant la conception du temps est historique, rigoureusement linéaire, le temps des Romains est unique, il n’alimente ni des mythes d’éternel retour ni des mythes millénaristes ; il alimente plutôt un sentiment d’appartenance à quelque chose qui qualifie leur existence et qui en même temps les responsabilise.

64D’après les textes qui se réfèrent au bradysisme, si les monuments ont une fonction d’institution culturelle capable de résoudre positivement la « crise de la présence » – le risque de ne plus faire partie du monde –, les catégories utilisées sont d’ordre laïque et historique. Les monuments rassurent, non parce qu’ils possèdent un pouvoir magique, ou une vertu surnaturelle, mais parce qu’ils ont survécu au temps et aux dangers. Ils démontrent ainsi qu’on peut s’opposer à l’inéluctabilité de ces derniers.

Haut de page

Bibliographie

Bode B., 1989. No Bells to toll. Destruction and Creation in the Andes, New York, Charles Scribner’s Sons.

Botta G. (a cura di), 1991. Prodigi, paure, ragione. Eventi naturali oggi, Milan, Guerini Studio.

Cattarinussi B., 1981. « Il processo di ricomposizione unitaria dopo il disastro », in Cattarinussi B. e C. Pelanda (a cura di), Disastro e azione umana, Milan, Franco Angeli.

Cattarinussi B. et C. Pelanda (a cura di), 1981. Disastro e azione umana. Introduzione multidisciplinare allo studio del comportamento sociale in ambienti estremi, Milan, Franco Angeli.

De Martino E., 1952. Il mondo magico, t. II, Turin, Einaudi.

Di Sopra L., 1986. Magnitudo d’impatto, Milan, Franco Angeli.

Douglas M. et A. Wildavsky, 1982. Risk and Culture, Los Angeles, University of California Press.

Gallini C., 1985. « Introduzione » a Sighele S., La folla delinquente, Venise, Marsilio.

Giustino E., 1980. « Scheda informativa sulle zone colpite dal sisma del 23 novembre 1980 », Orizzonti economici, Rivista della Camera di Commercio, Industria, Artigianato e Agricoltura di Napoli, n° 27.

Leroi-Gourhan A., 1965. Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel.

Luongo G., 1986. « Il bradisismo flegreo, storia di un’esperienza di protezione civile », La provincia di Napoli, VIII, n° 6, pp. 20-33.

Martirano M. et E. Massimilla (a cura di), 1991. La cultura storica italiana tra Otto e Novecento, Naples, Morano.

Mazzacane L. (a cura di), 1989. La cultura del mare in area flegra, Bari, Laterza.

Palazzi F., 1939. Novissimo dizionario della lingua italiano, Milan, Ceschina.

Placanica A., 1990. I segni dei tempi. Il modello apocalittico nella tradizione occidentale, Venise, Marsilio.

Pelanda C., 1986. « Psicopatologia dell’attentato ambientale. Il caso della communità terremotata di Venzone (Friuli) », in Cattarinussi B. et C. Pelanda (a cura di), Disastro e azione umana, Milan, Franco Angeli.

Pinxten R., van Dooren I. et F. Harvey, 1983. The Anthropology of Space, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Pomian K., 1977. « Catastrofe », in Encicopedia, Turin, Einaudi.

Postpischl D., 1985. « L’osservazione e i dati strumentali per lo studio dei terremoti », Quaderni Strotici, Terremmoti e storia, LX, n° 3.

Quaderni Strotici, 1985. Terremmoti e storia, LX, n° 3.

Quarantelli E.L. (ed.), 1978. Disasters, Theory and Research, Beverley Hills, Sage.

Rocci L., 1970. Vocabolario greco-italiano, Milan, Società Editrice Dante Alighieri.

Romito R., 1989. Lo spazio sconvolto. Lioni tra terremoto e ricostruzione, Tesi di laurea non pubblicata, Napoli, Facoltà di Lettere e Filosofia.

Signorelli A., 1991. « Alcune riflessioni sull’antropologia italiana della seconda metà dell’Occocento », in Martirano M. et E. Massimilla (a cura di), 1991. La cultura storica italiana tra Otto e Novecento, Napoli, Morano.

Signorelli A. et alii, 1985. Il bradisismo del 1983 a Pozzuoli. Rapporto di sintesi sui risultati della ricerca antropologica, mimeo, Ministero per la Protezione Civile, Comune di Pozzuoli, Università degli Studi di Napoli.

Stop Disasters, 1991. Napoli, Osservatorio Vesuviano.

Zonabend F., 1991. La Presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacob.

Haut de page

Notes

1La sociologie des désastres se développe aux Etats-Unis après la Seconde Guerre mondiale, dans les universités de Chicago, du Texas, et dans quelques autres. Le centre de recherche le plus connu est le Disaster Research Center installé à l’Université de Columbus, dans l’Ohio jusqu’en 1985, et qui se trouve actuellement à la State University of Delaware. Le directeur, E.L. Quaranteilli, a dirigé le volume Disasters. Theory and research (1978).

Il y a, aux Etats-Unis, un autre centre d’études : le Natural Hazard Research and Applications Information Center de la State University of Colorado. En Italie, un groupe de chercheurs s’est constitué autour de l’Instituto di Sociologia Internazionale di Gorizia. Le texte qui expose l’organisation et les travaux de ce groupe italien est : Disastro e azione umana. Introduzione multidisciplinare allo studio del comportamento sociale in mabienti estremi (Cattarinussi et Pelanda 1981). On rapporte ici la définition de catastrophe sur laquelle se fondent ces chercheurs ; elle me paraît très représentative de la position « rationnelle » et pragmatique que je relève dans le texte : « La catastrophe, le désastre, en tant qu’événements rares, néfastes et locaux, sont définissables comme la manifestation de la quantité de non-domination d’un sous-système sur les propres relations avec l’environnement. Puisque la quantité de non-domination dans sa manifestation est la quantité d’information-énergie contenue dans l’événement, qui excède la capacité d’absorption du sous-système touché, on peut donc dire que, dans un désastre, la dimension du retard que des individus, des groupes, des communautés, des organisations et des sociétés ont par rapport au contrôle des effets de la variabilité présente dans son propre environnement de référence, se concrétise. »

2La perception et la conception globale du risque seraient conditionnées ou même entièrement modelées par le contexte culturel et social auquel appartiennent les individus et les groupes exposés au risque. Cette hypothèse est à la base d’une série de recherches qui se sont déroulées aux Etats-Unis dont la plus connue est : M.Douglas et A Wildavsky, Risk and Culture (1982). La thèse de F. Zonabend, dans La presqu’île au nucléaire (1989), n’est peut-être pas si différente que l’affirme l’auteur, mais elle fait certainement preuve de plus de sensibilité en ce qui concerne les facteurs historiques et micro-historiques qui influencent la perception du risque. Cependant, dans les deux cas, c’est la perception du risque nucléaire qui est examinée, et non celle des catastrophes naturelles. On a assisté en Italie à un important débat auquel ont participé surtout des géologues, des sismologues, des géographes et des historiens. On peut en retrouver l’essentiel dans un numéro de Quaderni Storici intitulé Terremoti e storia (1985, n° 3), dans Stop disasters (1991), ainsi que dans les travaux de A. Placanica (1990) et de G. Botta (1991).
3Suite au tremblement de terre de 1906, mis à part les morts, 200 000 des 400 000 habitants de San Francisco sont restés sans abri. Cependant, on ne pensa pas à déplacer la ville qui, pourtant, un demi-siècle auparavant, comptait à peine 1000 habitants et qui avait grandi de manière vertigineuse en raison de la ruée vers l’or californien qui, d’ailleurs, était déjà sur le déclin en 1906. Quelles qu’aient été les raisons de la reconstruction in loco, il semble que pour San Francisco il est difficile de mettre en cause la tradition, dans le sens courant du terme. Il s’agit, tout au plus, d’une forme particulière de mémoire historique collective. Le tremblement de terre de Tokyo de 1923 causa 70 000 morts et 40 000 blessés. Celui de Messine en 1908 (déjà pratiquement rasée en 1783), provoqua la mort de plus de 30 000 personnes, environ 50 % de la population de la ville, dont il détruisit 90 % des édifices. Mais dans les années postérieures aux deux désastres, chacune des deux villes enregistre une très forte croissance de la population.
4« Dans tous les groupes humains connus, l’habitat répond à une triple nécessité : créer un environnement efficace d’un point de vue technique, fournir un encadrement au système social, mettre de l’ordre à partir d’un point donné, dans l’univers environnant » (Leroi-Gourhan 1965). « It is simply not imaginable to put oneself outside of the universe and... conceive of the world and of all that exists in an endless void, an infinite nothingness. »

The "closedness" of a world view is understood as a degree of closedness or self sufficiency. It is my opinion that this concept can be applied in the description of any given world view, be it that of a Westener, an African, an Indian, or even a scientist. Only the degree of closedness may differ considerably... » (Pinxten, van Dooren et Harvey, 1983).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Signorelli A., 1992, « Catastrophes naturelles et réponses culturelles », Terrain, n° 19, pp. 147-158.

Référence électronique

Amalia Signorelli, « Catastrophes naturelles et réponses culturelles », Terrain [En ligne], 19 | octobre 1992, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3052 ; DOI : 10.4000/terrain.3052

Haut de page

Auteur

Amalia Signorelli

Université de Naples

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals