Navigation – Plan du site
la mort

La mort invisible

Noélie Vialles
p. 109-118

Entrées d’index

Thème :

animal (monde), mort

Lieu d'étude :

Italie
Haut de page

Texte intégral

1Entre mars 1991 et septembre 1992, la  télévision française a programmé au moins trois reportages sur une pêche au thon spectaculaire, qui s'est de longue date pratiquée sur le littoral de la Méditerranée occidentale, et dont quelques implantations subsistent encore, notamment en Tunisie, Espagne et Italie. La tonnara de l'île de Favignana, au large de Trapani (nord-ouest de la Sicile), est l'une d'elles.

2Une tonnara (thonaire) est une grande madrague (environ 400 mètres sur 24), série de filets divisés en compartiments, mouillés chaque année en avril à environ deux kilomètres de la côte et démontés en juillet. Les thons y sont piégés puis amenés à progresser de chambre en chambre par des « portes », jusqu'à un cul-de-sac où ils sont enfermés : « la chambre de la mort ». Lorsqu'ils y sont assez nombreux, le propriétaire de la tonnara et le rais (chef de pêche) décident de faire une mattanza – « tuerie » ou « massacre » sont les traductions usuelles.

3Les émissions de télévision montraient une activité devenue rare, mais ne la constituaient pas en spectacle ; elle a toujours attiré des spectateurs. Aujourd'hui les journalistes, reporters et touristes ont remplacé les aristocrates des siècles passés (Consolo 1987 : 19) ; les riverains y ont toujours eu accès, par nécessité ou par plaisir. La mattanza reste un spectacle, au point d'être, en illustrations stylisées, un important support de publicité touristique pour Favignana et les îles Egades.

4Tout spectateur sait que le moment de pêche qu'il vient voir s'appelle mattanza, tuerie, massacre ; non pas le long et quotidien travail qui a conduit les thons dans la camera della morte, mais précisément la mise à mort des thons prisonniers des filets. Chacun sait, avant de la voir, que c'est une pêche au harpon (en réalité, à la gaffe) et que le sang y coule. On vient donc bien voir tuer des poissons, des thons rouges (thunnus thynnus L.) de grande taille, en grand nombre, et dans une grande effusion de sang, inhabituelle en matière de pêche.

5De fait, au cours de la mattanza, quelques personnes parfois montrent du dégoût devant le sang qui s'écoule des blessures faites par les gaffes, et parfois se détournent, annonçant qu'elles ne pourront plus désormais manger de thon. Mais ce sont exceptions ; l'ensemble des assistants supporte fort bien le spectacle et contribue justement à donner à cette pêche son atmosphère mêlée de tension et de fête. Ce que l'on vient voir, ce que l'on voit, n'est donc pas une tuerie d'abattoir. C'est pourtant bien une scène de (mise à) mort.

6Conduite là par ses propres interrogations, l'ethnologue est inévitablement frappée par le contraste entre la curiosité marquée pour ce « massacre » et l'évitement organisé de l'abattage des animaux de boucherie. Sur celui-ci, la question était : alors que personne n'en veut rien savoir, comment ceux qui doivent exécuter la nécessaire besogne s'y prennent-ils pour affronter la mise à mort ? Parmi les spectateurs de la mattanza, la question devient : comment les mêmes sensibilités peuvent-elles être ici sans effet ? Comment peut-on regarder ici comme un spectacle cette mise à mort que dans d'autres conditions on évite de voir ? Questions marginales, qui n'étaient pas l'objet propre de la recherche et dont l'analyse est nécessairement plus hasardeuse ; mais non sans rapport avec sa thématique centrale, en ce qu'elles touchent au regard sur le sang et la mort, et donc aux représentations qui l'informent.

Une mattanza

7La mattanza n'est pas un spectacle organisé comme tel. Avec ou sans spectateurs, elle a lieu au jour jugé opportun en fonction de ses propres critères, notamment techniques et économiques. Pour y assister, il faut donc habiter l'île, y séjourner, ou se trouver à portée de bateau pour s'y rendre rapidement sur une information sûre. La pêche peut en effet être décidée, ou annulée, au tout dernier moment. Mais généralement elle est annoncée la veille au soir. C'est une rumeur dans toute l'île, et quelques cris dans le bourg : « Domani mattanza ! Domani mattanza ! »

8Vers sept heures, on pourra embarquer sur l'un des grands bateaux plats qui sera avec les autres remorqué jusqu'à deux kilomètres de la côte, où il prendra place sur l'extrémité ouest de la madrague, immédiatement encadré par quatre bateaux un peu plus petits. Les filets de trois côtés de la chambre de la mort seront hissés sur la lisse des bateaux et solidement fixés. Puis on attendra, face au soleil levant, à peu près deux heures, que diverses manœuvres soient effectuées, que les autres bateaux (environ une dizaine) prennent peu à peu leurs positions sur les côtés longs de la tonnara ; on se divertira de mille menues manières, on prendra une collation ou un robuste casse-croûte, sans perdre de vue les mouvements des autres bateaux, que les plus avertis commenteront entre eux ou expliqueront aux nouveaux venus.

9Vers neuf ou dix heures, le dernier bateau, le plus grand, celui à partir duquel se fera la mattanza, prend enfin place à l'est sur le dernier côté du quadrilatère ; une barque fait le tour des trois premiers côtés pour prendre à son bord les pêcheurs et les conduire au bateau du levant, où chacun prend sa place ; le rectangle se fermera bientôt, laissant à l'intérieur une petite barque qui, lorsque le piège se resserrera, sera liée à deux bateaux latéraux de l'ouest. Sur cette barque, trois hommes : deux sont munis de longues gaffes ; le dernier, au centre, les mains vides, crie quelques ordres brefs ; le moins avisé des spectateurs ne peut éviter de l'identifier comme le chef des opérations, et, au ton dont on lui dira qu'il porte le titre de rais, il conclura que l'homme et la fonction sont hautement respectés.

10Dès lors, les choses deviennent sérieuses ; chacun sent que l'événement est proche, et le spectacle ne manque pas de grandeur. Sur le bateau du levant, se découpe à contre-jour la silhouette des hommes debout qui commencent à hisser le pesant filet, au rythme de chants dont le vent emporte la plupart des paroles, laissant pourtant saisir dans l'alternance des voix du soliste et du chœur des hommes la gravité de ces chants de travail collectif qui appellent si souvent le qualificatif de « religieux ».

11Le bateau progresse ainsi vers l'ouest, continuant à lever le filet jusqu'à ce que les thons viennent affleurer à la surface, dans d'éclatantes gerbes d'eau et d'argent sur lesquelles se balance la barque du rais, d'où part bientôt l'ordre décisif. A l'immobilisation du bateau, un silence, – « religieux » lui aussi –, se fait : la mattanza va commencer. La mattanza commence.

12Tous les regards se fixent dès lors sur les efforts contraires – faut-il dire le combat ? – des hommes et des thons. Ce sont en effet des poissons de 180 à plus de 400 kilos parfois, qui doivent être hissés dans le bateau. Répartis en groupes de huit, les tonnaroti sont munis de fortes gaffes, dont la longueur décroît vers le centre du groupe ; là, deux hommes plus forts et/ou plus habiles, munis des plus courtes gaffes (environ 70 centimètres) avec lesquelles ils contribuent à lever un thon hors de l'eau jusqu'à pouvoir le saisir chacun par une nageoire anale, le font passer entre eux et basculer à l'intérieur du bateau. Visiblement pénible, ce travail n'est pas non plus sans danger, en raison de la résistance mouvementée d'animaux puissants.

13Selon la quantité de thons à prendre, qui peut varier d'une à deux centaines, la mattanza dure plus ou moins d'une heure, ponctuée d'exclamations, de cris mêlés, de brefs suspenses, d'encouragements aux hommes, sur fond de tambourinements vite amortis, dus aux derniers soubresauts des thons sur le fond du bateau.

14Le spectacle se termine au dernier thon sorti de l'eau, au signal donné par une brève formule du rais. La mer teintée de pourpre redevient limpide pendant que les bateaux laissent les filets glisser à l'eau et quittent leurs positions de mattanza pour rentrer au port, avec pêcheurs et spectateurs, à nouveau sous la conduite d'un remorqueur. Il est à peu près midi.

15Seul le bateau du levant ne rentre pas à Favignana. Il est lentement remorqué jusqu'à Trapani, où les thons seront livrés à l'établissement qui les traite. Il sera de retour en fin d'après-midi, mais personne ne s'en soucie plus : il ne s'y passe plus rien de spectaculaire dès que la mattanza est terminée.

Du sang

16Si c'est là à peu près ce que voit le spectateur le moins attentif, on se doute qu'il ne le relate pas de façon aussi platement factuelle. Les récits de toutes sortes tournent à l'emphase ; les réactions sur l'instant et les témoignages immédiats livrent des impressions, des fragments, des images. Tous se rejoignent pour donner la première place à l'aspect le plus singulièrement coloré dans ce décor marin : en coulées épaisses sur leurs flancs, le sang des thons qui peu à peu gagne l'eau et la rend rouge. Image de mort s'il en est, précisément celle qui inspire la répulsion pour les abattages de boucherie.

17Cela suffit à faire de la mattanza un spectacle singulier, du fait de son ambiguïté. Elle tient de la pêche miraculeuse et de l'abattage : abondance de poissons vivants, robustes, beaux et comestibles, et mattanza, tuerie – non pas chasse, mais mise à mort d'animaux captifs. Spectacles en effet peu communs séparément, et rarement confondus.

18Sans doute la rareté des spectacles de sang donne-t-elle à celui-ci plus de relief, et explique-t-elle que si souvent revienne, dans les exclamations et commentaires des spectateurs, l'analogie avec la corrida1, seul autre spectacle sanglant notoire, depuis que la mise à mort du bétail est enclose dans les abattoirs. Mais ici prévaut un étonnement, presque une sidération, que des poissons puissent saigner autant, saigner « vraiment ». Comme si sang et poisson s'excluaient.

19Et en effet les poissons sont généralement réputés ne pas saigner, être dépourvus de sang. On sait bien qu'il n'en est rien. Mais qu'on n'en voie habituellement que des traces, qu'on le dise froid2, entretient l'image d'un sang invisible, résiduel sinon totalement absent. On n'imagine de sang que chaud, comme celui des mammifères et des oiseaux – et celui des hommes ; s'il n'est pas (comme) le nôtre, on ne peut ni le reconnaître ni s'y reconnaître. Animaux à sang froid, les poissons n'ont donc pas de « vrai » sang, autant dire pas de sang du tout. Or, dans la mattanza, il est visible que les thons ont du sang, puisqu'ils le perdent : ce sont bien des poissons, et c'est bien du sang, aussi rouge, aussi abondant, aussi « vrai » que le nôtre. C'est là une anomalie au regard des taxinomies communes implicites, pour lesquelles sang et poisson s'excluent ; si l'on en juge par les réactions des spectateurs, elle se résout par escamotage, au moins partiel, de l'un des termes.

20Quelques personnes, on l'a vu, montrent un réel malaise devant cette hémorragie. Manifestement, elles n'imaginaient pas que le spectacle serait aussi sanglant. L'évidence du sang devient pour elles celle d'une saignée mortelle, comme pour le bétail à sang chaud, et la pêche miraculeuse tourne à l'abattage. Dans cette surprise dégoûtée se dessine en négatif le modèle qui fait d'une pêche sanglante une contradiction dans les termes, et qui dote les poissons d'une vie si incolore, invisible, que leur mort doit l'être aussi. Qu'elle ne le soit pas, et le sang retire à la pêche son innocence.

21Une question souvent posée par les nouveaux venus, quelles que soient par ailleurs leurs réactions, est à cet égard significative : d'où vient ce bruit de fond tambouriné, particulièrement net en début de mattanza ? Ce sont les derniers soubresauts des thons sur le fond du bateau du levant. Ils ne sont donc pas morts ? Non ; plus sûrement que des blessures des gaffes, ils meurent d'être sortis de l'eau, comme tous les poissons. Ils sont bien pêchés, pas « vraiment » tués.

Des poissons

22Toute l'ambiguïté de la mattanza, ou du moins du regard sur elle, peut tenir dans cette question : parle-t-on jamais de tuer des poissons ? Tandis que le chasseur est dit « poursuivre le gibier, les bêtes fauves, pour les tuer ou les prendre », le pêcheur est dit « prendre du poisson avec des filets ou autrement » (Littré, t. I, art. Chasser ; t. V, art. Pêcher). La consultation des dictionnaires italien, allemand, anglais, espagnol, vérifie qu'il en va de même dans ces langues. La pêche est ainsi censée être simple capture ; il va sans dire que la capture sort le poisson de son milieu vital et donc le tue. Cette ellipse ne tient pas à ce que tout le monde le sait, mais à ce que personne n'a le sentiment que ce soit vraiment tuer que de prendre un (et a fortiori du) poisson.

23La raison, tacitement admise, manifeste dans les attitudes, est que les poissons ne sont pas tenus pour des « animaux vrais », selon l'expression de F. Poplin, ceux que, souligne-t-il, Buffon appelle « animaux quadrupèdes » en termes méthodiques, et, « dès qu'il reprend le langage spontané », « animaux » tout court, par exemple en tête de l'énumération : « les animaux, les oiseaux, les poissons, les plantes, les pierres » (Poplin 1989 : 15).

24A l'inverse des humains, et des « animaux vrais », les poissons ne se noient pas dans l'eau, mais y vivent, s'y nourrissent et s'y reproduisent. Comme pour plus de sûreté, on les suppose en général dépourvus de sang. Leurs soubresauts hors de l'eau, n'imposant aucune image reconnaissable de souffrance ou d'agonie, étonnent plus qu'ils n'émeuvent. On peut donc les voir périr sans compassion. Les voit-on seulement mourir ? Leur mort ne peut pas avoir plus d'évidence que leur vie n'en a eue. Comment se figurer vraiment que l'air que nous respirons puisse asphyxier ? Le fait que la condition de leur mort soit l'entrée à l'air libre, qui est notre élément, condition de notre vie, donne à leur fin quelque apparence de ce qui pour les hommes est une mort naturelle. On ne « tue » donc pas les poissons, on les prend ; et on ne peut voir vraiment que la capture de ce que les flots recelaient. On ne saurait tuer vraiment que des animaux vrais.

25Or, à la différence d'autres poissons et d'autres pêches, la mattanza des thons les laisse voir dans l'énergie de la résistance, presque d'un combat, soulevant des gerbes d'eau, échappant aux efforts des hommes pour les prendre. Ils n'en restent pas moins des poissons, mais le sang des blessures apparaît comme une preuve supplémentaire de leur singulière vitalité ; non pas la vie incolore du poisson discret, mais une vie fougueuse, certes menacée, mais encore bien réelle, si vaillante qu'elle accède à la dignité du sang. C'est sous cet angle qu'on peut voir une sorte de pêche miraculeuse : la quantité des poissons, leur taille, leur puissance, donnent l'impression d'une abondance offerte aux hommes, pourvu seulement qu'ils se l'approprient. L'habileté et la force des hommes s'en trouvent grandies d'autant ; l'issue du combat n'étant pas douteuse, ses péripéties retiennent toute l'attention et animent les spectateurs qui, de la voix et du geste, y participent. Vient alors l'image de la corrida, une sorte de corrida froide, en mode mineur, puisque le sang visible des thons les laisse néanmoins dans leur genre, et transpose la corrida dans leur élément.

26L'analogie ne laisse pas de surprendre ; on attendrait plutôt, en fait de référence espagnole, la mattanza du porc ; non seulement parce que c'est le même mot, mais aussi parce qu'il a une extension sémantique comparable, et la même connotation d'abondance nourricière – les animaux concernés étant différents. Il est vrai que la mattanza du porc est de moindre notoriété, et qu'elle inspirerait moins d'intérêt que la corrida, étant dépourvue de son faste...

27Sans doute l'analogie de la mattanza avec la corrida peut-elle trouver quelques points d'appui : un face-à-face mortel d'hommes et d'animaux, du sang répandu, des enceintes closes, des piques ou des gaffes. Après quoi les différences l'emportent de beaucoup ; elles n'empêchent pas la récurrence de la comparaison.

28Le fait que la corrida soit actuellement le seul autre spectacle bien connu de mise à mort sanglante peut expliquer qu'elle soit évoquée à l'occasion de la mattanza. Mais cela ne suffit pas pour que, contre toute attente, on néglige des différences patentes. Il faut donc en rendre compte, si l'on veut comprendre quel regard les spectateurs portent sur la mattanza, et, au-delà, comment à l'égard d'un ensemble apparemment uniforme – mises à mort sanglantes d'animaux – les attitudes peuvent varier de la répulsion à la participation. Il faut que les représentations qu'on s'en fait, le sens qu'on leur accorde, découpent cet ensemble en champs différenciés, aux contours dessinés par quelques critères discriminants. La répulsion pour la mise à mort des animaux de boucherie étant l'attitude la plus générale, sur le fond de laquelle les autres se détachent, c'est par elle qu'il faut commencer.

Une légalité

29La loi Grammont (2 juillet 1850), première loi française visant à protéger les animaux, offre un raccourci commode pour examiner ce point. « Seront punis d'une amende de 5 à 15 francs, et pourront l'être d'un à cinq jours de prison ceux qui auront exercé publiquement et abusivement de mauvais traitements envers les animaux domestiques. La peine de prison est toujours applicable en cas de récidive. » A s'en tenir à sa lettre, sont exclues de la loi les violences sur les animaux sauvages, les violences privées ou nécessaires – et la mise à mort, puisqu'il va de soi que la consommation de viande n'est pas remise en cause. A moins de supposer que le législateur prétendait les encourager, il faut comprendre que ces actes étaient à ses yeux ou bien impossibles, ou bien légitimes. C'est par exemple la nécessité d'user de contrainte dans le dressage ou l'utilisation des animaux domestiques qui explique que seules soient réprimées les violences abusives.

30En revanche, l'exclusion des animaux sauvages peut tenir à l'impossibilité ou à la légitimité de violences à leur égard. Sauvages, ils ne sont pas à la disposition des hommes, et de ce fait ne sont pas exposés à leur violence. Mais il est permis de les chasser, qu'ils soient consommables ou qu'ils soient nuisibles. Dans tous les cas, ils sont supposés être hors de portée des violences abusives.

31Les violences non publiques sont, elles, hors de portée de la loi. La victime ne pouvant déposer plainte, on ne voit pas comment, en l'absence de témoin, la justice pourrait poursuivre le contrevenant. Les débats précédant le vote de la loi avaient signalé comme fréquemment brutaux à l'égard des animaux les charretiers et les bouchers ; l'activité des premiers était largement publique, celle des seconds pouvait l'être effectivement. Les « tueries particulières », interdites depuis le début du siècle pour être remplacées par des abattoirs publics, étaient loin d'avoir toutes disparu. Leur suppression effective était le seul moyen d'étendre au maximum la portée de la loi.

32D'autre part, comme les mouvements d'opinion qui depuis le début du siècle réclamaient pour les animaux la protection des lois3, le législateur se préoccupait tout autant de ne pas donner au peuple l'exemple et l'habitude de la violence, jugée moralement dégradante et socialement dangereuse. Il fallait donc que cette occasion de violences qu'était l'abattage de boucherie ne soit vue de personne, et en même temps qu'elle soit publique, précisément pour tomber sous le coup de la loi. La multiplication des abattoirs publics satisfera à cette double et paradoxale exigence d'un abattage public non public. L'inscription « Interdit au public » apposée à l'entrée de ces établissements publics est donc l'expression de la nécessité de les placer, idéalement, sous le seul regard de la loi. La condition de l'invisibilité générale est une visibilité restreinte, par la loi seule, représentée par quelques fonctionnaires.

33L'alimentation carnée n'étant ni remise en question ni réduite au gibier, la répression des mauvais traitements sur les animaux domestiques ne peut aller jusqu'à interdire leur mise à mort ; elle se contente donc de viser les violences qui peuvent l'accompagner. Mais comme d'autre part personne ne peut considérer une mise à mort comme un bon traitement, l'idéale euthanasie dans les abattoirs se double d'une sorte d'a-thanasie à usage externe, pour supprimer la mort autant que faire se peut sans supprimer la viande.

Une sensibilité

34C'est donc un évitement organisé, sinon une dénégation, de la mise à mort du bétail qui est ainsi mis en place. Pour l'homme de la rue, il existe d'une part des animaux vivants, d'autre part de la viande ; entre les deux, rien. La mort ne doit pas être vue. Peu à peu – il faudra à peu près un siècle – elle sera réellement invisible.

35Il serait difficile qu'un tel dispositif n'induise pas un impératif tacite : il ne faut pas voir cela, il ne faut pas pouvoir le voir. En être capable indiquerait une blâmable dureté de cœur, la compassion pour les animaux étant tenue pour un apprentissage et un signe de l'amour pour ses semblables. Exonéré de cette sensibilité, ou supposé la surmonter, le tueur en devient une figure plus inquiétante : familier d'un sang mortel, il ne saurait être vraiment recommandable. Jugée d'abord salutaire moralement, et souhaitable socialement, renforcée par les réalisations concrètes qu'elle a inspirées, la nouvelle sensibilité a valeur de norme, et fonctionne comme la garante subjective d'un grand rituel d'évitement, qui semble cristalliser toutes les craintes du siècle – depuis les « classes dangereuses » jusqu'aux « miasmes » –, exprimées en termes biologiques.

36Les violences ainsi condamnées sont (dérivées de) celles qui accompagnaient souvent la mise à mort, dans un ensauvagement des bêtes qui les mettait à distance et légitimait leur mise à mort, moins en fournissant un prétexte de défense et de combat qu'en garantissant ainsi que la supériorité des hommes n'était pas usurpée, mais gagnée de haute lutte4. Ces violences disparues, l'abattage n'est plus qu'une facile exécution, qui ne peut excuser aucune brutalité abusive. A défaut d'être visible parce que légitimée, la mort des animaux domestiques devra être légale et invisible. Ceux qui l'exécutent n'en seront pas innocentés pour autant, toujours suspects d'échapper au regard de la loi pour s'abandonner à leurs anciennes pratiques, qui sont la dernière image que l'on ait d'eux ; image qui persiste – l'invisibilité empêchant de lui en substituer une autre –, alors même qu'elle doit devenir de plus en plus inexacte, à proportion de l'application réelle de la loi.

Une légitimité

37En tout état de cause, la nouvelle légalité et la nouvelle sensibilité ont contribué à dessiner sur leurs marges les conditions de visibilité d'autres mises à mort. Si l'invisible est l'abattage en nombre de mammifères domestiques, tout ce qui n'entre pas sous ces notions échappera à la réprobation – sur des modalités diverses, selon la pondération de chaque trait dans les configurations particulières. S'il s'agit d'animaux sauvages, de non-mammifères, si elle n'est pas abusivement violente5, la mise à mort pourra être tolérée, voire regardée et pratiquée : le chasseur inquiète moins que le tueur d'abattoir, le pêcheur moins que le chasseur, et le torero suscite toujours quelque admiration. C'est dire que lorsque la mise à mort peut se légitimer par quelque apparence d'affrontement loyal entre hommes et bêtes, ou par un éloignement taxinomique qui en dispense, elle reste visible. Le critère de visibilité des morts animales serait donc dans l'éloignement, culturel (sauvage/domestique) ou taxinomique (mammifères/oiseaux/poissons), par rapport aux hommes, en tant qu'il peut justifier une domination de l'homme sur les animaux concernés – que cette domination soit tenue pour une donnée de la taxinomie ou qu'une démonstration en actes l'institue, réellement et/ou symboliquement. Autrement dit, la mise à mort est visible lorsqu'elle signifie, non pas le fait brut de la mort des bêtes, mais une vitalité des hommes, leur légitime supériorité sur les animaux, inévitablement inscrite dans un système de représentations qui définit les actes appropriés, admis, prescrits : les rituels, qu'en référence à la définition de la technique par M. Mauss, et parce que rarement ils vont sans elle, on pourrait définir comme des actes traditionnels légitimes – légitimés et légitimants. « Abâtardissement de la pensée consenti aux servitudes de la vie » (Lévi-Strauss 1971 : 603), mais du même coup élévation des servitudes à la dignité du sens.

38Certes, un aficionado n'aurait pas l'idée de comparer la corrida et la mattanza. Les tonnaroti non plus, on l'a vu. Mais on peut comprendre que des spectateurs occasionnels trouvent entre les deux quelque analogie. Ajoutés au caractère traditionnel de la mattanza, la simple présence de sang répandu et une sorte de combat peuvent suffire à donner l'impression nette d'une vitalité des animaux et d'une vitalité supérieure des hommes, et à inscrire cette pêche dans le registre du rituel, parce qu'ils n'y voient pas un fait de mort, mais un sens de vie. Quoi qu'il en soit, la simple présence de spectateurs aux mattanze (et plus encore aux corridas), sur fond de répulsion générale pour la mise à mort la plus quotidienne et la moins visible, indique au moins que la mise à mort des animaux ne peut être vue que de loin, à bonne distance symbolique, qui l'inscrive dans une dialectique de vie.

Haut de page

Bibliographie

Agulhon M., 1981. « Le sang des bêtes : le problème de la protection des animaux en France au xixe siècle », Romantisme, n° 31, pp. 81-109.

Consolo V., 1987 (1986). La pesca del tonno in Sicilia, saggi di R. Lentini, F. Terranova e E. Guggino., schede di S. Scimè, glossario di M. Giacomarra. Palermo, Sellerio.

Lévi-Strauss Cl., 1971. Mythologiques, IV : L'homme nu, Paris, Plon.

Pastoureau M., 1992. Dictionnaire des couleurs de notre temps. Symbolique et société, Paris, Bonneton.

Poplin F., 1989. « Matière, animal, homme, esprit. Introduction à l'animal dans les pratiques religieuses », Anthropozoologica, numéro spécial, pp. 13-21.

Pelosse V., 1981-1982. « Imaginaire social et protection de l'animal : des amis des bêtes de l'an X au législateur de 1850 », L'Homme, XXI, n° 4, oct.-déc. 1981, pp. 5-33, et L'Homme, XXII, 1, janv.-mars 1982, pp. 33-51.

Thomas K., 1985 (1983). Dans le jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l'époque moderne (1500-1800), trad. par Catherine Malamoud, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1Ce rapprochement est loin d'être constant, et, pour qui est familier de cette pêche, il est franchement incongru. Il n'en est que plus caractéristique des projections auxquelles la mattanza, appréhendée comme spectacle, peut donner lieu.

Les tonnaroti, eux, refusent nettement cette analogie, et d'abord au motif que la corrida est un spectacle « pazzo », fou, organisé pour être vendu à des spectateurs, tandis que la mattanza est leur travail et leur gagne-pain, qu'il y ait ou non des spectateurs. Cela ne les empêche pas de la présenter quelquefois au nouveau venu comme une « corrida sur l'eau » ; moquerie discrète, pour tenir l'intrus à distance et préserver quelque chose de soi dans ce travail exposé à tous les regards.

2Cf. Pastoureau, 1992 : 29, 32, 79, 102 : le froid est, dans les cultures européennes, associé au blanc et au bleu, le bleu à l'eau, et le blanc à l'incolore. Tout conspire pour que le sang des poissons soit invisible.
3Sur ce point, voir Agulhon 1981 et Pelosse 1981-1982.
4Voir par exemple K. Thomas 1985 qui, sans en faire explicitement la démonstration, fournit d'abondants matériaux pour la soutenir. Précisons que « ensauvager » ne signifie pas du tout chosifier ou réifier.
5Or, le nombre à lui seul peut être violent, suffisant à donner la dimension du massacre – sauf s'il est contrebalancé, par un fort éloignement taxinomique par exemple, comme c'est le cas dans la pêche.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vialles N., 1993, « La mort invisible », Terrain, n° 20, pp. 109-118.

Référence électronique

Noélie Vialles, « La mort invisible », Terrain [En ligne], 20 | mars 1993, mis en ligne le 18 juin 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3062 ; DOI : 10.4000/terrain.3062

Haut de page

Auteur

Noélie Vialles

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals