Navigation – Plan du site
Repères

Le musée de la Civilisation du Québec

Un monde en continuité et en devenir
Jean-Yves Veillard
p. 135-146

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Canada
Haut de page

Texte intégral

1Il y a un peu plus d’un an La Lettre des musées de France présentait une interview du directeur du musée de la Civilisation Roland Arpin sous le titre « Musée de la Civilisation du Québec : la cote d'amour », mais depuis quelque temps déjà ce musée figurait sur la liste des références incontournables pour tous ceux qui s'intéressent à l'ethnologie et autres sciences humaines, à la muséologie et aux rapports entre ces disciplines.

Un outil exceptionnel

2Le musée de la Civilisation est implanté dans un bâtiment construit au début des années 80 par un regroupement d'architectes de Montréal et de Québec piloté par Moshe Safdie. Le programme a dû prendre en compte et intégrer deux édifices anciens, la maison Estèbe datant de 1752 et la banque de Québec de 1865 ainsi que la parcelle vacante qui les séparait. L'ensemble couvre une superficie de 20 000 m2, mais pour s'intégrer dans ce quartier historique, la volumétrie a été cassée en trois sur la voie principale d'accès, un campanile de verre et d'acier signalant l'entrée. A droite de ce campanile, une ouverture dégage une perspective sur les bâtiments de l'ancienne université du Québec et des gradins incitent le visiteur à monter pour contempler le panorama vers le port. Le plus curieux est que ce programme architectural ne résulte pas du programme muséographique puisque, pour des raisons principalement liées au contexte politique québécois de l'époque, ce fut une nouvelle équipe, avec à sa tête Roland Arpin, qui élabora en 1987, à quelques mois de l'ouverture au public, la mission, le concept et les orientations du musée de la Civilisation. Voici un premier fait qui peut surprendre ceux qui sont habitués à définir de façon très étroite la programmation comme la déclinaison de toutes les collections qui doivent être présentées et le travail des architectes comme la fabrication des écrins pour abriter ces précieuses collections. Le visiteur ne paraît pas souffrir de ce hiatus et le seul reproche qu'il pourrait faire à l'architecte concerne l'entrée principale, ouverte en un large ébrasement au niveau du trottoir. Comme l'écrit Claude Bergeron dans son ouvrage Architectures du xxe siècle au Québec, elle est « davantage semblable à une entrée de métro qu'à celle d'un édifice public (... elle est) un peu déroutante et (peut) causer un moment d'hésitation chez le visiteur. Doit-il monter ? Doit-il descendre ? ».

La personne humaine et la civilisation

3Le document publié en août 1987, approuvé par le Conseil des ministres du Québec le 26 août 1987, définit de façon très claire la doctrine de ce musée qui est une corporation d'État subventionnée par le ministère des Affaires culturelles du Québec.

4Sans ambiguïté, le musée de la Civilisation place « la personne humaine » au centre de ses préoccupations et non les objets. « Les objets, tout important qu'ils soient, n'y prennent place qu'en raison de leur signification et de leur utilisation. Ils sont mis avant tout comme des témoins de l'activité humaine. Ils sont donc replacés dans leur contexte et présentés de façon aussi vivante que possible. » La conséquence logique de cette prééminence accordée à la personne humaine est tirée pour l'ensemble de la programmation du musée : « C'est donc à partir d'une idée qu'il définit ses expositions », mais limiter l'activité du musée au seul moyen de l'exposition serait réducteur et le document s'empresse d'affirmer : « Ces thèmes, il (le musée) les traite en utilisant le plus grand nombre possible de moyens de communications. » Troisième volet de cette doctrine, la transversalité et l'universalité. « (Le musée) explore des phénomènes qui ne sont pas limités à une période historique donnée, ni à un groupe culturel particulier. Les thèmes choisis sont universels, sans limites géographiques, temporelles et culturelles. Les sujets d'étude, tout en puisant dans l'histoire et la tradition, sont traités en tenant compte des préoccupations de la société contemporaine. » C'est seulement à ce stade de la définition de la doctrine que le lien est fait avec la situation géographique de l'implantation de ce musée. « Mais ce musée est au Québec. Et c'est le Québec, son histoire, ses traditions, son évolution qui en sont l'âme et le sujet. On s'y adressera donc en premier lieu aux femmes, aux hommes, aux enfants de chez nous. Ils devront s'y reconnaître et s'y retrouver. Ils devront aussi avoir le goût d'y venir et d'y revenir pour mieux connaître leur histoire, leur culture. » Dans une formule plus vigoureuse, l'ambition est d'être « un musée sans frontières, mais enraciné au Québec ».

5Plus loin, un chapitre de ce document précise le champ d'intervention : la civilisation y est définie comme un « ensemble de caractères propres à la vie intellectuelle, artistique, morale et matérielle d'un pays ou d'une société... (notion qui) intègre aussi les particularités, les différences ethniques, sociales, régionales, culturelles et religieuses ». Cette définition liée à une unicité (un pays, une société) diffère d'autres définitions qui soit hiérarchisent (« Ensemble des caractères communs aux vastes sociétés les plus cultivées, les plus évoluées de terre »), soit se réfèrent à une certaine échelle (« Ensemble de phénomènes sociaux à caractères religieux, moraux (...) communs à une grande société ou à un groupe de sociétés »). Les rédacteurs qui explicitent les contenants de ce terme très vaste (manifestations, valeurs et traditions, objets, temps) sont bien sensibles à la difficulté du rapport à l'espace. « Du point de vue géographique, les civilisations s'intègrent les unes aux autres, ainsi la civilisation dite occidentale, qui est à la fois la civilisation américaine, une partie de la Russie, et bien entendu l'Europe. L'Europe elle-même est une juxtaposition de civilisations, italienne, anglaise, française, etc., et ces civilisations nationales se divisent à leur tour en civilisations plus régionales encore : Écosse, Pays basque, etc. Ce n'est ici qu'une question d'échelle et de conventions, mais le terme de civilisation s'applique tant à de vastes sociétés qu'à un groupe de cultures. »

6On tient là sans doute une première contradiction de ce musée qui, en raison même des objectifs ambitieux qu'il se fixe, n'échappe ni aux contraintes de « son » temps ni à celles de « son » espace. Il est caractéristique que si le pluriel est employé pour parler des « cultures matérielles et sociales du Québec », il n'est nulle part fait mention dans ce texte des Amérindiens, des « premières nations ».

7A décortiquer ainsi ce document, on perdrait la perception du côté profondément novateur et courageux d'une institution muséale se donnant ainsi d'une manière claire et précise une charte fondamentale. Cherchez dans les musées ouverts et rénovés dans les dix dernières années...

8Ce côté novateur se retrouve dans le découpage des secteurs selon lesquels doivent se répartir les expositions, secteurs qui visent à explorer la notion de civilisation : le corps (les mécanismes d'adaptation), la matière (les ressources physiques), la société (le milieu humain), le langage (la communication), la pensée (l'imaginaire).

9Les concepteurs justifient ce choix et ce découpage par une vision philosophique optimiste. Il s'agit de mettre l'accent sur le dynamisme et la capacité d'adaptation des sociétés et, par un souci de pluralisme – le musée évitera de donner une seule interprétation de la réalité – de pluridisciplinarité. Un schéma de l'ensemble des activités du musée est construit à partir du concept et de ce découpage en cinq secteurs comme le résume un tableau de synthèse.

Des concepts à la réalité, de l'accueil aux collections

10Comment tout cela s'est-il traduit dans la réalité du musée tel que le visiteur le découvre ? Rappelons le chiffre de 20 000 m2 de superficie et celui du personnel permanent, 125 personnes en 1990 sans compter les contractuels et temporaires pour ne pas égarer le lecteur : le musée de la Civilisation de Québec n'est pas une petite machine.

11Première réalité bien vivante et bien forte : la qualité de l'accueil. Ce ne sont pas les espaces, ni le mobilier qui n'ont rien d'exceptionnel, mais le fait que vous êtes accueilli, individu ou groupe, bien en amont du comptoir de renseignements et de la billetterie par des personnes qui vous saluent, qui répondent à vos questions, qui amorcent un dialogue si elles perçoivent dans votre regard une interrogation. Depuis quelques années, le ministère de la Culture a, en créant un prix, mis l'accent sur l'importance de l'accueil dans les musées et dans les monuments historiques. Le musée de la Civilisation en donne ici l'exemple, même s'il n'en possède sans doute pas l'exclusivité.

Les collections : au service du projet culturel ou magasin d'accessoires

12Deuxième réalité qui, cette fois, n'est pas perceptible par le visiteur. Les collections du musée ne sont pas dans le musée : les magasins ou réserves sont installés à une dizaine de kilomètres de Québec, à Vannier, dans des locaux de type industriel. Ceux-ci sont bien équipés (sécurité et climatisation) et dotés d'un atelier de restauration. Si ce n'est pas le seul cas au monde de dissociation entre l'outil de diffusion vers le public et l'outil de conservation des collections, il est ici très marqué et symbolique : il suffit de se reporter au tableau de synthèse du document de définition de la « mission, du concept et orientations » du musée. Celui-ci se définit comme un musée thématique alors que dans notre hexagone domine encore largement la définition traditionnelle du musée par ses collections. Admettre la validité des deux définitions rendrait sans doute plus efficace le discours sur la nécessité d'un projet culturel en phase avec la société contemporaine.

13Les collections du musée de la Civilisation ne sont pourtant pas quantité et qualité négligeables. Leur base est constituée par les collections d'ethnographie du musée du Québec, institution à vocation encyclopédique née en 1933. Suite à une redéfinition de ses missions, dans les années 70, ces collections furent confiées au musée de la Civilisation à sa fondation en 1984. Le Service des collections s'est depuis doté d'un document de référence « Les axes de développement de la collection » (septembre 1989) qui rappelle le mandat de « mise en valeur de la collection ethnographique et des autres collections représentatives de notre civilisation » donné par la Loi sur les musées nationaux. Tout en rappelant la place de la collection dans un musée thématique (« De la mission et des orientations du musée découlent nécessairement les axes de développement de la collection. Ces axes sont circonscrits par les cinq grands secteurs d'intervention du musée : soit : le corps, la matière, la société, le langage et la pensée »), ce document définit une sorte de mission autonome de la collection. En plus d'être le support des expositions, elle a deux fonctions, celle d'« être un tout en soi, témoin de la vie d'un peuple » et une fonction « purement ludique, celle de se donner à contempler ». On retrouve là une expression très classique de la collection comme est classique l'énumération des finalités générales du collectionnement : sauvegarder le patrimoine culturel québécois, permettre une meilleure connaissance de la culture québécoise. Les objectifs sont fonctionnels : servir de support aux activités de recherche et de diffusion (objet témoin), développer de nouvelles connaissances dans le domaine de la culture matérielle et sociale (objet signe), permettre d'alimenter des expositions et autres activités de rayonnement du musée du Québec, développer la collection en fonction d'objectifs d'ordre pédagogique, démonstratif et comparatif.

14On reconnaîtra dans cette liste beaucoup du fonds commun des musées de société en matière de collection. Dans l'application, le musée de la Civilisation aborde de front les problèmes et évite les risques d'un « repli québéco-québécois » que l'on court toujours avec des objectifs généraux tels que ceux-là. Partant du constat de l'état très disparate des collections amérindiennes, le musée souhaite favoriser l'acquisition d'œuvres originales authentiques et enrichir les connaissances ethnologiques sur les Premières Nations. Pour éviter le risque d'une collecte prédatrice, le musée s'est donné pour but de préparer une politique de partenariat avec celles-ci : « Le protocole d'entente précisera les modalités des démarches d'acquisition des objets amérindiens. » Le regard sur les collections à développer prend en compte non seulement les premiers immigrants (Français, Irlandais, Écossais, etc.), mais aussi les communautés d'immigrés qui donnent au Québec son visage d'aujourd'hui : Italiens, Chinois, Haïtiens, Grecs, et au-delà, les communautés francophones d'Amérique dans une perspective comparative dans les domaines majeurs des collections.

15« Le Québec, le Monde », tel est le binôme au centre du tableau de synthèse des missions du musée de la Civilisation et le service des collections s'est interrogé sur la manière de répondre à la volonté du musée de mener une politique de relations internationales. La réponse est relativement prudente tant apparaît le danger de créer une collection « fourre-tout international ». Deux pistes sont énoncées : celle qui consiste à suivre les traces de l'ouverture historique du Québec au monde et, à l'occasion de toute exposition internationale, l'acquisition d'objets qui « témoignent de nos activités et de nos préoccupations en permettant la connaissance, la sensibilité et la familiarité avec des cultures d'autres temps et d'autres régions. Une formule qui favoriserait l'échange d'objets permettrait de limiter les dépenses tout en assurant une meilleure planification des ressources disponibles ». L'analyse des secteurs de collections à consolider reprend les rubriques habituelles d'un musée d'ethnographie (mobilier, outillages, textiles et costumes, etc.), mais la nécessité d'axes transversaux qui recoupent ceux découlant de la collection et de la programmation et qui indiquent à la fois des orientations de développement et des possibilités de traitement original est reconnue. Le contenu de ces axes est seulement esquissé :

  • l'histoire des événements et des grands personnages de notre société, en la resituant dans le cadre d'une production sociale et d'une mise en rapport avec le temps et la collectivité ;

  • l'habitat en prenant en compte autant les aspects physiques que sociaux de l'environnement humain ;

  • l'environnement et la santé, préoccupations contemporaines majeures ;

  • le loisir et le divertissement.

16Le contenu donné à ces axes demeure relativement général et traditionnel. Pour les loisirs et le divertissement par exemple, le document préconise le développement d'un programme contenant les points suivants : énumération, description, définition des arts d'interprétation.

17Comparée à l'ambition du projet culturel du musée, la stratégie de développement des collections paraît un peu en retrait. La question : que collecter dans la société québécoise des années 1980-1990 n'est pas expressément posée alors que les champs retenus (la société, le milieu humain, le corps, les mécanismes adaptatifs, etc.), au cœur du dispositif, impliquent fortement la société contemporaine. Elle l'est un peu fortuitement, car il n'est pas possible de l'éviter compte tenu des axes retenus. Sur quels critères, limiter, dans le domaine des communautés culturelles du Québec, les acquisitions aux apports exogènes à l'ethnographie québécoise ? Pour les « outillages et métiers », le musée estime nécessaire d'ouvrir la collecte d'objets vers les technologies de transition, mais aller au-delà du préindustriel paraît hasardeux. Si pour le mobilier, on prévoit de renforcer les collections pour la période contemporaine (du début du xxe siècle jusqu'à nos jours), on s'interroge pour les vêtements et costumes : « Les besoins exprimés par les expositions, nous apprennent qu'il faut retenir quelques vêtements plus récents, objets repères d'époques et de périodes (la mise en contexte des années 50 par exemple). » Soyons prudent de notre côté : ce document a été produit un an après l'ouverture du musée au public et une comparaison, par exemple, avec la politique menée depuis près d'une vingtaine d'années par les musées suédois dans le domaine de la collecte contemporaine (Samdok) n'aurait pas de sens. Il faudrait aussi avoir un bilan de l'application concrète de cette politique des collections, ce que nous n'avons pas. Le musée de la Civilisation, tout en dissociant spatialement les collections du bâtiment où sont présentées les expositions, n'en a pas moins défini, dès le départ, une politique de collections articulée – même s'il y a quelques distorsions – sur le programme général du musée.

Un « musée syntonisateur »

18Roland Arpin, directeur du musée de la Civilisation, lors du colloque « Muséologie et environnement », avait utilisé cette expression pour caractériser ce qui serait la troisième génération de musée, dont le musée qu'il anime est le leader. R. Arpin avait précisé cette appellation en avançant qu'on serait passé du musée fondamentaliste qui mise « sur la mémoire des objets en eux-mêmes et pour eux-mêmes » au musée rebelle qui privilégie « la construction de cette mémoire par la population » (musées d'identité et écomusées) au musée syntonisateur qui s'inscrit « dans l'actualité mouvante quant aux sujets traités et à la manière de les aborder ». Ce musée offre des approches plurielles, multiplie les perspectives et « construit des synthèses pour une société au savoir éclaté ».

19Tel est le projet ; comment s'est-il concrétisé ? La répartition des espaces d'exposition ouverts au public s'est faite suivant la séparation habituelle entre espaces d'exposition permanente et espaces d'exposition temporaire, ceux-ci occupant une superficie de 2 500 m2. On pense en lisant cela au Musée dauphinois de Grenoble qui, à l'encontre des musées d'identité qui faisaient d'une présentation permanente – le circuit de synthèse du musée de Bretagne – le pivot de la « construction de la mémoire » fut le premier, ou l'un des tout premiers, à donner la priorité à la présentation d'une palette d'expositions temporaires. Il assurait ainsi un renouvellement des approches et se donnait les moyens d'être en phase avec les efforts de la recherche des sciences humaines.

Les expositions permanentes : du site à l'universel

20Depuis le 20 octobre 1988, jour d'inauguration du nouveau musée, quatre expositions permanentes sont ouvertes au public, dont les thèmes reflètent bien l'approche conceptuelle du musée de la Civilisation.

21La première exposition « La barque à voile » est liée à la découverte sur le site, pendant les travaux d'excavation, d'une barque qui témoigne de la relation étroite qui s'établit dès le début de la colonie, entre les Québécois et le fleuve Saint-Laurent. Il s'agit en quelque sorte d'un « mini-musée de site » (en ayant présente à l'esprit l'importance que revêt au Québec l'archéologie des temps modernes et que sur ce site ont été trouvés 30 000 artefacts) ou d'une exposition-dossier, insérée dans la seconde exposition permanente « Objets de civilisation ».

22« Objets de civilisation » propose aux visiteurs des regards croisés sur les collections du musée. Objets à lire, objets-sens, objets-fonction avec le nécessaire et l'accessoire, objets en situation avec la présentation de l'ensemble mobilier de la salle à manger de l'École du meuble de Montréal. A ce simple énoncé, on voit là un essai de lecture à plusieurs voix de l'objet-témoin avec les difficultés de l'exercice.

23Quand, sous la rubrique « Techniques de fabrication », une quinzaine d'objets très différents – d'un cric à une armoire présentée de dos pour montrer l'assemblage – sont juxtaposés, le public suit bien la démonstration. Ailleurs la volonté didactique est peut-être moins efficace, tant certains objets touchent la sensibilité du visiteur, et fait naître chez lui « sa lecture », jamais ou rarement remise en cause. Le livre édité en 1990 qui reprend le titre de cette exposition, deux ans après l'ouverture de cette dernière, n'en reproduit pas le découpage, mais propose une lecture plus linéaire des collections : la céramique et le verre, vie domestique et métiers, pour finir par les collections amérindiennes et inuit. Il est vrai qu'entre livre et exposition, l'exercice n'est pas le même. « Choisir dans une large collection est en soi un exercice difficile. Le faire en vue de donner à ceux qui n'ont jamais eu le plaisir de parcourir ces vastes réserves, qui retracent à travers des dizaines de milliers d'objets l'histoire et la culture d'un peuple, l'est encore davantage » (R. Arpin, Présentation). On aurait pu imaginer que le choix se fasse selon les cinq secteurs qui forment la colonne vertébrale de la programmation du musée de la Civilisation.

24La troisième exposition permanente « Mémoires », ouverte à l'inauguration du musée le 20 octobre 1988, donne une vision de l'histoire du Québec, ses moments forts, ses moments graves, ses interrogations, ce qui le différencie du Musée dauphinois, mais on se souvient de la boutade de Jean-Pierre Laurent : « Qui sait ce qu'est le Dauphiné, ce que l'on connaît, c'est le gratin dauphinois ! »

25Le choix du pluriel pour le titre n'est pas neutre, car l'exposition ne montre pas que le côté valorisant de la mémoire, « le bon vieux temps », mais elle tente de ne pas omettre ce que la mémoire cherche à enfouir, à oublier : « les jours difficiles » où sont évoqués les exclus, des travestis aux criminels. Le dernier volet de cette exposition est consacré aux témoignages de Québécoises et de Québécois d'aujourd'hui organisés autour de plusieurs thèmes : « Notre culture », « Nos foyers », « Nos gens », etc. ; chacun se décompose en trois sous-thèmes, par exemple « Naître, Se marier, Vieillir » pour le deuxième cité. Pour chaque thème, 21 témoins d'âges, de milieux et de professions différents pour donner un reflet fidèle de la société québécoise. Le support muséographique de ces témoignages est la vidéo. Il faut souligner le mérite de cette présentation dans un pays où l'identité québécoise et son rapport aux autres (le choix du possessif : « Nos » le révèle suffisamment) est au cœur de beaucoup de débats. Combien de musées de société proposent des confrontations comme celle du jeune Québécois affirmant sa préférence pour la production musicale des États-Unis et d'un autre témoin qui, lui, se retrouve dans ceux et celles qui portent haut la spécificité culturelle québécoise ?

26Sans doute peut-on s'interroger sur la capacité de ce système de présentation à compenser ce que l'actualité, qui s'est écoulée entre le moment de la réalisation et le moment de visionnement par le visiteur, introduit comme distanciation (comme cela s'est posé au « Mémorial de la Paix » après la chute du mur de Berlin).

27Plus généralement, si nous avions à formuler quelques critiques à l'encontre de « Mémoires », exposition importante dans le dispositif de programmation du musée de la Civilisation, elles seraient de deux ordres. Sur le fond, le découpage thématique a l'avantage de bien faire apparaître les contrastes, les zones de lumière et les zones d'ombre de la mémoire collective, mais il n'aurait peut-être pas été inutile, même pour les Québécois, d'introduire une trame chronologique propre au Québec, mais aussi à l'espace géographique où s'inscrit leur histoire. Sur la forme, malgré la qualité d'ensemble de la muséographie, on peut penser que dans le « Roman des Grenoblois », le choix de partir de destins individuels, aux cheminements qui se croisaient ou non, était plus fort. Ici, il aurait, entre autres, mieux assuré la liaison avec le volet des témoignages contemporains.

28La quatrième exposition permanente « Messages » répond à la mission de réflexion sur des axes structurels et d'ouverture au monde contemporain. Elle traite de la communication entre les individus, de la communication entre les continents en essayant de montrer au public les mécanismes en jeu, l'évolution des technologies. La première partie présente, en opposant ancien et moderne, les moyens techniques de la communication. La deuxième partie, dont la présentation fait appel à l'interactivité, conduit le visiteur à réfléchir sur le contenu réel ou supposé de la communication, au-delà des moyens techniques (filtrage, dosage de la communication). La troisième partie montre diverses approches des modes de communication chez l'homme (du vêtement au geste) et chez l'animal. Comme dans toute exposition, il y a une part de « déchets », mais l'ensemble demeure impressionnant sur un thème qui ne se muséographie pas facilement, sauf si on se contente de traiter l'évolution technique.

29Quand on reprend les quatre expositions permanentes, on constate que l'on part du site (« La barque ») pour aboutir à l'universel (« Messages ») en passant par le musée (« Objets de civilisation ») et le territoire (« Mémoires »), structuration qui correspond bien à l'ambition que s'est fixée le musée de la Civilisation. L'exposition permanente ne devant pas durer au-delà de cinq années, on va donc arriver à la période de renouvellement de cette colonne vertébrale et il sera intéressant de suivre cette évolution, car l'on sait combien l'inertie peut jouer de mauvais tours.

Les expositions temporaires : recherche et modernité, le risque de « tourner à vide »

30Le deuxième volet de la diffusion du musée est l'exposition temporaire, mais avec une priorité si fortement affirmée, que dans la présentation qui est faite parfois de ce musée, on oublie les expositions permanentes.

31Première caractéristique, le choix pour le visiteur, quel que soit le moment de l'année, d'un panel d'au moins cinq expositions temporaires, d'au plus huit. Prenons par exemple la date du 1er mars 1992, le choix offert au visiteur était le suivant :

  • pour les expositions permanentes : 1. La barque ; 2. Objets de civilisation ; 3. Mémoires ; 4. Messages

  • pour les expositions temporaires : 1. Être dans son assiette (18 mois 1/2) ; 2. Voyages et voyageurs (9 mois) ; 3. Il était une fois... l'enfance (5 mois 1/2) ; 4. El Dorado. L'or de Colombie (4 mois) ; 5. Entre terre et eau (9 semaines) ; 6. Skier en ville, Québec 1879-1992 (3 mois).

32Le rappel des expositions permanentes souligne encore plus cette diversité de choix. Il existe un lien évident entre la durée de telle ou telle exposition et l'importance de l'investissement tant intellectuel que matériel. Deuxième caractéristique, le respect pour l'essentiel des intentions affichées dans le document cité en début de cet article. « Être dans son assiette » se veut une exposition-miroir sur les pratiques alimentaires des Québécois, du panier de provisions jusqu'à la table, sur les gestes concrets, leurs symboles. Elle représente le pôle québécois de la mission du musée. « Voyages et voyageurs » qui se « visite comme on part en voyage : les préparatifs du départ, les destinations et leurs découvertes, les souvenirs au retour », témoigne de l'autre pôle, civilisation, du questionnement social.

33Troisième caractéristique, corollaire du rythme de présentation, l'importance de la production. Entre le 20 octobre 1988 et le début de l'année 1992, plus d'une cinquantaine d'expositions temporaires ont été présentées, ce qui d'une certaine manière constitue un record pour un musée de ce type, même si sur ce nombre, certaines sont des expositions importées, comme « Vos papiers, s.v.p. » (Archives nationales du Québec) ou « Regard sur les collections de la Bibliothèque nationale du Québec ».

34Sur cette cinquantaine de titres, on retrouve la volonté exprimée clairement d'être un médiateur culturel, un musée thématique, de « préparer à l'avènement d'une culture vraiment responsable », citation qu'emprunte R. Arpin à Stanislas Adotavi lors de l'ouverture de la IXe Conférence générale de l'ICOM. « Autopsie d'un sac vert » (présentée du 26 septembre 1990 au 12 mai 1991) abordait de front les questions de l'environnement ; « Nous avons appris à consommer mais non à jeter avec discernement. La récupération, le recyclage, la réutilisation, la "consommation éclairée", autant d'alternatives pour protéger notre environnement. » « Souffrir pour être belle » qui fut présentée près de deux ans s'interrogeait : « Sommes-nous en pleine possession de notre corps ou n'est-il que le reflet d'une collectivité qui nous dicte les modes, les critères, les manières d'être », dans une perspective où l'on retrouve certaines des interrogations de l'appel d'offres 1993 de la mission du Patrimoine ethnologique sur les « Jeux de paraître – Parure et esthétique du corps ».

35Comment le musée de la Civilisation assure-t-il – malgré l'importance de ses effectifs – une telle programmation ? La méthode est intéressante. En simplifiant, on peut dire qu'au sein du musée, pour chaque projet un chargé de projet est désigné qui le suit de A à Z et une procédure d'appel d'offres à double détente est mise en place. Le premier appel d'offres est destiné à constituer l'équipe de recherche qui va écrire le scénario de l'exposition ; le deuxième appel d'offres à recruter l'équipe qui va la réaliser. Ajoutez à cela le recours à la commande privée : l'exposition « Mi-vrai – Mi-faux » présentée jusqu'en janvier 1993 a été commandée par le groupe La Mutuelle, en collaboration avec Air Alliance.

36La communication autour de ce programme très dynamique d'expositions temporaires est aussi très ambitieuse. Elle ne se limite pas à ce que nous entendons ici habituellement, mais est constituée de tout une série d'événements, de manifestations qui se réfèrent toujours au schéma des missions du musée. Prenons l'exemple du seul mois d'avril 1992. Cela va de la conférence d'un journaliste de Radio-Canada sur le métier de reporter international à l'organisation du troisième festival de cinéma africain « Vues d'Afrique » en relation avec la Semaine interculturelle nationale, en passant par des émissions-spectacles en direct à l'occasion du XIe Radiothon et la programmation de films en liaison avec l'exposition « Voyages et Voyageurs ».

37La réussite est là : le musée de la Civilisation a attiré en 1991 quelque 740 000 visiteurs avec depuis l'ouverture en octobre 1988 des journées où la fréquentation a dépassé le cap des 10 000 visiteurs par jour. Pour un musée qui aborde les préoccupations contemporaines et les phénomènes de société, c'est un succès d'autant que des enquêtes ont montré sa force de pénétration dans des publics non consommateurs de musées. La réouverture du musée de Québec qui, en huit mois a accueilli 130 000 visiteurs, ne paraît pas avoir modifié la courbe de fréquentation.

38Ce succès entraîne une exigence forte, ne pas décevoir, ne pas descendre au-dessous du seuil atteint, pression que l'on peut comparer à celle de l'athlète de haut niveau.

39Un premier risque existe, mais peut-être est-il voulu et fait-il partie de la pédagogie de la communication du musée ; le visiteur perçoit-il face à un plateau si diversifié la cohérence des choix qui lui sont proposés ? Le fameux schéma de synthèse du concept et de la mission du musée de la Civilisation offre dans la réalité une grande souplesse qui permet de programmer des expositions inertes (« Le Panorama de Québec », par exemple) par rapport à la philosophie du musée.

40Mais cette faiblesse apparente est aussi une force, car sans elle, le musée courrait un risque plus grave, celui d'apparaître comme un lieu du « prêchi-prêcha engagé ». Plus sensible et plus délicat est le problème des expositions qui ouvrent sur le monde extérieur ; dans la liste des titres comme dans le contenu, apparaît une vision qui privilégie plus l'aspect patrimonial (richesses archéologiques, trésors) que la confrontation avec les problèmes contemporains de ces pays ou l'amorce d'une connaissance de ces problèmes (« Tunisie, terre de rencontre » ou « El Dorado, L'Or de Colombie »). Corporation d'État, le musée de la Civilisation ne peut sans doute pas mettre en danger, par des sujets ou des traitements trop sulfureux, la volonté d'exister au plan international du Québec.

41L'interaction entre le musée, sa programmation foisonnante et la communauté scientifique est plus difficile à apprécier. La seconde à notre connaissance s'est peu exprimée sur le sujet et le recul nécessaire manque. Formulons deux questions qui sont certainement présentes à l'esprit de Roland Arpin et de son équipe : Comment éviter, en raison du rythme de production, un décalage entre la formulation choc des sujets et un affadissement du contenu réel ? Comment réaliser à chaque fois la meilleure adéquation entre le contenu et la traduction muséographique, la tentation devant exister de faire « du musée de la Civilisation » ? Dernier aspect, le musée de la Civilisation, en choisissant d'être au cœur d'un monde en continuité et en devenir, sort de la quiétude du « musée hors du temps, temple de la contemplation ».

42A sa manière, Roland Arpin répond dans un numéro de la revue Forces publié à l'occasion de la tenue de la 16e Conférence internationale de l'ICOM au Québec : « Nous n'avons pas la sécurité des musées d'art qui puisent dans l'œuvre des artistes célèbres. Notre approche sociologique nous entraîne à placer des objets précieux dans des contextes inhabituels. C'est une muséologie sans filet par rapport à la manière académique. Il ne faut, par ailleurs, tomber ni dans la muséologie de gadgets ni dans la facilité. »

43Nul doute que Roland Arpin et le musée qu'il dirige fassent leur la position d'Omar Konare : « Les musées ont une longue et prestigieuse histoire, mais c'est depuis peu qu'ils prennent place dans la cité de façon active et engagée. Laissons-les tendrement et généreusement aller aux limites de leurs créativités et de leurs audaces. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veillard J.-Y., 1993, « Le musée de la Civilisation du Québec. Un monde en continuité et en devenir », Terrain, n° 20, pp. 135-146.

Référence électronique

Jean-Yves Veillard, « Le musée de la Civilisation du Québec », Terrain [En ligne], 20 | mars 1993, mis en ligne le 18 juin 2007, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3064 ; DOI : 10.4000/terrain.3064

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Veillard

Musée de Bretagne et Écomusée du pays de Rennes

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals