Navigation – Plan du site
Liens de pouvoir

Avant-propos

Gérard Lenclud
p. 5-8

Entrées d’index

Thème :

clientélisme
Haut de page

Texte intégral

« Il en est, écrit Stephen Toulmin, des définitions comme des ceintures : plus elles sont courtes, plus elles doivent être élastiques. » L'ambition d'établir un répertoire de définitions ramassées, dont chacune vaudrait pour la plus vaste collection d'exemples possible, est tenace au sein de la communauté scientifique mais, commente le philosophe anglo-saxon, « il est fort instructif de voir quel degré précis d'élasticité on demande en fin de compte à ces définitions raccourcies. »1

L'épreuve de l'essayage

1Ce volume de Terrain, intitulé « Liens de pouvoir ou le clientélisme revisité », peut être lu, dans ses grandes lignes tout au moins, comme un exercice de desserrage et de resserrage de la ceinture sémantique constituée par la notion anthropologique de clientélisme. Les auteurs des contributions réunies ici s'appliquent à essayer à des cas bien concrets, donc fort divers, les tailles conceptuelles fabriquées dans les manufactures disciplinaires. On ne s'étonnera pas de constater, à les lire, que souvent ces tailles ne s'ajustent pas bien aux situations envisagées, que le vêtement flotte ici, comprime là, et qu'à la fin, semblables à des acheteurs au sortir de la cabine d'essayage, les cas concrets demandent que la définition reparte à l'atelier pour y subir son lot de retouches.

2Rien d'anormal à cela. « Dis-moi comment l'on te cherche, lançait aux objets de connaissance Gaston Bachelard, je te dirai qui tu es. »2 Adaptons la formule à la métaphore de Toulmin : dis-moi comment l'on t'habille, je te dirai qui tu es. Les phénomènes étudiés par les sciences de la nature, plus exactement par certaines d'entre elles, s'habillent en prêt à porter. C'est que ces phénomènes ne sont pas trouvés « tout faits » ; ils sont élaborés par une expérience qui fait corps avec la définition. Il est donc parfaitement inimaginable que la définition ne leur aille pas ; ils s'évaporeraient du même coup. Les phénomènes que les sciences humaines et sociales cherchent à décrire doivent, quant à eux, être costumés sur mesure. C'est qu'ils sont situés dans le monde historique ; à la différence de véritables êtres scientifiques, ils préexistent à l'essayage qui les transforme en objets de connaissance.

3On se trouve, par conséquent, en principe devant le choix suivant : soit mettre aux normes le phénomène pour l'adapter à la définition disponible, soit violenter la catégorie pour que le défini rentre dans la définition. Est-il utile de rappeler qu'on se livre en réalité aux deux opérations mais à des moments différents de la recherche ? « Clientélisme », s'écrie l'anthropologue, ou l'historien, confronté au spectacle d'une relation entre des hommes présentant, par certains aspects, un air de déjà vu ou de déjà su ; voilà cette relation appelée au départ à mieux se conformer au modèle qui a permis de la reconnaître, sommée d'effacer son ventre, de redresser les épaules, de se tenir bien droite, d'adopter finalement la taille mannequin. Oui, confirme l'anthropologue, ou l'historien, au terme de son étude, cette relation est vraiment de l'espèce clientélisme mais, comme il vient d'être montré, d'une sorte particulière et qui ne colle pas à l'épure ; voilà la ceinture conceptuelle en passe d'être dûment retaillée pour mettre fin, en bon droit théorique, au supplice imposé à l'observable qui peut alors reprendre (presque) figure humaine, c'est-à-dire individualisée.

4Les propositions de révision de la définition, ou de redécoupage du thème, faites dans les pages qui suivent, illustrent à merveille ce mouvement d'aller et retour continu entre le prêt-à-porter (le général) et le sur mesure (le particulier). Du moins la rédaction de Terrain l'a-t-elle voulu ainsi en suggérant que le contenu de ce volume, consacré au clientélisme, déborde largement le champ d'application classique de la notion : le politique dans l'Europe du Sud et ses dépendances parfois lointaines.

Concept, contexte, parfum

5C'était d'abord, évidemment, inviter à tester l'élasticité et donc la résistance du strict contenu conceptuel de la notion. Une fois de plus, convient-il d'ajouter immédiatement, car cette dernière a déjà plus qu'à son tour subi avec succès l'épreuve de l'étirement.

6Depuis longtemps, en effet, sans songer à lui retirer son passeport, c'est-à-dire à couper le cordon d'avec son lieu de naissance, la Méditerranée occidentale (Rome oblige), ethnologues, historiens, sociologues, politologues se sont employés à la dépayser. Ils l'ont embarquée pour les destinations les plus diverses afin de vérifier ses aptitudes à l'emploi et ses capacités d'acclimatation. A chaque escale ou presque, curieusement, la catégorie s'est retrouvée en pays de connaissance, prête à habiller au moins grossièrement des situations locales. On a repéré du clientélisme très au nord de son domicile, en Europe et de l'autre côté de l'Atlantique, aussi haut que le Saint-Laurent, très à l'est, jusqu'en Asie. Un ouvrage paru en 1984 recense des variétés du type sous toutes les latitudes et dans les contextes les plus différents : au Moyen-Orient (sans véritable surprise pour cause de proximité d'avec sa résidence habituelle), en Amérique latine (il fallait s'y attendre : l'histoire l'a voulu ainsi), mais aussi en Asie du Sud-Est, en Chine, au Japon, en Afrique noire, aux États-Unis, dans l'ex-URSS. Tout se passe, jurerait-on, comme si l'on tombait sur des incarnations du clientélisme dès le moment où l'on observait une société politique avec la catégorie en tête, autrement dit la description abrégée de la formule d'origine. Rome n'est plus dans Rome.

7La raison de cette omniprésence du clientélisme est assez facile à déceler. Elle tient justement à cet abrègement de la formule d'origine, décontaminée par volonté de généralisation des idiosyncrasies méditerranéennes. Outre que le monde historique se présente au regard sous la forme d'un continuum, appliquer à sa surface une catégorie inévitablement lâche puisque courte permet d'y rapporter une infinité de faits. (Inversement, trop resserrée, c'est-à-dire préservant dans la mesure du possible la richesse unique de la formule d'origine, la notion tendra à ne plus valoir, bien sûr, que pour l'univers de civilisation qui l'offrit en présent aux sciences humaines.) Définir une relation de clientèle comme un certain type de rapport politique, noué sur le mode personnel entre inégaux, occupant une place à part dans le pays « légal », générateur d'avantages réciproques pour les parties en présence, c'est se vouer à en voir partout, sinon à l'état « brut », réservé à sa contrée natale, du moins sous les traits d'un produit de synthèse. Chacune de ces variables est, en effet, généreusement distribuée sur terre. L'étonnant serait bien qu'on échoue, quelque part, à découvrir des patrons et des clients s'arrangeant ensemble.

8Ce n'est pas seulement la définition morphologique du clientélisme, un prototype de relation entre hommes, que l'on fit voyager loin de la Méditerranée, c'est aussi le contexte dans lequel on remarqua qu'il avait fleuri, son biotope en quelque sorte. Comme on attribua à ce contexte, en bonne logique d'analyse, une valeur explicative, il adhéra à la définition et fut donc de toutes les expéditions. Quel contexte ? En exagérant à peine, l'archétype méridional, le Sud de toujours vu par les hommes du Nord. Pour dire les choses vite, une certaine « traditionalité » (chacun comprend) des formes de la vie publique, une situation endémique de retard économique entraînant chez le plus grand nombre un sentiment d'insécurité, une incomplétude de l'État en peine de contrôler ses marges ou sa périphérie, un malgoverno généralisé, un éthos culturel d'un genre à part. Naples vue de Boston. Mais là encore, pour cause d'abrègement conceptuel, la définition de ce contexte s'ajusta sans trop de mal aux environnements politiques, économiques, culturels les plus variés. Les sociétés humaines ne se répartissent pas d'elles-mêmes en sociétés traditionnelles et modernes, économiquement avancées ou retardées, régies par un Etat soit ferme soit hésitant ; pour ce qui concerne le malgoverno, c'est affaire d'opinion et, en matière d'éthos, le monde de la culture use, avec plus de parcimonie encore, des catégories discrètes.

9Pour remédier aux incertitudes, nombreux furent ceux, parmi les spécialistes, qui succombèrent à la tentation de recourir au vieil argument anthropologique des survivances. Au sein du système le plus moderne, le mieux rationalisé, il subsiste, comme chacun sait, des poches de traditionalité ; le clientélisme en serait une, assurément résistante (la culture...), mais en voie de résorption, bientôt une curiosité historique, donc un objet privilégié de la recherche ethnologique dans les sociétés dites complexes.

10Il fallut bien cependant s'aviser de ce fait : le clientélisme en tant qu'idéaltype de soudure politique, se rencontre dans des contextes assurément différents de celui, « traditionnel », dont on imaginait, en se fondant sur les cas de référence, qu'il était le facteur principal de son épanouissement et, cela, nullement à l'état résiduel, sans aucune des caractéristiques d'une espèce menacée, pis encore : promis selon certains à un bel avenir3. Il pousse, robuste, assuré de lui-même, bien ailleurs qu'à Corvino ou à Colleverde, bourgades emblématiques du Mezzogiorno, qu'à Naples ou à Palerme, capitales régionales de l'État clientélaire. Des témoignages documentés furent nombreux à l'attester. On reconnut, par exemple, des patrons et des clients au sein des appareils de pouvoir communistes. D'autres rapportèrent que c'est sur le modèle clientéliste, d'allure pourtant débonnaire, que s'effectuait le tirage des bonnes fortunes dans les régimes autoritaires, et pas seulement en période de crépuscule des caudillos. On découvrit, enfin, que dans des démocraties exemplaires les faveurs distribuées par les princes et les éminences et le zèle à servir de leurs obligés pouvaient court-circuiter les structures d'organisation les plus réglementées, doubler efficacement les relations legal-rational, comme disent les Anglo-saxons. Bref, la notion de clientélisme ne paraissait pas éprouver le mal du pays lorsqu'on lui faisait quitter, sinon la Rome ancienne, du moins les campagnes du Sud pour la transplanter dans de grandes métropoles, à Chicago mais également à Tokyo, ou, pour rester en France, lorsqu'on la faisait monter des mairies corses ou des hôtels de ville du Midi pour l'installer à Paris, dans les palais de la République ou dans certains hauts lieux de la modernité culturelle.

11Ou bien la définition du phénomène et de son contexte d'éclosion est par trop extensive, « clientélisme » n'est plus alors un concept mais seulement un mot, ou bien ce qu'elle définit est une plante qui se multiplie sous tous les climats.

12Il faut enfin admettre, aussi étrange cela puisse-t-il paraître, que les catégories descriptives des sciences humaines ont un parfum et que ce parfum influe sur les conditions de leur emploi. L'historien Marc Bloch évoquait ainsi les « effluves émotives » des concepts historiques4. Ces catégories ont beau voyager au titre de généralités, elles gardent l'odeur de leur port de départ. Cette odeur, qui colle aux mots, est un peu celle de leur contenu intuitif. Disons-le tout net : il semble que « clientélisme » heurte les nez délicats. Mal née, d'extraction douteuse, au contraire de celle de « mécénat » par exemple, la notion sent fort le calcul d'intérêt, l'achat des consciences, la braderie des convictions, les tractations louches. C'est pourquoi il arrive qu'on l'évite pour ne pas blesser l'objet de l'étude quand il est proche ou qu'on éprouve à son égard une sympathie véritable, non teintée de condescendance amusée. Lorsque la catégorie sert de fil conducteur à l'analyse, l'auteur du récit prend vite, fût-ce à son corps défendant, les traits du censeur et la description se met à ressembler, quoiqu'on en ait, à un acte d'accusation. Dans le domaine du politique, l'idée que démocratie authentique et clientélisme se livrent un combat éternel est un lieu commun. Peut-être est-ce vrai, mais encore faut-il s'en expliquer.

L'activation des mécanismes

13Les textes rassemblés dans ce volume de Terrain s'arrêtent sur la notion de clientélisme et sur quelques autres qui lui sont connexes, déploient et comparent des contextes de patronage, s'emploient, chacun à sa manière, à en banaliser le parfum. Sans chercher à donner à ce recueil d'articles une unité artificielle, il nous semble que leurs auteurs partagent quelque peu deux points de vue.

14Ils ont retenu, d'abord, la suggestion de Moses Finley, qui ne prisait guère les généralisations abusives, suivant laquelle « le clientélisme est un système susceptible de prendre des formes très variées, non seulement à l'intérieur de toute relation particulière d'individu à individu, mais encore d'une société et d'une époque à l'autre »5. Le clientélisme ne se rapporte pas seulement à des valeurs historiques. Ce n'est pas le fruit exotique d'une société ou d'un temps, ni même à proprement parler le produit de contextes particuliers.

15Peut-être vaut-il mieux, cependant, ne pas le considérer sous les aspects d'un système. Seules, certaines sociétés, en effet, se sont ingéniées à assembler, pièce par pièce, la machinerie clientélaire au grand complet. Il faut, quoiqu'on en ait, leur manifester de la reconnaissance. Grâce à ces sociétés, nous savons ou croyons savoir quels sont les mécanismes qui entrent dans sa composition. Contrairement au postulat méthodologique de l'évolutionnisme, les cas à privilégier ne sont pas toujours les plus simples (s'il en existe). Les développements de luxe, comme disait Durkheim, ne cachent pas nécessairement le principal ; ils peuvent le mettre en valeur.

16Si le système clientélaire, dans toute sa splendeur, est l'exception, les mécanismes sur lesquels il repose sont, pour leur part, universellement répartis. C'est du moins l'hypothèse qui nous paraît courir tout au long de ce volume. Quels mécanismes ? Ceux qui, tout simplement, permettent en tous lieux et en tous temps que des acteurs inégaux se lient, selon des modalités assez reconnaissables, dans le cours d'une même action. Ces mécanismes sont des dispositions anthropologiques auxquelles on peut donner différents noms. Ils sont, selon les sociétés, selon les époques, selon les contextes, activés ou bridés, huilés ou rouillés, promus ou réprouvés, exposés ou cachés. Dans les récits qui suivent, quelques-uns de ces mécanismes sont présentés à l'état activé.

Haut de page

Notes

1Stephen Toulmin, 1973. L'explication scientifique, Paris, Armand Colin.
2Gaston Bachelard, 1934. Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF.
3La réception en France de l'ouvrage du politologue italien Luigi Graziano, Clientelismo e sistema politico. Le caso dell' Italia, paru à Milan en 1980, est une illustration, pessimiste, de cette attitude. Citons Le Monde (25 janvier 1981) : « (Le lecteur français) découvrira un certain nombre de ressemblances entre une gestion clientélaire systématique et des pratiques de plus en plus courantes dans sa ville ou son village. Car nous aussi le clientélisme nous ronge au fur et à mesure que notre Etat se dévitalise » (souligné par nous).
4Marc Bloch, 1974. Apologie pour l'histoire ou métier d'historien, Paris, Armand Colin.
5Moses I. Finley, 1985. L'invention de la politique, Paris, Flammarion.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lenclud G., 1993, « Avant-propos », Terrain, n° 21, pp. 5-8.

Référence électronique

Gérard Lenclud, « Avant-propos », Terrain [En ligne], 21 | octobre 1993, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3066 ; DOI : 10.4000/terrain.3066

Haut de page

Auteur

Gérard Lenclud

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals