Navigation – Plan du site
Les usages de l'argent

Maintenir l'économie domestique

Travail, argent et éthique dans les montagnes polonaises
Frances Pine
p. 81-98

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Pologne
Haut de page

Texte intégral

1Wiez, jak jest tutaj jezdzimy do Ameryki na zarobki, ale wracamy do wsi aby zyc. » (« Vous savez comment c'est, ici. Nous allons en Amérique pour gagner de l'argent, mais nous revenons au village pour vivre. ») Ces paroles sont celles d'une górale1, originaire des montagnes du sud de la Pologne, qui me parlait de la vie à Chicago. Elle marquait par là la distinction entre le travail salarié du migrant dont le but est de rapporter des dollars, et la vie au village. « Vivre », c'est-à-dire dans son esprit non pas simplement « résider », mais accomplir son existence sociale. C'est cette opposition entre partir pour gagner de l'argent et être au village, dans tous les sens du terme, que je me propose d'explorer dans cet article.

2Je voudrais montrer que les villageois conçoivent l'argent et les transactions monétaires d'une façon quelque peu inexacte, comme appartenant à la sphère de l'Etat, du monde extérieur et de l'activité propre aux individus. Et que leur conception de la vie au village ne correspond pas non plus à la réalité, une vie fondée sur l'entraide et tout entière enclose dans la sphère des relations de parenté et de communauté. Cette distinction rappelle le travail de Janet Carsten (1989) à Langkawi : l'argent, explique-t-elle, étant de nature antisociale, les femmes doivent le « cuire » ou le transmuer en élément susceptible d'être intégré dans la sphère morale ou sociale de la parenté et du groupe domestique. Mais chez les górale le désir de gagner de l'argent est très bien vu, et on tient en grande estime quiconque, homme ou femme, parvient à se faire de grosses sommes d'argent par le commerce, l'esprit d'entreprise ou l'émigration. En revanche, hommes et femmes voient dans le travail salarié pour l'État une nécessité certes, mais connotée négativement. Aussi, contrairement au cas exposé par Carsten, l'opposition entre la parenté et l'« extérieur », et entre la sphère de l'échange et celle du travail salarié n'est pas en soi une opposition homme-femme. Bien plutôt, se situe-t-elle, pour les górale, tant hommes que femmes, entre la sphère de la parenté et de la communauté d'une part, et dans celle du monde extérieur d'autre part. Dans la première, on privilégie l'échange non monétaire et l'entraide, alors que l'on perçoit l'autre comme lieu des relations transactionnelles purement utilitaires, sans rapport aucun avec l'éthique communautaire. En ce sens, les institutions de l'État, qu'elles se situent à l'intérieur ou à l'extérieur du village, et les lieux de travail en ville comme à l'étranger sont confondus en un seul « extérieur » où les hommes et les femmes doivent se rendre pour gagner de l'argent, un argent qui est ensuite rapporté, et utilisé, à l'intérieur du groupe domestique et de la communauté górale. Cependant, on perçoit différemment le fait de partir pour gagner des zlotys et celui de partir pour gagner des dollars ou une autre devise forte : il s'agit de démarches distinctes, comme le sont le travail salarié dans le cadre de l'État, et celui de l'entrepreneur. Dans le présent article, j'examine également sur quoi se fondent ces distinctions.

3J'envisagerai d'abord le rôle de l'argent dans la culture górale sous le régime socialiste, où je suggère de définir trois sphères économiques distinctes, aux frontières cependant fluctuantes et souvent confondues : l'économie de subsistance du groupe domestique et du village ; l'économie de l'État, comprenant le travail salarié et les procédures de vente et d'achat ; et l'économie informelle recouvrant le commerce, le troc et les transactions d'ordres variés. Ces sphères possèdent diverses caractéristiques : la prédominance de l'échange réciproque des biens et des services, pour la première ; des transactions payées en zlotys pour la deuxième ; et pour la troisième, de transactions en dollars américains (et, dans une moindre mesure, en autres devises occidentales). Je m'efforcerai de montrer qu'à l'époque du socialisme chacune de ces sphères obéissait à des règles éthiques différentes ; et, en conclusion, que grâce à la diversité des activités économiques qu'ils ont pratiquées sous le régime socialiste, et aux distinctions symboliques qu'ils ont été amenés à opérer non seulement entre les formes de travail et d'échange, mais aussi entre les formes d'argent, les górale se sont trouvés à même d'affronter l'économie de marché qui se développe actuellement en Pologne.

4Quelques travaux d'anthropologie récents (par exemple Parry et Bloch 1989 ; Hutchinson 1992 ; Miller 1987) ont remarquablement éclairé les différentes interprétations données aux rôles social, moral et symbolique de l'argent par divers théoriciens, notamment Marx et Simmel. Comme le montrent Parry et Bloch (1989), l'analyse anthropologique de l'argent est inextricablement liée à d'autres idées touchant l'échange et la réciprocité, Gemeinschaft et Gesellschaft, et l'éthique et le symbolisme. Pour les données que je présente ici, je me réfère à tous ces concepts. Il apparaîtra clairement qu'à plusieurs points de vue on peut considérer que les górale corroborent les vues de Simmel, selon lesquelles l'argent est source d'autonomie et de liberté ; pour eux, l'argent est rarement agent de corruption ou du mal, comme il l'est dans d'autres cultures (Taussig 1980), encore que le manque d'argent puisse être un mal. Cependant, on s'aperçoit qu'ironiquement, par leur attitude à l'égard du travail salarié dans le secteur de l'État sous le régime socialiste, les górale se rapprochent de Marx. Pour eux, dans le contexte du socialisme d'État, l'opposition majeure en matière d'argent, de travail salarié et d'échange se situe entre l'échange réciproque non monétaire et les activités de subsistance du groupe domestique et de la communauté d'une part, et de l'autre, le travail aliéné effectué pour un salaire dans les usines et les institutions de l'État. La distinction morale ici est claire et conforme à ce que nous apprend la littérature anthropologique sur les cultures à mi-chemin des économies « traditionnelles » et de l'économie de marché, où les rapports qui ont cours dans le domaine de la production et reproduction domestiques sont bons, justes et moraux, alors que sont amoraux et immoraux ceux créés par le travail salarié. Cependant, la valeur positive attribuée par les górale à l'activité commerciale s'exerçant en dehors du secteur de l'État, et particulièrement au fait de gagner des dollars, ajoute un élément qui rend inopérante une simple dichotomie éthique connotant positivement la parenté et la réciprocité, et négativement le travail salarié.

5Une manière plus satisfaisante de considérer les différents types de travail et d'échange que pratiquent les górale est de souligner non seulement les distinctions mais aussi les relations d'interdépendance entre l'agriculture, le travail salarié et l'activité commerciale. Dans une large mesure, les górale rendaient à l'État les zlotys de leurs salaires en lui achetant les aliments industriels, ou non produits localement, et d'autres articles de consommation domestique et en lui payant les impôts, le coût de la santé et de l'éducation. On pourrait soutenir que les zlotys n'étaient ni bons ni mauvais en soi : on y voyait une simple nécessité. Toutefois, on considérait le processus même de travail négativement – encore que nécessaire sur le plan utilitaire –, et envers l'État, propriétaire des moyens de production, on manifestait de l'hostilité. Je reviendrai sur ce point.

6L'existence d'une économie informelle dans la Pologne socialiste, et la signification, particulièrement forte chez les górale, du dollar américain créaient, pour les villageois, de multiples occasions de gagner de l'argent en dehors du secteur de l'État. En 1977, lors de mon premier séjour en Pologne, je fus frappée par l'impossibilité de marcher dans la rue, même très peu de temps, sans se faire accoster plusieurs fois par des gens chuchotant furtivement : « Change money ? Change money2 ? » Plus frappant encore était de constater à quel point l'économie du dollar avait pénétré la vie quotidienne des villages montagnards, où les gens faisaient preuve d'une connaissance extraordinairement sophistiquée – et pratiquement au jour le jour – des fluctuations des taux de change. Manifestement, on attachait une très grande valeur à l'argent occidental – et à la possibilité de s'en procurer par le travail, l'échange ou le commerce – à la différence des zlotys et du travail dans le secteur de l'État. L'économie informelle représentait, par beaucoup d'aspects, des transactions extrêmement individualistes et autonomes, et même si le processus consistant à gagner de l'argent américain en travaillant, par exemple, comme femme de ménage le soir et comme serveuse le jour à Chicago n'était pas foncièrement différent de celui consistant à gagner des zlotys à la fabrique locale de chaussures, le résultat en était à la fois plus lucratif et doté d'une plus grande valeur symbolique. Le paradoxe se situe ici dans le fait que pour maintenir une économie de subsistance constitutive de leur identité, les górale se voyaient obligés de gagner de l'argent, localement ou à l'étranger. Aussi bien, ce que les gens eux-mêmes persistaient à percevoir comme une économie de subsistance dépendait en fait d'activités monétaires, salaires et autres, s'exerçant généralement en dehors du village3.

7La coexistence d'une forte idéologie privilégiant l'individualisme et l'autonomie avec une autre, tout aussi forte, où priment les vertus de réciprocité, d'égalité et d'entraide au sein de la parenté sous-tend les idées des górale touchant l'identité du groupe ou de la personne. Sans doute peut-on voir dans ces deux idéologies une source de tensions et de conflits, surtout dans l'organisation des cycles de travail individuel, mais tout aussi bien soutenir que, ensemble, elles ont fourni aux górale le cadre souple qui leur a permis de survivre dans des circonstances économiques et politiques souvent difficiles. Il me semble que cette tension a été résolue, du moins en partie, en assignant les vertus d'individualisme et d'autonomie à la sphère « extérieure », aux lieux où les villageois s'en vont pour gagner de l'argent, et les vertus de réciprocité, d'égalité et d'entraide à la sphère « intérieure », au lieu où les gens vivent.

Les górale

8Les górale vivent dans les monts Tatras de Pologne et Slovaquie4. J'ai déjà décrit de manière détaillée leur histoire et leur organisation sociale (Pine 1987, 1992a et 1992b) ; je me contenterai donc d'en retracer ici l'essentiel. Il est important pour notre propos de noter que les górale se considèrent, et sont considérés par les autres Polonais, comme un groupe ethnique distinct possédant une culture haute en couleur, voire exotique, et un statut d'étranger ou de marginal vis-à-vis de la société polonaise dominante – au reste gens sans foi ni loi, jaloux de leur autonomie. Pasteurs transhumants originairement, c'est au xviie siècle qu'ils s'installèrent dans les monts Tatras, dans des villages, évoluant progressivement du pastoralisme à l'agriculture de subsistance. La pauvreté du sol et le climat rigoureux, associés aux coutumes égalitaires en matière d'héritage (après l'émancipation en 1848, tous les enfants des deux sexes avaient droit à des parts égales de la propriété parentale, d'où le morcellement et l'amenuisement des exploitations), ont irrégulièrement limité les possibilités de survie par la seule agriculture, obligeant les maisonnées górale, tout au long du xixe siècle et au début du xxe, à chercher un supplément de revenus dans une petite production marchande : vente de faibles quantités de produits agricoles, travail à la journée et emploi domestique. Femmes et hommes travaillaient comme saisonniers en Pologne même, ou à l'étranger, en Autriche, en Hongrie et en Allemagne, ou, plus important, émigraient temporairement à Chicago. A la fin du xixe siècle, les górale se trouvaient, comme beaucoup de montagnards marginaux, dans une situation paradoxale, vivant une vie extrêmement difficile, isolés dans leurs villages de montagne, et tenant par ailleurs fort efficacement leur rôles sur différentes scènes économiques situées bien au-delà des frontières de leur pays. C'est dans ce contexte, me semble-t-il, que s'est développée une forte identité ethnique, fermement enracinée dans un lieu, tout aussi bien que dans la parenté et la communauté. Etre górale signifiait vivre dans les montagnes, parler le dialecte, appartenir à une maison nommée et travailler les terres de cette maison. Mais face à l'impossibilité de survivre uniquement grâce à l'agriculture, les villageois devaient quitter les montagnes, travailler pour d'autres à des tâches autres que l'agriculture et l'élevage, et vivre pendant certaines périodes en compagnie d'« étrangers ». Tel est le sens des paroles que j'ai citées au début de ce texte : pour demeurer des górale, les villageois doivent partir et « gagner de l'argent ». Pour être górale ils doivent revenir dans les montagnes et dans la communauté fermée du village. Aujourd'hui même, les étrangers qui pénètrent dans les communautés montagnardes, prêtres, fonctionnaires ou touristes, bien que parfois courtisés pour leur argent ou leurs relations, sont également considérés au mieux avec hostilité et au pire, dans le cas des hommes, comme des cibles légitimes d'agression et de violence. On jugera significatif le fait que les górale étaient fortement endogames, et continuent de l'être.

L'économie domestique

9La parenté est utilisée par les villageois comme métaphore de l'égalité et de la solidarité. Ainsi, les górale diront souvent « Tutaj wsyscy sa rodzina » (« Ici, tout le monde est de la famille »), et poursuivront en opposant la vie au village et la vie au-dehors, notamment dans les villes. Au village, disent-ils, on a tout. De l'air pur, abondance de nourriture, et tout le monde s'entraide. Dans le monde extérieur, il n'y a que saleté et pollution, des aliments industriels et malsains – et de plus, insuffisants – et les gens vivent entre eux comme des étrangers.

10On a décrit dans l'abstrait les rapports sociaux et économiques au village en termes de réciprocité non comptabilisée. La division du travail domestique, à la maison et aux champs, est basée sur le sexe et le niveau généalogique, et toute personne capable – du plus jeune au plus vieux – est censée exécuter des tâches spécifiques. Le travail s'échange entre les maisons « parce qu'on est parent », ou « parce qu'on est kumoter » (compère ou commère, au sens de parrain et marraine). Dans les discussions, les villageois nient avec force qu'il y ait une quelconque comptabilité ; au contraire, l'aide est représentée comme donnée librement et librement acceptée. Il en va de même des rapports sociaux, où prévaut une même exigence d'équilibre : « Tous les parents donnent un coup de main pour la préparation des mariages, et le village entier assiste au wesele ["noce"]. On donne ce que l'on peut au jeune couple. »

11Néanmoins, il y a manifestement comptabilité lorsque l'on organise les travaux des champs. Si un homme, sa femme et leurs trois enfants adolescents aident les voisins au moment du battage, une même quantité de travail leur sera rendue quand eux-mêmes en seront au battage, et si les voisins sont moins nombreux, ils travailleront plus longtemps pour compenser. Si seuls une femme et un enfant vont aider les voisins à ramasser les pommes de terre, le service sera rendu par une femme et un enfant. On discute et pondère ces arrangements jusqu'au moindre détail, et ceux qui ne remplissent pas leurs obligations sont exclus du circuit de réciprocité la fois suivante. Les mêmes types de calculs s'appliquent aux mariages, aux baptêmes, aux communions et aux enterrements. « Nous avons envoyé deux douzaines d'œufs pour la pâtisserie, et ma fille et moi sommes parties donner un coup de main, car ma fille se marie l'année prochaine et, à ce moment-là, ce sont eux qui nous aideront. » Ou : « Nous avons assisté à votre wesele, vous devez donc venir au nôtre. Si vous ne venez pas, nous ne viendrons plus à vos mariages ni enterrements, plus jamais. » L'assistance aux mariages, aux baptêmes et aux communions coûte très cher, car les invités sont tenus d'offrir une somme d'argent assez considérable5, et on a vu des villageois quitter le village au moment d'un mariage ou s'enfermer chez eux, toutes lumières éteintes, faisant semblant de ne pas être à la maison, pris entre leur devoir de présence et leur incapacité à faire un cadeau d'argent.

12Le conflit entre l'idéal qui s'incarne dans les rapports de parenté, non comptabilisés et non fondés sur l'argent, et la nécessité de négocier en termes d'argent avec les gens de l'« extérieur » apparaît clairement dans une conversation entre Zoska et son frère en 1981. Zoska avait demandé à un homme d'un village voisin, qui allait au marché avec son cheval et sa charrette, de lui rapporter des matériaux qu'elle avait commandés pour faire une clôture. Bien après la fin du marché celui-ci n'avait toujours pas donné signe de vie, et Zoska était irritée. Son frère lui demanda si elle avait donné à cet homme « quelque chose (c'est-à-dire de l'argent) pour la route ». Non, répondit-elle, indignée, puisqu'il s'agissait d'un parent. Son frère la gronda, en lui faisant remarquer que cet homme n'était pas un parent suffisamment proche pour cela, et qu'en outre il n'était pas du village. La discussion ici ne porte pas sur ce qui constitue un bon comportement de parent, ce sur quoi frère et sœur sont d'accord, mais sur la définition de parent et d'« étranger ».

13Même si l'idéal de réciprocité entre parents – une réciprocité libre et non comptabilisée – cache un réseau complexe de relations économiques qui restent largement non dites, il est clair que dans les échanges entre maisonnées ne doit pas intervenir de paiement en argent. On rembourse les œufs avec des œufs, le travail avec du travail, les services avec des services et les cadeaux de mariage avec des cadeaux de mariage. La commensalité contribue en outre à occulter la nature économique des transactions réciproques dans le travail de l'exploitation : les femmes de la maison préparent un grand repas pour tous les gens qui travaillent sur place, et elles leur fournissent le casse-croûte et la boisson tout au long de la journée – manière d'assimiler les voisins à des parents car, normalement, seuls les parents proches mangent ensemble. L'argent en tant que paiement direct (par opposition par exemple à l'argent donné en tant que cadeau de mariage) s'inscrit dans les accords de travail pour rémunérer soit une aide générale, soit les compétences d'un spécialiste. Dans le premier cas, des villageois très pauvres ne possédant pas, ou peu, de terre travaillent à la journée chez des voisins plus prospères. Il s'agit là d'un travail très peu valorisé, et les hommes et les femmes qui l'effectuent sont considérés comme des dziad (« mendiants »). Jusqu'aux années 50, des jeunes filles se louaient comme domestiques, et, là aussi, on y voyait la marque d'un statut modeste. Ce type de travail, déterminé par un besoin économique pressant, implique également un mélange trouble des catégories en vigueur. Le travail domestique doit se faire au sein de la maisonnée, ou dans un rapport de réciprocité entre femmes de la même famille ; de même, le travail de la terre doit se faire dans les champs de la famille, ou, par entraide, dans ceux des parents et des voisins avec lesquels on se trouve en rapport de réciprocité. Introduire dans ce processus une transaction directement monétaire constitue une menace risquant de porter atteinte à l'idéal d'entraide et d'égalité, non seulement du point de vue du journalier, pénalisé puisqu'il (ou elle) se trouve obligé de travailler chez autrui pour de l'argent, mais aussi de celui du villageois qui utilise ses services, montrant par là qu'il n'est pas à même de réunir une main d'œuvre suffisante sur la seule base des normes admises de l'échange.

14Dans le cadre de l'économie agricole, il y a aussi rémunération directe de certains spécialistes. On peut payer l'expertise d'un boucher pour surveiller l'abattage et le découpage d'un animal, et souvent pour fumer les saucisses. De même, des familles possédant des tracteurs louent leur travail, comme le font parfois celles qui possèdent des chevaux6. On peut louer, pour un mariage, les services d'une cuisinière et pâtissière experte qui se charge de préparer le repas de noce. Dans tous ces cas, les membres de la famille travaillent avec les « spécialistes » que l'on paye, et le fait de la rémunération est quelque peu masqué par la commensalité et souvent par l'insistance sur la relation de parenté, s'exprimant dans les termes d'adresse et de référence.

15Contrairement aux journaliers, ces spécialistes rémunérés ont un statut social, et la transaction ne comporte aucune honte pour les deux parties. Ce qui importe ici, me semble-t-il, est que par leur savoir-faire reconnu ou par leur possession d'un bien rare d'utilité générale, tel un tracteur, ils se trouvent affranchis des règles locales de stricte réciprocité, et placés dans une catégorie d'entrepreneurs individuels, travaillant de manière autonome en dehors du cadre de l'économie domestique.

Le secteur de l'État

16Sous le régime socialiste – de 1947 à 1989 – s'accuse, au sein du village, la distinction entre, d'une part, le travail domestique à la maison et aux champs, basé sur la réciprocité et l'échange en nature, et d'autre part, le travail et autres transactions impliquant des personnes étrangères au village. Pendant les années 50, la Pologne connaît un grand développement industriel, et on construit de petites usines jusque dans des régions périphériques telles que les montagnes du Sud, où l'on recrute localement des hommes et des femmes pour un travail industriel salarié. Parallèlement, la bureaucratie – si caractéristique du socialisme des pays de l'Est – s'étend, en venant à fournir du travail salarié aux villageois et aussi à le réguler. Dans les années 70, la plupart des adultes travaillaient, du moins par périodes7, pour l'Etat, sous une forme ou une autre. La politique de plein emploi menée par le gouvernement signifiait que, pour la première fois dans l'histoire des górale, le schéma économique constitué par un revenu salarial régulier et des rapports d'interaction avec l'économie monétaire de l'État n'était plus exceptionnel, mais la norme. Pour des salaires uniformément modestes, les gens trouvaient des emplois dans des fabriques locales de chaussures ou de skis, dans les magasins ou les bureaux, et dans le secteur tertiaire. Les employés de l'État avaient droit, gratuitement ou par allocations interposées, à une assistance couvrant la garde et l'éducation des enfants, aux soins médicaux et à des indemnités de retraite, de maladie et de maternité. Minimisant toujours l'importance de leur salaire, les villageois affirmaient souvent qu'ils travaillaient dans le secteur de l'État uniquement pour pouvoir profiter de ces avantages et d'autres « petits bénéfices ». Dans le même ordre d'idées, la plupart des villageois étaient tenus de vendre leur lait, et parfois de la viande, à l'État. L'argent tiré de ces ventes était rarement suffisant pour permettre à un ménage de faire face à des besoins « extérieurs », et les gens décrivaient en termes généralement négatifs ces obligations contractuelles et les sommes ainsi gagnées, comme un exemple supplémentaire de l'exploitation des paysans par l'Etat. Idéologiquement, sinon en termes de la réalité matérielle et pratique, les villageois continuaient à attribuer à l'agriculture de subsistance et au travail de leurs lopins de terre une importance primordiale. Le travail salarié et l'intégration dans l'économie zloty de l'État ne faisaient que rendre moins aléatoires ces travaux de subsistance, fournissant un « filet de sécurité » plus sûr que les accords ponctuels et les pratiques de travail des générations précédentes.

17Ces zlotys gagnés dans l'économie salariale symbolisaient quelque chose de la relation très difficile, et souvent négative, entre le village et l'État. Je dirais que le fait de travailler pour l'État ne comportait pas la moindre connotation positive ; on n'y voyait qu'une atteinte à l'autonomie individuelle ainsi qu'à l'intégrité de l'économie domestique. Peu de villageois empruntaient à leur travail salarié un élément quelconque de leur individualité8. Les exigences de l'exploitation passaient d'abord, et les gens prenaient des vacances ou des congés de maladie, ou simplement n'allaient pas au travail, pendant les semailles, la fenaison et la moisson.

18Chaque fois que possible, les villageois transformaient leur relation salariale en entreprise commerciale. Sans doute la fabrique, le magasin ou le bureau étaient-ils l'endroit où il fallait aller pour gagner des zlotys, mais également celui d'où l'on partait pour faire des courses pendant les heures de travail, un lieu où se négociaient et se concluaient des affaires et où l'on dérobait parfois du matériel ou des biens qui pouvaient servir dans la production ou le commerce du secteur économique informel. A titre d'exemple, Maria travaillait dans une coopérative de tissage. De temps à autre, elle réussissait à ramener chez elle de la laine de haute qualité, une denrée rare, dont elle se servait ensuite pour le tricotage et le tissage qu'elle faisait à la maison. Elle tournait avec les marchés ambulants pour écouler sa production, et vendait parfois la laine brute aux femmes du village. Ces activités ne lui rapportaient pas beaucoup, mais elle les considérait comme une prolongation légitime de son travail salarié mal payé. Autre exemple, Jorek, un conducteur d'ambulance, « empruntait » l'ambulance pendant ses jours de congé et se louait comme chauffeur auprès des villageois, pour effectuer des livraisons ou des transports. Ces « petits profits » étaient courants sous le régime socialiste, et les villageois y voyaient ce qui leur était dû en compensation de leurs bas salaires et horaires lourds. Le chapardage, pour les górale, est une réplique légitime aux privations et à l'exploitation. Avant-guerre, on envoyait les enfants chaparder du bois dans les forêts des voisins riches ou des grands propriétaires terriens ; sous le régime socialiste, les gens chapardaient sur leur lieu de travail. Rien dans le contexte de réciprocité domestique et communautaire ne permet de justifier ou de légitimer le chapardage. Il s'agit de pratiques clairement inscrites dans les structures d'inégalité établies entre la maison et l'« extérieur ».

L'entreprise individuelle

19En plus du travail dans l'agriculture et dans le secteur de l'État, beaucoup de villageois, tels Maria, poursuivaient des activités participant de modèles anciens : petit commerce ambulant, petite production artisanale, et travail manuel. Dans l'ensemble, ces activités situées en marge de l'économie de l'État étaient irrégulières, et s'organisaient souvent autour des exigences du travail agricole. Ces pratiques présentaient un attrait particulier pour les femmes avec des enfants en bas âge, car elles leur permettaient de combiner les soins à donner à leurs enfants et le travail domestique avec quelques gains provenant de l'extérieur du foyer. Alors que la plupart des villageois s'adonnaient à ces activités sur une base ponctuelle, quelques-uns réussissaient très bien dans les affaires : des femmes qui vendaient des fromages fumés, des chaussons en cuir travaillé, des lainages faits main, et parfois de l'or et des devises étrangères, voyageaient jusqu'à Varsovie et Gdansk, et même en Russie et en Turquie, tandis que certains hommes travaillaient plus près de chez eux comme charpentiers, ébénistes, couvreurs ou ouvriers tanneurs.

20Dans les années 70, les villageois en vinrent à travailler de plus en plus dans l'industrie du tourisme, comme fournisseurs de logements, repas, et activités górale, telles les promenades en traîneau pendant l'hiver. Ce type de travail est particulièrement intéressant dans le contexte de cet article, de par sa fonction de médiation entre le domaine de la maison et celui de l'économie extérieure. Bon nombre de ces formes d'entreprise développées par les villageois prolongeaient les rôles assignés à l'homme et à la femme à l'intérieur de l'économie domestique, rôles transformés en manières de gagner de l'argent (Pine 1992b). Ce processus devait transformer également le contexte économique, qui passa de la réciprocité entre parents à des transactions individualistes et autonomes avec des gens de l'extérieur. Ceux qui réussissaient dans leur entreprise jouissaient localement d'un grand prestige social, par opposition une fois de plus au médiocre statut et à la valeur négative associés au travail pour l'État. L'argent ainsi gagné servait à des aménagements domestiques, et souvent l'on construisait de grandes maisons en brique ou on achetait des tracteurs ou autres matériels pour l'exploitation, ce qui élargissait le champ de l'économie locale et des bénéfices du petit entrepreneur : la construction fournissait du travail aux hommes de la région, les propriétaires des grandes maisons pouvaient louer des chambres aux touristes et les propriétaires de tracteurs proposer leurs services. Enfin, il faut souligner que ce type d'activité qui reproduisait l'image traditionnelle du petit entrepreneur en région de montagne en était aussi venu à représenter, dans le contexte du régime socialiste, une part considérable de l'économie informelle semi-légale ou franchement illégale qui commençait à prospérer dans les années 70 (Pine et Bogdanowicz 1982 ; Pine 1992a et 1992b).

L'économie informelle et le rôle du dollar

21Dans la Pologne des années 70, l'économie de planification centralisée était en voie de désintégration ; de faibles niveaux de productivité associés à une distribution inefficace avaient créé une économie de pénurie. Le système de distribution était devenu au mieux arbitraire, et au pire anarchique, corrompu et essentiellement non fonctionnel (Wedel 1992). Dans les années 70, il était devenu de plus en plus difficile de se procurer en échange de zlotys dans des magasins de l'État même les produits et les aliments de base. Partout en Pologne, les femmes faisaient la queue plusieurs heures par jour, arrivant souvent avant l'aube lorsque circulait la rumeur d'une livraison imminente dans un magasin où les rayons étaient en règle générale presque vides. Les parents faisaient la queue à tour de rôle ; il se formait des réseaux serrés de parents et de znajomy (littéralement, des « connaissances »), dans lesquels les gens échangeaient des services et troquaient les ressources rares dont ils disposaient. Pendant cette période, l'achat en échange de zlotys était rarement un processus direct. Si quelqu'un voulait par exemple une radio, un lave-linge, ou de la vodka pour un mariage, il contactait quelqu'un du réseau qui travaillait dans le magasin correspondant, ou connaissait quelqu'un qui y travaillait. Des cadeaux et des services s'échangeaient, souvent lors de plusieurs rencontres ostensiblement sociales, et enfin, la transaction en zlotys avait lieu9.

22Une économie informelle basée sur le dollar prospérait à l'intérieur de cette économie de pénurie, le dollar étant devenu la devise qui permettait d'acheter presque tout, légalement ou illégalement. Une blague qui courait à cette époque dans les villages, demandait : « Pourquoi la Pologne est-elle comme l'Amérique ? » La réponse : « Parce que dans les deux pays, on ne peut rien acheter avec des zlotys, et tout acheter avec des dollars. » Encouragé par les organismes bancaires occidentaux et le gouvernement américain, le régime de Gierek fit de gros emprunts en devises occidentales pour renflouer l'économie défaillante. Ayant à faire face à la tâche gigantesque d'acquitter les intérêts de la dette étrangère, l'État dirigeait les biens de consommation occidentaux et les biens de consommation polonais rares vers un marché où les transactions se faisaient légalement en dollars. Dans des magasins utilisant des devises fortes, appelés des Pewex, vêtements, nourriture et biens de consommation courante en provenance de l'Occident, ainsi que des alcools étrangers et polonais, étaient accessibles à tout un chacun, à condition que l'achat s'effectuât en devises occidentales. On ne posait pas de questions sur l'origine de l'argent. On rendait souvent la monnaie sous forme de petits billets colorés appelés bony, qui évoquent les billets du jeu de Monopoly et qui étaient mis en circulation par le gouvernement en coupures qui reproduisaient celles des vraies devises américaines. Ces bony, qui servaient aux achats dans les Pewex, figuraient aux côtés des devises occidentales véritables, comme monnaie du secteur toujours croissant de l'économie informelle et du marché noir. Bien qu'il fût illégal de vendre et d'acheter de vraies devises étrangères en dehors des banques d'État, le gouvernement autorisait un marché en bony, et de petites annonces apparaissaient régulièrement dans les journaux locaux, faisant savoir : « Je vends (ou achète) des bony. » L'existence des bony renforçait symboliquement l'image des tractations opérées dans le cadre de l'économie informelle comme le libre jeu concurrentiel, entreprise individualiste aux règles très différentes de celles de l'économie officielle.

23Il était également possible et légitime de court-circuiter certaines listes d'attente en payant avec des devises occidentales. La durée d'attente normale, par exemple, pour l'obtention d'une voiture ou d'un petit tracteur était d'au moins deux ans, parfois davantage ; ceux qui pouvaient payer en devises occidentales recevaient leur véhicule en quelques semaines. L'économie informelle était également le cadre d'un marché très actif en devises fortes. Des biens de consommation allant de la nourriture aux matériaux de construction en passant par les vêtements étaient achetés et vendus en dollars ; on graissait la patte avec de la monnaie étrangère, et on pouvait tout se procurer, d'un renseignement à une place à l'université, avec des cadeaux de prix venant de l'étranger, si ce n'était directement avec des pots de vin en espèces étrangères. Les chauffeurs de taxi stationnés aux aéroports ou devant les hôtels de luxe refusaient de charger des clients payant en zlotys, insistant pour être réglés en dollars. Les devises étrangères étaient partout et servaient à tout, et, dans l'ensemble, le gouvernement fermait les yeux sur les tractations en dollars.

24On pourrait démontrer que tout au long des années 70 et 80, l'économie informelle était en fait dominante et qu'elle soutenait le secteur de l'État en alimentant la circulation des biens, des services et des devises. De plus, le dollar avait une double fonction dans l'économie informelle : il servait de monnaie avec laquelle on pouvait acheter des marchandises, mais il était également lui-même une marchandise que l'on pouvait acheter avec des zlotys à des prix outranciers dus à une politique inflationniste. Vers la fin des années 70, la valeur du dollar sur le marché parallèle était le triple du taux de change officiel, et ne cessait d'augmenter rapidement. Les dollars, comme d'autres marchandises rares, étaient vendus à des amis, à des connaissances, et à des inconnus dans la rue ; on évitait de les échanger officiellement dans les banques de l'Etat. Une fois les dollars achetés, le nouveau propriétaire les transformait à nouveau en monnaie nationale en achetant des biens de consommation dans les magasins spéciaux de l'Etat ou sur le marché noir. Les villageois étaient fort peu nombreux à confier leur argent aux banques de l'Etat, bien qu'il leur fût possible d'ouvrir des comptes en zlotys ou en devises étrangères. Généralement, on portait sur soi son salaire en zlotys, pour utilisation immédiate, ou on le fourrait en vrac dans un tiroir de la cuisine. Mais la plupart des górale qui possédaient des dollars gardaient un billet de un ou de cinq dollars sur eux en cas d'urgence ou pour en faire étalage et rangeaient le reste sous clef dans la « pièce blanche », peu utilisée, de la maison.

25Les devises occidentales ont pénétré en Pologne par plusieurs voies. La plus importante pour notre propos est celle des salaires de l'émigration. Dans les années 70, le gouvernement assouplit les restrictions de voyages à l'étranger et il devint possible pour des gens ordinaires de visiter l'Occident pour des durées limitées. Beaucoup de górale avaient des parents à Chicago, qui étaient partis lors de vagues d'émigration plus anciennes. Si, ne se laissant pas décourager par la bureaucratie, ils arrivaient à obtenir un visa et un passeport, et à réunir l'argent pour le voyage, les villageois partaient pour une durée d'un an ou deux, habitaient à Chicago chez des parents, et prenaient deux, voire trois emplois. Leurs frais de subsistance étaient minimes, et à part l'argent mis de côté pour couvrir leur voyage, argent qu'ils avaient généralement emprunté à des parents ou à des amis, leurs gains étaient rapportés dans les montagnes sous forme de dollars. Grâce au décalage entre le cours du dollar sur le marché noir et son cours officiel, bien des migrants rapportaient à la maison une somme équivalant à dix, voire vingt années de salaire dans le secteur public polonais.

26J'ai présenté ailleurs une description détaillée du processus de migration, et de l'utilisation par les migrants des gains qu'ils avaient rapportés de l'étranger (Pine 1987, 1992a et 1992b ; Pine et Bogdanowicz 1982). Ce qui importe ici, c'est le fait que la valeur d'achat du dollar, comme aussi sa valeur symbolique, était bien plus importante que celle des zlotys. J'ai suggéré que les gains en zlotys servaient à faire fonctionner la maison et à assurer les besoins fondamentaux qui n'étaient pas satisfaits par l'agriculture. En revanche, les gains en dollars servaient à agrandir la maison et l'exploitation, à se marier avantageusement, et à un étalage et une consommation ostentatoires ; autrement dit, ils étaient à la fois source de richesse et de prestige.

27On attendait des migrants qu'à leur retour ils utilisent leurs dollars aussi bien à l'intérieur de la communauté qu'à l'intérieur de l'économie domestique. Ils se devaient d'être généreux avec leurs parents et voisins, une générosité qui se manifestait de plusieurs façons. On rapportait de nombreux petits cadeaux de Chicago, que l'on distribuait dans le village. Durant la période d'hospitalité quasi obligatoire immédiatement après le retour, les parents et les voisins arrivaient à l'improviste et s'attendaient à ce qu'on leur offre des nourritures de luxe et que la vodka coule à flots, achetées avec des dollars au Pewex. A l'église, l'« Américain(e) » ou les membres de sa famille donnaient, avec ostentation, un billet de cinq ou de dix dollars à la quête ; de même, on s'attendait à ce qu'ils jouent les bienfaiteurs à l'intérieur du village, assistant aux mariages et aux baptêmes et y offrant des cadeaux en dollars au lieu des zlotys habituels, prêtant des dollars à ceux qui en ont besoin pour un achat ou même pour un billet d'avion à destination de Chicago et, dans le cas des hommes, payant régulièrement l'addition dans le bar local. Les migrants de retour, ou leurs enfants, représentaient également de beaux partis, très convoités, du fait de leurs relations à Chicago, de leur statut social important, et surtout parce qu'on comptait que, devenus riches, ils doteraient généreusement leur conjoint10 et lui assureraient stabilité et aisance. Au demeurant, du moins pendant une courte période suivant leur retour, on attendait des migrants qu'ils dépensent leurs dollars à l'intérieur du village, dans les circonstances où ils auraient normalement utilisé des zlotys. Ne pas le faire revenait à montrer un esprit mesquin et un manque de générosité. Les « Américains » se trouvaient donc, comme on l'imagine, dans une situation délicate : il leur fallait trouver un juste milieu entre la générosité et la prodigalité. Rien ne pouvait être plus honteux que d'aller en Amérique et de revenir sans dollars, ou bien revenir avec des dollars et les dilapider. S'il voulait en retirer du prestige et une augmentation de statut social, le possesseur de dollars devait en faire étalage dans le village et les utiliser avec générosité ; cependant, il était tout aussi important de montrer, dans le cadre de l'économie domestique, que cette période d'absence avait servi à quelque chose. De même que les gains en zlotys provenant de l'entreprise individuelle, les dollars gagnés à l'étranger servaient le plus souvent à la construction d'une maison ou à l'achat d'outillage agricole, mais avec des dollars, les villageois pouvaient construire et acheter davantage, et plus vite ; et en outre, toute chose dont on savait qu'elle avait été payée avec des dollars possédait une valeur symbolique supérieure. D'une nouvelle maison ou d'une voiture, par exemple, qui était en tous points égale à une autre, on parlait comme de la maison que Maria s'était fait construire ou de la voiture que Marek avait achetée « avec des dollars d'Amérique ».

28A bien des égards, les migrants de retour au pays décrivaient Chicago en termes négatifs analogues à ceux qu'on utilisait pour tout ce qui était « à l'extérieur » de la société polonaise. Selon eux, les Américains attachaient une importance extrême à la hiérarchie, pratiquaient l'exclusion de l'autre, et méprisaient et exploitaient les górale. Mieux, la société américaine était violente, raciste et indifférente, et Chicago une ville sale, polluée et malsaine, « un endroit où on ne pouvait pas vivre ». Sa seule valeur résidait dans le fait d'être source de dollars, ce qui, plus encore que les zlotys, pouvait financer le processus d'être et de rester d'authentiques górale.

29Cela nous amène à l'éthique du gain, de l'échange et la réciprocité, et de l'argent. Tout au long de la période socialiste, les górale se représentaient de manière diamétralement opposée les deux sortes de travail, d'argent et d'échange. L'échange réciproque des biens, des services et, plus important, du travail entre foyers comportait implicitement une forte dimension morale : ce que cela signifiait d'être górale, de faire partie d'une maison, de ses terres, et de la communauté qui l'englobe. Ce sentiment d'identité s'exprimait dans l'idiome de l'échange égalitaire. Lorsque cet échange contenait un élément d'argent, comme dans le cas du travail journalier, celui-ci était perçu en général de façon négative, comme portant atteinte à l'ordre des choses. Il y avait cependant une façon bonne et morale d'échanger l'argent, telle les cadeaux en zlotys ou, bien mieux, en dollars, entre les maisons, lors des mariages et des baptêmes. En revanche, l'argent gagné en dehors de l'économie domestique tirait son statut bon et moral du rôle qu'il jouait auprès des villageois : substrat de l'identité górale, en ce qu'il leur permettait de préserver leur économie domestique et leur communauté villageoise.

30En un sens, les zlotys étaient utilisés sous le régime socialiste comme support invisible de l'économie domestique dans les montagnes, les dollars en étant le support éminemment visible. En soulignant leur identité de paysans et en s'obstinant à considérer le travail salarié dans le secteur de l'Etat de manière purement utilitaire ou franchement négative, les górale ont réussi à masquer à quel point leur agriculture était subventionnée par des gains extérieurs. Mais l'identité górale repose non seulement sur des notions de réciprocité égalitaire au sein de la communauté, mais aussi sur des qualités d'autonomie et d'individualisme se manifestant à l'extérieur ; ces dernières caractéristiques trouvaient à s'actualiser de manière positive dans l'activité d'« affaires » à l'intérieur de la Pologne, mais surtout dans l'émigration et le travail salarié à Chicago. L'idéologie socialiste proposait une collectivité bien plus large que ne le faisaient les idéaux locaux de parenté et de communauté, et rien n'était plus contraire à l'individualisme et l'autonomie des górale que l'emprise omniprésente que l'État exerçait à tous les niveaux de la vie sociale et économique11. L'individualisme américain – l'Amérique étant un lieu où l'on se rendait pour travailler et non pour vivre – s'accordait mieux avec la vision du monde des górale. Cette opposition entre l'« extérieur » compatible du capitalisme américain et l'« extérieur » incompatible de l'État polonais trouvait sa réplique dans le symbolisme et la moralité de l'argent lui-même. En tant que monnaie de l'Etat, les zlotys étaient dotés d'une valeur symbolique inférieure. On n'y voyait un « bon » argent que lorsqu'il provenait des activités d'entrepreneur en dehors du secteur salarial. Mais aux dollars, on assignait toujours une valeur supérieure, parce qu'ils donnaient pouvoir de se procurer des biens et des services susceptibles d'enrichir l'économie domestique, et qu'ils représentaient symboliquement l'Amérique, haut lieu de l'individualisme et de l'autonomie « extérieurs ». Tant les dollars que les zlotys pouvaient être socialisés dans le domaine de la parenté et de la communauté sous forme de dons réciproques, en espèces, lors des mariages, baptêmes et communions, et dans une certaine mesure, à la messe ; toutefois les dollars gardaient un prestige symbolique auquel une somme équivalente ou même supérieure en zlotys ne parvenait jamais.

L'économie de l'après-socialisme

31En 1989, la Pologne passe du socialisme à la société civile et au marché libre capitaliste. Après une période initiale d'inflation galopante rappelant la République de Weimar, lors de laquelle la valeur du dollar sur le marché noir monte en flèche, passant de 9 000 à 13 000 dollars en l'espace de quelques jours, le gouvernement fixe la valeur du zloty et le rend convertible. Pour la première fois depuis des décennies, le taux de change du dollar par rapport au zloty est sensiblement le même dans les banques et dans la rue. Des bureaux de change légaux, appelés Kantors, sont ouverts, et bientôt on en trouve même dans les plus petits villages et dans les villes importantes, souvent plusieurs dans une même rue. La nourriture et les biens de consommation affluent presque du jour au lendemain dans les magasins. D'un seul coup, tout est disponible en zlotys, mais pour beaucoup de gens les problèmes de pénurie sont remplacés par de nouveaux problèmes de cherté. Le gouvernement lance un programme d'austérité dont le but est de juguler l'inflation. Les chiffres du chômage grimpent rapidement, à mesure que des usines entières ferment ou sont privatisées, entraînant des réductions d'effectifs. On procède à des coupes dans les dépenses publiques, imposant d'importantes limitations aux services et aux prestations de santé, et à l'ensemble du système d'allocations familiales. Parallèlement, on ouvre les frontières et on accorde des passeports à tout le monde ; en outre, les conditions exigées pour obtenir un visa pour les pays occidentaux sont assouplies ou supprimées. Des entreprises privées prolifèrent, allant de minuscules industries familiales à des entreprises d'import-export à grande échelle. Un mot nouveau, biznes (business, les « affaires »), fait son apparition dans la presse populaire et le langage quotidien. Le chaos de l'économie planifiée est remplacé par une économie de l'offre et de la demande également chaotique, avec une bipolarisation croissante entre les riches et les pauvres.

32Pour les górale, la nouvelle économie est porteuse aussi bien de nouvelles difficultés que de nouvelles ouvertures. La région des montagnes a été durement frappée par le chômage, et l'absence de salaires réguliers a révélé à bien des villageois leur dépendance, autrefois masquée, à l'égard des zlotys qui subventionnent l'économie domestique. Lors de ma dernière visite dans les montagnes, en 1993, les anciennes doléances touchant le manque de denrées dans les magasins avaient été remplacées par des doléances touchant le manque d'argent. Lorsque je rencontrai Maryska et lui demandai de ses nouvelles, sa réponse fut d'ouvrir son porte-monnaie pour me montrer l'unique billet qu'il contenait. On avait réduit ses heures de travail à la fabrique de chaussures, et elle n'avait pas été payée depuis plus d'un mois. D'autres femmes se plaignaient des longs délais de paiement pour le lait qu'elles vendaient à la laiterie récemment privatisée, et de manquer absolument d'argent pour acheter la nourriture, les vêtements des enfants ou les médicaments. Dans une certaine mesure, on a inversé le cours de l'Histoire, et, par la force de la nécessité, le mythe de l'économie de subsistance prend corps dans la réalité. Au fur et à mesure que l'on retire des subventions aux agriculteurs, et que l'argent de l'« extérieur » se raréfie, les villageois les plus modestes produisent de plus en plus pour leur seule consommation et pour l'échange à l'intérieur du village. Face au chômage et à la pénurie d'argent, le village se referme sur lui-même. Par exemple, lorsque le paiement du lait, qui est géré par la poste, accusa un retard de quinze jours, la receveuse prit l'affaire en main et paya leur dû aux villageois directement sur la caisse de la poste. Elle ne s'inquiéta pas de savoir quand arriveraient les paiements du lait, ou même s'ils arriveraient un jour, et n'eut aucun scrupule à s'approprier l'argent public pour effectuer ces paiements. Elle obéissait simplement à un principe fondamental de la vie du village : « Ici, on prend soin les uns des autres. »

33Par ailleurs, la nouvelle économie a légitimé beaucoup de transactions commerciales qui se déroulaient dans le cadre de l'économie parallèle. Les femmes qui font les marchés peuvent maintenant acheter des permis de vendre, et avec la nouvelle abondance de biens de consommation et la liberté de négocier les affaires au grand jour, elles élargissent constamment leurs tournées de vente et leurs gammes de marchandise. Quelques agriculteurs s'établissent dans le privé en tant que producteurs de viande ou de volaille et passent des contrats avec des magasins et des restaurants privés. Un couple particulièrement innovateur a monté une entreprise de distribution d'eau en bouteille ; elle a tellement bien marché qu'aujourd'hui elle emploie plusieurs ouvriers. Les villageois déplorent la mort du socialisme, auquel ils s'opposaient jadis avec tant de véhémence, et ses conséquences : le chômage, la hausse des prix, le manque d'argent et le démantèlement des services sociaux. En même temps, ils s'appuient sur leurs compétences éprouvées d'entrepreneurs pour tirer profit du nouveau capitalisme très individualiste qui se développe. Les górale ont déjà fait leurs preuves dans le « biznes ».

34Pour eux, l'aspect le plus important de la nouvelle économie tient sans doute aux nouvelles possibilités d'émigration. Les villageois continuent d'aller travailler à Chicago ; toutefois, c'est une démarche très chère au départ, et assez difficile à organiser. Bien plus faciles sont les migrations à l'intérieur de l'Europe. D'une manière qui rappelle la grande vague migratoire du début du siècle vers l'Amérique, certains villageois sont partis, ces quatre ou cinq dernières années, chercher fortune à Athènes ou à Rome, et dans les campagnes allemande et française. Ce sont souvent des jeunes femmes qui émigrent les premières vers les villes, trouvent du travail comme filles au pair ou femmes de ménage, et ensuite font venir, ou reviennent chercher, leur mari ou leurs frères et sœurs. Les hommes s'en vont plutôt comme saisonniers en Allemagne l'été, ou pour les vendanges en France ou en Allemagne au début de l'automne. Les horaires de travail sont longs, mais les rémunérations sont bonnes par rapport aux normes polonaises, et une fois le contact établi, eux aussi rentrent pour recruter leurs parents proches pour le voyage suivant. Comme ceux d'autrefois, les migrants d'aujourd'hui rapportent une pléthore de biens de consommation occidentaux pour les distribuer dans le village et les vendre sur le marché de la ville avoisinante. Bien qu'avec des zlotys on puisse aujourd'hui acheter pratiquement tout, on accorde encore aux devises étrangères une haute valeur symbolique. Les taux de change dans les divers Kantors de la ville sont étudiés de près par ceux qui ont de l'argent à changer, perpétuant l'ethos qui était celui de l'économie informelle sous le régime socialiste, selon lequel les zlotys sont la devise banale de la vie courante, alors que les dollars, les francs et les marks sont les devises du jeu de négociation et de spéculation. Les migrants continuent à investir leurs gains avant tout dans l'économie domestique et, fait révélateur, dans la construction des maisons. Comme me l'a confié une femme pendant que nous nous promenions dans le village en 1993 : « Oui, c'est épouvantable ici, maintenant ; pas de travail, pas d'argent. » Et plus tard, d'un air plus animé, lorsque nous faisions le compte des maisons neuves ou à moitié finies : « Mais voyez ! Les gens n'arrêtent pas de construire des maisons. »

Conclusions

35Au début de cet article, j'ai noté que la dichotomie communauté/marché extérieur ne suffisait pas pour décrire l'économie górale. J'ai essayé de montrer que l'économie domestique et le système de réciprocité qui rend les maisons du village solidaires les unes des autres n'ont pu être maintenus sous le régime socialiste que grâce à diverses activités « extérieures » basées sur l'échange monétaire. Ces activités étaient toutefois représentées de manières différentes : porteuses d'une valeur négative dans le cas du travail salarié qui, croit-on, porte atteinte à l'autonomie de l'individu et de la communauté, et d'une valeur positive dans le cas de l'activité d'« entrepreneur », perçue comme procédant d'un savoir-faire individuel – et le renforçant –, nécessaire à l'expansion de l'économie domestique. Une complexité similaire s'observe dans la période de l'après-socialisme. L'ironie, c'est qu'il aura fallu que l'État socialiste s'effondre pour que les górale en reconnaissent la valeur positive dans le maintien de leur économie agricole. D'un côté, il y a parallèle entre les représentations antérieures et les représentations actuelles de l'économie polonaise « extérieure », la valeur négative précédemment attribuée au travail salarial et à la pénurie s'étant aujourd'hui reportée sur le chômage et le manque d'argent du nouveau système. D'un autre côté, les représentations positives de l'entreprise individuelle ont toujours cours : le système actuel de capitalisme polonais s'accorde remarquablement bien avec les valeurs górale d'individualisme et d'autonomie. L'habitude de jongler avec différents types d'activités et de monnaies à travers le travail salarié, le commerce et l'émigration, avec différents types de travail a rendu les górale experts dans l'art de tirer profit des contradictions, propres au régime socialiste, entre l'économie officielle et l'économie informelle, non officielle mais omniprésente. De cette histoire, ils héritent la maîtrise du nouveau langage du capitalisme que bien d'autres Polonais commencent seulement à apprendre.

Haut de page

Bibliographie

Carsten J., 1989. « Cooking money : gender and the symbolic transformation of means of exchange in a Malay fishing community », in Parry J. et M. Bloch (dirs publ.), Money and the Morality of Exchange, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 117-141.

Hutchinson S., 1992. « The Cattle of money and the cattle of girls among the Nuer, 1930-1983 », American Ethnologist, 18(2), pp. 294-316.

Miller D., 1987. Material Culture and Mass Consumption, Oxford, Blackwell.

Parry J. et M. Bloch, 1989. « Introduction : money and the morality of exchange », in Parry J. et M. Bloch (dirs publ.), Money and the Morality of Exchange, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 1-32.

Pine F., 1987. Kinship Marriage and Social Change in a Polish Highland Village, thèse de doctorat non publiée, Université de Londres.

1992a. « Uneven burdens : women's roles in rural Poland », in Rai S., Phizacklea A. et H. Pilkington (dirs publ.), Women in the Face of Change, Londres, Routledge.

1992b. « The Cows and pigs are his, the eggs are mine : women's domestic economy and entrepreneurial activity in rural Poland », in Hann C.M. (dir. publ.), Socialism : Ideals, Ideologies, and Local Practice, Londres, Routledge, pp. 226-242.

Pine F.T. et P.T. Bogdanowicz, 1982. « Policy, response and alternate strategy in a Polish highland village », Dialectical Anthropology, 7(2).

Stewart M., 1987. Brothers in Song : The Persistence of Gypsy Identity and Community in Socialist Hungary, thèse de doctorat non publiée, Université de Londres.

1989. « True speech : song and the moral order of a Vlach Gypsy community in Hungary », MAN 24(1), pp. 79-102.

1992. « Gypsies, the work ethic and Hungarian socialism », in Hann C.M. (dir. publ.), Socialism : Ideals, Ideologies and Local Practice, Londres, Routledge, pp. 187-203.

Taussig M., 1980. The Devil and Commodity Fetishism in South America, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Wedel J., 1986. The Private Poland, New York, Fact on File.

1992. The Unplanned Society, New York, Columbia University Press.

Haut de page

Notes

1Górale signifie « montagnards » ou « habitants des montagnes ». Le singulier, en polonais, est góral/a, mais pour faciliter la lecture, je n'utiliserai ce terme que sous sa forme plurielle, górale.
2« Changer de l'argent ? Changer de l'argent ? » Clairement identifiables par leurs vêtements et leur apparence générale, les Occidentaux étaient les cibles du trafic de devises occidentales qui se déroulait dans la rue.
3Il y a d'évidence des similitudes entre les attitudes des górale à l'égard de la parenté et de la communauté/identité, du travail salarié et de l'argent, et celles des Tsiganes hongrois décrits par Stewart (1987, 1989). Cependant, nombre des éléments de la dichotomie homme-femme, notamment ceux ayant trait aux manifestations ostentatoires de la fraternité tsigane, et à l'opposition entre la fraternité entre hommes et les contraintes de la famille et de la sphère domestique, dont Stewart fait état chez les Tsiganes, n'existent pas chez les górale.
4Dans cet article je me borne à l'étude des górale polonais. Les recherches ont été effectuées en 1977-1979, 1981, 1984, 1989, et par intermittence entre 1992 et le moment présent Je voudrais remercier le SSRC d'alors et le British Council d'avoir financé mon travail initial de terrain, et l'ESRC d'avoir financé mes recherches de 1988-1990 et celles en cours.
5Le montant du don en argent attendu des simples invités a varié durant les années où j'ai travaillé dans le village, mais il s'agissait toujours d'une somme équivalant à environ trois semaines de salaire. Les parents proches et les parrain et marraine donnent davantage.
6La généralisation progressive du tracteur a rendu moins courante la location du cheval.
7J'ai considéré ailleurs la différence entre les cycles de travail des hommes et ceux des femmes (Pine 1992a et 1992b).
8A la différence de ceux de Pologne centrale, où j'ai également fait des recherches, et où les villageois travaillant comme salariés se définissent d'abord et surtout en fonction de leur travail, déclarant, par exemple : « Je suis tisserand », plutôt que : « Je suis agriculteur. »
9Pour une description détaillée de ce type de transaction, voir Wedel, 1986.
10Autant les hommes que les femmes reçoivent de l'argent et des biens en « dot ». Les apports doivent inclure des parcelles de terre, du bétail pour les hommes comme pour les femmes, de l'outillage agricole pour les hommes et, pour les femmes, des ustensiles de cuisine, un lit et un trousseau de linge. Les quantités exactes sont négociées et marchandées lors du namowiny (littéralement, « incitation » ou « persuasion »), une rencontre entre les membres aînés des deux familles. Les migrants de retour au pays étaient souvent tenus de donner des dollars au lieu d'une parcelle de terre, en général de quoi payer les matériaux de construction pour une grande maison ; et parfois, en sus, une petite voiture ou un tracteur payé en dollars.
11Et réciproquement, bien entendu. Stewart (1992) compare les deux systèmes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pine F., 1994, « Maintenir l’économie domestique. Travail, argent et éthique dans les montagnes polonaises », Terrain, n° 23, pp. 81-98.

Référence électronique

Frances Pine, « Maintenir l'économie domestique », Terrain [En ligne], 23 | octobre 1994, mis en ligne le 14 juin 2007, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3102 ; DOI : 10.4000/terrain.3102

Haut de page

Auteur

Frances Pine

University of Cambridge, Grande Bretagne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals