Navigation – Plan du site
La fabrication des saints

Contestation et fabrication d'un culte

Le cas de Padre Pio de Pietrelcina
Christopher McKevitt
p. 91-102

Entrées d’index

Thème :

religion
Haut de page

Texte intégral

1Traduit de l'anglais par Solange Pinton

2Récemment, l'hebdomadaire italien Epoca a consacré une étude intitulée Italia dei miracoli aux visionnaires, guérisseurs, saints hommes et saintes femmes chargés, croit-on, de pouvoirs extraordinaires – une cinquantaine dans l'Italie d'aujourd'hui, estime l'auteur, dont « plus de la moitié sont des charlatans [...], le nombre de vrais mystiques s'élevant à dix environ, en comptant ceux récemment décédés » (Vigorelli 1994 : 54). Le Padre Pio de Pietrelcina est l'un des plus connus parmi ceux que l'auteur considère « authentiques » (attendibile).

3Dans cette « Italie des Miracles », Padre Pio est une figure si bien établie qu'on lui attribue une série de manifestations mystiques secondaires, par l'intercession de ses statues. Piero Vigorelli rapporte que, dans le sud de l'Italie, une statue de Padre Pio passait pour avoir versé des larmes de sang, comme le font parfois celles de la Madone et du Christ. Bien qu'il ne soit pas encore canonisé par l'Eglise, Pio est l'objet d'une dévotion mondiale et San Giovanni Rotondo, la ville où il vécut de 1918 à sa mort, en 1968, est un haut lieu de pèlerinage.

4Dans cet article basé sur une enquête de terrain menée à San Giovanni Rotondo de 1985 à 1986, j'ai cherché à retracer l'essor du culte voué au Padre Pio et la manière dont il se perpétue aujourd'hui. Des conflits que ce culte a suscités se dégagent les différentes versions du personnage et de ce qu'il en est venu à représenter. Aussi bien l'analyse de ce conflit permet-elle de préciser la dynamique des litiges et des négociations entre groupes aux intérêts différents voire opposés qui a abouti à faire de lui un saint.

La vie de Padre Pio

5Francesco Forgione (1887-1968) naquit dans une famille paysanne à Pietrelcina, en Campanie, dans l'Italie du Sud. Dès son plus jeune âge il se fit remarquer par sa piété, et à seize ans il entra chez les Capucins, branche de l'ordre des Franciscains caractérisée par son austérité. Il prit le nom de Pio, se distingua par sa ferveur spirituelle, et de mystérieuses maladies interrompirent ses études. Ordonné prêtre, il fut envoyé en 1916 à Santa Maria delle Grazie, un monastère de l'ordre, à San Giovanni Rotondo, une ville assez deshéritée bâtie sur le promontoire de Gargano dans les Pouilles. On espérait que l'air vivifiant des montagnes améliorerait sa santé. Le monastère, situé à deux kilomètres de la ville, était petit et de peu d'importance, bien qu'il possédât une image de Santa Maria delle Grazie vénérée par les habitants de San Giovanni Rotondo.

6Le 20 septembre 1918, alors qu'il priait dans le chœur de l'église, au pied du crucifix, Pio eut une vision. Dans une lettre à son directeur spirituel, il parle d'une « mystérieuse personne » et décrit cette expérience en détail :

« [...] Du sang ruisselait de ses mains, de ses pieds et de son côté. Cette vision me terrifia et ce que je ressentis à ce moment-là est indescriptible... La vision disparut et je m'aperçus que du sang ruisselait de mes mains, de mes pieds et de mon côté. Imaginez l'agonie que j'ai vécue et que je continue à vivre jour après jour. La plaie du cœur ne cesse de saigner, et tout particulièrement du jeudi soir au samedi... » (Di Flumeri 1980 : 1217-1218).

7Padre Pio reçut ainsi les stigmates – les plaies du Crucifié – qu'il porta sur son corps presque jusqu'à sa mort, emblèmes de sa spiritualité et de son rayonnement. La nouvelle se répandit d'abord à San Giovanni Rotondo, puis au-delà, et des visiteurs commencèrent à venir trouver Padre Pio pour solliciter une grâce, une guérison ou autre faveur. A leur tour, la presse italienne et la hiérarchie de l'Eglise s'intéressèrent à cet obscur capucin et aux expériences mystiques qu'on lui attribuait.

8Padre Pio passa le reste de sa vie au monastère, attirant des pèlerins et faisant des adeptes, éveillant l'intérêt des médias et provoquant des scandales liés à des excès de dévotion et à des questions d'argent. Devenue centre de pèlerinage, la petite ville fit plus que doubler sa population, le monastère fut agrandi et on construisit une grande église, avec un autel dédié ostensiblement à Santa Maria delle Grazie, donc à Pio lui-même ; les Capucins en firent le centre d'un culte international.

Le charisme de Padre Pio

9Le culte de Padre Pio ne s'est pas développé spontanément mais fut l'œuvre de forces diverses et parfois opposées, car l'aura qui se dégageait de la figure de Pio amena vite l'Eglise à s'en emparer. Nous chercherons d'abord à comprendre la nature de ce rayonnement.

10Pio était un mystique, un de ces hommes qui recherchent l'intimité avec Dieu par la prière, la méditation, la pénitence. Le ressort de son pouvoir tient à son acceptation de la souffrance, qui lui donnait la force d'opérer des transformations de toutes sortes, d'agir sur lui-même, sur d'autres et, dans le cas de San Giovanni Rotondo, sur une collectivité1.

11Preuve la plus évidente de cette acceptation de la souffrance, les stigmates. Les plaies du Christ sont une image à forte signification eschatologique, historique, sociale et psychologique, qui identifie celui qui les porte au Christ en croix, comme si la représentation de Jésus crucifié, si familière aux catholiques, redevenait chair et sang : le stigmatisé participe de la mort sacrificielle du Christ – il en exhibe les signes, les stigmates –, renouvelle la crucifixion sur son propre corps. Les souffrances et la mort du Christ conduisent à sa résurrection charnelle et à son ascension au ciel. Le stigmatisé souffre en son corps, mais de sa souffrance il tient ses pouvoirs : il acquiert des bénéfices spirituels pour lui-même, et la capacité d'agir sur les destins individuels – guérisons, conversions, miracles divers.

12Dans l'histoire de l'Église, il y a eu beaucoup de stigmatisés mais relativement peu d'hommes, le premier étant sans doute saint François d'Assise ; Pio serait le seul prêtre parmi eux. Pour l'Eglise, le phénomène dérange, car il jette un doute sur la santé mentale du sujet ; et Padre Pio fut examiné plusieurs fois par des médecins et des psychologues appelés à vérifier s'il s'était lui-même infligé ses plaies ou si elles provenaient d'une autosuggestion ou d'une forme d'hystérie2. Lui-même et ses adeptes y voyaient des signes de sa mission, qui était de souffrir pour obtenir des grâces.

13Selon la littérature hagiographique, Pio aurait été exceptionnellement doué pour la spiritualité. Très tôt, il fut la proie de certaines manifestations mystiques, mais, après l'apparition des stigmates, le registre de ses pouvoirs mystiques augmenta. On lui attribua des pouvoirs de guérison et de conversion. On disait qu'il s'entretenait avec la Madone et qu'il était tourmenté par les démons et les diables. J'ai rencontré de nombreux fidèles qui prétendaient avoir senti les parfums – souvent de violette ou de rose – émanant de Padre Pio, odeur mystique prouvant sa sainteté. On disait aussi qu'il était entré en communication avec des adeptes, manifestant sa présence au moyen de ces odeurs mystiques, en réponse à une prière ou en guise d'avertissement. Aujourd'hui encore, des adeptes affirment sentir ces parfums, preuve de la présence de Padre Pio, et beaucoup ont des visions de lui, ce qui confirme son statut de mystique. Une femme m'a raconté qu'après s'être confessée au Padre Pio elle alla comme à son habitude embrasser sa main, et il lui apparut couronné d'épines et le visage baigné de sang. Selon une histoire, très répandue parmi les fidèles, Pio sauva San Giovanni Rotondo d'un bombardement américain pendant la Seconde Guerre mondiale : effrayés par un moine volant qui les poursuivait dans les airs, les pilotes s'écartèrent de leur cible. Il circule aussi beaucoup de récits sur son don d'ubiquité – ainsi l'a-t-on vu à Rome ou en Amérique du Sud, alors qu'il n'a jamais quitté San Giovanni Rotondo. Bref, on lui attribue des dons mystiques en abondance, et j'ai plus d'une fois entendu dire qu'il n'y avait jamais eu de « saint » qui, comme lui, en détienne autant. Mais les stigmates sont de première importance : ils font de lui un homme qui a choisi de souffrir et à qui fut donnée la capacité de dispenser le pouvoir divin.

Les premiers pèlerinages

14Dès qu'il vint vivre à San Giovanni Rotondo, la réputation de Padre Pio se répandit, grâce en particulier aux femmes du pays dont il assurait la direction spirituelle. Toutefois, on ne peut parler de culte avant l'apparition des stigmates, miracle qui le désigna comme quelqu'un d'extraordinaire et fit du mystique solitaire un saint homme public3. A partir de mai 1919, les gens commencèrent à faire le voyage de San Giovanni Rotondo afin de vérifier les rumeurs qu'ils avaient pu lire ou entendre. Comme la ville est située sur le chemin d'un très ancien pèlerinage, le sanctuaire de Saint-Michel à Monte Sant'Angelo, les pèlerins qui s'y rendaient allaient également visiter Padre Pio.

15Pio lui-même parle de l'arrivée des foules, dans une lettre du 3 juin 1919 au Padre Benedetto :

« Je n'ai plus un moment de libre, je passe tout mon temps à libérer mes frères des pièges de Satan... Des masses de gens des deux sexes, issus de toutes les classes, viennent ici dans le seul but de se confesser, et c'est moi qu'on recherche. Il y a quelques merveilleuses conversions » (Di Flumeri 1980 : 1277).

16En dépit de ce que dit Pio, les pèlerins ne venaient pas seulement pour se confesser : bon nombre sollicitaient des guérisons ou d'autres intercessions d'ordre matériel. On raconta, et on rapporta dans la presse, que le saint prêtre faisait des miracles. Bernard Ruffin raconte qu'un autocar chargé de pèlerins arriva de Foggia au printemps 1918 et : « A la tombée du jour, l'un d'eux, qui se disait aveugle, affirma avoir recouvré la vue après avoir été béni par le Padre Pio. Les moines ne purent vérifier cette histoire, mais de retour à Foggia l'homme, dont le nom n'a pas été retenu, se mit à raconter partout qu'il était un miraculé » (1982 : 152).

17Les pèlerins affluèrent, et les autorités locales eurent à faire face à ce déferlement4. Outre la nécessité de loger et de nourrir tout ce monde, et d'assurer l'hygiène, elles eurent à résoudre des problèmes de police. Les foules attiraient les voleurs, et des charlatans vendaient des vêtements maculés de sang animal affirmant que ce sang provenait des stigmates du saint prêtre. On fit venir des carabinieri supplémentaires, et le monastère de San Giovanni Rotondo demanda cinq moines pour faire face au surplus de travail dû à la venue des pèlerins et à l'abondance du courrier.

18Ainsi commencèrent les pèlerinages, qui continuèrent après la mort du Padre Pio. Ce qui avait démarré au petit bonheur est devenu une industrie locale bien organisée et économiquement rentable. La route qui va de San Giovanni Rotondo à l'église du monastère Santa Maria delle Grazie est maintenant bordée d'hôtels et de boutiques, et des cars de pèlerins affluent de tous les coins d'Italie et d'ailleurs.

La construction de l'hôpital Padre Pio

19Si, à San Giovanni, certains de mes informateurs doutaient que Padre Pio eût réellement accompli les miracles que, selon eux, seuls des gens de l'extérieur lui attribuaient, ils n'en partageaient pas moins la conviction générale que le Padre avait toute sa vie pris soin de leur bien-être matériel. A preuve la construction de la Casa Sollievo della Sofferenza (Maison du soulagement de la souffrance), un grandiose hôpital de mille lits qui s'élève près du sanctuaire. Intégré au système national de santé, cet hôpital est administré par une fondation du Vatican – Opera Padre Pio – et offre des soins aux malades de toute la région de Gargano et au-delà.

20Avec l'aide de la Confrérie locale de charité, Padre Pio avait déjà voulu fonder un premier hôpital à San Giovanni Rotondo au début des années 20. L'entreprise ayant échoué, il conçut un nouveau projet. Il fit appel à des fidèles d'autres régions, à des hommes d'affaires compétents en relation avec la riche Italie du Nord et les convainquit de collaborer à sa grande œuvre de charité. Un comité directeur chargé de drainer des fonds pour l'hôpital fut institué, on encouragea les pèlerins à soutenir l'initiative et un bulletin de liaison permit de diffuser le projet. Créés dans toute l'Italie, les Gruppi di Preghiera (« groupes de prières ») qui rassemblaient les adeptes, se chargèrent de la propagande et de la collecte des fonds. La construction de l'hôpital commença en 1947 et neuf ans plus tard il fut inauguré.

21Aujourd'hui, l'hôpital est présenté aux fidèles et aux pèlerins comme un symbole du souci charitable de Pio envers son prochain, de sa confiance absolue en la divine providence, et le signe visible de son héroïque vertu. Pour les habitants de San Giovanni, cette institution est la preuve tangible de son pouvoir de transformer la vie ici-bas : Pio ne réalisa-t-il pas ce que ni l'Etat, ni les politiciens locaux n'avaient été capables de faire ! Et il fit plus que permettre aux malades d'être soignés, il mit en place une structure appelée à jouer un rôle central dans l'économie locale, plus importante que ce qu'une petite ville de montagne pouvait espérer.

Amis et ennemis

22Pendant sa vie, Padre Pio fut loin d'être unanimement révéré, et ses fidèles voient en lui un homme qui a souffert non seulement de la douleur physique des stigmates, mais aussi de l'incompréhension et de l'opposition de ceux qui lui déniaient toute sainteté. Cette partition en deux camps ressort bien de sa biographie : il y a ceux qui le soutenaient et ceux qui le combattaient, souvent évoqués dans les textes comme « amis » et « ennemis ». On tient les ennemis responsables des « persécutions » que Pio subit à deux reprises ; et les amis réagirent : tristes et indignés, ils prirent activement sa défense en publiant des livres et en condamnant le clergé qui lui était hostile5.

23La première persécution date du début des pèlerinages à San Giovanni Rotondo. Elle tient à plusieurs facteurs : d'abord le désordre causé par les arrivées massives de pèlerins dans une ville pauvre et retirée, mal équipée pour accueillir les foules ; ensuite, les rumeurs inquiétantes de « fanatisme » que suscitaient l'étalage excessif de dévotions et la vente de fausses reliques. Dès lors s'installa la crainte que, pour mettre fin à la dévotion inconvenante qu'il inspirait, Pio ne soit transféré dans une autre communauté de Capucins – solution qui fut effectivement envisagée, comme en témoigne un rapport établi par le préfet de Foggia, responsable de l'ordre public, qui note que les moines étaient conscients que toute tentative de transférer Pio risquait d'entraîner un « grave danger pour l'ordre public » (Saldutto 1986 : 135). De fait, chaque fois que, la rumeur aidant, la population se crut menacée de perdre son saint, elle réagit avec vigueur.

24Enfin, dernier facteur d'inquiétude, la menace que constituait, pour le clergé séculier local, la présence au milieu d'eux d'un capucin faiseur de miracles. Si le Padre Pio avait un accès direct au divin, les autres prêtres pouvaient-ils encore se dire représentants et ministres du Christ ? En outre, le clergé séculier accusa les moines d'utiliser Pio pour se faire de l'argent. Bref, ajoutées aux troubles et aux menaces de violence, ces plaintes du clergé amenèrent la hiérarchie religieuse à enquêter sur la situation. En 1922, le Saint-Office organisa une visite officielle à la suite de quoi, dans l'espoir de calmer les choses, on prit des mesures pour que Pio soit moins accessible aux pèlerins.

25Après une visite de représentants personnels du pape, qui se déclarèrent impressionnés par Pio, une période de tolérance commença : en 1933 l'interdiction des messes publiques fut levée, en 1934 celle de recevoir des confessions. En 1939, sa position s'améliora encore avec l'élection de Pie XII, lui-même considéré comme un mystique, et qui, mieux disposé envers Padre Pio, encouragea les pèlerins à visiter le saint homme.

26Une seconde vague de « persécutions » devait survenir dans les années 60, qui entraîna des restrictions dans le culte voué à Pio. Elle fit suite à une enquête officielle demandée cette fois par les Capucins, soucieux de mieux contrôler une situation présentant un danger potentiel, du fait surtout de leurs relations avec la Casa Sollievo, et d'apporter la preuve qu'ils n'utilisaient pas Pio à leurs fins (Pagnossin 1978 vol. II : 101-102). En effet, les relations entre l'ordre des Capucins et les administrateurs de la Casa Sollievo s'étaient détériorées à la suite de litiges touchant à la destination de l'argent donné à Pio, souvent envoyé sans que soit spécifiée l'intention des donateurs. Les Capucins affirmaient qu'il leur en revenait une part, tandis que les administrateurs de la Casa Sollievo prétendaient que les moines ne remettaient pas à l'hôpital l'argent qui lui était destiné. On accusa Pio lui-même de malversations.

27D'autres facteurs jouèrent. Ainsi, on émit des soupçons sur les intentions des Gruppi di Preghiera. Un évêque les interdit dans son diocèse et suspendit deux de ses prêtres, fidèles de Pio, qui avaient voulu en créer : il se rendait parfaitement compte que ces groupes de prière servaient à drainer des fonds pour la construction de la Casa Sollievo et, comme il avait ses propres œuvres de charité, il ne tenait pas à voir l'argent quitter son diocèse.

28Une adepte évoqua pour moi son expérience de l'époque : elle était retournée dans sa ville natale pour encourager la création de groupes de prière :

« Des amis de B. m'avaient demandé d'organiser un groupe de prière. C'était difficile dans ces années-là, pas comme aujourd'hui, où nous avons la bulle6 du pape. C'était dur de démarrer un groupe parce que certains prêtres ou évêques y étaient favorables, d'autres pas. Nous savions que l'Eglise ne voulait pas qu'on vénère le Padre Pio, mais que nous nous unissions d'intention avec lui. Et cela, on en a le droit : vous pouvez prier ou faire dire des messes à l'intention de n'importe qui, prêtres, laïques, ou Padre Pio ! »

29De plus, les foules innombrables qui rendaient visite au Padre Pio continuaient à créer des problèmes d'ordre public. Plus d'une fois, la première messe du matin fut le théâtre de pagailles indescriptibles, les fidèles se querellant pour être placés au plus près de l'autel où il officiait. Enfin, on accusa certains adeptes d'avoir trop d'influence sur lui.

30Quand revint la tolérance, Pio était déjà vieux et faible. Ses confrères, prévoyant sa disparition, avaient déjà entrepris d'ériger son tombeau dans la crypte de la nouvelle église. Le Vatican avait mis fin aux inconvenantes disputes d'argent en contrôlant les fonds de la Casa Sollievo, après avoir imposé à Pio de renoncer à son titre officiel en tant que fondateur de l'hôpital.

31Pio suscita donc autant de soupçons et de désordres que de dévotion. Et l'opposition entre « amis » et « ennemis » ne recoupe pas celle entre clergé et laïques. Si les ennemis se recrutaient principalement parmi les prêtres et les évêques ayant pouvoir de contrer son action, il comptait aussi des amis dans le clergé et même dans le haut clergé. Les prêtres locaux se montraient plutôt réticents à son égard, d'autres encourageaient leurs paroissiens à se rendre en pèlerinage auprès de lui. L'ordre des Capucins mesurait bien tout le potentiel que représentait ce frère mystique ; il n'en fut pas moins accusé par certains fidèles de le maltraiter et d'avoir demandé au Vatican une enquête à son sujet. Bien des gens du pays croyaient à ses pouvoirs extraordinaires, mais certains me déclarèrent : « Je n'ai jamais vu aucun miracle. »

Mort du Padre Pio : promotion du serviteur de Dieu

32Pio mourut le 23 septembre 1968. Son corps fut exposé trois jours, pendant lesquels des milliers de gens accablés de douleur défilèrent pour dire adieu à leur saint. L'enterrement fut célébré par vingt-quatre prêtres devant plus de cent mille personnes (Allegri 1986 : 219). Le corps fut porté en procession à travers la ville, puis inhumé dans le tombeau qui venait juste d'être terminé. Et, selon les fidèles, Pio fut accueilli au ciel. La création de « saint Pio » pouvait commencer et, cette année-là, fut ouverte la Cause pour la béatification et la canonisation.

33Actuellement, le statut officiel de Pio est celui de serviteur de Dieu, c'est-à-dire celui dont la canditure est prise en considération. Par sa complexité, le processus de fabrication d'un saint s'apparente à une enquête judiciaire et implique la recherche de témoignages oraux et écrits attestant les vertus et l'orthodoxie du candidat, les miracles ne constituant qu'une preuve accessoire des grâces spéciales reçues de Dieu. Miracles et phénomènes mystiques attribués à un prétendant à la sainteté ne comptent pour rien, du fait que l'Église ne les considère pas comme des signes de sainteté. Ils peuvent relever de fraudes, d'hallucinations, avoir des origines névrotiques ou même être l'œuvre des puissances surnaturelles diaboliques. (Woodward, 1991, indique que, pour cette raison, la canonisation des mystiques est particulièrement aléatoire.)

34De nombreux adeptes me firent part de leur impatience devant la longueur du processus de canonisation. Convaincus de la sainteté de Pio, ils jugeaient les tergiversations du Vatican comme une manifestation de mauvaise volonté.

Le culte aujourd'hui

35Le culte rendu au Padre Pio continue à se développer ainsi que les pèlerinages à San Giovanni Rotondo. Toutefois, l'attitude des gens du pays diffère de celle des fidèles « étrangers » qui, nombreux, sont venus résider à San Giovanni Rotondo et ont construit des maisons aux abords du monastère7. Les habitants en sont venus à tenir la plupart des « étrangers » pour des fanatiques et même des fous, et à rester à l'écart des pratiques de dévotion, sauf en deux occasions : l'anniversaire de la mort du Padre Pio, et la fête de Santa Maria delle Grazie, au cours de laquelle l'image du saint est descendue en procession du sanctuaire en haut de la colline à l'église paroissiale de San Giovanni Rotondo. Mais ils participent fort peu aux activités des pèlerins ou à la vie quotidienne du monastère. Et nombre de mes interlocuteurs jugeaient que le développement donné à ce culte favorise le fanatisme. Pourtant, Pio est devenu de facto le saint patron local : son image est accrochée dans les maisons, dans les boutiques et dans les bâtiments publics à la place de celle de saint Jean-Baptiste, le saint patron officiel. Les gens sont pleinement conscients de l'essor économique qu'ils doivent à Pio du fait de l'hôpital et du sanctuaire : pourvoyeur et protecteur, c'est lui le vrai patron.

36Cependant, pour les adeptes étrangers et les pèlerins, le « vrai » mérite de Pio ne tient pas à son aptitude à transformer la vie matérielle (bien que beaucoup le sollicitent dans ce sens), et ils accusent les habitants de San Giovanni de ne pas apprécier à sa juste valeur le saint qu'ils ont parmi eux. Plus significative leur apparaît cette compréhension que Pio leur a donnée de la douleur, en acceptant de porter les plaies de la Crucifixion. Ainsi, les fidèles qui vivent en permanence dans le périmètre du sanctuaire, comme les pèlerins venus à San Giovanni Rotondo, habitent un monde doté d'une signification cosmologique et Pio est pour eux un guide spirituel qui facilite leur contact avec le divin.

37Le travail de terrain a donc montré qu'il y avait au moins deux voies possibles pour définir la place tenue par Pio. Si on voulait en faire plus qu'un saint local, il fallait que soit créée et propagée une autre image de lui, et ce processus commença de son vivant, en dépit des difficultés dont nous avons donné un aperçu. Et il importait qu'après sa mort cette représentation continuât à être défendue et diffusée.

38Les fidèles voient dans l'importance de leur nombre une preuve supplémentaire que Pio est un grand saint. Toutefois, la recherche historique et anthropologique nous apprend que les plus grands saints ont besoin que l'on prenne soin de leur image dans l'imagination populaire, et que leurs prouesses de thaumaturge s'accroissent en accord avec la demande (Kselman 1983, Bax 1985, Wilson 1983). Si on ne peut nier l'influence de Pio sur les catholiques (et sur quelques non-catholiques), il est plus difficile d'admettre que son culte soit une affaire spontanée comme voudraient le faire croire ses adeptes, quand on sait que des groupes riches et bien organisés se chargent de le promouvoir. Centre spirituel de dévotion à Pio, le sanctuaire de Santa Maria delle Grazie est aussi le haut lieu où s'organise le culte que font vivre l'ordre des Capucins, la Casa Sollievo della Sofferenza et les laïques. Je vais montrer comment ces groupes travaillent chacun de son côté à le développer.

Les Capucins

39Du vivant de Pio, il ne fallait pas que les moines encouragent ouvertement la dévotion, ce dont on les a d'ailleurs effectivement accusés. L'Église ne l'aurait pas toléré car elle se réserve le droit de contrôler toutes formes de dévotion. Cependant, après sa mort, la dévotion pouvait être permise dans certaines limites.

40Deux raisons majeures poussaient les Capucins à défendre la sainteté de Pio : la canonisation d'un moine est un signe certain de la vigueur spirituelle de son ordre et une manifestation de la faveur divine, ce pourquoi les ordres religieux tirent gloire du nombre de leurs frères canonisés.

41Le sanctuaire fournit également du travail aux membres de la communauté8. A la différence d'autres ordres religieux, celui des Capucins ne fut pas fondé en vue d'une activité spécifique, sa fonction première étant de prêcher l'Evangile ; les moines sont donc libres de s'adonner aux travaux de leur choix (Cuthbert 1928 : 51-56, 148-156 et passim). Ceux de Santa Maria delle Grazie se sont donné pour tâche l'entretien du sanctuaire, manière de promouvoir le culte de Pio. Plus qu'aux habitants de San Giovanni, ils ont affaire aux pèlerins ainsi qu'aux fidèles qui leur écrivent du monde entier pour leur demander des prières et des informations sur Pio.

42Le sanctuaire est source de revenus pour l'ordre, mais il pourvoit aussi aux frais de la Cause de la béatification. Ils proviennent de dons offerts par les fidèles et les pèlerins, d'argent versé pour des messes ou d'autres cérémonies (mariages, baptêmes, bénédictions, etc.), de ventes de livres et d'objets de dévotion9. Des moines – dans le rôle de mendiants traditionnel chez les Franciscains – quêtent dans l'église. Et plutôt que d'éparpiller leurs pièces sur la tombe de Pio, dans sa cellule ou dans quelque autre lieu saint, on suggère aux pèlerins de les déposer dans les troncs placés à cet effet.

43L'ordre des Capucins est chargé de soutenir la candidature de Pio à la sanctification, ce qui est logique, Pio étant membre de l'ordre ; mais, de plus, les frais et la longueur de la procédure exigent des ressources et une structure qu'un ordre religieux possède plus sûrement qu'un individu ou un groupe d'individus10. Un moine agit alors comme postulateur – celui qui propose le candidat et suit le dossier –, et les défenseurs s'efforcent d'entretenir l'intérêt pour la Cause et d'éviter qu'elle soit éclipsée par d'autres.

44La création d'un saint répondant pour l'Église à une volonté populaire, il faut que les gens manifestent cette volonté par leur ferveur et leur persévérance. Ainsi, la littérature pieuse et les objets religieux (images de Pio, statuettes, cartes postales, etc.) nourrissent son culte. On encourage les fidèles à s'attendre à des miracles, et à les faire connaître, pour forcer sa béatification et sa canonisation. Ceux dont Pio a exaucé les prières sont instamment conviés à adresser leurs témoignages au journal des moines, La Voce di Padre Pio, où l'on peut lire cette note :

45« Les fidèles qui ont personnellement connu le Padre Pio de Pietrelcina et ont des informations intéressantes à transmettre, et ceux qui désirent faire connaître les grâces ou les guérisons dont ils ont bénéficié par son intercession, sont invités à prendre contact avec le postulateur de la Cause... L'attention des fidèles est attirée sur le fait que le vice-postulateur [...] est autorisé à rassembler tous les documents qui intéressent la Cause de Padre Pio. Par conséquent, les fidèles sont priés de lui envoyer documents, témoignages et tous détails pertinents susceptibles de servir la Cause de Padre Pio. »

Casa Sollievo della Sofferenza

46La Casa Sollievo tient une grande place dans la vie sociale, politique et économique de San Giovanni Rotondo, mais ce que je souhaite montrer ici, c'est le rôle de l'hôpital dans le développement du culte rendu à Pio.

47Les pèlerins qui se rendent au sanctuaire visitent aussi la Casa Sollievo, monument à Pio aussi sacré pour eux que sa tombe, et qui incarne le grand dessein charitable du saint en faveur des pauvres de l'Italie du Sud. Ils sont en général impressionnés par la taille majestueuse du bâtiment, par les installations modernes dont il est équipé, et on ne manque pas de leur demander leur contribution à l'effort d'agrandissement et de modernisation. L'hôpital apparaît donc comme un lieu saint, un monument élevé à la gloire de Pio, qu'il convient de visiter au même titre que sa tombe, un sanctuaire témoignant du rayonnement de Pio, qui continue à agir à travers ses disciples et ceux chargés de perpétuer son œuvre.

48Opera Padre Pio, fondation ecclésiastique relevant directement du secrétariat d'État du Vatican, est l'organisation responsable du fonctionnement de l'hôpital avec tout ce qui en dépend. Elle se charge aussi d'en faire la publicité, recourant au nom et au charisme de Pio pour s'assurer de l'appui régulier des fidèles. C'est ainsi que l'hôpital a sa propre maison d'édition, publiant livres, brochures, films, vidéos relatifs à Pio ou d'intérêt plus général. En outre, il édite sa propre revue, intitulée Casa Sollievo della Sofferenza, dans laquelle paraissent des comptes rendus sur les activités hospitalières, des reportages généraux (par exemple sur la prière) et des articles sur Pio. Les noms des bienfaiteurs de l'hôpital y sont publiés, ou les lettres de fidèles, souvent rendant compte de grâces reçues – et faisant sur ce point double emploi avec la revue des moines. En principe, la première se consacre à la Cause de la béatification, la seconde à l'hôpital, chacune selon une approche légèrement différente. Mais l'existence de deux revues pourrait aussi traduire l'affrontement de deux factions, l'ordre des Capucins et le Vatican qui a le contrôle de l'hôpital.

Les laïques

49De nombreux fidèles du Padre Pio sont membres d'un groupe de prière lié à une paroisse. Comme nous l'avons vu précédemment, ces groupes ont été créés du vivant même de Pio. On en compte plus de deux mille à travers le monde, chaque groupe se composant de trois à quatre douzaines de personnes11. Leur fonctionnement est semblable aux autres organisations paroissiales (tels les Enfants de Marie ou l'Œuvre de saint Vincent de Paul), mais évidemment ils s'enracinent dans le culte de Padre Pio et les bienfaits qu'on en attend. Les fidèles ne sont pas nécessairement tous membres d'un groupe de prière, mais on les incite à s'affilier.

50En 1986, les groupes de prière furent officiellement reconnus par le Vatican. Aux termes de ce statut, l'Association internationale des groupes de prière fut placée sous la direction du président de la Casa Sollievo et dotée d'un conseil d'administration où siège le supérieur des Capucins de Santa Maria delle Grazie. Quant à l'organisation générale des groupes de prière de Padre Pio, elle dépend du Centre des groupes de prière, organe de l'Opera Padre Pio. Un directeur spirituel (un prêtre) est à la tête de chaque groupe dont il assure la « formation spirituelle ». Selon le directeur de la Casa Sollievo, ce statut de reconnaissance exige des fidèles qu'ils « se conforment aux devoirs prescrits par Padre Pio, l'un des premiers étant la soumission inconditionnelle à la doctrine de l'Eglise catholique définie par le pape et approuvée par les évêques. En accord donc avec le pape et les évêques, comme le recommande si fortement Padre Pio, les groupes de prière, étroitement associés à la vie sacramentelle et liturgique et tout particulièrement aux souffrances du Christ, [...] se prépareront à mieux vivre une charité active et exigeante en soulageant ceux qui souffrent et sont dans le besoin (la Casa Sollievo della Sofferenza XXXVIII : 10 : 3).

51De telles exhortations (et le simple fait de la reconnaissance du groupe de prière) sont là pour signifier aux évêques qu'ils ne peuvent plus remettre en cause les groupes de prière (comme c'était arrivé du vivant de Padre Pio). Le fait que leur activité soit placée sous la tutelle du Saint-Siège garantit l'orthodoxie de ces groupes, du moins en théorie. Et la dévotion à Pio s'installe solidement dans le courant de la pratique catholique puisque, en principe, on insiste sur la prière et la charité dont Pio a donné l'exemple, plutôt que sur la personne du thaumaturge.

52Hors d'Italie, le clergé et la presse catholique se sont depuis longtemps intéressés à Pio (Carty 1963, Martindale 1952, Thurston 1952). Son culte relève d'associations nationales soumises au contrôle des Capucins et dirigées soit par des moines, soit par des laïques. Et l'ordre des Capucins étant international, ce culte a pu se propager dans le monde entier : si, comme on s'en doute, il a plus de chances de s'implanter en pays catholique, on le trouve aussi dans des endroits inattendus, tel le Sri Lanka. Soulignons que l'émigration italienne dans le nord de l'Europe, les deux Amériques et en Australie a aussi contribué à le répandre.

53Ces centres nationaux encouragent localement aussi bien la fondation de groupes de prière que la dévotion individuelle, grâce à une large publicité : informations dans la presse catholique, projections de films sur la vie de Pio dans les paroisses, rassemblements de fidèles au niveau régional ou national, ou encore réunions d'étude sur la spiritualité de Pio. Ces réunions s'insèrent parfaitement dans le contexte de la liturgie catholique, et tous ceux qui ont été témoins de miracles sont invités à les raconter.

Sainteté contestée, sainteté négociée

54J'ai tenté de montrer que le culte rendu au Padre Pio n'était pas seulement un mouvement spontané, mais qu'il avait été organisé, critiqué, mis en cause par des groupes aux intérêts opposés, chacun cherchant à imposer une certaine image : un saint vivant, un charlatan, un saint local.

55Cet effort pour comprendre et définir le personnage a commencé lorsque l'on crut voir en lui un élu de Dieu chargé de dons mystiques. Aujourd'hui encore, les Capucins en font à la fois un candidat tout désigné à la canonisation, et un homme doué de sainteté qui, dans la mort, est capable de transformer la vie individuelle (comme il le fit de son vivant, on n'en doute plus aujourd'hui).

56Pas plus qu'il n'y eut opposition entre factions « populaires », c'est-à-dire laïques, et factions « officielles » aux mains des prêtres, il n'y eut du vivant de Pio de culte populaire qui se serait développé en dehors et en opposition à celui de l'Église. Sans doute la ferveur populaire s'en est pris parfois aux manquements du clergé et cela avec d'autant plus d'indignation que Pio, figure même d'un alter Christus, d'un autre Christ, était membre de ce clergé. Et on peut aussi replacer le mouvement dans le contexte de pratiques de guérison (Christian 1973), Pio étant un saint populaire vers qui se tournent les deshérités. De toutes manières, l'histoire de ce mouvement n'est pas univoque mais résulte d'une suite de négociations entre groupes différents, en vue de fixer une représentation de Pio et de déterminer la juste attitude envers lui. Les idées, les intérêts et la structure organisationnelle des différents groupes contribuèrent au développement du mouvement pendant la vie de Pio. Au niveau local, il y eut le clergé séculier, les Capucins de Santa Maria delle Grazie et les habitants de San Giovanni Rotondo dont certains étaient conscients du potentiel de celui qu'ils voyaient comme un faiseur de miracles. Dès le début, des groupes aux intérêts plus larges intervinrent : le Vatican, la hiérarchie des Capucins à Rome, et les fidèles venus d'ailleurs dont certains restèrent à San Giovanni Rotondo et d'autres retournèrent chez eux. Ces derniers se mirent à faire une active propagande, orale et écrite. Nombre d'entre eux étaient originaires de l'Italie du Nord, des gens cultivés qui voyaient en Pio un second saint François, le situant ainsi dans la tradition hagiographique existante... Les médias nationaux et internationaux donnèrent une large publicité à l'histoire, rapportant non seulement les événements d'apparence surnaturels, mais aussi les incidents plus terre à terre. Ainsi, les groupes religieux concernés – l'ordre des Capucins, la hiérarchie diocésaine locale et plus tard l'Opera Padre Pio – se disputèrent le contrôle de l'homme et de son « message ». Les laïques firent aussi entendre leur voix et, selon leurs besoins et le contexte, mirent en avant l'un ou l'autre aspect du personnage : le thaumaturge, le confesseur, le modèle qui permet de donner sens à la souffrance, l'homme qui avait le souci du bien-être matériel des pauvres.

57Chacune de ces forces chercha à agir sur le phénomène Pio, qui semblait avoir aussi son propre dynamisme. Si certains écrits suggèrent que Pio fit de San Giovanni Rotondo le lieu de la charité franciscaine et un paradis terrestre, l'examen critique du culte, de ses débuts à la mort de Pio, montre qu'autour de lui régnèrent plutôt confusion, suspicion, envie, rivalité. Il ne fut pas facile de légitimer le culte de Pio, il ne réussit à s'imposer qu'à la fin de sa vie et après sa mort.

58En tant que prêtre et membre d'une congrégation religieuse internationale, Pio était mieux placé qu'un thaumaturge quelconque pour devenir objet de dévotion. En effet, même doué de pouvoirs particuliers, un laïc n'aurait pu bénéficier du charisme lié à la prêtrise, qui, tout autant ou presque que les dons personnels, intervient dans la « fabrication » d'une personnalité charismatique (Worsley, 1968, le souligne). A cette réserve près que, dans le cas de Pio, le fait d'être membre de l'organisation en question – de posséder la double qualité de prêtre et de capucin – fut un obstacle à son ministère : le Vatican le réduisit deux fois au silence ; les Capucins furent accusés d'incompréhension et même de mauvais traitements à son égard.

59La vénération dont il avait été l'objet, si problématique pendant sa vie, fut après sa mort beaucoup moins freinée par les impératifs ecclésiastiques (bien qu'il faille nuancer). Son corps repose maintenant dans une tombe digne d'un saint. Bien que les images de Pio ne soient pas (pas encore) admises à l'intérieur de l'église, il y a beaucoup de statues de lui au-dehors, dans les squares et même dans les jardins des dévots12. La littérature hagiographique s'enrichit, et les pèlerins continuent à visiter les lieux sanctifiés par leur « saint ». Alors qu'il était autrefois illicite de parler de ses miracles, on s'efforce aujourd'hui de les répertorier.

60Le modèle juridique sur lequel se basent les procédures semble désormais au point. Non seulement il y a quelque chose à prouver et il existe des preuves sur lesquelles s'appuyer, mais de plus une série de « disputes » – des conflits et des ambiguïtés – qu'il importe de clarifier. De cette confusion un ordre doit émerger et un accord se faire sur la signification de cette vie. Les procédures bureaucratiques en vue de la canonisation offrent un cadre où s'élabore un effort de compréhension et de définition de la sainteté de Pio, mais d'autres chemins s'ouvrent aussi. La nomination officielle des saints ne résout pas le dilemme de la fonction susceptible de leur être assignée : sont-ils des modèles d'émulation ou des intermédiaires avec les puissances surnaturelles ?

61Durant mon enquête comme par la suite, je me suis heurté à une difficulté majeure : plus les gens me parlaient de Pio, plus je lisais de choses sur lui et plus j'observais ses fidèles, plus il devenait ineffable. On le représente tout à la fois comme un mystique candide et comme un manipulateur rusé ; attentif aux paysans et à leurs bêtes et dédaignant de répondre aux sollicitations naïves ; supportant en silence les calomnies et rassemblant autour de lui des adeptes puissants et influents.

62Padre Pio devint vite incompréhensible car, de son vivant déjà, d'autres entreprirent de façonner l'homme et ses œuvres. Pio écrivit une fois, parlant de ses stigmates et des autres phénomènes mystiques : « Je suis un mystère pour moi-même. » L'effort pour comprendre le mystère et la confusion suscités par l'irruption apparente du surnaturel dans le monde naturel explique que le personnage de Pio ait été – et soit – représenté et construit en fonction d'expériences et d'intérêts à la fois individuels et collectifs.

Haut de page

Bibliographie

Allegri R., 1986. Padre Pio, Milan, Mondadori.

Bax M., 1985. « Popular devotions, power and religious regimes in Catholic Dutch Brabant », Ethnology, n° 25, pp. 215-227.

Carty C. M., 1963. Padre Pio the Stigmatist, Minnesota, Radio Replies Press.

Cavaciocchi G., 1924. Padre Pio da Pietrelcina, Rome, Giogio Berlutti.

Christian W. A., 1973. « Holy people in peasant Europe », Comparative Studies in Society and History, n° 15, pp. 89-105.

Chiocci F. et L. Cirri, 1967. Padre Pio. Storia d'una Vittima, Rome, I Libri del NO.

Cosmacini G., 1986. Gemelli. Il Machiavelli di Dio, Milan, Rizzoli.

Cuthbert (Father), 1928. The Capuchins, Londres, Sheed and Ward.

Delooz P., 1983. « Towards a sociological study of canonized sainthood », in S. Wilson (ed.), Saints and their Cults, Cambridge University Press.

Di Flumeri G. (ed.), 1973. Acts of the First Congress on the Studies of Padre Pio's Spirituality, San Giovanni Rotondo, Edizioni Padre Pio da Pietrelcina.

1980. Letters of Padre Pio Volume 1, San Giovanni Rotondo, Edizioni Padre Pio da Pietrelcina.

Ingoldsby M., 1984. Padre Pio, his Life and Mission, Dublin, Veritas Press.

Kselman T., 1983. Miracles and Prophecies in Nineteenth-Century France, New Brunswick, Rutgers University Press.

Martindale C. C., 1952. « Stigmats and Sanctity », The Month, n° 7, pp. 348-357.

McKevitt C., 1990. « San Giovanni Rotondo and the shrine of Padre Pio », in J. Eade and M. J. Sallnow (ed.), Contesting the Sacred. The Anthropology of Christian Pilgrimage, Londres, Routledge.

1991. « To suffer and never to die. The concept of suffering in the cult of Padre Pio de Pietrelcina », Journal of Mediterranean Studies, n° 1 (1), pp. 54-67.

Pagnossin G., 1978. Il Calvario di Padre Pio, Padoue.

Ruffin B., 1982. Padre Pio. The True Story, Huntingdon, Our Sunday Visitor.

Saldutto G., 1986. Un Tormentato Settennio (1918-1925) nella Vita di Padre Pio da Pietrelcina, San Giovanni Rotondo, Edizioni Padre Pio da Pietrelcina.

Thurston H., 1952. « Stigmata and sanctity », The Clergy Review, n° 37, pp. 358-366.

Vigorelli P., 1994. « Ecco i miracoli, se volete crederci », Epoca, n° 25-29, juin, pp. 62-70.

Wilson S. (ed.), 1983. Saints and their Cults, Cambridge University Press.

Woodward K., 1991. Making Saints, Londres, Chatto and Windus.

Worsley P., 1968. The Trumpet Shall Sound, Londres, McGibon and Kee.

Haut de page

Notes

1J'ai traité cette question plus en détail ailleurs (McKevitt 1990 et 1991).
2Agostino Gemelli, le plus célèbre psychologue franciscain, fondateur de l'Université catholique de Milan, prétend avoir examiné Padre Pio en 1920 et déclare que les stigmates étaient « truqués » (Cosmacini 1986). Deux biographes de Pio au moins, Bernard Ruffin (1982) et Gerardo Saldutto (1986), assurent qu'il avait refusé à Gemelli la possibilité de l'examiner : à cette époque, on lui avait interdit de montrer ses plaies.
3Ce lien entre la stigmatisation et le début d'un ministère public est explicitement fait par Mary Ingoldsby (1984 : 88).
4Cavaciocchi écrit en 1924 que le registre hôtelier qu'il avait été autorisé à consulter comportait surtout des étrangers, Espagnols en tête, puis Français et Belges. Venaient ensuite les Argentins, les Brésiliens, les Californiens (sic), les Chiliens, les Irlandais, les Russes et les Allemands. Parmi les Italiens, les Toscans venaient en tête, suivis des Ligures, des habitants du Latium, de la Lombardie, de l'Emilie, du Piérnont et enfin des Vénitiens, Ombriens, Napolitains, habitants des Abruzzes et de la Calabre. Peu nombreux sont les pèlerins venus des Marches, de l'Apulie, de Sicile et de Sardaigne (1924 : 80). Il ne fournit pas de statistiques, mais cette liste donne une idée de la diversité de provenances des visiteurs.
5Par exemple, après la première visite apostolique, Emilio Brunatto publia un livre dans lequel il accusait de grande immoralité l'évêque et le clergé local. Le livre fut mis à l'index. Plus tard, Giuseppe Pagnossin, F. Chiocci et L. Cirri furent des défenseurs ardents de Pio, critiquant ceux qu'ils considéraient comme ses ennemis.
6L'adepte parle de la bulle du pape alors qu'il s'agit, en fait, d'un simple document du Vatican.
7J'ai exposé ce point plus en détail dans McKevitt (1991).
8Voir Bax (1985), sur le travail et les rivalités au sein des ordres religieux.
9Il y a, parmi les annonces faites aux fidèles dans la Voix de Padre Pio, celle d'« une messe offerte chaque jour pour tous les adeptes, morts et vivants. Le tarif normal est de 6 dollars ou 3 pounds. Les inscriptions peuvent se faire individuellement ou en famille. C'est une manière merveilleuse de penser aux autres ».
10Delooz essaya d'évaluer le montant de la canonisation, mais ne put obtenir une information exacte. Il déclara néanmoins : « Tout ce qu'on peut affirmer, c'est qu'elle coûte extrêmement cher » (1969 : 435). Il avait eu connaissance du coût de la canonisation de saint Benilde (en 1967) : dépenses entraînées par l'approbation de deux miracles – honoraires des experts médicaux, des imprimeurs etc. –, prix de la cérémonie – qui nécessite des reliques, l'édition d'une biographie et d'images saintes, un chœur –, bulle de canonisation elle-même, etc. Le total de ces dépenses s'élève à 29 811 100 lires. Et encore cette somme ne comprend-elle pas le coût de la postulation qui représente la majeure partie du travail requis pour une canonisation. Voir aussi Kenneth Woodward (1991).
11I Gruppi di Preghiera di Padre Pio, brochure du Centre du groupe de prière, San Giovanni Rotondo. Parmi les différents groupes enregistrés, 1 807 sont implantés en Italie, les autres se répartissent entre 35 nations : Angleterre (65 groupes), Etats-Unis (60), France (56), Irlande (55), Belgique (21), etc.
12Un article dans la Voce di Padre Pio estime que, rien qu'en Italie, il y a 200 monuments dédiés à Pio. L'article précise : « Le vice-postulateur et les moines ne font rien pour encourager la construction de monuments. Ils sont élevés uniquement grâce à la générosité des gens dont la dévotion au Padre Pio a largement dépassé la dévotion réservée à bon nombre des 3 000 saints canonisés par l'Eglise » (Voce di Padre Pio 1985 XV, 4 : 18).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

McKevitt C., 1995, « Contestation d’un culte. Le cas de Padre Pio de Pietrelcina », Terrain, n° 24, pp. 91-102.

Référence électronique

Christopher McKevitt, « Contestation et fabrication d'un culte », Terrain [En ligne], 24 | mars 1995, mis en ligne le 08 juin 2007, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3117 ; DOI : 10.4000/terrain.3117

Haut de page

Auteur

Christopher McKevitt

Department of Public Health Medicine, UMDS, Londres

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals