Navigation – Plan du site
La fabrication des saints

Miracle et miracles

Réflexions sur le phénomène Berlusconi1
Sofia Boesch Gajano
p. 103-106

Entrées d’index

Thème :

religion

Lieu d'étude :

Italie
Haut de page

Texte intégral

1On sait combien l ‘Italie a prétendu, par le passé, être la patrie des saints, outre celle des héros et des navigateurs, et comment des dictateurs et des régimes furent placés sous le signe du miraculeux, soit au sens d'une relation particulière, pour ainsi dire officielle, avec Dieu (« l'homme de la Providence »), soit dans un sens à la fois métaphorique et laïque, par exemple le « miracle économique » de l'après-guerre, célébré comme le fruit d'un développement économique et social à opposer au communisme.

2Il n'était pourtant guère imaginable qu'en quelques mois on réussisse à lancer sur la scène politique italienne un personnage qui, à travers une orchestration de la parole et de l'image, fût capable d'actualiser un nouveau rôle d'homme « providentiel », au point non seulement de faire sortir l'Italie de la crise, mais d'opérer un renouveau de la vie politique, morale, économique. Et lorsque, très vite, la crise revint, aussi bien politique, morale qu'économique, ses partisans accentuèrent les aspects « sacrés » de l'investiture populaire, conférée par le vote, en détournant, avec désinvolture, le sens que les démocraties modernes donnent à la notion de souveraineté populaire.

A l'enseigne du miracle

3« L'étude du phénomène Berlusconi montre que le succès repose sur un système à trois dimensions. Il est le résultat tangible de l'action de trois forces différentes, où le "faire" et l'"avoir" sont sublimés dans la dimension verticale de l'"être". L'être contient le monde des solutions, celui des idées et du rêve, le monde du sourire et de l'ironie, de l'aisance et de la joie, le monde du "miraculeux". »

4Ces lignes sont extraites d'une des nombreuses biographies de Silvio Berlusconi, celle écrite par Stefano E. D'Anna et Gigi Moncalvo (1994 : 2). Essentiellement consacrée à reconstruire et à comprendre l'ascension au pouvoir, soit précisément le phénomène Berlusconi, l'étude est attentive à la dimension plus spécifiquement bio-hagiographique du personnage. En s'attachant tout particulièrement à ses propres paroles, elle confirme ce que montrent les travaux actuels sur l'hagiographie, à savoir que la construction de la sainteté se fonde souvent sur une autoconstruction. Dans le champ du miraculeux, Berlusconi fut, à lui-même, son premier témoin.

5Le plus stupéfiant, ce ne sont pas les miracles eux-mêmes, mais le fait que le récit soit modelé selon les structures de l'hagiographie traditionnelle.

Le témoignage

6« Mes tantes, qui sont religieuses, disent toujours que je suis un cardinal manqué. En effet, je suis un homme qui aurait pu faire beaucoup pour la Sainte Église. Surtout pour ce qui est des miracles. Il y a quelques années, j'arrivais devant le Théâtre national de Milan, pour le gala de remise de l'Oscar de la T.V., une dame m'arrête ; elle m'oblige à imposer les mains sur les yeux de son enfant aveugle. Moi, je n'arrive pas à imaginer quel effet j'ai réussi à produire. Une autre fois, mon fils Pier Silvio fut hospitalisé d'urgence pour être opéré de l'appendicite. Tandis qu'il était dans la salle d'opération, la rumeur se répand, dans les couloirs de l'hôpital, que Berlusconi est là. Plein de monde arrive, mais une maman, plus rapide, m'entraîne. "Président, je vous en prie : mon fils est un grand supporter du Milan AC. Il a subi une opération aux jambes, il est convalescent, les médecins disent qu'il est parfaitement guéri, mais lui s'est mis en tête qu'il n'est plus capable de marcher, il ne veut plus descendre du fauteuil roulant, il dit qu'il restera paralysé toute sa vie. Il n'y a que vous qui puissiez le convaincre qu'il est vraiment guéri." Berlusconi demande : "Où est votre fils ? Allons-y !" La mère est bouleversée, ils descendent deux étages et arrivent dans le service. Berlusconi demande le prénom du garçon avant de se le faire indiquer. Il recommande à la mère : "Ne vous montrez pas." Berlusconi avance dans le couloir, tandis que les malades le reconnaissent et s'assemblent autour de lui. Il arrive à la porte de la chambre et dit : "Jacques, tu es Jacques de la Fosse aux Lions de San Siro, lève-toi et marche ! Viens près de ton président !" Le garçon le regarde, incrédule. Oui, c'est bien Berlusconi, et il l'a appelé par son prénom. Mais comment le connaît-il ? Comment fait-il pour savoir qu'il est un des supporters de la Fosse aux Lions, dans la courbe sud de San Siro, à côté des Commandos et des Brigades rouges et noires ? Jacques vénère son président, il est prêt à suivre n'importe quel ordre venant de lui. Et donc il obéit, il se lève et marche, il abandonne le fauteuil roulant et, tout doucement, s'avance vers les bras ouverts de son président, qui l'étreint contre lui en disant : "Maintenant, tu es guéri. Je t'attends dimanche pour le match. Et dis à tes camarades que Silvio Berlusconi est venu ici pour t'emmener. Toi, tu crois en moi, et eux aussi doivent croire en moi." La mère est heureuse et ses yeux s'emplissent de larmes. Berlusconi la console :

"Madame, arrêtez. Vous me rappelez mon majordome de la rue Rovani, monsieur Quartarone. Souvent, quand il lit dans le journal des attaques contre moi, ou que Milan ne gagne pas, dès qu'il m'aperçoit il s'avance et me dit : Dottore, dottore, j'ai envie de pleurer !" »
Extrait de Berlusconi in concert (op. cit.).

7Le miracle constitue la manifestation la plus évidente de la puissance de Dieu et de ses saints. Le récit évangélique explicite, toutefois, comment les manifestations surnaturelles peuvent être d'origine soit divine, soit diabolique : ce qui permet de les distinguer, c'est la foi, l'intention de celui qui demande l'intervention surnaturelle et de celui qui l'accomplit, au nom de Dieu ou du diable.

8Telle est la base doctrinale du miracle chrétien, mais son histoire à travers les siècles offre, bien sûr, une grande variété de cas : les vies de saints, de l'Antiquité tardive à l'époque contemporaine, offrent des exemples très variés des diverses modalités du miracle (miracles accomplis pendant la vie ou sur la tombe, à travers le contact direct ou à distance, etc.). Il est toutefois possible de retenir quelques traits constants : le rapport entre la pratique des vertus et le pouvoir thaumaturgique, l'humilité des saints devant la demande de guérison, l'attribution du mérite à Dieu.

9Une très vaste historiographie sur le miracle dans les sociétés chrétiennes permet une analyse morphologique du récit rapporté dans ce livre très récent consacré à Silvio Berlusconi.

Saints, héros et femmes

10Le récit s'ouvre sur l'affirmation d'un parfait accord avec l'Église catholique, soit de la bouche des tantes religieuses (autre trait commun à l'hagiographie : la naissance dans une famille déjà « sainte », déjà marquée par des personnes vertueuses et, comme ici, déjà consacrée à Dieu), soit de la part du protagoniste lui-même.

11Les lieux où adviennent les miracles sont des lieux publics, incluant la présence d'autres personnes que les protagonistes. Dans les deux cas, il s'agit de lieux où est reconnu de manière explicite le caractère exceptionnel du personnage : dans un cas, un gala pour la remise de l'Oscar de la T.V., où le protagoniste apparaît, déjà, comme un héros ; dans l'autre, un lieu où semble s'être créée une attente exaltée, de par la présence du fils à l'hôpital. C'est là aussi un motif narratif morphologiquement reconnaissable : le public est un élément central du récit de miracle et se révèle souvent déterminant pour déclencher l'événement lui-même.

12Les deux demandes d'intervention proviennent de femmes, et même de mères, selon le topos hagiographique de la demande par personne interposée, et presque toujours de la part des femmes, qui jouent un rôle important de médiatrices entre un parent malade (le plus souvent leur enfant, justement) et le saint ou ses reliques (nombreux sont les témoignages attestant un rapport privilégié des femmes avec le sacré, en compensation de leur exclusion des fonctions sacerdotales). Et il appartient encore à la mère de sanctionner par ses larmes la guérison.

13Dans le premier cas, raconté plus brièvement, la demande concerne l'imposition des mains sur les yeux de l'enfant aveugle. Le résultat demeure inconnu : l'affirmation « Je n'arrive pas à imaginer quel effet j'ai réussi à produire » semble modelée sur les déclarations d'humilité, propres au saint, et semble suggérer que le pouvoir du protagoniste n'était pas suffisant pour rendre la vue.

14Dans le second cas, le récit met clairement en évidence un blocage psychosomatique chez celui qui ne veut pas accepter d'être guéri. D'où la plus grande assurance avec laquelle le protagoniste reçoit la demande maternelle, certain qu'il est de pouvoir opérer la « guérison ». Les stratagèmes auxquels il recourt – se faire indiquer le prénom et les habitudes de fréquentation du stade – font exactement pendant, sur le plan de la connaissance psychologique, à ces pratiques médicales mises souvent en œuvre par les saints, pour aider l'intervention surnaturelle.

La fidélité. Anciens et nouveaux sanctuaires

15« Lève-toi et marche » : on va jusqu'à souligner, par une référence explicite au récit évangélique, la force d'attraction du protagoniste, qui commande et qui est obéi. L'embrassade du président de l'équipe tant aimée a définitivement opéré la guérison, dont la contrepartie sera la fidélité du tifoso qui, tout comme le miraculé de l'hagiographie, doit promettre d'aller ou de retourner au sanctuaire, et de propager la foi dans le saint. Le miracle crée un lien de dépendance et de dévotion, dont le bénéficiaire ne pourra plus se délier, sous peine de perdre à nouveau la santé et même la vie. Nombreux sont les récits qui nous rappellent, en effet, que les parjures furent durement punis. Les saints ne pardonnent pas.

16Berlusconi a accompli quelques miracles, nous dit ce livre. Qu'il veuille en accomplir un autre, lui-même ne cesse de le proclamer sur toutes les chaînes de la télévision et de la RAI, dans tous les journaux. Espérons qu'il n'y parviendra pas : il serait vraiment trop pesant qu'en ce cas aussi il nous impose, à nous les « miraculés », d'aller à San Siro ou, pire, de « croire en lui ».

Haut de page

Bibliographie

D'Anna St. E. et G. Moncalvo, 1994. Berlusconi in concert, Londres, Ohzium.

Boesch Gajano S., 1994. « Alzati e Cammina. Guarigioni e nuovi miracoli italiani », Medifax, n° 13.

Haut de page

Notes

1 Une première version, sensiblement différente, de ce texte est parue dans la revue Medifax (1994 : 28-29).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boesch Gajano S., 1995, « Miracle et miracles. Réflexions sur le phénomène Berlusconi », Terrain, n° 24, pp. 103-106.

Référence électronique

Sofia Boesch Gajano, « Miracle et miracles », Terrain [En ligne], 24 | mars 1995, mis en ligne le 08 juin 2007, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3119 ; DOI : 10.4000/terrain.3119

Haut de page

Auteur

Sofia Boesch Gajano

Département d'études historiques, Rome

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals