Navigation – Plan du site
Un corps pur

La pureté du corps

Mary Douglas
p. 5-12

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Monde
Haut de page

Texte intégral

1Traduit de l'anglais par Christine Langlois

2L’idée d’un corps pur est différente de celle d'un matériau, d'une couleur ou d'un sentiment purs. De manière conventionnelle, un corps pur est un corps dont on n'a pas abusé, que ce soit sexuellement ou par la nourriture. Cela semble être un postulat de base de l'enseignement de l'ascétisme pratiqué dans de nombreux endroits de la planète, quels que soient ses différents niveaux de rigueur. Les articles de ce numéro de Terrain en apportent une confirmation supplémentaire, ainsi que de nouveaux exemples. Les idées sur lesquelles ils reposent ont une telle tendance à se ressembler à travers le monde qu'elles pourraient nous induire à insister sur ce qui leur est commun et à laisser de côté leurs différences. Quand nous lisons un texte concernant les restrictions alimentaires religieuses, n'avons-nous pas toujours tendance à penser que leur objectif est d'atteindre à une sorte de corps pur idéal ?

Les animaux impurs dans la Bible

3Depuis deux millénaires, par exemple, on a supposé que les prescriptions alimentaires de la Bible avaient pour but d'empêcher toute viande impure de pénétrer dans le corps des enfants d'Israël. Les règles du chapitre 11 du Lévitique restreignant le régime alimentaire des pratiquants, leur interprétation a tout naturellement été aspirée par l'idée dominante de « corps pur ». Selon cette interprétation, il fait partie de la sainteté de n'autoriser aucune viande impure à être ingérée par le corps humain, tout comme il fait partie des soins du tabernacle de le tenir à l'écart de toute impureté.

4Toutefois, il n'a jamais été répondu à la question suivante : pourquoi Dieu considère-t-il certains animaux comme impurs et d'autres comme abominables ? Selon les croyances religieuses habituelles, il est bel et bon que, de même que le Créateur a créé les animaux et les humains, de même, il a interdit à ces derniers de manger la plupart des animaux. Mais pourquoi a-t-il dit que les animaux interdits de consommation sont impurs, et pour quelles raisons a-t-il donc créé des êtres détestables ?

5Le livre ne le dit à aucun moment. Il se contente d'interdire au peuple d'Israël de toucher les carcasses d'un grand nombre d'êtres vivants. S'il vous est interdit de toucher un cadavre d'animal, vous ne pouvez ni le dépouiller, ni en découper la viande, ni la cuire. Puisqu'un corps pur est une préoccupation quasi universelle des diverses religions, l'explication la plus immédiate et convaincante de ces interdictions alimentaires a toujours été qu'elles sont destinées à promouvoir la pureté du corps. Comme la plupart des religions antiques ont des règles similaires, cette explication a prédominé, et les questions concernant les animaux classés comme impurs ont été laissées de côté, considérées comme curieuses mais mineures.

6En tant qu'anthropologue, depuis mes années étudiantes, j'ai été intriguée à la fois par l'idée de la pureté du corps dans la religion et par la sélection des animaux interdits dans le Lévitique. La première fois que j'ai lu le chapitre 11, sur mon terrain en Afrique, j'ai accepté l'opinion générale selon laquelle les lois alimentaires faisaient partie intégrante d'une législation cohérente sur la pollution et la purification rituelle. La métaphore dominante de la souillure devait être comprise en priorité, ensuite on pouvait s'offrir le luxe de comprendre la sélection des choses impures. Après avoir travaillé sur d'autres aspects de ce même thème, je me suis récemment tournée à nouveau vers les lois bibliques. J'étais de plus en plus impressionnée par leur cohérence globale. Cela rendait la prétendue incohérence de l'attitude de Dieu envers sa création plus suspecte. Comment aurait-il pu créer toutes les créatures, les aimer, les protéger, et, en même temps, déclarer tous les animaux terrestres impurs à l'exception des troupeaux domestiqués ? Pourquoi le livre proclame-t-il que tous les animaux rampants, quel que soit leur environnement, sont « abominables » ? Soit, dans cette religion, les termes « impur » et « abominable » ont un sens différent, soit elle a une étrange conception du Dieu créateur.

Protection de la vie animale

7Dans l'histoire des religions, beaucoup d'entre elles imposent un régime végétarien en tant que pratique de purification morale et physique, cet ascétisme s'appuyant généralement sur des doctrines liées au respect de la vie animale. Dans l'expérience anthropologique, on évoque, pour expliquer les interdictions plus limitées de consommer certains animaux, le respect dû à ces espèces particulières. On dit parfois d'un animal spécifique, voire de certaines espèces qu'elles sont polluantes, mais on évoque alors une cause. Dans la plupart des cas, un mythe explique la prohibition par une bonne action commise par un ancêtre des animaux en faveur d'un ancêtre humain. C'est un thème classique en anthropologie, que Maurice Bloch a récemment fort bien réexaminé (Bloch 1992).

8Dans la Bible, l'absence d'explication comme l'absence de respect préconisé pour certaines créatures animales ne s'accordent pas avec les autres religions.

9Plus j'ai étudié cette question, plus j'ai ressenti que la réponse ne pouvait pas être superficielle. Un autre problème est apparu, lié non pas à la Bible mais à la manière dont les religions utilisent le concept de pollution. C'était un défi de ne pouvoir trouver aucune implication sociale renforcée par les règles de purification bibliques. Les interprétations couramment acceptées semblaient passer à côté de quelque chose d'essentiel. Après plusieurs années de recherche, j'eus le courage de mettre à mal les hypothèses initiales que j'avais suivies dans Purity and Danger (Douglas 1966). Comme la plupart des commentateurs, j'avais assumé que, dans le Lévitique et le livre des Nombres, le mot hébreu tame pouvait en toute tranquillité être traduit par « impur » ou « souillé », et que sa signification était sans ambiguïté. Je concluais éventuellement que ce qu'on appelle les règles alimentaires de Moïse n'étaient pas tant en rapport avec la pureté de ce qui entre dans le corps des fidèles qu'avec le salut et la survie des animaux (Douglas 1993). Considérer que le chapitre 11 se préoccupait avant tout de l'alimentation des humains était finalement comme penser que les lois qui protègent les cailles et les faisans pendant la période de reproduction sont des lois alimentaires destinées à protéger la pureté des chasseurs. Interprétation qui laisserait de côté toute préoccupation de la survie de ces oiseaux. L'idée que les règles mosaïques ont un but protecteur n'est pas entièrement neuve. Il existe une tradition rabbinique selon laquelle une des finalités de la classification de tant d'espèces animales comme impures était de les protéger des prédateurs humains, en accord avec la compassion de Dieu pour ses créatures.

Diverses idées de pureté : matérielle, esthétique

10Dans ce contexte provocateur, dans lequel nous allons à l'encontre des idées habituelles des chercheurs, je salue la publication d'un volume consacré à la pureté du corps car il attire l'attention sur la diversité des idées qu'on peut rassembler sous ce thème. Ce dossier permet de mettre au jour quelques-uns des paradoxes et des conflits qui les opposent. Tout d'abord, cette série d'essais met en lumière le fait que l'idée d'un corps pur ne peut pas dériver du sens physique ou matériel du mot pureté. Dans les lignes qui suivent, je vais dresser un tableau impressionniste des idées européennes actuelles sur la pureté. Il apparaît rapidement qu'elles ne se recouvrent pas les unes les autres. Quand on regarde de près, comme ici, la diversité de ses utilisations, que ce soit dans le langage religieux, esthétique, médical ou alimentaire, on constate que le mot « pureté » est loin d'avoir un sens clair. Vous pouvez l'utiliser n'importe comment, seuls le contexte et les connaissances implicitement partagées lui donnent une signification précise. Même si de vagues liens métaphoriques se croisent et s'entrecroisent dans le langage courant, ce concept n'a aucune racine ou origine claire qui puisse en expliquer les usages spécifiques.

11Dans les langues européennes, il me semble qu'on peut distinguer quatre sortes de pureté : matérielle, esthétique, religieuse et sociale. Prenons la première : du lait pur signifie du lait non altéré, de l'eau pure ne contient rien d'autre que de l'eau, un vêtement d'un blanc pur ne présente aucune trace de gris ou de jaune, de l'or ou de l'argent purs ont été débarrassés de leurs scories. Le terme pureté recouvre ici deux notions différentes. La première implique qu'un élément a dû être séparé de sa condition naturelle par un processus de purification. La seconde, qu'il y a un élément naturellement pur qui n'a pas été souillé par l'addition d'autres substances. Dans le premier cas, parvenir à la pureté suppose d'isoler le matériau pur désiré, dans le second les accrétions doivent être supprimées. Dans la pureté matérielle, on peut reconnaître et mesurer différents degrés d'impureté qui se rapportent à des fonctions particulières, aussi pureté et impureté sont-elles des concepts relatifs. Il n'y a pas de jugement moral absolu en faveur de la pureté matérielle, l'impureté peut être tolérée jusqu'à un certain point. Le pain blanc pur est considéré comme moins riche d'un point de vue nutritif que le pain complet. Le sucre brun a été moins raffiné que le blanc. Les certificats de pureté du lait ne se réfèrent pas à la présence ou à l'absence de crème mais à la bonne santé des vaches laitières, on peut boire du lait tant qu'il ne contient pas d'organismes pathogènes. L'eau n'est vraiment pure que si elle est distillée. Si l'or était pur à cent pour cent, il serait trop mou pour être utilisable.

12Dans son acception matérielle, la pureté indique l'absence de corps étrangers, ou l'exclusion d'un élément nuisible. Cela fournit une base intelligible pour imaginer une société démographiquement pure, composée de descendants d'une même population. Transposée à la reproduction animale, on parle d'un pedigree pur et, de même pour les humains, se focaliser sur la généalogie produit une « lignée pure », comme par exemple les purs ancêtres aryens de l'idéologie nazie dont les fantaisies exécrables sont décrites ci-dessous par Edouard Conte. Mais aucune de ces significations génétiques ne recouvre l'idée d'un corps pur. La notion de sang pur est une abstraction, ou une métaphore très éloignée, qui s'inspire du dosage des métaux purs ou des tests visant à détecter le niveau de pollution de l'eau de mer, mais elle ne dit rien sur la pureté d'un organisme.

13Alors que les jugements sur la pureté matérielle sont principalement centrés sur les degrés d'impureté, le jugement esthétique est plus lié à la pureté en tant que terme descriptif. Dans la critique d'art, les termes « pureté de couleur » et « pureté de ligne » sont tous deux utilisés pour décrire le style d'un artiste, ils n'impliquent pas nécessairement qu'il faut éviter tout mélange ou tout amalgame. Le terme de pureté a aussi un sens positif, comme lorsqu'il exprime la beauté, la vertu ou la vérité. Une « beauté pure » signifie en général une beauté à l'air innocent. Un « cœur pur », un « esprit pur », une « intention pure » et beaucoup d'autres expressions expriment l'absence de motifs secrets, de double sens et de tricherie, donc d'être en présence de la vérité. Dans l'expression « pure vérité », l'adjectif confirme et garantit la vérité elle-même. Mais tout cela appartient au royaume des idées et n'entraîne pas d'action.

14Un corps pur n'est pas nécessairement défini religieusement. Il est passionnant d'apprendre dans l'article de Raphaële Garreta ci-dessous qu'à l'heure actuelle les sens civils et religieux ont tendance à devenir convergents. Un corps pur peut être un corps purifié par des herbes médicinales ou nourri d'aliments purs, ce qui, dans le texte d'Arouna Ouédraogo sur Carton ainsi que dans celui sur la communauté gandhienne décrite par Emmanuelle Coulomb, signifie d'aliments naturels. Dans l'histoire de l'éducation spirituelle, cela peut désigner un corps qui n'est jamais l'esclave de désirs impurs, particulièrement l'appétit sexuel et la gloutonnerie, ce qui nous renvoie à la tradition esthétique.

15La pureté physique peut signifier le salut religieux, atteint par des interdits complexes et des rites de purification. On l'utilise parfois au sens le plus trivial, par exemple pour faire la publicité d'un savon pur, d'autres fois au sens le plus fort, comme pour la signification sociale de la chasteté féminine dans les sociétés méditerranéennes.

Sens social de la pureté

16Nous ne devons pas oublier le rôle joué par une nourriture pure dans la définition de soi, la création d'une solidarité, la conscience de son identité. Tanya Schwarz en donne une illustration avec les Juifs éthiopiens en Israël. Se trouvant tenus en piètre estime par leurs concitoyens, ils compensent cet état de fait et se valorisent en observant plus fidèlement que les Israéliens les lois du judaïsme. Ici, l'accent est mis sur la pureté. Mais, en général, le sens social a tendance à se centrer plus sur l'impureté. Cela est probablement dû au fait que le jugement sur l'impureté peut entraîner une action. On a tendance à ignorer les différences de degré de l'impureté, une imaginaire pureté absolue est l'idéal : une chose est soit pure soit impure, un seul attouchement souille autant que vingt. C'est un usage de la notion d'impureté qui diffère totalement de ceux que nous avons examinés jusqu'à présent. Là où les idéaux de l'honneur familial et de la chasteté féminine prospèrent, l'honneur entaché est un honneur perdu et il suffit qu'une femme n'ait pas été vertueuse une seule fois pour qu'elle ait la réputation d'être impure.

17Le jeu entre le sens matériel et les autres pourrait soulever des paradoxes si nous essayions de les relier trop étroitement. Quand on parle des choses matérielles, la pureté a un sens négatif : absence de saleté, de résidus matériels, éléments non altérés. La pureté matérielle est donc essentiellement négative, elle correspond à une absence, elle est généralement artificielle, mais pas toujours, comme dans le cas de l'air pur ou de l'eau pure d'un torrent de montagne. Mais la pureté matérielle ne suggère pas habituellement le naturel, ni l'absence d'artifice, ni la simplicité, plutôt le contraire car elle est atteinte par le biais de processus perfectionnés. En métallurgie, quand on vient d'expulser les scories, le métal, purifié, plus résistant, plus brillant ne pourrait pas se trouver tel quel dans la nature. De même pour le rôle de la purification dans d'autres processus de production, par exemple la fabrication de tissus ou de nourriture. Les matériaux deviennent fort éloignés de leur état naturel. Bien sûr, l'aspect matériel de l'impureté inclut également des cas d'éléments envahisseurs, comme dans la pollution de la mer par les émanations des usines, mais la mer, à l'état naturel, grouille de tant de formes de vie différentes que l'idée de sa pureté ne vient pas immédiatement à l'esprit. Ce n'est que vue de loin que la couleur de la mer est d'un bleu pur.

18Quand il s'agit des usages sociaux, nous avons remarqué qu'« impureté » implique un jugement beaucoup plus fort que « pureté ». Dans les sociétés européennes, et bien souvent ailleurs, « impur » est le langage du reproche. Et cela reste vrai même quand il s'agit de la pureté du langage, comme l'illustre l'article de Peter Burke. « Pur » est à l'aise dans le domaine de l'esthétique, il représente alors une sensibilité raffinée et un jugement sûr. Cela évoque de bonnes qualités et ne demande aucune action. Alors qu'« impur » justifie un rejet. C'est une accusation, une exécration. A la manière d'une étiquette qui serait apposée à une personne, cela peut lui assurer l'exil ou la mort. Bien sûr, puisqu'elle a tant d'importance, l'impureté provoque un plus grand intérêt.

19La pureté a tendance à représenter la norme, l'idéal attendu, tenu pour acquis jusqu'à ce qu'il soit trahi. L'impureté est une intrusion sociale, une brèche dans la frontière, une chose exécrable. Dans la vie sociale, l'homme adultère est comme un voleur, un violeur. Un vêtement que l'on estime sale, un honneur que l'on juge atteint sont souillés, tachés, marqués, un élément leur a été ajouté. En ce qui concerne la nourriture, l'impureté est dangereuse, elle contient un risque de poison. Un langage impur est indécent, voire blasphématoire. Les pensées impures peuvent même être considérées comme des péchés. Tout cela implique que la pureté est naturelle tandis que l'impureté est une difformité.

20Purifier au sens social veut dire supprimer la pollution ou les souillures qui se sont accumulées, retourner à un état originel pur. C'est l'exacte inversion du sens matériel dans lequel purifier implique souvent un processus complexe et violent, comme en métallurgie, qui aboutit à un état nouveau et artificiel. Le sens physique de l'impureté naturelle, transformée par la technologie en pureté créée artificiellement, et le sens social, qui suppose que la pureté initiale a été subvertie par l'intrusion de l'impureté, sont absolument opposés. Il vaut la peine de prendre le temps d'examiner ces changements de sens car ils n'existent pas dans toutes les langues. Notre éventail d'idées sur la pureté est lié à notre histoire. D'où quelques-unes des grandes difficultés qu'on éprouve à traduire les termes « pureté » et « impureté » des textes anciens. Dans les débuts de l'anthropologie sociale à Oxford, Franz Steiner disait dans ses cours que ce mot avait tant d'usages différents qu'il était plus prudent, quand cela était possible, d'utiliser un autre vocabulaire moins ambigu et moins connoté moralement (Steiner 1956). Voyons, par exemple, les confusions causées dans la Bible par l'idée d'impureté.

Contagion sacrée dans la Bible

21Beaucoup de mots dans la Bible sont proches de notre terme « pureté », mais ils portent leur part de connotations morales bibliques. Un mot hébreu, tahor, est traduit par « propre », « rendre propre », « être nettoyé » ou « purifié » ; un autre, tamim, signifie « entier », « sain », « en bonne santé », comme un animal sain, en bonne santé qui peut être offert en sacrifice. Un autre mot encore, lié à l'idée centrale de la Bible, est saint, kadosh, réservé ou consacré à Dieu. Le mot fort, tame, veut dire « souillé », « souillure », laquelle est causée par diverses transgressions, l'idolâtrie, le sacrilège, le contact avec les cadavres et le blasphème. C'est le résultat d'une attaque, d'une intrusion, d'une offense, de quelque chose qui ne devrait pas avoir lieu, pas uniquement de la seule absence de pureté.

22Les problèmes commencent avec l'emploi de rites de « purification » destinés à annuler toutes sortes d'offenses, mineures ou majeures. La nouvelle traduction française du Lévitique faite par André Chouraqui (Chouraqui 1993) évite les termes « souillé » et « impur » en leur préférant le terme de « contagion ». Au lieu de dire qu'un animal particulier est « souillé », traduction habituelle de tame, il utilise contagion : il est contagieux. Cela rapproche la souillure ou l'impureté d'une idée de maladie transmise par contact. Le pouvoir de la chose interdite, comme celui de la chose sainte, est susceptible d'exploser, de consumer les chairs et de se répandre par personnes interposées. C'est un bon changement car, si l'idée de contagion n'est que marginale dans notre conception européenne de l'impureté, au sens biblique elle est relativement saillante.

23L'idée de contagion a un côté sinistre. Elle est particulièrement susceptible d'être reliée aux intérêts sociaux et politiques. Si la saleté n'offensait que les canons esthétiques, l'accusation d'être sale ne serait pas suffisante pour exclure les pauvres, mais aussitôt que l'on considère la saleté comme une source de contagion elle devient fortement exclusive. Dans les villes médiévales d'Europe, les rues qui portaient toujours le nom de commerces tels que les tanneries ou les boucheries étaient évitées par ceux qui avaient les moyens de vivre ailleurs. Les métiers très malodorants étaient généralement relégués hors des murs des villes. Les mauvaises odeurs à elles seules n'auraient peut-être pas suffi à déclasser ces quartiers, mais Nathalie Poiret explique combien les odeurs étaient devenues associées à la maladie et au danger, et nous savons que cela peut justifier l'évitement.

24Des sociologues français ont fourni des exemples très intéressants d'idées spontanées de contagion physique utilisées pour supprimer ou exclure certaines catégories sociales. Je me suis déjà référée ailleurs à leur travail (Douglas 1993). En résumant, Marcel Calvez a observé des infirmières traitant des patients atteints du sida comme si elles croyaient que cette maladie pouvait se transmettre par les yeux, en partageant un même poste de télévision (Calvez 1989)1. Asperger l'écran de désinfectant, bien que cela montre une ignorance du savoir médical sur la transmission sexuelle du sida, démontre cependant le consciencieux contrôle de l'infection effectué par les infirmières. Denise Jodelet a observé que la maladie mentale est considérée comme contagieuse et la manière dont on contrôle la contagion en nourrissant les malades mentaux avec des couverts séparés, dans des assiettes à part, ceux qui les soignent espérant ainsi être mieux acceptés par la société (Jodelet 1989). Le concept de contagion fournit sans fin des occasions d'agir sur le social, il est responsable de la création de ghettos résidentiels, du choix du conjoint et de la séparation des classes sociales. Mais lorsqu'on lit ce que dit la Bible sur le pur et l'impur, rien de cela n'apparaît.

Animaux interdits en Afrique

25Il y a plus de trente ans (Douglas 1966), je me suis penchée sur le chapitre 11 du Lévitique pour étayer mon interprétation sur les raisons pour lesquelles un régime africain de lois alimentaires, très similaire à celui de la Bible, rendait explicites et visibles les catégories sociales. Le menu quotidien des Lele organisait les différentes dimensions de l'environnement et les mettait en correspondance avec les diverses catégories sociales. Bien qu'il y ait cet écho, cette similarité, à un niveau éloigné et abstrait, entre les règles alimentaires africaines et les lois bibliques sur la possibilité de manger les animaux purs ou impurs, il était curieux de constater que, dans les règles bibliques sur l'impureté, on ne voyait pas apparaître le fait de regrouper et de séparer par le blâme ou le rejet. Sachant que cette analyse était relativement nouvelle, j'attendais, pleine d'espoir, qu'une fois clarifié l'angle d'enquête le matériel historique biblique soit réexaminé et que soit révélé le levier social interne fourni par le concept d'impureté. Mais rien n'arriva, si ce n'est d'attirer l'attention sur le point le plus évident : les règles alimentaires érigent une frontière autour du peuple choisi et le séparent des autres nations, cela étant utilisé pour tirer la religion vers le sectarisme.

26Il y a environ dix ans, j'ai relu les lois alimentaires et celles de purification dans le livre des Nombres et le Lévitique et j'ai réalisé que la pureté dans la Bible est vraiment différente. Il n'y a aucun moyen d'attribuer à différentes catégories sociales les divers animaux interdits dans le chapitre 11. De plus, selon ce même livre, on ne peut en aucune façon utiliser comme moyen de rejet social l'impureté physique encourue par les femmes pendant leurs règles ou après l'accouchement, par les lépreux ou les hommes atteints de pollution nocturne. Ni les animaux « souillés », ni les personnes « souillées » du Lévitique ne renforcent les frontières sociales et les stratifications internes à un groupe. Il semble fort possible que le terme « impur » ait induit en erreur. Une traduction plus exacte éloignerait la pensée du lecteur de la pollution et de la souillure et la ramènerait simplement vers ce qui est interdit.

Conclusion

27Selon Franz Steiner, quand nous traduisons ces mots, nous ferions mieux d'utiliser un terme moralement neutre tel qu'« interdit » ou « exclu », qui n'impliquent pas tout le lot des idées bien connues sur la pureté physique. En suivant cet excellent principe, je découvre que je peux absoudre les livres de Moïse de l'accusation de présenter un Dieu contradictoire et méticuleux. Au contraire, ses desseins sont si cohérents que ses lois, en interdisant au peuple d'Israël de manger certaines viandes, protègent les animaux qu'il a créés et qu'il aime.

28Et le même précepte, ne pas ajouter sans nécessité des sous-entendus moraux, préserve la Bible de l'accusation de favoritisme. Cette utilisation du mot « impureté » implique que c'est la seule religion qui appelle une personne impure sans que l'accusation d'impureté soit une excuse pour contrôler le peuple. Mais, quand on supprime ce mot, la chose qui est protégée des intrusions profanes dans le cas des personnes que l'on suppose souillées, c'est le tabernacle. Ces personnes sont souillées uniquement au sens où elles vont encourir et répandre la dangereuse contagion de la sainteté si elles y pénètrent de manière sacrilège (Douglas 1993).

29La grande diversité de sens du mot « pur », en divers lieux et époques, et les difficultés liées au concept de corps pur, ainsi que la manière nouvelle dont elles sont toutes deux démontrées dans ce volume, encouragent à continuer à étudier les usages multiples de ce mot.

Haut de page

Bibliographie

Bloch M., 1992. Prey into Hunter. The Politics of Religious Experience, Cambridge, Cambridge University Press.

Calvez M., 1989. « Composer avec un danger. Approche des réponses sociales à l'infection du VIH et au sida », Institut régional du travail social en Bretagne.

Chouraqui A. (la Bible traduite et commentée par), 1993. Il crie... (Lévitique), Paris, J.-C. Lattes.

Douglas M., 1966. Purity and Danger. Concepts of Pollution and Taboo, Londres, Routledge.

1993a. « The forbidden animals in Leviticus », JSOT, pp. 3-23.

1993b. In the Wilderness, the Doctrine of Defilement in the Book of Numbers, Sheffield.

1996. « Sacred contagion », in Sawyer J. (ed.), Reading Leviticus, Sheffield, Sheffield Academic Press.

A paraître. Leviticus as Literature, Oxford, Oxford University Press.

Faizang S., 1992. « L'alcoolisme, une maladie contagieuse ? Réflexions anthropologiques sur l'idée de contagion », Ethnologie française, n° 1, tome 22, pp. 5-18.

Jodelet D., 1989. Folies et représentations sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Steiner Fr., 1956. Taboo, Londres, Cohen and West.

Haut de page

Notes

1Cf. aussi Fainzang 1992.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Douglas, « La pureté du corps »,Terrain, 31 | 1998, 5-12.

Référence électronique

Mary Douglas, « La pureté du corps », Terrain [En ligne], 31 | septembre 1998, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3131 ; DOI : 10.4000/terrain.3131

Haut de page

Auteur

Mary Douglas

Université de Londres, Grande-Bretagne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals