Navigation – Plan du site
Un corps pur

Assainir la société

Les enjeux du végétarisme
Arouna P. Ouédraogo
p. 59-76

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1On prend couramment le végétarisme pour un « choix de vie », sinon une simple lubie, un art du bien-vivre : santé et sagesse. Ces représentations sont confortées par les connotations de sagesse antique (inspiration pythagoricienne) ou exotique (exaltation du Sud) de la doctrine, que les prosélytes comme les théoriciens s'empressent de présenter comme étant bel et bien une philosophie. Les recherches sur le végétarisme emboîtent le pas, prennent pour acquise cette philosophie et procèdent à une analyse interne du végétarisme. Or, il s'en faut de beaucoup que le végétarisme soit une philosophie, homogène et uniforme. Le profane lui-même connaît l'existence de différences entre végétarisme, végétalisme, macrobiotique, même s'il n'en a pas une connaissance précise. Le plus souvent, il les saisit comme des degrés d'austérité croissants, un peu comme des degrés d'observance religieuse, allant de la pratique mondaine à l'ascétisme le plus strict, dans une même religion.

2Mais le végétarisme est très loin d'avoir cette homogénéité de fond ; ce n'est pas une philosophie unique, diversement appliquée. Bien sûr, les grandes familles sont plus visibles1. Dès qu'on entreprend d'explorer les sources, les œuvres de référence, les conditions de leur élaboration et de leur diffusion, on entre dans un maquis touffus, où la première évidence est que le végétarisme, entendu comme théorie et pratique d'une alimentation végétale, est une appellation commode mais inexacte. En fait, c'est une appellation polémique, et un étendard de ralliement : dans une société carnivore, être végétarien, c'est refuser la viande, au moins autant qu'accepter le végétal.

3Ce qui existe, ce sont des végétarismes, aussi différents entre eux que le seraient sans doute, s'ils s'avisaient de théoriser leur pratique, les carnivorismes. De même qu'on peut être carnivore et chrétien ou athée, idéaliste ou matérialiste, riche ou pauvre, bon vivant ou de petite santé, de même, on peut être tout cela, et végétarien. Dès lors, la cohérence théorique aussi bien que les conditions historiques et sociales de l'une et l'autre option méritent également d'être interrogées, si l'on veut tenter de comprendre ce que recouvrent les choix alimentaires.

4Ici, l'on s'en tiendra à une théorie végétarienne précise – le végétarisme naturiste – qui eut en France un retentissement considérable, notamment entre 1912 et 1935, et qui reste vivace, alors même que le nom de son promoteur national, le Dr Paul Carton (1875-1948), est tombé dans l'oubli. Les conditions de son élaboration et de sa diffusion, l'ampleur de ses implications, expliquent que le végétarisme naturiste cartonien ait pu devenir une sorte de vulgate végétarienne, offerte à des remaniements variés. Le végétarisme naturiste n'illustre pas moins remarquablement quelle entreprise d'assainissement, de purification générale, peut être un végétarisme.

Le végétarisme naturiste, ou les figures de la pureté

5Le végétarisme naturiste se définit comme un système synthétique de vie saine et pure, dans lequel les principes diététiques (abstention de viande, de produits transformés, d'alcool) et hygiéniques (exercice physique, hydrothérapie, cure atmosphérique ou bains d'air et de soleil, la climatothérapie, mais aussi le traitement mental, croyance en Dieu, prières, etc.) sont étroitement associés. Apports alimentaires, alimentation physiologique, nécessaire adaptation individuelle aux principes diététiques et hygiéniques sont les mots clés d'un évangile de la régénération physiologique et sociale que Carton consacrera sa vie à répandre. L'examen du livre que Carton écrit sur le pain nous renseigne bien sur les conditions d'ensemble d'élaboration de son évangile et nous introduit mieux dans l'espace du mangeable et du non-mangeable qu'il est conduit à délimiter.

L'alimentation physiologiquement correcte...

6En 1925, Paul Carton, qui s'était déjà fait connaître par le grand public avec son livre Les Trois Aliments meurtriers. La viande, le sucre, l'alcool (1912), publie La Cuisine simple. Cette cuisine prescrit que l'alimentation, pour assurer la « pureté des humeurs », et en conséquence la vigueur physique et la sainteté morale, se doit d'être :

... naturelle...

7Lorsque Carton, dans Notre Aliment fondamental, le pain (1914), déplore la baisse de la production nationale de blé, conséquence du « découragement » économique des producteurs par les importations massives de blé étranger, il est moins préoccupé par ses aspects économiques que par ses contrecoups physiologiques et nutritifs. Considérant que les principales victimes des innovations alimentaires sont plus généralement les membres de sa génération et, parmi eux, tout particulièrement ceux qui viennent de s'implanter en milieu urbain2, c'est à la physiologie, plutôt qu'à l'économie ou à la psychologie, que Carton emprunte les termes d'une mise en garde qui cache mal un protectionnisme et un misonéisme irréductibles. Mû par le dogme lamarckien selon lequel la fonction crée l'organe, il montre que « les aliments qui ont édifié nos viscères digestifs doivent continuer à présider à leur entretien et à leur développement, si l'on veut qu'ils persévèrent dans la norme, c'est-à-dire dans l'état de santé » (Carton 1914 : 97). L'homme est le reflet de son alimentation, et le mode physiologique de cette alimentation lui est fixé par son hérédité. S'appuyant sur des arguments qu'il tire de la phylogenèse, de l'anatomie comparée, des sciences anatomique, physique, chimique, clinique et thérapeutique, Carton affirme que seuls les aliments qui se rapprochent toujours le plus possible de leur état naturel sont appropriés à la vie physiologique de l'homme. De tels aliments gardent leurs « propriétés vitalisantes » et par suite leurs vertus physiologiques.

... simple, carnée le moins possible, sans alcool...

8Associant les anciens systèmes naturels de fertilisation au « travail laborieux », « créatif » du paysan d'autrefois, à l'entretien de la « pureté virginale » du sol et à l'« honnêteté », à la « probité » du paysan, et enfin à la « qualité » nutritive, au « goût de noisette » de son pain, Carton déplore que le pain, le pain bis qui, « de tout temps, fut, avec le sel (Carton 1913), l'aliment qu'on offrait aux dieux qu'on adorait, aux étrangers qu'on accueillait avec cordialité », qui jouait un rôle central dans le système de production domestique – pain cuit sur le foyer domestique, fabriqué de blé récolté dans la région –, ait cessé de remplir cette fonction de cohésion familiale, de pourvoyeur de santé, pour devenir un « produit commercial », « industrialisé », donc « dévitalisé ». De la même manière, Carton associe le pain blanc à sa génération maladive et établit une correspondance entre les meules et les farines bises (dites secondes ou inférieures) synthétiques et intégrales, représentatives du grain de blé entier, auxquelles il oppose les cylindres et les farines blanches, calorifiques et moins vitalisantes. Le pain complet, « plus sapide, plus parfumé, plus excitant, plus nourrissant », se conserve le mieux et aide le plus à la circulation intestinale ; c'est un véritable « aliment de force et d'endurance par excellence, permettant des efforts énergiques et de longue haleine » et il est incontestablement « le plus physiologique pour l'homme vigoureux, normal et actif » (ibid. : 30).

9L'exemple de l'alcool n'est-il pas là pour prouver que « l'aliment qui fait débiter le plus de chaleur n'est pas nécessairement le plus physiologique, ni le plus vitalisant » ? Aussi, fustigeant au passage la « malfaisante influence de la théorie des calories » (ibid. : 37), Carton s'afflige de voir la paysannerie, pour lui modèle de la vie physiologique, saine et simple, s'adonner à la consommation de pain blanc. Produit alimentaire « atténué », le pain blanc est un aliment particulièrement défectueux pour les individus bien-portants, si bien qu'en en consommant ces derniers sont obligés de recourir à d'autres « mauvais et toxiques aliments » tels que l'alcool, la viande, qui n'arrivent à suppléer le pain blanc « qu'en intoxiquant » (ibid. : 75).

10Certes, les « fautes alimentaires » ne sont pas du même ordre selon les groupes sociaux. Ainsi par exemple, si les excès de quantité alimentaire sont moins fréquents dans les milieux pauvres, paysans et ouvriers, les « erreurs » à incriminer y restent légion. Carton partage l'opinion, alors dominante chez les hygiénistes conventionnels, selon laquelle dans la classe pauvre les aliments sont « mal choisis, toujours en vertu de préjugés sur leur valeur nutritive ». On y donne, selon eux, trop de place à la viande et pas assez aux hydrocarbones. Mais, de l'avis de tous les hygiénistes – tels que Louis Landouzy, de l'Académie de médecine, les frères Henri et Marcel Labbé de la clinique Laennec de Paris – qui, à l'instar de Carton, travaillent, au début du siècle, sur la tuberculose, la principale source de la vie antiphysiologique de la classe pauvre reste le préjugé du vin et le terrible fléau de l'alcoolisme (Carton 1911 : 20 ; Landouzy et al. 1905). A l'opposé, la classe aisée se suralimente, selon Carton, en vertu du préjugé que toute faiblesse tient à une alimentation insuffisante, que toute intoxication qui nous anéantit doit être combattue par une alimentation très copieuse, que plus on mange plus on a de forces, que la viande est un fortifiant de premier ordre, que le sucre pris en grande quantité est un énergétique anodin3.

11Signe illusoire de la modernité, la consommation du pain blanc se trouve ainsi placée par Carton au premier niveau d'un engrenage de « suralimentation » morbide, duquel l'individu, de la classe aisée surtout, ne peut sortir : tabac, morphine, épices, café, thé, condiments, sucreries, produits industriels sont autant de violents excitants auxquels il n'aura de cesse de s'adonner. L'engrenage ainsi défini fait bien voir que les méfaits du pain blanc sont aussi indirects que directs, puisqu'ils résultent de l'emploi d'aliments considérés comme « vulnérants », pris en substitution du pain bis ou du pain complet, plus que de la seule atténuation des qualités nutritives du pain blanc. Depuis que l'humanité s'est adonnée à la nourriture carnée intensive, à l'alcool, aux sucreries et aux aliments industriels, le pain physiologique est méprisé, gaspillé et piétiné ; et depuis que la désaffection de ce pain s'est donné libre cours, le flot des maladies et des infirmités s'est enflé, si bien que Carton considère comme « un devoir capital » de préconiser « le retour au vrai pain de France » et partant à l'alimentation traditionnelle, physiologique. L'appel de Carton se veut d'autant plus solennel qu'il estime qu'en introduisant dans son tube digestif des viandes, des boissons alcoolisées, tous aliments que son évolution ne lui a pas assignés, l'homme contrarie les influences nutritives ancestrales, qui sont des caractères irréversibles parce que définitivement fixés. Il commet ainsi une erreur alimentaire grave, car l'inadaptation de l'organisme aux aliments astreint celui-ci, dans le fol espoir de rétablir ses immunités et ses défenses naturelles, à dépenser inconsidérément ses forces vitales. Il s'ensuit une usure rapide des fonctions émonctoriales (circulation intestinale en particulier) avec son cortège de misères et de maladies.

... vertueuse...

12En se concentrant sur les changements qui affectent la fabrication et la consommation du pain, « notre aliment fondamental », Carton touchait aux fibres les plus sensibles de ses contemporains qui étaient, selon lui, particulièrement exposés aux effets nocifs des aliments riches et toxiques débités par le commerce. Ce fut au point que l'on en vint, à l'instar des membres des foyers végétaliens parisiens, à associer le nom et la doctrine naturiste de Carton à cet élément essentiel de son message : la fabrication chez soi du pain bis ou du pain complet. De ce point de vue, ce qui allait devenir le cartonisme constitue en quelque sorte la métaphore alimentaire et sanitaire d'un ordre social en déconfiture et symbolise la frugalité à laquelle vont s'astreindre les classes moyennes pour faire face à l'hégémonie croissante de l'économie industrielle. Mais si Carton redoute tant l'essor de la société industrielle, c'est que, outre le fait qu'elle précipite la décomposition de l'économie domestique, elle fait voler en éclats un ensemble de valeurs éthiques et spirituelles (honnêteté, justice, entraide, foi, etc.), dans lesquelles s'intégraient, selon lui, les plus saines relations à la nourriture. Aussi saisit-on mieux que l'hygiène naturiste que préconise Carton se conçoive comme une école supérieure de la vie, dans laquelle l'acquisition des normes diététiques et hygiéniques naturistes a pour compléments essentiels les apprentissages connexes du goût du sacrifice, du goût du travail, de la discipline religieuse. Dans un passage lyrique où il associe le triomphe du pain blanc à la perte de la vitalité et à l'anéantissement imminent des races, Carton implore le pain de « redevenir ce qu'il était pour nos pères », l'aliment fondamental et sacré, celui sur lequel on traçait une croix avant de l'entamer, celui que dans certaines campagnes on faisait baiser aux enfants pour leur en inspirer le respect, « quand ils l'avaient inconsidérément jeté à terre », celui que « nos paysans d'autrefois taillaient religieusement à la miche, puis débitaient en menus fragments qu'ils mâchaient lentement et gravement » (Carton 1914 : 122).

... médecine

13L'alimentation physiologique possède « des vertus curatives extraordinaires » qui ne se révèlent pleinement que si l'on s'instruit préalablement de la sémiologie spécifique des aliments, c'est-à-dire si l'on sait reconnaître les signes cliniques d'efficacité ou de carence, de tolérance ou d'intolérance individuelles des divers aliments. La nutrition n'est pas qu'une affaire d'apports, elle est avant tout une question d'assimilation et d'utilisation. L'action bienfaisante ou malfaisante des aliments varie non seulement d'un individu à l'autre, d'une saison ou d'une année à l'autre, mais encore d'une étape à l'autre de la même maladie. Ainsi, si le régime végétarien reste incontestablement le régime idéal de l'homme, « parce qu'il est à la fois physiologique, adapté à l'anatomie de frugivore de l'homme, purifiant, moralisateur et spiritualisant... tous les individus n'ont pas la mentalité ou l'adaptabilité organique voulues pour s'accommoder vite ou absolument du régime végétarien » (Carton 1930a : 47). C'est bien cette science du régime alimentaire et de la manœuvre alimentaire qui constitue l'essentiel de la thérapeutique naturiste. Et l'une des caractéristiques majeures de la diététique naturiste est de savoir utiliser les aliments à la façon de médicaments.

14Alors qu'il est membre actif de la Société végétarienne de France (SVF) depuis 1911, Carton, qui est peu assidu aux réunions et aux activités de propagande de la Société, tend, à la fin des années 20 en particulier, à imputer aussi bien les difficultés de la SVF que le faible ancrage du végétarisme en France à l'excès de zèle, d'ambition et d'ardeur des dirigeants de la Société végétarienne qui, par leur « désir précipité de l'absolu », ont voulu obtenir de tout le monde une sorte de « sainteté alimentaire », en exaltant l'adoption uniforme et immédiate du végétarisme (ibid.). Incitant alors un grand nombre d'individus à changer brutalement de régime alimentaire, à se soumettre à des régimes parfois trop sévères pour eux et, en conséquence, à s'infliger de graves déséquilibres sanitaires, les prosélytes de la SVF ont, selon Carton, principalement réussi à faire exécrer le végétarisme, à en éloigner ceux qui auraient été tentés d'en faire l'essai, bref à obscurcir l'image du régime bienfaisant.

15Cette critique de l'action de la SVF, inspirée à Carton par son expérience de médecin praticien à l'hospice-sanatorium de Brévannes (Val-de-Marne) – où il est, depuis 1905, responsable du service d'enfants tuberculeux, de malades chroniques –, n'est pas étrangère à son désir de créer une structure appropriée à la diffusion du végétarisme naturiste qu'il préconise. La Société naturiste française, qu'il fonde en 1929 et qu'il dote d'une revue, La Revue naturiste, illustre bien cette volonté4. Convaincu que « le progrès par la révolution n'est pas dans l'ordre habituel des choses », Carton, qui affiche d'emblée son antisectarisme, entend propager le végétarisme naturiste par le truchement d'une pédagogie de la persuasion lente et progressive. Car, si le militant de la cause végétarienne qu'est Carton vise la sainteté et la pureté dans la vie, le médecin naturiste qu'il demeure ne peut espérer entretenir ou rétablir la pureté des humeurs qu'en jouant avec doigté sur les relations qui existent entre les circonstances cliniques et l'état d'esprit des individus sains ou malades qu'il est amené à rencontrer. Fustigeant le « préjugé de l'omnivorisme » de l'homme, Carton s'attache en particulier à adapter les régimes alimentaires carnivore, végétarien, végétalien, fruitarien, crudivore, aux catégories d'appétit (gros mangeurs, moyens mangeurs, petits mangeurs), au « budget organique individuel » (proportion des recettes aux dépenses musculaires et nerveuses du travailleur manuel, intellectuel, etc.), au « potentiel vital personnel » (selon que le sujet est vigoureux, débile mental ou bien-portant), à l'âge, au sexe et au tempérament, etc. Il se dispose ensuite à faire des concessions à la sensualité des sujets spontanément hostiles à toute idée de renoncement, à être attentif au désir de progrès spirituel de ceux qui répugnent de plus en plus à consommer la viande, et surtout à se montrer prompt à encourager les « purs » vers le « régime d'évolution supérieure » qu'est le végétarisme5.

16Rendant ainsi les frontières moins étanches entre les régimes, le médecin naturiste travaille plus efficacement pour la cause végétarienne : assuré d'éviter les troubles désagréables d'inadaptation au régime, les avis qu'il est amené à émettre (défense, surveillance, permission) sur les groupes d'aliments, les motifs qu'il en donne (aliments toxiques, trop concentrés, excitants, etc.), les classifications qu'il en fait (aliments « de grand feu », « de feu modéré », « de feu doux »), deviennent crédibles. En outre, en raison de son autorité scientifique, le groupe d'aliments dont le médecin permet la consommation tend à acquérir un prestige accru, si bien que les individus sont conduits à valoriser ce dernier groupe, puis à s'efforcer d'y accéder pleinement et définitivement.

L'hygiène naturiste, une école de la vie

17Les divers aliments n'ayant ni la même composition chimique ni les mêmes propriétés physiologiques, ils ne peuvent être consommés indifféremment. Aussi convient-il de distinguer les aliments réparateurs, qui comprennent les œufs, le lait, les fromages, les viandes, les poissons, les champignons, les céréales (pain, farines, pâtes), les légumineuses (fèves, haricots, pois, lentilles), les fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes), et qui, servant à refaire les muscles, « représentent les pièces de rechange de la machine ». Viennent ensuite les aliments combustibles, qui comprennent les amidons (céréales, pain, pâtes, légumineuses), les sucres (fruits aqueux, miel, sucre industriel), les graisses (beurre, fromage, huile), et qui, fournissant les matériaux nécessaires à l'entretien de la chaleur et aux fonctions organiques, « sont le charbon de l'économie ». Puis il distingue les aliments minéraux, qui comprennent les légumes verts crus (salades vertes), les céréales (pain complet et bis), les fruits doux, oléagineux, le jaune d'œuf, le lait (pour les enfants), l'eau pure, et les aliments vitalisés, qui comprennent le beurre cru, la crème fraîche, le lait caillé, les fromages, les salades et légumes crus, les fruits crus, les céréales maltées, les pâtes levées. Ce groupe d'aliments apporte les matières minérales et les vitamines indispensables pour la conservation des forces et des immunités, si bien qu'ils « constituent en quelque sorte l'eau de la chaudière ». Enfin viennent les aliments excitants, qui comprennent l'alcool et les boissons fermentées, les viandes, les poissons, le sucre industriel, les épices, le thé, le café, les fruits acides, les aliments cuisinés (sauces, friture, rissolement). Ce sont des « aliments de haut goût », qui, stimulant les sécrétions digestives, « remplissent le rôle de l'allumette qui met le feu au foyer » (Carton 1912 : 18-20).

18A l'exception des aliments excitants, chacune des autres catégories d'aliments doit paraître dans les menus quotidiens, et en particulier dans la composition de chacun des deux repas principaux du midi et du soir, parce que « l'alimentation normale exige d'être synthétique pour être correctement assimilée ». Ces aliments visent alors à « assurer l'excitation normale et le débit suffisant des forces vitales potentielles, l'activité sécrétoire des glandes digestives... à permettre la conservation et même l'accroissement, chez les enfants, des tissus du corps et enfin le fonctionnement physique et l'entretien thermique normaux » (ibid. : 25).

19Toutefois, la bonne direction du régime et de la cuisine, bien qu'essentielle, ne doit pas faire négliger les autres chapitres de la vie saine : mastication attentive, abstention de médicaments et de médications dangereuses, évacuation intestinale suffisante, vêtements aérés, cure de sommeil. Les soins complémentaires fondamentaux sont ensuite l'exercice et le repos combinés, car ils sont des fonctions de nutrition, l'hydrothérapie, les bains d'air et de soleil, et enfin la culture spirituelle6. C'est pourquoi, entre autres, la formation religieuse de l'esprit est indispensable pour faire accepter les renoncements et comprendre les raisons de progrès spirituel qui se cachent derrière les disciplines diététiques et les sacrifices sensuels qu'exige la pratique du régime hippocratique-cartonien (Carton 1922a : 20). L'esprit doit commander la matière. L'abstention de viande a une vertu éthique importante, puisque, de fait, elle induit l'abstention de toute violence et cruauté à l'encontre de l'animal. Mais l'une des fonctions assignées aux différentes prescriptions est de favoriser, dans la relation esprit-matière, la chasteté. La luxure constitue, selon Carton, un obstacle insurmontable à l'élévation de l'esprit ; elle établit la domination des passions purement animales. « Pour garder sa puissance mentale et son énergie physique, il convient de s'imposer une vie chaste. Seule, en effet, la continence temporaire ou permanente permet d'acquérir des pouvoirs magiques. Il faut donc s'interdire le plus possible les plaisirs charnels, et ne les consentir qu'en union légitime, de façon à pouvoir y apporter la pensée d'unité spirituelle et familiale sans laquelle ils n'ont plus rien d'humain » (Carton 1918 : 66).

20Se nourrir sainement, en sachant choisir « les aliments utiles, composer des menus logiques et les cuisiner sans complication implique la réalisation des vertus primordiales d'ordre, de simplicité, de régularité et de discipline qui sont à la base de la santé matérielle et du progrès spirituel » (Carton 1922 : 24). Il s'agit, en définitive, de s'exercer à la perfection sur les plus petites choses, afin de devenir apte à triompher de difficultés importantes. L'hygiène naturiste est une école de la vie et celui qui s'y instruit en a pour son compte : il réalise des économies en employant ses ressources pour acheter des denrées saines et, « en se nourrissant avec sagesse d'aliments doux et purs », la bonne santé, la sécurité de son foyer familial s'en trouvent renforcées (Carton 1925 : 11). Se maintenir en santé ou guérir durablement d'une maladie requiert que l'on se constitue son propre directeur de régime chez soi, en évitant de s'abandonner aux « errements alimentaires » des régimes collectifs des hôtels, des restaurants, des maisons de santé, « où trônent les pires erreurs d'alimentation et l'art des sophistications culinaires » (ibid. : 12).

Le végétarisme naturiste ou la théorisation d'une expérience

21Si la médecine naturiste est prometteuse, c'est, selon Carton, parce qu'elle conçoit l'homme comme étant formé de parties distinctes, « c'est-à-dire d'un organisme physique, d'un centre de forces vitales impondérables et d'un foyer d'énergies psychiques ; il groupe ses forces dans une unité de conscience et de volonté qui constitue sa personnalité et son tempérament » (Carton 1924 : 12). Réminiscence hippocratique, la tâche du médecin naturiste consiste à ne pas contrecarrer la nature, mais seulement à renforcer, en cas de maladie, la volonté de guérir toujours existante chez l'individu. « Les maladies sont originairement d'ordre mental » et, dans leur genèse, la « responsabilité » de l'individu doit toujours être prise en compte (Carton 1930b : 102). On décèle, au demeurant, de fortes ressemblances entre cette vision cartonienne de la médecine et celle que les adeptes grahamiens – du nom du célèbre prosélyte américain du végétarisme hygiénique des années 1830-1850 – de la « physiologie chrétienne » ont mise en œuvre pour montrer que la conformité de l'hygiène végétarienne à la morale chrétienne était le gage de sa bonté et de sa supériorité (Whorton 1975). Cette médecine visionnaire s'accorde bien avec la conception cartonienne de la médecine, sacerdoce, vocation, art, œuvre de charité, plutôt que métier (Carton 1930a). Elle va de pair avec sa solide posture de refus.

Carton, un homme blessé

22Carton, qui prône l'ascèse dans le manger, dans le boire, dans la sexualité, dans l'habillement comme dans tous les aspects de la vie, est tout particulièrement préparé à adopter la vision austère, missionnaire et populiste de la médecine naturiste, et à en devenir le prophète. A l'âge de 26 ans, deux ans avant de soutenir sa thèse de médecine (Carton 1903), Carton est atteint d'une tuberculose grave et condamné par les diagnostics médicaux traditionnels. C'est en « luttant » pour survivre qu'il est amené à solliciter les scientistes du temps : depuis les cercles théosophiques, qui prônent le spiritualisme, l'évolutionnisme, la justice rétributive, la réincarnation, jusqu'aux groupes pythagoriciens, qui exaltent la sagesse comme condition de santé, en passant par les ordres religieux pour lesquels l'ascétisme, poussé jusqu'au sacrifice chrétien, a une valeur spiritualisante.

23Si on ne sait pas lesquels Carton a directement fréquentés à Paris, on sait que c'est auprès d'eux qu'il fait la connaissance du végétarisme naturiste, et qu'il recouvre la santé en appliquant ses préceptes (Schlemmer 1949 : 47). Dès lors, Carton ne peut contenir son indignation de voir des vertus aussi bienfaisantes de l'ancienne médecine « délaissées » et « oubliées », au profit d'une « médecine matérialiste » inapte à guérir les maladies.

24Bien qu'il ait reçu à l'école de médecine de Paris une formation classique – c'est un ancien interne des hôpitaux de Paris –, la pensée médicale de Carton reste entièrement dominée par ses convictions religieuses. Issu d'une famille catholique de la moyenne bourgeoisie de Meaux, les sentiments qu'excite en lui la guérison dont il a bénéficié, les idées de grandeur enfin que lui donnent les adhésions bientôt gagnées à sa doctrine naturiste disposent Carton à s'attribuer les pouvoirs spéciaux caractéristiques du magicien (Mauss 1983 : 19-20). Son premier livre, consacré à la tuberculose, s'insurge contre ces « déplorables habitudes » alimentaires qui font de nous « une génération de malades » en voie d'être décimés par les maladies à prédominance gastro-intestinale : gastrites, entérites variées, appendicites, cancer (Carton 1911 : 10). Tout se passe cependant comme si aucun espoir de réformer un tant soit peu la santé n'existait en dehors de l'institution médicale elle-même. Tant est si bien que c'est de l'intérieur de cette institution que Carton, à l'instar des médecins naturistes qui l'ont précédé, Sydenham, Hufeland, Cheyne, montrera le plus son opposition aux normes médicales en vigueur. Ainsi, c'est de sa longue pratique à l'hospice-sanatorium (de 2 500 lits) de Brévannes qu'il tirera l'essentiel de son autorité de médecin naturiste végétarien. Consultant hospitalier, il est de ces « princes de la médecine », de ces « grands patrons » qui, en raison de leur position prépondérante dans l'institution hospitalière française, disposeront, jusqu'au lendemain de la Première Guerre mondiale, d'une liberté d'action exceptionnelle (Bariéty et Coury 1963). Aubaine providentielle pour lui que cet hospice, à la fois terrain unique pour l'expérimentation de ses principes ou « manœuvres » diététiques, hydrothérapiques, de ses recherches inédites sur les tempéraments, etc., et pépinière pour leur diffusion7. A cet ensemble de facteurs s'ajoute l'allure physique de l'homme qui, le signalant à l'attention publique, conforte son image de prophète, de magicien : marchant toujours à pied, vieux chapeau de paille, et en sandales Kneipp, son importante scoliose est à peine masquée par son veston toujours fermé jusqu'au col (Chauveau 1976 : 21).

25Confident de son patient, interprète de ses angoisses et de ses rêves, autant que directeur de conscience, renseigné sur la marche des astres, le médecin naturiste a foi au secret et aux arcanes. Aussi ne peut-il accepter d'exercer son art comme un simple savoir pratique, mais il souhaite qu'il reste, comme aux origines de l'art, associé au mystère religieux. Il refuse la science qui, par technique interposée, risque de dépouiller la souffrance de son origine divine et de supplanter la croyance religieuse et ses pratiques (prières, confessions, cultes, etc.), en laissant le mal sortir du domaine du surnaturel, par le recours aux éléments extérieurs (traitements chimiques et pharmaceutiques). Il refuse enfin de renoncer à tout effort de contrôle psychique du patient, qui le conduirait tout droit à porter la blouse blanche du médecin matérialiste, sorte de tâcheron, simple diagnostiqueur de « cas » localisés, qui n'a plus prise que sur des machines et des appareils. Oui, dit Paul Carton, il faut défendre la « noblesse » philosophique, religieuse et missionnaire de l'art médical, contre l'appauvrissement, le dessèchement, que poursuivent les parangons de la médecine moderne, « grisés » par la technique8.

Un apostolat de la douleur

26La médecine naturiste se définit comme la « médecine des causes réelles » qui sont loin d'être toutes matérielles. La santé se gagne et se mérite, si bien que la souffrance a un rôle expiatoire et purificateur. La santé durable est la « récompense des efforts de soumission permanente aux diverses conditions d'hygiène naturelle et d'alimentation physiologique qui entretiennent la vigueur des résistances organiques et des immunités naturelles chez l'homme » (Carton 1920 : 8) ; la maladie est donc une conséquence des conditions de vie anormale et une sanction des violations répétées des lois naturelles de la vie humaine, lois physiques et mentales. La maladie est un effet direct du mauvais usage de notre liberté d'action, si bien qu'elle a une fonction d'éducation et de purification, et non de destruction de la santé.

27En effet, les infections, affirme Carton, ne se déclarent qu'à la faveur des « abaissements de résistance du terrain organique », les microbes ne pullulant que sur les individus dont « les humeurs viciées leur offrent un milieu de culture favorable » (Carton 1920 : 20). Et les humeurs sont « viciées » par des pratiques vicieuses. Mais, par les souffrances qu'elles infligent, par la recherche des « bonnes directions spirituelles et matérielles » capables de les supprimer, par les sensations de bien-être physique et de réconfort mental que l'état de santé entretient, les maladies, au même titre que toutes les sensations douloureuses, servent à l'éducation de l'homme : elles lui imposent principalement d'éviter les écarts de conduite. D'ailleurs, remarque Carton dans son livre Bienheureux ceux qui souffrent (1923), avant de subir des assauts d'une pneumonie ou d'une fièvre typhoïde par exemple, l'individu reçoit toujours des « avertissements répétés » du côté des voies digestives, qui devraient donner l'éveil sur l'imperfection de la conduite alimentaire et hygiénique et inciter à la corriger, « plutôt que de combattre aveuglément les bienfaisants symptômes avertisseurs, à l'aide de médicaments qui ne font que masquer le mal, sans enlever ses causes » (ibid. : 16). Le mal, c'est la vérité, et la médecine moderne, en s'efforçant, par ses recherches chimiques et bactériologiques, d'atténuer les souffrances des maladies, commet l'erreur de méconnaître cette pédagogie par la douleur.

28Dans cette perspective, Carton se montre réceptif aux arguments eugéniques des hygiénistes américains de l'« ère progressive » (1890-1918), Horace Fletcher, Hubert Higgins, qui s'inquiètent de voir la science moderne contrecarrer l'œuvre de la sélection naturelle des espèces (Ouédraogo 1994)9. Préoccupé, en 1920, par l'idée d'un « affaiblissement » de la France, conforté par les statistiques qui montrent l'augmentation du nombre des arriérés et des dégénérés, Carton considère que, si les maladies aiguës sont regrettables en elles-mêmes, elles ne sont pas moins nécessaires et salutaires, car « elles purifient la race et déterminent la suppression rapide de tous les individus trop tarés pour perpétuer une espèce vigoureuse » (ibid. : 254). De la même manière, les microbes jouent un rôle utile parce que, devenant pathogènes, ils travaillent à la suppression des sujets tarés. Aussi la tendance de la science à détruire les germes infectieux lui apparaît-elle comme une « aberration ». Les grandes épidémies de peste, de choléra, de variole accomplissent un « nettoyage des races », précisément « rendu obligatoire par les dégénérescences nées de l'accumulation des motifs de vie antiphysiologique » (ibid.). Son Traité de médecine, d'alimentation et d'hygiène naturistes (1920) et plus encore ses six volumineux tomes d'Enseignements et traitements naturistes pratiques (1925-1939) se font, à l'aide de statistiques et de graphiques, l'écho des vives inquiétudes de Carton. Il n'y cesse d'affirmer l'urgence d'arrêter la décadence raciale et la multiplication des aliénés et des incapables, voyant le « déclin racial » comme un « malheur national » que seule l'hygiène naturiste peut enrayer. S'il croit, à l'instar des adeptes américains de la Nouvelle Nutrition, à l'hérédité des caractères acquis chez l'individu, Carton voit dans le diagnostic de l'individualité un puissant facteur de la thérapeutique naturiste, qui fait d'elle, sinon un moyen efficace pour renverser les tares héréditaires, du moins une alternative « civilisée » à l'eugénisme coercitif. L'hygiène naturiste apparaît comme une simple coopération avec l'évolution, qui fournit les moyens pour l'édification d'une race solide.

« Magicien » de la guérison, directeur de conscience et guide spirituel

29Dans la médecine naturiste comme dans la pratique magique, l'efficacité des rites et celle de l'art ne sont pas distinguées, mais bien pensées en même temps. Le médecin naturiste ne cherche pas à réprimer systématiquement les symptômes morbides de son patient. Pour obtenir et surtout maintenir la guérison, il recherche « les fautes de régime et d'hygiène commises jusqu'alors » et établit un programme de santé « qui corrige les erreurs antérieures et qui adapte l'individu aux meilleures conditions de vie de l'espèce et de son organisme individuel » (Carton 1920 : 25). Pour ce faire, il s'informe d'abord sur l'état physiologique (« construction personnelle, puissance de vitalité, caractère, tempérament, état d'esprit et milieu de vie ») de l'individu, se documente ensuite sur ses antécédents pathologiques, héréditaires et personnels, se renseigne sur la façon dont l'individu se conduit habituellement (régime et emploi du temps), puis, « à l'aide de clefs occultes », il s'applique à découvrir tout ce qui constitue « son individualité psychique et son terrain organique » (Carton 1934 : 6).

30Pour établir le diagnostic du degré de la puissance de vitalité et du mode de volonté, Carton s'appuie sur la présence de signes et d'empreintes visibles – au travers de la physionomie (physiognomonie), des mains (chirologie), du thorax (skélie ou appendice xiphoïde), de la gesticulation, enregistrée dans l'écriture (graphologie) – qu'il considère comme des « caractéristiques dotales de la personnalité » (Carton 1930b : 7). Trois signes principaux sont à rechercher. D'abord, le capital vital, qui se manifeste dans la présence ou l'absence de l'appendice xiphoïde. C'est dans la cage thoracique, qui renferme les organes essentiels de la vie, le cœur et les poumons, que se produit surtout l'action du tempérament sanguin et de la puissance vitale. Vient le revenu disponible : les forces disponibles se distribuent surtout par l'effort neuromusculaire et l'exécution manuelle, si bien que leur passage imprime une particularité physique aux doigts qui les distribuent. La richesse du débit se manifeste par la présence de lunules à la base des ongles. Enfin, l'indépendance des lignes de vie et de tête, dans la main : ce signe enseigne sur le mode d'emploi individuel des forces de vitalité et de volonté. Il existerait, dès la naissance, des signes de prédestination, imprimés dans les mains, qui sont extrêmement importants à recueillir, pour diagnostiquer, « avec certitude, les tendances psychiques individuelles, les excès d'exubérance ou les pauvretés des réactions, les menaces ou les bonnes tendances des résistances naturelles » (Carton 1926, 1930b, 1933, 1934, 1935).

31L'hôpital est le cadre privilégié pour l'expérimentation des manœuvres diététiques, hygiéniques, astrologiques, spirituelles de Carton. Auprès de populations captives, il est en mesure de tester des médications inédites, telles que l'association d'aliments particuliers, qu'il a préparés lui-même, ou l'association du chant à l'exercice physique, pratiquée initialement dans les sociétés chorales ou « orphéons » sous la Révolution de 1789, puis continuée au xixe siècle, où l'exercice corporel, lié à l'exercice vocal (cantiques, déclarations d'obédience morale et politique, etc.), visait à former les élèves, les militaires, dans le but d'en faire des hommes complets (Defrance 1987 : 86).

32Les procédés expérimentés en hôpital sont également mis en œuvre auprès de la clientèle privée qu'il reçoit à domicile, à raison d'un malade par jour de consultation. Longtemps à l'avance, le patient a envoyé un papier rédigé de sa main, où sont exposés le régime alimentaire qui a été le sien pendant la semaine écoulée, et les principaux troubles dont il souffre. Ces feuilles manuscrites ont un double but : le contrôle du « budget organique » et l'analyse de l'écriture. Le jour de la visite, Carton est censé connaître les principaux troubles de santé, les « fautes » contre l'hygiène générale et alimentaire, mais surtout les ressorts cachés du caractère du patient, dévoilés par l'analyse graphologique. La salle de consultation du Dr Carton, à l'hôpital comme à son domicile, ressemble à un coin de chapelle, où les consultations durent plusieurs heures et comportent, outre l'examen clinique habituel, la recherche et la mise en synthèse des principaux signes du visage, du corps et des mains, s'ajoutant aux signes déjà relevés dans l'écriture. La consultation terminée, à la fin de l'après-midi, le malade part, sans ordonnance. Muni de tous les renseignements indispensables, Carton aboutit alors à la connaissance de l'état général et humoral et à un diagnostic motivé, qui lui permet, dans l'ordonnance rédigée le soir même, de classer et de mettre en relief, « pour les combattre et les corriger, l'hérédité, les fautes de régime, l'emploi mal réglé des forces, la construction discordante telle que l'antinomie entre la construction physique et vitale, et le sexe ou l'esprit, les hernies de tempérament à réprimer, les travers de caractère à corriger, l'adaptation aux circonstances de saison, de climat, d'année et d'âge, et les médications intempestives à supprimer » (Carton 1920 : 63).

33Selon que l'individu est « sanguin », « lymphatique », « intrépide », « méchant », « bilieux », « nerveux », « romantique », « intelligent », etc., les prescriptions diététiques, spirituelles et hygiéniques varient. Elles n'ont pas les mêmes contenus, ni les mêmes fonctions ou significations. Les différents types d'exercices, les relations qu'ils entretiennent avec les diverses humeurs, les spécificités de régime, d'« adaptation », de « correction », etc., infiniment variés, obéissent au dogme mens sana in corpore sano, qui régit et organise l'élaboration et la mise en œuvre de toutes les pratiques associées au régime végétarien naturiste. Mais Carton distingue cependant deux grandes catégories sociales d'individus : la grande masse dans laquelle dominent l'ignorance, la routine et la gourmandise, principales causes des « vices alimentaires », et une minorité élitaire, élevée dans l'ordre intellectuel et moral, qui marche dans la lumière. La distillation progressive d'une série de vérités et de sagesses approximatives est la condition, selon lui, pour maintenir les membres du premier groupe dans la « bonne direction ». Aussi consent-il, dans le traitement qu'il leur prescrit, à conserver à leur usage, en les réduisant progressivement, les aliments tels que la viande, les sucres, les aliments industriels, bref, tout ce qui constitue leurs « mythes » d'« âmes simples » (Carton 1918 : 15). On voit bien que le médecin naturiste, qui contrôle et vérifie les « budgets organiques », est nécessairement conduit, par les multiples liaisons qu'il fait entre l'hérédité et le tempérament, l'habitude alimentaire et le caractère de l'individu, à stigmatiser socialement le vice alimentaire. Et les probabilités que le vice alimentaire se mue en manque de goût et, conséquemment, en vice tout court, sont d'autant plus grandes que les conditions requises pour la pureté alimentaire sont restrictives. En revanche, en raison des affinités entre leur éthique d'ascension sociale et les catégories cartoniennes de frugalité, sobriété et renoncement, les membres des classes moyennes, catholiques et instruites, semblent les plus aptes à tirer le meilleur profit du végétarisme naturiste cartonien. Aux groupes prédisposés à l'adoption du régime, les prescriptions diététiques (végétarisme, jeûnes périodiques) s'intègrent dans un rituel de prières, de précautions astrologiques, d'exercices physiques, associés au chant, à la musique, de conseils hygiéniques (ablutions, aspersions ou bains, etc.), qui visent à purifier les forces vitales.

34L'ordonnance médicale, ainsi doublement individualisée, met à la disposition du malade « un règlement d'obéissance synthétique et correctement hiérarchisée », qu'il devra considérer comme une ligne de conduite permanente, même après la disparition de ses ennuis de santé. Le malade est ensuite appelé à devenir une « puissance d'ordre, de santé et de paix, non seulement pour lui-même, mais pour son ambiance et pour le corps de l'Humanité, dont il deviendra une cellule améliorée et rénovée » (Carton 1920 : 65).

Le ressentiment social

35L'insistance de Carton sur la nécessité d'individualiser les traitements éclaire d'un jour nouveau son rejet de la logique « démocratique » des soins médicaux modernes : « sous le prétexte fallacieux de l'égalité » des individus, la médecine moderne nie, selon lui, « les multiples inégalités humaines, matérielles et spirituelles » sur lesquelles la thérapeutique naturiste, au contraire, s'appuie pour individualiser les règles du traitement médical (Carton 1930a : 61). Pour Carton, l'inégalité entre les individus est naturelle et inscrite dans l'évolution. Lui, qui méprise la théorie rousseauiste de la souveraineté du nombre, « démagogie qui nous ronge », préférant celle des élites, qui professe une haine de l'école publique gratuite, qui nivelle (par le bas) et nie la hiérarchie des intelligences, la « sélection spontanée des talents » (Carton 1931 : 30), se sent mal à l'aise dans son siècle. Certes, il n'est pas seul. Il se reconnaît dans les revendications des visionnaires catholiques du temps, Barrès auquel il envoie ses livres, Maurras qu'il admire, et surtout Léon Bloy, auquel il consacre en 1936 un livre, Un héraut de Dieu : Léon Bloy. Comme lui, ces nationalistes valorisent extrêmement la chrétienté, le naturel, le local, l'authentique, le pur, qu'ils opposent au transformé, à l'étranger, à l'artificiel, à l'impur. Ils rejettent tous l'ordre présent et veulent revivifier les glorieux temps passés. Carton, qui implore la monarchie, en vient à trouver dans le journal de l'Action française l'unique lieu où s'expriment toutes ses « indignations contenues contre la société moderne » (Carton 1936 : 10).

36D'autre part, des relations étroites unissent la théologie physiologique de Carton à celle de réformateurs protestants de la même époque, comme le docteur suisse alémanique Bircher-Benner (inventeur du Bircher muesli), l'écrivain Rudolf Steiner ou encore les vitalistes scandinaves. Bircher-Benner, Rudolf Steiner et Carton sont, dans les années 30, les plus influents prophètes européens de l'alimentation saine et du végétarisme naturiste. Tous voient dans la discipline du corps et de l'esprit les moyens de faire face aux intempéries sociales et économiques. Comme Carton, Bircher-Benner a été gravement malade et tous relatent, dans leurs écrits, leur conversion et proposent l'adoption du régime végétarien pour sauver le reste de l'humanité (Wirz 1993). Ils veulent hâter l'édification du nouvel homme, frugal, sain et pur. Par exemple, dans les écoles Waldorf qu'il fonde en 1919, le modèle d'éducation que propose Rudolf Steiner se veut populaire, mais se conforme à un modèle militaire par son régime de discipline, d'hygiène et d'ordre (Edmunds 1962 : 23). Dans ces écoles, la sélection, le redoublement sont bannis, et on cultive le sens de la communauté et de l'entraide ; l'enseignement est mixte et se fait par thèmes, tandis que les méthodes anticipent la « pédagogie active » ultérieure. On a pu montrer (Dupeux 1989) que l'irrationalisme de cet enseignement et son abandon au subjectivisme juvénile préparaient un terrain propice aux tâches de l'extrême droite. De fait, sous le IIIe Reich, Rudolf Steiner sera protégé par Rudolf Hess (ibid. : 103).

37Cette exaltation de l'alimentation saine, naturelle et simple, de la culture physique, du rejet des médications classiques, fait écho à la propagation, en Europe centrale, des idéaux racio-biologiques, aux progrès réalisés par la connaissance médicale, notamment avec la découverte des vitamines et de leur importance pour la santé. Les travaux de ces auteurs, qui popularisent les thèmes de la catastrophe, de la décadence, dominent la littérature végétarienne dans les années 30, et montrent un végétarisme solidaire des idéologies qui exaltent la peur. Les zélateurs du végétarisme, régime d'autoprotection et de conjuration, s'accrochent aux modèles du passé qu'ils veulent voir renaître comme s'il y allait de leur propre renaissance. Et leurs arguments sont d'autant mieux reçus que les structures économiques et sociales sont en crise.

38Dans les années 30-35, les principaux arguments du végétarisme naturiste sont en vogue : soins naturels, antivaccination, pacifisme, bains de soleil, bains d'air, consommation de produits biologiques, etc. Et Carton, qui se situe au carrefour de ces mouvements, voit dès lors l'audience de son œuvre grandir. Par exemple, alors que la plupart de ses livres sont écrits avant 1930, ils connaissent des rééditions successives à partir de cette date. La Cuisine simple (1925), livre de recettes végétariennes, joue un rôle important dans la diffusion du naturisme cartonien.

Le contexte oublié des ravages de la tuberculose, de l'impuissance de la médecine

39L'œuvre de Paul Carton prend toute sa signification dans le contexte de la lutte que mènent les sociétés occidentales contre la phtisie – considérée tout au long du xixe siècle comme la maladie du mal de vivre des âmes d'élite – puis, à partir du début du xxe siècle, contre la tuberculose (phtisie populaire), lorsque les malades pauvres seront perçus comme les agents principaux de contagion (Guillaume 1986 : 10). Jusqu'à l'utilisation efficace des antibiotiques, dans la décennie qui a suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, la tuberculose est restée un mal incurable, dont on pouvait certes freiner l'évolution fatale, mais que l'on ne pouvait vaincre. L'histoire de la tuberculose pulmonaire ressemble à celle de la permanence d'une souffrance physique et psychique complexe : être en sursis, parfois pour fort longtemps, le malade, à jamais diminué physiquement, garde le plus souvent toute sa conscience, si bien que c'est dans une claire vision de son propre destin qu'il vit son exclusion de la vie de ses semblables.

40Mais l'impuissance de la médecine est manifeste. Les hygiénistes rangent l'absence de sécurité et d'hygiène dans les métiers manuels parmi les causes de l'indigence, après le chômage, l'alcoolisme, la tuberculose. Ils ressassent les liaisons malsaines, les prédispositions louches qui placent l'alcoolisme au centre des principaux fléaux du temps, tels que la folie, la criminalité, la délinquance, la dégénérescence, les accidents du travail, la prostitution, et surtout la tuberculose (Léonard 1981 : 316). Mais le souci de l'habitat ouvrier reste le leitmotiv de leur combat. A lire certains médecins, le nœud de vipères des périls sociaux – alcoolisme, tuberculose, débauche, misère, désordres familiaux et moraux – se démêlera quand les ouvriers auront des habitations propres et confortables, flanquées de jardins potagers. Le Dr Lancry, de Dunkerque, se fait tout particulièrement le chantre du « terrianisme » (ibid. : 318). En dépit de la découverte du bacille de Koch, l'« influence du terrain » continue de les tracasser. Les limites de l'hérédité et de la contagion les laissent perplexes : « L'alcoolisme fait le lit de la tuberculose », dit le Dr Louis Landouzy, qui, avec le Dr Brouardel, orchestre le Congrès international de la tuberculose, qui se tient à Paris en octobre 1905.

41Officiellement, les médecins conventionnels professent de plus en plus le caractère curable et évitable de la tuberculose. Mais les moyens thérapeutiques qu'ils mettent en œuvre, la climatothérapie, la zomothérapie (viande crue), la suralimentation ou la sérothérapie, s'avèrent décevants. A la crise du logement, à la nécessité d'héberger gratuitement un nombre croissant de naufragés de la vie, s'ajoute l'augmentation du nombre des pauvres et des tuberculeux, pour conférer une importance accrue aux hôpitaux.

42En 1911, lorsque Carton publie son livre La Tuberculose par arthritisme, la « guerre sainte » que les médecins mènent depuis 1870, avec l'aide des instituteurs et des philosophes, contre la « calamité sociale » que représente la tuberculose, n'est pas encore gagnée. Les « causes » alimentaires de la maladie qu'il y montre, la « suralimentation » des malades qu'il y pourfend, ne constituent pas des thèmes originaux. Les Drs Pascault, Maurel, Monteuis, Triboulet, entre autres, avaient publié respectivement L'Arthritisme par suralimentation, De la dépopulation en France, L'Alimentation et la cuisine naturelles, Alcoolisme, hépatisme et tuberculose, dans lesquels ils établissaient des liens directs entre l'alimentation moderne et la genèse de la tuberculose. Pour Carton, « c'est la suralimentation qui a rendu le sujet arthritique, puis tuberculeux ; c'est l'alimentation stricte qui va lui permettre de guérir » (Carton 1911 : 176). Aussi exalte-t-il la restriction de tous les « aliments trop abondants, acides, gras, ou concentrés artificiellement » qui, comportant selon lui d'innombrables inconvénients pour l'organisme sain, sont d'autant plus nocifs à l'organisme malade (ibid. : 177). La Cure de la tuberculose par le végétarisme, que Carton publie simultanément, illustre bien sa conviction de l'efficacité du régime végétarien pour triompher de la tuberculose (Carton 1911)10. Le scandale que provoquent ces deux livres dans les milieux médicaux s'explique d'abord par la disproportion entre les faits limités qu'analyse Carton – la tuberculose par arthritisme –, et la prétention généralisante du traitement qu'il en a. La méfiance du milieu médical tient aussi au fait que, malgré les doutes persistants sur l'efficacité des traitements en usage, la thérapeutique que propose Carton va à contre-courant de l'évolution générale de la société industrielle. De fait, La Tuberculose par arthritisme, qui annonce Les Trois Aliments meurtriers (1912), ne laisse subsister aucun doute sur les ressentiments de Carton à l'encontre de la société dominante. En remettant en cause la consommation d'aliments, tels que le sucre, la viande, l'alcool, emblèmes encore récents de la société industrielle naissante, Carton exprime son rejet de l'ordre social et en conséquence de sa médecine matérialisante qui, au lieu de guérir, « tue ».

43En tout état de cause, par les enchaînements multiples de la revigoration des plasmas, du sang et des organes que réalise la pureté des aliments consommés, Carton présente le végétarisme naturiste comme l'unique échappatoire à la déchéance individuelle. Les inquiétudes et les insatisfactions (urbanisation, industrialisation des aliments, viciation de l'air, vulnérabilité des nouveaux citadins, etc.), déterminantes du végétarisme naturiste, sont bien symptomatiques du « malaise alimentaire », dont Claude et Christiane Grignon ont, depuis, noué la gerbe (Grignon et Grignon 1980). La thématique de la médecine et du végétarisme naturistes comme leur réception se situent au point de rencontre du malaise que les différents groupes ressentent et expriment de manière nécessairement contradictoire. Au demeurant, la capacité du végétarisme naturiste cartonien à capter un spectre large et composite de groupes rend compte de sa vitalité, de sa longévité. Cela constitue une preuve suffisante de l'impression qu'avaient les contemporains de vivre un climat diffus de malaise, dont les maladies dérivant de la manière dont ils mangeaient et se soignaient, les problèmes auxquels ils étaient confrontés, chômage, alcoolisme, délinquance, violence, etc., constituaient des éléments non négligeables.

La diffusion sociale du végétarisme naturiste

44A partir de 1900, le végétarisme a une audience croissante auprès des membres des classes moyennes parisiennes. La connaissance préalable que ces groupes ont des modèles diététiques de la consommation, de la composition chimique des aliments, les rend réceptifs aux arguments alarmistes de caractère sanitaire, diffusés par les hygiénistes médicaux. L'Exposition universelle, l'atmosphère millénariste de la fin du siècle, la renaissance de la Société végétarienne de France, le congrès de la tuberculose, etc., contribuent également à faire mieux connaître le phénomène végétarien11. Les membres des classes moyennes et supérieures se montrent d'autant plus réceptifs aux arguments médicaux de Carton que ce dernier y encourage l'association de l'exercice physique au régime frugal, comme moyen d'être professionnellement dynamique, tout en conservant ses forces physiques et mentales. De plus, la démocratisation de l'accès à la viande rend celle-ci moins désirable pour les classes hautes (Ouédraogo 1998).

Le végétarisme naturiste chez les anarchistes

45Mais si Carton devient vite une référence incontournée, aussi bien dans les cercles végétariens traditionnels qu'au sein de groupes diversifiés de la société, cela est dû au succès par choc que remporte son livre Les Trois Aliments meurtriers. A cela s'ajoute le fait qu'il se situe, par les positions qu'il défend, au point de rencontre des principales tendances idéologiques du végétarisme de l'époque : vie simple, naturisme, réforme vestimentaire, rejet de la médecine allopathique, antivivisection, rejet du marxisme et du matérialisme scientifique, croyance dans l'intuition, féminisme, etc. Par exemple, l'amour du pain complet et du pain bis, qu'exalte Carton, devient une sorte d'école de la santé (Carton 1933 et 1945) à partir de laquelle ses convictions naturistes et végétariennes se propageront. École ouverte à tous ceux qui, apeurés par les éventuelles conséquences révolutionnaires de la détresse des ouvriers, voient dans les thèmes naturistes et dans la discipline ascétique qu'ils contiennent à la fois un instrument de pédagogie de la paix sociale et un moyen de se prémunir soi-même contre les risques d'anéantissement physique. Bien qu'il refuse de distinguer les dangers physiologiques de l'alimentation industrielle, pléthorique et vicieuse, des périls sociaux qu'elle comporte, Carton prône la lutte physique des corps, non la lutte sociale. Le choix de l'alimentation antiphysiologique, « révolutionnaire », parce que déviante au point de vue des saines habitudes invétérées, est encore plus « révolutionnaire » sous le rapport de l'ordre social (Carton 1912). Car, affirme-t-il, bien plus que la pénurie d'aliments, c'est l'« alimentation vicieuse ou surabondante » – constituée des innombrables mélanges, de l'alcool, des excès de viande, des aliments industriels ou toxiques, des poisons chimiques et pharmaceutiques – qui, aggravant les haines, les révoltes, les souffrances, met en péril l'ordre social. Tous les efforts pour organiser l'avenir des groupements humains ne seront que chimère et mensonge tant qu'on ne replacera pas préalablement l'individu dans ses conditions de vie physiologique, c'est-à-dire d'alimentation naturelle et aussi de culture, physique et mentale, rationnelle (ibid. : 101).

46Après la révolution d'Octobre 1917, c'est à travers la double peur du bolchevisme et du capitalisme qu'il faut comprendre l'empressement de nombreuses composantes de la philanthropie, et en particulier de communautés anarchistes, à se faire les propagateurs des thèmes végétariens, quitte à partager les mêmes valeurs que les classes les plus conservatrices. Comme s'ils cherchaient, en compensation de leur rejet de la foi chrétienne, à afficher un mode de vie irréprochable, ils en viennent à exalter le savoir, la continence, la sobriété, la propreté, les vertus de la vie domestique. Dans le foyer végétalien de Bascon (hameau près de Château-Thierry), les notions de discipline, de retenue, de travail, de pureté, constituent le leitmotiv de l'idéal de vie. Tout se passe d'ailleurs comme si ces anarchistes renchérissaient en tout pour mieux montrer le bien-fondé de leurs sensibilités éthiques et esthétiques : qu'il s'agisse des recettes du régime alimentaire stricto sensu ou des exercices physiques, ils tendent, en se référant à Carton, à réduire les quantités, à compliquer les mouvements, etc. Ils cultivent l'ascétisme.

47Si les critiques de l'ordre social qu'expriment les anarchistes sont celles de l'idéologie anarchiste, leur éthique de la santé physique et de la paix spirituelle est solidaire de l'individualisme physiologique de Carton. Mais ce dernier, qui a visité l'un des foyers végétaliens de Saint-Maur en 1911, se montre très critique à l'égard du végétalisme et des conversions brutales du carnivorisme au végétarisme ou au végétalisme ; il est viscéralement opposé au naturisme anarchiste, qu'il assimile au paganisme nordique, enfin il se montre particulièrement hostile à l'athéisme des anarchistes. Se défiant de l'État et de toutes les formes collectives d'organisation, les anarchistes voient dans l'individu la puissance d'ordre et d'action dans la société, et dans la soumission de l'homme aux lois de la nature la condition de la santé physique et de la paix sociale. Entre 1917 et 1930 au moins, les anarchistes figurent parmi les principaux adeptes connus du cartonisme. Ils associent alors le végétarisme naturiste cartonien à leurs revendications de soins naturels, de pacifisme, etc., et en font une partie intégrante de leur évangile de régénération sanitaire et sociale. Dans leurs écrits, les anarchistes font découler la guerre du carnivorisme et l'opposent aux vertus pacifistes du végétarisme. Ils y dénoncent farouchement le mariage conventionnel, qui, selon eux, entretient l'inégalité entre l'homme et la femme et empêche les tendances naturelles (liberté du sexe, goût alimentaire, etc.) de s'exprimer.

Végétarisme naturiste et classes moyennes

48Ouvriers ébénistes, ajusteurs, vernisseurs, artistes dramatiques, tourneurs, employés de commerce, maçons, dessinateurs industriels, le plus souvent d'origine paysanne et récemment implantés à Paris, composent le public qui participe aux conférences végétaliennes qu'organisent Georges Butaud et son épouse, Sophie Zaikowska, à la Maison commune de Paris entre 1918 et 1920, après leur avoir, le plus souvent, rendu visite dans leur ferme de Bascon. Cette dernière, qu'ils ont fondée avant 1910, est devenue, après la publication des Trois Aliments meurtriers, un véritable lieu de pèlerinage d'un grand nombre d'anarchistes amateurs de naturisme. A Bascon, ils expérimentent des recettes de cuisine végétalienne et accueillent des végétaliens. Ils y cultivent à la bêche, mais n'utilisent aucun fertilisant afin, disent-ils, de n'exploiter ni homme ni animal. Par exemple, les nouveau-nés sont nourris au lait d'ânesse, au pain complet et aux céréales complètes, aux fruits acides, au beurre de coco, aux légumes cuits à l'étouffée. Ils y pratiquent le naturisme intégral (dénoncé par Carton), l'hydrothérapie froide et prisent les bains de soleil.

49« La basconnaise », principale recette végétalienne à laquelle la communauté est identifiée, n'est autre chose que la julienne des légumes crus du Dr Carton, que les anarchistes ont adoptée en y joignant des pommes de terre cuites. C'est donc une salade, composée de feuilles, de racines crues et de pommes de terre cuites.

50Butaud et son épouse eux-mêmes, « ressuscités » en quelque sorte de maux divers grâce aux recettes de Carton, n'ont de cesse d'exalter l'avènement du nouvel homme grâce au régime : « Réunis toujours autour de la basconnaise, de laquelle on espère la transformation du vieux monde en un autre, où la question sociale ne se pose plus, où la fraternité naîtra entre gens, dont la vie sera facile, entre crudivégétaliens, menant une vie sage sans s'efforcer à l'être, n'ayant pour l'être qu'à vivre selon la nature » (Butaud 1930 : IV).

51Ainsi, c'est la rencontre entre une situation sociale en pleine mutation et la culture spécifique de groupes déstabilisés qui rend compte du fait que le végétarisme naturiste est, jusqu'au milieu du siècle, l'objet de sollicitations idéologiques fortes et diverses.

Végétarisme naturiste et classes populaires

52L'idée que chacun peut se bien porter à condition d'éviter les médecins orthodoxes et leurs drogues est centrale chez Carton, et la Revue naturiste française que Carton a fondée en 1929 s'en fait l'écho. Les principes diététiques constitutifs du cartonisme sont fondés sur la médecine naturelle et entrent en résonance avec les représentations populaires de la médecine, ce qui semble expliquer l'impact relatif de ses propositions hygiéniques sur les membres des couches populaires (Chauveau 1976). Carton attribue aux aliments végétaux une force médicatrice propre ; il est en phase avec les concepts de l'ancienne médecine (savante tombée dans le domaine populaire), et pour tous ceux qui sont malades, et ils sont nombreux, et qui ont été déçus par les systèmes traditionnels de soins, il organise les symptômes de leurs maladies en un syndrome cohérent ayant une cause unique qui, de plus, est remédiable et compréhensible.

53Carton s'affiche comme un médecin des pauvres, et son exercice prolongé dans le cadre de l'hospice-sanatorium de Brévannes tend à faire de lui un maître d'éthique sociale qui cherche simplement à instruire sur les vertus d'une sagesse ancienne. A défaut de pouvoir commander le monde autour de lui, l'individu, si pauvre soit-il, peut au moins prendre en charge son propre corps. Cette conception de la perfectibilité de l'homme par l'intermédiaire de l'hygiène s'accorde bien, en dépit de Carton lui-même, avec les aspirations libérales et démocratiques de la période d'une part, et avec les aspirations utopiques de l'anarchisme individualiste de l'autre. En particulier, elle procède de l'idée que les caractères acquis de l'individu, même s'ils étaient héréditaires, ne sont pas immuables.

La popularisation du végétarisme naturiste

54La revue Les Cahiers de la méthode naturelle en médecine, qui remplace, dans les années 50, la Revue naturiste, est, aujourd'hui, le principal canal de la diffusion du végétarisme naturiste. Les Drs André Schlemmer et Jacques Chauveau, disciples de Carton, en sont les animateurs. La réédition des livres de Carton12, ininterrompue jusqu'en 1988 au moins, constitue un autre indice du succès de sa doctrine, dont la popularité reste, aujourd'hui encore, bien palpable.

55Avec la publication de La Cuisine simple (1925), le naturisme végétarien ne se définit plus par sa négation de la cuisine conventionnelle, mais par son affirmation comme système alimentaire autonome, avec des recettes variées, bref, comme un régime praticable au quotidien, en famille, au lieu de travail, etc. La popularisation de ce livre, des recettes qui y sont proposées est facilitée par l'existence d'un magasin de produits végétariens à Paris, rue Notre-Dame-des-Champs (Ouédraogo 1994). Parallèlement, les campagnes diététiques visant à promouvoir la consommation des légumes et des fruits, l'exercice physique pour les sédentaires convainquent les végétariens de la justesse de leur démarche.

56En ces années, les végétariens, pour contrer les partisans de la diététique conventionnelle, prônent de préférence le « végétarisme musculaire », et, par le truchement de campagnes publicitaires soutenues, ils propagent les exploits réalisés par les athlètes végétariens. Carton n'a de cesse de citer les exploits de Ladoumègue en montrant qu'il est végétarien.

57Carton est le représentant type du végétarisme, qui prône la « simplification de la vie » comme moyen d'éteindre les foyers allumés par la société matérialiste.

58L'examen partiel de son œuvre révèle l'ampleur du ressentiment social de l'homme. Carton, marié sans enfants, incarne les angoisses d'une classe bourgeoise menacée dans sa valeur fondamentale de reproduction et c'est probablement pour cette raison qu'il est bien placé pour traduire de manière positive les peurs de sa classe. Il est, dans le siècle, un déchu de sa classe, exclu de la richesse et du pouvoir, et de ce fait il prêche le royaume des pauvres. Il exalte la pénitence de la nourriture et de la sexualité, ces deux facteurs étant à ses yeux les plus aptes à rendre le corps sain et pur.

59Ne pouvant se sauver lui-même qu'en considérant les peurs qui l'animent comme universelles, il veut sauver la société en sauvant les corps physiques de la dégradation et, pour ce faire, il prône la lutte des corps, non la lutte sociale. Il fait de l'alimentation un enjeu social et mobilise sur cette question toutes les personnes qui, à l'instar des anarchistes, la ressentent comme une source de menace à leur existence.

60* Pour une information complète sur le matériau de référence de cet article, voir Ouédraogo 1994. Je remercie vivement Christiane Grignon, Noëlie Vialles et Florence Weber pour leurs suggestions et corrections, Christophe Maître (INRA, Ivry), pour les photographies qu'il a réalisées et développées.

Haut de page

Bibliographie

Bariéty M. et Ch. Coury, 1963. Histoire de la médecine, Paris, Fayard.

Budd S., 1977. The Rationalists. Varieties of Unbelief, London, Heinemann Educational.

Butaud G. (ss la dir. de), 1930. Le végétalisme. Réponses à l'enquête, Ermont (Seine-et-Oise), Le Végétalien.

Carton P., 1903. Contribution à l'étude des modifications du sang pendant l'accouchement et les suites de couches normales et pathologiques (numération et équilibre leucocytaire), Paris, J. Rousset.

1911. La tuberculose par arthritisme. Etude clinique. Traitement rationnel et pratique, Paris, Maloine.

1912. Les trois aliments meurtriers. La viande, l'alcool, le sucre, Paris, Maloine.

1913. Origine vitale et rôle alimentaire du sel marin, Paris, Maloine.

1914. Notre aliment fondamental, le pain, Paris, Maloine.

1917 (rééd. 1935 chez l'auteur). La cure de soleil et d'exercices chez les enfants, Paris, Maloine.

1918 (rééd. 1939 chez l'auteur). La vie sage. Commentaires sur les vers d'or des pythagoriciens, Paris, Maloine.

1920. Traité de médecine, d'alimentation et d'hygiène naturistes, Paris, Maloine.

1922a. Les lois de la vie saine, Paris, Maloine.

1922b. Le décalogue de la santé, Paris, Maloine.

1922c. Alimentation, hygiène et thérapeutique infantiles en exemples. Médecine hippocratique cartonienne, Paris, Maloine.

1923. Bienheureux ceux qui souffrent, Paris, Maloine.

1924 (1920). Traité de médecine, d'alimentation et d'hygiène naturistes, Paris, Maloine.

1925. La cuisine simple, Paris, Maloine.

1926. Diagnostic et conduite des tempéraments, Paris, Maloine.

1928. Enseignements et traitements naturistes pratiques, Paris, Maloine.

1930a. L'art médical. L'individualisation des règles de santé, Paris, Maloine.

1930b (rééd. 1973). Le diagnostic de la mentalité par l'écriture, Paris, Maloine.

1931. Le faux naturisme de Jean-Jacques Rousseau, Paris, Maloine.

1933. Dictionnaire de graphologie, Paris, Maloine.

1933 et 1945. L'apprentissage de la santé. Tome I : Histoire d'une création et d'une défense doctrinales (1933), tome II : L'étape de la vieillesse (1945), Paris, Maloine.

1934. Les clefs du diagnostic de l'individualité. Aide-mémoire de clinique naturiste, édité chez l'auteur.

1935. La science occulte et les sciences occultes, Paris, Maloine.

1936. Un héraut de Dieu : Léon Bloy, Paris, Maloine.

Chauveau J., 1976. Paul Carton, Paris, Librairie Le François.

Defrance J., 1987. L'excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes 1770-1914, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dupeux L., 1989. Histoire culturelle de l'Allemagne 1919-1960 (RFA), Paris, Presses universitaires de France.

Edmunds L. F., 1962. Rudolf Steiner Education, London.

Graves R. & A. Hodge, 1963. The Long Weekend. A Social History of Great Britain 1918-1939, New York, The Norton Library/W.W. Norton & C°.

Grignon Cl. et Ch. Grignon, 1980. Consommation alimentaire et styles de vie. Contribution à l'étude du goût populaire, Paris, INRA-CNRS/ATP, n° 2799, septembre.

Guillaume P., 1986. Du désespoir au salut. Les tuberculeux aux xixe et xxe siècles, Paris, Aubier.

Landouzy L., Labbé H. et M. Labbé (ss la dir. de), 1905. Hygiène sociale. Enquête sur l'alimentation d'une centaine d'ouvriers et d'employés parisiens. Ce qu'elle est. Irraisonnée, insuffisante, insalubre, Paris, Masson et Cie.

Léonard J., 1981. La médecine entre les pouvoirs et les savoirs. Histoire intellectuelle et politique de la médecine française au xixe siècle, Paris, Aubier Montaigne.

Mauss M., 1983. Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Ossipow L., 1997. La cuisine du corps et de l'âme. Approche ethnologique du végétarisme, du crudivorisme et de la macrobiotique en Suisse, Paris, Editions de la Maison des sciences de l'homme.

Ouédraogo A. P., 1994. Le végétarisme. Esquisse d'histoire sociale, documents de travail CORELA-HEDM n° 9402, Ivry-sur-Seine, INRA, septembre.

A paraître. « Sous les auspices de l'hygiénisme. Genèse sociale du végétarisme français moderne (1870-1914) », Mouvement social.

Schlemmer A., 1949. « Paul Carton, le penseur », La revue naturiste, 4e trimestre, pp. 45-49.

Toutain J.-C., 1971. « La consommation alimentaire en France de 1789 à 1964 », Cahiers de l'ISEA, tome V, n° 11, novembre.

Whorton J. C., 1975. « Christian physiology. William Alcott's prescription for the millenium », Bulletin of the History of Medicine, n° 49, pp. 466-481.

Wirz A., 1993. Die Moral auf dem Teller, Zürich, Chronos.

Haut de page

Notes

1Le régime prôné par les premiers prosélytes se fonde principalement sur l'Ecriture sainte, et se dénommerait aujourd'hui végétalisme, puisqu'il n'autorise pas la consommation de lait ni de produits d'origine animale. Avant 1847, le mot végétarisme est employé par commodité ; en effet, en même temps qu'il acquiert son nom lors de la fondation de la Société végétarienne anglaise en 1847, le végétarisme désigne une série de pratiques d'abstinence, dans lesquelles on distinguera bientôt trois grandes familles : le végétarisme large, dans lequel seule la viande est interdite, mais qui autorise la consommation des sous-produits animaux tels que les œufs, le fromage, le lait ainsi que le poisson. On y distingue plusieurs variantes. Le végétarisme strict, ou végétalisme, ne permet que la consommation des végétaux, des céréales et des fruits. On y trouve les granivores, qui consomment les céréales et refusent de manger les végétaux ainsi que les fruits, les frugivores, qui ne consomment que les fruits. Enfin la macrobiotique, qui est la plus récente (elle fut introduite dans les années 30 en France) : la diète y est établie à partir d'une règle de dix degrés allant de – 3 à + 7, selon laquelle plus on s'élève, plus les prescriptions alimentaires deviennent restrictives : ainsi, alors qu'à – 3 le régime tolère 30 % de produits animaux en plus des céréales et des légumes, à + 7, il se compose de 90 % de céréales et de 10 % de légumes.
2Examinant la façon dont se détermine le « surmenage alimentaire » et, en conséquence, la dégénérescence dans les lignées de ruraux récemment implantés en ville, Carton observe que « sobres jusqu'alors, plus par économie que par vertu, ayant toujours mené une vie active au grand air, pris une nourriture simple, composée surtout de laitages, de légumes, de fromages, de fruits, d'un peu de viande les jours de fête, alimentation qui jusqu'ici leur a permis de vivre, exempts de toutes misères, de toutes maladies graves, les voici qui vont pouvoir enfin se donner du bien-être, jouir d'une nourriture plus fortifiante et goûter des plaisirs épicuriens : bien manger et se reposer. L'enfant qui vient de naître sera le premier initié aux bienfaits de cette nouvelle existence... » (Carton 1911 : 17-18).
3« Aussi, observe Carton, voit-on dans ces familles les repas très chargés se composer de nombreux plats, dont deux de viande matin et soir ; dans l'ardeur des conversations, chacun oublie de mastiquer, les aliments déglutis sans préparation fatiguent l'estomac, l'absence de mouvements de mastication fait que la sensation de faim ne s'apaise pas et le convive, inassouvi, continue à manger pour satisfaire une sensation ainsi retardée » (Carton 1911 : 19).
4La Société naturiste a pour but de « faire connaître la doctrine médicale du vrai naturisme hippocratique-cartonien... répandre des notions plus justes sur les raisons de l'état de santé, sur les causes de détermination des maladies et sur les procédés de traitement rationnel... enseigner que la vie humaine est soumise à des lois précises de conduite spirituelle, vitale, physique et individuelle, qui sont irréversibles et inexorables... inculquer la nécessité de l'esprit religieux, l'amour de la nature et de la terre, le goût de la vie simple, la joie de l'effort utile, l'habitude de la bienfaisance, l'obligation de la probité... apprendre que la réforme individuelle, obtenue par l'exercice libre et correctement dirigé de la volonté de chacun, constitue le plus ferme moyen d'acquérir la santé, de réaliser le progrès et d'assurer la paix, etc. » (La Revue naturiste 1929).
5« Ainsi, dit Carton, quand un sujet supporte bien le régime végétarien continu, sans baisse de poids excessive, sans atteinte de l'état général et quand il obéit à son instinct et à sa compréhension de la loi morale qui lui indiquent d'éviter les tueries inutiles et de se refuser à se nourrir de cadavres, il n'y a qu'à l'encourager à persévérer dans l'alimentation strictement végétarienne » (Carton 1928 : 298).
6Toutefois, Carton insiste sans cesse sur son rejet du nudisme moderne, qu'il considère comme une doctrine de dégradation morale, impudique, bon tout au plus pour acclimater le culte païen de la chair. Il invite à le distinguer du « vrai naturisme synthétique, hippocratique et gréco-latin, source d'ordre et de progrès spirituel, qui cherche à déterminer un courant de réforme spirituel et de retour à la religion » (Carton 1931 : 81).
7Les titres, mais aussi le succès commercial des ouvrages qui couvrent la période de sa pratique hospitalière, tels La Cure de soleil et d'exercices chez les enfants (1917), Alimentation, hygiène et thérapeutique infantiles en exemples. Médecine hippocratique-cartonienne (1922c) ou encore Diagnostic et conduite des tempéraments (1926), illustrent ces faits.
8Caractéristiques de la résistance de Carton aux changements qui affectent la médecine sont les obligations qu'il énumère à l'attention des futurs médecins. Par ordre d'importance, il place l'exigence de religiosité du médecin, requise en raison de la « mission sacrée » qui lui est assignée de « participer à l'œuvre naturelle de meilleure évolution humaine », puis l'exigence d'amour de la nature, que le médecin doit étudier et méditer afin d'y puiser ses inspirations. Le médecin doit ensuite cultiver les plus hautes qualités de cœur et de moralité, se maîtriser dans le maintien, les gestes et les paroles, être simple de mise, sobre de gestes, être modeste, se donner, par l'ardeur du travail, par l'optimisme du caractère, par la dignité de sa vie, par la simplicité de son régime, et enfin par son respect des pratiques de vie saine et naturelle, en bon exemple ; respecter scrupuleusement ses confrères, s'abstenir de critiquer ses maîtres, les respecter et leur obéir, honorer ses confrères plus âgés, car « ils représentent la force de la tradition, le bon sens de l'expérience et la maturité de l'esprit », etc. (Carton 1924 : 894-896).
9L'« ère progressive » (Progressive Era) est consécutive à la dépression économique qui, dans les Etats-Unis des années 1870 à 1890, aggrave les problèmes liés à la croissance urbaine et à l'immigration. L'hygiénisme devient alors un instrument parmi d'autres de la « restauration d'une Amérique affaiblie ». La Progressive Era est une vague réformiste dans laquelle l'idéal hygiéniste est propagé par des réformateurs fort actifs, comme Horace Fletcher (1849-1919), le Dr J. H. Kellogg, etc. Des années 1890 à 1918, l'ère progressive se montre fertile en conceptions et en débats sur la corruption politique, la conservation de la nature, sur l'amélioration de la race, etc., thèmes alors favoris des végétariens (Ouédraogo 1994).
10Ce livre, qui fit scandale dans les milieux médicaux, est vite retiré du commerce.
11Si on sait que la consommation de viande par tête augmente régulièrement, on ne sait mesurer les variations sociales de cette consommation (Toutain 1971). Jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les données statistiques sur la consommation de viande sont rares, sinon inexistantes.
12Des témoignages recueillis personnellement dans le cadre d'une enquête en cours d'exploitation sur la cuisine végétarienne révèlent la prégnance de la référence à Paul Carton. C'est encore à la doctrine cartonienne que se refèrent indirectement les végétariens et adeptes de la macrobiotique rencontrés par Laurence Ossipow à Genève, qui puisent leurs informations dans les travaux d'André Schlemmer (Ossipow 1997 : 49).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ouédraogo A. P., 1998, « Assainir la société. Les enjeux du végétarisme », Terrain, n° 31, pp. 59-76.

Référence électronique

Arouna P. Ouédraogo, « Assainir la société », Terrain [En ligne], 31 | septembre 1998, mis en ligne le 14 mai 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3138 ; DOI : 10.4000/terrain.3138

Haut de page

Auteur

Arouna P. Ouédraogo

INRA, Laboratoire de recherche sur la consommation, Paris

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals