Navigation – Plan du site
Rituels contemporains (épuisé)

La cheville et le brandon

Rituels de fiançailles et de mariage dans le haut bocage vendéen
Laurence Hérault
p. 42-51

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Pays de la Loire
Haut de page

Texte intégral

1Le mariage, temps fort de la vie des individus et des groupes, est l'un de ces moments porteurs de bouleversements où les rites sont particulièrement denses. Leur richesse a souvent été signalée mais surtout dans le cadre de la société traditionnelle, les rituels contemporains étant généralement considérés comme de moindre intérêt. Or, lorsqu'on s'attache à un rite actuel, en l'occurrence celui du haut bocage vendéen, l'on s'aperçoit que, loin d'être une forme appauvrie du rituel ancien, il constitue au contraire un ensemble vivant, en perpétuelle mutation, où les transformations et innovations suppléent aux disparitions de séquences. Les acteurs semblent aménager, inventer ou rejeter des pratiques pour mieux signifier les transformations en cours ou, aussi, pour mieux marquer leur appartenance sociale. Afin de mettre en évidence ces remodelages et leurs sens nous suivrons pas à pas le drame rituel de l'alliance tel qu'il est mis en scène aujourd'hui, inséparable – dans l'esprit même de ses acteurs – de ce qu'il était naguère.

Les fiançailles

2Elles ont lieu actuellement entre trois et six mois avant le mariage. Les deux familles (généralement les plus proches parents) se réunissent alors pour un repas à domicile ou, plus souvent encore, au restaurant. Avant 1939-1945, cette rencontre, qui était parfois la première, servait principalement à régler les problèmes d'installation du jeune couple et d'organisation des noces. C'est sans doute pourquoi on utilisait les termes arrangements, emmancher le mariage ou fourbir la marmite pour désigner cette étape. Le repas préparé à cette occasion était en général assez simple. A partir des années 1950-1960, il semble que ces questions soient traitées en d'autres circonstances, mais les fiançailles ont toujours lieu en deux temps, d'abord chez la fille puis chez le garçon pour le retour de fiançailles.

3Le repas qui prépare l'union des familles, n'est qu'un des moments de ce jour, une autre séquence prend place en effet à la fin de la journée : il s'agit de piquer la cheville1. Celle-ci, commandée chez le menuisier quelque temps avant, est offerte par les amis ou les conscrits de l'un ou des deux fiancés2. Ils l'apportent en groupe, chez les parents de l'un des futurs où les invités se sont réunis. La cheville est un piquet de bois d'un mètre environ, effilé à une extrémité et cerclé de métal à l'autre. Elle est surmontée d'un gobelet en bois tourné, souvent sculpté des initiales des fiancés, d'anneaux entrelacés, de grappe de raisin, etc. On a pris soin de la décorer avec du lierre et des fleurs – naturelles ou en papier – suivant la saison. Les jeunes amis ou conscrits présentent donc la cheville aux fiancés après avoir rempli le gobelet des deux ou trois verres de vin qu'il contient. Le couple doit boire – chacun son tour –, puis les parents, parrains, marraines et autres invités vident leur coupe. A l'aide d'une scie les fiancés séparent alors le gobelet du pieu. On choisit un endroit proche de la maison – le jardin ou l'aire dans les villages3 – où il sera possible de planter la cheville sans trop de difficulté car on doit l'enfoncer entièrement dans le sol. C'est la fiancée qui donne le premier coup de masse, le fiancé tape ensuite et tous les participants, généralement dans l'ordre de la parenté. Après l'avoir enfoncée assez pour montrer sa force mais pas trop pour que d'autres puissent le faire, on boit une coupe de vin. Il arrive également qu'on donne à la fiancée un faux maillet – boîte en carton ou pot remplis de bonbons – qui se brise lorsqu'elle essaie d'enfoncer la cheville.

4Cette coutume déjà pratiquée au XIXe siècle en Anjou et en Vendée4 a connu tout au long du siècle des modifications, dans la fréquence de sa pratique et dans le scénario proprement dit. Avant la Deuxième Guerre mondiale, il n'y avait qu'une seule cheville offerte par la famille et/ou les voisins ; c'étaient d'ailleurs les seules personnes présentes. Il semblerait même qu'au début du siècle, la fiancée n'y assistât pas toujours, seuls les hommes tapaient sur la cheville. Par ailleurs, la présence du gobelet n'est pas confirmée et la cheville était parfois enfoncée dans la maison, devant le foyer où l'on avait descellé un ou deux pavés. Dans les années 50-60, la pratique est en net recul. Le gobelet est utilisé mais l'assistance semble toujours aussi restreinte. A partir des années 70, la cheville retrouve sa place et, aujourd'hui, presque tous la plantent5.

5D'autre part, le cercle des invités s'est considérablement élargi ; il n'est pas rare de voir entre cinquante et cent personnes ; tout le voisinage, la famille élargie, les conscrits, les amis des fiancés et de leurs parents sont invités. Ils partagent généralement une collation – charcuterie, brioche, gâteaux, café, vin et depuis quelques années ils apportent des cadeaux à cette occasion. Cette participation élargie donne donc aux fiançailles un caractère public qu'elles n'avaient pas auparavant, et les rapproche du mariage. D'autres éléments, auxquels nous allons nous attacher maintenant, vont également dans ce sens et tendent à faire apparaître les fiançailles actuelles comme une quasi-reconnaissance de l'union des futurs époux.

6On peut voir dans la cheville, comme le fait Van Gennep, un rite de matérialisation des promesses verbales antérieures, ce qui est bien dans la logique des arrangements d'autrefois6, mais l'analyse du scénario actuel – et, singulièrement, des objets et des acteurs – propose d'autres significations.

7Repérons d'emblée plusieurs types de participants : d'une part, les fiancés, leurs parents, parrains et marraines, et d'autre part, les jeunes. Les premiers se distinguent parce qu'ils agissent toujours ensemble. Ils participent à des actions qui mettent en valeur les relations de réciprocité ou de complémentarité qu'on attend d'un homme et d'une femme au sein d'un couple. Le fiancé, par exemple, soulève la cheville pour que la fiancée puisse boire et inversement ; de même lors de la séparation du gobelet, ils tiennent ensemble la scie7. Mais, il semble surtout que "planter la cheville", c'est acquérir les qualités d'époux et d'épouse. Ce rite se donne en effet comme rite d'initiation à la sexualité : la cheville – sexe masculin qui pénètre et déflore –, le faux maillet – brisé comme la virginité de la jeune fille – marquent tous deux l'accession des fiancés à la sexualité légitime des adultes. Cependant, cette initiation est particulière, le rite par ses dimensions largement publiques contraint en effet les fiancés à s'en tenir désormais à la monogamie, norme stricte dans nos sociétés ; il trace la limite entre deux groupes distincts : les jeunes célibataires et les adultes mariés. Groupes qui s'opposent vis-à-vis des règles de l'amour, les uns respectant la norme monogame, les autres "s'arrogeant les possibilités d'une sexualité sans contrainte, réelle ou imaginaire"8. Or, cette période des fiançailles brouille la différence entre ces deux catégories normalement opposées ; elle est par là porteuse de désordre. Les fiancés, en instance d'alliance, c'est-à-dire semblables aux adultes mariés, sont cependant toujours célibataires. A travers eux, la stabilité de l'alliance se trouve menacée par la polyginie latente des jeunes célibataires9. Ce rite donc, en obligeant tous les acteurs à exprimer l'idéal monogamique – les uns imposent leur union comme modèle en participant avec les fiancés aux différentes étapes, les autres prennent en charge un rite qui inaugure l'alliance de deux membres de leur groupe – normalise cette sexualité trop libre et symbolise ainsi l'équilibre nécessaire.

8Le rite actuel semble donc marquer la quasi-formation d'un couple, il arrive d'ailleurs que certains se fiancent puis vivent en concubinage un certain temps avant de se marier. Ce n'est pas le cas de la majorité mais, même lorsqu'ils ne commencent pas alors leur vie commune, la période des fiançailles n'en est pas si éloignée, du moins aujourd'hui. Autrefois, en effet, les fiancés se voyaient peu, en général, tous les quinze jours, de plus, ils ne prenaient pas la responsabilité de leur installation puisqu'ils "entraient" le plus souvent dans la maison de l'un ou de l'autre. Aujourd'hui, ils se rencontrent quotidiennement ou presque, recherchent puis aménagent ensemble leur futur logis, achètent du mobilier en commun, partent parfois seuls en vacances. Par ailleurs, si les conceptions prénuptiales étaient autrefois relativement rares et sanctionnées par un rituel tronqué – pas de robe blanche, messe de mariage très matinale et sans sonnerie, simple repas entre proches parents – elles sont aujourd'hui assez fréquentes et la cérémonie ne se distingue pas des autres. Il semblerait donc que la sexualité prénuptiale soit, par anticipation, incluse dans le champ de la norme matrimoniale. D'ailleurs, si l'on remarque un développement récent de l'union libre, elle est en rapport direct avec cette nouvelle conception des fiançailles. Le concubinage ne semble, en effet, accepté que comme étape préliminaire au mariage, la plupart des jeunes concubins se mariant après un an ou deux de vie commune lorsqu'ils désirent avoir des enfants10. Le mariage reste donc la seule union véritablement admise dès qu'au-delà du couple se profile la famille.

L'enterrement de la vie de garçon

9Dès les fiançailles, la séparation des fiancés du groupe des jeunes célibataires est signifiée, avant d'être pleinement confirmée par un rite réservé aux hommes, l'enterrement de la vie de garçon. Pendant longtemps, le fiancé se contentait d'offrir à boire à ses amis, le cercueil avec parodie d'enterrement était rare. Actuellement, si tous les garçons ne marquent pas la fin de leur vie de célibataire, ils le font cependant plus fréquemment qu'autrefois et en utilisant une mise en scène plus complexe qui souligne, semble-t-il, l'importance de ce passage. Environ deux semaines avant le mariage, le fiancé invite ses amis à dîner. Il a fabriqué un cercueil, simple caisse de bois montée sur quatre roues, chargée de quelques bouteilles. A l'issue du repas, on vérifie une dernière fois le contenu de la boîte puis on la ferme définitivement. A l'aide d'un stylo-feutre, chacun appose quelques signes et sa signature sur le cercueil. Les dessins rappellent en général les caractéristiques du fiancé : son métier, son aspect physique, ses goûts (sport, boisson, tabac, etc.). On fixe ensuite une corde au cercueil et le fiancé doit tirer ce chariot vers sa maison. Pour le parcours, on emporte plusieurs bouteilles et un verre qui servira à tous ; parfois aussi l'on se déguise et l'on s'éclaire à la bougie. Les amis du fiancé décident des haltes pour se désaltérer, certaines ont lieu au café. Ils les multiplient volontiers, car ils doivent ralentir par tous les moyens la progression du cercueil. Ils l'immobilisent, le tirent en sens inverse ou l'attachent. Tout cela avec accompagnement de cris et de chants :

L'enterr'ons-nous le cercueil, le cercueil
L'enterr'ons-nous le cercueil à (nom)
Oui nous l'enterrerons le cercueil à (nom)

10Arrivés chez le garçon, tous se rendent à la cave puis sur le lieu de l'enterrement, généralement le jardin ou l'aire pour les villages. Le fiancé commence alors à creuser la fosse à l'aide d'une pelle et d'une pioche, les autres prennent la relève. Autour du fossoyeur l'on discute, commente la progression des travaux, chante et plaisante en vidant d'autres bouteilles. Lorsque le trou est jugé suffisant – on prétend que sa profondeur doit être égale à la taille du garçon, mais on s'arrête généralement avant – le fiancé y dépose le cercueil après avoir enlevé les roues ; il le recouvre ensuite d'une bâche de plastique et commence à combler la fosse. Une fois le travail terminé, la nuit s'achève dans la cave.

11Aucune marque ne signale "la tombe", mais il faut mémoriser l'emplacement, car le cercueil doit être déterré à la naissance du premier enfant. Ce sera là encore l'occasion d'une fête où sera vidé le contenu du cercueil et d'autres bouteilles encore. Le rôle du vin dans ce rituel semble donc essentiel, il est enterré et consommé sans compter car, intimement associé à l'image de la virilité, il tient une place importante dans la vie sociale des hommes. C'est en effet à travers lui que s'expriment leur maturité – première cuite et vie de conscrit11–, leur identité – ils sont les seuls à pouvoir en boire trop, les femmes ne doivent pas être ivres –, et aussi leur sociabilité puisque c'est au café et plus souvent encore à la cave, chez l'un ou chez l'autre, qu'ils se retrouvent12. Pour enterrer sa jeunesse, le garçon doit donc se soûler en compagnie de ses amis. Mais l'utilisation du rituel funéraire souligne l'importance de ce passage. Il ne s'agit pas seulement de marquer la fin d'un état, celui de célibataire, mais aussi de signifier l'accession à un nouveau statut, celui d'adulte marié. Le cercueil est donc déterré à la naissance du premier enfant, la paternité confirme et parachève le mariage. On célèbre alors un nouvel ordre : l'intégration du jeune homme dans un statut définitif qui l'inscrit pleinement dans la vie locale ; éloignée à la fois dans la réalité et dans l'imaginaire, la jeunesse, par le biais de ce rituel, reconnaît comme définitif le statut d'adulte.

Le mariage

12Dans la première moitié du siècle les noces duraient plusieurs jours. Le mariage avait souvent lieu le mardi mais la fête commençait dès le dimanche. Ce jour-là, les jeunes de la famille se réunissaient chez la fiancée pour préparer les décorations de la salle – roses et guirlandes en papier – et pour danser, on appelait cela se faire le pied. Le lundi, si le repas avait lieu à la ferme, on préparait la loge ou la grange. Le mercredi, lendemain du mariage, on se réunissait pour manger les restes et conduire la mariée dans sa nouvelle demeure13. Ce scénario était plus particulièrement celui des agriculteurs, alors majoritaires. Les noces des bourgadins – les habitants du bourg, artisans, commerçants, ouvriers –étaient, au dire de tous, moins importantes : on ne se faisait pas toujours le pied et, le lendemain, la mariée n'était généralement pas conduite chez elle ; elles étaient donc moins longues et nous verrons plus loin qu'elles se différenciaient aussi par l'absence de certaines séquences. A partir des années 60, avec les contraintes du travail salarié dans l'industrie, le samedi devient le jour des mariages et la noce se suffit de cette unique journée.

Les invitations

13Si, depuis le début du siècle, on invite sensiblement de la même façon, généralement par une visite à domicile, le "contenu" de l'invitation a cependant varié. Avant 1939-1945, on invitait pour toute la durée de la noce, les oncles et tantes, les cousins aînés ou célibataires de chaque famille, ou bien encore tous les cousins s'ils étaient peu nombreux, et un ou deux amis des mariés. A partir des années 50-60, les invités sont plus nombreux mais il y a trois sortes d'invitation. "Pour la journée", on invite la famille comme auparavant et les amis, les voisins, la famille éloignée, les relations pour la messe, le vin d'honneur et le bal –étant donné leur nombre ils reçoivent maintenant un faire-part. Certains parmi eux seront invités aussi pour le repas du soir, ou le dessert s'il n'y a qu'un seul repas. La noce qui était autrefois, avant tout, une occasion d'actualiser des relations familiales plus ou moins lâches et d'assurer la cohérence de la parentèle – ce que l'on retrouve encore aujourd'hui puisque les parents sont toujours privilégiés par l'invitation – semble actuellement avoir un rôle complémentaire. La participation de la communauté, bien que limitée à certaines séquences, est en effet plus importante. On peut y voir, d'une part l'importance des liens établis dans les réseaux de relations non familiales et également la volonté de réaffirmer la cohésion d'une communauté dont les liens ont, sans doute, changé de forme.

Le départ de la maison

14Avant la Deuxième Guerre mondiale, les jeunes allaient le matin chercher la fille avec le marié, pour l'emmener dans le bourg où elle devait s'habiller14. Une collation était prévue, chez la fille ou dans la salle de noce, car ils se levaient généralement tôt. Des chansons particulières scandaient le parcours :

Oh j'ai vu le chapeau du marié (bis)
Le chapeau de ses noces
Allons à la noce joyeuse compagnie
Allons à la noce pour nous divertir.

15ou

Sortez donc de vos maisons
Les filles, les femmes et les mal coiffées
Sortez donc de vos maisons
Pour voir la mariée.

16Dans les années 50, on trouve encore quelquefois ce cortège des jeunes gens, mais, en général, seul le garçon vient chercher sa fiancée et la conduit chez la coiffeuse15. Aujourd'hui, ils vont directement à la mairie. Le départ de la maison n'est donc plus ritualisé, il est vrai qu'autrefois il soulignait l'importance que revêtait pour la jeune fille, l'abandon de la maison paternelle pour une nouvelle demeure, celle de sa belle-famille. Au début du siècle, il était d'ailleurs fréquent qu'elle n'ait pas vu celle-ci avant le jour de son mariage. On imagine alors le sentiment de rupture qu'elle devait éprouver.

Le rassemblement des invités

17Jusqu'au début des années 60, les invités se rassemblaient chez la couturière (ou la coiffeuse) et attendaient que la mariée apparaisse pour former le cortège jusqu'à la mairie. Le garçon et la fille d'honneur, une liste à la main, accoubyaient alors les jeunes célibataires. Cette liste, préparée par les mariés et leurs proches parents, était gardée secrète afin d'entretenir un certain suspense. Actuellement, les invités se rassemblent à la mairie et les mères des mariés ou la mariée elle-même présentent l'un à l'autre cavalier et cavalière. Si l'étape est moins ritualisée, le couplage conserve quelque importance et les partenaires sont assortis avec soin.

18La mariée est conduite jusqu'à l'église par son père. Derrière eux, le garçon et la fille d'honneur – le plus souvent un frère et une sœur des mariés –, les jeunes, puis les parents plus âgés. Le marié et sa mère ferment la marche. Après la messe, les nouveaux époux sortent ensemble de l'église. Cette formation du cortège n'a pas beaucoup changé, mais parfois, depuis une dizaine d'années, les époux vont en couple dès le départ de la mairie, considérant qu'ils sont dès lors mari et femme. Actuellement d'ailleurs, il arrive qu'on se contente d'une simple bénédiction à l'église. Faut-il y voir une moindre dominance du mariage religieux bien que les mariages exclusivement civils soient rares ?

19Depuis les années 50, le cortège se rend ensuite à la salle du vin d'honneur suivi en ordre dispersé par les autres invités. Dès leur arrivée, ces derniers présentent leurs vœux et parfois aussi leur cadeau aux mariés. Ensuite, les hommes sont désignés pour tirer à boire et les serveuses leur présentent du vin, du café et des gâteaux. Auparavant, il n'y avait pas de vin d'honneur et on allait directement au repas.

20Ces parcours cérémoniels revêtent une importance publicitaire, c'est en effet sous le regard de toute la communauté rassemblée qu'ils ont lieu. Mais ils constituent surtout, à travers la formation du cortège, une incitation symbolique au mariage16. Les célibataires sont en effet accouplés sur le même modèle que les jeunes époux – un garçon et une fille de chaque famille – et sont placés entre les nouveaux et les anciens mariés. L'importance accordée à l'accouplage va dans le même sens. Les mariages ainsi réalisés, à la suite d'une rencontre à une noce, sont d'ailleurs relativement fréquents.

Le repas

21Tout invité au mariage accorde beaucoup d'importance au repas ; de lui dépend souvent la réussite de la noce et le souvenir qu'on en gardera. Les menus doivent être copieux pour satisfaire l'appétit des convives ; autrefois, l'on servait à chacun des deux repas plusieurs sortes de viande (bœuf, veau, poulet, agneau) et trois ou quatre desserts. Aujourd'hui, ils sont en général plus simples mais ils sont toujours établis de manière à trancher sur l'alimentation quotidienne. L'ambiance est aussi essentielle et scelle autant que le partage de nourriture l'union des familles présentes. Elle est généralement prise en charge par les jeunes groupés à une même table ; les mariés et leurs parents étant à la table d'honneur, les oncles et tantes occupant les tables perpendiculaires. A l'aide de refrains particuliers, ils font chanter les invités en interpellant à tour de rôle les chanteurs obligés – garçon et fille d'honneur, parents, parrains et marraines – ou éventuels de chaque famille. Puis ils les remercient et provoquent des embrassades collectives :

Quand un chanteur (une chanteuse)
A bien chanté Ohé Ohé
Toutes les femmes (les hommes) doivent l'embrasser.

22Aussitôt, c'est la bousculade pour aller embrasser la personne désignée. Un autre refrain contraint également le marié à embrasser la mariée mais aussi les membres de chacune des familles ayant une position identique dans la parenté :

Ah si j'étais le marié (le beau-père, le parrain)
Oui le marié
J'embrasserais la mariée (la belle-mère, la marraine)
Oui la mariée
Et encore une petite tournée la faridondaine
Et encore une petite tournée la faridondé.

23Si ce rôle des jeunes ne semble pas avoir beaucoup changé, l'attitude des mariés, quant à elle, se modifie.

24Auparavant, ils étaient au repas de leur noce, plus spectateurs qu'acteurs et aujourd'hui encore ils ont souvent une attitude passive : ils chantent peu et jamais seuls, restent immobiles, sollicitant toujours des intermédiaires – souvent le garçon et la fille d'honneur – lorsqu'ils désirent quelque chose, faire chanter quelqu'un par exemple. Mais cette attitude change, quelques-uns prennent complètement en charge l'animation du repas, se déplaçant pour chanter, raconter des histoires ou organiser des jeux avec les invités. Les jeunes qui, par leurs origines mêlées, apparaissent comme les médiateurs privilégiés, sont donc désormais secondés par les mariés, qui mettant à profit leur position particulière, prennent eux aussi en charge l'agrégation des familles.

Les vêpres à la mariée

25Cette coutume toujours pratiquée, semblait cependant plus fréquente autrefois ; elle apparaissait, en effet, dans presque toutes les noces. Mais si aujourd'hui, elle est moins souvent présente, la mise en scène et les déguisements sont, semble-t-il, plus élaborés. Vers la fin du repas, quelques hommes sortent discrètement de la salle pour aller se déguiser.

26Généralement, ils retournent leur veste, remontent les jambes de leur pantalon, mettent des vieilles chemises, des bonnets de nuit et même actuellement, des vêtements ecclésiastiques : soutane, mitre, etc. Après avoir éteint les lumières, ils pénètrent dans la salle en cortège. A leur tête marche un "curé" chantant des parodies de cantiques, tandis que les autres suivent avec des bougies. Ils s'approchent ainsi de la mariée et le "curé" entame le cantique des vêpres, les autres faisant office de chœur :

A la mariée, à la mariée que yi faut tchi (bis)
O yi faudra (une belle chemise) aussi
Tcho la qui la ch'mis'ra, qui la déch'mis'ra
Qui yi f'ra péter sont p'tchit tabari, son p'tchit tabara
Son p'tchit pétisméi, son p'tchit pétosméos
Bis'ra la mariée l'sèr avant de s'coucher17.

27Il énumère ainsi toute la garde-robe de la mariée pendant que les autres, tout en chantant, "bénissent" les invités avec de l'eau et des pinceaux, grimacent et se livrent à des plaisanteries diverses. Actuellement, ils enfilent parfois des vêtements sur une corde au fur et à mesure de leur énumération. Ces vêpres, parodie de la cérémonie religieuse, mettent donc en scène la perte de virginité de la mariée en l'associant à sa toilette ; elle est chaque fois habillée et déshabillée. Les gestes de toilette sont généralement importants, avec eux s'accomplissent, en effet, tous les grands événements de la vie : naissance, mariage, mort18. Mais, généralement, ce sont les femmes qui les prennent en charge or, ici, seuls les hommes jouent. Il semble que cette "délégation de pouvoir" soit en rapport direct avec le caractère social de la virginité. Celle-ci n'est pas, en effet, un bien proprement féminin comme peuvent l'être les menstrues : elle parle de la féminité non dans sa spécificité mais dans son rapport avec la virilité : garder ou perdre sa virginité c'est parler de sa relation avec l'homme. Les vêpres qui marquent l'avènement d'une nouvelle épouse, sont donc le fait des hommes qui remplacent les habituelles "passeuses".

Le brandon

28Cet épisode du rite nuptial, rarement présent aujourd'hui, était de toutes les noces paysannes jusque dans les années 50. Le brandon19 est un long mât, généralement un aulne, au sommet duquel est attachée une couronne de buis ou de lierre. Divers objets y sont suspendus, notamment des légumes, des bouteilles vides, une vessie de porc remplie d'eau. La base du mât est entourée de fagots ; on en place également à mi-hauteur afin que le feu s'y propage. Le brandon était monté dans le village où s'installaient les jeunes mariés, plutôt chez le garçon. Lorsque le repas avait lieu à la ferme, c'est au retour de l'église qu'on l'embrasait, sinon – cas le plus fréquent après la Deuxième Guerre mondiale – le brandon avait lieu le lendemain lorsque la mariée était conduite en ménage. C'est elle qui mettait alors le feu aux fagots, puis le marié à l'aide d'un fusil devait crever la vessie. S'il la ratait, il subissait les plaisanteries de l'assistance ; souvent, pour le mettre à l'épreuve, sa première cartouche était chargée à blanc. Les autres hommes tentaient ensuite d'abattre les derniers objets. Lorsque tous avaient bien tiré, les invités formaient une ronde autour du feu. Le lendemain ou au cours des semaines suivantes, on jetait le brandon au bas afin qu'il n'en reste plus aucune trace, signe que la noce était bien terminée.

29Lié à l'installation du jeune couple, le rite du brandon marque l'entrée des mariés – et plus particulièrement de l'épouse – dans une maison et une terre qui vont désormais être leurs20. Mais il semble, en fait, qu'à travers ce rite, les mariés accèdent au statut, non d'époux et d'épouse, déjà acquis, mais de géniteurs potentiels. La vessie n'est-elle pas, en effet, le symbole d'une matrice, vide jusqu'à présent, mais qui, "fécondée" par le plomb des fusils, va désormais pouvoir engendrer ? Pour que cette fonction génésique, essentielle, soit véritablement acquise, l'habileté de l'époux, bien qu'importante – s'il ratait sa cible on le qualifiait d'impuissant – ne suffit pas. La destruction du mât doit être totale : les hommes s'emploient à ne laisser aucun objet suspendu à la couronne et le brandon lui-même doit être jeté à terre pour que la mariée tombe enceinte dans l'année.

Casser le pot

30Les rites de mariage, s'ils inaugurent un cycle de procréation marquent aussi la fin du cycle précédent. Les parents sont en effet mis à l'épreuve lors du mariage de leur dernier enfant. Ils doivent alors briser, à l'aide d'un bâton et les yeux bandés, un pot rempli de bonbons, parfois aussi de farine ou d'un petit lapin, suspendu à une corde que déplacent deux hommes postés au premier étage de deux bâtiments se faisant face.

31Pendant longtemps, cette séquence avait lieu dans les rues du bourg ou du village ; l'assistance était donc relativement importante, les voisins sortant pour y assister. Aujourd'hui, elle semble se restreindre puisqu'elle se déroule soit le lendemain, au domicile des parents avec la famille proche, quelques voisins et amis, soit le jour du mariage dans la salle de noce. Dans ce cas, on modifie le scénario : les parents doivent casser le pot, posé alors à terre, avec des boules et non plus un bâton.

32Ces pots brisés marquent donc bien le renoncement des parents et notamment de la mère à la fécondité. Mais cette destruction semble aussi s'accompagner d'une transmission de pouvoir : lorsque les dragées s'échappent du pot, n'est-ce pas, en effet, une partie des propriétés génésiques de cette matrice désormais vide, qui est transmise à la mariée du jour ? L'acquisition des attributs de mère par la nouvelle épouse et la perte de ceux de sa mère et de sa belle-mère sont associées. En devenant future mère, la jeune femme leur attribue un nouveau rôle, celui de grand-mère : elles aussi changent de statut.

La soupe à l'oignon

33La soupe, portée aux jeunes mariés la nuit de leur noce, est généralement préparée par les femmes, notamment par les mères des époux. Elles garnissent la louche de légumes (carotte, oignons et persil) en leur donnant une forme phallique. Une fois ces préparatifs terminés, les participants – famille proche, amis et jeunes – partent à la recherche des mariés qu'on essaie de surprendre au lit.

34En pénétrant dans la chambre, on chante le refrain suivant :

La port'rons-nous la soupe, la soupe
La port'rons-nous la soupe à l'oignon
Oui nous la porterons
La bonne soupe à l'oignon.

35Celle-ci, versée dans un récipient en forme de pot de chambre, est présentée aux mariés généralement par un homme de la famille, frère ou beau-frère des époux. La mariée doit se servir la première, puis le marié, pendant que les participants plaisantent et chantent bruyamment. Tout le monde se rend ensuite à la cuisine où la soupe est partagée. Assez souvent, les jeunes gens s'attardent un peu dans la chambre ; en général, ils mettent le lit en portefeuille, placent sous les meubles des réveils réglés pour sonner toutes les heures ou cachent les vêtements et les chaussures des mariés.

36Ce rite, qui redouble l'union sexuelle des époux était autrefois présent lors du seul mariage. Actuellement, on porte aussi la soupe pour les anniversaires de mariage et même à l'occasion d'un déménagement ou d'une fête quelconque : Il y a des familles, un rien leur fait porter la soupe à l'oignon. On différencie cependant la soupe nuptiale des autres, c'est la seule dans laquelle figurent les légumes dont nous avons vu la forme. L'extension de cette coutume semble marquer, d'une certaine manière, le droit de regard de la communauté sur la vie du couple et son intégration notamment dans le groupe de voisinage lors du changement de domicile.

37Le scénario nuptial présenté ici n'est qu'un modèle général, tous ne le pratiquaient pas de la même façon ; certains acteurs faisant, en effet, des choix parmi les différentes séquences pour signifier leur particularité. Ainsi, dans les années 50, de nombreux jeunes appartenant au mouvement de la jeunesse catholique ajoutaient une séquence au rituel : une messe de fiançailles avec bénédiction de la bague. Ils marquaient leur foi et leur volonté d'engagement devant Dieu dès cette étape. Souvent aussi, pour certains d'entre eux, les épisodes des vêpres à la mariée et de la soupe à l'oignon étaient absents car jugés grossiers et déplacés. Marquer ainsi sa différence n'était d'ailleurs pas toujours facile ; une mariée a dû se fâcher pour arrêter les hommes qui se préparaient à lui chanter les vêpres parce qu'elle avait promis au curé qu'on ne chanterait pas de "vilaines chansons" à ses noces. Mais tous n'ont pas une telle force de caractère, ni un pareil appui du curé, aussi certains ont-ils "subi" des soupes à l'oignon pour "ne pas se mettre à part" ; exprimer son individualité, c'est toujours prendre le risque de passer pour "fier" – comportement qui menace d'une certaine façon la cohésion du groupe et prête donc à critiques.

38Mais les rituels ne sont pas seulement manipulés pour exprimer des choix personnels, ils traduisent aussi l'appartenance à des groupes particuliers. Nous l'avons déjà signalé, les rituels nuptiaux des paysans et des bourgadins étaient différents. Ils constituaient cependant plus les variantes d'un même mode que deux modèles distincts car la plupart des séquences étaient communes. Notons parmi les plus nettes différences, la cheville qui, bien que parfois plantée dans le bourg, était surtout une coutume paysanne, le départ de la maison, ritualisé dans les seuls cas d'un mariage en ferme, se faire le pied moins souvent présent dans les noces du bourg, et enfin le brandon qui apparaît comme le véritable emblème de la différence entre les deux groupes. Lié à l'installation du jeune couple dans une ferme il n'était présent, en effet, que chez les enfants d'agriculteurs qui restaient à la terre21 ; ceux qui s'installaient dans le bourg n'y avaient pas droit22. Ces différences dans la pratique rituelle traduisaient bien les relations entre ces deux groupes qui, sans être rivaux puisqu'ils n'étaient pas en compétition mais plutôt dans un rapport de complémentarité et d'échange, se pensaient comme appartenant à deux mondes bien distincts. Les uns habitant les hameaux avaient un rapport privilégié à la terre, les autres, bien qu'appartenant à des catégories sociales différentes (artisans, commerçants et ouvriers) étaient réunis par des pratiques et un habitat communs. En dehors des relations familiales et économiques, les rapports entre les deux groupes étaient empreints de distance. Les jeunes se parlaient à peine, les mariages mixtes étaient rares et pas toujours vus d'un bon œil : Le grand-père, y l'admettait pas qu'a (sa fille) s'était mariée avec un gars du bourg, non ! Pour lui a l'était pas bonne.23. De même, on trouve les autres "fiers" : les paysans y trouvaient les gens du bourg pas grand-chose, y se croyaient beaucoup mieux que nous ; inutile de dire que de l'autre côté les arguments étaient identiques. Cette différence, nous l'avons dit, était cependant atténuée par une volonté d'assurer la cohésion et l'on développait des stratégies visant plutôt à minimiser les conflits qu'à les amplifier24. C'est pourquoi l'utilisation d'un rituel nuptial commun mais avec des variantes, semble bien traduire les rapports entre ces groupes qui, tout en se pensant différents, avaient conscience d'appartenir à un même ensemble solidaire.

39Aujourd'hui, les conditions sont différentes ; l'industrialisation des années 50-60, en absorbant une grande partie de l'exode agricole a favorisé, semble-t-il, le rapprochement entre ces deux catégories. Même si les différences de situation laissent parfois apparaître des incompréhensions, la "mixité" semble plus réelle. La séparation dans l'espace est moins marquée, les ouvriers s'installant assez fréquemment dans les hameaux, et les mariages étant plus souvent hétérogames qu'autrefois25. La pratique rituelle semble d'ailleurs traduire ce rapprochement, on ne peut distinguer aujourd'hui les rituels des uns et des autres. Ils sont, en effet, soit pratiqués par tous comme la cheville, soit abandonnés de tous comme le brandon ou le départ de la maison. De même la durée des noces se réduit-elle pour tous à un seul jour.

40Ainsi se perpétuent et changent dans le Bocage vendéen des rites nuptiaux que l'on eût pu croire figés dans une immuable coutume ou, au contraire, uniformisés selon le modèle national prétendu dominant. Resterait à replacer cette dynamique complexe dans l'univers complet des rites de passage qui, dans cette société, modèlent encore le cours de la vie : comment s'articule le moment nuptial où l'on enterre la vie de garçon et cette vie elle-même que l'on a vécue entre soi, entre conscrits ? Quels échos unissent ces funérailles burlesques et le rituel funéraire actuel ? Nul doute que des relations fortes rassemblent – par le biais du rite – ces moments et ces lieux de la vie sociale que l'on a coutume de penser séparément.

Haut de page

Notes

1Le terme piquet est également utilisé.
2Généralement, chaque groupe d'amis ou de conscrits offre sa cheville, il peut donc y en avoir trois ou quatre à la fois.
3Dans le Bocage, le terme village désigne un hameau.
4Cf. J. de la Chesnaye, Le vieux bocage qui s'en va, Les Sables-d'Olonne, Brunetière, 1979, réimp. de l'éd. de 1911.
5Pour les cantons de Mortagne et des Herbiers, la fréquence varie cependant d'une commune à l'autre.
6Cf. A. Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, tome premier 1-2, Paris, Picard, 1943-1946.
7Une innovation récente, observée en avril 1986, accentue encore cette réciprocité, il s'agit d'une cheville à double gobelet obligeant les invités à boire en couple. Mais il s'agit pour l'instant d'un cas unique et il est encore trop tôt pour mesurer son impact réel.
8C. Karnoouh, "Le charivari ou l'hypothèse de la monogamie", Le Charivari, sous la direction de Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, EHESS Mouton, 1981, p. 39.
9Cf Karnoouh, op. cit.
10Dans ce cas, le rituel n'est pas modifié, il se déroule tout à fait normalement.
11Actuellement la vie de conscrit consiste en une tournée chez les filles du même âge, soit pendant une semaine complète ou plusieurs week-ends dans l'année des dix-huit ans. Chaque fille doit offrir un repas à ses conscrits, autrefois c'était une poule ; l'une d'elles fait également une bourse avec laquelle les garçons quêteront pour s'offrir un repas avant de partir à l'armée.
12La cave n'est pas dans le haut bocage un simple lieu où l'on conserve le vin. On y installe souvent des tables, des chaises et parfois même un bar comme au café, de manière à en faire un lieu de rencontre. Cette pièce est d'ailleurs réservée aux hommes, les femmes de la maison n'y vont que rarement et les autres jamais.
13On allait conduire la mariée le lendemain seulement lorsque le repas avait lieu au restaurant ; sinon, elle entrait dans la maison dès le jour du mariage.
14Cet épisode était surtout présent dans les noces paysannes.
15Celle-ci a en effet remplacé la couturière pour l'habillage de la mariée.
16M. Segalen, "Mariage et mort à Chardonneret", Ethnologie française IV, 1-2, 1974, pp. 67-86.
17Il existe différentes versions de cette chanson. Celle-ci a été recueillie à La Gaubretière.
18Y. Verdier, Façons de dire, façons de faire, la laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979.
19Selon les communes, on emploie les termes brandan, brondin ou feu de joie.
20Généralement le jeune couple s'installait à moitié avec les parents.
21Il marquait en fait un lien direct à la terre puisque les nobles propriétaires terriens avaient également des brandons. Leurs fermiers se chargeaient de les monter ; on dit qu'ils étaient les plus jolis.
22C'est pourquoi la disparition du brandon a, semble-t-il, été favorisée par l'exode agricole massif des années 50-60.
23Pour la commune de Chambretaud, l'endogamie est très importante jusque dans les années 50 : de 1900 à 1919, 51 cultivateurs sur 62 épousent des cultivatrices ; de 1920 à 1939, 101 sur 116 et de 1940 à 1959, 80 sur 96.
24Cf. B. Bucher, "La vaillance et l'honneur", L'Homme 1980, XX (3), pp. 5-31.
25Toujours pour Chambretaud, de 1960 à 1979, seulement 13 agriculteurs sur 49 épousent une agricultrice.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hérault L., 1987, « La cheville et le brandon. Rituels de fiançailles et de mariage dans le haut bocage vendéen », Terrain, n° 8, pp. 42-51.

Référence électronique

Laurence Hérault, « La cheville et le brandon », Terrain [En ligne], 8 | avril 1987, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3152 ; DOI : 10.4000/terrain.3152

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals