Navigation – Plan du site
Rituels contemporains (épuisé)

Chasse et rituel

p. 63-70

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Champagne-Ardenne
Haut de page

Texte intégral

1Le mode de chasse qui connaît en France, depuis la dernière guerre, un succès tout particulier, la chasse collective au sanglier, paraît comme tout "naturellement" prédisposé, par ses propriétés formelles, à alimenter la question du rituel. On peut y observer, en effet, des caractéristiques constituant les définitions habituelles du rituel : délimitation d'un temps et d'un espace hors du quotidien, formalisme de l'action et référence à la coutume, définition de rôles, répétition. Mais en même temps, on ne peut ignorer l'existence d'éléments étrangers à toute définition de l'acte rituel et essentiels à cette chasse : ainsi en est-il par exemple de la passion qui anime tout "vrai" chasseur.

2Sans prétendre trancher pour ou contre une définition de la chasse collective comme rituel, cette étude confronte les éléments permettant de formuler l'hypothèse du rituel à ceux qui, au contraire, semblent s'y opposer. Elle propose aussi une apparente diversion à cette question en posant l'hypothèse d'un rapport possible entre la chasse collective et la forme non codifiée de la chasse au sanglier qu'est la chasse solitaire. Enfin, cette étude a été menée à partir de données recueillies dans les Ardennes et auxquelles ont été confrontées des observations réalisées plus récemment en Corse.

Délimitations, ordonnancements, codifications, rythmes

3Comme partout, mais de façon plus emblématique qu'ailleurs, le sanglier constitue pour les Ardennais le gibier préféré de la chasse collective, bien plus recherché que le chevreuil, mieux adapté que le cerf à la technique de la battue héritée des anciennes battues villageoises de défense contre les loups et choisie pour la chasse collective actuelle.

4Tout l'intérêt et la grande détente de cette chasse consistent à rechercher un animal sauvage difficilement saisissable tout en jouant soi-même au "sauvage" en parcourant les bois, en adoptant des comportements inverses à ceux que régit la civilité villageoise. Mais, on s'en doute, ce "sauvage" n'est pas donné tel quel et n'existe qu'en fonction de délimitations bien précises ; la chasse ne consiste pas à aller chercher le sanglier tel qu'il est, où il est.

5Contrairement à la chasse individuelle au petit gibier, la chasse au sanglier a lieu au bois qui, dans les Ardennes, correspond à l'espace non cultivé du terroir villageois. C'est un espace précisément délimité, géographiquement et juridiquement. Son statut juridique, qui en fait une propriété de la commune, rompt avec celui du reste du terroir, composé d'une juxtaposition de propriétés privées. Espace le plus éloigné du groupe des maisons, le bois est aussi l'espace le moins privé du terroir ; tout le monde, habitant de la commune ou non, y a droit de passage. Il n'est pas un lieu d'inscription des lignées comme l'espace domestique, mais l'espace emblématique des anciennes luttes pour l'autonomie villageoise et, aujourd'hui encore, pour le pouvoir politique. Il s'agit plus d'une sorte de hors-lieu que d'un territoire.

6Géographiquement, le bois occupe une position particulière et résiduelle au sein d'un terroir villageois formé par défrichement, une position en rupture avec la structure concentrique des espaces cultivés autour du village ; il est situé en bordure du terroir, à la frontière d'un terroir voisin.

7D'autre part, le bois est structuré en zones imaginaires s'échelonnant d'une "bordure", qu'il partage avec les terres cultivées ou les pâturages, jusqu'à une "profondeur", lieu supposé le plus éloigné des zones d'habitation et qui cache le gros gibier. Ces différentes zones du bois sont parcourues durant la chasse au fil des battues successives.

8Enfin, la technique de la battue elle-même suppose que le bois soit traité comme un espace ordonné, de façon quasi militaire : il est préparé pour la chasse avant chaque saison, quadrillé en un certain nombre de coupes délimitées par des chemins nommés layons (quand les chasseurs sont eux-mêmes concernés) ou traits (quand il s'agit du gibier : il "s'arrête au trait" ou "saute le trait" ; c'est souvent à ce moment-là qu'il est tué).

9Si l'espace du bois est, lorsqu'il concerne la chasse, un espace délimité et ordonné, il en est de même pour le temps de la chasse.

10D'une part, suivant un rythme saisonnier, le temps de la chasse en général est un temps périodique et répétitif, qui situe l'action de la chasse en continuité avec le temps cyclique naturel. D'autre part, de même que le bois est un lieu à part de l'espace villageois, la chasse délimite, pour ceux qui chassent en société, un temps clos et continu. Le temps de la chasse est tout entier compris entre le départ et le retour des chasseurs au village, d'abord chez l'un d'entre eux pour le partage du gibier, puis chacun chez soi avec sa part ; quant aux prolongations au café, les chasseurs les écartent de la chasse proprement dite, reconnaissant que "ça, c'est autre chose..."

11Dans les Ardennes, lorsque les chasseurs partent à la chasse, c'est pour toute sa durée ; une fois dans les bois, ils ne retournent pas au village pour déjeuner et repartir ensuite ; ils ne font pas de coupure et prennent leur repas "à la cabane". Si le bois est petit, une demi-journée suffit à "le faire" (on ne repasse jamais au même endroit) et la chasse se termine à l'heure du déjeuner.

12La cabane de chasse est l'anti-maison des chasseurs, qu'ils se construisent en plein bois. Ceux des Hautes-Rivières ont construit la leur au sommet d'une colline, sur le point culminant de leur territoire de chasse, un lieu-dit dont le nom est inconnu des cartes de l'I.G.N. et appartient au savoir exclusif des gens du pays, le Pâquis des Aires à Faude ; leur cabane est fabriquée de bric et de broc, avec des planches, des bouts de tôle ; il y a peu d'ouvertures : un seul carreau à côté de la porte et le sol est de terre battue. Tout autour de la pièce, des tables et des bancs en bois et au milieu, un vieux poêle en fonte. L'ensemble est très ostensiblement rudimentaire, alors que les maisons d'habitation elles-mêmes sont toujours très confortables et munies de tout l'équipement ménager moderne. Le poêle permet de se réchauffer à midi et de chauffer les casse-croûtes qui comportent presque toujours un bout de lard à faire griller, même si la femme a préparé un plat complet à emporter ; les hommes se taillent une pique en bois, y embrochent leur lard qu'ils tournent sur le feu, épongent de temps à autre la graisse rôtie avec un morceau de pain ; ce sont des gestes qui s'apprennent très tôt et font partie de l'éducation paternelle des petits garçons, des gestes de fête définissant une façon de manger loin de la table familiale. A la fin du repas, on s'offre des alcools, de "la blanche" après "le rouge" et le café noir.

13Le temps passé à la cabane est un moment de détente, une pause dans l'action de la chasse : les comportements y sont dénués de tout formalisme. La cabane de chasse est une alternative masculine et brute à la maison familiale du village où les femmes veillent à l'ordre et à la propreté.

14Pour bien chasser, il faut être à son affaire, éviter la distraction, ne pas faire intervenir d'éléments étrangers à la chasse elle-même (comme bavarder, fumer...) qui risqueraient d'ouvrir dans la continuité de l'action des brèches par lesquelles s'échapperait la chance du chasseur1.

15Enfin, l'action de chasse déroule de façon ordonnée un enchaînement de séquences comparables à celles qu'à définies A. Van Gennep pour rendre compte du caractère formel des rites de passage ; les séquences de ruptures, de marge et d'intégration ne réalisent pas, dans le cas de la chasse, une opération de passage, mais un trajet d'aller et retour entre la maison et le lieu du bois où se trouve le gibier.

16Ce sont, en premier lieu, les préparatifs du départ, une étape dans laquelle les femmes interviennent encore plus ou moins, selon l'attitude qu'elles ont choisi d'adopter vis-à-vis de la chasse, et qui consiste à réaliser de façon très nette une rupture avec l'univers domestique, en particulier par le troc du vêtement de travailleur contre la tenue du chasseur, tenue au style militaire plus ou moins accentué, le vêtement de chasse étant destiné en particulier à se confondre avec les teintes vertes et brunes du bois et à dissimuler, par l'épaisseur du tissu, les odeurs d'homme. Afin de le tenir à l'écart des odeurs de la maison, les hommes le rangent en général dans une remise extérieure aux pièces d'habitation ; autrefois même, certains l'éloignaient encore plus et l'enfermaient dans une cabane en plein bois. Leur vêtement est pour les chasseurs comme une autre peau, qui les isole de l'univers domestique et leur permet de s'intégrer par mimétisme au monde sylvestre.

17Après un dernier café, c'est le départ de la maison ; puis, le trajet vers le bois constitue une sorte d'étape intermédiaire qui est déjà du temps de chasse sans être encore de l'action. Le groupe des chasseurs n'est pas encore formé, c'est encore le temps des relations purement affectives, des premiers regroupements par affinités avant le rassemblement général au point de rendez-vous. Ce n'est pas encore la chasse et les fusils se portent non chargés.

18Alors que les chasseurs se sont mis en route individuellement, c'est tous ensemble qu'ils entrent dans le bois. Au lieu de rendez-vous, généralement situé à la lisière du bois, le corps des chasseurs se forme, les stratégies sont mises au point et les rôles sont répartis : les tireurs vont se poster autour de la coupe choisie, le long des layons, et les traqueurs partent de leur côté avec les chiens et se disposent en ligne à l'entrée de la coupe qu'ils vont ratisser. Bien que, dans les chasses communales, les traqueurs soient armés comme les tireurs postés, le tueur, comme on l'appelle dans les Ardennes (à l'instar du tueur de cochon) est généralement un tireur posté, celui qui sait se fondre dans l'environnement grâce à son silence et à son immobilité. Il en est de même en Corse.

19A la fin de la journée, c'est seulement à la sortie du bois, où attendent les voitures, que le groupe des chasseurs se défait. Il se reforme ensuite, chez l'un d'entre eux, autour de l'animal à découper ; après le partage, on se quitte jusqu'à la prochaine chasse, chacun emportant chez lui la part que son épouse cuisinera.

20Mais le temps de la chasse collective n'est pas seulement celui d'un déroulement séquentiel, linéaire. C'est aussi celui d'une progression dramatique jusqu'au moment de la mise à mort du sanglier. Au début de la chasse et après chaque battue, les chasseurs se réunissent pour définir et réajuster leur stratégie ; l'ordre de parcours des différentes coupes de bois est choisi de façon à aménager la mise en scène d'une progression de l'échauffement physique (on commence par les coupes les plus faciles), et de l'intensité de l'action (les lieux les plus susceptibles de cacher le gibier sont réservés pour la fin de la journée). L'action de la chasse réalise aussi une sorte d'intensification symbolique qui conduit les chasseurs de la bordure du bois vers sa profondeur, c'est-à-dire des lieux où se trouve le petit gibier (en particulier les lièvres) que l'on peut chasser individuellement, vers les lieux de remise des grands animaux, réservés à la chasse collective.

21Dans les Ardennes, une ancienne coutume de chasse propre à la vallée de la Semoy illustre particulièrement bien cette préoccupation qu'ont les chasseurs de sanglier d'intensifier l'action de leur chasse : on y faisait précéder la chasse au sanglier d'une chasse individuelle au lièvre, le matin, en bordure du bois (chasse destinée, disait-on, à s'entraîner et à échauffer les chiens) ; les chasseurs se rassemblaient ensuite l'après-midi pour entrer tous ensemble à l'intérieur du bois, chasser le sanglier.

22Enfin, au nombre des codes de la chasse collective, il faut ajouter les gestes effectués machinalement sur le corps du gibier mort et qui mettent fin à l'acte de mise à mort proprement dit, la saignée, le châtrage et le vidage du sanglier2. Des gestes destinés à rendre effectif et assimilable "le fort" du sauvage et qui, faisant passer le sanglier de l'état d'animal sauvage à celui de viande consommable, rompent la relation d'identification qui unit à lui les chasseurs, fixent ainsi les positions de chasseur et de gibier mises en jeu le temps de la chasse et rendent alors possible la répétition de celle-ci.

«Naturalisation» et passion des chasseurs, l'expérience personnelle

23La chasse collective au sanglier n'est pas uniquement appréhendable par l'identification de formes d'apparence ritualisée. L'espace et le temps de la chasse, par exemple, en même temps qu'ils sont codifiés de façon ritualisée, paraissent, à l'intérieur des limites qui les définissent, ne pas répondre aux principes de codification qui ordonnent habituellement le temps et l'espace des rites de types cérémoniels.

24Il faut distinguer, en effet, des normes anticonformistes suivant lesquelles les chasseurs s'attribuent une identité brute, l'expérience proprement dite consistant pour eux à participer de l'univers naturel et de la nature animale. Par exemple, expérience d'une modification des limites du corps à l'intérieur du bois : en effet, bien qu'il soit perçu de façon structurée, le bois n'est en aucun cas comparable aux espaces codifiés des rites cérémoniels ; il est aussi perçu, par un tireur posté, comme un milieu indifférencié dans lequel il pénètre pour s'y fondre, s'y confondre avec un arbre ou un rocher et se rendre imperceptible au gibier à la manière d'un piège.

25Autre expérience caractéristique de la "naturalisation" des chasseurs : leur disponibilité aux accidents météorologiques.

26Ce sont parfois des conditions météorologiques excessives, comme une chute de neige importante, qui conditionnent la mise en route des chasseurs, conduite inverse du quotidien où les impératifs de la culture et de l'élevage nécessitent au contraire de lutter contre ces excès qualifiés alors de "mauvais temps". C'est le cas de la chasse "au pas", particulièrement appréciée et valorisée dans les Ardennes, pratiquée en plein hiver, lorsqu'il a neigé abondamment. C'est en hiver que le sangliers se regroupent en hardes et nomadisent et dès la fin de décembre ou le début de janvier, les chasseurs attendent la neige qui doit amener dans leurs bois le gros de la troupe.

27Lorsque la première neige importante est tombée, rien ne les retiendrait au village ; il arrive d'ailleurs, dans la vallée de la Semoy, que des patrons de petites entreprises accordent à leurs ouvriers une journée de congé pour aller "faire le pas" ou "faire le bois", poussés par la fièvre de la chasse3. Dès que la neige est tombée, une chasse est prévue pour le lendemain. Un ou deux chasseurs vont au bois en fin de journée, effacer les traces existantes à l'aide de branchages, pour faire du sol enneigé une surface blanche et nette sur laquelle pourront s'imprimer les déplacements de la nuit. Le lendemain matin, ils retournent au bois lire les traces sur la neige afin d'évaluer le lieu où se sont remis les sangliers pour la journée, leurs allées et venues nocturnes déterminant ainsi un bois dans le bois, un "fort" avec ses entrées et ses sorties. La chasse au pas consiste à disposer autour de ce lieu une ceinture de chasseurs qui s'en approche progressivement au plus près, à déléguer à l'un d'entre eux la fonction de "prendre le pas", suivre la trace du sanglier jusqu'à tomber sur lui. Il pousse alors un cri à l'adresse des autres chasseurs, un "A vous, sanglier !" qui fait démarrer la bête au hasard.

28Contrairement à la chasse en battue ordinaire qui laisse le sanglier manœuvrer dans le bois, on ne peut ici prévoir la direction qu'il prendra pour "sortir" ; il n'est donc pas tué par un tueur pressenti à qui il aurait été attribué une bonne place, comme souvent dans les battues ordinaires, mais au hasard, comme à une sorte de roulette russe, par celui devant qui il va passer, affolé. Puis, le partage se fait selon les mêmes principes égalitaires que lors des battues ordinaires.

29La chasse au pas déclenche la passion des chasseurs ardennais pour plusieurs raisons. D'abord pour le plaisir de se laisser aller à l'invitation de la neige, des aléas du temps météorologique et d'échapper ainsi au temps social du travail. Ensuite, parce qu'il s'agit d'un mode de chasse tout à fait spécifique au sanglier et qui définit aussi, au sein des chasseurs de la Société, un petit groupe de "vrais chasseurs". Le sanglier est en effet le seul gibier jugé intéressant pour cette chasse en raison, en particulier, de la qualité des traces qu'il laisse sur son passage. Avec les cerfs, il est plus difficile de s'y retrouver, "ils se promènent le long des chemins", ils errent de-ci de-là selon des cheminements plus au moins tortueux ; quant aux chevreuils, jugés le moins intéressant des gros gibiers, "ils font n'importe quoi", leurs traces sont illisibles, incompréhensibles. Seul le sanglier fait exactement ce qu'on attend de lui : il "entre" dans le bois et "sort" de ses profondeurs.

30La chasse au pas présente aussi l'intérêt de ne pas concerner tous les chasseurs de la Société ; elle élimine de fait ceux qui n'habitent pas en permanence le village, les chasseurs du dimanche ; elle définit et scelle la formation d'un petit groupe de chasseurs autochtones, habitués du bois, se disant eux-mêmes "vrais chasseurs" et reconnus comme tels par les gens du village. Enfin, ce mode de chasse présente la particularité, par rapport à la battue ordinaire, de laisser la chance élire le tueur du sanglier au sein du groupe, sans qu'interviennent de stratégies liées aux affaires du village (puisqu'aucune "bonne place" ne peut être attribuée à un tueur pressenti).

31La chasse au pas ne bénéficie donc pas tout à fait du même statut que la chasse en battue ordinaire : la part des éléments non codifiés y est plus importante et il leur est attribué une fonction concrète dont les effets se prolongent au-delà de l'action de chasse elle-même : c'est au hasard qu'il appartient d'élire le tueur, aux aléas du temps de décider de la chasse et donc de la réserver aux autochtones ; comme si l'on échappait ainsi à des déterminants jugés étrangers à la chasse elle-même, les stratégies politiques et le règlement de la Société de chasse autorisant les invitations d'étrangers.

32Enfin, les chasseurs expriment eux-mêmes cette expérience d'animalisation que leur fait vivre la chasse au sanglier lorsqu'ils évoquent l'échauffement corporel qu'ils ressentent, un échauffement ponctuel durant le temps de la chasse, accompagnant les processus de progression et d'intensification de l'action et semblable à celui du sanglier lui-même en deux occasions, le temps du rut qui le rapproche des femelles et celui de la chasse qui le confronte aux chasseurs. Un échauffement du sang de nature sexuelle et guerrière ; une sorte d'ébullition des humeurs corporelles qui laisse pour trace, dans la chair du sanglier, ce goût de "fort" ou de "sauvage" qui en fait la viande de gibier par excellence. Un échauffement provoqué, donc, et non permanent, car, tout brutal et rustre qu'il soit, le sanglier n'est pas en lui-même, dans le monde animal, une bête agressive au même titre que les carnivores. De même que, dans leur vie quotidienne, les hommes ne sont pas prédateurs d'un monde sauvage, mais agriculteurs et éleveurs. C'est dans la confrontation de la chasse, que chasseurs et sangliers s'ensauvagent ensemble.

33Mais cet échauffement dont parlent les chasseurs, cette fièvre qui les saisit à l'approche du sanglier est aussi à considérer d'un autre point de vue que celui de l'expérience physiologique. La "fièvre de la chasse", ce "virus" qui se transmet par contagion, appartiennent aussi, de façon métaphorique, au langage de la passion.

34C'est là le dernier point qui éloigne, et de façon décisive, la chasse du rituel. Alors qu'un acte rituel, comme les trois gestes accompagnant la mise à mort du sanglier, est accompli machinalement, avec pour toute justification qu'ayant toujours été fait, il est à faire, il en va tout autrement de la pratique de la chasse en général qui, elle, répond à une passion, marque un destin individuel.

35Cette coexistence au sein de la chasse collective elle-même d'éléments codifiés, d'ordre rituel, et d'éléments non rituels rend donc difficile la définition d'un statut pour cette activité qui semble admettre des formes et des gestes ritualisés sans présenter, dans son ensemble, "l'état d'esprit" d'un rite. Difficulté accrue par l'absence d'une réelle théorie ethnologique du rituel qui renvoie à une sorte de concept vide, inopérant, toute référence hâtive aux éléments de définition habituels du rite. Poursuivre la réflexion sur ce sujet nécessite donc, dans un premier temps, de différencier et de préciser les implications des caractéristiques des éléments constitutifs de la chasse collective.

Acte et acteur

36Parmi les formes codifiées de la chasse collective au sanglier, qui peuvent être qualifiées de ritualisées en référence à une définition formaliste du rituel, il est possible de distinguer :

  • Des normes définissant le cadre formel de la chasse : espace et temps cynégétiques. Elles ont pour caractéristique de ne se référer à aucune coutume préexistant à la chasse elle-même.

  • Des normes qui réglementent l'action de la chasse et en définissent les règles du jeu (formation du groupe des chasseurs, répartition des rôles, affirmation d'une identité brute, non civilisée, affirmation d'un égalitarisme par les règles de conduite et celles du partage de l'animal, etc.). Ces normes définissent l'identité des acteurs en fonction d'un extérieur représenté par l'espèce sanglier ; elles se réfèrent à la fois à une idéologie de l'affrontement guerrier (historiquement préexistant à l'apparition de la chasse collective populaire) et aux modalités de la cohésion sociale locale (qu'elles reproduisent sans les influencer ; la chasse collective n'a pas d'incidence réelle sur la structure sociale, ce qui n'est pas le cas du braconnage, par exemple, ou du piégeage.)

    Des actes conventionnels pourvus d'efficacité symbolique : les trois gestes effectués sur le corps du gibier mort qui, rendant assimilable le "fort" du sauvage, créent donc le produit de la chasse. Ces gestes se réfèrent à d'autres coutumes que celles de la chasse. Celles de la tuée du cochon domestique et les règles de la comestibilité des viandes en général, tout en s'intégrant de façon logique à la chasse elle-même, comme le montrent par exemple l'usage et l'importance symbolique du couteau de chasse4.

37Ces trois types de normes présentent d'abord pour caractéristique commune de participer à la définition d'une catégorie de gibier "sanglier" et de son statut par rapport aux autres animaux chassés (cervidés, petit gibier, nuisibles) ; elles institutionnalisent une modalité de la chasse par rapport à d'autres possibles.

38Mais surtout, cette normalisation a pour effet d'isoler l'acte de la chasse au sanglier d'un contexte quotidien de la mise à mort animale ; que ce soit en lui délimitant et définissant un cadre particulier ou en mettant en scène, autour de cette mise à mort, hors du contexte qui leur est propre, des valeurs (guerrières et sociales) non caractéristiques de la chasse elle-même. En coupant l'action du contexte de la quotidienneté, qui implique la subordination de l'acte à l'acteur et aux circonstances de sa réalisation, cette normalisation de la chasse collective permet une répétition sans altération de l'acte lui-même ; saison après saison, les chasseurs répètent ainsi le même acte, et non un acte identique à un précédent, avec le sentiment de suivre une coutume qu'ils créent en fait eux-mêmes. Cette répétition, définie par le retour du même acte, caractérise le temps rituel en général, par contraste avec le temps quotidien et profane au sein duquel ne peuvent se répéter que des actes identiques les uns aux autres (il s'agit alors d'une répétition définie comme le retour d'un acte identique au précédent mais distinct de lui, puisque contingent aux circonstances de la réalisation et à l'acteur lui-même, et réalisé au sein d'un temps linéaire).

39En ce qui concerne les formes non codifiées de la chasse collective au sanglier (qui ont trait à la "naturalisation" des chasseurs et à leur passion), nous retiendrons pour l'instant :

  • Qu'elles se rapportent essentiellement à l'expérience personnelle du chasseur, à son implication en tant qu'acteur dans son acte de chasse. Que cette implication soit exprimée en termes de passion indique que, pour ces formes non codifiées aussi, le contexte de réalisation se définit nettement comme hors quotidien. Dans ce cas, il n'y pas indépendance entre l'acte et l'acteur, mais c'est l'acteur qui est subordonné à son acte, lié à lui par la passion.

    Que cette implication du chasseur dans son acte est fonction de sa relation à l'animal chassé. Ces éléments non codifiés de la chasse, apparemment d'ordre non rituel, sont spécifiques au processus de mise en rapport avec un extérieur qui réalise l'activité cynégétique à travers la relation chasseur-animal sauvage5 ; rapport distinct de celui que réalisent les rites d'ordre religieux avec cet extérieur qu'est "l'autre monde". La chasse et les rites religieux organisent en effet, chacun pour leur part, des rapports avec des mondes extérieurs dont la position vis-à-vis du monde "d'ici" diffère considérablement. Le monde spirituel des dieux et des morts n'est pas du tout dans le même rapport avec l'ici-bas que le monde naturel auquel donne accès la chasse avec l'univers du social ; ce dernier rapport pouvant se définir comme un rapport de transformation spécifique, comme le suggère l'identité même du gibier préféré, le sanglier, équivalent sauvage de l'animal d'élevage par excellence qu'est le cochon6.

40Arrivés à ce point de la réflexion, nous ne pouvons, pour l'instant, tirer de conclusions quant à cette disparité propre aux éléments constitutifs de la chasse collective au sanglier et qui nous semble significative de cette activité ; nous poursuivrons donc sur ce thème mais en déplaçant d'un cran, pour ainsi dire, le champ de l'observation, l'élargissant à la chasse au sanglier en général.

41En effet, la confrontation entre des contextes de réalisation de cette chasse aussi différents que ceux des Ardennes et de la Corse amène à constater le fait suivant : en dépit de différences importantes qui tiennent essentiellement aux contextes écologique, culturel et historique, la chasse au sanglier en général, qu'elle soit pratiquée dans les Ardennes ou en Corse, présente pour caractère constant la coexistence de deux modalités d'accomplissement, individuelle et collective, qui la distingue des chasses aux autres gibiers.

42Cette partition au sein de la chasse au sanglier en général est du même type que celle qui vient d'être décrite pour la chasse collective elle-même ; de ces deux modalités de la chasse, l'une est codifiée, l'autre non. Pour aller rapidement, les choses se présentent à peu près de la façon suivante : dans les deux cas, outre la chasse collective, il existe une chasse solitaire au sanglier, actuellement presque mythique dans les Ardennes, mais tout à fait effective en Corse.

43Apparemment pratiquement disparue, la chasse solitaire au sanglier se rattachait, dans les Ardennes, à une longue tradition de la subversivité, bien implantée dans le contexte social ardennais ; le braconnage, conséquent à une organisation élitiste de la chasse, s'associait souvent à la contrebande, les grands bois formant aussi frontière avec la Belgique, ou, pendant la guerre, aux activités de la résistance, le port d'arme étant alors interdit. Actuellement, ces grands bracos existent surtout dans les récits qui vantent leurs exploits et leur valeur personnelle : ils y apparaissent comme des hommes des bois forts et roublards, sans travail régulier, à la fois indifférents à la loi et aux coutumes locales (coutumes alimentaires : ils mangent de tout, même du renard ; coutumes de la civilité et du bon comportement social : ce sont des hommes à femmes ou, au contraire, des rustres vivant dans une solitude d'ours). Pour leur indépendance vis-à-vis des normes sociales, ils sont à la fois enviés et jugés inquiétants. Enfin, ce sont d'excellents chasseurs, maîtres des techniques du piégeage et du corps à corps qui, succédant à la poursuite de l'animal, apparaît encore pour les chasseurs actuels de la chasse collective comme la plus belle façon de tuer le sanglier.

44En Corse7, par contre, la pratique individuelle de la chasse au sanglier existe effectivement ; mais la notion de braconnage y est récente, conséquente à la législation moderne de la chasse, et les chasseurs solitaires s'y définissent moins par leur illégalisme que par une façon de chasser qui leur est particulière d'autant plus éloignée de la chasse collective qu'elle ne vise pas exactement la même espèce de sanglier et ne se pratique pas tout à fait dans les mêmes lieux. Alors que la chasse collective se pratique sur des terrains proches du village et vise le sanglier "croisé", demi-cochon vivant en bandes dans ces lieux les chasseurs vont plutôt chercher le "vrai" sanglier, u signale, nomade et montagnard, vivant dans des lieux beaucoup plus éloignés (à Bastelica, dans des grottes situées à la source du Prunelli, le ruisseau qui traverse le village). Bien entendu, la chasse ne consiste pas, comme la chasse collective, à cerner de force le sanglier sur le terroir villageois ; c'est une chasse de poursuite, d'endurance, d'aventure.

45Contrairement à la chasse collective, la chasse individuelle permet à chaque chasseur de faire la démonstration de son excellence personnelle, de mettre en oeuvre un "art", un style qui lui est propre. L'acte de la chasse solitaire est contingent à son acteur et non à une norme, un peu comme un travail d'artisanat, et à l'opposé d'un rite ; c'est aussi une activité quotidienne à l'opposé de la chasse collective qui possède toujours un caractère festif. Enfin, du fait en particulier de sa fréquentation permanente de la nature et du monde animal sauvage, et parce qu'il s'accorde le droit de chasser pour lui-même et sans partage, un chasseur solitaire possède au sein de la communauté villageoise, que ce soit dans les Ardennes ou en Corse, un statut anomique qui le différencie des chasseurs de la chasse collective, bien intégrés, eux, dans la vie sociale et politique du village. En même temps, il lui est attribué (et il s'attribue lui-même par des comportements transgressifs) une force d'un autre type que celle des chasseurs de la chasse collective et qui serait un peu comme la force rusée et magique du renard par rapport à celle, brutale et coercitive, du sanglier.

46Il y aurait, bien entendu, d'autres développements à faire au sujet de la chasse individuelle, notamment quant à son incidence sur la société (elle possède des prolongements économiques, les braconniers vendant le produit de leur chasse, contrairement à la chasse collective qui se clôt réellement avec le partage de l'animal ; c'est l'activité de chasse du braconnier qui lui confère son statut social, alors que ce sont plutôt les rôles et statuts sociaux qui déterminent les rôles de la chasse collective) ; ou sur les valeurs attachées à cette chasse et auxquelles se réfère le rôle essentiel de la chasse collective, celui du tueur.

47Mais, si l'on peut considérer les chasses individuelle et collective comme les parties d'un même ensemble, la question se pose alors du rapport entre ces deux modalités de la chasse au sanglier, dont l'une se caractérise en particulier par une formalisation de l'action et par la subordination de l'acteur, et l'autre par la souveraineté et le statut social particulier de l'acteur.

48La chasse individuelle donne la primauté à l'homme (l'acte lui est contingent), tandis que la chasse collective met en avant tantôt la norme codifiant l'action, tantôt l'acte lui-même auquel le chasseur est subordonné par sa passion mise en scène le temps de la chasse.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., 1982 "Les rites comme actes d'institution." Actes de la recherche en sciences sociales, 43. Paris, E.H.E.S.S., juin : 58-63.

Fabre-Vassas C., 1982 (1) "Le partage du ferum : un rite de chasse au sanglier", Études rurales, Paris, juil.-déc : 377-400.

(2) "L'enfant, le four et le cochon", Le Monde alpin et rhodanien, Grenoble, 1982, 1-4 : 155-178.

Hell, B., 1985 Entre chien et loup. Faits et dits de chasse dans la France de l'Est, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, ministère de la Culture, mission du Patrimoine ethnologique.

Jamin, J., 1979 La tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau, Paris, Institut d'ethnologie.

Smith, P., 1979 "Aspects de l'organisation des rites", La fonction symbolique. Essai d'anthropologie, textes réunis par M. Izard et P. Smith, Paris, Gallimard.

Van Gennep A., 1909 Les Rites de passage, Paris, E. Nourry.

Verdier Y., 1979 Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard.

Levy S., 1898, La doctrine du sacrifice dans les Brahmanas, P.U.F.

Vincent O., 1984, Chasse du renard et chasse au sanglier dans les Ardennes françaises, thèse pour le doctorat de 3e cycle, Université de Paris X.

Haut de page

Notes

1A cet égard, on pourrait dire de l'action continue de la chasse ce que Sylvain Lévy (1898) disait du sacrifice védique : "Le caractère essentiel du sacrifice est, en effet, sa continuité ; on ne fait pas le sacrifice, on l'étend comme on tend la trame d'une étoffe." Le sacrifice indien est en effet conçu comme l'action par excellence ; c'est à la fois ce qui se fait et ce qui produit un résultat perdurant au rite lui-même. Les fautes rituelles apparaissent alors comme autant de déchirures par lesquelles s'échappe l'efficacité du sacrifice.
2Sur le caractère rituel de ces trois gestes, voir Claudine Fabre-Vassas (1982 ; 1), qui les interprète comme des gestes de partage créant rituellement le ferum dans le corps du gibier.
3 
4Le couteau de chasse est en effet l'arme distinctive des chasseurs de gros gibier. Miarme, mi outil, il leur permet de se défendre en cas de corps à corps avec le sanglier ou d'achever un animal blessé, et d'effectuer les gestes de la saignée, du châtrage et du vidage. Il possède pour équivalent l'arme du sanglier lui-même, les défenses, considérées par les chasseurs comme des couteaux.
5Cf. O. Vincent (1984).
6Sur les rapports au cochon, voir en particulier C. Fabre-Vassas (1982 ; 1 et 2) et Y. Verdier (1979).
7Ces observations ont été menées en Corse du Sud, dans la région de Bastelica.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent O., 1987, « Chasse et rituel », Terrain, n° 8, pp. 63-70.

Référence électronique

« Chasse et rituel », Terrain [En ligne], 8 | avril 1987, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3154 ; DOI : 10.4000/terrain.3154

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals