Navigation – Plan du site
Repères

Les archives du moi ou la passion autobiographique

Anna Iuso
p. 125-138

Entrées d’index

Thème :

autobiographie

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1L'idée de rassembler en un lieu des écrits personnels n'est pas tout à fait neuve en Europe. L'école sociologique polonaise fondée par les travaux de Thomas et Znanieski (1918-1920) au lendemain de la Première Guerre mondiale donnait déjà à ce type de sources une place centrale, encore que l'on ait trop peu souligné que beaucoup des documents autobiographiques utilisés pour écrire leur fameux Paysan polonais étaient des textes sollicités ou spontanés, en particulier des correspondances. Sur cette lancée, la multiplication continue des concours d'autobiographies a créé en Pologne des archives dont la dimension pose aujourd'hui des problèmes de gestion tout à fait dramatiques. Dans un tout autre cadre, la fondation, dans l'Angleterre des années 30, par des poètes surréalistes et des intellectuels de gauche du mouvement dit Mass-Observation a produit une énorme quantité de textes qui témoignent de la capacité de gens « ordinaires » à observer et à décrire leur quotidien1. Là ce n'est que très récemment que ces archives ont repris vie, ont été à nouveau alimentées par des textes originaux. Mais si l'époque actuelle n'est plus à ces grandes entreprises, se multiplient en revanche des initiatives plus focalisées et cela selon deux logiques assez différentes.

2De nombreux centres d'archives autobiographiques sont nés, dans les années 70 et 80, du renouvellement des sources en histoire sociale. L'histoire orale du xxe siècle a suscité – en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, un peu moins en France – la création de fonds spécifiques où se sont d'abord trouvées rassemblées des bandes magnétiques – transcrites ou non – portant des entretiens ou des histoires de vie. Sont venus peu à peu s'y ajouter des écrits personnels : journaux de guerre, livres de raison, recueils de correspondance, dont la spécificité a été de mieux en mieux reconnue. Au-delà des situations critiques – conflits armés, résistance, engagements politiques... – c'est tout le continent des écritures quotidiennes du moi qui, peu à peu, a émergé et a été admis, comme base documentaire d'abord, comme symptôme d'une évolution moderne de l'individu ensuite. Cependant, le but de ces centres reste l'accumulation de données à des fins d'analyse. Il ne s'agit pas d'archives publiques, alimentées de dépôts officiels ou volontaires, mais d'archives étroitement liées à la réalisation de programmes de recherche, déterminées par l'orientation scientifique et son évolution.

3Le second ensemble est très différent et, à vrai dire, beaucoup moins homogène. C'est celui que je souhaite présenter ici. Le point de départ est toujours dans la conviction que le texte autobiographique ordinaire est a priori plein d'intérêt, mérite d'être connu et sauvegardé comme témoin de la singularité d'un point de vue, d'une position dans la société et dans l'histoire. Au-delà de son contenu informatif, il est l'acte d'un individu qui s'expose à travers lui. A partir de là, diverses inflexions sont possibles ; les exemples qui seront détaillés se veulent représentatifs de trois d'entre elles, à mon sens les trois principales2.

4L'Archivio Diaristico Nazionale de Pieve Santo Stefano, en Italie, favorise la connaissance et la reconnaissance de l'autobiographie ordinaire par la lecture et celle-ci ne concerne que des textes achevés. L'Association pour l'autobiographie et le patrimoine autobiographique, à Ambérieu-en-Bugey, est plus attentive à l'écriture autobiographique comme thème de réflexion, comme processus, comme œuvre en cours chez chaque autobiographe. Vivre et l'écrire, à Orléans, souligne, au-delà du texte, l'effet de dialogue, de communication, d'échange, dont l'écrit autobiographique est l'occasion ou le résultat. Trois types de pratiques donc, qui renvoient à des orientations distinctes, à des conceptions différentes aussi quant à l'acte autobiographique et à la conservation de ses productions. Par exemple, d'un modèle à l'autre l'accent mis sur les archives elles-mêmes varie, comme d'ailleurs la place faite à l'expérience d'écriture qui voit sa pratique spontanée de plus en plus soutenue par une incitation nettement volontariste.

5Ces archives autobiographiques ne sont pas des dépôts morts mais, tout au contraire, des lieux d'échanges, de rencontres, d'interactions, de performances quasi rituelles. L'intimité de l'autobiographe s'ouvre alors, plus ou moins, à d'autres intimités, à d'autres regards. Son acte d'écriture prend une dimension publique. Et cela dans des circonstances, des ambiances, des intentions qui varient considérablement. Mais si chaque formule revient à créer du lien social autour de l'écrit, c'est selon des modalités très différentes (Lejeune 1991a). Considérons-les de plus près.

Des vies par milliers : L'Archivio Diaristico Nazionale

6L'Archivio Diaristico Nazionale de Pieve Santo Stefano est surtout connu pour son prix, attribué à la « meilleure autobiographie de l'année ». Fondé en 1984 par le journaliste Saverio Tutino, ce centre a immédiatement eu recours aux médias pour toucher le plus large public ; il a bientôt reçu des dizaines d'autobiographies, jusqu'à atteindre, annuellement, 200 à 300 entrées nouvelles où tous les genres sont représentés – Mémoires, journaux, correspondances – ainsi que toutes les époques. Cependant, seuls les 200 premiers textes reçus participent au concours, le surplus étant reporté à l'année suivante. Depuis 1992, on peut aussi demander le simple dépôt, hors compétition.

7Les lecteurs de l'Archivio, tous bénévoles, ont élaboré un système qui assure au mieux trois lectures de chaque texte. Ils sont, pour cela, divisés en deux groupes. Le premier, le plus large (40 personnes), assure un moindre engagement, il lit une partie des envois et rend une fiche préconstituée au second, le groupe « interne », fort d'une dizaine de personnes qui, pour leur part, lisent tous les textes sélectionnés. Elles se réunissent tous les quinze jours, pour des rencontres d'évaluation et d'élimination en vue du concours, et rédigent finalement une fiche beaucoup plus élaborée qui reste dans le fonds de l'Archivio.

8Résidant à Pieve, un bourg toscan de 10 000 habitants, ces volontaires sont vraiment le cœur de l'Archivio. Aucun critère ne préside au choix de ces lecteurs de base, tous les âges, tous les groupes sociaux sont représentés. Du collégien au retraité, de la ménagère au professeur, tout le monde peut participer, et participe en effet, surtout si l'on considère le renouvellement qui advient de lui-même tous les trois ou quatre ans. Ce qui frappe est cependant l'écrasante majorité des femmes, jusqu'aux trois quarts du groupe annuel. L'hétérogénéité sociale et culturelle du groupe de lecture ajoute aux difficultés intrinsèquement liées au jugement d'une autobiographie. Le critère fondamental, qui n'est ni formel ni stylistique, reste « la capacité de l'auteur à décrire son monde, à transmettre ses propres sentiments ». De lecture en lecture, à la fin d'une année de « travail », le choix s'arrête sur dix candidats, les finalistes, dont les textes sont envoyés au jury national, c'est-à-dire à un groupe de douze personnalités de la culture italienne choisies et invitées par le fondateur, Saverio Tutino. Ils forment l'ultime vague de lecteurs.

La journée du prix

9La journée du prix de Pieve Santo Stefano commence en réalité la veille. C'est dans l'après-midi du samedi, cette année le 14 septembre, que le jury national se réunit. Les salles du centre d'archives sont alors ouvertes à tous les visiteurs qui peuvent accéder au fonds et visiter l'exposition des plus beaux manuscrits reçus dans l'année. Au milieu de la salle d'accueil est suspendu le symbole de l'Archivio, qui étonne et émeut chacun : c'est un des premiers dépôts, fait par une ménagère, autrefois paysanne, qui, ayant perdu son mari, s'est mise à écrire l'histoire de sa vie, désormais réputée close. Seule, angoissée par son lit vide, Clelia a senti que ses draps n'ont jamais eu de sens qu'avec son compagnon. Elle entreprit donc le récit de leur vie commune, commencée alors qu'elle n'avait que seize ans, sur l'un de ces draps qui, seuls, de son point de vue, peuvent en accueillir le texte et par là retrouver une partie du sens qu'ils ont perdu. Ce drap entièrement écrit est exposé tous les ans pendant les deux journées du prix, à l'entrée de l'Archivio, avec son écriture incertaine et ses lignes numérotées par l'auteur pour ne pas perdre le fil dans la « relecture de sa vie »3.

10Le lendemain, dimanche, est rituellement scandé par plusieurs rencontres. A 9 h 30, les finalistes font connaissance avec les membres du groupe de lecture. Ils ne se connaissent pas du tout puisque, à la différence des gestionnaires de l'Archivio, les lecteurs ne doivent avoir, jusqu'à ce jour, aucun contact avec les déposants. Tous les échanges tournent autour des raisons qui les ont poussés à écrire et de celles qui les ont fait choisir. L'autobiographe devient auteur en mettant à distance son écriture, le lecteur tente, parfois péniblement, de trouver les mots qui énoncent l'attraction émanant d'un texte et d'une vie. Le vainqueur est annoncé : en 1996 c'est Margherita Iannelli une paysanne qui, ayant décidé de réapprendre à écrire à l'âge de cinquante ans, est revenue à l'école. Vite passée au lycée et même à l'université du troisième âge, ses professeurs ont découvert en elle un véritable génie narratif. Son autobiographie, qui a passionné tout le jury, compte plus de 500 pages.

11Suit de près une rencontre plus « personnelle » encore : le groupe de lecture « interne » fait connaissance avec sa « liste d'honneur ». Il s'agit d'auteurs qui, même s'ils ne sont pas doués d'une grande aisance narrative ou stylistique, ont laissé un souvenir particulièrement frappant chez leurs lecteurs. Chacun a donc, depuis 1995, le droit de choisir un autobiographe à qui sera attribuée une médaille et avec qui il est censé passer cette journée de fête. En principe, ces finalistes-là tiennent à être présents, rares sont les défections dans la liste d'honneur. L'année dernière, deux absents seulement, dont l'un était mort avant même que l'invitation ne lui arrive. Cette année, ils ont été invités à se présenter dans leur costume régional : la réunion, marquée d'irréel, a été particulièrement joyeuse. C'est à cette occasion que se manifeste la nature exceptionnelle de cette rencontre entre les uns, qui désirent connaître une personne déjà entrée dans leur vie, et les autres, un peu émerveillés même s'ils vivent avec naturel le fait d'être en ce jour l'objet de l'attention et de l'estime de quelques inconnus.

12Dans la même matinée, le fondateur, en charge de la « direction culturelle » du prix, rencontre les journalistes pour proclamer le vainqueur et répondre aux questions sur l'activité de l'Archivio, son rôle, son importance. L'Archivio est, en effet, né sous le regard des médias, avec lesquels Saverio Tutino entretient une grande familiarité professionnelle ; leur présence est donc assez dense : pendant deux jours plusieurs quotidiens et chaînes de télévision parlent du prix, lui réservent une place.

13Le programme se poursuit avec un repas en plein air offert par le centre, et c'est alors que la composition du public révèle toute sa complexité. En fait, à côté des lecteurs, des finalistes et de la liste d'honneur, une foule de gens est rassemblée dans le cloître : il s'agit de journalistes, de quelques chercheurs intéressés par le « phénomène autobiographique » et d'autres archivistes de la mémoire qui viennent s'imprégner de l'esprit de l'Archivio Diaristico. Mais il y a aussi des éditeurs qui se sont précipités à Pieve car le dimanche du prix est le premier jour où l'on a accès aux textes. Ils espèrent faire quelques trouvailles intéressantes et apparemment cela ne manque jamais. Il y a enfin des autobiographes qui sont venus participer à la fête, faute d'avoir été retenus pour la finale, et d'autres encore qui, ayant concouru auparavant, viennent à Pieve pour revivre la journée qui a tant compté dans leur vie.

14Cette foule, accrue d'un petit public d'autochtones, se retrouve dans l'après-midi pour le spectacle (car il s'agit d'un véritable spectacle) tenu sur la place qui accueille, devant l'église, une scène élégamment décorée. Sur l'estrade, Saverio Tutino, parfois un invité, les finalistes, une actrice qui, au fur et à mesure qu'on évoque les textes, en lit des extraits. Tous les finalistes ont droit à une petite interview, et le vainqueur reçoit une modeste somme d'argent (2 millions de lires) et la promesse d'une publication. Devant les caméras des télévisions, nationales ou locales, est mise en spectacle l'intimité de ceux qui ont décidé de la partager, et la soirée se termine, comme la veille, par un repas commun auquel participent les différents acteurs de l'Archivio.

15Cette présentation, forcément rapide, fait saillir les paradoxes d'une cérémonie qui instaure des liens entre les lecteurs et les autobiographes, entre ces derniers et l'Archivio même, nourrissant une rencontre intense mais qui est censée se conclure sans nécessairement s'épuiser, dans cette journée triomphale où le prix est proclamé. Comment interpréter l'idée, évidemment heureuse et très efficace pour amener au jour ces écrits, de donner un prix public pour une activité a priori des plus privées ? L'action de l'Archivio Diaristico Nazionale, d'évidence si claire et si bien définie dans ses modalités et ses moments, déclenche une série de réactions qui, au-delà du rapport autobiographe-lecteur, génère un réseau d'interactions plus riches encore. D'elles, on retiendra ici un seul cas de figure, celui de l'autobiographe devenu lecteur et critique. Ernesto4, un petit entrepreneur lucanien, a gagné le prix il y a quelques années et vu son autobiographie publiée. Un professeur d'anthropologie de l'université de Rome a proposé son livre comme base pour une réflexion sur l'écriture autobiographique. Il en a fait le matériau d'un séminaire de doctorat, tenu pendant quelques mois, à la suite duquel les étudiants ont produit des comptes rendus. Leurs réflexions sur ce récit ont été recueillies et publiées dans un petit volume à diffusion restreinte, universitaire. Ils ont pris bien sûr contact avec l'auteur et lui ont adressé leur livre. Cette interaction entre les analystes et leur « objet » devenu sujet prolonge logiquement la journée du prix, l'instant de la première rencontre. Elle fut d'autant plus intéressante qu'Ernesto s'est révélé plus « sujet » que prévu. Comme tous les ans, depuis qu'il a reçu son prix, il est revenu à Pieve, sûr d'y trouver les journalistes, l'éditeur et les « savants » qui se sont intéressés à lui. L'année dernière, il a apporté 40 pages de réponse aux analyses des jeunes anthropologues de l'écriture. Il leur explique qu'ils sont très savants, mais que certains ne l'ont pas tout à fait compris. Nous ne voulons pas entrer ici dans la question de la relativité de toute herméneutique anthropologique, mais il reste qu'Ernesto a continué à être le sujet de son autobiographie, en jouant très librement son rôle d'homme du Sud, d'auteur édité, d'objet intéressant pour ces jeunes universitaires à qui il n'a pas hésité à répondre, surmontant ses difficultés et surtout sa timidité devant un jargon parfois trop sophistiqué. Ernesto a donc apprivoisé l'Archivio, l'université et les chercheurs au nom même de la légitimité que leur reconnaissance lui a conférée. Et il a repris l'écriture : cette année il a apporté la suite de son autobiographie et l'a remise directement à un jeune anthropologue.

Une institution anti-institutionnelle

16Comme on l'a vu, ces interactions, plus ou moins faciles mais toujours révélatrices, ne concernent jamais les autobiographes entre eux. Cela peut sans doute se produire mais l'Archivio ne le prévoit pas.

17En fait, chaque moment de la « carrière » de l'autobiographe « archivé » le met en contact avec une réalité qui n'est ni intime ni familière. Dès le début, son texte est soumis à une série de commissions et, finalement, pour dix d'entre eux, au jugement d'un jury qui lui attribue une sorte de « légitimité culturelle ». Au moment de la proclamation du résultat, c'est en présence de la presse et des médias que se déroule une cérémonie qui est, en soi, un paradoxe : la récompense publique d'un texte « intime », né d'une pratique personnelle, par définition destiné à rester discret, voire caché. Le prix, finalement, peut apparaître comme l'antithèse du texte qu'il célèbre ; fruit d'une pratique individuelle, ce dernier devient d'un coup un objet spectaculaire.

18Mais, dira-t-on, n'est-ce pas ce qui arrive dès qu'un texte « ordinaire », émanant d'un écrivain non lettré et qui n'est pas destiné à la publication, trouve un éditeur ? Là aussi le privé se dévoile, il devient la cause ou la raison d'une reconnaissance publique. D'ailleurs tout mémorialiste ou même tout diariste n'a-t-il pas au fond de lui le lecteur réel ou imaginé auquel il adresse son texte, incluant, en quelque sorte, ce destinataire, idéal et futur, dans son acte d'écriture ? Certes, mais ici, à Pieve, le prix précède le livre, la reconnaissance publique du personnage doit déclencher la publication puis, éventuellement, la lecture qui noue une sorte de conversation plus intime, de sujet à sujet, d'auteur à lecteur. De plus le prix a une autre fonction.

19Si l'on considère l'histoire de l'Archivio, on y découvre le constant intérêt pour l'autobiographie comme phénomène de masse, méconnu mais souterrainement présent. Dès le début on a donc eu recours aux médias, cela pour recueillir le plus grand nombre d'autobiographies, sans aucun critère de sélection, sans aucune intention documentaire ou scientifique. Quel était donc le but de l'Archivio Diaristico Nazionale ? Le principe qui sous-tend cette étonnante initiative, née de l'idée d'un seul individu, est en fait d'ordre social et civil. Tout le discours de Saverio Tutino, fondateur et directeur culturel, tourne autour de deux options fondamentales : l'engagement dans le recueil d'une « mémoire populaire », témoignage d'une histoire qui risque d'être perdue, et la réaffirmation du rôle de l'individu dans une société de masse.

20C'est pour cela que le rapport au public est fondamental. L'Archivio travaille pour faire reconnaître ce matériau individuel comme un patrimoine et ses producteurs comme des individus qui vivent l'histoire et qui, entre autres, la rendent archivable. Dans ce sens, l'Archivio est perçu comme un lieu où la mémoire non institutionnelle trouve place, où les acteurs de l'histoire (histoire populaire ou histoire tout court) imposent d'eux-mêmes une présence dans la société, une présence collective, la seule qui puisse leur rendre un peu d'autorité, de pouvoir. D'où la conviction que Pieve doit s'enrichir sans cesse et être de mieux en mieux connu, pour que l'Etat et la haute culture se sentent, d'ici quelques années, obligés d'admettre et de soutenir cette réalité déjà imposante.

Entre diaristes : l'Association pour l'autobiographie

21L'APA revendique canoniquement pour acte de naissance une rencontre entre Philippe Lejeune et Chantal Chaveyriat-Dumoulin, une ex-bibliothécaire qui, comme bien d'autres, interrogeait le chercheur sur les chances de survie qu'ont les écrits personnels qu'on laisse après soi. A la fin du colloque de Nanterre sur les « Archives autobiographiques », en 1991, une proposition fut lancée : créer une association qui assure sauvegarde et lecture aux textes intimes de gens ordinaires (Lejeune 1991). L'idée fut si bien accueillie que quelques mois plus tard elle était déjà réalisée, et depuis mars 1992 l'APA a déjà rassemblé à peu près 300 manuscrits.

22La collecte se fait par dépôt spontané : chaque texte est lu en détail par un membre des groupes de lecture, qui rédige une note à paraître dans La Faute à Rousseau, le journal de l'association, et qui entre en relation épistolaire avec l'auteur. Le premier contact est établi avec les administrateurs du siège d'Ambérieu, Michel Vannet et Chantal Chaveyriat-Dumoulin, vers qui converge toute la correspondance, y compris les lettres émanant de ceux qui ont des difficultés à écrire et qui n'ont donc rien à proposer à la lecture. L'étape suprême sera, une fois le texte déposé, la relation établie avec le lecteur. Entre-temps, les réponses des membres de l'APA sont une incitation discrète à l'écriture et des échanges de réflexions personnelles sur les textes lus. Les membres lecteurs peuvent être à leur tour déposants, nouant alors le même rapport avec un autre membre lecteur. Comme à Pieve, les déposants peuvent envoyer le texte d'un familier décédé ou laisser dans les mains de l'APA « l'écrit de leur vie », qu'ils considèrent comme achevé, mais bien souvent ils révèlent qu'ils sont en plein chantier d'écriture. Les niveaux d'expérience affichés par les futurs déposants de l'APA sont très divers : écriture d'une deuxième autobiographie comblant les « vides » de la première, autobiographie en cours, journal personnel d'où tirer éventuellement une autobiographie ou une fiction, ou encore désir de rédiger qui tarde à se concrétiser dans un acte d'écriture. Dans tous les cas, on demande un soutien, une aide afin de faire ce pas dont on se sent peu capable, ou bien on désire simplement partager cette expérience. Voici quelques-uns des cas, quelques-uns des cheminements auxquels l'APA se trouve chaque jour associée.

23En 1993, Pauline écrit à l'APA, elle envisage de déposer un jour l'autobiographie de son père, Paul C., soldat de la Première Guerre mondiale. Quand il meurt, Pauline envoie le cahier de souvenirs, mais après deux ans de contacts elle « avoue » : son père n'a pas dit toute la vérité, il a caché tous les moments difficiles et humiliants qu'il a vécus avec sa famille après le retour de la guerre. Pour sortir du malaise, Pauline écrit à son tour 20 pages de « Mémoires » qui se superposent courageusement à celles de son père. Catharsis personnelle, vérité historique rétablie, Pauline offre son texte à l'APA et se dit finalement satisfaite. Le contact avec l'APA a révélé une écriture potentielle qui a, entre autres, produit une mémoire écrite sur des événements que la génération précédente avait choisi de raconter autrement. Se trouvent donc accolés et confrontés ce que l'on pourrait appeler des « souvenirs générationnels » sur une même réalité.

24Richard tient depuis sa jeunesse un journal. Il aimerait en faire autre chose. Aussi a-t-il essayé de le récrire à quelques années de distance, ensuite il a tenté le roman autobiographique, plus tard encore il s'est lancé dans une sorte de récit à la deuxième personne. Tourmenté et ironique, il est aujourd'hui revenu à son écriture de toujours, mais son désir d'expérimenter de nouvelles formes du récit de sa propre vie ne s'est pas éteint. En fait, Richard est l'un des membres les plus actifs des groupes de lecture. Il donne à lire des extraits de son journal et de ses « expérimentations », désormais libéré de son ancienne crainte qu'on le lise. Cette pratique qu'il considérait dans son adolescence comme un peu déviante est devenue une expérience très socialisée, qui a introduit Richard dans le réseau actif des praticiens de l'écriture autobiographique.

25L'activité de l'APA connaît deux moments : d'un côté la constitution du fonds, par des œuvres achevées ou en cours, de l'autre la lecture et la réflexion sur le fonds même. Ils se réalisent à travers un échange serré entre auteurs (effectifs ou potentiels) et lecteurs, presque toujours auteurs à leur tour. Les « apaïstes » actifs sont donc normalement organisés en groupes de lecture et groupes d'écriture, qui s'occupent de la rédaction des notes, mais aussi de comptes rendus et de réflexions sur la pratique autobiographique. Leur production très riche prend la forme de brochures de plus en plus étoffées : La Faute à Rousseau, Le Garde Mémoire, La Boîte à outils5. Cet atelier est dispersé sur tout le territoire français, les participants y trouvent librement leur place. Les Journées de l'autobiographie sont le moment de mise en présence, de convergence et de confrontation de ce réseau évolutif.

Les Journées de l'autobiographie

26Après tant de travail à distance et de connaissance épistolaire, les « apaïstes » se rencontrent une fois par an pendant les Journées de l'autobiographie. Normalement tenues à Ambérieu, le siège de l'association, à partir de 1996 ces rencontres ont commencé à devenir itinérantes, et un an sur deux elles seront organisées dans une autre ville française. La première édition « étrangère » des journées a eu lieu à Carcassonne, où le GARAE (Groupe audois de recherche et d'animation ethnographique) a accueilli l'APA dans les magnifiques salles de la Maison Joë-Bousquet. Pendant deux jours, comme d'habitude, des membres de l'APA et de simples sympathisants se sont retrouvés, regroupés en quatre ateliers, pour confronter les problèmes et les doutes que leur écriture intime suscite. Conçues au début comme de simples rencontres des adhérents, les Journées de l'autobiographie sont vite devenues des journées de réflexion sur la pratique autobiographique : ateliers, interventions, tables rondes avec des écrivains professionnels parfois. Cette année, par exemple, les deux matinées ont été réservées aux ateliers, où les « apaïstes », conduits par un animateur, ont réfléchi sur des sujets tels que « L'entrée en écriture », « Mon nom », « Le rapport à l'espace dans le quotidien ». Les après-midi, en revanche, ont connu une ouverture plus marquée encore : des communications de chercheurs tels que Daniel Fabre, Philippe Lejeune ou d'écrivains comme Anne et Georges-Emmanuel Clancier (ce dernier, malade, ayant envoyé une cassette enregistrée).

27En fait, des communes exigences de sauvegarde qui ont amené ces autobiographes à l'APA émergent des intérêts particuliers qui se manifestent pendant les ateliers : c'est une solution technique et assez immédiate qu'on demande, une sorte de « secret de l'écriture » que la rencontre avec d'autres autobiographes pourrait révéler. Certains attendent que se lève leur inhibition devant la page blanche, qui contraste si fort avec leur désir d'écriture. Beaucoup, au contraire, sont intéressés par une écriture qui aboutirait à un texte littéraire. Une bonne partie d'entre eux a déjà fréquenté des ateliers d'écriture, et le quart des personnes qui contactent l'APA ont déjà eu des contacts avec des éditeurs dans l'espoir d'une publication. Pendant ces journées, la définition de l'« écriture personnelle » évolue, se complexifie. D'une pratique « intime » on passe à une forme beaucoup moins « spontanée ». Les demandes de quelques participants visent ouvertement à la mise au point d'une méthode qui les libérerait du texte autobiographique à la première personne pour accéder finalement à une narration romanesque où narrateur et acteur ne coïncideraient plus. La trajectoire qui va de la rédaction d'un journal personnel, ou de Mémoires destinés aux descendants, à une écriture plus professionnelle montre bien, chez ces praticiens ordinaires de l'écriture, une conception qui fait le partage entre écriture amateur et écriture légitime, ou mieux entre écriture personnelle et écriture reconnue, qui ne saurait exister qu'imprimée et éditée. S'il existe une écriture à la première personne qui ne vise pas l'édition mais ne l'exclut pas, il n'existe pas, en revanche, chez ces autobiographes, une écriture à la troisième personne qui n'aurait pas comme aboutissement le livre, forme qui condense donc, même dans un milieu d'écriture « alternative », la notion d'écriture « objective », littéraire et légitimée.

Un réseau d'écritures

28Au-delà de l'unanimité apparente, le monde et les journées de l'APA constituent donc un univers hétérogène peuplé de scripteurs acharnés, de futurs autobiographes, d'apprentis écrivains... En fait, si beaucoup d'adhérents établissent un lien personnel, intermittent et aléatoire entre ces journées et d'autres initiatives liées au même domaine, il n'en est pas de même pour d'autres participants. Parmi le public et chez les animateurs, on perçoit vite des figures un peu marginales qui font de l'écriture ordinaire non seulement le champ d'une curiosité personnelle, mais une activité constante, professionnelle. C'est le cas d'un « conseiller littéraire », dont l'activité quotidienne est celle de « corriger » des textes dans le but de les rendre présentables chez un éditeur. Par son biais j'ai d'ailleurs fait la connaissance d'associations de bénévoles comme l'APAC, l'Association plumes à connaître, réseau de scripteurs-lecteurs qui se lisent entre eux pour s'aider techniquement dans l'« attente » d'une publication. Autre découverte inattendue, l'Irrégulomadaire : un « journal de famille » qui, sous forme de magazine, annonce les nouvelles familiales. L'opération est fort originale : une participante, par ailleurs journaliste, a fini par organiser des ateliers d'écriture pour apprendre à rédiger des journaux de ce type. Les situations sont parfois délicates, car chaque famille a ses exigences, et il n'est pas rare qu'on retienne l'idée d'un journal pour affronter une période difficile. Et chaque année la palette de ces nouveaux spécialistes s'enrichit.

29L'APA a été fondée sur l'idée qu'une alternative était possible à la « condition commune » de l'autobiographie aujourd'hui : le scripteur replié sur son secret pouvait désirer être lu ; le diariste ou le mémorialiste pouvait vouloir rencontrer ses semblables qui partagent la même passion, passer de la solitude à une sociabilité volontaire, à une convivialité d'élus et, surtout, point de départ de toute l'entreprise, ces textes personnels voués, peut-être, à la disparition pouvaient être recueillis et conservés. Autant de petits patrimoines personnels ou familiaux pouvaient converger en un lieu de mémoire jamais figé, toujours nourri d'apports et, paradoxalement peut-être, référence et soutien de textes en projet, d'écritures en gestation, de Mémoires à venir.

30Ces choix prennent le contre-pied des formules institutionnelles dominantes qui, de fait, rencontrent aujourd'hui le texte autobiographique. Bibliothèques et archives recueillent certes des manuscrits, mais comme des alluvions de l'histoire, au hasard des dépôts familiaux ou personnels. Leur rôle n'est pas d'agir de concert avec les autobiographes vivants et encore moins d'accompagner leur expérience, de susciter leur sociabilité. Par ailleurs, le marché de l'édition ne prélève – et ne préserve – qu'une infime partie de ce qui s'écrit et cela avec un mode de sélection forcément contestable. Or il est possible d'être lu sans être édité, d'être lu par un lecteur lointain, inconnu, un vrai lecteur.

31En fait, et c'est une contradiction inévitable, il n'est jamais possible de s'abstraire de cette « condition commune » qui modèle en profondeur les visions du monde, les attitudes et les pratiques des autobiographes. Sans compter que leur individualisme intrinsèque ne peut qu'apporter au sein de l'association une large hétérogénéité d'attentes et de comportements. On trouve donc à l'APA des autobiographes qui ne souhaitent pas être lus – du moins au début –, des adhérents qui n'ont envie de rencontrer personne, des correspondants qui hésitent à déposer ou qui le font sous condition et avec parcimonie. L'APA, et c'est l'une de ses originalités, accueille également toutes ces réticences car elles sont intimement liées à l'expérience autobiographique aujourd'hui. C'est en quoi elle diffère de modèles d'organisation au contrat plus contraignant. Quant au rêve du livre, il n'est pas remplacé par la simple adhésion à l'association. La consécration attachée au fait d'être imprimé et édité reste présente ; on trouve même à l'APA, au cours de ses journées, de quoi nourrir cette aspiration. Mais tout le processus de traitement collectif des textes autobiographiques (réception, lectures, résumés publiés, mise à disposition dans une bibliothèque...) constitue une autre voie, capable de recréer toutes les propriétés du livre sans en reproduire la forme, sans se plier aux règles de sa fabrication et de son commerce. La simple rencontre annuelle de membres de l'association fait émerger toute la diversité de ces facettes, toute la complexité de ce cheminement. L'association des autobiographes existe vraiment comme un univers en soi, largement méconnu par le monde du livre face auquel il propose d'autres possibilités efficaces sans pourtant renoncer à en partager les valeurs.

Raconte-moi ta vie, ou Vivre et l'écrire

32Vivre et l'écrire est une association qui, l'assemblée générale mise à part, n'organise pas de journées de rencontre entre ses correspondants. Son activité est quotidienne, constante, très variée. Pour rendre compte d'une complexité qui s'est accrue au fil des ans, il faut retracer synthétiquement son histoire.

33En 1974, Pierre de Givenchy, aumônier dans un lycée, s'aperçoit que les adolescents s'expriment plus aisément par écrit : il réalise avec eux un livre, Le Bourdon et le cafard (Desclée de Brouwer, 1975), dans lequel, sous un pseudonyme, il se propose comme correspondant pour tout jeune qui souhaiterait dialoguer avec un adulte. Le succès est éclatant, les lettres se suivent à un rythme impressionnant, Givenchy en tire une série de livres collectifs.

34Le quatrième (Copies d'amour sur tableau noir, Desclée de Brouwer, 1978) a pour sujet l'école : des professeurs sont intrigués par cette initiative, ils invitent Givenchy à faire des animations dans leurs classes. C'est alors qu'il met en place sa méthode d'ateliers d'écriture. Quelques bénévoles s'initient auprès de lui et commencent à parcourir la France pour des animations dans des lycées et des foyers de jeunes. En 1983, ce groupe décide de fonder une association, plus tard naîtront les branches adultes et retraités, dont la deuxième se rendra ensuite autonome. Une méthode d'approche de l'écriture des jeunes, puis un immense réseau épistolaire ont été mis en place à l'initiative d'une seule personne. Reste à voir comment fonctionne concrètement cet ensemble.

35L'activité de Vivre et l'écrire est essentiellement fondée sur la correspondance, l'animation d'ateliers et la réalisation de publications. Les ateliers consistent en des rencontres avec des jeunes (dans un cadre scolaire ou autre) de deux heures environ : l'animateur présente Vivre et l'écrire, explique sa finalité et ses méthodes, montre les livres écrits et édités grâce à la médiation de l'association. Ce préambule est destiné à la fois à faire connaître Vivre et l'écrire et à montrer par l'exemple que chacun peut écrire et même faire des livres. Ensuite une liste de thèmes très généraux est proposée et le groupe a un peu plus d'une demi-heure pour écrire, y compris sur des thèmes qui n'ont rien à voir avec les suggestions faites. Les résultats de cette première rencontre sont de plusieurs ordres : les jeunes savent désormais qu'ils peuvent écrire aisément, hors de l'institution scolaire ; ils apprennent l'existence de Vivre et l'écrire et son adresse ; quand les textes sont très intéressants, l'animateur peut proposer sur-le-champ de les faire entrer dans un projet publiable. Certains animateurs finissent par se spécialiser : c'est le cas d'une animatrice, aujourd'hui responsable de l'antenne bretonne, qui a longuement travaillé avec un handicapé, jusqu'à pouvoir maintenant animer un groupe de huit garçons tous affectés de handicaps différents.

36A côté de ces deux activités principales – faire écrire, publier –, Vivre et l'écrire a lancé des initiatives en collaboration avec des bibliothèques : des conférences, des rencontres, des rayons entièrement consacrés à une littérature juvénile et aux livres édités par l'association. Par ailleurs, depuis des années, Givenchy propose des textes aux concours lancés par le ministère de la Jeunesse et des Sports, et essaie d'organiser des concours avec la collaboration de quelques bibliothèques.

37Vivre et l'écrire constitue donc un intense foyer d'échanges : correspondances, ateliers, conférences, cours de formation pour animateurs (destinés aux parents, aux professeurs, aux éducateurs), concours. Autant d'activités nées d'abord du désir de dialoguer avec les jeunes puis, aujourd'hui, avec les gens tout court, de reconnaître leur voix. Mais qu'advient-il de tout cela ? Quelles sont les pratiques réelles provoquées par cette immense machine d'écriture ?

38J'ai eu l'occasion de converser longuement et d'échanger des lettres avec plusieurs responsables, il m'est aussi arrivé de dépouiller avec eux le courrier du jour. Pendant ces rencontres, les facettes les plus différentes de cette activité ont émergé peu à peu, depuis le plaisir immédiat de l'échange jusqu'aux complications parfois induites par ce rapport assez singulier. Ainsi pour ces jeunes filles, déçues de découvrir qu'elles ne sont pas les seules à correspondre avec Pierre de Givenchy, ou pour ce garçon en fugue qui naturellement demande à être abrité par sa correspondante, ou encore pour ce jeune prisonnier qui « tombe amoureux » de sa correspondante et échafaude un mariage dont elle sera très surprise. Tout cela tient évidemment au rôle que peut jouer l'échange épistolaire pendant une période de formation et de crise : elle est moyen d'expression et de mise en forme de pensées et sentiments souvent nouveaux, que l'on expérimente dans cette relation à un destinataire qui est à la fois socialement défini et idéalement manipulable, cela dans l'attente que la crise se résolve6. Nombreuses sont aussi les lettres de jeunes qui, ayant écrit des poèmes ou des nouvelles, parfois même des romans, s'adressent à l'association dans l'espoir de les publier. Il est prévu de leur fournir un noyau d'informations sur le réseau né autour de l'actuelle vague d'« écriture ordinaire » : centres d'assistance à l'écriture, maisons d'auto-édition, imprimeurs.

39D'autres conséquences d'ampleur inattendue naissent des ateliers d'écriture : personnes qui se mettent à écrire, développement d'activités collatérales, groupes nouveaux. C'est le cas d'un groupe de retraités qui, ayant réalisé un livre grâce à des ateliers de Vivre et l'écrire, ont continué leurs rencontres et leur pratique commune avec un enthousiasme et une constance tels qu'aujourd'hui ils en publient un autre. En fait, plus encore que dans le cas des adolescents, les ateliers chez les retraités peuvent avoir des effets révolutionnaires : ils transforment la relation de ces personnes à l'écriture, les rendent capables de créer une activité collective et, surtout, changent leur rapport à cette forme institutionnalisée qu'est le livre. Objet figé et étranger, il devient, par la médiation de Vivre et l'écrire, l'aboutissement normal et accessible de toute écriture ordinaire. Chaque groupe, en outre, est susceptible de reproduire à petite échelle le modèle de l'association. Pendant ma visite à Orléans, par exemple, j'ai assisté à la remise des prix d'un petit concours qu'un groupe de retraités avait lancé dans le Loiret pour la plus belle lettre entre grands-parents et petits-enfants.

Des horizons élargis

40En fait, le mouvement va s'amplifiant, et ce à plusieurs niveaux. Par exemple, à la suite d'une sorte d'annonce parue dans l'édition algérienne de Match, des dizaines de jeunes ont écrit à l'association. Il s'agit souvent d'une tentative pour communiquer avec des Français, les faire participer à la crise politique que traverse le pays et qui ne devrait pas les laisser dans l'indifférence. Tout aussi chargées d'implications politiques sont les lettres qui commencent à arriver du Mali, portées par une proliférante demande de correspondance.

41Mais le ressort le plus puissant est à chercher dans les ateliers de formation pour animateurs. Il s'agit d'une activité qui contribue à élargir de façon systématique une pratique et à créer une nouvelle attitude face à l'écriture, conçue ici tour à tour comme expressive, thérapeutique et socialement signifiante. Les participants deviennent des sujets actifs au sein d'un monde précédemment inconcevable, inaccessible. Quant aux animateurs, qui sont la force entreprenante, les acteurs d'un élargissement méthodique de la « prise de l'écriture », ils ont tendance à reproduire, à radicaliser et à généraliser le discours initial de Pierre de Givenchy. Pour eux, l'écriture doit rétablir le contact dans les zones de fracture entre générations, entre groupes sociaux, entre un individu et lui-même. L'écriture est plus qu'un moyen de communiquer, elle restaure une dignité, elle est un acte fondateur de l'insertion sociale. Telle est la croyance que transmettent ces ateliers de formation, en l'accompagnant d'un savoir-faire qui va permettre l'essaimage du modèle. Celui-ci, comme on l'entend parfois, ne va pas se répandre parmi les « gens » en général, mais dans les lieux et chez les êtres frappés plus que d'autres par la « misère du monde » : handicapés, prisonniers, alcooliques... Il ne s'agit pas d'un parti pris au départ, ni d'un plan délibéré ou conscient, mais, de fait, les réseaux et les ateliers que les animateurs mettent en place avec succès reviennent à fédérer des solitudes, à donner une voix à des minorités qui accèdent ainsi à une conscience collective que le livre écrit ensemble finit par incarner.

Des archives involontaires

42Nous y avons déjà fait allusion, à Vivre et l'écrire toutes les lettres, les textes offerts, ceux qui sortent des ateliers sont conservés. Qu'en est-il aujourd'hui de ces archives potentielles de l'écriture conviviale ? C'est une préoccupation qui ne vient pas au premier rang pour les animateurs de l'association. Dans le propos de Pierre de Givenchy, elle n'a qu'une place secondaire. Et l'on doit comprendre cette tension entre le souci de préserver le moindre écrit reçu et l'insouciance relative quant à son archivage.

43Vivre et l'écrire est d'abord une œuvre de dialogue et de soutien pour tous ceux qui, spontanément ou à la suite d'une incitation, ont choisi de s'exprimer par écrit. Mais, en même temps, quand j'interroge Pierre de Givenchy sur l'accent mis sur la publication, sur le livre, il ne peut que répondre par un constat autobiographique : « Mon père avait une très belle bibliothèque et pour moi l'écriture c'est le livre. » La valeur de l'écriture ne se manifeste complètement que dans le livre, tel est le principe qui a soutenu son action pendant vingt ans et qui l'a conduit bien au-delà de ce qu'il avait d'abord envisagé. L'histoire de Vivre et l'écrire est dans sa bouche scandée par la suite des livres qui marquent des étapes, des confluences, la rencontre et l'éveil de territoires nouveaux. On comprend alors que, pour leur grande majorité, les manuscrits restent dans l'ombre, ils appartiennent au moment tâtonnant de l'écriture et à la sphère privée de la relation.

44Les choses ont-elles changé dès lors que Pierre de Givenchy a pris quelque distance ? Depuis trois ans, en effet, il n'est plus à la tête de l'association et ne s'en occupe pas du tout, même si son charisme de fondateur en fait toujours le narrateur de toute cette histoire partout où l'on débat de l'autobiographie. Dans la crise qu'a traversée Vivre et l'écrire, deux voies se sont fait jour. La première va dans le sens d'un développement professionnel des animations par l'écriture, impliquant l'expansion des ateliers, l'engagement d'animateurs salariés. La seconde se veut fidèle à l'esprit originel, elle souhaite s'en tenir au volontariat et, parallèlement, elle se réfère aux trésors de textes que l'action de Vivre et l'écrire a, sans le vouloir, accumulés. La revendication d'une identité maintenue de l'association va avec une timide prise de conscience de l'extrême richesse de son patrimoine non seulement d'expériences réussies mais également de textes reçus et produits. La très vive curiosité des chercheurs qui ont demandé à consulter les journaux d'adolescents déposés a eu sans doute un effet de reconnaissance. Aussi, à partir de 1993 surtout, un début de fichier portant sur le dépôt d'Orléans a-t-il vu le jour ; l'idée, encore très vague, d'une informatisation de la documentation a même été formulée, elle se heurte encore à la surcharge de travail des deux archivistes bénévoles. Le sentiment d'urgence n'a pu que s'intensifier avec les développements récents des populations sensibilisées par Vivre et l'écrire. L'arrivée des adultes et, surtout, des retraités va sans doute enrichir le fonds existant – journaux et autobiographies affluent, s'y ajoutent les textes, plus brefs, écrits dans les ateliers. Autour de 100 000 textes de toutes dimensions à classer, telle est l'évaluation actuelle.

45Ce tout nouveau souci archivistique a aussi mis en lumière la complexité de la notion d'archive qui découle de la pratique même de Vivre et l'écrire. La correspondance est le point de départ et le moyen essentiel, elle lie deux personnes dans un rapport qui, pour être authentique, s'émancipe très vite du cadre associatif qui l'a favorisé. Il résulte que les plus riches archives de Vivre et l'écrire sont à l'heure actuelle dispersées chez les correspondants. D'ailleurs la plupart d'entre eux considèrent que ces textes échangés sont entrés dans leur domaine privé. Il n'en reste pas moins que l'effet de masse des textes reçus et la distance qu'introduit le temps peuvent conduire les correspondants à se détacher un peu de ces corpus tout en souhaitant leur conservation, si ce n'est leur mise à disposition. La création d'antennes régionales de Vivre et l'écrire peut offrir une solution réaliste. Chaque pôle en région tend à avoir une vie autonome, donc à susciter des dépôts de textes qui restent relativement proches du « terrain » de leur production, ce qui met les déposants éventuels en confiance. Orléans recueillerait alors ce qui est né de l'activité des fondateurs, tandis que les autres centres auraient leurs archives autonomes.

46En fait, la notion d'archive reste à Vivre et l'écrire profondément paradoxale. Les textes doivent idéalement demeurer au plus près des lieux, des circonstances et des auteurs qui les ont fait naître, faute d'accéder tous à la lisibilité publique que confère le livre édité. C'est cette zone intermédiaire, cette liminalité évolutive que l'association tente de gérer en ouvrant des centres où le dépôt sera possible sans être obligatoire. En effet, cette très riche production d'écritures est perçue à la fois comme un patrimoine collectif à conserver, y compris dans la perspective de sa future valeur, et comme la propriété d'individus conçus comme producteurs du sens de leur vie, ce dont aucune institution ne peut se charger, du moins tant que ces textes restent actifs dans l'existence de leurs auteurs et de leurs premiers lecteurs.

47Bien qu'ils partagent l'ambition de faire reconnaître l'autobiographie des gens ordinaires comme un patrimoine à connaître et à préserver, les trois centres d'archives que nous venons de visiter présentent une variété représentative de l'éventail actuel de ces initiatives. Nées en marge des institutions, elles ont toutes adopté la forme associative, mais celle-ci recouvre diverses pratiques de sociabilité. A l'Archivio Diaristico Nazionale, celle-ci ne concerne régulièrement que les lecteurs des autobiographies en concours, l'APA favorise, au contraire, les autobiographes eux-mêmes, tandis que Vivre et l'écrire suscite à la fois des échanges épistolaires intenses et des ateliers dispersés et spécialisés où se retrouvent auteurs potentiels et médiateurs de l'écriture. Ces trois types de pratiques correspondent à des regards différents sur l'autobiographie. Pour l'Archivio, elle est déjà là, comme une création « populaire » que le concours révèle et rend pleinement légitime, à l'APA elle est, pour beaucoup d'adhérents, work in progress, à Vivre et l'écrire elle advient un peu comme une révélation qui reconnaît ce que les adolescents ont déjà écrit, qui incite, collectivement, à écrire. La place des archives dans chacun de ces lieux découle de ces prémices. Centrales et abondantes à l'Archivio de Pieve, elles sont moins riches en quantité mais plus attachées à suivre le cours de l'écriture personnelle à l'APA, alors qu'elles tendent à se disperser au gré des ateliers à Vivre et l'écrire. Ces trois expériences concilient donc différemment engagement social et valorisation de l'expression personnelle, mais elles convergent sur deux points essentiels : l'accent y est mis d'abord plus sur l'écrivant que sur le texte qu'il produit ; pourtant s'impose aussi le souci partagé de sauvegarder ces écrits. Par les gestes qui reproduisent, classent et conservent, une sorte de transmutation se réalise, ces papiers intimes deviennent trésor collectif, archives de l'avenir, « document historique » peut-être... Au moment où il racontait sa vie, chacun a eu le sentiment de se ressaisir de sa propre existence, et maintenant, quand il confie son texte à ces bibliothèques d'inédits, il participe confusément à sa propre survie.

Haut de page

Bibliographie

Iuso A., 1993. « La correspondance avec l'inconnu. L'écriture "inédite" de femmes qui écrivent à la télévision », mémoire de D.E.A. en Anthropologie sociale et historique de l'Europe, Toulouse, Ecole des hautes études en sciences sociales.

1996. « Archivi autobiografici in Europa : un primo itinerario », Archivio trentino di storia contemporanea, n. s., anno XLIV, n° 2, pp. 121-135.

Lejeune Ph., 1989. « Archives autobiographiques », Le débat, n° 54, mars-avril, pp. 68-76.

(ss la dir. de), 1991. « Archives autobiographiques », Cahiers de sémiotique textuelle, n° 20, université de Paris X.

Mac-Clancy J., 1995. « Brief-encounter : the meeting, in Mass-Observation, of British surrealism and popular anthropology », Man (N.S.), n° 1, pp. 495-512.

Marchi C., 1992. Gnanca na busia, Milano, Mondadori.

Sheridan D., 1991. « Mass-Observation : des "capsules" de vie quotidienne », Archives autobiographiques, Cahiers de sémiotique textuelle, n° 20, université de Paris X, pp. 75-85.

1993. « Writing to the archive : Mass-Observation as autobiography », Sociology, vol. 27, n° 1, février, pp. 27-40.

Thomas W.I. et F. Znanieski, 1918-1920. The Polish Peasant in Europe and America, The University of Chicago Press.

Tomasi di Lampedusa G., 1996 (1961). « Ricordi d'infanzia », in I Racconti, Milano, Feltrinelli.

Vitale M., 1972. « Ricerca culturale e documentarismo nel movimento di Mass-Observation », AION-Sezione Germanica, XV, 3, pp. 85-138.

Haut de page

Notes

1Vitale (1972), Sheridan (1991, 1993), Mac-Clancy (1995).
2Les données dont traite cet article sont tirées d'une enquête sur les « Archives autobiographiques en Europe » encore en cours. Pour un premier bilan de ce travail, voir Iuso (1996).
3Le récit a été transcrit et publié (Marchi 1992).
4Par souci de discrétion, les noms des protagonistes de nos exemples, tirés des dossiers du fonds APA, seront modifiés.
5La Faute à Rousseau est le journal quadrimestriel de l'association, très riche en dossiers thématiques et en nouvelles sur l'autobiographie en France et en Europe. Le Garde Mémoire recueille tous les comptes rendus des manuscrits déposés à l'APA : il en existe déjà deux numéros, dernière mise à jour juin 1996. La Boîte à outils est une publication thématique sur différents sujets concernant l'autobiographie et les autobiographes : sa parution est irrégulière.
6A ce propos, j'ai déjà travaillé sur les rôles possibles de la correspondance adolescente avec des « institutions » a priori non individualisées à l'occasion de ma recherche de DEA (Iuso 1993).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Iuso A., 1997, « Les archives du moi ou la passion autobiographique », Terrain, n° 28, pp. 125-138.

Référence électronique

Anna Iuso, « Les archives du moi ou la passion autobiographique », Terrain [En ligne], 28 | mars 1997, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3178 ; DOI : 10.4000/terrain.3178

Haut de page

Auteur

Anna Iuso

Università degli studi di Roma La Sapienza, Italie

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals