Navigation – Plan du site
Repères

Journal d'un paysan de Creuse*

Tina Jolas et Solange Pinton
p. 153-164

Entrées d’index

Thème :

autobiographie

Lieu d'étude :

Limousin
Haut de page

Texte intégral

1Avec son frère Robert, Adolphe a exploité jusqu'en 1992, année de leur retraite, la ferme familiale : une soixantaine d'hectares sur la rive haute de la Creuse. Le père en avait fait une ferme prospère – il fut un des premiers de la commune à acquérir un tracteur – et ce malgré les problèmes que posait l'élevage sur un parcellaire morcelé, dans un pays vallonné, coupé de bois et quadrillé de très anciens murets de pierre sèche. Leurs terres se répartissent entre trois hameaux1 : Ceyvat, sur le coteau, où ils habitent ; La Rochette, à 1 kilomètre en contrebas, où se trouvent la mairie, l'église et le cimetière ; Puy-Mercier, à 4 kilomètres de l'autre côté de la rivière. D'où un va-et-vient constant, bêtes, machines et gens, par les chemins montueux.

2Ils faisaient du lait et surtout de la viande – « On a toujours vécu sur les bêtes » – et le troupeau a compté jusqu'à 45 têtes après le remembrement. Ils commercialisaient les veaux et le lait et vendaient, à l'occasion, aux voisins céréales, fumier, pommes de terre ou œufs. A côté des plantes fourragères, ils cultivaient un peu de blé, d'orge et d'avoine, pour la confection du « brut » (farine d'orge et d'avoine) dont ils nourrissaient les bêtes à la mauvaise saison. Ils élevaient chacun un cochon, vivant par ailleurs amplement des produits du jardin, du poulailler et de l'« écurie à lapins ».

3Ils vont à la ville voisine – au marché du samedi, à la banque, chez le dentiste, à un banquet... –, plus rarement à Guéret ou aux foires de Chénérailles. Robert va au bourg proche de Fournaux faire réparer les machines. Pour le reste, tout se passe entre les habitants de trois ou quatre hameaux : le Luche, Praredon, Puy-Mercier, Courcelles ; et les propriétaires forains, gens de Montluçon, de Guéret ou de Paris qui viennent en vacances et s'installent au pays à la retraite ; enfin il y a l'épicier itinérant, les marchands de bêtes, des forestiers, le vétérinaire, le tatoueur... Deux célibataires dans un hameau relativement isolé, mais un monde, le journal nous le dit, foisonnant de vie.

Un livre de raison

« Je me suis mis à écrire pour voir ce qui se passait dans le village et aux alentours »

4A la mort de son père, en 1966, Adolphe se charge des comptes, mais très vite, dans le petit carnet vert, prennent place parmi les chiffres les menus faits et gestes du jour : « Peu à peu j'ai rajouté des choses. »

5Déjà en 1948 il avait tenté d'écrire ses souvenirs de la guerre – l'arrivée, en 1940, de nombreux réfugiés à Ceyvat (dont la population double), celle, en 1944, d'une colonne allemande traquant les maquisards, divers épisodes dramatiques auxquels les deux frères avaient été mêlés. Mais seul le titre d'un carnet, « Pour mémoire », garde trace de son intention : il a abandonné, dit-il, parce que l'enchaînement des événements lui échappe ; il entreprend de tenir un journal auquel il renonce au bout d'un an.

6Ce n'est que vingt ans plus tard qu'il reprend le journal pour ne plus s'interrompre, consignant le matin ce qui s'est passé la veille. De son passage chez les pères – il a fréquenté un collège religieux jusqu'à la troisième, où il apprend un peu de grec et de latin – il tient sans doute sa remarquable écriture nette et fine et son goût de la chose écrite : « Cela me plaît bien d'écrire, dit-il, ça entraîne à se remémorer » ; habitude qui, à la longue, lui vaut auprès des amis et voisins un statut de mémorialiste : on vient lui demander de vérifier la date d'un décès ou même celle d'un fait insolite, tel le passage, une année, d'un cygne noir sur la rivière.

7Au début donc, un carnet aux feuilles quadrillées ; puis, au fil des années, le compte rendu quotidien se fait plus fourni, et Adolphe utilise des feuilles volantes, des agendas offerts par les entreprises, de grands cahiers. Il consigne toujours plus de détails ; gestes ordinaires : « Robert fait chauffer haricots verts qui étaient dans un bocal », « Ramasse herbe aux lapins aux Biellots », « Menons 38 bottes de foins à maison », ou telle observation infiniment subtile : « Jeanine vient chercher le lait, lui donne qq. brins de muguet : un brin moitié fleuri, les autres ont une clochette de fleuri ou à peine. » Il précise le premier labour de l'année, la naissance du premier veau, les premiers pissenlits ramassés, le premier papillon vu, la première vipère tuée... Les notations s'accumulent, captant les menues variations des choses autour de lui, et, fruit sans doute de ce lent travail d'écriture, son regard s'aiguise. Submergé peut-être par tant de pages, il a entrepris récemment de résumer ses cahiers, ne retenant qu'un fait par jour : les décès systématiquement, et l'événement, l'acte, le geste le plus propre à qualifier ce jour-là (« entendu passé grues », « pelleteuse du remembrement travaille aux Corades »). Son travail dès lors se dédouble, révélateur de la question : que retenir, comment transmettre ? A qui un tel journal peut-il se destiner ?

8De ces cahiers, nous n'avons pu consulter à ce jour que six années : 1968, 1981, 1983, 1985, 1986, 1987. Il nous manque donc les premières années où, affranchis de la tutelle du père, Adolphe et son frère mènent la ferme et leur vie de célibataires – la vieille mère très présente en 1968, tombe malade en 1977 et meurt en 1981 –, ainsi que les années de la retraite, où Adolphe consacre beaucoup plus de temps à écrire. D'un témoignage continu, nous n'avons donc qu'un aperçu fragmentaire, mais qui dessine à grands traits toute une évolution.

91968, une année isolée et de surcroît un compte rendu quotidien lapidaire, mais qui baigne encore dans un mode de vie et de travail traditionnel – les veillées, la batteuse... Au début des années 80, l'exploitation tourne bien, terres et troupeau ont presque doublé depuis l'époque du père, mais les contradictions s'accusent entre les nouvelles méthodes d'élevage et les contraintes d'un parcellaire exigu et multiforme. A partir de 1985, ce qui est vécu au jour le jour, ce sont les effets du remembrement, le bouleversement du paysage et ses conséquences immédiates : si le travail en est simplifié (la propriété passe de 54 parcelles à 4 grandes pièces de terre), il entraîne aussi l'usage de nouvelles machines agricoles auxquelles les frères, vieillissants, ont peine à s'adapter.

10Dès 1968, le journal prend la forme qu'il va conserver pendant les vingt-huit années suivantes. Soulignés en rouge, le jour et la date, suivis le cas échéant de la mention du jour – Chandeleur, Rogations, Saint-Pardoux (le patron de la commune). En ouverture, le récit circonstancié du temps qu'il a fait durant les dernières vingt-quatre heures ; puis le compte rendu haché – une série d'entrées séparées – des faits et gestes de chacun ; alors qu'ils sont livrés dans le premier carnet selon la simple division matin/après-midi, l'heure en est par la suite précisée, parfois à la minute près, et la chronologie respectée au point que la place d'un menu fait est rectifiée, si besoin est, par un renvoi en marge. Adolphe note ses occupations et celles de son frère, les gens rencontrés, les visites, le nombre de gerbes engrangées, les dons et les services échangés, les coups de téléphone, le prix du lait, les lettres reçues, les déplacements en ville, le poids des veaux ou du cochon...

11Peu d'allusions aux événements nationaux ou internationaux, sauf lorsqu'ils sortent vraiment de l'ordinaire, ou qu'ils ont un impact direct sur la vie locale. C'est ainsi que les événements de Mai 68 ne sont mentionnés qu'à la date du 22, parce que ce jour-là l'essence a manqué, et le sucre dans les épiceries – et ils sont écrits en rouge, tout comme, le 25 décembre de la même année, le lancement d'Apollo 8 : « Vu la lune de la cabine spatiale d'Apollo 8. » Rien sur ses voyages. Sur la Dordogne et sur Venise où il va en voyage organisé, le journal se tait ; les dates sont là, et la page est blanche. Seule exception, le récit d'un séjour en Ile-de-France, chez des voisins de Creuse qui l'avaient invité à une chasse, donc dans la directe continuité de sa vie, suivi du compte rendu succinct de ce qui s'est passé à la ferme en son absence. Un journal tout entier centré sur la localité, la ferme et l'entourage immédiat.

12Passé le premier sentiment de vertigineuse étrangeté de ces textes – des milliers de pages – tout à la fois répétitifs et discontinus, monotones et d'une surprenante vie, on y reconnaît un « répertoire des faits quotidiens », tel celui qu'analyse Madeleine Foisil (1986) à propos du journal – du livre de raison – tenu au xvie siècle par le sire de Gouberville. Et, en dépit du temps qui les sépare, la comparaison s'impose, jusque dans le recours à la graphie grecque pour noter un sentiment intime.

13Mêmes petites phrases brèves qui épousent étroitement les gestes du travail : « Vanné avoine », « Robert ébroussaille à La Rochette » ; les relations de voisinage : « Porté coq à L. Auvity » ; l'action : « Battue au renard avec L. Eté un peu sur les 11 h., pas de renard tué » ; les choses vues : « Vois hirondelle qui survole le village – 1re de l'année », « Vu héron sur étang en allant aux champs » ; l'événement : « Vache Doucette fait veau le soir à 20 h.30. Alain venu aider » ; ou encore rien : « Pas bougé l'après-midi, vu personne. » Même effacement de celui qui écrit. Adolphe ne dit pas « je », et le « moi » qu'il lui substitue a pour effet de le placer sur le même plan que les autres acteurs – « moi ébroussaille le temps que Robert écarte [le fumier] ») –, manière de neutraliser toute irruption de la subjectivité qui va de pair avec le style télégraphique du journal. Seul le faire compte, seul l'instant est saisi. Il ne décrit pas, il ne qualifie pas non plus, ni – à la différence, cette fois, de Gouberville – ne rapporte les propos d'autrui. Au terme de cette lecture, nous ne saurons donc pas de quoi les gens parlent, absolument rien sur l'apparence des personnages familiers, et nous serons aussi incapables que M. Foisil pour le Sire de décrire la silhouette des deux frères ou l'aspect de la maison. Quant au paysage, il ne se dessine que par la constante mention des lieux-dits – « Vais chercher brouettée de bois à Sous le Cheix en passant par la Vialle et 4 Charrières » – ou, mais comme en défaut, à travers les destructions que provoque le remembrement.

14Pourtant, si la première impression est celle de la neutralité du ton, du détachement, on finit par y déceler, à force de lire, mille nuances. Et l'accumulation qui joue d'abord dans le sens d'une certaine pesanteur contribue à dessiner le contour des choses, à les rendre familières, laissant déjà apparaître de l'auteur plus sans doute qu'il n'a voulu. En outre, avec les années le ton change sensiblement, se fait moins contraint ; à côté de la brève énumération des activités, des considérations d'un autre ordre. Non seulement le narrateur dit ses colères, ses indignations, ses impatiences, mais, l'âge venant, il se tourne parfois vers le passé. « 21 déc. 86 : Regarde mes vieux souvenirs, vais me coucher vers 21 h.30. » En même temps, de façon significative, la date s'accompagne parfois d'une référence à l'histoire (et non à la fête calendaire) : « vendredi 6 juin 86, 42 ans que le débarquement eut lieu... 135 000 hommes » ; ou à son histoire personnelle : « mardi 23 avril 85 : 19 ans que mon père n'est plus ». Le 11 juin 1986, il est seul à la maison, le frère à l'hôpital : « Ai sorti l'album de cartes de ma mère qui le regardait souvent sur la fin de sa vie, y trouvait beaucoup de souvenirs... moi repasse tous ces souvenirs avec précaution, de ce fait vais me coucher à 23 h. (anc.)2. » Ce « moi » n'a plus la valeur de distanciation du moi agissant, il est une première personne et parfois un « je » vient sous sa plume, ainsi le dimanche 13 octobre 1985 (écrit en rouge) : « C'est aujourd'hui que devrait se fêter la Saint Pardoux mais la fête passe maintenant bien inaperçue d'autant plus qu'il n'y a pas de messe... je me souviens de Saint Pardoux où il y avait la procession dans les prés et chez Blanchon ; il y avait pas loin d'une centaine de personnes qui suivaient la bannière et la statue de saint Pardoux qui a été volée il y a une quinzaine d'années... » Et à la mort, en juin 1987, du curé de la paroisse, il dit éloquemment son chagrin et son désarroi devant ce qui disparaît : « L'abbé B. est décédé... ceci nous étourdit complètement... ça va en être fini de notre communauté religieuse. C'est l'anéantissement total de la religion dans le pays, un changement dans notre vie aussi... C'est l'abbé B. qui avait fait les cérémonies funéraires pour mes parents et célébrait les offices avec beaucoup de solennité. » Laconique dans son commentaire du quotidien et dans l'expression du sentiment, Adolphe trouve une liberté d'écriture quand il parle du temps.

Le temps et la météorologie

15En préambule à chaque journée, donc, le compte rendu du temps qu'il a fait, quelques lignes, sorte d'introït du jour, qui très littéralement aèrent le texte, pondèrent la banalité et la monotonie des gestes sur terre. Adolphe est infiniment attentif aux mouvements du temps. C'est un homme qui regarde le ciel jour et nuit – il sait que « la lune a brillé toute la nuit », que « les étoiles se distinguent dans le firmament très froid ».

16A l'inverse du morcellement de la journée, ces quelques lignes sont un récit dont les épisodes s'enchaînent, avec un début, un développement et une résolution. Et s'y déploie amplement ce que le compte rendu journalier ne livre qu'avec parcimonie : les couleurs – les rouges et les jaunes du couchant et de l'aube, les noirs, le sombre et le lumineux ; les formes : le dessin mouvant des nuages qui « se coupent », « s'amoncellent », « flottent », « stationnent » ; les sensations tactiles, la « pluie fine, mouillante » la « boue prise », le « vent nord-ouest assez frais » ; et auditives : le « tonnerre du côté du Bourbonnais », le « coucou du côté des Gasnes, première fois ». S'y retrouvent émotions et réflexions. Adolphe s'exclame, s'étonne : « Il a gelé blanc par endroits, jamais vu ça en cette saison » ; il compare : « Voici deux mercredis de suite qu'il fait – 25 » ; se réjouit : « Réchauffement progressif au cours de la matinée "soleil riant, clair et beau". Malgré quelques nuages très diversifiés, soirée formidable, température élevée, travail en chemise (1ere fois de la saison), vu papillon jaune. »

17Voici quelques jours de janvier 1968 : toute une histoire, par fines touches, d'intempéries.

  • « Le 5 – Temps couvert et pluvieux, plu toute la nuit, rivière déborde, fontaine des 4 Charrières pleine à ras bord. assez doux, vent ouest - N-O. »

  • « Le 10 – Après pluie une partie de la nuit, neige deuxième et très froid ensuite, bien gelé le matin et tout le jour au vent N. N. Est, soleil une partie de la journée. Soir pas un nuage. Eté au bord de la rivière voir s'il y a des canards avec Camille et Michel rien vu. »

  • « Le 12 – Neige, gelé à la nuit, plus doux dans la matinée, soleil, soir ciel dégagé plus froid. Eté avec Camille faire pied de sauvagine. Vu pieds de martre. Pas pu détrier. »

  • « Le 13 – Temps couvert tout le jour. Nuit beaucoup gelé pas un nuage – 15°. Journée T plus doux. »

  • « Le 14 – Dégelé la nuit. Presque plus de neige. T. couvert vent ouest assez fort le matin, petite bruine le soir. plus de neige. »

  • « Le 15 – T.B.T. Vent assez fort ouest-S-O, soleil chaud. Mis en chemise pour charrier fumier. »

18Il rend sensible la lente progression du printemps. Ainsi de février à avril 1987 : « vu papillon, et abeilles sortent » (5 février) ; « ai trouvé quelques brindilles de saule aux 4 Charrières dont les bourgeons commencent à gonfler » (le 15) ; « vu passage de milan » (le 26) ; « on entend quelques oiseaux chanter, alouettes, mésanges, et même le merle » (le 28) ; « Robert entend passer grues » (2 mars) ; « entendons passer grues à bord de nuit » (le 3, souligné en rouge) ; « papillons volants, oiseaux printaniers chantent et on entend le bourdonnement des insectes volants » (le 9) ; « entendu passer les grues la nuit » (le 10, souligné en rouge) ; « température assez élevée, mouches sortent, bourdons et autres volatiles » (6 avril) ; « été voir avoine à La Borderie (bien sortie). vu nid de merle avec 4 œufs dedans. Monté ensuite à Puy-Montier voir blé, assez fort pas tellement tallé » (le 7) : « entendons le coucou pour la première fois de la saison, mais pas d'hirondelles (c'est bien aussi la première fois que le coucou soit arrivé avant que l'on ait vu une hirondelle » (le 8) ; « vu 1ere hirondelle » (le 9).

19Et à l'automne, le 23 septembre : « Beau temps, vu passer grues » ; et le 25 : « T. clair le matin de bonne heure, puis se couvre assez vite ; quelques éclaircies assez belles cependant ; hirondelles presque toutes parties le matin, plus de 200 rassemblées sur les fils et après qq essais ne les avons plus revues. »

20Au fil des ans, son langage se charge de termes météorologiques empruntés à la radio : cirrus, cumulus, nébulosités, disque solaire, plafond qui s'élève... D'où une curieuse langue composite, les termes techniques se juxtaposant aux fortes expressions ou dénominations locales – froidure, hivernée, février « gaboulié » (humide), à bord de nuit, vent de travers (sud-est, chaud), « grand débraillé » (vent de dégel sud-ouest, qui vient sur la neige) – et à un commentaire constamment nourri de ce qu'il observe autour de lui : « [...] il y a plus de 5 cm de glace dans la bache depuis hier au soir. Les carreaux de chambre à mère ne sont pas gelés cependant, mais le café dans le faitout en descendant dans la cave est entièrement gelé etc... Dès le début de la journée on s'aperçoit qu'il y a une cassure dans le temps glacial que nous supportons depuis le 1 janvier [phrase écrite en rouge]. Quelques petits altos stratus hauts dans le ciel se teintent de rouge et une formation de stratus nimbus monte du sud-sud ouest assez sombre. Alternance d'éclaircies et formations nuageuses qui montent du sud à l'ouest au cours de la matinée. Dégel s'annonce à bonne exposition vent se renforce au cours de la soirée et passe au sud sud ouest. Toits gouttent le soir à la nuit malgré le ciel par moment étoilé. Enfin changement de temps malgré tout il ne fait pas chaud à l'intérieur et la gelée rentre » (17 janvier 1985).

21Chaque jour sont enregistrés des signes témoignant de la rigueur de l'hiver : route glissante, vitres gelées, canalisation d'eau éclatée, carottes couvertes de givre, raves aux trois quarts gelées ; et le 21 janvier 1985 : « M'aperçoit que des pommes de terre de semence qui étaient dans les cageots dans la cave ont gelé, jamais vu cela. Il y a plein de givre sur le fond de la cave côté nord. » Mais toutes ces observations sont données dans l'immédiat, il est rare qu'elles portent présage ou conséquence, et rares sont les dictons, pourtant nombreux en Creuse, sur la prédiction du temps. Nous avons relevé celui de la Chandeleur : « "soleil luzerne" 40 jours d'hiverne », ou, expression équivalente qu'Adolphe prend la peine d'expliquer, « le soleil lanterne, c'est-à-dire que les rayons ne sont pas directs et filtrent à travers les nuages ».

22Certaines entrées sont surprenantes – véritables « ciels » au sens des peintres, où le langage technique est comme porté par un sentiment juste et un regard extraordinairement précis : « 7 août 80 – Ciel tout à fait net en début de journée, puis quelques voiles de hautes vapeurs blanchâtres apparaissent au sud-sud-ouest se résorbant cependant sous l'effet de la chaleur puis dans l'après-midi stratus et autres petits altocumulus-nimbus très hauts accompagnés de cirrus griffus font leur apparition suivis de quelques pattes de cumulus devenant teintés des couleurs de l'arc-en-ciel à l'ouest. formation plus sombre en fin de soirée prenant un caractère orageux – tonnerre et éclairs au sud ; orage va au sud-est. Accalmie à la nuit mais éclairs au sud très loin. »

  • « 28 avril 80 – Ciel tout à fait dégagé, un peu brumeux, il n'a pas gelé cependant par ici du moins, ensoleillement, vent sud-est, ciel s'embrunit de hautes brûmes par le sud-s.o., modérant les rayons du soleil. T. un peu lourd. Lune nouvelle rousse. »

  • « 3 avril 85 – ... Un peu gelé blanc (très peu – 1), ensoleillement température monte vite, très chaud au cours de la journée, vraie journée d'été, comparée au vendredi saint de l'année dernière, qq. stratus très flous devenant teintés au N.O. et nord en fin de soirée. Large bande s'étendant de l'ouest au nord à la tombée du jour de couleur rouge violette. Très joli en avant d'une ligne d'horizon dégagé et claire. Travaillé en pull les 3/4 de la journée. »

23Des textes où s'expriment le plaisir d'observer et le plaisir de décrire, un regard proche, nous semble-t-il, de celui des anciens voyageurs – le journal d'Adolphe n'est-il pas un document de même type que ces récits de chroniqueurs qui disent le jamais vu, comme il dit, lui, l'inaperçu : le détail du monde naturel et le face-à-face du quotidien ?

Les rôles et les tâches

24Depuis la maladie et la mort de leur mère, ils assurent ensemble non seulement la marche de l'exploitation, mais les soins du ménage, qui figurent désormais en bonne place dans le journal.

25C'est Robert qui cuisine – il prépare les civets, les rôtis, les gâteaux, les plats régionaux comme le pâté de pommes de terre, la grillée de porc ou la sanguette... (et tous les menus du repas de midi sont transcrits dans le journal, souvent avec un mot d'appréciation, « très bon »). Adolphe cueille et trie la salade, fait la vaisselle, passe la serpillière. Robert tue le cochon, et aussi les lapins, les coqs... Adolphe fait les boudins, dépouille, plume, vide, trousse. C'est lui qui fait le cidre et s'occupe des conserves – légumes du jardin mis dans des « pochons » et congelés, confitures, cerises à l'eau-de-vie, fruits au sirop. S'ils sont constamment associés, ils distinguent cependant leurs biens propres – « son cochon », « son élevage de coqs », « mon écurie à jument », « mes vaches »...

26Distincts et complémentaires dans la maison, ils le sont aussi dehors ; dans un balancement constant, le journal rend compte de leur double activité. 16 janvier 1968 : « Robert s'occupe de sa canalisation, moi écosse haricots soissons de 2 ans, vais chercher 2 brouettées de bois, Robert donne à boire à ses bêtes au seau » ; 28 mars : « Robert sème l'engrais, moi ramassé branches dans le champ aux Brassaux » ; 2 avril : « Vais chercher brouettée de navette au Petit Chiroux. Robert été cherché tombereau. Menons 2 tombereaux fumier aux Fourches. Robert herse un peu avant de décharger le tombereau, moi ramasse un gros panier de pissenlit », « Robert laboure, moi ébroussaille ». Des activités qui révèlent leurs personnalités propres.

27Robert, le cadet, aime les machines et en a le maniement, on le voit en silhouette sur son tracteur, ou bricolant, affûtant une lame... « Robert allume sa forge et répare chaînes d'attaches » (27 janvier 1968), « Robert de retour s'occupe du matériel, remonte pièce de faucheuse, remet filtre du petit tracteur, vidange » (17 juin 1985). C'est lui qui laboure, épand le fumier, herse, fauche. Adolphe, plutôt maladroit avec les engins (« chaîne de tronçonneuse saute, la remonte à l'envers », 25 février 1986), fait les recoins à la faux, « écarte », fane, rentre le foin. On l'aperçoit souvent en bordure du champ, à « ébroussailler », tailler les haies, faire brûler ; c'est un « tailleur d'arbre », il élague, émonde, greffe – il va chercher les sauvageons dans les bois – pour lui et pour ses voisins ; enfin il fait seul le jardin – le journal est une véritable éphéméride du jardinier – où il réserve un carré pour les fleurs qu'il offre volontiers, ainsi du muguet du 1er Mai. Si Robert suggère la figure de l'agriculteur, et accessoirement celle du forgeron, Adolphe serait celle du chasseur-cueilleur.

28Il a été grand chasseur, et on le voit souvent, dans le premier journal, partir avec son fusil ou « faire le pied » dans la neige. Un jour pourtant, il renonce à chasser, ému par le chevreuil qu'il a blessé à mort – « pauvre bête, ça se plaint ». Une compassion pour les animaux qui est un trait marquant de son caractère : le cochon, « Pauvre bête a mis longtemps pour périr » ; la vache qu'on doit abattre, « c'est malheureux pour cette pauvre bête toute jeune et pas méchante du tout » ; la maladie et la mort de son chien dont il rend compte longuement, « ... pauvre bête... on l'aimait bien car il avait mis ses pattes sur les épaules de mon père qui gardait les vaches à La Croix et lorsque ma mère a été opéré en 1977, il attendait toujours aux barrières ».

29Et tout au long de l'année, il cueille et ramasse. Fin janvier, le pissenlit et la doucette : « Vais au Clos voir s'il y a des pissenlits, en trouve une pleine main » (29 janvier 1968). En mars, le cresson : « Vais avec mobylette aux Viviers chercher cresson (trouve un peu dans rigole au dessus de la fontaine, pas très haut) après midi vais avec mobylette chercher cresson à La Coupelière, pas beaucoup trouvé. Pas encore haut. »

30Après les pluies de printemps, ce sont les escargots et les premiers champignons : « Eté à St Pardoux chercher escargots, trouvé une quinzaine, retourné le soir sur voie ferrée, trouvé une quarantaine et au Clos, total 100. » Le 15 juin 1968 « trouve deux ou trois poignées de girolles », le 22 « trouve quelques girolles et cèpes », à nouveau le 24 « quelques girolles et cèpes », le 26 enfin « trouve petit panier de girolles et 5 cèpes ».

31A l'automne, champignons et châtaignes : « Ramasse châtaignes sous grand chataigner environ 4 kg, c'est pas mal pour l'année, croyais bien ne pas en manger », ou : « Vois coulemelles près Hannoteaux aux 4 Charrières, cueille une dizaine de beaux champignons. C'est les premières coulemelles que je vois cette année. »

32Sans compter le bois pour le feu, l'herbe pour les lapins, le buis au moment des Rameaux, le genêt et le bouleau pour faire des balais...

33Les deux frères sont ensemble pour soigner les bêtes, et un « nous » dit leurs efforts communs : « Robert porte 2 bottes foin aux bêtes de Côte aux Faux ; Apportons chacun 3 grosses bottes de foin en vrac (lié avec corde) aux bêtes à La Combe. Mettons les vaches comme d'habitude dans terre Abdon et donnons une partie de raves. » L'hiver, ils doivent descendre deux fois par jour à La Rochette ; aux beaux jours, il faut sans arrêt changer les bêtes de pâture – au pré Marteaux, chez Legrand, à Saint-Pardoux, aux Chiroux, aux Couties, aux Garennes, chez Abdon, de nouveau aux Couties, dans la terre de Marthe, au pré Marteaux et à La Croix, pour le seul mois de juin 1968. Mais on ne relève qu'un seul transfert pendant le mois de juin 1986, après le remembrement.

34Le troupeau s'est donc agrandi au fil des années, et les étables sont insuffisantes pour abriter toutes les bêtes pendant les grands froids, ce dont s'afflige Adolphe : 1er février 1985, « Bêtes ne sont pas bien dehors, par ce temps, il nous reste 6 vaches chez Abdon (pas de places pour les rentrer trop de bêtes) » et « pas facile de circuler dans l'écurie car bêtes sont fortes ». Images de leurs difficultés et de leurs réticences à adopter les nouvelles pratiques d'élevage ; d'où, plus que jamais, l'importance de l'entraide.

L'entraide, l'échange

35Leur ampleur et leur minutie furent pour nous une des surprises de ce journal. Une entraide généralement sur le mode de l'imprévu : quelque chose arrive, un tracteur en panne, il faut changer les bêtes de pâture, ou elles se sont sauvées, on se téléphone, tout le monde accourt : « Allons aider Chavignaud pour changer les bêtes. Tout le monde retenu à dîner » ; « Les Luche téléphonent pour dire d'aller leur aider à mener les bêtes à La Vallade », et le même jour le même service est rendu aux deux frères. Ces changements de pâture ne se font pas sans mal et donnent souvent lieu à des scènes épiques : « Après-midi vers 15 h. passées (n)2, Stéphane B. vient, Fernand vient aussi, allons aux Couties, l'Or-La-Pierre pour changer les bêtes, mettons 4 vaches et 4 veaux au Gau-Ordailler (Blonde, Pomette, vache qui avait eu les jumeaux). Le taureau Tintin est parti avec les bêtes de Luche qui sont dans les prés de chez Guillot et a fait sortir bêtes qui sont un peu partout aux Gânes. Décidons de laisser pour le moment le taureau où il est et menons le reste du troupeau au Chiroux-Clauzet, là-bas nous nous apercevons qu'il manque un veau (celui de grosse velle !) c'est bien ennuyeux. Retournons pour chercher le taureau et le veau, ramenons vache. Essayons de ramener le taureau et le veau mais n'y parvenant pas menons la vache aux Ganes, après bien des efforts menons taureau aux Clauzet et mettons vache et son veau à l'écurie. N'en pouvons plus de marcher, il est plus de 18 H. Avons couru toute la soirée où cela aurait pu se passer en une demi heure. Stéphane est comme nous épuisé. »

36Avant que les clôtures électriques ne se généralisent, les bêtes forcent souvent les haies ou les barbelés qui ceinturent les champs : « Descendons voir en vélomoteur. Vois des bêtes aux Tilleuls, monte dans chemin, vois plein de bêtes dans orge à Camille et dans les alentours. C'est un vrai champ de foire. Vois des bêtes à nous dans le tas, et les autres à chez Battu. Robert vient, sortons les bêtes aux Lettiers d'autres sont montées à Sagne-Boube. Monte et essaie de téléphoner chez Battu, mai il n'y a pas de réponse, reviens, remplace Robert qui garde les bêtes, Robert monte à son tour et arrive à avertir chez Battu qui viennent enfin. Trions les bêtes avec beaucoup de peine et remettons tout en ordre. »

37Ce sont souvent les voisins qui préviennent : « Madame Martin – du Pont – téléphone pour dire que les bêtes qui étaient dans le pré des Magasins ont traversé la rivière pour revenir dans pré sous La Rochette et que le petit veau de Babou est tout seul de l'autre côté. Y descendons tout de suite mais petit veau est avec sa mère dans pré sous La Rochette (a traversé la rivière qui est au plein). Madame Martin en est toute retournée dit que sa mère (du veau) est retournée le chercher et le petit veau était à côté d'elle pour passer la rivière du côté du haut. Remercions bien Madame Martin de nous avoir averti » (18 avril 1980).

38Comme il se doit, les voisins sont là : « Camille, Cassis, Couturier aident à faire repasser la rivière aux vaches qui s'étaient sauvées. » On boit, on casse la croûte ensemble. Et le lendemain : « Je donne une douzaine d'œufs à Jeanine pour Mme Martin pour récompenser du dérangement que nous lui avons occasionné avec le veau. » Chaque année, on repère ces mêmes scènes de poursuite, parfois à intervalles rapprochés (les vaches se sauvent le 19 juin 1985, puis le 24 et le 26), et un jour où la vache s'est encore sauvée, Adolphe consigne : « Cela nous met en colère, nous décidons de lui attacher la tête à la patte. » Parfois pointe comme une lassitude : « Voulions mettre vaches aux Ganes mais sont parties aux Lignes, les y laisse. » Le plus souvent, loin d'irriter, ces allées et venues font comme partie du travail. On a l'impression que rien ne peut se faire sans cet appel aux autres, que c'est à la fois une nécessité et une convention du bien-vivre.

39L'entraide est constante. L'hiver, on se met à plusieurs pour décharger les camions de paille : « Après-midi descendons à Luche avec Pierrot C pour aider à décharger camion de paille. Il y a du monde. René Delabre, Tril et sa femme. Camion important plus de 9 t. » De même pour décharger les engrais, la chaux, débarder le bois, pour démonter et nettoyer les machines. Et à partir de février et mars, les scènes de vêlage : « Vache veut veler enfin, il est 9h.1/2 environ, Robert la fouille, veau vient bien... ne veut pas se coucher. Tirons veau avec veleuse. Vache se couche. Aurait fait veau toute seule, mais quatre cordons. Robert coupe avec son couteau » (10 mai 1985). Mais bien souvent on convoque les voisins : « Robert m'appelle, il est 5h.45. Vache noiraude veut faire le veau. R. déjà levé vers 4 h. Appelons les Luche qui viennent sans tarder [...] Michel et Robert boivent le café avec nous » (15 mai 1980). Pour les grands travaux de l'été, fenaison et moisson, l'entraide est plus concertée : « Déchargé et pressé foin avec Camille et Cassis, puis pressé Les Viallards de Cassis, puis reste des Planeaux avec Camille et Michel » (29 juillet 1968) ; « Mène paille trois bonnes remorques. Toujours en nombre avec le cousin des voisins, avons bien travaillé, chez Delattre bien aidé. Cassons la croûte ensemble » (septembre 1968). Des échanges de services fréquents, bien équilibrés entre les parties, et qui touchent à tout ce que chacun peut avoir à faire : « Cassis venu aider à rentrer chatron » ; « Les sangliers sont dans les avoines, les Luche demandent qu'on aille leur aider » ; « Aidé à démolir pile de pierre de taille [...] discutons un bon moment, cassons la croûte, restons un moment à parler » ; « Eté aider Cassis à peser porc » ; « Robert aide à raboter bois de Cassis » ; « Rapporté à Edith des pommes de terre » ; « Eté semer choux raves pour Camille aux Pierres » ; « Mené bois chez Edith » ; « Coupé tilleul pour Mme Abdon, pour nous et pour chez Brivet » ; « Pierrot Treil taille la vigne du fournil, lui fait tailler 2 poiriers au jardin » ; « Les Riou veulent que nous allions leur aider à abattre gros chêne dans notre bois de Malleroche3 ».

40Dans le même esprit, témoignant du même art de vivre, une intense circulation de produits. Selon les saisons, et selon ce dont chacun dispose, on donne ou on reçoit un « pochon » de noisettes, quelques œufs, un pied de salade, un greffon, un morceau de gâteau, du boudin, des poissons de rivière, une volaille, des escargots, du buis, des échalotes, des petites pommes de terre pour les volailles, du miel (sur quinze pots récoltés, Adolphe en donne huit)... C'est selon une même exigence que circulent les parts de cochon, réseaux si complexes que, observe ironiquement Adolphe, tel n'a pas goûté de son propre cochon mais seulement des parts qui lui ont été données comme présents de retour. On s'emprunte aussi continuellement de l'outillage : épandeur de fumier, caisse en bois pour peser les veaux et les cochons, semoir à engrais, rouleau, etc. « Emprunté appareil pour semer betterave et chou-rave » ; « Emprunté rateau faneur de Meillard » ; « Prêté voiture galière à Cassis ». Et on se passe des réserves de fourrage, de la ficelle, des engrais. Enfin on troque : « Donne greffe à Chamberand qui offre bonne bouteille » ; « Donné à Cassis un paquet tabac pour saillie de vache Jolie avec son taureau, plus bouteille bue ensemble » ; « Donné un tonneau pour un coq » ; « Camille M. donne 20 bottes de paille pour un tombereau de fumier » ; « Vais vendre les petits cochons de M, me paye la moitié de l'essence et m'invite à déjeuner » ; « Vais chez Bouillet chercher encore un petit sac de blé, même poids, 1 kg et demi avec sac. Avec celui d'hier 22 kg à payer. Ne veulent pas que je règle car doivent un sac de ficelles ».

41Entre voisins tout se donne, se rend, s'échange selon une comptabilité vivante, intuitive, sans poids ni mesures, mais fondée sur un sens très sûr de l'équilibre et de la juste proportion. Ce sens qui s'exerce continûment dans le quotidien est mis à l'épreuve, transposé, dans les jeux de l'hiver – belotes et pesées du sac. Le jeu de la pesée consiste à deviner « au jugé » le poids, à quelques grammes près, d'une tête de porc ou de veau présentée dans un panier. Le 22 mars 1980, les jeux durèrent jusqu'à 2 h 30 du matin : l'équipe gagnante au concours de belote reçut un agneau et un gros jambon, le gagnant de la pesée reçut le panier avec la tête et autres nourritures et bonnes bouteilles. Ce jour-là, le droit à deviner la pesée coûtait 2 francs et il y eut 163 pesées. Un jeu où s'affirment d'une part l'aptitude à estimer le poids des choses et, de l'autre, leurs qualités intrinsèques, leur poids social, leur valeur d'échange.

42Une riche vie sociale donnant une impression d'intensité, parfois d'effervescence, et qui ne se limite pas aux choses du travail. Adolphe est adjoint au maire, secrétaire de la Société de chasse, commissaire aux comptes au Crédit agricole, il assiste à tous les matchs de football, aux fêtes locales, participe aux concours de belote l'hiver, enfin, avec son frère, il est l'hôte fréquent et bienvenu des familles amies.

Le bouleversement du paysage

43Absents du journal de Gouberville, les paysages le sont aussi de celui d'Adolphe. Nulle vue d'ensemble du pays, simplement des trajets – « vais chercher brouettée de bois à Sous-le-Cheix en passant par la Vialle et Quatre Charrières » – qui donnent à peine une idée de ses traits et de son relief ; on sait seulement qu'il y a des bois, des pâtures, des labours, des haies, une rivière, qu'il faut descendre et monter. En revanche, une surabondance de toponymes : « Moi été dans bois aux Gânes ébranché un hêtre tombé » ; « Dégagé mes poiriers dans La Côte » ; « Raclé boue dans le chemin Sous le Cheix »... Pas d'activité qui ne soit située en son lieu.

44Pourtant une date charnière – 1985 – et un changement de ton pour traduire l'émotion devant ce qui disparaît. Le remembrement, longtemps attendu et auquel Robert a pris une part active4, bouleverse le pays, arbres abattus, murets enfouis dans des tranchées, chemins comblés ; sur leur seule propriété les deux frères font couper 52 arbres – chênes, fresnes, châtaigniers, acacias, pris le plus souvent dans des haies. Pour Adolphe, l'impression d'un désert, « c'est la savane ! », note-t-il. Et pour la première fois il décrit des arbres vénérables dont nous apprenons ainsi l'existence : « Tombons le peuplier que notre oncle Adolphe avait planté vers les années 1910 [souligné en rouge] et qui meublait de sa haute taille le fond des Lignes, il avait une belle bille très droite de plus 5 mètres et de plus de 60 cm de diamètre. »

45« J'ai peur que le vieux chêne du chemin de Sagne des Rios soit pris dans la piste. Au retour tard vois que vieux chêne qui avait plus de 500 ans, n'est plus dans le panorama... ceci fait mal au cœur... il trônait toujours le long du chemin de Sagne de son tronc énorme (plus de 5 mètres de tour) son écorce se détachait de plus en plus et ses flancs apparaissaient vermoulus ; ma mère le donnait comme contemporain de Jeanne D'Arc. Ceci n'était pas surfait. Vieil arbre est donc tombé sous l'effet de l'énorme pelleteuse, est tout cassé, git par terre comme un vieux cadavre en décomposition, ainsi fini le roi des chênes de notre contrée quant à son âge et à sa circonférence. »

46Le débardage du bois, toujours mesuré à la corde, va se poursuivre pendant plusieurs mois, accompagné de pourparlers avec les bûcherons et les acheteurs. Et autour des pelleteuses, des bulls, une intense activité. Tout le monde « ébroussaille », non sans suivre de près la progression des engins, vraies machines de guerre qui défoncent, creusent, comblent inexorablement : « Les engins avancent très vite et n'arrivons pas à arracher assez vite les fils de téléphone. » Pourtant on veut voir, et les hommes se retrouvent sur les lieux pour assister, comme fascinés, à l'engloutissement des vieux murets entretenus depuis des générations : « Moi voulais débarrasser bois au Clos mais veux voir raser le mur des Garennes. » Le journal saisit bien ce moment de destruction du paysage, où rien n'apparaît encore de la nouvelle configuration des lieux, et qui laisse les habitants désemparés, privés de leurs repères habituels : « Travaux sur Pravier direction Lioreix parallèlement à l'ancienne route nationale. Robert dit que l'on ne s'y reconnaît plus. » Le mot bouleversement revient tout le temps sous la plume d'Adolphe : « Quel bouleversement pour quelqu'un qui connaissait les lieux avant et les voit aujourd'hui » ; « [...] pelle arrive dans le talus en face du pignon de la grange, bull est derrière quel bouleversement... » ; « Les engins travaillent à la piste du côté de La Borie. Allons voir du côté de l'arbre du Pendu. Piste est arrivée à l'arbre de la Rose. Travail incroyable... Le chemin creux entre Le Chiroux et La Borie est comblé et monte à hauteur des terrains de chaque côté. La montée pour aller au Chiroux Clauzet est confondue avec le chemin etc. c'est un bouleversement total ». Et il y a aussi les bavures, les ratés de ces énormes travaux : « [...] Vois aussi que 4 ou 5 de nos arbres ont été coupés [...] c'est un peu fort quand même [...] Remonte en colère le dit à Robert » ; ou plus grave : « Aux Corades, Georges va chercher un coup à boire et s'aperçoit qu'il ne voit plus le puits, y allons voir. c'est malheureusement vrai, puits est rasé et trou bouché. C'est incroyable, impensable d'avoir fait cela [...] Avions bien travaillé pour creuser, mon père aussi y avait travaillé, ceci vers les années 1963. » Pendant des mois les deux frères vont réaménager l'espace – nettoyer, faire brûler –, mais aussi reconstruire les entrées des pâtures, poser des traverses, tailler des piquets en bois d'acacia pour fixer les clôtures électriques.

47Il faut attendre avril 1987 pour qu'Adolphe reconnaisse certains des bénéfices du remembrement : « Il y a eu beaucoup de travail de fait dans tous ces coins et cela change avec avant où ces coins étaient à l'abandon. Cela, grâce à la piste qui permet d'accéder aux différents terrains. » Des « pistes » qui ont remplacé la plupart des chemins – les « sentiers à talons », les « chemins de temps et de saison ». Se perdent les lieux et se brouillent les noms. Et on sent la difficulté qu'éprouve Adolphe à nommer des lieux qui, ainsi recomposés, ne lui sont plus aussi familiers. Tantôt il a trop de noms pour une seule pièce, tantôt il n'en a pas et parle, par exemple, des « limites de nos nouveaux terrains à Sous le Cheix » ou « Bois au-dessus du Passadoux dans coin ex. Bruneton appartenant à chez Hanoteaux, terrain qui nous revient ». Le regroupement des terres rend caduc l'usage de la plupart des toponymes, et, autre conséquence évoquée par Adolphe, il accélère la disparition de nombreuses variétés fruitières (plus de quarante recensées sur leur seule ferme).

48Mais le remembrement, c'est aussi un des contrecoups inattendus, fait resurgir un passé très ancien pour lequel Adolphe se passionne : « Allons voir entre Planards et Malleroche s'il y a des traces de vestiges archéologiques » ; « Jacqueline a fait une belle trouvaille, sort précieusement de sa poche un silex taillé long de 6 cm environ ressemblant à une pointe de lance, malheureusement le bout est cassé. A trouvé ce silex dans piste de Puy Mourier en face de terre de Storchan ».

49Comme celui de Gouberville, le journal d'Adolphe est une mine de renseignements ethnographiques, de ceux-là même qui échappent à l'enquête de terrain parce qu'ils se laissent difficilement cerner par la parole.

50Du livre de raison, il garde le souci de chiffrer : le poids du cochon ou du veau, le nombre de bottes de paille, de doubles d'avoine, de tombereaux de fumier, la densité du cidre, le prix de la corde de bois, le nombre d'allées et venues pour soigner les bêtes... Ce souci de mesurer va de pair avec celui de nommer et participe de la même démarche descriptive : les choses ont un poids et elles ont un nom. Adolphe nomme tous ceux qui passent, téléphonent, viennent aider5 ; et il nomme le monde autour de lui : les vaches, taureau, « velles » par leur nom, le lapin qui pille son jardin, tous les oiseaux aperçus, les bêtes des bois dont il suit la trace, les lieux-dits selon le pas à pas de la journée...

51Toute chose est donnée à son heure selon un découpage de la journée qui, au-delà du morcellement, en ressaisit le rythme ; s'y côtoient, comme dans la vie, des réalités de tous ordres : « Porté un sac de pommes de terre du fournil chez T. ; géranium qui était dans le fournil est gelé ainsi que plantes grasses pourtant cachées avec papier ; enterrement de Mme R. de Juste Faux, camarade de mère. » Parfois c'est l'insolite : « Robert, Stéphane vont à La Combe voir les bêtes et notamment vache blonde. Vache blonde a fait un veau blanc, était entourée de sangliers ! une mère et 5 ou 6 autres dont 4 pouvaient peser dans les 20 kg. Ai tué une vipère au haut de la prairie. » Et le récit journalier se recompose sur le rythme plus ample de la saison : l'hiver rigoureux qui s'attarde, la fenaison coupée d'orages et qui dure, et, à peine terminée, voilà qu'on porte les premières bottes aux bêtes dans les prés, et c'est de nouveau le passage des grues.

52Sur le long temps, enfin, il rend compte des aménagements successifs face aux contraintes et méthodes nouvelles, portant témoignage des mutations de cette société paysanne dont le journal donne à voir la richesse.

53Cette richesse, elle nous devient palpable à travers l'accumulation, la répétition des faits et gestes, le regard attentif au détail ténu qui porte sens et donne aux choses leur épaisseur de vie – un style. Adolphe dit l'herbe mouillée sur laquelle il glisse, le sac de ficelles, le foin dans la peau des lapins qu'on vient d'écorcher, le ruissellement de l'eau qui affleure dans les prés de La Croix, « longtemps que cela n'était arrivé », les cloches « qui sonnent à Francèches » et aussi la monotonie des jours « soins aux bêtes comme d'habitude ».

54« On ne doit laisser aucun fait, si minime soit-il, vous glisser entre les doigts », écrit Virginia Woolf à propos de Montaigne6, car, ajoute-t-elle, « outre l'intérêt des faits en eux-mêmes, il y a l'étrange faculté que nous avons de les transformer par le pouvoir de l'imagination ». Le journal nous a paru riche précisément de cet ordre de faits : 6 février 1987 « Vais faire un tour sur les Gasnes, avais entendu hennissement de chevaux. Monte à pied à Chaumy, ferme barrières, ramasse qq petites pierres, vois 7 perdrix que Mirette fait partir en haut de la terre, longtemps que je n'avais pas vu de perdrix dans la région... avais vu aussi des petits tas de crottes dans la terre d'avoine de la Garenne et avais pensé que çà pouvait être ce genre de gibier. Retour par les Biellots, blé de terre longue des Gasnes sort enfin assez épais. » Et le 31 décembre 1968 : « Eté un moment au bois aux Gasnes, resté une 20' de minutes, froid et neige sur le bois ! vu passage de sangliers au-dessus du cimetière – traces. »

Haut de page

Bibliographie

Foisil M., 1986 (1981). Le sire de Gouberville, Paris, Flammarion.

Le Roy Ladurie E., 1972. « Le Vert Bocage, Introduction à la réimpression Tollemer 1972 », in Le territoire de l'historien, Paris, Gallimard.

Woolf V., 1925. « Montaigne », in The Common Reader, Londres, The Hogarth Press.

Haut de page

Notes

* Les auteurs et la revue remercient Adolphe Michard de les avoir autorisés à publier des extraits de ses « récits journaliers » ainsi que ses photos.
1La commune de Saint-Médard-La-Rochette comprend 14 hameaux ou « villages » ; elle comptait 57 agriculteurs il y a une trentaine d'années ; ils ne sont plus que 10.
2Adolphe refuse l'heure nouvelle et note, selon les cas (anc.) ou (n).
3Devant cette imbrication si serrée des liens de voisinage, confortée par le boire et le manger ensemble, la question se pose : le remembrement a-t-il distendu ces liens ? Question à laquelle devrait pouvoir répondre le journal.
4Il est, depuis sa création, président de l'Association pour le remembrement.
5Chacun est nommé constamment par son prénom, son sobriquet ou son patronyme, ou encore par son appartenance à une maisonnée, « chez Brivet », ou à un hameau, « les de Luche » ; aussi, selon la distance, en tant que monsieur ou madame.
6Dans Montaigne (The Common Reader), Virginia Woolf (????)écrit : « La mort approchant, c'est la vie qui prend une importance accrue, soi-même, sa propre âme, chaque menu fait de l'existence : qu'hiver comme été l'on porte des bas de soie ; que l'on met de l'eau dans son vin... » Suit une longue énumération des détails que Montaigne donne sur lui-même.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jolas T. & S. Pinton, 1997, « Journal d’un paysan de Creuse », Terrain, n° 28, pp. 153-164.

Référence électronique

Tina Jolas et Solange Pinton, « Journal d'un paysan de Creuse », Terrain [En ligne], 28 | mars 1997, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3181 ; DOI : 10.4000/terrain.3181

Haut de page

Auteurs

Tina Jolas

Articles du même auteur

Solange Pinton

Paris

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals