Navigation – Plan du site
Habiter la Maison (épuisé)

Les castors de la Monnaie

Naissance et mort d'une épopée
Bernard Légé
p. 40-59

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Pays de la Loire
Haut de page

Texte intégral

1Le débat sur l'influence des conditions matérielles d'habitat sur les comportements sociaux des classes populaires, porte très tôt à partir des analyses des hygiénistes, sur la propriété et son rôle moralisateur.

2Au centre de l'action des constructeurs de logements sociaux, dès la seconde moitié du xixe siècle1, le rapport entre dispositif architectural, statut dans le logement et modes de vie n'a cependant guère suscité d'étude par la suite. L'expérience mulhousienne fit école, mais après l'échec d'Anzin où des maisons furent vendues en justice et rachetées par des cafetiers — qui installèrent des débits de boisson au cœur même de la cité — car certains ouvriers n'avaient pu s'acquitter de leurs dettes, on en vint à des considérations beaucoup plus prudentes quant aux idées de Frédéric Le Play, André Penot, de Emile Muller, et de leurs disciples. En dehors de quelques initiatives privées, il faudra attendre la loi Loucheur (dont le vote fut d'ailleurs différé de 1920 à 1928) pour que des aides publiques substantielles soient allouées à la construction de lotissements. Mais l'apport personnel important et les annuités de remboursement élevées, imposés par cette loi, se sont révélés des obstacles insurmontables pour la grande masse des familles ouvrières.

3Dans cette perspective, l'expérience Castor2 de l'immédiat après-guerre constitue un fait nouveau car pour la première fois depuis longtemps, un groupe social dont la précarité économique l'écartait des circuits immobiliers institutionnels (les H.B.M. et les H.L.M. sont peu nombreuses à l'époque et les conditions d'admission sont très restrictives quant à la solvabilité des candidats) a pu accéder à la propriété de maisons individuelles.

4Alors que la participation active à la construction sembla, avec la crise et la diminution du rythme de la construction sociale, trouver un regain d'intérêt — en France où le marché des maisons prêtes à équiper3 se développe, en Angleterre où des cités préfabriquées sont entièrement construites par les habitants4, dans les pays sous-développés où la Banque mondiale finance un certain nombre d'expériences —, il nous a semblé intéressant d'envisager les conséquences, dans le long terme, de telles procédures. Une génération s'étant écoulée depuis les premières expériences d'autoconstruction de l'après-guerre, nous avons essayé, au moyen d'une enquête dans une cité de Castors, d'évaluer les effets sociaux de ce mode original d'accession au logement.

5Des Castors, au départ dans une situation de misère commune, vivent maintenant, depuis plus de trente ans, dans des maisons qu'ils ont construites ensemble. Une vie communautaire intense, a présidé à l'édification de leur cité ; on peut se demander quelles empreintes a pu laisser ce mode de production dans les rapports sociaux des habitants. Les Castors ont-ils gardé ou renforcé ces liens ? Comment est restituée, par leurs témoignages, cette expérience extraordinaire ?

6L'opportunité qui leur fut offerte, il y a plus d'un quart de siècle, d'accéder à la jouissance d'un logement, les plaça dans une position atypique par rapport au statut de l'ensemble de leur classe sociale aux membres desquels l'accès à la propriété était en général interdit. S'il est vrai qu'il existait de longue date un courant d'inspiration paternaliste mais aussi socialiste, favorable à l'accession à la propriété, le caractère anormal des conditions dans lesquelles ces prolétaires sont devenus propriétaires, a pu infléchir leur comportement de classe, voire même susciter un changement de modèle culturel. On a souvent dit que l'aventure des Castors avait été un facteur de promotion sociale ; s'agit-il seulement de vœux pieux ou bien les manœuvres des usines Bessoneau et les mineurs des Ardoisières, après avoir accédé à un mode d'habitation considéré comme bourgeois, sont-ils entrés dans une dynamique d'ascension sociale ?

7De nouveaux habitants, jeunes pour la plupart, ont réalisé un premier investissement en achetant des maisons laissées vides par le départ de certains Castors ou par la mort de quelques autres. On cherchera, dès lors, à voir de quelle façon ces familles, étrangères au groupe des constructeurs, ont été acceptées par ces derniers et, inversement, quelle fut leur perception, à elles, de la cité et de ses habitants. L'arrivée de ces nouveaux habitants fournira ainsi l'occasion de s'interroger sur la confrontation de deux modèles culturels.

La Cité de la Monnaie

8La Cité de la Monnaie, édifiée sur la commune des Ponts-de-Cé, limitrophe d'Angers, constituait un objet idéal d'investigation. Morphologiquement bien défini et bien conservé, ce hameau de vingt-neuf foyers est encore largement habité par ses constructeurs.

9Rendue célèbre par l'importance des traces qu'elle laissa dans l'urbanisation de la ville mais aussi par les nombreux recours en justice qu'elle suscita — plus de cinquante actions judiciaires dont certaines défrayèrent la chronique nationale —, l'action des Castors angevins, directement issue du mouvement « squatter » de l'immédiat après-guerre, a plus particulièrement attiré notre attention.

10Notre étude s'est déroulée sur une période de six mois en 1983 et a comporté une enquête de terrain auprès des habitants de la Cité de la Monnaie, et une autre, plus globale, sur document, concernant le contexte historique et la Société des H.L.M. « Les Castors angevins ». Nous avons procédé par entretiens et par reconstitution des trajectoires professionnelles et résidentielles.

11Seuls neuf Castors ont, de leur propre chef, vendu leur maison pour en acquérir une plus luxueuse. Trois autres ventes ont eu lieu entre 1980 et 1982, à l'initiative des enfants après la disparition de leurs parents. Les mutations concernent au total douze maisons. Si l'on excepte la première — la maison a été achetée en 1964 par la fille d'un Castor, qui faisait donc déjà partie du groupe de départ — et deux autres survenues en 1982 : les nouveaux propriétaires n'ont pas encore pris possession des lieux —, il n'y eut que neuf familles étrangères au groupe des fondateurs, à entrer dans la cité de 1962 à 1982. Par ailleurs, une maison étant devenue résidence secondaire des enfants après le départ de leurs parents, le groupe des fondateurs était encore, en 1983, constitué de seize familles (chiffres restés inchangés en 1987).

12Du point de vue démographique, la structure de la population au moment de l'enquête se présente de la façon suivante : les parents Castors ont aujourd'hui de cinquante à soixante-dix-huit ans, neuf d'entre eux (hommes et femmes) travaillent, sept autres sont à la retraite, trois sont en préretraite ou au chômage, huit femmes restent à la maison. Ces Castors ont encore onze enfants avec eux (âgés de dix-huit à trente et un ans), tandis que deux foyers d'enfants de Castors se sont installés dans la cité, l'un d'une façon indépendante, l'autre dans la maison des parents (où il ne reste aujourd'hui que la mère). Ces deux ménages ont à leur tour engendré neuf enfants (âgés de cinq à vingt et un ans). Les caractéristiques sociales et démographiques des nouveaux habitants sont plus différenciées que celles des anciens et marquent un léger rajeunissement de la population. On compte, en effet, trois couples (de vingt-huit à quarante-cinq ans) avec enfants (un an, trois ans, quatre ans et onze ans) ; hommes et femmes travaillent (il y a un représentant et une fleuriste, deux infirmiers psychiatriques, un postier et une femme de salle à l'hôpital). Deux femmes seules et divorcées travaillent également : l'une, la quarantaine avec trois enfants (de quinze à dix-huit ans), l'autre, la cinquantaine, sans enfant. Les quatre derniers ménages sont composés de personnes entre cinquante et soixante ans : deux hommes retraités, un au chômage et le dernier, handicapé, en préretraite. Des quatre femmes, une seule travaille. On note, enfin, que l'un de ces couples donne encore l'hospitalité à deux de ses enfants : une fille de vingt-huit ans et un garçon (en dyalise) de trente-cinq ans. Une certaine vocation de la cité à abriter des personnes plus ou moins invalides, semble se confirmer si l'on considère les deux mutations survenues en 1982 : les nouveaux propriétaires, qui n'ont pas encore pris possession des lieux, sont handicapés physiques (un couple de sourds-muets et un homme seul en dialyse). Mais, en dehors de cette vocation un peu particulière, les maisons de la cité paraissent avoir plutôt attiré des petits retraités, des couples jeunes, ainsi que des femmes seules qui n'auraient pu accéder à la propriété dans d'autres conditions.

Le contexte angevin au sortir de la guerre

13Rappelons, tout d'abord, un certain nombre de faits tels qu'ils ressortent d'une revue de la presse de l'époque et de nos nombreux entretiens avec les Castors.

14Des conditions de vie insalubres prévalaient dans les logements des couches populaires. La ville avait été durement touchée par les bombardements (on estime qu'entre trois et quatre mille immeubles avaient été détruits) ; en outre, le patrimoine immobilier manquait d'entretien. Une enquête faite en 1947 répertoriait 1 600 immeubles malsains ou dangereux. Les critères habituels de la misère valaient pour ces constructions : entassement de familles ou de générations dans une seule pièce, W.C. unique pour l'immeuble (et généralement situé au fond de la cour), infiltrations, humidité, escaliers périlleux, lumières insuffisantes, présence de rongeurs, émanation de fosses d'aisances, etc. Ajoutons le lot tristement classique des maladies de la misère : tuberculose, pneumonie, taux élevé de mortalité (particulièrement infantile), dont le souvenir hante encore la mémoire de certaines des familles. Les Castors que nous avons rencontrés n'ont pas encore oublié.

M. Sellier : « On habitait dans le faubourg Saint-Michel, il y avait pas mal de locataires au fond d'une grande cour, on était au moins une vingtaine... J'étais marié, j'avais un bébé et on était tous les trois dans une mansarde avec seulement un petit hublot (...) L'eau, fallait aller la chercher dans la cour ; les W.C. aussi, bien sûr, étaient dans la cour.

A ce moment-là, je travaillais la nuit, alors dans la journée, avec le gosse, je ne pouvais pas dormir et quand il faisait chaud, l'été, c'était intolérable (...) ; et puis, ce petit hublot, vous pouviez toujours l'ouvrir, ça ne donnait rien du tout. En plus, il faisait noir là-dedans, alors fallait allumer la lumière toute la journée !»

Mme Trouillard, de son côté, narra ainsi son aventure dantesque : « On habitait à l'époque, une pièce unique dans la Doutre (un quartier populaire d'Angers), place Grégoire-Bordillon, on était avec mes parents et mes deux frères et sœurs quand, tout d'un coup, le plancher de notre maison s'est effondré. On est tous tombé en dessous, sur le lit d'une vieille dame (...) J'étais très jeune mais je vous assure que je m'en rappelle, cela marque, vous savez !»

15Face à cette pénurie, le pouvoir municipal restait inerte : en 1950, à peine quelques dizaines de logements populaires avaient été mis en chantier, à Angers. Une figure très particulière se détache alors de la vie publique locale : Antoinette Brisset, plus connue sous le pseudonyme journalistique de Christine. Devenue par hasard journaliste au Courrier de l'Ouest (1945), cette femme extraordinaire prend, à cette époque, la tête d'une croisade contre les taudis, contre l'injustice sociale et contre tous ceux qui, des bourgeois cossus (nombreux à Angers) aux responsables politiques incompétents ou corrompus, ne font rien pour aider à changer les conditions désastreuses de vie des plus pauvres5. Profondément choquée par toute la misère qui l'entoure et mue par un désir profond d'équité, Christine décide dès 1945 d'intervenir directement en créant tout d'abord un service d'entraide, qui sera très vite débordé, puis en rejoignant sur le front des luttes sociales, les militants de la Commission familiale et ouvrière du logement (C.F.O.L.6) qui s'apprêtent à effectuer un premier squattage (mars 1947). Convaincue du bien-fondé de cette méthode, elle participera avec ses militants, à quelque deux cents opérations avant que ne tombe en janvier 1949 la première condamnation du Tribunal correctionnel. Inflexible, Christine continuera son action et sera condamnée cinquante-deux fois pour violation de domicile, bris de clôture, etc. ; mais de 1947 à 1962, elle a pu ainsi loger huit cents familles. Tout en continuant l'action des squattages, Christine avait compris qu'il était inutile de compter sur les autorités en place pour la construction de logements neufs. Lors d'une réunion de la C.F.O.L., elle suggéra donc l'autoconstruction comme solution aux occupations. L'idée lancée, le mouvement squatter allait se doubler d'un mouvement castor.

L'autoconstruction des vingt-neuf maisons

16Motivés, les candidats castors de la C.F.O.L., l'étaient certainement, mais il leur fallait aussi les moyens d'entreprendre une telle aventure. Rien d'étonnant donc à ce que le noyau de départ se constitue autour du Centre de formation professionnelle accélérée (F.P.A.), nouvellement créé et qui préparait tout spécialement aux métiers du bâtiment. Le groupe des vingt-neuf pionniers de la Monnaie se forma par le jeu des liens de parenté (on compte neuf cas de cousins/cousines) ou par des relations de camaraderie. Au total, sur les vingt-neuf hommes qui avaient été retenus pour le lancement de la première cité, la Monnaie, seize appartenaient aux professions du bâtiment (cinq maçons, un coffreur, un menuisier-charpentier, deux menuisiers, un couvreur, un plâtrier, un plombier, trois électriciens, un serrurier) ; quatre étaient carriers-ardoisiers et trois autres manœuvres travaillaient aux usines de cordage Bessoneau, aujourd'hui disparues. Des six restants, deux étaient mécaniciens au Génie militaire, un était manœuvre dans une coopérative agricole, un autre ouvrier-horticulteur et un autre encore, employé au service des eaux. Le dernier coopté, un facteur, nous expliqua qu'il faillit ne pas être pris : « Perrier ne voulait pas de moi parce que j'étais postier, il voulait des gens qui connaissent au moins un métier manuel. Moi, j'ai dit : "Oui, mais le travail manuel, ça ne me fait pas peur parce que j'ai été quatre ans mineur aux ardoisières !" »

17Du point de vue familial, quatorze ménages avaient au moins deux enfants et les quinze autres n'avaient qu'un seul ou pas d'enfant. Cette ligne de démarcation entre les deux sous-groupes explique le choix des types de maison : la cité compte précisément quinze F3 et quatorze F4. A six exceptions près (trois ouvrières des usines Bessoneau, deux de la Fabrique d'allumettes et une vendeuse de magasin), les femmes des futurs Castors restaient, en général au foyer. Les revenus des familles étaient, bien sûr, extrêmement modestes, le salaire moyen de ces ouvriers s'établissait à 255 F/mois en 19527.

18Décider de construire sa maison est une chose, en avoir les moyens en est une autre, la première question à régler était celle du terrain ; Christine entra en contact avec un marchand de biens qui lui proposa une parcelle d'environ 8 300 m2, en friche et très marécageuse, pour un peu moins de 500 000 F (1950). Mais personne ne disposait du premier centime nécessaire à cette acquisition ; c'est en traitant directement avec le propriétaire parisien, l'artificier Ruggeri, que Christine obtint de lui un geste exceptionnel : il accepta de différer le paiement aussi longtemps que cela serait nécessaire. Des discussions s'engagèrent alors sur la façon d'implanter les maisons. On proposa tout d'abord de les aligner sur le pourtour du terrain tandis que les WC occuperaient le milieu... Cette idée, qui donnait la possibilité d'élever trente-neuf maisons, fut, on le comprend, écartée. Un fonctionnaire du Service de l'urbanisme, à la Direction départementale de l'Equipement, suggéra la solution « originale » dite des « maisons sur l'herbe » : on lancerait des dés en l'air au-dessus d'un plan représentant le terrain, les maisons seraient ensuite construites à l'endroit où les dés retomberaient. Cette solution n'apparut pas non plus satisfaisante... Christine revint un jour avec une proposition de plan, dressé par ses soins, mais qui ne comportait que vingt-neuf maisons.

19Les candidats castors se choisirent et se constituèrent en mars 1950, en association régie par la loi 1901 : au terme de leur règlement, tous les associés étaient solidaires jusqu'à l'extinction totale des emprunts contractés et ne pouvaient, en conséquence, vendre leur bien avant que le dernier d'entre eux ait remboursé sa part. En cas de cession du logement aucune plus-value n'était possible, la cession se faisant au prorata des loyers déjà versés, augmentés de l'apport-travail. Corrélativement, le loyer-acquisition, calculé à partir de l'emprunt contracté et des intérêts afférents, n'était pas réévaluable.

20Tandis que Christine s'occupait du dossier de permis de construire, les vingt-neuf hommes se mirent à la besogne. Un don, fort opportun, leur avait permis d'acquérir les outils et les premiers sacs de ciment. Pour les fournitures ultérieures, les marchands de matériaux (y croyaient-ils ?) acceptèrent d'ouvrir un crédit de six mois. Dès que les Castors eurent fait leurs preuves, la Caisse d'allocations familiales débloqua, à son tour, une subvention d'une valeur de 1 500 000 F de l'époque, puis un prêt sans intérêt de 3 000 000 F. Les maisons, après un certain nombre d'hésitations au moment des fondations, commencèrent à sortir de terre. Les hommes œuvraient après leur journée de travail, le soir, et certains dans la journée, quand leurs horaires le leur permettaient. « Moi, je travaillais de nuit à la poste, alors durant la journée, j'étais sur le chantier, on ne dormait pas beaucoup !Fallait de la santé !» (M. Sellier.)

21Le samedi après-midi et le dimanche étaient les jours où tout le monde se retrouvait, femmes et enfants compris : « Le dimanche, quand on faisait des grandes brassées, alors ça nous arrivait de manger sur le tas, hein !C'est arrivé pas mal de fois, parce que le dimanche il se passait là, alors les femmes venaient nous retrouver avec les gosses, elles nous apportaient le casse-croûte » (M. Dromard.)

22Les congés annuels étaient pareillement employés : « A cette époque-là, les grandes évasions, ça n'existait pas, on restait sur place, de toute façon, on n'avait pas de moyen de locomotion... Et puis, on était à peu près tous dans le même cas : on était pressé d'avoir notre logement » (M. Joncheray.)

23Dès le départ, l'un des vingt-neuf Castors avait été élu « chef de chantier », avec pour tâche, en dehors de sa propre contribution aux travaux, de comptabiliser les heures de chacun, de coordonner les travaux et de transmettre les demandes d'approvisionnement en matériaux à Christine. C'est elle, en effet, qui, en plus de ses activités journalistiques et sociales, assurait toutes les fonctions administratives : constitution de multiples dossiers pour les demandes de prêts, comptabilité générale, etc.

24Les Castors reconnaissent aujourd'hui que la dernière année fut particulièrement pénible : « Faut quand même dire, y avait des tensions, hein !... » (M. Sellier.) Néanmoins, à la fin de 1951, les efforts devinrent payants ; le Crédit foncier débloqua un prêt de 23 000 000 F à 6,80 % sur vingt-cinq ans. Le financement était alors presque entièrement assuré, il n'y manquait que 2 500 000 F que le C.O.D.A.L. accorda sans intérêts en 19538 (le prix des maisons était de 900 000 F pour un type III et de 1 200 000 F pour un type IV, en 1953). Les quatre premiers Castors à occuper leurs maisons le firent le 1er novembre 1951, une vingtaine d'autres leur succédèrent durant toute l'année 1952, et les derniers le firent au début de 1953. Les nombres d'heures fournies par chacun pouvant être alors calculées, les comptes furent arrêtés. Les Castors avaient fourni une moyenne de 1 175 heures de travail par tête (réparties dans une fourchette allant de 937 à 1 839). Une péréquation fut alors établie en fonction du nombre d'heures de travail individuel et des types de maisons (III ou IV) afin que l'apport de chaque individu fût pris en compte à sa juste valeur.

25Les projets de remboursements, calculés pour une durée de vingt-cinq ans, font apparaître des mensualités de location-attribution équivalant en moyenne à 6 470 F pour un type IV et à 4 270 F pour un type III (en 1953). Ces sommes représentaient le quart ou le sixième (selon les types) du salaire moyen de 1952, mais elles étaient devenues dérisoires en 1977, dernière année des remboursements. Par ailleurs, elles font illusion quand on sait qu'une allocation-logement versée par la C.A.F. à toutes les familles, pouvait couvrir jusqu'à 75 % du loyer (cas des familles avec trois enfants), à telle enseigne que beaucoup de foyers optèrent pour un système de remboursement anticipé, étalé sur dix ou quinze ans !

26La date de 1953 marque donc la fin d'un immense effort collectif ouvrant des perspectives nouvelles aux vingt-neuf familles qui s'installaient à la Monnaie. Comment ces hommes et ces femmes assumeraient-ils cette mutation dans leur existence ? Qu'allait devenir, en particulier, la vie sociale dans la cité ?

De la vie de chantier à la vie de famille

27Contrairement à ce que l'on aurait pu penser a priori, les premières années dans la cité semblent avoir été assez difficiles. Des tensions étaient même apparues avant la fin du chantier : « Il y a toujours eu une bonne harmonie quand même, bon, plus le temps passait... Alors, sur la fin, il y en avait qui se décourageaient, alors on les voyait moins, alors malgré tout, on arrivait à voir les mêmes têtes sur le chantier !Il y a eu quelques accrochages mais enfin sans gros problèmes. »

28Si l'on pense que M. Leroy, lorsqu'il s'exprime ainsi, cherche à minimiser les différends, on saisit l'importance des tensions apparues vers la fin des travaux, ce que MM. Joncheray et Vigneron confirment : « Il y en avait qui tiraient sur la ficelle. » « Il y a eu des prises de bec, surtout à la fin. »

29Interrogé sur le bon esprit de camaraderie qui régnait pendant la construction, M. Sellier, qui n'habite plus la cité, se fait un peu plus loquace : « Les deux premières années, on peut dire qu'on a fait un noyau formidable, incroyable même, mais la dernière année, y a eu des difficultés, faut quand même le dire, y avait des tensions, hein !(...) Bon, on savait pas à qui elles seraient allouées, les maisons, mais il y avait des jalousies qui se faisaient jour, quoi !»

30Les jalousies semblent s'être plus particulièrement développées entre les couples avec deux enfants ou plus, qui allaient automatiquement occuper des maisons de quatre pièces et ceux qui, n'ayant qu'un seul enfant ou pas d'enfant, se voyaient attribuer des trois-pièces. Ces tensions qui agitaient la petite communauté après deux années de travail collectif peuvent, toutefois, être, au moins en partie, attribuées à la fatigue généralisée chez les Castors. Plus tard, lorsque les familles s'installent dans les maisons, la réserve de chacun est, en revanche, d'une autre nature. Mme Dromard, avec beaucoup de retenue, constate : « C'était sympa quand on venait sur le chantier voir si tout allait bien. On se parlait tous, et puis alors, je ne sais pas, après... C'est devenu plus froid... Les hommes allaient aux réunions des Castors, mais pas les femmes. Y a eu une galette des rois, une fois, y a eu une bonne ambiance, ils avaient même fait un bal, tout ça, mais après même les hommes, ça s'est refroidi... »

31De son côté, M. Joncheray reconnaît : « Et puis après (la fin du chantier), chacun chez soi (...) Je ne m'occupais pas beaucoup des gens. Avec les gars, on se voyait dans les réunions. » L'emménagement dans les maisons neuves semble donc s'être accompagné d'un relâchement dans les relations préalablement établies entre les hommes castors. Trois hypothèses peuvent être proposées pour expliquer ce phénomène.

32L'un des éléments nouveaux par rapport à la situation précédente étant l'arrivée des femmes et des enfants auprès des chefs de famille, certains n'hésitent pas à faire la corrélation. Ainsi pour Mme Joncheray : « Ça s'est détérioré quand... de la jalousie quand les femmes sont entrées. » Pour Mme Dromard : « Il y a beaucoup des femmes, je pense... » ; M. Doucet est plus catégorique : « Le jour où les femmes sont arrivées, y avait plus de copain. Quand une femme met son nez quelque part, c'est fini !C'est un fait, le jour où on a habité, ça a été terminé, ça s'est divisé à outrance. »

33Avant d'être une réflexion sexiste, cette remarque sur les changements intervenus lors des emménagements successifs, renvoie au passage d'un groupe de vingt-neuf à un autre de cinquante-huit personnes. Les vingt-neuf premières étaient liées par une expérience de vie très étroite, tandis que les vingt-neuf autres se connaissaient peu, si l'on fait exception des quelques familles unies préalablement par des liens de parenté. Le groupe des hommes n'était en réalité que partiellement soudé. Or, l'intégration d'un groupe de personnes extérieures, même en proportion très faible, suscite toujours de nombreux problèmes. La métamorphose du groupe castor qui voit doubler sa population, ne pouvait échapper à la règle.

34Un autre facteur a pu contribuer aussi à modifier la nature de la vie dans la cité. Les familles de la Monnaie venaient de franchir un cap : de misérables, enfermées dans des aires ségréguées de la ville, elles avaient accédé au statut de propriétaires !Quand on sait combien le logement avec tout ce qu'il comporte de mythique peut affecter les êtres en profondeur, on comprend que ce passage ait pu bouleverser quelque peu le système des échanges interpersonnels.

35Il y a enfin tout lieu de croire que le problème du logement réglé, les familles purent se sentir délivrées de leur prédestination à la misère. Il est probable que beaucoup parmi elles, ont voulu prendre alors une revanche contre la pauvreté, contre le déclassement. L'autoconstruction avait permis aux individus d'anticiper, ensemble, leurs trajectoires sociales ; la poursuite de ces trajectoires devenait une affaire personnelle et familiale. Chacun ne pouvant compter dorénavant que sur ses propres capacités, les Castors ne pouvaient poursuivre leur ascension que de façon individuelle. Trois possibilités principales s'offraient à eux : obtenir une réussite professionnelle, améliorer leur condition de logement (par un changement de maison), assurer une meilleure destinée à leurs enfants.

Trajectoires familiales des Castors

36Lorsque Christine écrit en 1950 : « Le Castor est un homme qui remplit son devoir numéro 1 (celui de loger sa famille) en tout premier. Un homme qui sait que le foyer bien normalement équilibré sera pour lui, source de toutes les énergies, de toutes les libérations9 », elle s'inscrit dans la droite ligne des courants utopistes et hygiénistes qui marquèrent tant la pensée sociale du xixe siècle. Qu'en a-t-il été chez les Castors de la Monnaie ?

Les carrières

37Pour les familles qui ont mis un pied sur l'échelle de la hiérarchie sociale, la promotion professionnelle a pu apparaître comme le moyen le plus sûr d'en gravir d'autres échelons. Si l'on examine les carrières de chefs de famille, on note que six d'entre eux ont amélioré, à des degrés divers, leur condition. De simple mécanicien, l'un d'eux est devenu moniteur mécanicien à l'École du Génie militaire. Un ouvrier maçon s'est installé à son compte comme artisan et a eu l'occasion d'employer quelques-uns de ses anciens camarades !Un plâtrier est entré au service de la ville d'Angers et a terminé sa carrière comme chef de travaux en voirie. Un électricien a quitté sa place au service d'entretien de l'hôpital psychiatrique pour faire carrière aux P.T.T., où il exerce maintenant les fonctions de conducteur de travaux souterrains. De concours en concours, un autre employé des P.T.T. a gravi successivement les échelons de facteur, commis, agent d'exploitation, contrôleur et, enfin, chef de chantier. Mais la trajectoire la plus fulgurante reste celle de M. Letellier qui, de balayeur au Service des eaux, est devenu contrôleur des Contributions indirectes !En termes quantitatifs, cela signifie que six promotions sur vingt-neuf représentent le double de la moyenne nationale d'accession aux cadres moyens, de gens issus pour 75 % du milieu rural.

38A l'opposé de ces cas de figure assez exceptionnels et symétriquement pourrait-on dire, il y a cinq individus pour qui la situation professionnelle s'est dégradée et qui sont actuellement soit en pré-retraite, soit au chômage (l'un d'eux est récemment mort d'alcoolisme), tandis qu'un sixième est entré dans le circuit de l'économie souterraine (travail au noir).

39Entre ces extrêmes, restent donc les dix-sept cas (soit les trois cinquièmes des familles) de personnes qui n'ont pas connu de changement notable du point de vue professionnel et qui, à l'ancienneté près, ont terminé pratiquement leur carrière comme elles l'avaient commencée. Dans l'impossibilité où nous nous trouvons de savoir ce que seraient devenues ces personnes si elles n'avaient pas connu l'aventure castor, il n'est guère aisé de tirer un enseignement des constatations que nous venons de faire. Il reste, toutefois, qu'en termes de statistique pure, le pourcentage de réussite, dans la cité, est très supérieur au taux moyen que l'on peut rencontrer ailleurs dans des couches sociales semblables !

40Mais tous ceux qui n'ont pas eu la chance, le courage ou la capacité de réussir une promotion professionnelle, n'ont pas renoncé pour autant à toute idée de promotion sociale, et c'est là le deuxième versant de l'interrogation que nous nous étions initialement posée.

Les mutations dans le logement

41On peut penser que pour certains, le logement aura pris le pas sur le travail et qu'à lui seul, il sera devenu le domaine vital dans lequel les familles auront cherché un épanouissement, « habiter » une maison confortable, voire luxueuse, devenant pour des ouvriers non qualifiés une compensation face à l'insatisfaction engendrée par une vie professionnelle difficilement supportée.

42On remarque, dans les faits, que pour un tiers des Castors, les maisons de la Monnaie ont été une étape vers des maisons plus confortables. Neuf Castors ont ainsi vendu la maison qu'ils avaient construite — un dixième l'ayant quittée sans la vendre — pour en acheter une autre et la restaurer ou en faire construire une plus grande. Or, parmi ces dix chefs de famille, seuls quatre avaient préalablement amélioré leur position professionnelle, leurs femmes ayant, de leur côté, un travail qui augmentait considérablement les revenus familiaux. Les changements se sont donc opérés sans difficulté chez ces Castors ; l'un d'eux a même acheté une maison ancienne à retaper sans la nécessité de vendre sa première maison dans laquelle il a installé sa belle-mère.

43Examinant un par un les six cas restants, on note que le premier à quitter la cité, le fit en 1964, par une opération interne à la société des Castors : il céda sa maison au prix qu'il l'avait payée au jour de la cession, pour entrer dans une autre maison Castor, plus grande, mais avec un loyer-acquisition toujours très bas. Le départ du deuxième Castor eut lieu en 1969 ; la famille qui comptait cinq enfants, acheta une maison neuve dans un programme public mais la femme ne travaillant pas, cette acquisition dut peser très lourd sur le budget et nécessiter des privations nombreuses. Dans les quatre autres cas échelonnés de 1970 à 1982, l'apport du travail des femmes fut certainement un élément décisif dans les mutations. Néanmoins, deux de ces familles rencontrèrent quelques difficultés. Les Neau ne réussirent pas à revendre une fermette qu'ils avaient retapée afin d'acquérir la maison de leur rêve, villa individuelle entourée de pelouse, et se retrouvèrent dans un appartement. Quant aux Vigneron, ils ont actuellement toutes les peines à faire face aux échéances, l'homme, cardiaque, étant en pré-retraite et son épouse au chômage.

44Rapportant les mutations des conditions économiques des familles, on constate qu'il y a deux autres familles dans la cité qui auraient pu changer de maison et qui ne l'ont pas fait. L'un des chefs de famille, M. Doucet, justifiera le fait d'y être resté par la crainte qu'il avait de perdre sa clientèle d'artisan en changeant d'adresse, bien qu'on doive ajouter, à cette préoccupation le désir de voir les enfants bénéficier plus tard, eux aussi, d'une promotion sociale.

Les destinées des enfants

45Si l'on se réfère aux catégories de l'I.N.S.E.E (enquête Formation qualification professionnelle de 1977) concernant l'activité des enfants de Castors déjà insérés dans la vie professionnelle, on obtient un classement en cinq groupes : cadres supérieurs et professions libérales, cadres moyens, employés, ouvriers et divers10. Sur quatre-vingt-six enfants de Castors recensés, nous avons établi soixante-quatre positions professionnelles (les vingt-deux cas non identifiés correspondent à des enfants encore en âge scolaire ou bien à des familles ayant quitté de longue date la cité et pour lesquelles il n'a pas été possible d'obtenir de renseignements précis). Parmi les soixante-quatre positions prises en considération on trouve huit cadres supérieurs ou professions libérales, huit cadres moyens, neuf employés, vingt-cinq ouvriers, quatre divers (un coiffeur, un berger et deux frères travaillant au noir comme maçon) et dix chômeurs.

46Faute de source d'information plus récente, nous confronterons les positions obtenues dans chacun de ces groupes, à celles tirées de l'enquête I.N.S.E.E.11. Une autre enquête F.Q.P. ayant été faite en 1970, on tiendra compte de la tendance qui se dessine entre 1970 et 1977 pour apprécier la situation des enfants de Castors.

47La constatation qui s'impose d'emblée est une mobilité manifeste du groupe vers les professions libérales et cadres supérieurs (professeurs de lycée, pharmacien, directeur de banque, ingénieur, architecte). L'extrapolation des résultats des enquêtes de 1970 et 1977 pouvait laisser prévoir cinq personnes dans cette catégorie alors que les enfants de Castors y sont représentés par huit de leurs membres, une différence non négligeable. L'écart est peu significatif dans la catégorie des cadres moyens. Les Castors se distinguent, en revanche, par un intérêt plus marqué pour les professions d'employés (employé de bureau tant dans le public que dans le privé) y plaçant neuf de leurs enfants alors que la tendance nationale leur accordait six places.

48Le taux de reproduction sur soi-même, de la catégorie ouvrier, était en France de 58 % en 1977 (dans la classe d'âge de quarante et cinquante-neuf ans). Ce chiffre, pondéré en fonction des catégories socio-professionnelles pour une situation semblable à celle de la Monnaie, devient 51,79 %. Or la position des enfants de Castors (ils sont vingt-cinq ouvriers) correspond à un taux de 46 %. Vu la tendance à l'augmentation entre les années 70 et 77, ce chiffre est largement en deçà de la moyenne nationale, ce qui est normal puisque les scores dans les catégories précédentes étaient, au contraire, supérieurs à la moyenne.

49En résumé, les fils de Castors semblent, dans l'ensemble, s'être assuré une mobilité sociale ascendante supérieure à ce que l'on constate des tendances tirées des enquêtes I.N.S.E.E. Les écarts sont, en effet, suffisamment importants pour en déduire que les enfants de la Monnaie ont quitté la condition ouvrière de leur père plus rapidement que la moyenne, s'élevant dans la hiérarchie sociale au statut d'employé, de cadre moyen ou même accédant aux professions libérales.

50Il convient toutefois de nuancer ce propos car les enfants de Castors ne sont pas épargnés par le chômage. Nous nous garderons de commenter ce chiffre tant les éléments conjoncturels sont déterminants, nous noterons seulement que le taux de chômage pour la France (rapporté à la population active) était de 8,8 % en 1982 (données du recensement) et qu'il n'était que de 7,6 % pour le département du Maine-et-Loire à la même époque.

La cité aujourd'hui

51Les Castors ont donc, de façon évidente, suivi des trajectoires ascendantes, et cela, parfois, au détriment de la convivialité du groupe. Les tensions, les divisions, les empoignades même, que connurent les habitants de la Monnaie en adoptant de nouvelles conditions de vie, n'ont pourtant rien à voir avec un constat de rupture. Les transformations de la vie sociale de ces familles sont, tout compte fait, assez normales, vu la mutation sans précédent vécue par elles. Une analyse plus fine de leurs rapports sociaux montre, d'ailleurs, que peu à peu, un nouvel équilibre s'est installé ; ainsi, malgré la dégradation des relations après l'installation des familles, où chacun a eu tendance à se replier chez soi, un sentiment très fort de solidarité a toujours largement dominé, car la cohésion du groupe s'est renforcée devant l'arrivée de nouveaux habitants perçus comme différents.

La solidarité du groupe

52Si pour les hommes Castors, l'esprit de camaraderie n'est plus aujourd'hui ce qu'il fut aux temps héroïques de la construction, tous ont gardé la certitude qu'ils peuvent compter les uns sur les autres. Les services rendus, ceux que l'on est en droit d'attendre, apparaissent de ce point du vue comme le ciment de la cohésion. M. Rondeau s'en explique très bien : « Chacun a fait sa vie comme il a voulu ou comme il a pu, bon, ben, c'est comme ça mais, en général, tout le monde se dit bonjour et s'il y a un service à rendre, on le fait, quoi !»

53M. Joncheray, qui était menuisier avant d'être mineur, a souvent eu l'occasion de prêter ses outils.

54M. Doucet a fréquemment mis sa camionnette à contribution. M. Pineau, de son côté, qui ne faisait pas son jardin, le prêtait à M. Trouillard lequel, parce qu'il se lève toujours très tôt, fait office de réveille-matin pour les Lafond : « Quand j'ouvre ma porte, je regarde si y a de la lumière là-bas, sinon je vais donner un coup de sonnette. »

55La solidarité demeure de toute évidence une valeur morale fondamentale pour les Castors. Après avoir brossé un portrait plutôt sévère de M. Leroy, M. Joncheray donne la mesure : « C'était pas un de mes grands amis... C'était pas un ennemi non plus, on se dit toujours bonjour quand on se voit, c'est un collègue castor !»

56M. Doucet épargne peu de monde avec des jugements à l'emporte-pièce : « On a eu des coups durs dans la cité, on s'est engueulé, bon, ben, faut pas l'oublier mais faut effacer, y a une nuance, on le garde dans son cœur, c'est tout (...) Faut pas revenir sur ces machins-là, faut effacer tout cela, la haine, on la met de côté. »

57Au-delà des différends qui ont pu les opposer, les Castors conservent, ancré en eux, un esprit de groupe qui les fait se retrouver et s'entraider lors de circonstances particulières : « Il y a une certaine fraternité qui est née. Toutes ces années passées ensemble, ça compte. » (Mme Leroy.)

58De fait, à peine Mme Tessier était-elle tombée malade que divers voisins accoururent à son chevet. Mme Dromard témoigne : « Je lui faisais ses mises en plis, je m'occupais de ses courses, je faisais un tas de trucs comme ça, mais y avait beaucoup de gens sympa qui allaient aussi chez elle. »

59De la même façon, Mme Trouillard se montra très serviable avec Mme Nicolas. Mme Leroy, belle-sœur de Mme Nicolas, le reconnaît : « Berthe est très gentille, elle a beaucoup fait quand ma belle-sœur a été malade. »

60On pourrait citer le cas des Sellier qui prirent, pour un temps, l'enfant Onillon après le décès accidentel du père. Sur un autre registre, le fait que M. Doucet construise la maison du fils Motron et qu'il ait fait travailler, dans son entreprise, différentes personnes de la cité (les Querec, les Binet père et fils) n'est-il pas aussi à mettre sur le compte de la solidarité ?

61Chacun sait par ailleurs dans la cité que M. Noirault et ses fils travaillent comme maçons, au noir. Mais lorsque nous avons demandé à M. Leroy, qui habite en face, ce que faisaient lesdits Noirault, nous fûmes un peu surpris : « Lui, il est... je ne sais pas s'il est... Non, il ne doit pas être à la retraite... !»

62Ainsi, lorsque des inspecteurs sont allés voir M. Doucet (artisan maçon) pour avoir quelques informations, ils sont repartis bredouilles : « Moi, on est venu me demander comment il faisait, mais je n'ai pas à le dire. »

63D'une manière générale, on sent une certaine réticence de la part des enquêtés à livrer tout ce qu'ils savent ou tout ce qu'ils ont sur le cœur. Mme Trouillard, par exemple, à propos de son ex-voisin, M. Queyrec : « Ben, il habite là, je ne vais pas le critiquer parce qu'il s'est passé des choses qui ne me regardent pas (...) Parce que bon, ben, on est pas dans les ménages pour voir ce qui s'y passe. »

64Ne peut-on aussi penser que l'attachement à la cité participe d'une certaine forme d'esprit de communauté qui s'est forgé au fil des ans ? La fille Onillon, mariée à un fils Dromard, n'a pas vendu la maison de ses parents après leur disparition. Les Onillon-Dromard reviennent ainsi régulièrement dans cette maison qui garde une valeur affective pour eux. Cet attachement à la cité se retrouve, sous d'autres formes, chez d'autres Castors émigrés. Les Richard, par exemple, ont quitté la cité mais ils ont gardé leur jardin et passent tous les jours nourrir les poules et les lapins qu'ils élèvent. Les Sellier sont restés en contact avec leurs successeurs qui les invitent au moins une fois l'an dans leur ancienne maison, fait notable car les nouveaux habitants n'ont guère de contacts avec les Castors d'origine.

Les anciens et les nouveaux ou le jeu de l'exclusion réciproque

65Microcosme ouvrier sur un plateau pavillonnaire, les Castors restés à la Monnaie sont fiers de leur cité même s'ils font très bien la différence avec les maisons des alentours. La proximité des rentiers ou des représentants des couches moyennes dans les pavillons environnants ne dérange pas le Castor qui entretient peu de rapports avec ces voisins-là. En revanche, la venue dans la cité de nombreux habitants à la suite de mutations de propriétés, a modifié grandement le champ social résidentiel au sein de la cité. Le Castor se sent d'une certaine manière menacé par les nouveaux venus. Cette inquiétude explique-t-elle la réserve à leur égard ? « On les connaît de vue, mais on les contacte pas, ce sont des gens, nous on leur cause pas, on connaît même pas leur nom. » (Mme Rondeau.) Alors que certains habitent la cité depuis des années, Mme Dromard n'hésite pas à affirmer : « Ce qu'il y a de mieux, c'est qu'on ne sait même pas quelle tête ils ont !»

66Les anciens affectent une indifférence à l'égard des nouveaux, et ces derniers cherchent à éviter d'être confondus avec les Castors d'origine. Le discours des nouveaux balance, d'ailleurs, entre deux pôles antagonistes : d'une part une mise à distance de l'environnement, de l'autre, une justification de leur présence dans les lieux par une présentation euphémisante des Castors les plus voyants, la cité devenant encore une fois, dans les représentations, un lieu normalisé.

67Mme Nauleau, par exemple, qui est installée depuis plus de dix ans, s'en prend tout d'abord à l'environnement psychique qu'elle a trouvé « peu agréable », « pas très gai », « loin de tout » (référence aux commerces) ; puis elle se plaint de l'éclairage nocturne ainsi que du revêtement des rues intérieures qui ne sont pas asphaltées.

68La critique de l'environnement s'accompagne d'un processus de mise à distance des Castors, qui prend tantôt la forme d'une valorisation de la situation antérieure — on en est, dans ce cas, éloigné par les origines — tantôt celle d'une distanciation dans le présent. Dans le premier cas de figure, Mme Nicoletti fait remarquer qu'elle a toujours habité des maisons individuelles, d'abord avec ses parents, puis avec son mari dont elle est maintenant séparée. Mme Nauleau n'en finit pas de raconter « le charmant petit chalet norvégien tout en bois » que son mari et elle occupaient auparavant comme logement de fonction. M. Lainé considère tout bonnement qu'étant donné la position de sa maison en bout de parcelle, il n'a pas l'impression de faire partie de la cité. Après nous avoir fait remarquer qu'il n'appartenait pas aux Castors d'origine, M. Germain vante son environnement immédiat et repousse loin de chez lui, « dans le fond », les maisons moins bien entretenues. Autre discours des nouveaux : justifier le choix d'habiter à la Monnaie. Après avoir dénigré les anciens Castors, M. Germain constate : « Enfin, je me trouve en bout de cité, moi je suis un peu privilégié, je vois pas tellement de vis-à-vis et puis, ici, c'est tranquille. »

69De la même façon, Mme Rannou qui a pourtant eu maille à partir avec ses voisins (recours aux gendarmes, aux huissiers), se « plaît ici, et maintenant que c'est arrangé, on est bien dans notre maison ». Dans le même ordre d'idées, il n'apparaît pas contradictoire à Mme Nauleau, qui fait partie des nouveaux habitants, de critiquer la cité pour le nombre de ses retraités, et quelques instants plus tard de déclarer : « Faut aussi dire que dans cette cité, il y a beaucoup de gens qui travaillent » et d'énumérer parmi d'autres, des personnes manifestement au chômage.

70Le renouvellement progressif de population qui semble s'opérer dans l'indifférence réciproque des uns et des autres a, en réalité, un effet secondaire non négligeable qui est de renforcer le groupe des Castors dans son unité et dans ses particularités, mettant encore davantage en évidence les valeurs sur lesquelles s'est fondée la communauté.

Les Castors dans la cité : un système de valeurs commun

71Les seize familles de Castors encore présentes dans la cité semblent plutôt satisfaites de leur sort. Elles n'ont peut-être pas eu les moyens, le goût ou l'ambition de vendre leur logement pour en acheter un autre, mais elles se déclarent « bien dans leurs petites maisons ». Ces familles ont souvent amélioré le confort de leur habitation en y introduisant le chauffage central, en modernisant la salle de bains et la cuisine, rudimentaires au départ, mais les intérieurs ont gardé l'aspect traditionnel des maisons ouvrières, le classique buffet de cuisine, en bois blanc généralement peint, présidant aux destinées de la pièce commune. Une fois les enfants partis, leurs chambres ainsi libérées sont aménagées en salon ou salle à manger mais demeurent peu utilisées. C'est toujours autour de la table de la cuisine que l'on mange, que l'on reçoit, converse ou que l'on regarde la télévision. Les Joncheray ont même gardé dans leur maison, une chambre utilisée en atelier. Ouvrant directement sur la cuisine, cette pièce est encore meublée de son établi, paré de nombreux outils, et remplie de morceaux de bois de toutes sortes.

72Les extérieurs des maisons occupées par les anciens Castors n'ont pas non plus été l'objet d'un embellissement important, ce qui les oppose aux maisons rachetées. Dans l'ensemble, à une ou deux exceptions près, ces extérieurs sont correctement entretenus. L'installation dans les maisons en propriété n'a donc pas bouleversé le mode d'habitat de ces familles ouvrières unies autour d'un système de valeurs commun. Le travail, en particulier, conserve une place centrale dans les représentations des Castors.

73Pour M. Joncheray, ancien mineur de fond aux ardoisières, aujourd'hui à la retraite : « La mine c'était dur, mais ça me plaisait, j'ai un caractère à ne pas supporter qu'on m'emmerde alors, là, j'étais bien (...). Je me souviens en 1956, quand un bloc s'est détaché et m'a écrasé, j'ai eu une luxation de la hanche et trois vertèbres déplacées... Ça fait rien, j'aimais bien mon travail, alors je me suis arrêté même pas un mois et puis, j'ai recommencé aussitôt. »

74De la même façon, M. Sellier qui était mineur en surface et qui finit chef de chantier aux P.T.T., nous confia : « Mon père était mineur, mon grand-père était mineur, mon arrière-grand-père était mineur, mon beau-père était aussi mineur (...) Disons quand même que les carrières pour moi, ça a été une école formidable pour la connaissance du monde, pour la connaissance du travail, c'est vraiment l'école du travail. »

75Mme Trouillard, elle, aime franchement l'usine : « Je préfère aller travailler que de rester à la maison (...) Je suis soudeuse-câbleuse, j'ai fait treize mois chez Thomson dernièrement, je peux vous dire, hein, que moi, j'ai toujours travaillé en usine et que la chaîne, ça me botte. »

76Les familles restées dans la cité ont une tendance manifeste à se présenter comme une communauté de travailleurs unis, voire uniformisés. Le Castor minimise le mérite de ceux, parmi les siens, qui ont le mieux réussi, ou qui ont quitté la cité, comme il passe sous silence les « ratages » de ceux qui connaissent, au contraire, l'alcoolisme, le désœuvrement, etc. M. Leroy, ancien chef de la cité, par exemple, fait de M. Mottron, devenu depuis chef de travaux à la mairie, un simple « agent technique » !Inversement, lorsque nous évoquons la question du chômage, il l'évacue : « Non, non, tout le monde travaille ou alors ils sont à la retraite. » Devant notre insistance, il n'hésite pas à mettre en pré-retraite des gens manifestement sans travail. En réalité, une dizaine de personnes (entre parents et enfants) étaient au chômage au moment de notre enquête.

77On mettra également sur le compte de cette volonté d'uniformisation, le fait que nos interlocuteurs s'abstiennent de parler de ceux qui ont eu des démêlés avec la justice. C'est au cours d'un entretien avec un nouveau venu que nous avons appris que deux des fils Noirault avaient été emprisonnés, que tous ou presque, ils sont huit, étaient revenus vivre chez leurs parents après des expériences de vie malheureuses, que père et fils s'adonnent volontiers à la boisson, etc.

78La cité telle que les anciens l'évoquent dans leurs représentations est donc une espèce de microcosme dans lequel prévaut une uniformité de situation (la condition d'ouvrier est le plus souvent revendiquée) et de conduite, avec le travail comme valeur première. Mme Trouillard, qui nous avait été présentée comme une commère, nous en fait une description presque idyllique : un endroit où, « dans le calme », des familles ayant « dans l'ensemble de bonnes situations », déroulent des vies « sans histoires », « chacun chez soi », un lieu où les anciens qui « ont toujours quelque chose à se raconter », savent montrer leur solidarité lors des grandes circonstances de la vie : mariage, enterrement, etc.

79Approfondissant le discours et les comportements des Castors, il nous est apparu très vite que tout le processus de solidarité et la tendance à l'uniformisation qui se révèlent tant dans la présentation que font les Castors de leur cité que dans la vie sociale de ses habitants, trouvent leur justification dans le passé vécu en commun et, plus particulièrement, dans la geste initiale de l'autoconstruction.

Le récit fondateur

80Lorsqu'on interroge les Castors sur la phase de construction de leur cité, sachant l'importance du rôle joué par Christine dans le lancement et la réussite de toute cette procédure, on reste surpris du peu de place que lui réservent les Castors dans la restitution qu'ils font de leur aventure.

81Tout bien considéré pourtant, cette omission est peut-être normale. Dans un récit autobiographique, l'individu ne cherche-t-il pas, par définition, à se placer au centre de l'univers ? Le fait que le « on » impersonnel et unificateur prend très souvent la place du « je » parfaitement exclusif, constitue, en revanche, une réelle surprise. C'est lorsqu'ils évoquent leurs débuts difficiles mais glorieux, sur leur chantier, que les Castors utilisent cette tournure impersonnelle faisant référence au groupe. C'est lorsqu'ils racontent les deux années de labeur acharné passées en étroite communauté les uns avec les autres, lorsqu'ils revivent la « création » de leur cité, que le « moi » disparaît et que l'histoire se fait récit mythique.

82On observe, d'ailleurs, que les récits de l'aventure initiale qui circulent, sont pratiquement les mêmes. Ces récits très longs aux accents parfois épiques, donnent la mesure de l'importance qu'a prise l'autoconstruction pour les Castors. Les deux années de ce travail collectif intense, les sacrifices multiples consentis par les familles, mais aussi les résultats obtenus, tout cela ne pouvait sombrer dans l'oubli. On se mit donc à narrer cette histoire extraordinaire aux autres, à tous ceux qui n'y avaient pas participé, récitée aussi à soi-même, puis entre Castors, pour le seul plaisir de revivre ces moments exceptionnels et pour qu'ils restent gravés dans les mémoires. A force de répétitions, la forme narrative de l'aventure s'est polie, s'est épurée, au point de devenir unique.

83A partir des propos recueillis principalement dans trois entretiens et en pratiquant un assemblage de ceux-ci, nous avons pu écrire une geste qui pourrait devenir un grand récit en puissance. Qu'il nous soit permis de présenter au lecteur un aperçu de cette narration :

Au départ, on a fait cette association et on a trouvé le terrain dont le propriétaire était parisien.
C'était un ancien champ de tir de l'artificier Ruggeri.
On en a d'ailleurs chié parce qu'ils avaient tout retourné, la glaise était remontée dessus et on était dans l'eau jusqu'au...
Puis on est parti, on est parti un peu à tâtons.
Faut dire qu'on avait du courage, car des fondations au faîtage, nous avons construit toutes les maisons.
On était tous dans le même marasme, on était tous aussi pressés, si bien qu'on passait tous nos loisirs sur le chantier.
L'équipe au grand complet tous les dimanches, tous les jours de fête et pas de vacances.
Y avait des maçons et des menuisiers,
Y avait des couvreurs et des plâtriers,
Y avait des électriciens et des plombiers,
Y avait pratiquement tous les corps de métiers.
Dès que les tranchées ont été faites, a fallu s'approvisionner : la chourne, la calbane, le mâchefer qu'on allait chercher à l'usine à gaz.
Alors, on gâchait des grosses gâchées.
On coffrait, on remplissait, on remplissait, et puis, après on décoffrait... etc.
C'est nous, les membres fondateurs des Castors, si on est chez nous, c'est grâce à nous.

84L'histoire vraie du départ, relatée dans ce récit est transcendée par lui ; les événements évoqués se trouvent situés dans une sorte de temps primordial, le temps des commencements. Pour les manœuvres de chez Bessoneau ou les mineurs des ardoisières, ce fut le commencement d'une vie nouvelle dans une maison neuve acquise en propriété et répondant aux normes de confort, en rupture avec les conditions préalables d'existence précaire. Nous sont ainsi racontés les exploits des hommes qui permirent ce changement, et qui se trouvent hissés au rang de héros. Il est notable qu'à aucun moment, lorsqu'il s'agit du temps couvert par le récit, les Castors ne médisent les uns des autres. En dévoilant l'activité créatrice des héros-Castors, le récit sacralise leur œuvre et fonde l'existence du groupe.

85Le récit attribue aux constructions mêmes un caractère sacré. Les exigences ayant considérablement changé en trente ans, de nombreuses raisons pouvaient amener les habitants d'aujourd'hui à se plaindre : espace devenu exigu pour les familles nombreuses, légèreté des constructions difficiles à chauffer, mauvaise insonorisation acoustique entre les maisons... Aucun de ces arguments critiques ne filtre dans les entretiens, chez les Castors de la Monnaie, alors qu'on les trouve en abondance dans d'autres cités ou chez les nouveaux occupants. Le fait qu'on ait construit soi-même les maisons y est pour quelque chose, mais le fait surtout que cette aventure ait été mythifiée interdit qu'on en dénigre le résultat. L'histoire racontée devient, de son côté, exemplaire. En conférant signification et valeur, à l'existence des uns, elle se veut modèle pour la conduite des autres. La geste des Castors est à même de fonder les comportements de toute la communauté ; elle autorise à condamner les enfants qui ne sont pas capables de répéter l'exploit de leur père : « Croyez-vous qu'ils vont se priver de manger pour une maison ? » (M. Joncheray), mais aussi à saluer les efforts éventuels de nouveaux venus : « Celui qui a repris ma maison, il a fait des travaux, il a presque fini maintenant, il a fait quelque chose de qualificatif extraordinaire... là, je lui tire mon chapeau. » (M. Sellier.)

86Lorsque le comportement de certains Castors s'écarte des impératifs de conduite sous-tendus par le récit de leur histoire, c'est encore au nom des aspirations morales dont elle est porteuse que les renégats sont condamnés. Le jugement est d'autant plus sévère qu'il concerne les valeurs fondamentales de la communauté comme le travail ou la loyauté, et qu'il est prononcé par l'un de ceux qui incarnent le mieux les valeurs implicites contenues dans le récit. M. Doucet qui, à vingt ans de distance, a réitéré l'aventure originelle, en retapant complètement, et seul, une vieille ferme, peut se permettre, et il ne s'en prive pas, de porter des appréciations sévères sur ses camarades, tout en restant respecté de tous. Certains sont ainsi allégrement qualifiés de « pelures », d'« enculés » ou de « faux-jetons », mais c'est le qualificatif de « fainéant » qui revient le plus souvent, cette qualité faisant, bien évidemment, référence à la valeur première, le « travail ».

87Il faut que les conditions initiales demeurent, que les célébrations viennent confirmer périodiquement les valeurs et liens anciens, que le souvenir soit transmis efficacement aux nouvelles générations. Les quelques années qui ont suivi l'installation des habitants dans les maisons furent aussi celles des grandes tentatives de célébration collective. Quelques galettes des rois, par exemple, regroupèrent tous les Castors, des voyages en commun furent également organisés, mais ces fêtes, qui marquèrent les premières années de la cité, ayant eu du mal à se renouveler, l'assemblée générale annuelle (qui réunissait tous les Castors au nom de la cité et de sa construction) s'institutionnalisa très rapidement comme le lieu idéal de réitération de l'acte initial. Elle devint l'occasion de se rassurer en s'assurant que le mythe existait d'une manière durable. L'assemblée générale fut toujours très fréquentée par les Castors et ce n'est qu'avec la fin des remboursements des emprunts et la prise en charge de la voirie par la commune des Ponts-de-Cé en 1983, que cette ultime chance de maintenir et de transmettre le récit des origines disparut. A cette époque déjà, la pérennité même de la « légende » était menacée dans ses fondements car, à trois exceptions près, les enfants des Castors ne s'installèrent pas dans la cité.

88Nous avons vu que le départ d'un Castor d'origine, à la suite d'un déménagement ou d'un décès, s'est presque toujours accompagné de la venue d'un « étranger », lequel ne pouvait que rester en marge puisque n'appartenant pas à la communauté. La moitié des maisons ayant ainsi changé d'occupant, le groupe de départ, par ailleurs vieilli, se trouve aujourd'hui amoindri. Les réflexions désabusées que l'on entend chez les anciens Castors, montrent clairement que quelque chose est fini, qu'une page est tournée : « Peu à peu, il y en a qui sont partis et maintenant, on est peut-être une douzaine de reste, une quinzaine au maximum ? A présent, c'est que des nouveaux ; bon, ben, de toute façon, maintenant, c'est plus Castor. »

89Convenons, néanmoins, que si le mythe a subi l'usure du temps, il joua durant des années un rôle important dans la vie des Castors. C'est, en effet, autour de la création « sacralisée » de la cité que le groupe fut scellé et c'est parce que la parole s'empara de cet événement initial que le mythe put exercer une influence considérable sur la vie sociale de la cité.

90Les transformations engendrées par l'aventure Castor dans les biographies des vingt-neuf familles ouvrières, issues des ghettos de misère de la ville d'Angers, apparaissent donc, à bien des égards, fort originales.

91L'accession à la propriété ne semble pas, à la Monnaie, avoir suscité comme en d'autres lieux, des retombées économiques de fortes consommations (de biens d'équipement par exemple). L'intégration paraît plutôt s'être effectuée sur le plan de la promotion professionnelle ou sur celui de la condition résidentielle et pour une part non négligeable, également, sous une forme d'ascension personnelle à travers la réussite des enfants.

92Entrés dans la société de consommation — dont l'accession à la propriété est un des piliers — et sous l'effet d'un imaginaire collectif tendu vers une réussite qui pouvait paraître accessible, les Castors ne semblent pas avoir été tentés de calquer leur comportement sur celui d'une couche sociale supposée supérieure. A aucun moment, le modèle bourgeois n'est devenu idéologie des Castors. Leur attitude montre au contraire que la cité a plutôt agi comme un conservateur de valeurs ouvrières traditionnelles. L'architecture simple des maisons ne se prêtait certes pas à ce que l'on veuille imiter, à l'intérieur, les comportements d'une couche sociale logée différemment, mais nous pensons aussi que l'aventure vécue en commun, puis sa mythification consécutive, eurent un effet régulateur sur les comportements. Ce n'est, du reste, que vingt ans après la construction de la cité que les premiers Castors se décidèrent à poursuivre ailleurs des projets plus ambitieux.

93Au rythme actuel des ventes, les nouveaux venus deviendront très vite majoritaires dans la cité. Mus par des objectifs différents, ces nouveaux habitants ont en commun leur faible intégration au groupe des anciens qui, de son côté, offre peu d'ouvertures à ces « étrangers ». La distance qui sépare ainsi les uns et les autres ne permet guère de croire à une transmission du récit des origines et donc à sa pérennité.

94Née dans les années 50, de l'autoconstruction de vingt-neuf Castors, la geste de la Monnaie qui gouverna la vie d'une génération d'hommes, semble condamnée à disparaître avec le départ des derniers Castors. Dépouillée de sa mémoire vivante, la cité de la Monnaie qui fut une véritable planche de salut pour vingt-neuf familles issues des quartiers les plus dégradés de la ville d'Angers, deviendra alors une simple cité de transit12, une étape purgatoire pour des couples jeunes, happés inexorablement vers le paradis des pavillons individuels isolés.

Haut de page

Notes

1Considérée comme un modèle, la cité ouvrière de Mulhouse servit souvent de point de référence. Faite de pavillons en accession à la propriété, elle avait été conçue par A. Penot, médecin-hygiéniste, J. Dolfus, industriel, E. Muller, architecte et réalisée à la demande du maire A. Koechlin, de 1854 à 1897.

En 1865, A. Penot déclarait à son sujet (séance du 30 août à la société industrielle de Mulhouse) : « La cité seule a pu amener les ouvriers à faire des économies. Il a fallu l'attrait si légitime et si puissant de la propriété pour produire ce grand résultat. » Quelques années plus tard, dans son ouvrage Les Ouvriers européens (1876), F. Le Play précisait que « ce genre de jouissance, en effet, plus que tout autre, contribue à développer chez l'ouvrier le goût de la propriété et les sentiments moraux qui s'y attachent ».

2L'autoconstruction est, bien sûr, la première forme de construction qui ait existé pour les maisons. Après la Première Guerre mondiale, période où la crise du logement sévissait, naquit en France (il y eut d'autres expériences en Europe) un mouvement organisé d'autoconstruction « les cottages sociaux » ; mille maisons furent ainsi réalisées. Mais le terme « Castor » pour désigner les autoconstructeurs (par référence aux petits mammifères bâtisseurs d'abris en terre) semble n'être apparu qu'après la Seconde Guerre mondiale quand, dans beaucoup de villes de France, face aux insuffisances des politiques d'Etat, des groupes d'autoconstructeurs se constituèrent et édifièrent des cités. En 1950, le Mouvement castor angevin mit ainsi en chantier trois cités pour un total de 59 maisons. Puis la coopérative de départ se transforma en véritable société H.L.M. dans laquelle, sans abandonner l'idéologie communautaire de départ, on confia très vite la quasi-totalité de la construction à des entreprises. De 1950 à 1962, le Mouvement castor angevin réalisa quelque deux mille maisons.
3Ce marché représente 10 000 maisons en 1983. Impliquant la participation du candidat pour un quota de 250 heures, il lui permet, en retour, d'économiser jusqu'à 30 % du prix de sa maison.
4Cf. l'expérience du Borough de Lewisham.
5Cf. Bernard Légé, Annick Tanter, mars-avril 1987, « Squatters et castors : l'action de Christine Brisset à Angers (1946-1962) » in Les Annales de la recherche urbaine, n° 33.
6La C.F.O.L., créée en 1946 par un ouvrier-ardoisier proche du parti communiste, regroupait tous les syndicats ouvriers : C.G.T., C.F.T.C., F.O., le Syndicat des locataires, celui des jeunes foyers, les associations familiales, le Mouvement populaire des familles. Elle avait pour but premier de conjuguer les efforts en vue d'activer la résolution du problème du logement.
7En utilisant l'indice de l'érosion monétaire de 7,36 (publié par l'I.N.S.E.E. pour 1984) soit quelque deux mille de nos francs actuels.
8Le Comité d'organisation départemental de l'aide aux logements (C.O.D.A.L.) avait été créé en 1949 à Angers. Cet organisme qui bénéficiait de prêts et subventions diverses avait pour vocation d'aider au démarrage des grands ensembles collectifs. Les vingt-neuf maisons de la cité furent ainsi réalisées pour un montant total de 30 000 000 F (1983).
9Christine. « Se sauver soi-même » in Le Courrier de l'Ouest, 17-18 juin 1950.
10Cf. R. Pohl et J. Soleilhavoup. « La Transmission du statut social sur deux ou trois générations » in Economie et Statistique n° 144, mai 1982.
11Les résultats de cette enquête qui concernait les hommes actifs de 40 à 59 ans ne peuvent toutefois être comparés sans précaution à ceux obtenus dans le groupe castor. Si les aînés des enfants castors appartiennent bien à la fourchette d'âge considéré, il n'en est pas de même pour les plus jeunes. L'espace d'une génération sépare presque les deux enquêtes. Il convient donc d'être très prudent dans l'interprétation des résultats.

Précisons que nous avons pris la précaution de recalculer les valeurs inscrites dans l'enquête I.N.S.E.E. de 1977, en fonction de la répartition en catégories socio-professionnelles du groupe des parents castors.

12Cette tendance se confirme puisque 3 maisons appartenant à des nouveaux sont actuellement en vente.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Légé B., 1987, « Les castors de la Monnaie. Naissance et mort d’une épopée », Terrain, n° 9, pp. 40-59.

Référence électronique

Bernard Légé, « Les castors de la Monnaie », Terrain [En ligne], 9 | octobre 1987, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3185 ; DOI : 10.4000/terrain.3185

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals