Navigation – Plan du site
Repères

Le corpus de l'architecture rurale française

Esquisses pour une synthèse prochaine
Jean Cuisenier
p. 92-99

Entrées d’index

Thème :

habitat

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1L'entreprise du Corpus de l'architecture rurale française est trop connue pour qu'il soit nécessaire d'en exposer ici, une fois de plus, la genèse, la logique et la réalisation1. La difficulté centrale qu'il faut résoudre est, au surplus, parfaitement classique : comment passer d'une série de monographies, si bien faites soient-elles, à la connaissance de l'objet que ces monographies saisissent, dans la diversité de ses présentations ? Mais cet objet qu'est-il ? Est-ce l'art de bâtir tel qu'on le pratiquait naguère dans les campagnes françaises, tel qu'on peut l'observer de nos jours encore quand les techniques traditionnelles sont mises en œuvre, ici ou là, sur les chantiers de constructions ? Est-ce la « maison paysanne », comme la nomment les documents méthodologiques sur l'« architecture folklorique » qui ont orienté les enquêtes de 1942 à 1946 ? Est-ce, plus précisément, l'architecture de cette maison, les systèmes de proportion qui sont au principe des formes observées et qui se dégagent des relevés ? Est-ce la logique sociale de l'espace, l'ensemble des procédures qui règlent les choix des acteurs par l'agencement des lieux et l'affectation des espaces ? On s'aperçoit aussitôt, à énoncer ces questions, que sous le titre unique d'« objet » de ces monographies, l'on vise des entités épistémologiquement fort différentes. Ce sont en effet tantôt des realia, comme l'ensemble des maisons paysannes françaises ; tantôt des corps d'usages, de conseils et de préceptes plus ou moins codifiés, mais dont les formules sont empiriquement saisissables, comme ce qu'on nomme l'art de bâtir ; tantôt enfin des règles dont l'application consciente ou inconsciente par les acteurs sociaux engendre ces realia que les monographies décrivent. La synthétisation ne peut pas être la même selon qu'il s'agit de rassembler des données réelles, de codifier les règles d'un art, ou de grammaticaliser la logique d'une action. Quels buts assigner donc aux travaux de synthèse du Corpus ?

2J'en discerne pour ma part deux, termes, chacun, d'une démarche dont je vais tenter d'esquisser le mouvement, et que je nommerai respectivement synthèse descriptive et synthèse thématique.

Synthèse descriptive

3Les monographies du Corpus sont normalisées et résumées, on le sait, en des volumes régionaux : Alsace, Provence, Savoie, etc. On peut discuter à l'infini sur la pertinence plus ou moins grande de ces découpages, sur leur adéquation plus ou moins bonne aux réalités architecturales, sur les avantages et les inconvénients plus ou moins grands de leur congruence aux régions historiques ou aux régions administratives actuelles. Nul ne se dissimule la part de convention que comportent de pareilles divisions : les monographies du Nord et Pas-de-Calais et celles de Picardie sont réparties en deux volumes, alors qu'un seul eût été préférable ; celles de Corse, en un volume unique, alors qu'elles auraient pu prendre place à proximité de celles de Provence ou de Nice. Mais qu'importe : l'essentiel est que d'un volume à l'autre les monographies sont strictement comparables, que de l'Alsace au Pays basque, par exemple, de la Normandie au Dauphiné, l'on puisse rapprocher des spécimens dont l'architecture subit les mêmes contraintes parce que la construction met en œuvre un même matériau, le bois.

4On l'a compris : le rassemblement des monographies sous un titre régional fournit un cadre pour la description, il ne suppose nullement qu'existerait une architecture spécifiquement alsacienne ou basque, normande ou dauphinoise, comme si une essence architecturale régionale devait se manifester à travers la variété des apparences qui se présentent dans chaque espace provincial. Le sous-titre du Corpus, au surplus, annonce le propos sans ambiguïté : c'est un rassemblement de genres, de types, et de variantes ; d'objets anthropologiques, donc, pour lesquels chaque région considérée offre des spécimens remarquables. Des spécimens donc des realia. Remarquables : en cela qu'ils fournissent à l'observation des aspects répondant aux traits qui caractérisent précisément ces genres, ces types et leurs variantes.

5Ainsi se trouve fondée la possibilité d'une Synthèse descriptive. Comme les cultures dont traite Murdock dans The Social Structure2 et ses continuateurs de l'Ethnographic Atlas3, les unités considérées sont bien des unités concrètes, empiriquement saisissables, localisées et datées : ce que je nomme, dans le Corpus, des « spécimens ». Comme les cultures de Murdock encore, ces unités concrètes sont aussi des unités discrètes, des individualités sociales absolument distinctes les unes des autres, toutes différentes entre elles, et dont aucune n'est la réplique de l'autre. Le Corpus ne donne jamais, pour une même région, deux spécimens d'une même variante, mais des spécimens qui, pour un même type, varient selon les valeurs que prennent une caractéristique discriminante, par exemple le matériau de couverture ou l'agencement des espaces. Au terme du Corpus, on dispose donc d'un millier de spécimens, qui sont des œuvres architecturales individuelles, comme au terme d'une enquête botanique destinée à composer la flore d'un pays, on disposerait d'un millier de plantes toutes différentes les unes des autres, mais dont chacune offrirait l'exemplaire vivant d'une variété ou d'une sous-espèce. Comparaison imparfaite, certes, puisque les individus considérés sont des œuvres de la culture qui ne se prêtent point, comme les végétaux et les animaux, à naturalisation. Comparaison éclairante, cependant, car à la différence des peintures et des sculptures rassemblées dans les musées, mobilisées, donc, aux fins de confrontation et de mise en valeur par le rapprochement dans une enceinte spécialement conçue à cette fin, les œuvres architecturales décrites dans le Corpus sont immobilisées sur le site pour lequel elles ont été construites ; elles participent, de ce fait, au devenir général de la nature, à ses évolutions et à ses révolutions.

6La différence entre les unités que traite le Corpus et celles que traitent les Atlas linguistiques4 est donc grande. Dans un cas, le Corpus, ce sont des œuvres qui, telles qu'elles se donnent à l'observation, défient l'analyse en raison de leur complexité, tout comme les individualités vivantes qui forment la matière sur laquelle s'exercent les sciences de la nature. Dans l'autre, les Atlas, ce sont les éléments du discours qui forment la matière appréhendée, non leurs articulations en genres. De ce point de vue, le Corpus est à rapprocher plutôt du catalogue d'Aarne et Thomson5 ou, mieux, du catalogue des contes populaires français de Delarue et Ténèze6. Les unités observées sont des œuvres complexes : des maisons habitées, d'un côté, des contes narrés, d'un autre côté ; les spécimens choisis sont, des deux côtés, des individualités concrètes, saisies dans leurs particularités, avec tous les détails qui les singularisent. Des deux côtés aussi, les spécimens sont proposés pour fonctionner comme des références, pour signaler des types. Des deux côtés enfin, ces œuvres complexes sont décrites de telle sorte qu'on peut en analyser les éléments constitutifs d'une part, les traiter comme l'effet des processus qui les ont produits, d'autre part. La comparaison entre les œuvres de l'architecture et les œuvres de la parole et de l'écriture a ses limites, certes. Elle n'est pas artificielle cependant : c'est à bon droit que l'on peut parler de « motif » dans les deux cas, et c'est avec raison que le mot « structure », qui appartient originairement au vocabulaire de l'architecture a pu être investi de nouvelles significations pour désigner le concept d'analyse qu'affectionnent particulièrement les linguistes.

7On voit par là que la synthèse descriptive, pour le Corpus, est à entreprendre à plusieurs niveaux, selon le degré de complexité des unités que l'on considérera : du plus élevé, celui de l'œuvre effectivement réalisée, au moins élevé, celui des éléments, en passant par les niveaux intermédiaires, ceux des motifs. Or pour prendre des exemples, un premier travail de synthèse est celui qui consiste à grouper les spécimens décrits, en respectant leur unité, par genres ou par types, comme les maisons vigneronnes, les abris en pierres sèches, les maisons monocellulaires, les exploitations agricoles de polyculture-élevage, les moulins, etc. On voit qu'il y a autant de groupements possibles que d'aspects selon lesquels envisager les unités complexes : une spécialisation, et laquelle ; un matériau de construction et lequel ; un type d'occupation de l'espace et lequel, etc. Le Corpus permet ainsi d'engendrer tous les fascicules que l'on souhaite, comme un fichier bien fait permet de procéder à tous les classements dont on a besoin. Opération utile, voire nécessaire, mais rudimentaire encore, si elle n'est pas orientée vers une fin : la compréhension des mécanismes engendrant ces unités complexes à partir des éléments qui les constituent.

8A un deuxième niveau de synthèse descriptive, celui des motifs, l'on cesse de considérer les habitations comme des unités et l'on concentre l'attention sur des syntagmes qui entrent dans la composition des ensembles complets avec une identité discernable. Ce sont des configurations matériellement identifiables comme « cheminée », « galerie », « porche », « perron ». Ce peuvent être aussi des divisions de l'espace repérables par une position dans un système de lieux, comme « couloir », « vestibule », ou encore des cellules spatiales affectées à des usages spécialisés comme « cuisine », « chambre à coucher », ou à des usages généralisés comme « pièce à feu », ou « salle commune ». Il est clair que dans la réalité des spécimens, les motifs ne sont pas indépendants les uns des autres : il n'y a guère de pièce à feu sans cheminée, sinon dans de très rares abris7, ni de vestibule sans perron ou sans seuil. Il n'en est pas moins légitime de rapprocher, pour une opération de synthèse descriptive, les motifs architecturaux appartenant à une même série. Les traités d'architecture ne se privent pas de cette faculté, s'agissant de syntagmes matériellement individualisables tels que « cheminée » ou « galerie », voire de motifs purement spatiaux, comme « entrée » ou « liaison entre niveaux » sous les noms génériques d'« échelle », « escalier », « rampe », etc. Le Corpus offre ainsi la possibilité de confectionner de véritables répertoires de motifs, sans prétendre fournir, cependant, d'inventaires de toutes les formes effectivement réalisées.

9Un troisième niveau de synthèse descriptive est celui qui traite des éléments, en termes qui n'ont pas de réalité individualisable comme les motifs, mais qui fournissent la matière des compositions architecturales. Un mur de pierre par exemple peut avoir une fonction de soutènement, et concourir à la structure d'un édifice ; une fonction de paroi, et marquer seulement la limite entre deux lieux ; une fonction cérémonielle, et servir de support ou de fonds à des motifs ornementaux. Comme terme architectural, il s'oppose dans le premier cas, aux poteaux, pannes, écharpes et potelets qui composent la structure des maisons à charpente de bois ; dans le deuxième cas, il s'oppose aux barrières, rideaux et autres tentures qui matérialisent la différence des lieux ou la séparation des espaces ; dans le troisième cas, il se distingue des colonnes, piliers, mâts et dispositifs divers érigés pour répondre à une destination cérémonielle. Des répertoires d'items qui se borneraient à détailler tous les éléments qui entrent dans la construction des habitations rurales manqueraient l'essentiel : à savoir, l'identification des champs de composition possibles sur lesquels l'activité architecturale exerce ses choix. Comme les atomes n'ont d'existence qu'à travers les molécules qu'ils constituent par association, de même les éléments d'architecture n'ont de matérialité qu'à travers les motifs qu'ils forment par composition. Des synthèses descriptives, à ce niveau, concerneraient l'art de bâtir, mais non l'architecture.

Synthèses thématiques

10Les travaux de synthèse auxquels le Corpus se prête seront plus féconds s'ils prennent des thèmes définis, si l'on considère la masse des données publiées moins comme un corps dont il faudrait découvrir l'organisation et le fonctionnement, que comme une matière à interroger, un moyen propre à tester des hypothèses et des propositions. Il convient alors d'opérer non seulement sur les monographies, mais aussi sur les matériaux et les suggestions contenues dans les introductions, les glossaires, et les index typologiques. Les thèmes traitables sont trop nombreux pour qu'on puisse les évoquer tous ici. Je me bornerai à en citer trois, à titre d'exemples parmi beaucoup d'autres possibles.

11Le premier s'impose à l'évidence dès les premiers efforts de rassemblement et de comparaison : c'est le thème très général du vocabulaire de l'architecture. Des dictionnaires existent, certes, comme celui de Perouse de Montclos8, qui fixent le sens des mots en usage dans la littérature savante traitant d'architecture. Mais dans la mesure où ils standardisent certaines habitudes de dénomination courantes dans les écoles d'architecture, ils laissent échapper ce qui, pour l'ethnologue, est essentiel : la richesse, la variété et la mobilité du vocabulaire employé par les usagers. Les enquêteurs du Corpus avaient pour consigne, on le sait, de recueillir ces terminologies, ou tout au moins d'identifier les principales cellules de l'habitation par les termes fournis par l'usager, et non par les mots standards du dictionnaire : nommer, quand il le faut, écurie le local abritant les bovins, bien que pour le français standard ce local doive s'appeler étable ; maison, la salle commune, poële, la chambre à feu, courtil, le jardin, etc., contrairement à la norme des dictionnaires d'aujourd'hui. La consigne a été inégalement respectée selon les enquêteurs et les régions, moins bien là où le parler dialectal s'efface ordinairement derrière le français standard, beaucoup mieux là où des langues régionales persistent et fournissent un vocabulaire spécialisé conçu pour désigner des locaux ou des dispositifs spécifiques, comme la stube9 ou le tué10, l'airian, la sukaldea ou l'eskaratz11. Le Corpus permet ainsi d'engendrer deux séries de cartes aussi longues que l'on veut : l'une, des mots attestés selon les lieux, mais qui désignent souvent des réalités différentes, ainsi du mot salle ; l'autre, des réalités identifiables, mais qui sont souvent désignées par des mots différents, ainsi de la « chambre à feu », pour prendre l'exemple d'une cellule spatiale, ou de la « charpente à courbes », pour prendre l'exemple d'un type de structure défini. Un immense chantier de cartographie s'ouvre ainsi, qui n'attend plus que ses ouvriers.

12Un deuxième groupe de thèmes s'annonce qui n'est pas moins prometteur : c'est l'identification des principes engendrant les structures des bâtiments. Je distinguerai volontiers pour tout bâtiment, avec Viollet-le-Duc et à la différence de Quatremère de Quincy, la structure et la bâtisse, ou si l'on préfère les lois qui président à la composition d'un bâtiment d'une part, l'ossature empiriquement réalisée d'un bâtiment en particulier d'autre part. « C'est l'arc d'ogive, dans un édifice voûté, conçu par un maître habile, qui devient le générateur du système de structure, et, par suite, de toute symétrie, comme chez le Grec c'est la colonne qui est le point de départ de toute la symétrie du bâtiment. Les deux arts sont également soumis à une inflexible logique, partent de deux points différents, mais raisonnent de la même manière. Dans la structure grecque, le point d'appui vertical est le principe ; dans notre architecture laïque du Moyen Age, le principe c'est la voûte : c'est elle qui impose les points d'appui, leur force, leur section12. » Quelles sont pareillement, pour cette architecture vernaculaire que restitue le Corpus, les différentes logiques de construction à l'œuvre ? N'y a-t-il pas une logique spécifique qui préside à l'édification des abris en pierres sèches, rebelle à toute assimilation aux principes générateurs de la voûte romane ou de l'arc gothique ? N'y a-t-il pas toute une série de logiques distinctes qui s'imposent pour l'édification des charpentes sans fermes, mais non pour autant sans complexité ? Le thème de la charpente à courbes n'est-il pas un thème trompeur ? Le principe de pareilles charpentes n'est-il pas à rapprocher comme le suggère François Calame13, des principes générateurs d'une famille entière de structures, toutes étrangères au système de la ferme ? Quant aux principes qui engendrent les structures des bâtiments maçonnés, ne sont-ils pas entièrement distincts, comme le suggère Henri Raulin14, de ceux qui déterminent la variété des ossatures des bâtiments en bois ? Un seul spécimen bien choisi est plus important, pour l'intelligibilité des structures, on l'aura compris, qu'une accumulation erratique d'exemples, ou qu'un inventaire sans principes.

13Un troisième groupe de thèmes s'impose enfin au programme des opérations de synthèse : ce sont les thèmes relatifs à l'allocation architecturale des espaces. Le Corpus offre par ses mille spécimens plusieurs milliers de plans : un millier de plans de situation, un millier de plans de masse, un millier de plans d'habitation, sans compter les plans de dépendances et les plans regroupés dans les introductions aux volumes régionaux à des fins de comparaison. Il se prête donc particulièrement bien à des investigations sur la logique sociale de l'espace, autrement dit sur les règles explicites ou implicites qui président à l'articulation du champ spatial en lieux différenciés. Comment les grandes oppositions qui marquent ce champ jouent-elles pour faire apparaître de pareils lieux ? L'intérieur ne s'oppose pas de la même façon à l'extérieur, on le sait bien, en Corse ou en Normandie, en Provence ou en Savoie ; les limites qui séparent les aires privées des aires publiques ne sont pas matérialisées de la même manière ici et là ; les itinéraires qui mènent du plus lointain extérieur au plus proche intérieur ne sont pas balisés des mêmes repères, ils ne franchissent pas les mêmes barrières et les mêmes seuils, ils ne conduisent pas aux mêmes centres selon que l'on se dirige vers la salle d'un manoir du pays de Caux ou vers la stube des pays rhénans. Mais la logique à l'œuvre dans ces articulations du champ spatial est-elle la même à travers des domaines bâtis différents, ou bien des logiques distinctes sont-elles identifiables mais pour quels types d'habitations ? Comment des complexes aussi différents que la ferme manoriale de Picardie, le mas provençal et la bastide languedocienne jouent-ils des dimensions de l'espace ? De pareilles habitations s'inscrivent-elles de la même manière, ou non, dans l'ordre cosmique ? Disposent-elles leurs cellules homologues, salles, cuisines et chambres, étables, écuries et colombiers, greniers, pressoirs et caves, semblablement à dextre et à senestre, en haut et en bas, devant et derrière ? Répartissent-elles ces lieux axialement ou non ? Certaines cellules commandent-elles régulièrement d'autres cellules, de sorte que pour circuler des unes aux autres, il faille nécessairement passer par les premières ? Autant de questions qu'il est désormais possible de poser sur l'échantillon qu'offre le Corpus, et de traiter par les moyens classiques du calcul matriciel et de la théorie des graphes. Un nouveau chantier s'ouvre, dont on n'a pas fini de prospecter l'étendue.

14Les synthèses dont je viens d'esquisser le principe viendront-elles à être composées, l'interrogation ne cessera pas pour autant. Car du fait même qu'il est publié, le Corpus donne aux spécimens qu'il a retenus et aux champs de variations qu'il a repérés une vie nouvelle. Propriétaires, locataires et héritiers, ethnologues et conservateurs du patrimoine ne sont plus les seuls à prêter intérêt aux habitations décrites. Agents immobiliers et hommes d'affaires, notaires, promoteurs et industriels puisent dans le répertoire de formes mis à leur disposition, pour le meilleur et pour le pire. Mais n'est-ce pas le destin de tous les plans publiés ? Dans la mesure où les spécimens du Corpus sont choisis pour mettre en évidence des types, ils ne peuvent pas ne pas fonctionner, dès qu'ils sont publiés, comme des plans-types, autrement dit comme des modèles à partir desquels architectes et maîtres d'œuvre engendrent plans particuliers et plans d'exécution. Ainsi advient-il que de modestes maisons paysannes, construites sans plan d'architecte deux siècles auparavant, mais relevées pour le Corpus par un architecte, fonctionnent maintenant comme têtes de série pour des dizaines, voire des centaines de maisons semblables. Similitude toute extérieure, on s'en doute, dans la mesure où ces habitations néo-régionales ont perdu la fonction d'origine de leur lointain modèle, qui était aussi une fonction économique. Similitude qui donne à penser cependant. Comme si la capacité d'un type à valoir comme modèle à travers des siècles dépendait de la loi de composition des lieux qui le caractérise.

Haut de page

Notes

1Corpus de l'architecture rurale française :Bourgogne : Richard Bucaille, Laurent Lévi-Strauss, 1980.Lyonnais : Claude Royer, 1979.Alsace : Marie-Noële Denis, Marie-Claude Groshens, 1978.Ile-de-France : Francine de Billy-Christian, Henri Raulin, 1986.Bretagne : Daniel Le Couëdic, Jean-René Trochet, 1985.Lorraine : Claude Gérard, 1981.Franche-Comté : Claude Royer, 1978.Berry : Christian Zarka, 1982.Poitou-Pays charentais : Suzanne Jean, 1981.Bourbonnais-Nivernais : Jean Guibal, 1982.Pays aquitains : Pierre Bidart, Gérard Collomb, 1984.Corse : Henri Raulin, Georges Ravis-Giordani, 1978.Province : Christian Bromberger, Jacques Lacroix, Henri Raulin, 1980.Midi toulousain et pyrénéen : Claude Rivals, 1979.Savoie : Henri Raulin, 1977.Dauphiné : Henri Raulin, 1977.Normandie : Max-André Brier, Pierre Brunet, 1984.Comté de Nice : Paul Raybaut, Michel Perréard, 1982.
2Murdock, G.-P., 1949, Social structure. N. Y., MacMillan.
3Murdock, G., 1967, Ethnographic Atlas. Pittsburg University, Pittsburg Press, 196 p.
4Atlas linguistiques et ethnographiques de la France par région. 1950, Paris, Centre national de la recherche scientifique.
5Aarne A., 1961, The type of the folktale, a classification and bibliography, Translated and enlayed by Stith Thompson. Second revision, Helsinski, Akademia scientarum fennica, 588 p. (F.F. Communication n° 3.)
6Delarue, P. et M.-L. Ténèze. 1957, 1985, Le conte populaire français : catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d'outremer, Paris, Ed. Erasme, Ed. G.-P. Maisonneuve et Larose, 4 tomes.
7Raulin, H. et G. Ravis-Giordani, 1978, L'architecture rurale française : Corse, Paris, Ed. Berger-Levrault.
8Pérouse de Montclos, J.-M., 1972. Architecture : méthode de vocabulaire : principes d'analyse scientifique, Paris, Imprimerie nationale, 2 volumes.
9Denis, M.-N. et M.-C. Groshens, 1978. L'architecture rurale française : Alsace, Paris, Ed. Berger-Levrault.
10Royer, C. 1978, L'architecture rurale française : Franche-Comté, Paris, Ed. Berger-Levrault
11Bidard, P. et G. Collomb, 1984. L'architecture rurale française : Pays aquitains, Paris, Ed. Berger-Levrault.
12Viollet-le-Duc, 1967. Dictionnaire raisonné de l'architecture française du xie au xvie siècle, Paris, F. de Nobele, Volume 8, p. 516.
13Calame, F., 1983. Pour une étude de la Charpente rurale en France : l'exemple de l'Oise, thèse de 3e cycle, Paris.
14Raulin, H., 1977. L'architecture rurale française : Dauphiné, Paris, Ed. Berger-Levrault.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cuisenier J., 1987, « Le corpus de l’architecture rurale française. Esquisses pour une synthèse prochaine », Terrain, n° 9, pp. 92-99.

Référence électronique

Jean Cuisenier, « Le corpus de l'architecture rurale française », Terrain [En ligne], 9 | octobre 1987, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3189 ; DOI : 10.4000/terrain.3189

Haut de page

Auteur

Jean Cuisenier

Musée des arts et traditions populaires

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals