Navigation – Plan du site
Repères

L'écomusée de Haute-Alsace

Marc Grodwohl
p. 100-109

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Alsace
Haut de page

Texte intégral

1Proche par ses mentalités et sa culture des expériences des musées de plein air nordiques, l'Alsace cultivait déjà dans les années 1900 l'espoir de se voir dotée d'un grand parc conservant à la fois des types significatifs d'architecture rurale et leur mode d'occupation saisis dans un temps mythique, celui de la fin d'un certain « âge d'or » au village qu'on pourrait situer entre les années 1870 et 1900.

2Trop neuve à l'époque, l'idée n'aboutit pas avant les années 70 où interviendront en sa faveur deux facteurs décisifs : d'une part, la région a compris à cette date que l'habitat traditionnel et les paysages alsaciens sont des atouts économiques importants qu'il convient de valoriser ; par ailleurs, à l'écart des routes touristiques, il se joue aussi en Alsace le drame de toutes les régions rurales. Les guerres, l'exode rural, un étrange autocontrôle démographique (la « conjuration du célibat ») ont vidé les villages. Le remembrement concentre les terres, facilite une très rapide modernisation des fermes subsistantes qui à l'instar des cisterciens du xiie siècle, créent des « déserts » en acquérant les biens disponibles autour de leur exploitation.

3C'est ainsi qu'en l'espace d'une ou deux générations, un tiers du parc immobilier ancien s'est trouvé irrémédiablement gelé, sans avenir car intégré à des propriétés plus vastes, restructurées.

4Créée à la fin de ce phénomène, l'association Maisons paysannes d'Alsace est arrivée trop tard pour pouvoir peser sur ses causes structurelles. Constituée de quelques étudiants idéalistes et assez inconscients des obstacles matériels qu'il allait falloir surmonter, l'association agissait dès 1971 sur trois fronts :

  • la sauvegarde in situ au moyen de chantiers de bénévoles de certaines maisons, pour lesquelles des accords de mise à disposition avaient pu être trouvés auprès des propriétaires. Ces réhabilitations visaient à l'exemplarité et à la stimulation du milieu afin qu'il prenne en charge lui-même son patrimoine, dans une filière économique amortissant les travaux et garantissant la conservation dans le long terme : par exemple, création de gîtes ruraux, de logements locatifs, etc. ;

  • le démontage, en vue d'un remontage ultérieur sur un autre site : seule solution lorsque ni les interventions par chantiers ni les effets escomptés de la sensibilisation, ne pouvaient apporter une réponse satisfaisante à l'un des problèmes les plus difficiles, c'est-à-dire la démolition en cas de changement d'affectation du terrain ;

  • la collecte d'une documentation, ressentie à la fois comme un mode de sauvegarde en tant que tel, et un nécessaire préalable et accompagnement à tout sauvetage matériel, que ce fût in situ ou par démontage.

5Le relatif succès de l'« écomusée » occulte aujourd'hui autant le travail documentaire que les sauvetages in situ. Pourtant, il n'y aurait pu y avoir de musée sans ces pratiques de terrain souvent éprouvantes...

Recherche d'un site

6De 1971 à 1980, d'un été à l'autre, vingt-cinq maisons ont été réhabilitées, dix ont été démontées et une abondante documentation a été rassemblée ; mais les premières maisons, faute d'un stockage adéquat, commencent déjà à pourrir en tas.

7Le projet ne soulève pas l'enthousiasme des communes sollicitées pour mettre un terrain à disposition de l'association d'autant plus que l'idéal recherché — innovation importante par rapport aux autres musées de maisons — était celui d'une greffe sur un village existant, le musée en prolongement d'exploitations agricoles modernes et de bâtiments anciens réaffectés à des fonctions d'habitat touristique. Cette exigence initiale d'insertion dans un tissu vivant, évolutif, porteur de ses propres mémoire et authenticité, n'a pas pu être satisfaite, et les recherches ont porté alors sur un terrain d'une superficie minimale de 10 hectares et offrant des possibilités d'extension ultérieure. C'est finalement au hasard que l'on doit la rencontre avec le maire de la commune d'Ungersheim, aux confins du bassin potassique, qui cherchait à créer une industrie touristique sur d'anciennes friches industrielles.

8C'est un peu en désespoir de cause que l'association décharge, en été 1980, les premiers tas de poutres sur une lande grillée par le sel de potasse au pied d'un crassier et d'un puits de mine désaffecté, le pire endroit imaginable pour créer un musée d'agriculture et d'arts et traditions populaires...

9Cependant, devant la ténacité de l'équipe, le Conseil général a adhéré à l'idée et apporté les premiers concours financiers. C'est avec des bénévoles, parmi lesquels seront recrutés les premiers permanents au fur et à mesure que les moyens seront débloqués, que le chantier a débuté. Mais quel parti muséographique choisir ? Avec quel objectif ? Présenter quatre maisons... ou plus d'une cinquantaine ?

Une démarche empirique

10En fait, ni les moyens financiers ni les bâtiments à présenter, n'étaient connus à l'avance. Les uns et les autres résultaient d'opportunités à saisir, de défis à relever. Le seul repère était la bonne connaissance des différents types d'architecture que l'on voulait collecter et mettre en scène : environ 150 types bien distincts avaient été repérés, significatif chacun d'une sous-région alsacienne, d'un usage spécifique, d'une époque ou d'un groupe social.

11Par ailleurs, dans certains secteurs, l'association connaissait bien les bâtiments promis à démolition dans un avenir rapproché : aussi sauf exception, les critères de sélection ont-ils été assez bien maîtrisés pour que l'ensemble des bâtiments recueillis soient, dans l'état actuel des connaissances, parmi les plus représentatifs de séries.

12La reconstruction, donc le choix de présentation au public, s'est déroulée en deux phases : la première, précédant l'ouverture du musée, court de 1980 à juin 1984, et s'est soldée par la présentation de 20 maisons ou objets, dont 5 appartenaient à une collection initiale rassemblée avant le choix du site. La seconde phase a débuté avec l'ouverture du musée et se poursuit aujourd'hui : elle était déterminée par le succès populaire du musée, principal garant des moyens de fonctionnement et d'autofinancement partiel des nouvelles présentations. En moins de trois ans une quinzaine de bâtiments se sont ajoutés à la présentation initiale.

13Dans cette genèse difficile, sous-tendue par la précarité du mode de financement, toute tentative de production d'un plan-masse indiquant précisément et a priori la répartition des « objets », se révélait vouée à l'échec. Il fallait donc imaginer un mode d'occupation de l'espace dans lequel la présentation des maisons restait cohérente, même s'il avait été nécessaire d'interrompre toute nouvelle construction à un moment donné. Inversement, les possibilités d'extension maximale devaient être préservées. Aussi, le parti adopté a-t-il été celui de la recréation évolutive d'une structure de village, avec un habitat groupé, et non d'une collection d'objets isolés les uns des autres, conception qui prévaut dans nombre de musées de plein air. Une des difficultés était de ne pas juxtaposer des architectures de provenance différente, produites par des systèmes physiques ou culturels trop éloignés les uns des autres : le danger de conflit étant moins dans la coexistence des architectures que dans l'incohérence des relations aux micropaysages.

14Aussi, les premières constructions provenant du Sundgau, partie méridionale de l'Alsace annonçant le Jura, se sont-elles organisées autour d'une place. On y a regroupé les principaux types d'organisation des fonctions d'une exploitation agricole, depuis la ferme-cour jusqu'à la ferme-bloc, en veillant à ce que chaque bâtiment soit également expressif d'un mode constructif déterminé. Le musée se serait-il limité à cette place bordée de bâtiments qu'il aurait déjà été significatif de l'identité d'un terroir, à travers cinq ou six bâtiments présentant l'essentiel.

15C'est à partir de cette place initiale que sont venues se construire en étoile les rues dans lesquelles ont été placées — autant que possible immédiatement après leur démontage — les nouvelles acquisitions : une « rue du Sundgau » est venue prolonger la place ; une autre rue a accueilli les architectures de la plaine de Haute-Alsace, puis du Piémont viticole, et progressivement se sont créés des quartiers du Ried puis de la Basse-Alsace assurant une couverture de l'ensemble du territoire. De cette manière, le musée a pu évoluer assez harmonieusement d'une première cellule à une organisation rayonnante qui se transforme maintenant en un schéma concentrique à mesure que les nouvelles acquisitions permettent d'affiner la présentation de chaque terroir. C'est le déplacement des chemins, des transitions d'une zone géographique à l'autre, qui permet de garder à tout instant — quelles que soient les nouvelles acquisitions — la cohérence du parcours du visiteur à travers l'espace régional. L'étendue du site, sa surface plane, permettent la recréation rapide des reliefs de terrain et de l'aménagement végétal correspondant aux bâtiments. Aussi dans l'état actuel, le musée a-t-il largement dépassé la seule collection de maisons puisqu'il présente aussi des tranches de paysages.

16Evidemment, il n'était pas pensable de se satisfaire uniquement d'une présentation de types régionaux, ce qui aurait conduit à l'impasse de plusieurs musées de plein air qui ne restituent pas les objets dans un contexte historique global, et surtout ne positionnent pas dans le temps les présentations aussi bien des bâtiments, que des jardins, des ateliers, de l'outillage. Aussi, l'effort porte-t-il sur la création de sous-ensembles permettant de pénétrer dans une époque donnée, en confrontant les conditions de vie et de travail des différents groupes sociaux, démarche qui est constamment aux confins de l'ethnologie et de l'archéologie. A titre d'exemple, le quartier du Sundgau est en voie d'être doté d'un hameau de la fin du Moyen Age ; l'ambition est d'y présenter les objets tels que trouvés au moment du démontage, en tant que document archéologique, et de les confronter à des reconstitutions intégrales, projet sur lequel on reviendra.

17Dans le même esprit, est menée actuellement la reconstruction groupée de 6 bâtiments, appartenant tous à la période 1800-1850, issus du même village et proposant un catalogue complet des systèmes constructifs en vigueur à cette époque. La présentation se fera cependant, dans le dernier état d'occupation, dans les années 1980.

L'étape du démontage

18Depuis plusieurs années, c'est au rythme de 300 par an que des bâtiments ont été signalés à l'association comme devant être récupérés, seule alternative à leur démolition. Dans certains cas, il a été possible de faire valoir au propriétaire l'intérêt d'une conservation in situ, mais majoritairement ces bâtiments ont disparu, le circuit écomusée et quelques opérations privées de transfert n'ayant permis le sauvetage que d'à peine 5 % de ces immeubles voués à la destruction. L'un des effets les plus bénéfiques de la création du musée a été de susciter une certaine culpabilisation des propriétaires, qui effectuent maintenant pour la plupart une ultime démarche auprès de l'association avant de démolir. De ce fait, il est au moins possible de garder une trace photographique, voire par relevés, de ces bâtiments qui autrement disparaîtraient dans l'anonymat le plus complet.

Démarche scientifique

19Dans l'hypothèse — éminemment favorable — selon laquelle l'association a simultanément repéré un bâtiment intéressant pour le musée et dégagé les moyens financiers de son transfert, l'opération débute par une phase d'investigations auprès des propriétaires, des habitants du village, en vue de collecter tous les renseignements sur la maison et son mode d'occupation.

20Selon l'intérêt des premières pistes ainsi ouvertes, l'enquête sur la tradition orale peut se prolonger par une recherche d'archives permettant dans la plupart des cas de remonter jusqu'au xviiie siècle. Cette recherche dans les textes renseigne sur les modes de transmission de la maison, l'évolution de son occupation, par exemple à partir des inventaires après décès. Plans et cadastres éclairent sur la position de la maison et des terres qui y sont attachées dans la structure sociale et économique du village.

21Le corpus s'enrichit également de photographies anciennes, bien souvent des tableaux de famille abandonnés avec d'autres objets dans les décombres de la maison inhabitée. Exceptionnellement, l'intérieur du bâtiment, le jardin, des ateliers, peuvent avoir été figés depuis leur abandon, sans avoir souffert du pillage ou du vandalisme. Dans ce cas, il est réalisé un film vidéo, avec l'assistance des héritiers de la maison, ou des personnes âgées du village, qui commentent en dialecte l'usage des lieux, des objets, des machines.

L'observation archéologique

22C'est la méthode systématique d'étude du bâtiment, nécessitant la plus grande vigilance puisque le démontage est, de même que la fouille archéologique, une destruction interdisant à tout jamais le retour à la source. Cette investigation débute par le relevé d'architecture à l'échelle du 1/50e en plans, façades et coupes de telle sorte que chaque pièce bénéficie d'une reproduction complète. Ces plans ne remplacent pas les photographies, dont plusieurs centaines sont réalisées avant et pendant le démontage. Ce dernier est conçu comme une fouille en stratigraphie verticale : les remplissages entre ossature font l'objet avant démolition d'un décapage qui renseigne sur les enduits et les couleurs, puis sur la nature même du remplissage. Cela, avec l'observation des réemplois, mortaises inemployées, etc., permet de retracer avec la plus grande précision les étapes de construction et de modification du bâtiment, même si, pour les bâtiments les plus anciens, subsistent souvent des lacunes. C'est notamment le cas des bâtiments médiévaux pour lesquels on ne dispose pas de la moindre indication sur la nature des ouvertures, celles-ci ayant été systématiquement agrandies. En cours de démontage, les matériaux sont observés à mesure de leur dépose. A titre d'exemple, l'observation d'un lattage réemployé va renseigner sur le mode de couverture initial, ou encore l'on retrouvera les fragments du premier poêle en terre cuite réemployés dans la réparation d'une maçonnerie.

23Le rituel de construction et de protection magique ou religieuse de la maison réapparaît : textes soigneusement enroulés dans une cavité ménagée dans une poutre, statuette en terre cuite noyée dans la maçonnerie d'un linteau de porte, tessons de la vaisselle du repas inaugural mêlés à l'argile du torchis... Aussi est-ce sans nul doute l'au-dessus du sol qui apporte les renseignements les plus étendus et les plus incontestables. Pour être menée sérieusement sur les chantiers de l'écomusée, la démarche devrait être poussée beaucoup plus avant encore et nécessiterait pour cela la formation d'archéologues spécialisés, entraînés à un travail physiquement éprouvant et dangereux. Dans plusieurs cas, la réhabilitation in situ ou le transfert ont été suivis d'une fouille du sol. Celle-ci a apporté jusqu'à présent plus de renseignements de portée générale (mobilier, matériaux de construction), qu'un éclairage véritablement complémentaire aux autres observations : faiblesse qui tient à l'épaisseur réduite des couches d'occupation régulièrement décapées, à la relative permanence de l'habitat dont les reconstructions se font souvent sur le tracé précédent.

24L'ensemble de ces observations permet de reconstituer l'histoire du bâtiment et de son mode d'occupation et de connaître le profil social de ses occupants sur au moins deux siècles. Par comparaison avec des séries de référence, la datation à dix ans ou vingt ans près de la construction et des étapes ultérieures est maintenant possible.

25Aussi, ce ne sont guère que les bâtiments médiévaux, devenus trop rares pour qu'une chronologie technique absolue ait pu être dressée, qui font l'objet d'une étude dendrochronologique. Les premières études menées par des laboratoires étrangers à la région, apportèrent des résultats tout à fait décevants, avec un écart de l'ordre de un siècle entre la datation empirique et la datation dendrochronologique. Par chance, un laboratoire a été créé près de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne, qui a établi des courbes de référence tenant compte de la climatologie de la vallée du Rhin supérieur et qui donne maintenant des datations irréfutables. Toutes ces investigations menées préalablement et parallèlement au démontage, vont arrêter le programme de celui-ci. En effet, ni les délais ni les moyens financiers, ne permettent de récupérer l'ensemble des matériaux, sauf contrainte de programme expressément contraire. Dans la majeure partie des cas, le démontage porte essentiellement sur l'ossature, sur des panneaux de torchis qui serviront de référence pour la reconstitution éventuelle de nouveaux torchis, sur des matériaux en vrac : briques, tuiles, pierres, planchers.

Le remontage et les choix de présentation

26C'est au vu de l'ensemble des informations collectées qu'un parti de remontage et de présentation au public peut et doit être adopté. La règle première est que, au prix d'une explication simple, le choix arrêté puisse être compris par le public, étant posé que le scientifique pourra toujours revenir aux sources pour une recherche plus approfondie. Dans une grande partie des cas, les bâtiments sont interprétés — il faut avoir l'honnêteté de les présenter comme tels — et ne sont pas remontés dans l'état dans lequel ils se trouvaient au moment du démontage avec bien entendu de solides raisons à cela. Dans cette démarche, les maisons sont « nettoyées » des apports ultérieurs au premier jet de la construction (déplacement ou habillage des baies, extensions, etc.) et remises dans un état technique le plus proche de l'état d'origine, avec reconstitution des parties manquantes si nécessaire.

27Le bâtiment, l'objet, viennent ainsi apporter un témoignage intelligible d'une technique donnée, par rapport à des besoins d'habitat ou d'exploitation situés dans le temps. De ce principe qui n'est pas une doctrine, peuvent être tirés différents modes de présentation qui soutiennent l'intérêt du public. A un extrême, celui-ci peut visiter une ossature totalement dégarnie, dans laquelle il peut comprendre l'adéquation de la distribution intérieure aux contraintes techniques. A l'opposé, une maison est présentée en état de fonctionnement, avec son mobilier, son étable et l'ensemble des installations permettant de comprendre le mode de vie dans les années 20. L'une et l'autre présentations extrêmes pourront faire l'objet de modes de conservation et de présentation plus élaborés lorsque les moyens s'en feront jour. Il est évident que l'érosion touristique, autant que l'usure naturelle d'objets qui seraient remis en usage — un poêle en terre cuite, un four — interdisent que ce soient à terme les objets originaux qui puissent être mis en état de fonctionnement réel : aussi la réalisation de copies conformes paraît être la meilleure solution pour assurer, d'une part, la bonne préservation des objets de référence, tout en permettant de conserver physiquement modes de vie et savoir-faire pour leur intérêt propre et pour celui du public. Il ne se pose pour résoudre ces problèmes simples qu'une question de financement, soit à imaginer un financement global permettant de mettre en place correctement et dignement ces infrastructures, soit à les réaliser progressivement par autofinancement avec des aléas sur lesquels on reviendra.

28La reconstitution des « modèles » dans ce que l'on pourrait dénommer leur « pureté d'origine » n'est pas l'objectif contraignant l'ensemble des présentations. Chaque objet est un cas d'espèce, appelant une réponse originale. Ainsi, certains sont-ils traités comme des objets archéologiques. C'est le cas d'une maison de 1529 assez complète pour pouvoir être présentée, mais suffisamment modifiée au fil des siècles pour ne plus justifier la moindre tentative de reconstitution totale. Aussi l'objet a-t-il été présenté selon un mode mettant en évidence les parties d'origine non modifiées, attestées par l'observation archéologique, dans une couleur distincte des parties de mur modifiées ultérieurement. C'est une ossature métallique qui vient suggérer l'emplacement des colombages disparus au cours de l'histoire de la maison.

29Cette démarche peut donc faire l'objet de multiples déclinaisons invitant le public à lire l'évolution d'un bâtiment au fil du temps, par rapport aux nouvelles fonctions économiques, familiales et culturelles qu'il doit assurer. A l'opposé de ces travaux d'interprétation et de mise en scène, l'écomusée pratique également le transfert intégral dans l'état au moment du démontage, ce qui implique non seulement une récupération optimale de l'ensemble du bâtiment, mais aussi la restitution de l'aménagement intérieur dans un état contemporain.

30On le voit, l'éventail des modes de présentation est très large et permet d'exprimer une dynamique historique originale par rapport aux expériences des pionniers qui privilégiaient, ailleurs en Europe, la saisie de l'instant idéal, magnification du monde rural qui ne correspond qu'à une courte séquence de son histoire. Il est évident que si, dans ces lignes, on a insisté davantage sur les « maisons », ce terme doit être pris dans sa signification la plus étendue et recouvre évidemment l'exploitation agricole, l'artisanat, voire l'industrie rurale, et l'environnement végétal du bâti : si celui-ci doit respecter les caractères locaux, il doit de plus être en harmonie avec le mode de présentation. Une maison du xve siècle reconstituée ne saurait se passer d'un jardin potager dont la simple vision permet au visiteur de comprendre la base alimentaire de l'époque concernée. Au-delà de la présentation de types d'habitat, d'exploitations, de cultures, l'écomusée est un musée du village et doit donc traiter les rapports de l'habitat à la vie sociale : les projets — onéreux — d'école, d'église, de temple, de synagogue, de mairie, entre autres, répondront à cette exigence autant que le château (la « maison forte ») en cours de reconstitution, les rues et les places. Pour l'instant fonctionnent déjà dans l'enceinte du musée, une boulangerie et un restaurant qui sont, à vrai dire, plus des équipements destinés à l'agrément du visiteur et à la création de recettes d'autofinancement, que des reconstitutions animées. En revanche, le moulin à huile, la forge, la saboterie, et la distillerie, seront d'excellents supports pour de telles restitutions vivantes pouvant impliquer très étroitement d'anciens artisans pour des démonstrations et des stages de transmission de savoir-faire.

31Les techniques de remontage et les matériaux mis en œuvre sont aussi divers que les modes de présentation des objets. Dans tous les cas, les bâtiments sont installés sur des fondations, inexistantes dans le site original, garantissant une conservation dans la longue durée. Certains remplissages entre ossature, ou maçonneries, restant apparents, ils sont réalisés avec les briques ou pierres de récupération mis en œuvre selon les techniques observées lors du démontage, voire en torchis réalisé à neuf, ce qui est présentement le cas de plusieurs bâtiments. Dans d'autres cas, ces remplissages sont enduits et peuvent alors être réalisés avec des matériaux contemporains, briques ou bétons cellulaires. Le chantier de construction du musée remplit à cet égard, et de manière malheureusement sous-exploitée, une fonction de laboratoire des technologies contemporaines de réhabilitation : soit par de nouvelles méthodes de mise en œuvre de matériaux « traditionnels », soit par l'invention de produits et de techniques se substituant à ces derniers. La position du musée est là encore pragmatique, car elle concilie la reconstitution de savoir-faire perdus — qui peuvent se révéler utiles dans un marché de la réhabilitation en plein essor — et l'invention de procédés innovants. Ces chantiers, ouverts à tous publics, revêtent de surcroît une dimension formatrice qui n'est pas négligeable, puisqu'elle concerne aussi bien les entreprises du bâtiment que des stagiaires. Certaines séquences sont de plus ouvertes aux scolaires, qui peuvent participer à la construction de murs en torchis, par exemple. Par ailleurs, un trait significatif de la démarche du musée est que la construction est réalisée devant le public, comme un spectacle, ce qui apporte une information d'une qualité originale, complétée par l'exploitation d'un réseau de télévision permettant la diffusion de films documentaires.

Les projets de développement

32On l'a précisé, le musée ambitionne de doubler sa surface et le nombre d'objets présentés, sa vocation s'affirmant comme celle d'un espace de présentation de techniques de construction et de modes de vie et de production au village. La tâche restant à accomplir — en matière de sauvetage, de présentation au public et d'exploitation scientifique de la documentation — est considérable, et les moyens, en dépit des aides apportées aussi bien par le conseil général que par le ministère de la Culture et de la Communication, se révèlent d'autant plus cruellement insuffisants que le succès public du musée (150 000 visiteurs payants par an) donne l'image d'une institution prospère. Mais rapportée à l'urgence et à l'ampleur des objectifs, aux expériences colossales menées en Suisse et en Allemagne pour ne citer que ces deux pays, le plus grand musée de plein air français est encore une entreprise modeste.

33Toutefois, la dynamique créée autant que l'impérieuse nécessité de ne pas traiter la culture locale sous le seul point de vue de l'habitat, commandent l'invention d'un projet plus global. On passera ici sur les aspects économiques de création de recettes d'autofinancement à travers des exploitations touristiques et commerciales périphériques : ce sera sans doute inéluctablement le lot de tout grand musée que de créer par lui-même les moyens de couvrir ses charges de fonctionnement, et dans le cas de l'écomusée, d'une partie de ses investissements. L'enjeu important est un élargissement de la thématique du musée, en travaillant davantage sur les pratiques agricoles, en évoquant la civilisation urbaine et l'industrie. C'est ici que tous les aspects négatifs de l'implantation du musée dans une friche industrielle peuvent être retournés. Tout récemment, le musée a procédé à l'acquisition de la mine de potasse désaffectée qui le jouxte, à 800 mètres. Cet ensemble industriel, dans lequel les installations de surface revêtent une importance considérable, a été construit d'un seul jet peu avant 1930. Fermé depuis 1976, il pourra se prêter à une réhabilitation et une ouverture au public, qui sont actuellement préparées à différents niveaux : technique et financier d'une part, scientifique d'autre part. La définition du contenu se fera avec une association créée et animée par des mineurs et d'anciens mineurs.

34Entre la mine et le village, plusieurs projets doivent créer les voies de passage, physiques et culturelles. On prévoit ainsi la reconstitution d'une rue de ville, sur le modèle exemplaire du musée de plein air d'Ironbridge, déviant de celui-ci cependant par son caractère évolutif puisque l'on souhaiterait vouer cette reconstitution au xxe siècle, sectionné en quatre ou cinq séquences significatives. Une autre voie de passage peut être un parc des techniques agricoles très spécialisé dans les techniques d'amendement (créant ainsi un lien cohérent avec la mine de potasse) et les techniques de mécanisation à la lumière du contexte historique tout à fait particulier de l'Alsace. Ce projet fait suite à un travail soutenu avec les milieux agricoles, qui, avec une commission « vie rurale » regroupant une vingtaine de cultivateurs, remplit pleinement un rôle à la fois de conseil technique et de « comité d'usagers ».

35Cette description des méthodes et des perspectives du musée serait incomplète si l'on ne décrivait pas sommairement l'activité de l'association extra muros, en faveur de la connaissance et de la réutilisation du patrimoine. La bonne insertion de l'association dans le milieu rural, ses capacités techniques et sa notoriété, lui ont valu la confiance du Conseil général du Haut-Rhin. Celui-ci verse à l'association une subvention annuelle lui permettant d'assurer des permanences mensuelles dans les chefs-lieux de canton du Sundgau, le « pays » le plus touché par la désertion de l'habitat ancien. Les techniciens de Maisons paysannes d'Alsace donnent ainsi gratuitement près de 300 consultations par an, certaines consistant en une étude très approfondie de projets de restauration. Dans la plupart des cas, ces consultations débouchent sur des réhabilitations, elles-mêmes financées par le Conseil général qui prend en charge entre 5 et 25 % du montant des travaux visibles de l'extérieur (couverture, maçonneries, enduits, menuiseries), disposition très motivante pour les particuliers et les communes.

36Ces mesures portant à la fois sur le conseil et le financement des travaux sont le prolongement indispensable de l'impact de l'écomusée sur la conscience des propriétaires. L'écomusée fait également passer d'autres notions, comme la nécessité de conserver également les bâtiments agricoles, ou d'envisager la restauration de quartiers de manière concertée entre plusieurs propriétaires et la municipalité. L'impact de cette série de moyens est également très sensible sur l'artisanat du bâtiment qui, de quasi indifférent voici quelques années, s'adapte maintenant de bonne grâce à un marché nouveau et forme des spécialistes. Compte tenu de la spécificité des problèmes fonciers en Alsace, et de la vocation touristique de la région, l'association a pu initier, voire accompagner et réaliser de nombreux projets de réutilisation touristique de bâtiments vacants : sous forme de gîtes ruraux de caractère, regroupés en « villages de gîtes » d'une part, mais également de « maisons de pays ». Ces dernières, significatives de l'identité d'un territoire, ouvertes à la visite et portées par des associations locales, constituent à travers la conservation in situ de maisons représentatives, des échelons intermédiaires entre les maisons particulières et les gîtes, et l'écomusée. Le développement progressif de ce réseau permettra la mise en place de circuits et peut-être de structures de gestion et de commercialisation communes.

37L'écomusée de Haute-Alsace est, par l'importance de la population concernée, par ses caractères à la fois identitaires et transfrontaliers, une expérience qui peut être d'une grande importance pour la réflexion sur les musées d'anthropologie, de société et techniques. Ses promoteurs savent que leur projet est davantage un laboratoire qu'un modèle, et seront particulièrement attentifs aux remarques et avis que suscitera auprès des lecteurs de Terrain cette présentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grodwhol M., 1987, « L’écomusée de Haute-Alsace », Terrain, n° 9, pp. 100-109.

Référence électronique

Marc Grodwohl, « L'écomusée de Haute-Alsace », Terrain [En ligne], 9 | octobre 1987, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3193 ; DOI : 10.4000/terrain.3193

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals