Navigation – Plan du site
Vivre le temps

L'instant et l'éternité

Les bijoux dans la vie des femmes
Marlène Albert-Llorca
p. 69-82

Résumés

Le marché actuel ouvre aux femmes la possibilité d'acheter (ou de se faire offrir) à la fois des bijoux fantaisie et des bijoux de prix. La préférence accordée aux uns ou aux autres ne tient pas seulement à des raisons économiques ou à une stratégie de distinction sociale ; elle est également liée à la valorisation de leur rapport au temps. Légers et fragiles, les bijoux fantaisie sont associés à l'idée de frivolité, d'inconstance et c'est pourquoi ils sont portés préférentiellement par les jeunes filles. Les vrais bijoux, en revanche, sont destinés à cristalliser l'identité de l'individu et ce qu'elle doit à celle de ses ascendants.

Haut de page

Entrées d’index

Thème :

esthétique

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1Sommes-nous vraiment entrés dans l'« empire de l'éphémère », comme l'affirme Gilles Lipovetsky dans un ouvrage où il érige le phénomène de la mode vestimentaire au rang de symptôme d'une ère culturelle fondée sur la valorisation de l'« autonomie individuelle », l'aspiration « à se dégager des liens contraignants et impératifs qui attachent [l'individu] au passé » (1987 : 216) ? Les rapports que nos contemporaines entretiennent avec les bijoux1 conduisent à nuancer cette conception quelque peu monolithique de la modernité. Personne, certes, ne peut ignorer la place qu'occupent aujourd'hui, dans les rues commerciales de nos villes, les boutiques spécialisées dans les bijoux fantaisie. Achetés pour être assortis à une tenue vestimentaire ou sur un « coup de cœur », ces bijoux sont portés occasionnellement et, en règle générale, on ne les conserve qu'un temps : « Les pacotilles que j'achète pour être assorties à une robe ou un manteau, ça, je m'en fiche ; si je les perds, je n'en fais pas un drame. » Cela signifie qu'on ne saurait perdre les autres – les vrais bijoux – sans en être affecté, voire sans en ressentir une véritable « douleur ». Aussi certaines femmes ne les mettent-elles jamais, ou seulement dans des circonstances exceptionnelles – les fêtes de famille, au premier chef. D'ordinaire, elles les gardent dans un coffret, voire dans un coffre bancaire. D'autres, au contraire, les portent tout le temps : « De vrais bijoux, je n'en ai que deux. La bague de mon père, un jonc anglais avec un diamant qu'il ne quittait jamais, et une chaîne avec un saphir que mon mari m'a offerte à une époque où il allait très mal. Alors, ça, ce sont des vrais, mais qui ne sont pas clinquants, qu'on oublie tout le temps. Mais que je n'enlèverai jamais. Que je n'enlève pas, ceux-là. » Ces deux stratégies manifestent pareillement – même si elles s'opposent entre elles – l'écart entre les « pacotilles » que l'on met au gré de son humeur et que l'on peut perdre ou casser sans grande émotion et les « vrais bijoux ». Portés ou non, ceux-ci sont destinés à durer autant que la personne et même, on y reviendra, à lui survivre.

2Cela tient, bien entendu, à leur valeur marchande. Les vrais bijoux représentent un capital qu'on ne peut traiter avec désinvolture. La plupart de nos interlocutrices, cependant, ont surtout évoqué, pour justifier leur attachement à certaines de ces parures, leur « valeur sentimentale » et on le comprend mieux au vu de leurs modalités d'acquisition. Une femme achète elle-même ses bijoux fantaisie en fonction des « envies » qui gouvernent aussi la durée de leur usage, mais elle reçoit ses bijoux de valeur de parents ou d'amis qui entendent manifester par ce don l'importance accordée à une date ou la force de la relation qui les unit à la donataire. Or, on ne peut pérenniser un événement ou une relation en offrant un objet sans valeur : « Mon père me donnait toujours des faux bijoux. Pour le baccalauréat, par exemple. Alors je les ai jetés. Je me suis mise en colère et je lui ai dit que j'étais très fâchée. Il faut qu'un bijou, ce soit cher. Il faut que ça coûte à celui qui l'achète. Il faut qu'il fasse un effort. » Il reste encore à se demander quelles dates et quelles relations sont pérennisées par les bijoux. Renvoient-elles aux contingences de la biographie individuelle ou sont-elles liées à la façon dont notre société entend ordonner les parcours féminins ?

Bijoux et parures

3Presque toujours offerts, les bijoux de valeur le sont, notamment, lors des rituels religieux qui marquent, ou marquaient jusqu'à une date récente, l'intégration d'un individu à la société, puis ses changements de statut. Au moment de leur baptême, presque tous les nouveau-nés reçoivent de leurs parrains une gourmette et/ou une chaîne avec une médaille en or2 ; tout aussi général est l'usage d'offrir un bijou du même type – mais plus massif – au moment de la première communion ; un mariage religieux, enfin, comprend un « échange » d'alliances, presque toujours achetées, en fait, par le marié. Signes d'appartenance religieuse (au moins pour ce qui concerne la médaille, le plus souvent ornée du visage de la Vierge), ces bijoux permettent aussi d'inscrire, sur un support durable, l'identité personnelle de l'individu : sur la plaque de la gourmette ou le revers de la médaille sont gravés le prénom et la date de naissance du destinataire ; sur les alliances, les prénoms des époux et la date du mariage. Cette exigence d'identification a résisté au déclin du baptême et du mariage religieux : même lorsqu'ils n'étaient pas baptisés, la plupart des garçons et des filles que nous avons interrogés ont reçu à la naissance une gourmette ou une médaille – souvent ornée, à présent, de leur signe astrologique. Quant au mariage civil, il comporte, comme le mariage religieux, un échange d'alliances.

4Ces bijoux, cependant, ne sont pas les seuls que l'on offre à ces occasions. Ces dernières peuvent aussi être marquées (et le sont presque toujours dans le cas du mariage) par des dons de bijoux qui ont une signification sensiblement différente. Bagues, broches, bracelets, boucles d'oreilles, colliers ne sont pas directement des signes d'identité mais des parures, destinées à mettre en valeur le corps, et ils sont, à ce titre, surtout offerts aux filles et aux femmes, la féminité étant marquée entre autres choses, dans nos sociétés, par un souci de l'apparence corporelle qui n'est pas exigé des hommes à un même degré : il est admis que ceux-ci valent par leur esprit, leur richesse, leur pouvoir bien plus que par leur beauté. Une femme, en revanche, doit être belle et donc être parée de bijoux adaptés aux circonstances et à sa mise, ce qui suppose à la fois qu'elle en possède un certain nombre et qu'elle ait appris à les porter.

5Cet apprentissage commence dès l'enfance, à travers les jeux avec les bijoux en verroterie ou en matière plastique que l'on achète volontiers aux petites filles dans les magasins de jouets, et les manipulations des bijoux de la mère ou d'une proche parente. Parfois effectués en cachette, avec le sentiment d'enfreindre un interdit, les jeux avec les vrais bijoux impliquent souvent la complicité d'une grand-mère : « Quand j'étais petite, j'allais souvent chez ma tante, qui vivait avec ma grand-mère. Elle avait tous ses bijoux dans un carton à chapeaux, sous son chapeau : il y avait de longs colliers noirs, rouges, des bagues, de tout et, ma sœur et moi, nous mettions tout, y compris le chapeau. Nous faisions semblant d'être riches, nous jouions à être des dames, des princesses. Ma grand-mère nous faisait du thé et jouait avec nous » (Christine, 30 ans, employée).

6Si plusieurs de nos interlocutrices ont spontanément évoqué, avec un évident plaisir, ces jeux de déguisements, c'est bien entendu parce qu'une fillette, à la différence d'une « dame », ne possède que peu de bijoux. Cela reste vrai, même si les normes adoptées en ce domaine se sont sensiblement modifiées dans les dernières décennies et varient selon les milieux sociaux. Ainsi les boucles d'oreilles, considérées au début du siècle comme une marque d'identité sexuelle que toutes les filles devaient porter dès la naissance, étaient devenues, dans les années 50, un « signe de ruralité », réservé aux filles et aux femmes des milieux populaires3. Les fillettes de « bonne famille », dans les milieux catholiques au moins, ne portaient à cette époque que leur chaîne et leur médaille de baptême. Aujourd'hui, la plupart des fillettes d'âge scolaire ont des boucles d'oreilles et il n'est pas rare qu'elles mettent, à partir de 7 ou 8 ans, une petite bague ou un bracelet. Mais ces bijoux doivent être, comme l'étaient ceux de leurs mères au même âge, « très fins ». Il faut en effet devenir une jeune fille pour commencer à arborer des bijoux plus importants.

Le temps de la jeune fille

7« Dans mon enfance, j'ai reçu différentes sortes de bracelets. D'abord des très fins, puis des pendeloques pour mettre sur les bracelets. Entre 12 et 15 ans, j'ai reçu des colliers de perles. Entre-temps, tu reçois aussi les boucles d'oreilles en perles. Après, entre 15 et 16 ans, ma grand-mère m'a donné des bijoux en pierres précieuses et des boucles d'oreilles spéciales. [...] Tu reçois avant des boucles d'oreilles en perles, mais les colliers, c'est quelque chose de plus grand. Parce que les perles, c'est associé à des sorties, des fêtes, des choses que tu ne ferais pas étant enfant » (Catalina, 44 ans, architecte).

8Ce témoignage souligne fort bien la destination des bijoux offerts lors des anniversaires ou des fêtes qui scandent l'adolescence : permettre à la jeune fille de « se faire belle » pour les « sorties » où se déroulent les premières rencontres amoureuses. La place donnée au collier dans les « bijoux de jeune fille » est, à cet égard, significative : la gorge, que dévoilaient les premières « robes de bal », est une partie du corps évidemment dotée d'une valeur érotique. Tout aussi significative est l'apparition des perles, puis des pierres précieuses, c'est-à-dire de bijoux plus chargés et plus voyants que ceux des petites filles.

9Mais, si une jeune fille doit attirer le regard de ses galants potentiels, elle ne doit pas se départir d'une certaine « modestie » : « Avant mon mariage, que j'ai fait à 20 ans, on m'a offert des bijoux dits de jeune fille, sur des prétextes : des anniversaires, des réussites à des examens... C'étaient des bijoux qui étaient assez modestes parce que, dans ma famille, on considérait qu'une jeune fille ne doit pas porter trop de bijoux. Par exemple, j'ai eu une bague en or, avec une perle et des petits éclats de brillants ; et puis, une petite broche, avec deux perles, un petit éclat de rubis et trois petites feuilles d'acanthe, mais une toute petite broche. Tu vois, des trucs tout petits. J'ai eu aussi un collier de perles de culture qui venait de ma tante, qui l'avait elle-même hérité de sa belle-mère. C'était un collier Napoléon III, avec un pendentif, pas en or massif mais très joli, avec des perles et un rubis. Mais ce collier de perles, pour une jeune fille, c'était limite, parce que les perles étaient trop grosses » (Carole, 50 ans, enseignante, fille d'officier supérieur).

10Une jeune fille n'est plus une enfant mais elle n'est pas encore une femme. Les bijoux offerts tentaient manifestement de traduire cet « entre-deux ». Ils s'ornaient de pierres précieuses, mais « des trucs tout petits » comme s'il fallait signifier que la fillette était désormais une « jeune fille en fleurs », mais pas encore une femme « épanouie ». Aujourd'hui, l'accès au statut de jeune fille se traduit également par le droit de s'acheter soi-même des bijoux. Même lorsqu'elles possèdent de « beaux » bijoux, offerts par leurs parents, la plupart des jeunes filles portent – y compris lorsqu'elles « sortent » – des bijoux fantaisie qu'elles ont achetés à des prix modiques ou qui leur ont été offerts par une sœur, une cousine ou une amie4 : pendentifs en bois, en corne ou en métal suspendus à un cordon noir ; bracelets ou ras-de-cou en petites perles colorées ; boucles d'oreilles en argent ou en métal blanc, parfois ornées de verroteries. Nos jeunes interlocutrices ont souvent précisé, en outre, qu'elles ne voulaient « surtout pas d'or ». « L'or, ça fait scandale », a déclaré avec vigueur une collégienne âgée de 13 ans qui porte néanmoins une petite bague en or offerte par sa mère, mais aussi un anneau de cheville et un bracelet en perles multicolores qu'elle a achetés elle-même cette année.

11Ce rejet de l'or est peut-être lié à la volonté de se distinguer des « jeunes filles rangées » qui arborent encore leur chaîne et leur médaille de baptême ou de communion. Mais si collégiennes et lycéennes mettent surtout, ou même exclusivement, des « pacotilles », c'est aussi parce que ce choix leur permet de se distinguer à la fois des enfants et des femmes : les bijoux de naissance, on l'a dit, sont presque toujours en or ; les parures des femmes sont elles aussi en or massif et ornées de vraies pierres. Leur goût, parfois exclusif, pour l'argent ou le toc s'inscrit, en ce sens, dans la continuité des règles qui définissaient, à la génération précédente, la catégorie des « bijoux de jeune fille ».

12Les bijoux fantaisie s'accordent fort bien, au demeurant, aux caractéristiques reconnues à la jeunesse. On la dit joyeuse, insouciante et versatile et elle ne saurait donc s'accommoder de bijoux trop « lourds ». C'est peut-être ce qu'entendait signifier la tradition bulgare en réservant aux femmes mariées l'usage des bijoux en métal précieux : les jeunes filles ne pouvaient porter que des parures de fleurs ou des pacotilles ornées de verroteries ou de paillettes (Pountev 1975 : 57). Les normes adoptées dans notre société ne sont pas très différentes, même si la rupture ne se situe plus uniquement au moment du mariage. Une de nos interlocutrices, issue d'un milieu très modeste, a acquis son « premier beau bijou » – une marquise ornée d'un diamant, qu'elle a achetée elle-même – lorsqu'elle a touché son premier salaire. Près d'un tiers des jeunes filles interrogées ont spontanément signalé qu'elles avaient reçu un bijou pour leur dix-huitième anniversaire, et les précisions apportées montrent qu'il s'agissait toujours d'un « beau » bijou : « une bague ancienne trois ors et diamant », « des boucles d'oreilles en or ornées d'un diamant », « une bague en or gris avec un saphir entouré de roses ». Dix-huit ans, c'est l'âge de la majorité légale ; c'est aussi, bien souvent, le moment où l'on acquiert, la scolarité secondaire achevée, le droit de vivre en dehors de la demeure familiale : un autre temps de la vie, exigeant plus de « sérieux », commence.

13Si les femmes bulgares ne recevaient de vrais bijoux qu'au moment de leur mariage, c'est aussi parce que celui-ci instaure, en principe, un lien définitif entre deux individus et deux familles. Cette perspective explique que la bague de fiançailles soit traditionnellement ornée d'un diamant : la plus dure des pierres précieuses exprime à merveille le caractère définitif de l'engagement contracté. Une bague ornée d'un diamant s'inscrit et inscrit la femme qui l'accepte dans la longue durée du lien conjugal.

14Une femme mariée, il est vrai, peut aussi porter des bijoux fantaisie. Du moins quand elle a pris quelque distance avec les normes – à la fois esthétiques et morales – qui régissent le rapport aux bijoux, tant dans la bourgeoisie traditionnelle que dans certaines familles modestes où l'on stigmatise tout aussi vigoureusement le goût du « clinquant » et, partant, l'usage du toc. Cela permet de comprendre pourquoi certaines des femmes interrogées ont précisé qu'elles achetaient et portaient surtout des « pacotilles » en été : les vacances sont une période où l'on s'autorise à donner libre cours à ses désirs, à renouer avec la légèreté et la frivolité qui caractérisent le temps de la jeunesse.

15Les normes implicites qui gouvernent l'acquisition des bijoux, au moins de ceux que l'on destine à la parure, invitent ainsi à les situer parmi les signes qui manifestent socialement le passage d'un âge à un autre. Toutefois, les changements de statut d'une femme ne s'accompagnent pas, à la différence de ce qui se produit dans certaines sociétés exotiques, de la destruction des parures qu'elle portait auparavant5. Certaines femmes continuent de porter toute leur vie leur chaîne et leur médaille de baptême ou de communion6 et celles qui ne les mettent plus les conservent, souvent après les avoir confiées pendant un certain temps à leur mère. Les bijoux ont un rôle dans le « marquage » des âges mais, dans la mesure où ils sont conservés, ils sont aussi un témoignage de l'histoire de leur propriétaire et de son identité personnelle. Cela d'autant plus qu'ils ne sont pas offerts uniquement lors des moments où notre société situe les passages d'un âge et d'un statut à un autre, mais en bien d'autres occasions.

Des « lieux de mémoire »

16Offrir un bijou à une femme, c'est toujours, implicitement, valoriser sa féminité ou – cela semble tout aussi important – la confirmer dans son statut. Une jeune fille sait qu'elle n'est plus une enfant lorsqu'elle commence à recevoir de beaux bijoux, mais une femme sait qu'elle est toujours reconnue dans sa féminité quand elle continue d'en recevoir de son mari ou de son compagnon. Ces présents peuvent être effectués en des occasions quasi institutionnelles. C'est le cas des anniversaires de mariage et, en particulier, des noces d'argent, d'or et de diamant. Leur désignation, par la référence à un métal ou une pierre, souligne que l'union a su résister au temps – comme les bijoux offerts pour marquer son commencement –, mais aussi que la célébration est un rituel de renouvellement du mariage7. Offrir à une femme, comme l'a fait le mari d'une de nos interlocutrices, un bijou pour leur quinzième anniversaire de mariage « pour compenser une stérilité que nous pensions définitive » a une signification analogue. Une femme n'est vraiment telle que lorsqu'elle est mère et il n'est pas indifférent que la naissance du premier enfant, en Italie notamment, soit d'ordinaire marquée par l'offrande d'un bijou. Chacun sait par ailleurs que, dans des sociétés proches de la nôtre, les femmes peuvent être répudiées lorsqu'on les croit stériles. En offrant un bijou à sa femme alors qu'aucun enfant n'était né après quinze ans de mariage, le mari voulait peut-être « compenser » l'absence d'enfant ; sans doute voulait-il, en même temps, affirmer que la stérilité ne pouvait affecter leur union.

17Une femme peut recevoir aussi un bijou pour l'un de ses anniversaires ou même « en dehors d'une occasion particulière ». Il s'agit moins alors de la confirmer dans son statut d'épouse que de réaffirmer l'existence d'une relation de séduction. On peut situer dans ce cadre les bijoux offerts par le mari ou le compagnon au retour d'un voyage : ils permettent à la fois de renouer les liens provisoirement rompus par la séparation et d'assurer l'autre qu'il n'a pas été oublié ; ils sont, en ce sens, un nouveau gage d'amour.

18Les bijoux, comme le montrent ces quelques exemples, sont offerts lors d'événements qui donnent à chaque biographie son allure singulière. L'attachement à certains d'entre eux est lié à la signification que leur ont octroyée ces circonstances. Aussi peut-il s'étendre à tous les bijoux, y compris aux pacotilles que l'on s'est offertes soi-même : « Je ne peux pas jeter un bijou. Même ceux qui sont cassés, je les garde. Certains sont des cadeaux, d'autres ont été achetés à des endroits qui correspondent à... Ils représentent tous un souvenir, quelque chose... »

19La biographie d'une femme, et par conséquent son identité, s'inscrit dans ses bijoux et c'est pour cela que leur perte peut être ressentie de façon si dramatique. Myriam, une jeune fille qui a quitté son pays d'origine pour poursuivre ses études, a réuni tous ses bijoux dans une boîte à biscuits qu'elle transporte avec elle, dès qu'elle doit se déplacer pour quelques jours, tant elle a peur de la perdre. « Tout mon patrimoine est là », dit-elle. Tout, sauf les bijoux de sa première enfance, dérobés il y a quelques années par des cambrioleurs : « Pour mon baptême, j'avais eu une médaille, avec la scène de la Nativité d'un côté et, de l'autre, mon nom et ma date de naissance. Pour ma communion, une très belle broche, une bague en or avec une perle énorme, une montre blanche, très belle, de mon père. Mes grands-parents, eux, m'avaient offert une montre et une chaîne en or. Mais des voleurs ont tout pris et, moi, j'ai eu une coupure terrible dans le passé. »

20Perdre ses bijoux, c'est perdre son histoire. Aussi la volonté de rompre avec une période de sa vie peut-elle se traduire par la « perte » des bijoux acquis à ce moment-là. Plusieurs jeunes filles nous ont dit avoir cessé de porter leur médaille de baptême « trop catho » aux alentours de leur quinzième année et certaines ont prétendu l'avoir « perdue ». Après son divorce, qu'elle n'avait nullement souhaité, une des personnes interrogées a vendu tous les bijoux que son mari lui avait offerts. D'autres les ont conservés, mais sans plus jamais les mettre, et l'une d'elles a précisé, à propos de son alliance : « Je ne sais plus ce que j'en ai fait. » Michèle, enfin, la porte toujours, mais « à l'annulaire de la main droite » et après l'avoir fait transformer en bague : « Je n'y avais jamais pensé avant, mais c'est vrai que je ne l'ai pas jetée. Je l'ai transformée, comme j'ai transformé mon mari en ami. »

21Si différents soient-ils, ces comportements manifestent également la place qu'occupe, dans la signification attachée aux bijoux, le fait qu'ils soient ou non portés : une rupture n'est consommée que le jour où l'on enlève la bague qui symbolisait l'union. Le meilleur moyen, à l'inverse, d'annuler les effets d'une séparation, momentanée ou définitive, est de laisser à l'autre un de ses bijoux. Les amoureux échangent volontiers leur chaîne lorsqu'ils doivent se quitter pour quelque temps. Mais c'est surtout lorsqu'on se sait menacé par la mort que l'on songe à donner ses bijoux à ceux que l'on aime. Les bénéficiaires de ces dons sont rarement insensibles à ce geste : un cinquième des personnes interrogées ont cité les « bijoux de famille » parmi ceux auxquels elles étaient le plus attachées. On comprend mieux cet attachement en précisant le sens qu'elles donnent à cette expression.

Les bijoux de famille

22Plus de la moitié des femmes concernées par notre enquête possèdent au moins un bijou hérité ou, plus fréquemment, transmis, de son vivant, par un parent ou un allié d'une génération antérieure à la leur, qui l'avait parfois reçu lui-même d'un ascendant plus lointain. Certaines possèdent, plus précisément, un bijou qui s'est transmis de génération en génération (depuis leur trisaïeule maternelle, pour deux d'entre elles) : « Ce n'était pas pour moi, mais on me l'a transmis. Cela s'est fait de mère en fille. » La formule « ce n'était pas pour moi » définit très exactement le statut de ces « bijoux de famille » : destinés à être transmis de génération en génération selon la logique de la filiation, ils appartiennent, non aux individus qui les reçoivent tour à tour, mais à la famille en tant que telle ou plutôt à la lignée paternelle ou maternelle. Dans la région d'Alicante, il y a une cinquantaine d'années, l'aîné des garçons d'une famille recevait, à la mort de son père, sa montre de gousset qu'il devait, à son tour, transmettre à l'aîné de ses fils. Cette coutume, peut-être inspirée des usages nobiliaires, permettait à la fois de signifier à l'aîné son statut privilégié dans la fratrie – il était l'héritier des biens fonciers de son père – et la continuité de sa lignée.

23Des usages analogues existent du côté des femmes. Peu d'entre elles, cependant, disent avoir des « bijoux de famille », au sens qui vient d'être défini. Cela tient, d'une part, à ce que les bijoux sont, malgré la durabilité de leurs matériaux, des objets soumis à bien des aléas. Dotés d'une valeur marchande élevée sous un faible volume, ils figurent parmi les cibles privilégiées des cambrioleurs. Il n'est pas rare non plus que l'on soit contraint de les vendre en cas de graves difficultés financières, ou encore qu'une lignée s'éteigne faute de descendants. De plus, le type de propriété et de transmission qu'ils impliquent n'est guère compatible avec les règles actuelles du droit. L'institution des « bijoux de famille » suppose en effet que la lignée en tant que telle soit considérée comme leur propriétaire et qu'un seul membre des fratries ait, à chaque génération, le droit et le devoir d'assurer la perpétuation de ce patrimoine, en contradiction avec le principe de l'égalité des héritiers.

24Surtout, l'existence de « bijoux de famille » suppose que l'on valorise la famille au détriment de l'individu, ce qui est loin d'être unanimement accepté aujourd'hui. Les propos de Mme David, proviseur d'un lycée qu'elle dirige avec une évidente volonté de « modernisme », sont tout à fait représentatifs à cet égard : « Dans ma famille, on n'était pas bijoux : belle chaîne et tout ça. On n'aimait pas les choses comme ça, très dignes, très bourgeoises. J'ai des bijoux de famille, pourtant, dans un coffret où je garde mes bijoux de valeur. Ma bague de fiançailles, celle de ma mère et de ma belle-mère, un bracelet en or de ma belle-mère – un bracelet très kitsch des années 40 –, ses chaînes. Eh bien, j'attends que mes fils se marient – ils sortent avec des jeunes filles – pour leur faire faire des bagues à leur idée et, pour faire ça, je ne vais pas payer l'or, je vais donner quelque chose. Je trouverais idiot de leur donner ma bague parce que c'est ma bague, alors que ces filles n'auront pas plaisir à la porter. »

25L'ensemble de ces facteurs explique la rareté des « bijoux de famille », entendons des parures transmises avec l'obligation expresse de les transmettre à leur tour8. Cela n'affecte pas l'idée, largement partagée, que les bijoux d'une femme sont destinés à lui survivre et qu'ils doivent revenir en priorité à des femmes ayant avec elle un lien consanguin : ses petites-filles, dans la majorité des cas, puis ses filles ou, enfin, ses nièces. Mais cela implique que leur parcours n'a pas toujours la belle simplicité que l'on attendrait. Aussi nos interlocutrices ont-elles dû, pour spécifier l'identité de ces parures et expliquer pourquoi et comment elles avaient fini par leur échoir (ou, à l'inverse, pourquoi elles avaient été données à d'autres), nous révéler tout un pan de l'histoire de leur famille et des « histoires » qui avaient déterminé le destin singulier de ces bijoux. Nous avons appris, par exemple, que si Marie-Jeanne avait reçu de son père l'alliance de sa mère, morte alors qu'elle était encore très jeune, c'est parce qu'elle était son unique enfant : son père, après son remariage, ne se sentait sans doute plus le droit de conserver l'anneau de sa première épouse. Appris également pourquoi Rolande n'avait aucun bijou de sa branche maternelle : « Ma grand-mère a presque tout donné à son fils, le dernier de ses enfants et l'unique garçon qu'elle ait eu. Elle avait une préférence pour lui et elle lui a donné ses plus beaux bijoux. Ma mère a eu une montre, ma tante, des boucles d'oreilles avec des perles, mais tout le reste est revenu à la femme de mon oncle et donc à mes cousines. D'habitude, ce sont les femmes qui héritent des bijoux mais là, ça s'est passé comme ça. »

26Pour nous expliquer, enfin, pourquoi elle avait reçu, à la mort de la grand-mère maternelle de son mari, sa bague jarretière9, Carole a dû restituer pour nous le système de relations complexes que cristallisait le parcours de ladite bague : « Cette jarretière, elle a une histoire... C'était la bague de fiançailles de la grand-mère de Michel, mon mari – ses grands-parents étaient de gros propriétaires du Lot –, et donc, à sa mort, j'ai eu ça. Quand ma belle-mère me l'a donnée... Enfin, c'est pas elle qui me l'a donnée. Parce que, dans l'esprit de ma belle-mère, cette bague, elle était pour Michel. La grand-mère vivait avec eux depuis très très longtemps et Michel était très attaché à elle et, en plus, Michel a un frère qui a dix ans de moins que lui, Eric, à qui leur tante paternelle avait légué sa propre jarretière. Alors, dans l'esprit de ma belle-mère, la bague de la grand-mère, elle était pour Michel, d'autant que c'étaient deux bagues qui se ressemblaient et qui étaient de la même génération. Il faut dire que le père de Michel a presque vingt ans de plus que sa mère. Et donc, à la mort de la grand-mère, ma belle-mère lui a donné cette bague et il me l'a donnée. »

27Lieu de mémoire personnelle, un coffret à bijoux est également, dans la mesure où il contient des parures héritées ou transmises, un des lieux où s'inscrit l'histoire familiale. Du moins tant qu'il existe quelqu'un, dans la famille, capable de la lire. Telle cette grand-mère qu'évoque Pierre Michon dans les premières lignes de l'une des Vies minuscules où il a reconstruit des fragments de son parcours biographique : « A Mourioux, dans mes premiers âges, il arrivait, lorsque j'étais malade ou seulement inquiet, que ma grand-mère pour me divertir allât chercher les Trésors. J'appelais ainsi deux boîtes de fer-blanc naïvement peintes et cabossées qui avaient jadis contenu des biscuits, mais qui recelaient alors de tout autres nourritures : ce qu'en tirait ma grand-mère, c'étaient des objets dits précieux et leur histoire, de ces bijoux transmis qui sont mémoires aux petites gens. Des généalogies compliquées pendaient avec des breloques aux chaînettes de cuivre ; des montres étaient arrêtées sur l'heure d'un ancêtre ; parmi des anecdotes courant sur les grains d'un chapelet, des pièces portaient, avec le profil d'un roi, le récit d'un don et le nom manant du donateur. »

28Les bijoux transmis, comme l'écrit très justement Pierre Michon, sont des « mémoires » et pas seulement des souvenirs. Ils peuvent fort bien avoir appartenu à des ascendants que l'on n'a pas connus soi-même et être, au demeurant, valorisés à ce titre. Myriam a reçu de sa grand-mère, pour ses 18 ans, une montre en or de son arrière-grand-mère paternelle qu'elle n'a jamais osé porter, de peur de la perdre. « Pour moi, dit-elle, c'est un objet mythique. » Et le temps du mythe, en effet, n'est pas le temps des ascendants connus mais celui des ancêtres, dont on n'a aucun souvenir personnel mais qui sont élevés – du simple fait qu'ils ont initié la circulation du bijou – au rang de premiers de la lignée.

29L'attachement aux bijoux transmis par des personnes décédées tient, en même temps, à ce qu'ils cristallisent la relation personnelle qui les unissait au donateur. Pour signaler cette fonction, on les désigne habituellement comme des « souvenirs ». La manière dont nos interlocutrices ont décrit leurs comportements et leurs sentiments à leur égard suggère, cependant, qu'ils sont aussi bien autre chose.

Les morts et les vivants

30Nadine, à qui sa grand-mère, encore vivante, a donné deux de ses bagues, nous a avoué qu'elle avait eu bien du mal à les mettre : « Quand elle me les a données, elle m'a dit : "Je préfère te les donner, pour que tu les portes." Mais, pendant longtemps, je n'ai pu voir mes mains sans avoir la sensation que ma grand-mère était déjà morte. Maintenant, c'est fini, mais, au début, c'était presque un malaise. » Mettre les bijoux d'un autre c'est, en quelque sorte, prendre sa place et cela explique à la fois le « malaise » de Nadine et le refus obstiné de Marie de mettre les bijoux de sa mère décédée : « Je voulais qu'on les enterre avec elle mais mon père a absolument voulu que je les prenne. Alors, je les ai mis dans un coffre, à la banque, et je n'y ai jamais touché. » Marie-Jeanne, en revanche, porte en permanence depuis des années non seulement l'alliance de sa mère mais aussi celle de sa grand-mère maternelle ; elle conserve, en outre, celle de sa trisaïeule. Ces femmes étaient toutes trois des paysannes et leur héritière entend visiblement affirmer, en portant ou en conservant leur anneau, sa fidélité à un monde qu'elle n'a jamais quitté, alors qu'elle aurait pu le faire : institutrice, elle a toujours exercé dans des villages proches de son lieu de naissance. Mais un autre lien, plus essentiel peut-être, l'unit à ses ascendantes : toutes trois sont mortes prématurément et Marie-Jeanne a elle-même failli succomber, dans sa jeunesse, aux suites d'une opération chirurgicale qui lui a laissé des séquelles durables. Quand elle m'a raconté l'histoire de ses alliances, elle a évoqué le « destin » qui pesait sur sa lignée : si elle a choisi de les porter, c'est bien parce qu'elle est convaincue d'avoir hérité de la part tragique de l'identité des femmes qui l'ont précédée.

31Les conditions dans lesquelles s'effectue parfois la transmission des bijoux montrent, plus clairement encore, qu'elle ne vise pas seulement à laisser un « souvenir », mais aussi à transmettre une identité. Les Florentins de la Renaissance, comme l'a montré C. Klapisch-Zuber (1990 : ch. IV), « refaisaient », selon leurs propres termes, les morts récents de leur famille en donnant leur prénom au premier enfant qui naissait après leur décès. Cet univers intellectuel n'a pas tout à fait disparu. Carole a hérité de sa tante paternelle une paire de boucles d'oreilles que celle-ci voulait transmettre à sa fille, morte à l'âge de 15 ans : elle a reçu les boucles mais il faut préciser qu'elle porte aussi le prénom de cette cousine trop tôt disparue. Sa tante ne désirait-elle pas « refaire » sa fille à travers elle ?

32La chose est tout à fait explicite dans le cas de Sabine, fille d'un couple d'universitaires, qui doit son deuxième prénom, Louise, à une parente décédée dont elle porte depuis peu l'alliance : « Cette bague, c'est celle de la grand-mère maternelle de ma grand-mère maternelle, mémé Louise, dont je porte le nom. Elle est morte un ou deux mois avant ma naissance et, à sa mort, maman a pris sa bague et l'a mise à son doigt en se disant qu'elle me la donnerait un jour. Et elle me l'a donnée cette année parce que cela fait cent ans que ma trisaïeule s'est mariée. Elle me l'a donnée en me disant : "Mémé Louise l'a toujours portée ; depuis qu'elle est morte, je l'ai toujours portée moi aussi et, toi, il faut que tu la mettes aussi." J'ai été surprise parce que je sais que ma sœur aînée a la bague de la grand-mère paternelle de ma grand-mère maternelle. Je l'ai toujours vue avec et ça m'a fait bizarre quand j'ai eu celle-là. Mais, franchement, j'en suis très fière. Et j'ai été très émue parce que maman, elle dit que je suis la réincarnation de mémé Louise parce qu'il paraît que j'ai le même caractère qu'elle. Maman a beaucoup souffert qu'elle meure avant que je naisse. Et puis, j'ai pris sa succession, quoi. Ça s'est passé tellement vite, à un ou deux mois près. »

Grand-mères et petites-filles

33La transmission des bijoux n'est pas toujours liée (heureusement !) à des circonstances aussi dramatiques, mais elle vise, dans tous les cas, à modeler l'identité de la donataire. Dans la majorité des cas, on l'a dit, elle s'effectue de la grand-mère à la petite-fille. Or, c'est aussi l'aïeule qui, comme on l'a dit, initie la fillette au « savoir » des bijoux en lui découvrant ses trésors, voire en l'autorisant à s'en parer. N'est-ce pas cet apprentissage de la féminité qu'elle continue en lui offrant progressivement ses parures au cours de son adolescence ? C'est ainsi, du moins, que les choses se sont passées pour Myriam : « Ma grand-mère a commencé à me donner des bijoux à partir du moment où j'ai été jeune fille. Ça a commencé par des boucles d'oreilles. Quelquefois, quand j'ai un rendez-vous amoureux, elle ouvre son coffret et elle me donne un bijou. »

34Une mère peut souffrir de voir sa fille devenir une femme ; une grand-mère accepte plus volontiers de transmettre à sa petite-fille les parures qui lui ont permis, dans sa jeunesse, de se faire belle. Mais, ce faisant, elle lui impose un devoir-être et cela apparaît lorsqu'on considère la nature des bijoux transmis : une lycéenne a reçu, pour ses 16 ans, un bracelet en or, « premier cadeau » de son grand-père à son aïeule ; une autre, pour son dix-huitième anniversaire, « sa bague de fiançailles » ; une autre encore, pour son baccalauréat, « un bracelet que [sa] grand-mère avait fait faire avec l'or d'une vieille montre que [son futur mari] lui avait offerte pour leurs fiançailles ». Ces objets seront peut-être, après le décès de l'aïeule, considérés comme des souvenirs ; leur sens premier est cependant de signifier à la jeune fille qu'elle doit, à son tour, devenir une femme et entrer dans le jeu de l'alliance pour perpétuer sa lignée.

Conclusion : bijoux, temps et identité (s)

35Au terme de ce parcours à travers les multiples usages des bijoux féminins, une conclusion s'impose : une de leurs principales significations est de cristalliser les différents rapports possibles d'un sujet au temps. Temps lui-même pluriel, dont la profondeur et les rythmes correspondent aux différentes dimensions de l'identité personnelle et sociale. La coutume, comme on l'a vu, règle l'harmonisation des parures aux âges de la vie. On sait bien, également, qu'une femme ne porte pas les mêmes bijoux lorsqu'elle reste chez elle et lorsqu'elle doit sortir, sur son lieu de travail et pendant ses vacances, dans une fête de famille et une soirée mondaine où elle doit afficher les signes de son statut social (et de celui de son mari).

36Mais l'usage des bijoux, et cela les différencie des vêtements, n'est pas strictement soumis à ces conventions. A côté de ceux qu'elles mettent en fonction des temps et des lieux du jeu social, les femmes ont aussi des bijoux qu'elles n'enlèvent jamais, quelles que soient les circonstances : leur alliance (certaines affirment qu'elles ne peuvent plus la retirer), leur chaîne et leur médaille de baptême, une bague achetée ou transmise par un être cher... Ces bijoux, en quelque sorte incorporés, ne sont pas destinés à la parure. Ils ne sont pas toujours, non plus, des signes d'identité ou de statut destinés aux autres : chacun sait ce que signifie une alliance mais il est bien difficile de deviner que la montre en or suspendue au cou de telle femme lui vient de sa grand-mère et qu'elle ne l'a jamais quittée.

37Cette « privatisation » d'un langage des bijoux qui reste pourtant public au niveau de ses signifiants n'est pas faite pour surprendre dans une société comme la nôtre, marquée par l'individualisme et une dérégulation avancée des codes sociologiques traditionnels. Mais il est bien clair, également, que le contenu des messages comme les moyens de les exprimer échappent dans une large mesure à l'arbitraire des volontés individuelles. Qu'elle le veuille ou non, une femme portant des bijoux souligne sa féminité. Elle se situe aussi dans un système social des bijoux d'autant plus contraignant qu'il s'est, précisément, cristallisé dans des objets qui, en tant que tels, définissent un champ de possibles et posent en quelque sorte leurs exigences : matière, valeur marchande, « espérance de vie », elles-mêmes fortement corrélées, prédéterminent en grande partie les emplois, les modes d'acquisition et, en définitive, les effets de sens potentiel. Ainsi, en portant des fantaisies qu'elles ont elles-mêmes choisies et achetées, les femmes peuvent affirmer leur personnalité et leur liberté. Mais, en portant en permanence des bijoux offerts, elles manifestent aussi l'importance du réseau de leurs relations familiales dans la manière dont elles s'identifient. La place qu'elles donnent à ces bijoux interdit de penser qu'elles se livrent tout entières à l'« empire de l'éphémère ».

Haut de page

Bibliographie

Albert-Llorca M. et P. Ciambelli, 1995. Parures des femmes, parures des Vierges, rapport de recherche, mission du Patrimoine ethnologique.

Ciambelli P., 1996. « La boucle et la marque », Terrain, n° 27, pp. 115-130.

Klapisch-Zuber C., 1990. La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, Ed. de l'EHESS.

Lipovetsky G., 1987. L'empire de l'éphémère. La mode et son destin dans les sociétés modernes, Paris, Gallimard.

Mead M., 1963 (1928). Mœurs et sexualité en Océanie, Paris, Plon.

Michon P., 1984. Vies minuscules, Paris, Gallimard.

Pountev P., 1975. « Bulgarie ». Aspects de la vie populaire en Europe. Amour et mariage, catalogue d'exposition, Liège, musée de la Vie wallonne.

Van Gennep A., 1980 (1946). Manuel de folklore français contemporain, t. I, vol. 2 : Mariage, funérailles, Paris, Picard.

Haut de page

Notes

1Cette étude s'appuie sur les enquêtes que j'ai réalisées avec Patrizia Ciambelli auprès de jeunes filles et de femmes résidant dans la région toulousaine, dans le cadre d'une recherche conduite entre 1993 et 1995 en réponse à l'appel d'offres de la mission du Patrimoine ethnologique : « Les jeux du paraître. Parure et esthétique du corps » (cf. M. Albert-Llorca et P. Ciambelli 1995). P. Ciambelli et moi-même avons effectué une vingtaine d'entretiens et diffusé un questionnaire visant à cerner les modalités de l'acquisition des bijoux et leurs usages. Il a été rempli par 320 personnes, en majorité des jeunes filles (150 environ, dont la plupart poursuivaient alors leur scolarité secondaire dans un lycée toulousain) et une centaine de femmes appartenant à des milieux assez différents (ouvrières, commerçantes, enseignantes, etc.). Je remercie Patrizia Ciambelli de m'avoir permis d'utiliser, dans cet article, certains des entretiens qu'elle a réalisés.
285 % des personnes nées dans les vingt dernières années ont reçu au moins un de ces deux bijoux. La proportion est nettement plus faible parmi les femmes âgées de 50 ans ou plus et cela tient sans doute à des raisons économiques.
3Je renvoie, sur la question des boucles d'oreilles, à l'article de P. Ciambelli 1996.
4Les réponses au questionnaire montrent que les jeunes filles se prêtent aussi volontiers leurs bijoux, pour des sorties notamment. Cet usage confirme qu'ils ne sont pas considérés comme des signes d'identité personnelle, qu'on ne saurait prêter, mais comme des parures.
5Chez les Arapesh, au moins, où elles peuvent aussi, cependant, être données à d'autres filles si elles sont neuves (Mead 1963 : 116). Le passage à la jeunesse ne s'accompagne pas non plus, dans nos sociétés, d'un changement de nom. Il faut peut-être y voir un indice de la valorisation de l'identité personnelle, entendue comme continuité dans le temps.
6La gourmette de naissance ou de baptême, en revanche, est presque toujours abandonnée très tôt, peut-être parce qu'elle devient vite inutilisable, étant prévue pour un poignet de bébé.
7Comme l'avait souligné A. Van Gennep (1980 : 613).
8Le cas inverse est aussi souvent attesté. Une femme peut transmettre ses bijoux en précisant à sa fille ou sa petite-fille qu'elle peut en disposer à son gré. Les bijoux, en effet, sont également valorisés à titre de capital. Il est significatif que le coffret où l'on conserve les bijoux de famille contienne aussi, dans certaines maisons, des pièces d'or et d'argent destinées à être utilisées en cas de crise financière grave.
9Les joailliers appellent « bague jarretière » ou « forme jarretière » un anneau plat orné de trois pierres précieuses alignées. L'expression dérive, par analogie, de la jarretière de la mariée, qui était ornée d'un ruban ou d'une broderie.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert-Llorca M., 1997, « L’instant et l’éternité. Les bijoux dans la vie des femmes », Terrain, n° 29, pp. 69-82.

Référence électronique

Marlène Albert-Llorca, « L'instant et l'éternité », Terrain [En ligne], 29 | septembre 1997, mis en ligne le 21 mai 2007, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3230 ; DOI : 10.4000/terrain.3230

Haut de page

Auteur

Marlène Albert-Llorca

Centre d'anthropologie. Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals