Navigation – Plan du site
Repères

Dire, chanter et faire

La construction de la « patrie » par l'hymne national hongrois et l'Exhortation
Anne-Marie Losonczy
p. 97-112

Résumés

L'approche ethnologique de ces deux poèmes-chants, piliers de la représentations hongroise de la "patrie", met en question l'association traditionnelle du patriotisme au nationalisme. Le lien d'appartenance patriotique y apparaît comme constituant une réalité symbolique relativement autonome, irréductible au religieux et au politique par le caractère hybride, protéiforme et fragmenté de sa symbolique, par son ancrage dans un référent spatial qui enjambe les frontières étatiques et les modèles de légitimation historiques et par son enracinement dans un stock commun centre-européen interethnique de symboles et de modes de ritualisation de la "patrie" comme espace virtuel et catégorie de lien.

Haut de page

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Hongrie
Haut de page

Texte intégral

1Depuis un siècle et demi, les Hongrois reconnaissent ces deux poèmes comme emblèmes majeurs de la « magyarité » : l'Hymne de Ferenc Kölcsey, écrit en 1823, et l'Exhortation de Mihály Vörösmarty, composée en 1836. En effet, si la première strophe chantée du poème de Kölcsey occupa rapidement le statut d'hymne national de la Hongrie, le chant de celle de l'Exhortation lui succède lors de presque toutes les fêtes magyares et commande également la position debout et recueillie. Aussi constituent-ils tous deux des sortes de « mini-rituels », seuls ou enchâssés dans une célébration plus large. Leur exécution – au début ou à la fin d'un événement – fonctionne comme une espèce de métaproposition : « Ceci est un rituel », et délimite dans l'espace-temps collectif quotidien fragmenté des unités significatives.

2Ces deux poèmes-chants emblématiques sont appris très tôt à la maison, autant qu'à l'école, commentés et analysés dans les programmes scolaires et par des essais savants ; les connaître par cœur constitue dès l'enfance l'armature du bagage culturel et émotionnel de chaque Hongrois, qu'il vive à l'intérieur ou à l'extérieur des frontières de l'Etat. Ils apparaissent donc comme des véhicules privilégiés de la reproduction et de la transmission des composantes cognitives et émotionnelles de l'appartenance collective. Depuis leur création, la radio, puis la télévision hongroises ouvrent et terminent leur programme du jour par l'Hymne, et chaque 31 décembre à minuit, le spectacle s'arrête dans les théâtres et les cabarets, les verres, les conversations et la danse s'immobilisent dans les demeures privées ; les Hongrois, debout et en silence, saluent partout le nouvel an en écoutant l'Hymne et l'Exhortation, transmis par la radio. Le jour où Kölcsey l'a écrit (le 22 janvier) est devenu récemment Jour de la culture hongroise.

Chanter l'Hymne et l'Exhortation : de l'ubiquité rituelle à l'espace immatériel de la patrie

3L'exécution rituelle non officielle de l'Hymne et de l'Exhortation investit des contextes multiples. Cette dernière est souvent chantée au moment de l'ensevelissement de défunts lors d'enterrements privés, autant par des Hongrois de souche que par les magyarophones slovaques, transylvaniens ou de Vojvodine, habitants des camps de réfugiés qui enterrent leurs morts dans le cimetière du bourg limitrophe. Ces réfugiés les entonnent également le soir de Noël et du nouvel an. L'Hymne fut spontanément chanté par la foule participant aux réenterrements rituels nationaux qui ont jalonné jusqu'à 1994 la période postérieure à la chute du communisme. En Transylvanie, les protestants l'entonnent souvent à la fin des offices et les centaines de milliers de nouveaux pèlerins magyarophones agnostiques, catholiques, luthériens ou calvinistes le chantent au pèlerinage marial de Csiksomlyo, en passe de devenir le support d'un rassemblement annuel patriotique transfrontalier (Losonczy 1997 sous presse). Réunions d'immigrés à l'étranger, manifestations du mouvement samizdat pendant l'époque communiste, autant que réunions internes particulièrement conflictuelles et décisives de partis politiques actuels de toutes les tendances (y compris libérale ou de gauche) se terminent souvent par le chant de l'Hymne ou de l'Exhortation.

4Que ce soit pour marquer un nouveau lieu patriotique, l'accord après un conflit politique, la mise en terre d'un individu anonyme ou célèbre ou le tournant d'une année, ces chants sont convoqués. Interrogés sur la signification de cet acte, les participants, Hongrois de souche, immigrés ou magyarophones des pays limitrophes, gens du commun de tous les bords, invoquent1 tantôt l'être ensemble dans le sens horizontal (« Quand on les chante on est tous ensemble, aucune frontière ne compte »), tantôt celui, vertical, qui télescope temps individuels et temps collectifs (« Les entendre ou les chanter, c'est comme remonter le tunnel du temps », « C'est se souvenir et espérer comme Hongrois avec d'autres Hongrois »), tantôt l'ubiquité et l'intériorité de la « patrie », son statut suprapolitique (« l'Hymne, c'est la patrie où qu'on soit, c'est la patrie que l'on porte en soi », « L'Hymne et l'Exhortation, ce n'est pas à un parti ou à un régime, c'est à tous ceux qui se sentent comme Hongrois »), ou bien son caractère englobant les aléas de la vie ordinaire (« En les chantant, on se rappelle que derrière le chaos, la grisaille et les divergences il y a la patrie et nous sommes tous dedans »), ou encore son statut flottant entre fait et valeur (« L'Hymne et l'Exhortation disent la patrie qui existe depuis si longtemps, mais en les chantant on la fait exister encore et on se rappelle ce qu'on a à faire pour qu'elle continue à vivre »).

5Aussi ces deux poèmes-chants, appropriés en tant que mini-rituels, portent des significations protéiformes, cristallisées autour de la catégorie de « patrie » ; leur exécution ritualisée marque la trame du quotidien, notamment ses tournants heureux ou malheureux et nivelle les conflits déstabilisateurs entre groupes.

6Voici ce qu'en écrit un observateur extérieur érudit de la réalité hongroise, grand spécialiste français de la langue et de la littérature magyares, évoquant une expérience personnelle des années 20 (Sauvageot 1974 : 139-140) : « C'est un 15 mars, anniversaire du début de la révolution hongroise de 1848, que j'ai entendu pour la première fois l'Hymne. Les élèves et professeurs de l'École normale supérieure de la Hongrie s'étaient réunis dans la salle des actes pour célébrer à leur façon cette date inoubliable. D'une seule voix, ils firent retentir ces strophes concises, imprégnées de tout le désespoir, toute la douleur, tout le refus d'un peuple qui ne veut pas succomber sous les coups de l'adversité... Je ne dirai pas l'émotion qui me prit... Rien n'est plus bouleversant que faire, ne fût-ce qu'un court instant, partie d'une autre nation, d'avoir comme une intuition de ce qu'elle est au fond d'elle-même et de sentir qu'on y est admis à part entière, même quand on sait que l'on reprendra sa place ailleurs. Encore aujourd'hui, je ne puis me souvenir de cette matinée-là sans éprouver de la reconnaissance pour ceux qui m'avaient associé à ce qui était pour eux sacré. J'avais l'impression d'avoir été, même fugitivement, initié à un rite national, différent des cérémonies auxquelles j'avais pris part en France. »

7Fait curieux cependant : aucune des législations des divers régimes qui se sont succédé en Hongrie depuis 1848 jusqu'à aujourd'hui n'a jamais reconnu officiellement le poème de Kölcsey comme étant l'hymne national de l'État hongrois. Notre analyse tentera d'éclairer le contraste singulier entre ce silence persistant de la loi écrite et le consensus magyar unanime qui semble entourer le statut symbolique central de l'Hymne. Ce statut n'a même pas été entamé par le régime socialiste. L'on sait, en effet, qu'à la fin des années 40 la direction communiste du pays a sollicité le concours du poète Gyula Illyés et celui du compositeur Zoltán Kodály pour qu'ils « corrigent » la musique et le texte de l'Hymne en raison de leur caractère « religieux », ou à défaut qu'ils en créent un autre. Curieusement, le refus ferme des deux hommes ne leur valut, pendant cette période de terreur, aucune sanction et l'affaire fut abandonnée (Ruffy 1988 : 120). Dès lors, la Hongrie fut le seul pays communiste dont l'hymne commençait par le mot « Dieu ».

Patriotisme et nationalisme : une perspective ethnologique

8L'approche ethnologique de ces deux textes piliers de la représentation hongroise de la « magyarité » fait partie d'un projet d'étude systématique des métaphores et des rituels patriotiques hongrois2. Cette étude est fondée sur la mise en question de l'assimilation du patriotisme au nationalisme, explicitement ou implicitement présente dans nombre d'analyses autour de ce dernier. Elle questionne le postulat théorique implicite de la coextensivité des notions de « patrie » et de « nation ». Elle soutient que la « patrie » hongroise (haza) est une catégorie collective irréductible aux entités distinguées habituellement en sociologie politique (nation, État, État-nation, pays...), pour autant qu'elle est une référence ancienne et majeure de la mentalité commune. Dans cette optique, le patriotisme constitue à notre sens un mode collectif d'attachement et de solidarité teinté d'émotion, rapporté à une « communauté représentée » et ancré dans un référent spatial ; il est culturellement métaphorisé dans la langue et le discours communs, dans le langage narratif, musical et poétique, dans l'iconographie et dans l'exploitation emblématique et parfois rituelle de certains éléments topographiques (sites, paysage), culturels (nourritures, coutumes, etc.) et d'événements à statut historique ou traditionnel en tant que signes de différentiation et de reconnaissance mutuelle3. Certaines de ses formes peuvent être historiquement antérieures à l'émergence de constructions idéologiques nationalistes, d'autres peuvent en être concomitantes. L'approche ethnologique de ces textes rituels majeurs de la mémoire collective patriotique hongroise devrait permettre de mieux cerner la constitution de représentations complémentaires ou rivales de la patrie dont la coexistence, la mouvance et l'entretissage constants semblent précisément spécifier le mode d'attachement et le symbolisme patriotiques en opposition avec le nationalisme.

La refondation symbolique de la patrie hongroise au xixe siècle : foyer, filialité et héroïsme

9L'Hymne de Kölcsey naît en 1823 et Vörösmarty écrit l'Exhortation en 1836. Cette première moitié du xixe siècle fut en Hongrie une période d'effervescence politique et culturelle. Après une longue occupation turque, le pays se trouve depuis plus d'un siècle sous une domination autrichienne, jalonnée de conspirations avortées et de soulèvements vaincus que suivent à chaque fois des vagues de répression, déclenchant la fuite et l'exil. La fin du xviiie siècle y constitue le début de la deuxième période de cristallisation pour la pensée patriotique hongroise : celle-ci puise dans les œuvres de poètes, théologiens et prédicateurs des xvie et xviie siècles, et sera à son tour l'une des sources d'inspiration pour la troisième période de reformulation des représentations patriotiques : les années 20 et 30 de ce siècle.

10La période entre 1820 et 1848 est appelée « l'époque des réformes » par l'historiographie hongroise : l'exigence de l'abolition du servage et de la modernisation du pays s'y allie à celle de secouer la tutelle autrichienne. Cette effervescence politique est soutenue et alimentée par un mouvement de renouveau de la langue et du langage littéraire, issu de la pensée romantique, et par la naissance du théâtre hongrois, théâtre itinérant qui sillonne les bourgs et la campagne. Le paysan et le petit artisan font leur apparition comme protagonistes, égaux des nobles, dans les œuvres littéraires et théâtrales de cette époque ; parallèlement, la connaissance et l'usage de la langue hongroise enrichie et renouvelée franchissent les seuils des salons aristocratiques où l'on ne s'exprimait jusque-là qu'en latin, en allemand ou en français.

11L'Hymne et l'Exhortation s'inscrivent donc dans un moment historique où, par des efforts délibérés d'artistes et d'intellectuels hobereaux, se constitue un idiome patriotique littéraire, théâtral, musical, vestimentaire et iconographique ; idiome qui apparaît comme le fondement, la projection et la légitimation, préalables à une refondation politique de la nation hongroise souveraine, conçue comme projet politique immédiat. Cet idiome patriotique met en forme l'émergence d'une nouvelle figure : celle du « Hongrois » générique, grâce à l'élargissement des notions de hon et de haza (patrie), notions piliers traditionnelles d'un patriotisme nobiliaire. Termes anciens et synonymes, hon et haza sont dérivés de ház (maison, maisonnée, foyer). Ici, ils donnent naissance à hazafiasság (litt. filialité du haza – foyer, patriotisme), entendu comme un complexe idéel, comportemental et émotionnel qui, au-delà des différences de statut et de naissance, doit, à lui seul, spécifier le « Hongrois ». Ces deux notions patriotiques, devenues concomitantes, opèrent un emboîtement entre une représentation d'appartenance, en termes de liens territoriaux et de résidence (métaphore de la « maisonnée ») et une autre en termes de filiation. Mais il s'agit d'une filiation suprafamiliale issue d'un choix existentiel ; elle crée un lien horizontal, non pas de consanguinité, mais de fraternité. Cette représentation permet de surmonter les clivages sociaux traditionnels entre serfs, artisans, hobereaux et aristocrates et de les souder dans une unité symbolique fondée sur la diffusion et le partage de cet idiome patriotique et sur l'adhésion au projet politique d'un haza (patrie-maison) commun et souverain. Elle élargit et démocratise – moyennant l'introduction du motif du choix – un idéal d'héroïsme patriotique nobiliaire.

12La complémentarité entre cet idiome et ce projet collectif prend une forme réflexive dans les écrits proprement politiques du comte Széchényi, « le plus grand des Hongrois », dont la pensée modérée tente d'articuler la souveraineté politico-culturelle et la modernisation économique et sociale du pays, moyennant des réformes pacifiques.

13Les premières strophes respectives de l'Hymne de Kölcsey et de l'Exhortation de Vörösmarty – deux grands poètes, hobereaux d'origine campagnarde – sont rapidement devenues des poèmes chantés dont la musique fut composée par deux musiciens prestigieux de l'époque (F. Erkel et B. Egressy). Par le biais du théâtre itinérant, leur diffusion fut également rapide, mais ce furent en définitive les deux années du soulèvement démocratique et anti-autrichien (1848-1849) et la répression ultérieure qui les instituèrent comme des chants de rassemblement d'une nation pour laquelle le modèle insurrectionnel se confirme désormais comme l'un des supports symboliques de sa légitimité4.

14Nous tenterons de montrer qu'à eux deux ces poèmes articulent et condensent les tropes métaphoriques ou métonymiques pérennes du patriotisme hongrois : ils jouent donc un rôle majeur dans la transmission intellectuelle et émotionnelle de ce dernier. Autant leur genre poétique – prière et exhortation – que leur forme musicale, qui s'inspire du langage rythmique et mélodique des cantiques et des psaumes, renvoient aux sources religieuses – catholiques et protestantes – des thèmes patriotiques hongrois, apparus au xvie siècle. Leur contenu articule dans une temporalité particulière les axes majeurs du symbolisme patriotique qui se cristallise au xixe siècle : l'anthropomorphisation sous-jacente (souvent maternelle) de la patrie et son assimilation concomitante à une maison-foyer périodiquement dévastée, corps-maison nourricier et funéraire ; l'idée de la délimitation symbolique du territoire patriotique par le sang versé des héros : la représentation de ce territoire comme seul lieu où peuvent s'articuler dans une continuité la vie et la mort du patriote, prenant la forme d'un destin pensé comme une succession de luttes et souvent d'échecs partagés ; l'exil intérieur du patriote dans son propre pays.

La patrie comme destin choisi : formes ritualisées de la parole poétique

15Les deux poèmes s'adressent à un destinataire qu'ils nomment et interpellent d'emblée. Celui de l'Exhortation est précisément le « Hongrois » générique, figure synthétique, noyau central d'une nouvelle légitimité patriotique. Mais le premier mot du poème est « patrie » (hazádnak, « à ta patrie »). L'Hymne, lui, s'ouvre également par le nom de son destinataire : Dieu. Une prière lui est adressée en faveur du « Hongrois ».

16Remarquons à la fois la similitude et les différences de registre entre les deux formes discursives choisies. Si l'exhortation a pu faire partie de la panoplie verbale rituelle des protestants, la prière est un rite central de toutes les religions du Livre. Dans les deux cas, il s'agit donc d'une forme ritualisée de prise de parole. Mais si l'exhortation est un mode discursif soutenu par un référent implicite supérieur, au nom duquel elle est proférée, cette entité-valeur n'est pas nécessairement religieuse ; dès lors, on voit souvent apparaître l'exhortation comme un mode d'exercice ritualisé de la parole politique. Cette forme rhétorique suppose toujours la présence, au moins virtuelle, de destinataires humains. En revanche, la prière, elle, n'est pas adressée à d'autres humains « au nom de » ; elle parle à un destinataire surhumain. De là son extraordinaire ubiquité rituelle : récitée ou chantée, elle peut soit se déployer de façon partagée et publique, constituant un rite à elle seule, soit s'insérer dans des rituels collectifs à séquences diversifiées, soit encore être le véhicule du face-à-face intime d'un individu isolé avec Dieu5.

17Ainsi, au-delà d'une visée commune de ritualisation de la parole poétique autour de la refondation de la patrie, l'on assiste, entre ces deux poèmes nés à treize ans d'intervalle, au passage d'une ritualité, d'inspiration clairement religieuse, à une autre qui se trouve à la charnière du religieux et du politique.

18Cependant, il existe une étonnante similitude dans la construction formelle des deux poèmes ; les premiers vers respectifs qui les ouvrent se retrouvent présidant les dernières strophes dans une inversion syntagmatique6 qui accentue une autre partie de la phrase. Ainsi, dans l'Hymne, le vers inaugural met l'accent sur « Dieu », alors que son inversion de la fin accentue le terme « aie pitié ». L'Exhortation s'ouvre par le terme Hazádnak (« à ta patrie ») et reformule la même phrase à la fin par l'ouverture « sois fidèle ». Ces premiers vers légèrement altérés sont suivis dans les deux cas par une reformulation libre des vers suivants, et les deux poèmes se terminent sur la reprise littérale des quatre derniers vers des premières strophes.

19Entre les premières et les dernières strophes respectives, construites d'une façon parallèle, l'univers métaphorique des deux poèmes se déploie dans une forme narrative : le récit de l'histoire hongroise, encadré ici par la prière à Dieu, et là par l'exhortation aux Hongrois. Langage métaphorique et structure narrative constituent ensemble un moyen puissant pour la condensation et la transmission d'un idiome patriotique, composante majeure de la « communauté représentée » du haza. Le couplage de ces structures sémantiques à un thème musical qui rappelle celui des cantiques facilite la canalisation d'émotions individuelles éparses, par leur transfert sur cet univers métaphorique, en aidant à leur mémorisation et à leur transmission.

20Ces poèmes deviennent ainsi des récits mythiques condensés, à usage public, dont l'efficacité symbolique est décuplée par leur récitation rituelle collective chantée. Cette forme poétique dont la fin fait retour sur son début semble peu représentée dans la poésie hongroise savante de l'époque. En revanche, elle est davantage présente dans les ballades populaires et dans la poésie épique chantée du xvie au xviiie siècle (Sauvageot 1974 : 141), dont l'époque romantique, celle des réformes, suscite les premières tentatives de recueil systématique et de valorisation linguistique et esthétique.

21L'intégration de cette forme dans la poésie savante, par des poèmes qui appellent et consacrent à la fois l'avènement du nouveau « Hongrois » générique – ni paysan, ni artisan, ni noble, mais tout à la fois –, instaure, comme support formel du discours patriotique, une structure poétique passerelle entre la tradition orale et l'écrit, le populaire et le savant, le religieux et le profane. Au niveau de la temporalité interne de la narration, ce procédé formel réitérant, commun aux deux poèmes, crée, plus qu'une temporalité circulaire, une sorte d'intemporalité, par laquelle la vision du passé, du présent et de l'avenir s'emboîtent et prennent sens comme figures d'un destin commun.

Territoire, ancêtres et héros : les traces mythiques des origines

22Mais qu'en est-il de la temporalité de l'évocation historique contenue dans ces poèmes ? Ils enracinent tous deux l'origine de la patrie dans la rencontre fondatrice avec un territoire d'« ancêtres », de « pères » venus d'ailleurs. Dans l'Hymne, cette rencontre apparaît comme guidée par Dieu, alors que la fertilité accueillante du nouveau territoire rappelle le mythe de la Terre promise. Pour les deux poèmes, l'enjeu de cette évocation du commencement semble être la nomination, procédé rituel par excellence. L'Hymne décline les noms des composantes emblématiques d'un paysage-patrie fécond (Carpathes, Danube, Tisza, Tokay, Coumanie), l'Exhortation évoque les « noms sacrés » des « pères » que « mille ans attachent à cette terre ». Les récits prennent ici allure de mythe étiologique, constituant symboliquement le monde nouveau de la patrie, par la nomination conjointe du territoire et des « ancêtres ».

23Parmi ces premiers « pères », le nom de Bendeguz dans l'Hymne constitue la métaphore référentielle d'une ascendance présumée des Hongrois chez les Huns. Mais celui que chacun des poèmes évoque, c'est Arpád, chef d'une des sept tribus qui ont « occupé » conjointement le territoire magyar et scellé, d'après la légende, cette occupation commune par un rite païen : la consommation rituelle de leurs sangs mélangés, le « contrat de sang ». Ensuite, ils élurent Arpád à la tête du nouveau territoire.

24Cet ancêtre nommé représente donc le temps d'origine, un temps d'avant l'introduction de l'écriture et d'avant la fondation de la royauté-État multiethnique par son descendant, saint Etienne, moyennant la conversion collective au christianisme ; une magyarité nomade, tribale, guerrière et chamanique, venue d'Orient, magyarité associée à un temps préhistorique, « immémorial ». Mais la figure d'Arpád constitue aussi la charnière à l'intersection d'un temps mythique et du début d'une temporalité historique : artisan d'une première fondation de la patrie, Arpád est encore « père » et futur ancêtre tribal, mais il est déjà héros fondateur d'une communauté formée par l'association volontaire de plusieurs tribus et point de départ de la première lignée royale hongroise.

25Le second « ancêtre » nommé dans les deux poèmes – le roi du xve siècle, Mathias Corvin – constitue une représentation emblématique inversée. Il est le roi guerrier d'un État chrétien en lutte contre l'occupant turc venu d'Orient, considéré comme « païen », de même que l'introducteur des valeurs de la Renaissance italienne et allemande dans le pays, l'artisan donc d'une magyarité étatique, chrétienne et intégrée dans l'« Occident » : figure emblématique d'un temps « historique », d'une historicité elle aussi « occidentale ». Lors de son accession au trône d'un royaume multiethnique, il quitta son patronyme lignager noble hongrois (Hunyadi) pour se désigner par le nom latin de « Corvinus » : cet acte symbolique souligne encore son extériorité par rapport à un ordre d'ancestralité tribal et son entrée dans un statut de roi-héros qui le place au-dessus de l'ordre social et nobiliaire dont il garantit l'unité.

L'espace-corps nourricier : le berceau et la tombe du patriote

26Les deux poèmes surmontent le clivage entre ces « pères », supports et métonymies de temporalités et de légitimités différentes, porteurs aussi d'une discontinuité entre mythe et histoire, Orient et Occident, moyennant des évocations métaphoriques qui réunissent ces « ancêtres » comme héros d'une prospérité, d'une consolidation et d'une expansion continues du territoire patriotique à travers les batailles et les morts héroïques. Ce territoire apparaît donc ici comme un lieu dont les limites sont marquées par les corps d'ancêtres nommés, entourés de héros anonymes, tombés tous dans les luttes victorieuses. L'offrande corporelle collective du sang versé et l'offrande spirituelle du courage à la terre-territoire sont ici rendues par cette dernière, à la fois par l'abri funéraire, offert aux héros morts, et par le large espace nourricier pour les descendants vivants. Cette circularité nourricière idéale entre la terre-foyer et ses « fils » anonymes, vivants et morts, unis autour des héros nommés, emboîte passé, présent et avenir dans un continuum sans rupture. L'Exhortation offre même une expression explicite et achevée de cet échange nourricier entre ce qui apparaît comme l'espace corporisé de la nation (la patrie) et le corps des « Hongrois » : la patrie est le « berceau » et le lieu dont ces derniers tiennent leur « vie » ; mais leur sang versé, leurs corps tombés dans le combat pour lui alimentent et reproduisent le corps-territoire de la patrie. Dès lors, le patriote est en dette de sa vie à la patrie et doit rendre à cette dernière son corps mort, à l'exclusion de tout autre lieu ou « place » dans le « vaste monde ».

27Cette logique symbolique établit donc un lien d'inhérence entre le corps du patriote (vivant et mort) et la patrie. Ces tropes métaphoriques dessinent une dimension du haza en tant que foyer-territoire à la fois immémorial et toujours potentiellement fragilisé de l'extérieur et de l'intérieur ; il est donc toujours à sauvegarder, à reproduire et à refonder dans le combat. Aussi apparaît-il comme un lieu oscillant constamment entre le réel et le virtuel, le vécu, la destruction et le projet ouvert sur un avenir toujours aléatoire.

Emiettement de la patrie, déchirement de la fratrie : la figure du crime

28L'évocation de l'expansion est suivie dans les deux textes par celle du temps de la fragmentation ultérieure. Le ravage du corps-territoire de la patrie par les invasions venues du dehors, entraînant le déchirement corporel et spirituel des patriotes dans le « sang », la « douleur » et le « doute », apparaît dans les deux poèmes concomitant à la fragmentation endogène de la fratrie des « fils » du haza, par le « crime »7 qu'évoque l'Hymne : l'antagonisme interne et la complicité avec l'occupant. Ici, le patriote n'est plus héros victorieux parmi ses pairs mais victime héroïque solitaire : son « ardeur », sa « volonté » et son sang versé n'entrent plus dans la continuité nourricière d'avant. Face au « crime » fratricide des luttes intestines, l'offrande de ces derniers apparaît insuffisante pour reproduire l'unité du territoire patriotique. Il devient donc en retour un lieu inhospitalier et étranger pour le patriote devenu « proscrit » et pour ses descendants, où ils cherchent en vain leur chez-soi. Cette figure des patriotes anonymes, isolés, dispersés, fuyards en exil dans leur propre patrie est probablement la représentation synthétique matrice à laquelle sont articulées les figures emblématiques complémentaires du « martyr au corps caché » par un ensevelissement secret et anonyme dans la terre de la patrie et du « patriote fuyant dans l'exil », mort et enterré dans un pays étranger que tant de personnes réelles incarnent en effet dans l'histoire hongroise. C'est autour de ces représentations8 que semblent se centrer les exhumations et rapatriements tardifs des restes de patriotes, aboutissant à la longue série de réenterrements patriotiques qui jalonnent l'histoire hongroise depuis plus d'un siècle. Rituels réparateurs, ils mettent en œuvre l'idée contenue dans l'Exhortation : ils rendent à la patrie, espace funéraire commun, les corps de patriotes qui la revitalisent.

29Le temps de rupture de réciprocité et de déchirement sanglant, représenté dans les deux poèmes, projette l'image d'un avenir marqué par le « charnier glorieux », par la disparition simultanée de deux entités inhérentes : celle de la patrie et celle des patriotes ; image d'un arrêt létal du temps.

30Contrairement à certaines visions ultérieures uniformément victimaires du destin magyar, surgies en réponse à l'importante diminution du territoire de l'État hongrois imposée par les accords de Trianon (1920), visions qui représenteront le territoire patriotique comme « mutilé », « amputé », « dépecé » et les patriotes hongrois comme d'éternelles victimes souffrantes de persécutions exogènes (Sinko 1989), ici l'interprétation de la souffrance de l'entité patriotique haza-fils du haza articule à l'infortune d'origine extérieure une responsabilité interne.

Dieu et le « vaste monde » : de l'universel religieux au générique humain

31A ce point de cristallisation, les deux poèmes se séparent. L'Hymne, dans une envolée saisissante, arrête le récit sur l'évocation du « tas de pierres » qu'est devenu le château fort, métaphore de la destruction du haza-foyer dont découle la condition d'orphelin de ses « fils », les patriotes survivants. Cette évocation conjointe suggère le dénuement symbolique et la solitude des deux entités inhérentes déchirées : la maison-territoire et ses « fils ». Dénuement et solitude apparaissent comme la conséquence de la colère méritée de Dieu contre ces derniers, mais constituent en même temps l'expiation « du passé et de l'avenir ». Dès lors, le désir de revitalisation de la patrie n'autorise aucun autre interlocuteur ou recours que Dieu.

32En revanche, si l'Exhortation évoque également le temps de l'émiettement, du déchirement de la patrie où l'envahisseur étranger trouve appui dans la fragmentation interne de la fraternité des « fils », dans ce poème, né quelque quinze ans plus tard, une ouverture est opérée vers le monde extérieur. La question patriotique sous-jacente, composante fondamentale du patriotisme hongrois, qui parcourt les deux poèmes (exister ou non) n'est plus posée ici à un arbitre divin dans un face-à-face douloureux et solitaire, mais à un interlocuteur humain dédoublé. D'abord au « Hongrois » lui-même, pour en appeler ensuite au « vaste monde », métaphore de la « patrie des peuples », l'Occident. S'il n'y existe pas de « place » pour le patriote hongrois, ce monde des patries déjà réalisées peut précisément devenir l'arbitre extérieur solidaire du destin hongrois. L'alternative est ouverte entre une « ère meilleure » collective qui rend justice à « tant d'intelligence, force et volonté sacrée » ou le « charnier glorieux » entouré du deuil des peuples, sanction de la « malédiction » des divisions internes.

33Loin d'une représentation tribale ou étatique de la magyarité, ces deux récits la constituent donc en termes d'une communauté symbolique : communauté de discours face à un destinataire extérieur (Dieu dans l'Hymne et le « vaste monde » dans l'Exhortation), expression d'une communauté de lutte, de deuil et d'expiation pour l'Hymne et celle d'une communauté de lutte, d'action et de fidélité pour l'Exhortation.

34Les dernières strophes reviennent à l'intemporalité formelle de la prière et de l'exhortation adressées respectivement à un interlocuteur divin et à un sujet collectif humain (le « Hongrois »). C'est dans cette intemporalité sacralisée qu'elles inscrivent l'exigence atemporelle de la dette de fidélité à une patrie à la fois ancienne et toujours à reconstruire et la demande de la grâce divine comme aide et récompense. Par ce biais, les légitimités, diverses au point de vue temporel et historique, sont transcendées et l'être hongrois, loin de toute définition ethnique ou de contrat social citoyen, prend figure d'une communauté de destin et de responsabilité acceptée.

Entre histoire et politique : matrices d'un espace virtuel

35L'oscillation des représentations identitaires hongroises entre les pôles rivaux de l'« Occident » (l'État, la royauté, la chrétienté et l'intégration aux valeurs européennes) et de l'« Orient » (lieu flou d'origine lié aux ancêtres nomades, guerriers insoumis et héroïques arrivés de l'Est) a donné lieu à la constitution de deux stocks de héros historiques, de représentations iconographiques et littéraires qui alimentent une dyade d'ensembles symboliques rivaux, aux composantes souvent transfuges d'un stock à l'autre (Hofer notamment 1991 et Sinko 1989). Constamment appropriés par des groupes politiques divers, sources de légitimation et de contestations de légitimité, ces ensembles mouvants représentent et alimentent depuis longtemps une structuration dyadique conflictuelle de la représentation de l'identité nationale.

36Le consensus unanime, durable et passionné de tous les Hongrois autour de l'Hymne et de l'Exhortation les place en dehors de cette logique dyadique. Jamais entièrement appropriés par aucun courant politique, jamais contestés, mais constamment réinterprétés, ils constituent autant une sorte de réservoir symbolique inépuisable de légitimation que la source d'une espèce de supralégitimité qui peut toujours inspirer un projet de refondation symbolique de la patrie en dehors des régimes de légitimation existants. La raison en est à mon sens leur représentation de l'historicité magyare et celle du « Hongrois ».

37D'abord, ces poèmes, au lieu d'ignorer ou de figer en une unité sans faille les temporalités et historicités diverses sur lesquelles s'est construite l'identité hongroise, les juxtaposent toutes, en les articulant sur une continuité qui surgit de leur intégration. En d'autres termes, l'immémorial « venu de l'Est » et l'historicité « occidentale » et étatique y sont réunis par le rapport harmonieux, réciproquement nourricier, entre un territoire et ses habitants. Le temps de la fragmentation et du déchirement est également représenté, mais il ne prend sens que dans le lien qui y est tissé entre destruction d'origine exogène et violence endogène porteuse de responsabilité interne. L'issue y est articulée à l'image d'une grave alternative. Disparition collective ou vie meilleure seront le sort partagé par tous ceux qui acceptent de vivre en inhérence avec cet espace-temps corporisé qu'est la patrie. La représentation sous-jacente du « Hongrois » en termes d'un destin d'inhérence acceptée enjambe tous les clivages religieux, ethniques, linguistiques et politiques qui peuvent diviser les Hongrois et n'autorise aucune exclusion sur ces critères.

38La vision d'une communauté de destin et de responsabilité en termes d'un lien d'inhérence symbolique entre patrie et patriotes construit une passerelle au-dessus des vicissitudes et changements des frontières de l'État. Historiquement, en effet, ces dernières ont tantôt inclus (Serbes, Croates, Slovaques, Tsiganes, Roumains, etc.), tantôt, comme depuis les accords de Trianon en 1920, exclu des magyarophones de l'État. La relative déterritorialisation de l'attachement patriotique, mise en forme par ces poèmes, trouve donc un puissant écho dans la mémoire familiale et individuelle de très nombreux Hongrois.

39Mais, parallèlement, ces textes reconstruisent cette patrie, espace symbolique corporisé d'une nation, si difficile à saisir dans les changements successifs de son espace et la discontinuité de sa légitimité ; ils la reconstruisent par le rappel des lieux, des héros et de la durée, balises métaphoriques d'une communauté symbolique. Ils constituent donc un modèle de tradition dans le sens ethnologique du terme : à savoir une forme particulière de connaissance et de production du passé culturel où des composantes d'une mémoire collective mythique, celle des symboles emblématiques et celle d'un savoir historique, s'entrelacent dans un ensemble signifiant. Leur savoir partagé par tous les Hongrois informe aussi une sorte de « patrie en réseau », au-delà des clivages frontaliers, politiques et quotidiens qui divisent à chaque fois le pays réel.

40Ces deux textes emblématiques du patriotisme hongrois rejoignent curieusement une conception récente du mythe qui s'appuie sur la sémantique classique grecque de ce dernier : en effet, mûthos y signifie « récit » – sens que les analyses de l'ethnologie classique prolongent et alimentent – mais aussi « parole » et « proposition » tels que les reprend Aristote. Cette nouvelle approche du mythe (Scheid et Svenbro 1994), loin de l'identifier à une forme narrative particulière, le voit comme une forme métaphorique condensée, relevant d'un savoir communautaire partagé, matrice générative de représentations et de pratiques rituelles. Dans ce sens, l'Hymne et l'Exhortation apparaissent bien comme des mythes génératifs, matrices réservoirs de la métaphorisation d'une communauté représentée, pièces maîtresses d'un savoir partagé de tous les Hongrois.

41Ainsi, la reconstruction métaphorique complémentaire de l'histoire et du devenir hongrois qu'offrent ces deux poèmes réunit et réarticule tous les symboles concurrents de la représentation de la patrie en ouvrant ses temporalités historiques conflictuelles vers l'atemporalité d'un lien d'inhérence pour le meilleur et pour le pire. Ils restituent ainsi une unité virtuelle à la patrie au-delà de ses fragmentations historiques, géographiques et symboliques. Leur extraordinaire puissance cognitive et émotionnelle se déploie dans le mini-rituel que constitue leur exécution : aussi, le temps de cette dernière, cette unité virtuelle devient-elle vécue.

42Ce mini-rituel est un rite proprement patriotique dans la mesure où le lien collectif d'appartenance qu'il met en forme apparaît à l'ethnologue comme constituant une réalité symbolique relativement autonome, irréductible au religieux et au politique. Ce lien construit bien son langage en empruntant des items à ces derniers, et l'historien inscrit sa genèse et ses étapes en Europe (Kantorowitz 1984) dans les formes particulières de transformation de la sacralité religieuse en sacralité monarchique, puis étatique. De même, depuis sa constitution, le religieux et la politique se disputent son appropriation : cependant il semble les transcender en les englobant. C'est que la nature de la symbolique, sous-jacente au mode d'attachement patriotique, réside précisément en son caractère hybride et multiple ; en l'accueil et l'articulation souple et ouverte d'une multiplicité de codes (culinaire, musical, vestimentaire, historique, paysager, funéraire, héroïque, etc.), de registres d'expression (populaire, néo-populaire, savant, commun, etc.), de modèles de légitimité et de temporalité de provenance culturelle interne ou externe, dont il construit sans cesse des formes d'expression à usage collectif et individuel qui s'influencent mutuellement. La non-réduction de cette hétérogénéité et du flou ouvert aux interprétations qui en résulte semble donc être paradoxalement au cœur des productions culturelles du mode d'attachement patriotique, en tant que catégorie spatiale métaphorique d'appartenance collective. Si l'idéologie nationaliste y puise, c'est pour « nettoyer » le patriotisme commun de son hétérogénéité et figer ses composantes sélectionnées dans une unité sans faille qui relève d'une logique de l'Un.

Les « patries » communicantes : hymnes de l'Europe centrale

43En outre, un rapide coup d'œil sur le texte de quelques hymnes nationaux d'Europe centrale – qui ne peut aucunement tenir lieu d'analyse approfondie – permet de penser certaines composantes symboliques du patriotisme hongrois comme faisant partie d'un stock commun centre-européen de symboles patriotiques. Cette brève évocation de quelques parallélismes symboliques se veut juste une ouverture vers l'élargissement d'une approche ethnologique du langage patriotique. L'historien9 a pu valider, par l'examen comparatif des hymnes nationaux de l'Europe centrale, un parallélisme historique incontestable dans les aléas et dilemmes de la construction de ses nations. L'ethnologue verrait, derrière la convergence des symboliques patriotiques de ces pays, un stock commun de représentations, métaphores, emblèmes et modes de ritualisation patriotiques. Ce stock se constitue grâce à la communication interethnique multiséculaire en Europe centrale entre groupes linguistiques et ethniques divers et souvent emboîtés, communication médiatisée par des commerçants, artisans, hoberaux, clercs et poètes itinérants10. L'époque romantique11 y produit la cristallisation de variantes discursives poétiques qui deviennent des piliers d'une tradition pensée comme nationale. Mais cet idiome commun continue à alimenter un régime interethnique d'imaginaire patriotique. Dès lors, il constitue un langage symbolique vernaculaire entre pays de l'Europe centrale, langage qui a survécu à la fermeture moderne des États-nations et qui enjambe autant leurs frontières que les préjugés et conflits qui les opposent, bien que ses variantes locales soient souvent idéologiquement utilisées pour alimenter précisément ces derniers.

44Ainsi, dans la première phrase de l'hymne national tchèque, Gde domov muj (« Où est ma patrie ? »), cette dernière apparaît connotée par le terme qui signifie « maison », « foyer ». De plus, la forme interrogative condense une figure émotionnellement chargée de la patrie, en tant que lieu qui se dérobe, espace à reconstruire. La suite – tout comme l'hymne croate et slovaque – dessine symboliquement le territoire patriotique sur l'emblématisation emphatique des éléments nourriciers et délimitants (fleuves, montagnes) du paysage. Dans l'hymne national roumain – comme dans le polonais – apparaît la nomination de héros, métonymies de légitimités superposées12. La vision – certes d'inspiration herderienne – du risque de disparition conjointe de la patrie et des patriotes, horizon sous-jacent de plusieurs de ces hymnes, inspire dans l'hymne polonais une représentation fusionnelle de la patrie. « La Pologne n'est pas morte, tant que nous vivons. » Originellement chant de la légion polonaise en Italie pendant les guerres napoléoniennes, il fut chanté pendant une époque où la Pologne a en effet cessé d'exister en tant qu'entité politique indépendante. Ici, le pays apparaît littéralement comme faisant corps avec les patriotes, territoire immatériel symboliquement porté et alimenté par eux. C'est en corrélation avec cette représentation extrême de la dématérialisation du territoire patriotique que l'on peut comprendre en Europe centrale le statut symbolique qu'occupe souvent la langue en tant que territoire patriotique immatériel, garante de la survie et de la reconstruction future de ce dernier.

45De ce sommaire survol semblent se dégager la possibilité et l'intérêt de considérer les marqueurs symboliques locaux d'identité collective comme pouvant puiser dans un idiome identitaire interethnique plus large, en accentuer certaines composantes, en ajouter d'autres et les articuler dans une synthèse originale. Ces composantes, pensées partout comme propres, peuvent donc circuler et s'échanger dans un processus continu de construction du soi et de son rapport à l'autre.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B., 1983. Imagined Communities. Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, London/New York.

Bartok B., 1934. Népzenénk és a szomszéd népek népzenéje (Notre musique populaire et la musique populaire des peuples voisins), Budapest.

Gellner E., 1983. Nations and Nationalism, Ithaca and London.

Hofer T., 1991. « Construction of the "Folk Cultural Heritage" in Hungary and rival versions of national identity », Ethnologia Europea, n° 21, pp. 145-170.

Hofer T. (ed.), 1995. Magyarok Kelet és Nyugat között : a nemzettudat változo szimbolumai (Hongrois entre l'Orient et l'Occident : les symboles changeants de la conscience nationale), Budapest, Balassi Kiado.

Kantorowitz E., 1984. Mourir pour la patrie, Paris, PUF.

Kiss Gy. C., 1993. « Nemzet és haza dilemmája a himnuszok tükrében » (« Le dilemme de la nation et de la patrie dans le reflet des hymnes »), Közép Europa, nemzeti kissebségek, Budapest, Pesti Szalon Kiado.

Losonczy A.-M. et A. Zempléni, 1991. « L'anthropologie de la patrie : le patriotisme hongrois », Terrain, n° 17, pp. 29-38.

Lukacsy S., 1995. A hazudni büszke iro, Balassi Kiado, Budapest.

Michel B., 1993. Nation et nationalismes en Europe centrale, Paris, PUF.

Ruffy P., 1988. Magyar ereklyék, magyar jelképek (Reliques hongroises, symboles hongrois), Budapest, Kossuth.

Sauvageot A., 1974. « L'hymne hongrois », Nouvelle Revue hongroise, Budapest, pp. 139-147.

Scheid J. Svenbro, 1994. Le métier de Zeus. Mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain, Paris, La Découverte.

Sinko K., 1989. « Arpad Kontra Szent Istvan », Janus, VI (1), pp. 42-52, VI (3).

Voigt V., 1995. « A modern himnuszok » (« Les hymnes modernes »), 2000, Budapest, pp. 32-41.

Zempléni A. et J. Tari, 1995. Ujratemetési szertartások Magyarországon (Les rites de réenterrement en Hongrie), film en deux parties, 1 : Propriétés anthropologiques d'un rituel national, 2 : La piété de la nation et le deuil de l'individu dans les parcelles 298 et 301 (vidéo, beta, 55' et 49').

Zempléni A., 1996. « Les manques de la nation. Sur quelques propriétés de la "patrie" et de la "nation" en Hongrie contemporaine », in Fabre D. (ss la dir. de), L'Europe entre cultures et nations, Paris, ministère de la Culture/Ed. de la Maison des sciences de l'homme, pp. 122-155.

Haut de page

Notes

1Les phrases citées ci-dessous sont extraites d'entretiens enregistrés (Budapest 1993, Bicske, Nagyatad 1994 et Csiksomlyo 1996).
2Cette étude fut entamée en 1990, en collaboration avec András Zempléni et le département d'anthropologie culturelle de l'université Eötvös Lorand de Budapest. Une publication commune en témoigne (Losonczy et Zempléni 1991). La quantité et la diversité des matériaux et des pistes de recherche nous ont conduits dès 1993 à poursuivre nos travaux par des voies d'approche différentes, mais néanmoins complémentaires.
3Je remercie Patrick Menget de l'intérêt qu'il n'a jamais cessé de porter à ce travail, ainsi que le professeur Tamas Hofer et Gabor Vargyas. Cette étude doit beaucoup à leurs remarques et suggestions fécondes et stimulantes, même si la responsabilité de sa teneur m'incombe entièrement.
4Pour l'importance du « modèle insurrectionnel » dans les consciences nationales polonaise et hongroise, voir l'ouvrage de B. Michel (1993).
5La revue l'Homme a consacré récemment un numéro thématique aux études récentes de cette forme rituelle dont l'analyse fut quelque peu négligée par l'ethnologie.
6Une très grande liberté dans l'ordre syntagmatique – dont les différentes variantes accentuent diversement le contenu sémantique – caractérise également la langue commune hongroise.
7Le terme bun en hongrois signifie à la fois « péché » et « crime ». C'est ainsi qu'il apparaît déjà dans le premier texte écrit de la langue magyare : l'Oraison funèbre, texte anonyme du xie siècle d'inspiration biblique. Cette inspiration semble également présente dans l'Exhortation : la patrie comme « berceau » et comme « tombeau » évoque la conception chrétienne du rapport entre terre et corporité humaine en y associant l'image de la résurrection (voir notamment l'Ecclésiaste).
8C'est l'interprétation qu'avancent A. Zempléni et J. Tari (1995) dans un récent film documentaire, portant sur les réenterrements et funérailles patriotiques hongrois, de la fin du siècle dernier jusqu'à nos jours. On en trouve également une analyse dans Zempléni 1996.
9Csaba Gy. Kiss (1993) offre une analyse éclairante des hymnes roumain, slovaque, croate, polonais, hongrois, tchèque, serbe et slovène pour y retrouver des dilemmes historiques entre « patrie » et « nation », communs à la constitution historique des nations en Europe centrale. Notre brève réflexion s'appuie sur les textes cités dans son étude.
10Notre hypothèse trouverait son parallèle dans celle, émise par B. Bartok (1934), sur la formation d'une sorte de « chant populaire international est-européen », dû autant à l'extension des formes musicales archaïques hongroises vers les zones slaves qu'à l'entrée dans la tradition populaire magyare de mélodies itinérantes exogènes. Ce processus, d'après Bartok, aurait eu comme médiateurs des groupes sociaux semi-populaires et lettrés d'une grande mobilité traditionnelle (commerçants, artisans, clercs, etc.).
11Tous ces hymnes sont nés entre 1790 et 1838, décennies marquées par le romantisme : ils sont tous l'œuvre de poètes nationaux de valeur et de renom.
12L'hymne roumain mentionne parmi ces « ancêtres » les « Corvinus » ; le poète fait probablement allusion à János Hunyadi, noble hongrois transylvanien, héros des luttes contre l'envahisseur turc, et à son fils Mathias, devenu roi de Hongrie. Ce dernier est également mentionné dans l'Hymne et l'Exhortation hongrois : voilà donc un exemple de la circulation de héros emblématiques entre deux univers identitaires distincts ... et souvent adversaires.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Losonczy A.-M., 1997, « Dire, chanter et faire. La construction de la "patrie" par l’hymne hongrois et l’Exhortation », Terrain, n° 29, pp. 97-112.

Référence électronique

Anne-Marie Losonczy, « Dire, chanter et faire », Terrain [En ligne], 29 | septembre 1997, mis en ligne le 21 mai 2007, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3242 ; DOI : 10.4000/terrain.3242

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Losonczy

Université de Neuchâtel, Suisse, et Université Paris X, Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals