Navigation – Plan du site
Mélanges

Avant-propos

Elizabeth Fleury
p. 5-6

Texte intégral

1Cher lecteur, la mission du Patrimoine ethnologique présente aujourd'hui ces Mélanges, en souhaitant, au fil des textes rassemblés, vous inviter à mieux percevoir le chemin parcouru depuis quelques années pour construire une politique qui organise la nécessaire rencontre entre recherche et diffusion culturelle.

2Le patrimoine ethnologique naît en effet de cette rencontre : patrimoine social, éléments de mémoire active qu'il faut parfois saisir, comme le fait F. Weber en retraçant l'évolution de la coutume des arbres de Mai, dans des mises en scène propres à égarer le spectateur, il obéit à des lois que l'ethnologue a pour tâche de décrypter ; pour le connaître et le transmettre, il faut d'abord le mettre en évidence. Ce que fait A.-H. Dufour en découvrant ce capital de gestes, attitudes, savoirs du pêcheur des Salins d'Hyères sur le milieu naturel et sur une technique qui survit aux changements et amarre la société d'hier à celle d'aujourd'hui.

3Telle est bien la deuxième caractéristique du patrimoine ethnologique : plus qu'un témoin du passé à sauvegarder ce patrimoine est, entre passé et présent, un élément à saisir et à « exploiter » — comme un gisement — dans le présent. J'ai entendu un jour dans une réunion de chercheurs débattant des savoirs techniques, quelqu'un dire : « un savoir ancien est un savoir du présent ».

4En évoquant ces « pratiques anciennes du bâtiment » qui, pour renaître dans le tissu vivant de la vie économique, n'ont eu besoin que de l'intérêt des citadins-résidents secondaires, F. Calame illustre bien ce propos.

5Nous devons donc avoir à l'esprit que le rapport entre ethnologie et patrimoine nourrit une vision dynamique : loin d'être figé dans une réalité intemporelle, le patrimoine procède d'une « superposition des temporalités » pour reprendre l'expression de J.-N. Retière qui explique comment, chez les ouvriers de Lanester, le passé paysan affleure dans la vie de chaque jour.

6On va plus loin avec L. Wylie, revenu à Roussillon, village du Vaucluse, après 37 ans d'absence. L'auteur nous montre comment, quand il ne reste apparemment pas grand chose d'un quotidien qu'on pouvait croire immuable, une société nouvelle se met en place sur un territoire qui a lui-même changé de dimension.

7Permanence/innovation, sous cette double référence se pense toute action de connaissance, transmission et mise en valeur du patrimoine ethnologique qui s'appuie sur la recherche. L'articulation entre « tradition » et « développement » traduit le plus communément une telle préoccupation : B. Bachman, dont le projet réunionnais met en jeu l'image de marque d'un territoire et la place qu'il revendique dans l'économie nationale, situe celui-ci au cœur de cette tension.

8On est là dans une logique qui dépasse celle de la conservation, les responsables des parcs naturels régionaux le savent bien, pour mobiliser d'autres ressources. Le souhait profond de l'écomusée de la Margeride dont nous fait part H. Dubois n'est-il pas d'être « emblème et moteur d'une dynamique et d'un espoir locaux » ?

9Cette relation entre ethnologie et patrimoine n'a pourtant pas qu'une incidence sur la vision du patrimoine ; elle influence aussi la recherche. C'est le constat auquel parvient le Conseil du patrimoine ethnologique à l'occasion du bilan entrepris en 1988 : doit être aujourd'hui reconnu ce fait que le patrimoine ethnologique suscite un dispositif de recherche particulier où entrent en compte, à la fois l'exigence d'un investissement scientifique visant à cumuler des connaissances dans le long terme et la nécessité de communiquer ce savoir à un « public » qui est aussi, et c'est essentiel, le propriétaire inconscient de ce patrimoine au sens où l'entendait M. Mauss1, en même temps que la source d'information du chercheur.

10Ce n'est pas pour autant une recherche « appliquée » (c'est-à-dire « pilotée par l'aval ») que souhaite la Direction du patrimoine, mais une recherche qui bâtit ses hypothèses dans une perspective large, où le souci de « transmettre » des éléments patrimoniaux suscite des questions nouvelles et dépasse la valorisation de la recherche perçue comme deuxième phase du travail à accomplir.

11On renvoie ici aux « Routiers » de P. Mairot, chronique d'une exposition où entrent en communication chercheurs qui « désignent » un patrimoine spécifique, et « public » qu'on va chercher sur l'autoroute et sur lequel l'exposition doit agir comme un révélateur. Dans le même esprit — celui de G.-H. Rivière — M. Streith veut que la Thiérache livre ses secrets le long d'un itinéraire à vocation touristique, forme ultime de l'écomusée où le paysage herbager s'affirme comme bien culturel à mettre en valeur et protéger. Et ceci d'abord pour les habitants, anciens ou nouveaux, pour qui la découverte du patrimoine local participe d'une stratégie d'appropriation des lieux2.

12Muséologie dans et hors les murs, aménagement de sites, production audiovisuelle — forme d'expression chère à l'ethnologie dont nous parle ici A. Morel. Ce sont là autant d'occasions d'échange entre recherche et création ; elles placent plasticiens, muséographes et chercheurs dans une situation nouvelle riche de nombreux modes d'action. Les ethnologues régionaux3 que nous présente M. Valière en connaissance de cause, le savent bien : ils mènent de front avec le souci du comparatisme au sein et à l'extérieur de l'hexagone, recherche, formation et diffusion culturelle...

13Il va de soi enfin que les pratiques nouvelles que suscite l'objet patrimonial supposent la mobilisation d'un réseau de structures spécialisées, musées d'ethnologie et d'histoire régionale, écomusées, conservatoires divers, médiathèques, qui devraient dans les années à venir, s'affirmer comme partenaires à part entière d'une politique de l'ethnologie de la France.

14On me permettra, pour conclure, de dédier ces Mélanges à ceux qui, depuis près de 10 ans, nous ont aidé dans notre tâche, et d'abord les membres du Conseil du patrimoine ethnologique et son président I. Chiva, fondateur d'une entreprise à laquelle la recherche, comme la politique culturelle, doivent quelques avancées.

Haut de page

Notes

1Cf. « Métiers d'ethnographe, méthode sociologique », in M. Mauss, Œuvre, t. 3, Paris, Ed. de Minuit, 1969, pp. 365-371. Cité par J. Jamin, « De l'humaine condition de "Minotaure" », in Regards sur Minotaure, Musée d'Art et d'Histoire, Genève, 1987.
2Nous nous référons ici à l'ouvrage de M. Bozon et A.-M. Thiesse : « La terre promue », Fondation Royaumont, 1985.
3Mise en place auprès des directeurs régionaux des affaires culturelles depuis 1983.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fleury E., 1988, « Avant-propos », Terrain, n° 11, pp. 5-6.

Référence électronique

Elizabeth Fleury, « Avant-propos », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3310 ; DOI : 10.4000/terrain.3310

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals