Navigation – Plan du site
Mélanges

L'acculturation douce

Lanester en Morbihan, 1900-1940
Jean-Noël Retière
p. 51-65

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Bretagne
Haut de page

Texte intégral

« J'en demande pardon aux historiens de l'enracinement dans le terroir » (Noiriel 1988).

1Par cette supplique, G. Noiriel recherchait l'absolution « pour avoir convoqué tous les déracinés de l'histoire de France ». A cette témérité brillamment assumée, il ajoutera celle qui aura consisté à se demander par quel aveuglement ou renoncement la plupart des historiens auront réussi, sans ambages, à se faire chantre de la nation et de l'identité françaises. Analogiquement, nous pensons que cette question des choix de méthode qui préoccupe l'auteur du « creuset français » devrait plus souvent être posée concernant la sociabilité et l'identité ouvrières. De quels ouvriers parlons-nous ?

2Combien, en effet, de monographies auront censément servi à authentifier la culture ouvrière par le biais d'investigations menées sur des localités particulières ou sur des fractions localisées de la classe ? (Paradeise 1980). En choisissant Lanester comme terrain d'étude, nous n'échappons nullement à cette prédilection pour les espaces clos, objets préconstruits et à ce titre soupçonnables. De fait, cette commune autorise la démonstration des vertus de l'ancrage. Qu'il nous soit donc permis, à notre tour, de demander pardon à G. Noiriel ! Mais précisons d'entrée que notre étude consistait moins à traquer les traits substantiels de la culture ouvrière qu'à analyser les conditions qui auront favorisé l'autonomie culturelle, partielle et localement déterminée, d'une population ouvrière bien particulière. Dans cet article, il s'agira de décrire un procès de citadinisation sans le dissocier de celui d'appropriation et de monopolisation des lieux de sociabilité communale par une communauté socio-résidentielle spécifique : tous ceux qui, Lanestériens, sont familialement et/ou professionnellement liés au collectif de travail formé dans un arsenal (Lorient). La période retenue ici concernera la première moitié de ce siècle.

L'immigration lanestérienne : un parcours pédestre

3Lanester, située aux portes de Lorient, n'existe pas en 1770 lorsque les chantiers navals de la compagnie des Indes deviennent Arsenal royal. Il faudra attendre le décret ministériel du 28 février 1909 pour que des hameaux dépendants du bourg rural de Caudan, gonflés au rythme de l'embauche dans la construction navale d'État et encore déserts sous la Restauration, soient érigés en commune administrativement autonome. Dans une Bretagne durement frappée par l'hémorragie démographique et grande pourvoyeuse d'émigrés vers la capitale, le Lanestérien se sera distingué par sa résistance au déracinement lointain et par son attachement au crû ; 6 000 habitants en 1900 seront venus par vagues successives dans cette commune, contribuant à soulager les campagnes morbihannaises proches de leur trop-plein de paysans pauvres. A l'instar de celle des autres cités industrielles bretonnes (Brest, Lorient, Saint-Nazaire, Chantenay, Nantes, Fougères...) l'immigration extra-provinciale y restera insignifiante (Delumeau 1969). La croissance de la population s'y révélera timide, 7 729 habitants en 1911 et 8 034 en 1924. Lanester conservera ce seuil des 8 000 habitants jusqu'aux années 30. Elle ne dépassera les 9 000 habitants qu'après les années 50. (Elle en compte aujourd'hui 23 000.) Mais quel degré d'autochtonie durant la période de fondation !... 37 % de natifs communaux en 1911, 33 % en 1921 et 37 % en 1931. Nés au-delà de 30 km, ils ne forment pas plus de 5 % de la population masculine en 1911, de 9 % en 1921 et de 6 % en 1931 (Retière 1987). Si le Lanestérien provenant de l'arrière-pays proche prend une bonne place dans la société locale, les distances réduites qui le séparent de son bourg natal atténuent les épreuves de son déracinement. L'isolement familial demeure rare : « Les noces... ici, ça comptait... On allait dans les granges à la campagne ou qu'on avait de la famille. Les gens de Lanester, c'étaient des gens de la terre qui venaient habiter ici... Tous les gens avaient de la famille tout près d'ici, à Caudan, Kervignac, Plouay, Quistinic... On y allait à vélo, à pied même souvent, le dimanche, pour aller dans la famille. » (Instituteur retraité, fils d'ouvrier de l'Arsenal.)

4Aucune similitude donc entre Lanester et ces banlieues industrielles hâtivement peuplées où s'entassaient, entre autres, ces célibataires pionniers de « l'entrée en ville » et séparés le plus souvent de leur parentèle. C'est en famille que s'effectue la venue à Lanester. C'est, dans le cas contraire, tout près que l'on se sera résolu à quitter sa famille élargie. Et c'est surtout avec la garantie d'une embauche à l'Arsenal que l'on se décide à abandonner sa campagne.

« Pain dur mais pain sûr »

5Évoquant la migration rurale vers la ville, les historiens nous auront habitués à l'accent mis sur la prolétarisation des paysans et la découverte concomitante, par ces derniers, des diverses formes de précarisation dans l'emploi, dans le logement... Or, notons qu'auprès d'une catégorie ouvrière dominante, soustraite à l'inemploi endémique, aux variations saisonnières de l'embauche, les fractions prolétaires — hommes de peine, journaliers, manœuvres — instables et mal assurées du lendemain existent bien mais effacées dans les recensements communaux. Plus de la moitié des Lanestériens bénéficieront, en effet, tout au long de la période considérée du statut protecteur de travailleur de l'État. L'autre moitié sera partagée entre ouvriers du privé, cultivateurs et modestes classes moyennes. Dans ce petit peuple, ces dernières, composées de fonctionnaires et d'employés « aux mains ni huileuses ni terreuses » (Rebérioux 1975) garderont peu de place, jamais plus de 10 % de l'ensemble. Le marché local du travail ne réservait aucune chance d'entreprendre à ceux-là dont l'origine sociale en aurait éventuellement donné le goût et la liberté : nulle trace de négociants et d'industriels dans cette cité où la hiérarchie sociale n'est décelable qu'à l'intérieur des classes subalternes. Ajoutons, pour clore cette présentation succincte de la configuration sociétale que les femmes actives échappaient massivement à l'univers d'usine. A l'exception d'environ 10 % d'entre elles employées dans la ferblanterie (conserverie), toutes se trouvaient occupées dans les métiers du linge (blanchisseuses, couturières). Il faudra attendre l'après-guerre pour que les effectifs d'ouvrières mobilisées dans des collectifs usiniers prennent du poids ; elles seront alors majoritairement employées de marée au port de Lorient. Ainsi donc, le travail ouvrier largement investi dans l'arsenal reste un travail masculin.

La ruralité ouvrière : la campagne à la ville

6La commune ne ressemblera que partiellement à toutes ces banlieues, « échecs de l'histoire urbaine » (Perrot 1974). Si l'on bâtit jusqu'à la Libération dans l'indifférence d'un quelconque projet urbanistique, la population n'y pataugera pas dans ces égouts à ciel ouvert qui transformaient en cloaques la plupart des localités industrielles (Brunet 1978 ; Ganne 1983 ; Pinson 1982). Le textile, la chimie, la tannerie pour ne citer que ces activités polluantes n'entraient pas dans le recensement des industries communales. Une scierie, une fonderie, l'arsenal et quelques ateliers modestes d'artisans diversifiaient timidement la nature de l'emploi et ne provoquaient aucunement toutes ces nuisances qui, ailleurs, défiguraient résidences et habitants. La commission d'hygiène, durant tout l'entre-deux-guerres ne dressera de procès-verbaux que pour des affaires d'intérêt domestique et d'ampleur limitée. Si l'indigence de la voirie, des équipements, du logement se ressent, elle rencontre des accommodements. Sans doute, l'ambivalence du site mi-faubourg mi-campagne y aura-t-il amenuisé les affres de la pénurie. Contrairement à celui de Lorient, le décor, à Lanester, se prêtera à la conservation des styles de vie ; espace mixte ajusté à une culture mixte, celle d'anciens ruraux qui y deviendront citadins plutôt qu'urbains, d'anciens paysans qui s'y transformeront en ouvriers-jardiniers plutôt qu'en prolétaires1. L'existence de fermes et de champs ménageait une familiarisation paisible avec « les choses de la ville ». Cela garantissait le maintien d'anciennes habitudes liées à l'environnement.

Des ouvriers empaysannés

7Dans le Paris de la fin du xixe siècle, J. Gaillard aura montré que les Bretons « buveurs de cidre et d'eau apprendront à boire du vin, que les consommateurs de galettes et de bouillies se convertiront au pain blanc », trahissant par là l'abandon de leurs traits régionaux (Gaillard 1977). A Lanester, on continuera longtemps certes à boire du cidre aux repas de chaque jour mais également, jusqu'à une époque récente, à consommer du lait fermier, du lait de beurre, de la charcuterie domestique... Beaucoup de maisons ouvrières, entourées de jardins pour la plupart, s'adjoindront une soue — devenue exceptionnelle vers les années 40 — où sera élevé, comme à Inzinzac-Lochrist le « cochon ouvrier » (Le Rouzic 1981). « Les fermes, elles étaient tout près. Elles étaient pas forcément aux paysans mais ils se débrouillaient très bien parce qu'ils ont fait de l'argent ici en ramassant des patates, des châtaignes, des œufs, du lait. Ils venaient livrer le lait et tout ça dans les épiceries, y'en a qui allaient chercher chez eux, ils vendaient tout par ici, c'étaient les ouvriers qui les faisaient vivre, c'est vrai que c'était frais, ils vendaient plus cher, ils faisaient ce qu'ils voulaient mais c'étaient de bons produits de ferme, alors... » (Femme, 78 ans, époux retraité de l'Arsenal, arrivée à Lanester en 1928.)

8La participation aux travaux saisonniers, les aides ponctuelles apportées aux cultivateurs faisaient partie des habitudes ouvrières : « histoire de donner la main », histoire aussi de ne pas la perdre en renouant avec ces gestes du quotidien antérieur. « Avec mon mari, on s'est connu dans le quartier, on se connaissait très bien... Pensez, il habitait à deux pas. On se voyait souvent, son père travaillait à l'Arsenal, il était charron et puis le soir, il allait donner un coup de main à la ferme en face après sa journée. Comme il connaissait pas mal de choses pour le travail, il bricole très bien, bon... il rendait service. Et puis, il était connu aussi parce que mon père et le sien, ils travaillaient ensemble à l'Arsenal. Ils étaient comme nous originaires de Bubry. » (Femme, 69 ans, mari retraité ouvrier de l'Arsenal.)

9Sans obstruer l'horizon des champs, cette cité tolérera toutes ces pratiques de suppléance à la ruralité paysanne que sont le jardinage, l'élevage de volailles, de lapins, etc., constitutives de ce que l'on pourrait appeler une ruralité ouvrière2. Sans que fût entravée la pérennisation de ses comportements hérités, le migrant morbihannais, à Lanester, cumulant transplantation géographique et changement de position sociale, fera l'apprentissage sans brusqueries de sa double condition de citadin et d'ouvrier. Mais cette mutation tranquille aurait sans doute été contrariée si la découverte du salariat ouvrier et de la concentration démographique s'était soldée par le reniement des stigmates de la bretonnité.

Le bonheur de l'enclave : le droit à la parole

10Au contraire de son compatriote émigré en région parisienne et devenu balbynien (Fourcaut 1986), dionysien (Brunet 1978)... ayant très vite perdu l'usage de sa langue, délaissé le port de ses habits traditionnels, sinon folklorisés, le Lanestérien maintiendra longtemps ces traits d'ethnicité conciliables avec les manières d'être et d'être ensemble locales. Mal placé sur le marché linguistique de la capitale, le breton vernaculaire trahissait l'arriération culturelle ; apparenté à une langue de terreux, condamné au ghetto, il constituait un obstacle parmi d'autres à la fusion de la communauté bretonne dans la mosaïque parisienne : payer le prix de son intégration y revenait à taire sa langue maternelle. A Lanester, en revanche l'entre-soi, ce que P. Bourdieu appelle un marché franc (Bourdieu 1983) en sauvegardait l'usage, soustrayant celle-ci à la confrontation linguistique, la protégeant des procès symboliques. Mais, pour mieux préciser les conditions locales de légitimation linguistique, en ce territoire ouvrier, il nous faut saisir les rapports entretenus à la langue bretonne, notamment par l'Église et le mouvement ouvrier. En se référant aux travaux contenus dans l'ouvrage collectif intitulé Une politique de la langue (Certeau, Julia et Revel 1975), C. Charle (1980) prétend que « la gauche aurait fait de la lutte contre les patois un moyen d'extirper les forces contre-révolutionnaires et une promesse de l'émancipation sociale alors que, dans le même temps, celui de la IIIe République, certaines fractions de l'Église auraient utilisé le maintien de dialectes comme instruments de préservation de la société rurale contre les mauvaises influences de la modernité ». A l'instar des auteurs qu'il cite, il relativisera toutefois ce propos en accordant à la gauche de compter parmi ses membres illustres (J. Jaurès par exemple...) des défenseurs des cultures régionales et à l'Église, par l'intermédiaire de certains clergés locaux, d'avoir lutté contre les patois. Ce dualisme rigide dénoncé, il soulignera que « bien peu, il est vrai » échappaient à cette opposition entre la gauche et la droite, la première se reconnaissant dans l'antirégionalisme, l'émancipation sociale symbolisée par le progrès industriel, l'exode vers la ville, la classe ouvrière naissante et la seconde dans la promotion des identités régionales, la défense des cultures traditionnelles, la glorification des valeurs villageoises. La reconnaissance d'une semblable homologie structurelle entre les positions politiques d'une part, et d'autre part les conceptions relatives aux particularismes peut se lire également chez C. Bertho (1980). A notre avis, ces points de vue éludent trop facilement le fait que la défense de la langue et de la culture bretonnes, loin d'être monopolisée par la droite, soit aussi apparue très tôt comme un thème de mobilisation pour la gauche politique et syndicale provinciale. Entre 1900 et 1920, pour prendre précisément une période retenue par C. Bertho, Le Rappel du Morbihan, organe de la S.F.I.O. hégémonique de 1909 à 1940 sur la commune de Lanester (Retière 1987) accueillera fréquemment dans ses colonnes débats et articles orientés vers la promotion de la culture bretonne et la défense de la langue. Le Prolétaire breton, journal régional du syndicat C.G.T., syndicat majoritaire à l'Arsenal, développera aussi ce thème de l'identité bretonne en se montrant particulièrement soucieux des effets sociaux de la dépréciation des cultures vernaculaires. Ce journal prendra même parti, dans les années 10, pour le bilinguisme allant jusqu'à réclamer « l'enseignement du breton aux petits enfants de Bretagne » (Le Prolétaire breton, mai 1913). Ces exemples révèlent l'erreur qui consiste à prendre le champ politique parisien (et donc national !) pour le tout des champs politiques. En procédant ainsi, le sociologue s'empêche de comprendre précisément le procès de mobilisation politique dans les espaces sociaux éloignés des états-majors. Comme J.-P. Brunet le constate, c'est vrai que les Bretons arrivés en 1880-1890 à Saint-Denis parlaient breton, se trouvaient dans la main de l'Église et votaient à droite. C'est aussi vrai, comme il l'ajoute, qu'en 1905-1906 ils oublient petit à petit langue et pratique religieuse en découvrant simultanément le vote socialiste. Mais Saint-Denis n'est pas Lanester, n'est pas non plus Douarnenez ou Guilvinec ! C. Tillon (1977) nous le rappelle, lui qui aura éprouvé dans la première ville communiste de France comment bretonnité et communisme devaient rimer pour que les militants du P.C.F. aient quelques chances d'être écoutés, convaincants et reconnus. La Bretagne peut être, à coups de stéréotypes, inventée par les intellectuels, le régionalisme devenir un enjeu politique à la Chambre, servir de thème de propagande, à débats entre leaders... N'omettons pas qu'à l'époque, l'ouvrier lanestérien — comme le pêcheur douarneniste — ne participe à la vie politique qu'en tant qu'acteur placé sur sa scène locale. Dans ces villes bretonnes à vocation industrielle et précocement acquises au socialisme, les hégémonies politiques s'expliquent justement par le fait que le maintien des attributs culturels de l'appartenance régionale — habitus linguistique, corporel — ne soit pas rentré en contradiction avec le discours et la pratique militantes localement dominants. Car, si l'Église sut bien, là comme ailleurs, se conformer aux codes langagiers de ses ouailles, elle n'y apparaissait pas comme le seul espace institutionnel refuge où, à l'abri des railleries, le Lanestérien bretonnant et empaysanné se sentait à son aise.

« A la mode de Bretagne...»

11Parmi les comportements élémentaires qui forment le substrat de l'acculturation figurent les manières de se vêtir. Ces dernières illustrent également les résistances à la déculturation, autrement dit aux influences urbaines, que la scène communale permettait. A l'aide de photographies d'archives représentant l'ouvrier dionysien d'avant 1914, J.-P. Brunet décèle un souci du vêtement et s'accorde ainsi avec M. Perrot détaillant en ces termes la tenue ouvrière : « Sous une veste, cotte et bourgeron de toile sur une chemise blanche sans col ; peu de cravates mais des foulards, peu, très peu de sabots... mais des godillots énormes. »

12Les ouvriers des chantiers, à Lanester, chausseront plutôt sabots que godillots au travail et hors travail. Les chapeaux à guides seront tardivement abandonnés. Alors que les ouvriers parisiens ont dans les faubourgs de Casque d'or opté depuis longtemps pour la casquette, ceux de Lanester attendront la fin des années 20 pour s'en coiffer. L'abondance relative de documents photographiques concernant, dans les archives domestiques, les cérémonies de mariage facilite, à cet égard, l'investigation ethno-historique. Si, à la veille des années 30, les hommes endimanchés ont déjà légué à la naphtaline le costume de leurs aïeux, les femmes, en revanche, hormis quelques exceptions intéressant ces invités de retour au pays pour l'heureuse occasion, revêtent en majorité l'habit traditionnel. Il n'empêche qu'attachées à perpétuer ces marques de leur bretonnité, les Lanestériennes seront parées de ridicule une fois passé le pont Saint-Christophe qui conduisait à Lorient. La coiffe notamment, expression costumière de leur « sous-développement » attirait sur elles le dédain des gens de la ville. L'école primaire supérieure (l'E.P.S.) sise à la sous-préfecture constituait un haut lieu de brassage et de promiscuité culturelle ; poursuivant leur scolarité au-delà du seuil obligatoire, de rares jeunes filles lanestériennes essuyaient ainsi les lazzi de leurs camarades tandis que leurs mères et sœurs, demeurées sur la rive gauche du Scorff arboraient à loisir, à l'abri des sentences de mode, leurs coiffes et leurs jupons brodés. « Question d'école... Y'avait pas beaucoup de gens à Lorient qui continuaient qui étaient en coiffe... du temps de ma mère. Elles étaient que quatre à avoir été à Lorient et ma mère disait qu'elles étaient méprisées alors que question d'intelligence elles dépassaient beaucoup d'autres mais ma mère elle disait : "On se sentait méprisée, voyez-vous, parce qu'on portait la coiffe..." à ce moment-là quoi... (1910-1914), on disait qu'elles venaient de la campagne. (...) Ma mère me disait qu'elle avait eu de bonnes camarades de classe quand elle était à l'E.P.S. mais c'est elle qui se sentait... Parce qu'elle avait la coiffe... Comme elle disait ça à ma grand-mère... Ma grand-mère lui disait : "Écoute, j'avais peur de pas savoir"... Comme les gens n'étaient pas très riches à l'époque... ma grand-mère faisait toute la tenue, elle faisait tous les habits, elle savait faire le costume de Lorientaise mais comme à l'époque, y'avait pas de patrons, elle s'imaginait qu'elle aurait pas réussi d'autres vêtements... Alors c'est pourquoi qu'elle a laissé ses filles en coiffes. » (Lanestérienne, 63 ans.)

13L'homogénéité sociale, l'inexistence de classes supérieures, la mobilité sociale rare sinon repérable essentiellement sous la forme de la promotion ouvrière caractérisaient cette société locale où l'on devait difficilement tolérer les tentatives individuelles de distinction culturelle. On s'étonne moins, dans ces conditions, qu'il ait fallu attendre les années 50 pour constater (et aussi s'en émouvoir !) le déclin irréversible des anciennes modes : « Un inconvénient à la modernisation de Lanester : mœurs et coutumes se perdent. On parle de moins en moins breton. On ne connaît pour ainsi dire plus les vieilles danses folkloriques. Bien rares sont les vieux qui portent encore le chapeau à guides, et si les mamans qui portent encore la coiffe brodée en forme d'avion sont nombreuses, leurs filles sont toutes à la mode de la ville. » (Monographie d'institutrice, Bibliothèque municipale de Lanester, 1953.)

Les âges du changement : « chaque mode en son temps »

14Mais toutes ces remarques ne seraient que concessions à l'anecdotique, voire au folklorisme, si l'on passait sous silence les conditions mêmes de la transformation de cette société ouvrière. La sentence qui précède, écrite en 1953, laisse deviner la lenteur avec laquelle se sera opéré le changement jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale. Celui-ci apparaît mesurable en générations, donnant à chacune, si l'on peut dire, « le temps de vivre son temps »... Le témoignage qui suit illustre cette sorte d'asynchronie culturelle, chaque génération ayant réussi, ce qui fut loin d'être le cas partout, à répondre tant bien que mal et à son propre rythme aux sollicitations qui guidaient vers l'abandon des anciennes habitudes : « Mon grand-père est mort en 1943, il avait toujours son chapeau à guides. Il était parti de Nostang où il était garçon de ferme et travaillait à l'Arsenal. Mon père lui avait acheté une casquette. Il lui disait : "Père, regarde-moi ça avec ce chapeau-là, t'es embarrassé avec..." Alors que c'était mon père qui lui avait acheté la casquette, il avait commencé à la porter mais... si je vous disais qu'il mettait son chapeau avant de mettre ses chaussettes le matin, il se levait et il attrapait le chapeau ! maintenant, il n'avait plus le costume traditionnel, il avait un veston... Ma mère a porté le costume jusqu'à ce que je sois née... après aussi mais comme elle avait changé de corps avec les naissances, elle avait arrêté les baleines et tout ! Mon père lui disait : "Laisse donc tout ce fourbi-là !" » (Lanestérienne, employée municipale en retraite, époux retraité, ouvrier de l'Arsenal.)

15Il semblerait que la famille ait servi de lieu privilégié où se négociaient emprunts et abandons. Institution tampon, elle adoucissait les ruptures, ménageait les transitions qui devaient, dans la banlieue parisienne et à Saint-Denis notamment s'effectuer, pour les Bretons, dans la brutalité des promiscuités de classe, sous la menace perpétuelle de rélégation et surtout avec célérité.

L'Arsenal : le lieu de la déconfessionnalisation

16J.-P. Brunet note qu'à moins de retours fréquents, « les Bretons de Paris perdent leur pratique religieuse, (...) beaucoup apparaîtront dès lors comme des déracinés, meurtris, ballottés au gré des circonstances entre le prosélytisme confessionnel de la paroisse bretonne de Paris et l'apathie religieuse, entre l'attraction boulangiste, voire royaliste et la propagande du groupe socialiste de Saint-Denis ». A notre avis, le risque est grand de déduire de la seule déportation parisienne, fût-elle volontaire, l'usure de la pratique religieuse ; nous serions plutôt enclins à voir dans la déchristianisation un produit pur de la prolétarisation, une conséquence de l'entrée dans l'univers productif et discipliné des chantiers (ou de l'usine) et corollairement de la rencontre avec des solidarités objectives inédites, militantes notamment.

17L'entrée aux chantiers, lieu de perdition, faisait craindre le pire aux curés lanestériens qui déconseillaient âprement aux parents d'y envoyer leurs enfants : « Je peux vous dire que l'école Saint-Joseph qui était une très bonne école ne poussait pas les gens. Moi, j'ai mon beau-frère, c'est devenu un cinq-galons, il me l'a dit souvent, quand il a voulu passer le concours pour rentrer à l'Arsenal, la direction de l'école était contre, ils disaient : "Un de perdu pour nous...", mon mari, mon Dieu, lui, il a toujours dit que ses camarades qui étaient pratiquants, ils avaient le droit d'être pratiquants, mais c'était l'esprit qui restait... » (Lanestérienne, 67 ans, époux retraité de l'Arsenal.)

18Toutes les rubriques de L'Atelier de Saint-Joseph, le bulletin paroissial, seront gagnées par cette hantise de l'embauche à l'Arsenal : « Mes souhaits de bonne année aux indifférents qui ne viennent que rarement à l'église. Je leur dis : "N'ayez pas peur de montrer à l'extérieur ce que vous êtes en réalité. Ceux d'entre vous que j'ai eu la chance d'entretenir m'ont tous produit l'effet d'être de braves gens très religieux au fond, ayant presque tous pratiqué la religion jusqu'au jour de leur arrivée aux chantiers. En voyant l'abstention de la masse, vous n'avez pas eu le courage de réagir dès le premier jour. Rompez donc une bonne fois, venez à l'église, vous y trouverez des collègues et vous constaterez vite que lorsqu'on veut, on peut ici comme ailleurs vivre en bon chrétien et être encore un bon ouvrier au port." » (Atelier de Saint-Joseph, janvier 1913.)

19Qu'il s'agisse de catéchèse, de liturgie, d'hagiographie... Toujours le monde des chantiers sera évoqué à titre de référence négative par les responsables du Salut des âmes. Dans chaque numéro, on lira ces avertissements qui conviaient à devenir vigilant face à l'irréligiosité jugée intrinsèque de la condition ouvrière. Aux jeunes Lanestériens en âge de quitter l'école, on demandera : « Qu'allez-vous devenir ?... apprenti ! — Après ?... Ouvrier ! — Après ?... Retraité ! — Après ?... Mort ! — Notez bien ceci : que sert à l'homme de gagner une belle pension s'il vient à perdre son âme ! » (Atelier de Saint-Joseph, 1919)

20On ne pourrait mieux exprimer la théodicée du discours ecclésial !

Anachronie et atopie des sermons

21Pendant toute la première moitié du xxe siècle, une conduite paroissiale sera suivie en Bretagne visant à freiner l'exode rural vers la ville, foyer de perversion des mœurs. En intermédiaires zélés, les curés lanestériens véhiculeront ces stéréotypes d'une campagne pieuse, foyer spirituel de la piété bretonne. Ils exhorteront leurs paroissiens à rejeter les idées rouges en leur remémorant l'âge d'or d'une vie trempée dans l'univers paysan, celui des communautés villageoises affermies par les solidarités familiales. « Que sera la mission bretonne ? Ce qu'elle est partout en Bretagne, ce qu'elle continue d'être dans la paroisse que vous avez quittée pour vous établir à Lanester. Si vous étiez restés, n'est-il pas vrai que vous auriez suivi, hommes et femmes, la mission bretonne qui aurait eu lieu dans votre paroisse ? Vos vieux grands-parents vous le demandent pendant un mois. » (Atelier de Saint-Joseph, février 1913.)

22Les craintes des prêtres locaux, empreintes de sociologie spontanée attestent cette corrélation par eux douloureusement ressentie entre prolétarisation urbaine et déchristianisation. Le clergé se heurtera, de plus, aux idéologies a-confessionnelles et anticléricales des organisations ouvrières : le syndicat à l'Arsenal et la S.F.I.O. à la mairie. Mais comment ne douterions-nous pas de l'efficacité d'un discours ecclésial tout fondé sur la glorification outrée d'une campagne désertée ? L'image positive de la vie rurale en opposition tranchée avec celle de la commune ouvrière pénétrée des bruits de la ville avait-elle des chances de troubler ces anciens paysans que l'embauche à l'Arsenal aura épargnés de la misère ? De plus, cette menace de quasi-damnation qui s'abattait sur l'ouvrier socialiste conservait-elle quelque vertu dissuasive dans une localité où la masse était ouvrière et majoritairement acquise aux idéaux de la République sociale ? Quelle force de conviction recélaient les homélies électoralistes d'un Mgr Gouraud, évêque de Vannes et ardent contestataire de la séparation ? Alors que 7 électeurs sur 10 étaient tout au long de notre période, « rouges », qu'1 Lanestérien sur 2 travaillait à l'Arsenal, on mesure l'absurdité tactique de ces injonctions à choisir, sous peine d'excommunication, entre la communauté des chantiers et la communauté d'Église. Ce décalage grandissant entre le vécu de la majorité des fidèles potentiels et les sermons aura sûrement aidé à l'élaboration d'une sorte de théologie populaire, éthique bricolée rétive aux orthodoxies des deux bords, le clérical et le socialiste, mais dont cependant elle se sera nourrie. A ce décalage serait sans doute imputable ce christianisme de classe (ou ce socialisme de chrétienté [S. Bonnet 1972]) qui ménage en les cumulant vote rouge et piété populaire. Le cas lanestérien n'est, à cet égard, pas unique. La Bretagne fournira maints exemples de syncrétismes de ce genre. Les observateurs s'étonneront qu'à Douarnenez, les ouvrières défilent, en 1924 derrière le drapeau rouge après l'avoir troqué, quand l'occasion s'en présentait, contre une bannière paroissiale. Le préfet de Quimper trouvera aberrante, en 1907, l'attitude de ces ouvriers brestois de l'Arsenal, adhérents au syndicat rouge la semaine et communiants le dimanche. Difficile, sachant cela, de croire en une scission nette entre religiosité et déchristianisation. Et cela, quelle qu'en soit l'échelle : locale, familiale, individuelle ! Sans revenir sur les investigations d'A. Siegfried relatives à la faiblesse des messalisants, à la moindre fréquentation des écoles privées dans la région lorientaise et sans contester la lucidité des commentaires alarmistes du clergé communal, nous souhaiterions mieux préciser les conditions d'abandon relatif de la pratique religieuse et insister sur un trait essentiel de la religiosité locale : le dimorphisme sexuel de la pratique. (L'enquête orale menée autour de ce thème auprès de Lanestériens(es) âgés(ées) nous permet de respecter les limites temporelles que nous nous étions fixées en début d'article.)

Foi féminine, anticléricalisme ouvrier

« Vous aviez des socialistes qui faisaient faire la communion à leurs enfants... C'était dans la coutume... Ma femme, c'est amusant, elle est allée à l'école laïque et malgré tout, elle a fait sa communion... mon beau-frère, c'est un garçon ! lui, il ne l'a pas fait, pas besoin de religion pour un garçon ! » (Ouvrier de l'Arsenal retraité, 68 ans, gendre d'un ancien conseiller municipal socialiste, ouvrier de l'Arsenal.)

23A chaque fois que la question religieuse fut à l'ordre du jour dans les ménages lanestériens, tous ceux que nous avons rencontrés ont reconnu que les femmes se donnaient « le droit au chapitre », revendiquaient bien plus et quelquefois contre les hommes le fait d'aller à la messe, d'inscrire les enfants à l'école privée, d'être enterré (e) et de se marier à l'église. « Mon beau-père a été enterré civilement... Ma belle-mère, elle, est au foyer des personnes âgées à Lanester. Elle nous a demandé d'être enterrée à l'église... Nous respecterons ça... Bon dans les familles... ici, tout le monde se connaît... Y'a des rouges, socialistes enterrés à l'église..., d'autres qui ne le sont pas... » (Lanestérienne, 71 ans, épouse d'ancien conseiller municipal P.C.)

24« J'ai connu un conseiller municipal, il travaillait avec mon père..., franchement socialiste... Faut dire à l'époque... ils étaient purs... C'étaient des gauches... eh ben... dans la maison..., il était marié dans une famille où vraiment c'étaient des gens d'Église... et sa femme allait à la messe... Il l'empêchait pas d'aller à la messe... Il fallait pas qu'elle l'empêche de faire ses trucs à lui... Mais c'était déjà une coupure dans le ménage... C'était ennuyeux... Les enfants entraient à l'école laïque parce que ça... il l'avait dit, mais lui..., quand il est mort... tout de suite après... Oh ! On en a parlé..., elle a enlevé les enfants pour les mettre à l'école religieuse. » (Mme X, 64 ans, employée municipale en retraite, née à Lanester, fille et petite-fille d'ouvrier de l'Arsenal.)

25La question religieuse, on le devine, ne facilitait pas toujours l'harmonie familiale. Vécue par le plus grand nombre de couples, cette division sexuelle du comportement religieux fut telle qu'elle contraignit les militants politiques à envisager des mesures de modération de leur anticléricalisme. Préserver la paix des ménages, priorité des priorités, passait par des concessions de la part du radicalisme idéologique. Les purs et durs suggéreront de « mettre de l'eau (bénite) dans leur vin (rouge) ». Compromission arrachée à l'athéisme philosophico-politique... acceptation négociée en famille de la doctrine socialiste. Personne ne se cachera dans les polémiques scolaire et religieuse que la question relevait en définitive plus de l'équilibre domestique que de la pensée matérialiste ou de l'anticléricalisme militant. Le Halpert, ouvrier à l'Arsenal, maire (1909-1919) et dirigeant d'une municipalité soupçonnée d'anticléricalisme aura ses enfants à l'école privée (Le Rappel du Morbihan, 9 août 1913). Le 1er décembre 1912, le parti socialiste, hégémonique sur la commune, appellera ses adhérents « à retirer leurs enfants des écoles congréganistes dans la mesure où cela sera possible sans briser l'unité familiale » (Le Rappel du Morbihan). La restriction formulée par le parti lui-même à ce retrait démontre à l'évidence l'acuité des oppositions à l'intérieur des familles, entraînant la subordination de la discipline de parti à l'ordre conjugal.

26La résistance à la déchristianisation, orchestrée par les femmes, s'exercera dans les foyers à l'abri des lieux de communautarisation masculins, nourrissant ces syncrétismes sans lesquels les spécificités culturelles mais aussi politiques de la communauté locale de référence (ceux de l'Arsenal) seraient, en 1988, impensables. Le fait qu'une mère de conseiller municipal communiste, dessinateur à l'Arsenal, puisse aujourd'hui nous confier, en pratiquante assidue, prier à chaque veille d'élection pour le succès de son fils, devrait pouvoir se lire comme un indice du clivage particulièrement franc et sexuellement ordonné des rôles sociaux.

Les plaisirs populaires : du pardon à l'association

27Avant que la conversion aux types de loisirs urbains — théâtre, cinéma, hippodrome, régates — se soit opérée, le Lanestérien aura pris plaisir aux formes festives héritées. Avant d'être gagné par l'élan associationniste des années 30, il se distinguera peu de l'habitant des bourgs environnants d'où il provient et où il se plaît à rechercher les réjouissances. On n'insistera pas sur, par exemple, la myriade de pardons, fêtes religieuses autant que profanes, qui jalonnent le calendrier ; fréquents et attractifs, ils justifieront longtemps les « virées » dominicales, à pied le plus souvent, dans les communes des alentours. On voudrait plutôt mettre l'accent sur quelques aspects de la sociabilité locale pouvant servir à définir cette urbanité singulière.

28Aucune structure d'accueil pour le loisir collectif n'existait à Caudan avant que l'abbé Kerrand ne crée, en 1906 soit trois ans avant l'autonomie communale, le patronage de saint Gwenael. Instance éphémère qui sera remplacée par la Société des enfants du Plessis E.D.P. en 1908 ; bien que le but avoué dans les statuts fût de « développer par la pratique du tir et l'emploi rationnel de la gymnastique et des sports, les qualités physiques et morales des jeunes gens, de préparer au pays de bons et vaillants soldats et de créer ainsi entre tous les membres des liens d'amitié et de solidarité », les E.D.P. affiliés à la fédération des patronages de France étaient censés répondre aux vœux de l'évêque de Vannes, Mgr Gouraud, qui y voyait surtout « une œuvre de pénétration nécessaire à la lutte contre la subversion socialiste ». Cet espoir sera déçu, tout ce que la commune comptait de paysans en formant le gros des troupes ; c'est dans une cour de ferme que les premiers gymnastes s'entraînent aux agrès. C'est à la famille Mauduit du Plessis, sans influence notoire sur la commune, que sera confiée une partie de la logistique. On se réunira hebdomadairement dans les salles du château, on y chantera les cantiques au sacré-cœur accompagné du cornet à piston d'un fusilier-marin... Jusqu'en 1909, le sous-préfet de Lorient poursuivra de sa vindicte la société multipliant les rapports défavorables à son agrément par le ministère (instruction 8 nov. 1908) et à l'octroi de subventions. Les termes du rejet ne varieront jamais : cléricalisme, antigouvernementalisme, antirépublicanisme, royalisme. Mais en même temps qu'il forçait le ton pour nuire au patronage, le pouvoir radical soutenait avec ferveur et subvention l'homologue laïque des E.D.P., l'Avenir caudanais. Pendant vingt années (1909-1930) le champ associatif se réduira à ces deux sociétés. Comme à Saint-Denis et dans beaucoup d'autres localités ouvrières « rouges », l'affrontement de ces deux pôles se déroulera sous le regard d'une majorité d'indifférents.

Les années 30 : l'efflorescence associative

29En 1930 et après, la redéfinition des activités laïque et ecclésiale, débarrassées des oripeaux agonistiques, s'opérera pendant que naissait un intense besoin de sociabilité collective. La vie associative qui concerne aujourd'hui la population souche aura germé à ce moment-là. La municipalité avait vingt ans et accédait à la majorité. L'éclosion associative doit être replacée dans ce contexte historico-politique. Tout se sera passé un peu comme si, chronologiquement, l'accession à la scène municipale avait dû inaugurer l'accès à la scène associative sportive et culturelle. Un peu comme si l'ouvrier lanestérien, frais émoulu des cadres sociables paroissiaux s'était, après avoir fait l'expérience de sa citoyenneté communale, forgé les armes nécessaires à l'organisation « autogérée » de ses plaisirs collectifs. Les porte-parole municipaux, les militants politiques les plus en vue et les fondateurs d'association seront souvent les mêmes personnes. L'Union sportive ouvrière (l'U.S.O.L.), œuvre d'A. Le Bail, ouvrier chaudronnier et militant communiste verra le jour en 1934. La plus prometteuse des créations, qui allait sans conteste être le foyer laïque, sera fondée en 1931 par un directeur d'école entouré d'ouvriers de l'Arsenal : tous seront militants S.F.I.O. Hormis l'U.S.O.L., la Société de chasse (1933) et la Boule lanestérienne (1937), aucune association à but culturel ou sportif n'existera, émancipée du foyer laïque et des E.D.P. S'il fallait fournir une preuve du désir d'autonomie auquel aurait satisfait cet engouement pour la collectivisation appareillée des « loisirs », nous pourrions le trouver dans le peu d'attention que réserveront les Lanestériens à l'U.S.A.M. Cette Union sportive arsenal-marine dont chaque arsenal sera pourvu à la veille du Front populaire offrait, sous la direction d'ingénieurs et de gradés, un large éventail d'activités aux ouvriers de la navale d'État. Or, ceux-ci, résidents lanestériens, rechigneront à y adhérer se tournant électivement vers les instances sociables communales. Cet évitement des réseaux contrôlés par la hiérarchie des chantiers en faveur des organes communaux procédait tout à la fois d'une maturité politique et d'un goût prononcé pour l'entre-soi.

La sociabilité locale ou la raison brouillée

30L'infrastructure associative ne s'est pas développée, à Lanester, sur fond de décommunautarisation (Weber 1971). Bien au contraire, la sociabilité (sportive, culturelle, politique) naissante en 1930, est indissociable des formes communautaires de fixation socio-territoriale. La découverte par cette société ouvrière de vieille ruralité, de nouvelles solidarités et expériences spécifiques à l'urbanité populaire, aura profité des puissants ressorts de mobilisation que détenait la communauté locale caractérisée par la trame de ses réseaux où s'intriquaient les parentèles, le collectif Arsenal, le voisinage. A son travail, à son chez-lui, joueur de basket, amicaliste, électeur, en âge de se marier, etc., le Lanestérien baignait dans un univers de familiarités. « Moi, je suis tombé dans le milieu, c'était mon milieu de travail, y'avait P. Rogel, y'avait Le Guyader qu'étaient à l'époque conseillers municipaux. On était une flopée... "Viens donc voir... quoi..." Alors, on y allait, on retrouvait les copains... C'était le Front populaire, on poussait le soupir de soulagement, on partait sur les routes, on retrouvait les mêmes jeunes, dans les auberges de jeunesse, au foyer laïque. Ceux qui animaient, y'avait Henry Armand, le père du conseiller actuel, il était au parti S.F.I.O., son frère était responsable du foyer laïque, Baptiste Henry, lui il jouait de la musique à la fanfare et s'occupait de l'amicale... » (Ouvrier Arsenal retraité.)

31On retrouvait à la section théâtre un conseiller municipal, au football des gars « qu'étaient du même bord » (sous-entendu socialistes), aux boules le trésorier de la mutuelle, un peu partout ses voisins ou ses compagnons d'atelier. Aucun engagement militant, aucune adhésion à une association ne pouvait être qualifiée de monosémique. Malaisé de recouvrir le sens d'une adhésion par simple déduction de l'objet de l'association : jouer au basket, souffler dans un clairon, organiser un bal ou un concours de boules... supposaient trop la fréquentation de sympathisants S.F.I.O. ou communistes (après 1935 pour ces derniers) pour laisser croire à une différenciation des enjeux. La participation à un groupe culturel, à une équipe sportive dérivait trop de l'entrelacs des cadres de vie (travail, famille, territoire) pour que ne se rejoignent pas pour le plaisir du sport ou l'adhésion partisane toutes ces motivations respectives qui n'inclinaient, en fait, qu'à se retrouver ensemble pour s'occuper. « Du côté catholique, ils ne faisaient pas de bals... Ils faisaient de belles fêtes mais... dans leur parc... aux Enfants du Plessis..., mais pas de bals. Ils avaient leur cinéma..., leur foyer... Ils faisaient des fêtes mais c'était interdit de danser... Nous autres, nous avions le Celtic cinéma... Une grande salle... Ça nous gênait pas de faire des bals..., alors nous les faisions ici aux chantiers dans une grande baraque... La baraque de la coopérative... Alors... nous..., quoi le foyer laïque mais aussi les boulistes..., ils faisaient leur bal là... L'association de foot..., ils le faisaient là... et puis ils se retrouvaient ensemble aussi... Non mais, c'était amusant quand j'y repense !... au parti socialiste... ou sympathisants quoi... la plupart oui... Ils mariaient même leurs enfants... (Interview faite devant des photographies d'équipes sportives), hein, vous avez vu... Bon, y'avait les gens qui allaient à l'église qui s'étaient volontairement retirés du circuit. Ce qui n'empêche pas qu'il y a eu un responsable des boulistes qu'était aussi un gars des Enfants du Plessis, Job Coroller... Il venait pas au bal mais il venait prendre un petit coup avec nous quelquefois... Mais autrement, ils allaient pas au café, ceux des E.P.D... Ça dépendait aussi... voyez-vous... des endroits où on se retrouvait... par exemple les footballeurs..., les boulistes, ils se retrouvaient au café..., ceux du patronage, eh bien... ils restaient dans leur patronage... C'était pas pareil que nous... » (Ouvrier Arsenal retraité, 67 ans, ancien responsable animation Foyer laïque.)

32Si le militantisme proprement politique a réussi, pour asseoir l'hégémonie socialiste, à tirer profit du terreau sociologique avec beaucoup d'aisance, c'est moins en raison de la capacité de l'appareil partisan à encadrer les masses, à imposer sa doctrine que grâce à l'enracinement socio-local des militants eux-mêmes. L'effet consensuel qui s'autoproduisait naquit de cette proximité objective entre les porte-parole et la population ; l'électorat ouvrier avait des élus ouvriers, les sportifs ouvriers avaient des dirigeants de club ouvrier. Pour cette raison, les analyses qui confinent à la dénonciation du contrôle du champ sociable par les bureaucraties politiques restent par trop restrictives. On a pu constater qu'à Lanester, le socialisme d'avant-guerre, comme le communisme lui succédant à la Libération, était plus communautaire que programmatique. L'éluder nous aurait condamnés à ne pas apercevoir la faible autonomie mutuelle des pratiques locales ; comme la croyance religieuse pouvait s'accommoder de la confiance dans les idéaux socialistes, à cause précisément d'une indifférence aux orthodoxies respectives, d'une méfiance vis-à-vis des « sulpicianismes » (Verret 1987) de tous bords et qui se révéleront dans ces syncrétismes que nous avons évoqués, la fréquentation des terrains de sports devait se concilier avec celle des milieux militants. Comment ne pas penser au modèle de solidarité mécanique défini par Durkheim ?

33Ce que nous avons tenté de recouvrir sous l'expression « acculturation douce » ne se résumerait-il pas, en définitive, par cette confusion des motifs d'être ensemble qui aura localement et pendant ce premier demi-siècle été satisfaite par la concaténation des matrices communautaires (travail, famille, territoire) et l'absence de classes supérieures ? Cette résistance à la différenciation des comportements, des compétences, des fonctions... procédant d'une sorte d'égalitarisme totalitaire doit servir à penser ces métissages (rural/urbain), cette superposition des temporalités (tradition/nouveau), ces bricolages symboliques (religion/socialisme...), ces connivences (sociabilité locale/identité politique) dont la culture locale fut tributaire.

Haut de page

Bibliographie

Barbichon G., 1987. « Culture de l'immédiat et cultures populaires », Philographies, mélanges offerts à M. Verret, Saint-Sébastien, A.C.L.-L.E.R.S.C.O., 368 p.

Bertho C., 1980. « L'invention de la Bretagne », Actes de la recherche en sciences sociales n° 35.

Bonnet S., 1972. Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Armand Colin, Paris.

Bourdieu P., 1983. « Vous avez dit populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales n° 46.

Brunet J.-P., 1978. « Une banlieue ouvrière : Saint-Denis, 1890-1939. Problèmes d'implantation du socialisme et du communisme », doctorat d'Etat, Paris IV.

Charle C., 1980. « Région et conscience régionale », Actes de la recherche en sciences sociales n° 35.

De Certeau M., Julia D. et Revel J., 1975. Une politique de la langue, Gallimard, Paris.

Delumeau J., 1969. Histoire de la Bretagne, Privat, Toulouse.

Duby G. (sous la dir.), 1983. Histoire de la France urbaine, t. IV, Seuil, Paris.

Fourcaut A., 1986. Bobigny, banlieue rouge, Editions ouvrières-Presses F.N.S.P., Paris.

Gaillard J., 1977. Paris, la ville 1852-1870, Champion, Paris.

Ganne B., 1983. Gens du cuir, gens du papier. Transformations d'Annonay depuis les années 20, Editions C.N.R.S.

Lambert Y., 1985. Dieu change en Bretagne, Cerf, Paris.

Le Rouzic G., 1981. La montagne des forges d'Hennebont, Ed. Ecomusée d'Hennebont.

Noiriel G., 1988. Le creuset français. Histoire de l'immigration XIXe et XXe siècles, Seuil, Paris.

Paradeise C., 1980. « Sociabilité et culture de classe », Revue française de sociologie n° 4, XXI.

Perrot M., 1974. Les ouvriers en grève 1871-1890, Mouton, Paris.

Pinson D., 1982. L'indépendance confisquée d'une ville ouvrière, A.C.L., Nantes.

Rebérioux M., 1975. La République radicale 1898-1914, Seuil, Paris.

Retière J.-N., juin 1987. « L'enracinement ouvrier à Lanester », doctorat de sociologie, université de Nantes.

1987. « De l'enracinement ouvrier à l'enracinement communiste », Communisme n° 15-16, L'Age d'homme.

Siegfried A., 1980. Tableau politique de la France de l'Ouest sous la IIIe République, rééd. Slatkine, Genève.

Tillon C., 1977. On chantait rouge, Laffont, Paris.

Verret M., janv.-mars 1987. « Sur l'homme de fer de S. Bonnet », Le mouvement social n° 138.

1987. La culture ouvrière, A.C.L. Saint-Sébastien.

Weber M., 1971. Economie et société, Plon, Paris.

Haut de page

Notes

1Le Lanestérien, le plus souvent protégé par son statut d'ouvrier fonctionnaire est aussi un résident propriétaire : « Il est exact que de nombreux ouvriers sont propriétaires à Lanester de leur maisonnette et d'un petit jardin. En ces temps démocratiques, il serait à souhaiter qu'ils le soient tous pour leur bien-être et celui de leur famille. Le socialisme a toujours fait une différence entre la petite propriété individuelle et la grande propriété capitaliste. La liberté qu'ils acquièrent dans la propriété de leur habitation ne pourrait que les amener à faire comme les travailleurs de Lanester qui font confiance au Parti socialiste. » P. Rogel, maire de Lanester (Le Nouvelliste du Morbihan, 3 mai 1925).
2Pour paraphraser le titre d'un article particulièrement suggestif de G. Barbichon « Ruralité citadine et spécificité urbaine ». (Ethnologie française n° 2, tome 12, avril 1982.)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Retière J.-N., 1988, « L’acculturation douce. Lanester en Morbihan, 1900-1940 », Terrain, n° 11, pp. 51-65.

Référence électronique

Jean-Noël Retière, « L'acculturation douce », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3313 ; DOI : 10.4000/terrain.3313

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals