Navigation – Plan du site
Mélanges

Verre et savoir-faire en Lorraine

Une première approche
Marie-Ange Grandjean
p. 85-93

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Lorraine
Haut de page

Texte intégral

1Suite au lancement en 1987 du programme « savoir-faire et techniques » la direction du Patrimoine — mission du Patrimoine ethnologique —, soutient plus de vingt opérations visant non seulement à étudier mais aussi protéger, mettre en valeur ou transmettre des techniques et des savoir-faire artisanaux ou industriels.

2Terrain n° 10 présentait les recherches lancées en Franche-Comté sur les arts du feu. Pour le présent numéro, nous avons demandé à Marie-Ange Grandjean de présenter les premiers résultats de sa recherche sur les savoir-faire et les techniques des verriers et cristalliers dans quelques entreprises de Lorraine.

3En bouleversant totalement les secteurs miniers et sidérurgiques, la dernière crise économique a été l'occasion pour la région de Lorraine de redécouvrir ses autres potentialités et notamment celles liées aux savoir-faire verriers. Ces savoirs ont fait l'objet d'un programme régional de mise en valeur qui s'est traduit par la création d'un centre de culture scientifique, technique et industriel du verre et du cristal, à structure éclatée et multipolaire, regroupant tous les sites verriers et cristalliers de Lorraine ; d'un musée du verre sur le site de l'ancienne manufacture de Meisenthal (57) ; d'un circuit de tourisme culturel intitulé « la route du cristal » (Grandjean 1987) ; d'une photothèque consacrée à cet art du feu. D'autres projets, comme l'installation d'une SARL et des actions de formation professionnelle sont également en cours de réalisation.

4L'étude ethnologique des savoir-faire verriers de Lorraine, lancée en 1987 s'inscrit dans cet ensemble d'opérations. Quelle est la spécificité des savoir-faire verriers de Lorraine ? Comment se transmettent-ils ? Sont-ils partiellement en voie de disparition ? Autant de questions essentielles pour le devenir de cette activité.

5Répondre à ces questions nécessite d'aborder non seulement les caractéristiques techniques et culturelles de la communauté verrière mais aussi son histoire1 depuis le xviiie siècle en particulier. En effet, si des conditions géographiques et politiques particulières sont à l'origine de l'implantation — surtout sensible à partir des xiie et xiiie siècles — d'une activité verrière en Lorraine, sa longévité et son renom international trouvent leur origine dans l'essor économique de la Lorraine du xviiie siècle.

6Après les créations ou re-créations de Baccarat (1764), Vannes-le-Châtel (1765) et Saint-Louis (1767), l'industrie verrière lorraine s'est largement tournée vers le cristal et vers les produits de luxe. Option inchangée depuis cette époque et qui a même été renforcée lors de la fermeture des verreries à vocation utilitaire. Seules restent donc en place, à ce jour, les entreprises qui ont su allier qualité et innovation. Soit un potentiel de 2 300 personnes, regroupées au sein du CCSTI du verre et du cristal et représentant 8 manufactures, dont certaines très prestigieuses : Baccarat, première cristallerie française, spécialisée dans les produits hauts de gamme et toujours à la pointe de l'innovation (conception assistée par ordinateur, fours à bassin uniques en Europe...) ; Saint-Louis, mère de toutes les cristalleries françaises, aujourd'hui réputée pour ses cristaux de couleur ; Daum, fondée à la période Art nouveau et mondialement connue pour ses pâtes de verre signées Dali, César ou Zoritchak.

7Pour cette étude, trois entreprises très différentes ont été privilégiées : Baccarat, dont le nom est désormais devenu synonyme de cristal ; Vannes-le-Châtel, verrerie utilitaire jusque dans les années 60, reconvertie aujourd'hui dans la gamme « Sèvres » ; Hartzviller, petite scoop verrière fondée en 1932 par des syndicalistes licenciés de Vallérysthal.

Premières enquêtes

8Nos premières enquêtes réalisées à Hartzviller, petite cristallerie fondée en 1932, surtout performante dans la fabrication des services de table en cristallin mais aussi capable, grâce à quelques verriers hors pair, de rééditer des pièces du xviiie siècle, comme le chandelier fabriqué en exclusivité pour le musée des Arts décoratifs de Paris, nous serviront d'introduction au monde des verriers. Située à proximité de la forêt vosgienne, cette verrerie — avec ses 140 salariés — a su allier tradition et modernité : à la mécanisation des tâches, volontairement réduite, répond un souci d'ouverture en direction tant des créateurs comme Van Lith ou Umbderstock que des organismes de recherche appliquée comme l'Institut de cristallographie de Strasbourg.

9Entrons dans la verrerie. Nous découvrons entre les bureaux et le magasin un bâtiment surélevé. C'est la halle, c'est-à-dire cette partie de l'usine où s'effectue la transformation de la matière. Au cœur de la verrerie, la halle bourdonne comme une ruche. Densité humaine, bruits et chaleur déroutent d'abord le visiteur. Autour du four à douze pots et quatre potelets, d'une capacité de 4 800 kg/matière, sont réunies neuf équipes aux places de verriers. Deux sont des « grandes places », c'est-à-dire des équipes de neuf verriers spécialisés dans la fabrication des pièces complexes ou lourdes (chandeliers, vases, brocs...), nécessitant souvent un réchauffage ; cinq sont des places de verres comprenant chacune sept ouvriers ; une est une place relais, souvent utilisée pour les presse-papiers ; une autre est spécialisée dans les gobelets et une dernière dans le bouchonnage. Toutes sont « agglutinées » autour du four, séparées seulement de son rayonnement et de sa chaleur par des panneaux amovibles de bois. Au fond, derrière les armoires des verriers, deux arches de recuisson cloisonnent l'espace.

10Maintenant, rapprochons-nous d'une place de verre, où sept personnes fabriquent journellement des verres de table à une moyenne de quatre-vingts à cent pièces par heure. Soit un verre façonné en cinq opérations majeures et en moins d'une minute (cf. schéma p. 87). Parmi les membres de cette équipe, deux sont assis à un banc alors que les autres vont et viennent entre les différents appareillages, s'interpellent, servent les verriers assis et repartent. Tout cela forme un ballet incessant, à première vue incohérent mais en réalité très minutieusement réglé en fonction de la tâche à exécuter. Ainsi distingue-t-on par ordre d'intervention sur la matière :

  • le cueilleur de paraison (ou quatrième souffleur) qui à l'aide d'une canne, c'est-à-dire d'une tige de métal, relève dans le four la quantité de matière nécessaire à la formation de la coupe du verre. Pour ce faire, il plonge l'embout préchauffé de la canne dans le pot et lui imprime un rapide mouvement de rotation ;

  • le souffleur de paraison (ou troisième souffleur) qui, ayant reçu des mains du quatrième la paraison cueillie, va la maillocher puis la mouler. Dans un premier temps, il roule cette paraison dans une forme de bois ou de fonte (mailloche) pour lui donner un aspect bien homogène, puis il la souffle dans un moule actionné au pied (gamin mécanique) ou manuellement. A ce stade, la coupe du verre est terminée et la canne passe au chef de place ;

  • le cueilleur de jambe qui, alors que la canne est encore entre les mains du troisième, « monte » au four et prélève, à l'aide d'un ferret, c'est-à-dire d'une fine tige de métal pleine, la quantité nécessaire à la formation de la jambe ;

  • le chef de place (ou poseur de jambe) qui servi par le cueilleur de jambe, forme par étirement et à l'aide de pinces nommées « fers » la jambe du verre ;

  • le cueilleur de pied qui est chargé de cueillir la quantité de matière destinée à la formation du pied ;

  • le poseur de pied (ou second souffleur) qui forme, par rotation et aplatissage, le pied du verre. Pour cela, il utilise successivement deux palettes de bois ;

  • le porteur à l'arche, qui prend la pièce terminée et la transporte à l'arche de recuisson.

11A ce stade de la fabrication, la pièce est définitivement façonnée et les opérations suivantes ne serviront qu'à l'apprêter pour la vente.

12Les verriers de Hartzviller travaillent ainsi, chaque jour de la semaine de 7 heures à 15 h 45 avec une seule pause de 3/4 d'heure pour le repas de midi. Seul le changement de série, pouvant intervenir au bout de deux heures de travail, permet de briser l'éventuelle monotonie qui pourrait découler d'un rythme de travail trop bien réglé. Il est intéressant de constater que l'équipe ouvrière, très rigide sur le plan hiérarchique était en revanche très souple sur le plan spatial : il est courant de déplacer tel ou tel banc de verrier, voire tel ou tel appareillage, pour aborder la fabrication d'une nouvelle série. Généralement, ces changements s'effectuent rapidement (environ cinq ou dix minutes) et ne remettent jamais en cause la hiérarchie implicite qui prévaut au sein de l'équipe et qui s'échelonne du porteur à l'arche au chef de place, en passant par tous les grades de cueilleurs et souffleurs.

13L'établissement de croquis nous permet de mieux cerner la réalité du terrain : croquis présentant la disposition de la halle, comme celui du 12 février 1988 (cf. schéma p. 86) ; croquis centré sur une place de verre et dans lequel sont notés le positionnement de l'équipe par rapport au four, les éléments mobiles comme les bancs ou le marbre, la disposition des individus avec leurs éventuels déplacements, la direction des regards, soit le canal privilégié par lequel circule l'information (schéma ci-contre).

14De tels croquis, associés à des reportages photographiques, permettent de décomposer le travail d'équipe en une somme de tâches individuelles. Ils aident ainsi à la compréhension des chaînes opératoires ; ils sont d'autre part un précieux recours dans la réflexion à mener sur les modalités de transmission des savoirs.

15En les examinant, nous pouvons par exemple constater que les verriers les moins qualifiés ne sont jamais au contact ou à portée de regard de l'ouvrier immédiatement supérieur dans la hiérarchie. Ouvrier dont ils pourraient, en toute logique, briguer le poste. Cette situation pose de façon évidente le problème de la transmission des savoir-faire. De même nous nous sommes rapidement rendu compte que la hiérarchie d'une équipe imposait à chacun des attitudes bien spécifiques, pouvant aller de la station assise permanente — pour les plus qualifiés — à la station debout, avec simples aller et retour, pour les moins compétents. Enfin, le rôle social tenu par les cueilleurs y est particulièrement tangible.

16Constamment en mouvement pour servir les verriers assignés à une place de travail, ils sont les seuls vecteurs possibles de la communication tant entre les équipes, isolées les unes des autres par le bruit, qu'entre les membres respectifs de l'équipe, séparés par les bancs et les appareillages divers.

La transmission des savoirs

17L'observation des chaînes opératoires permet d'aborder quelques questions centrales : quelle est la place du savoir-faire dans le processus technique ? Comment se transmet-il ? Questions essentielles pour lesquelles il est d'autant plus difficile d'obtenir des réponses directes que les verriers évitent généralement ce genre de questions pour simplement détailler les processus formels. C'est donc au détour de conversations à « bâtons rompus », portant surtout sur le passé de l'interviewé, que peut apparaître sa propre conception du savoir-faire, même si lui-même n'emploie pas ce terme. Ainsi pour Joseph, tailleur à Hartzviller, « il faut regarder comment les anciens ont fait. On apprend vraiment quand on est au pied du mur. Si on compte sur les autres, on n'apprend pas. En fait, pour bien travailler, il faut trouver ses propres trucs, mais le principe est le même pour tous ». Définition dont s'éloigne peu René, verrier de Baccarat et Meilleur Ouvrier de France : « A l'époque, je travaillais avec S. Il m'a appris pas mal de combines (...). Pour moi, le travail de verrier, c'est beaucoup de recherches et d'expériences. » Le discours des verriers permet une première approche des savoir-faire. Notion étroitement liée, dans les deux cas, aux phases successives de l'apprentissage — avec ou sans maître — et de la pratique.

18Pour Jean, ancien verrier de Vannes-le-Châtel, devenu aujourd'hui chef de fabrication : « Tous les verriers ont du savoir-faire puisque ce qu'ils font, ils savent le faire. Dans ce sens, ils ont du savoir-faire. (...) Tous les verriers ne maîtrisent pas tout le savoir-faire de la profession. Je crois qu'il n'y en a pas qui soient transposables, quel que soit l'endroit ou le lieu, le jour ou le moment pour faire et réunir ce qui est demandé. Il faut un minimum de stabilité et en même temps un maximum de connaissances pour pouvoir bien maîtriser ce qu'on fait (...). Comment je vois le savoir-faire ? C'est, quand je ne sais plus faire, d'être en capacité de re-savoir-faire. Je m'explique. Je vais faire une jambe à la main qui fait dix à quinze centimètres. Je sais parce que ça m'est arrivé quand j'étais jeune professionnel. Il y avait un moniteur et il m'avait appris à retrouver le savoir-faire. Je savais donc faire ces jambes. Puis, à un certain moment de la journée ou de la semaine, il m'arrivait de ne plus les faire correctement (...). Je m'étais décalé. Autrement dit, on fait quatre ou cinq cents verres dans la journée, il faut être constamment l'esprit attentif et, quand on arrive plus à faire, il faudrait refaire le point et dire pourquoi on n'arrive plus à faire : j'ai la même matière, j'ai les mêmes outils, c'est le même rythme de travail donc si je n'arrive plus à faire c'est que mon mode opératoire s'est modifié. Donc le moniteur m'a appris à refaire dans la tête les opérations : je colle d'une telle manière, je passe les fers d'une telle manière, mon chalumeau est bien réglé au bout, je ne suis ni trop chaud ni trop froid au fond ; bien, à partir de là, je commence à attaquer la jambe avec mes fers. Je penche la main. Est-ce que je ne redresse pas trop vite ? Est-ce que je ne redresse pas trop tard ? Est-ce que je ne tire pas trop longtemps penché ou trop longtemps redressé ? Et puis je retrouvais. Au début, il m'apprenait en me guidant par la parole. Il me faisait pas ! En me guidant par la parole, il me réapprenait à retrouver le mode opératoire pour retrouver le savoir-faire que j'avais perdu (...). Quant tout va bien et qu'on ne s'est pas décalé, les gestes deviennent mécaniques et machinaux parce que vous tirez cinq cents fois la même jambe sur cinq cents fois le même verre, avec cinq cents fois le même rythme. Ça devient de l'automatisme (...). Avec l'habitude de faire, on ne perd pas le savoir, on l'oublie. Mais on perd la notion du risque de rebut et à force de faire, on peut arriver à ne plus bien faire. »

19Dans un premier temps, Jean différencie nettement le savoir-faire d'un verrier, savoir individualisé acquis dans une entreprise particulière, du savoir-faire de la profession, c'est-à-dire du savoir existant potentiellement dans l'industrie verrière. Puis, il s'attache à décrire sa propre conception du savoir-faire. Conception d'un homme déjà initié aux processus techniques et s'interrogeant sur ses propres modes opératoires qui, pour être opérationnels, font appel sinon à la réflexion, tout du moins à la conscience du geste stratégique. Cette conception du savoir-faire rappelle cette définition donnée par Marie-Noëlle Chamoux (1983) : « Par savoir-faire on entend l'ensemble des connaissances et des savoirs humains qui permettent à la fois la mise en œuvre du couple outil-matière, le déroulement des chaînes opératoires et l'obtention d'un résultat proche de celui désiré. »

20Dans toutes ces définitions et témoignages sur le savoir-faire, le problème de la transmission n'est évoqué qu'incidemment. Pourtant tous les verriers, détenteurs d'un savoir-faire confirmé, reconnaissent avoir eu recours, généralement au cours de leur apprentissage, à une personne compétente qui les a initiés. Qu'elle soit nommée « maître », « ancien » ou « moniteur », cette personne reste encore à bien des égards énigmatique. Comment procède-t-elle pour inculquer à autrui ce qu'elle-même a découvert à force de pratique et d'expérience ? Choisit-elle réellement la personne à qui elle va remettre son savoir ? Et dans ce cas, sur quels critères s'appuie-t-elle ? Autant de questions qui restent, à ce jour, sans véritable réponse et semblent d'autant plus difficiles à résoudre que cette hiérarchie du savoir échappe à tout contrôle institutionnel et bénéficie d'une « loi du silence ».

Haut de page

Bibliographie

Chamoux M.-N., 1983. « La division des savoir-faire textiles entre Indiens et métis dans la sierra de puèbla » dans Techniques et Culture n° 2, juillet-décembre, p. 99.

Charpentier F.T., 1904. Emile Gallé. Industriel et poète. 1946, Nancy, université de Nancy II, coll. Lorraine, 1978, 123 p., fig.

Daum N., 1980. Daum : maîtres-verriers, Lausanne, Edita, Denoël, 197 p., ill.

Grandjean M.-A., 1987. La route du cristal, Metz, éd. Serpenoise.

Jannin F., 1980. « L'industrie du verre en Argonne » dans Patrimoine et culture en Lorraine, Metz, éd. Serpenoise, pp. 83-103, carte.

Ladaique G., 1970. Deux siècles de travail verrier dans la Vôge, 1448-1636. Historique du grand verre. Les techniques verrières de la Vôge. Les familles de gentilshommes verriers, s.l.n.d., 342 p., fig., doctorat de 3e cycle, université de Nancy II.

Marcus A., 1987. Les verriers du comté de Bitche. Essai historique (XVe-XVIIIe siècles), Nancy, Berger-Levrault et Cie, 364 p., ill. ; rééd. 1981 : Strasbourg, Weibel.

Rose-Villequey G., 1971. Verre et verreries de Lorraine au début des Temps Modernes (de la fin du XVe au début du XVIIe siècle), Paris, PUF, 907 p., ill.), thèse de lettres, Paris, 1968.

Stenger A., 1982-1984. « Verreries et verriers du Pays de Sarrebourg » dans Bulletin municipal officiel Sarrebourg, Moselle n° 22-28, ill.

Haut de page

Notes

1Cf. la bibliographie établie par l'Inventaire de Lorraine et disponible à l'adresse suivante : Inventaire de Lorraine, 29, rue du Haut-Bourgeois 54000 Nancy. Les ouvrages de base sont cités en fin d'article
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grandjean M.-A., 1988, « Verre et savoir-faire en Lorraine. Une première approche », Terrain, n° 11, pp. 85-93.

Référence électronique

Marie-Ange Grandjean, « Verre et savoir-faire en Lorraine », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3315 ; DOI : 10.4000/terrain.3315

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals