Navigation – Plan du site
Repères

L'aventure des routiers

Philippe Mairot
p. 106-109

Texte intégral

1La route, vecteur et symbole de l'échange et de la communication, est leur territoire : là où leur culture a lieu. Le plus souvent, devant ces camions qui arborent des signes nombreux que nous ne savons pas déchiffrer, nous restons interdits derrière le pare-brise où se reflète seulement l'image que l'on a avec soi.

2En abordant l'univers des routiers, l'écomusée Nord-Dauphiné poursuit sa vocation : poser la question de l'identité culturelle et des rapports complexes qu'elle entretient avec le territoire, l'histoire et les pratiques sociales, symboliques et techniques. Expositions et films ont posé depuis huit ans à leur manière la question des relations problématiques entre les différentes formes d'appartenance : celles liées au pays, au métier ou à la classe d'âge. Un projet d'exposition sur les routiers a pu naître lorsque nous avons rencontré quelques-uns des scientifiques français qui connaissent bien le domaine : Bruno Lefèbvre1, ethnologue, Georges Ribeill, sociologue et historien (École nationale des ponts et chaussées), Patrick Hamelin et Claude Germain, sociologues (INRETS) auxquels se sont joints la fondation Berliet et Jacques Colin (université d'Aix-Marseille 2) pour la rédaction du catalogue.

3Si les organigrammes des ministères, pour des raisons compréhensibles d'efficacité, séparent souvent l'aspect historique des phénomènes de leur aspect moderne, c'est en revanche la responsabilité du musée, en particulier de l'écomusée, de recomposer des totalités. Nous avons tout à redouter, et le public le premier, d'une balkanisation en ce domaine qui traduirait des découpages administratifs ou disciplinaires. Nous avons donc tenté de naviguer entre deux tentations réductrices. La première, classique et idéaliste, consiste à couper l'homme de la dimension technique et économique de sa vie et à construire un Homme abstrait et général protégé des vicissitudes de la transformation de la matière, voire même des transformations historiques (image traditionnellement bien représentée dans les musées et qui rend possible, par exemple, une parole indépendante sur l'Art). La seconde voudrait isoler la sphère technique et légitimer un discours autonome sur l'être de la technique voire même sur ses aspects seulement novateurs et triomphants sans la dimension diachronique qui nous semble essentielle : peut-on faire comme si le passé n'agissait pas dans le présent ? La technique y devient paradoxalement une abstraction et peut dès lors, comme le démontre Habermas, fonctionner comme une idéologie. Ce que nous souhaitons faire, comme d'autres musées d'anthropologie en France et à l'étranger, c'est retrouver un homme total, daté, localisé avec son geste et sa parole, dialoguant avec son patrimoine et avec celui qu'il partage avec les autres. Au fond, nous rêvons de présenter l'homme dont parle Alexandre Vialatte quand il écrit : « L'homme est un animal à chapeau mou qui attend l'autobus 27 au coin de la rue de la Glacière. »

4Voilà pourquoi nous avons tenu, sommairement et pour un public qui ne connaît ni les expositions ni les routiers, à introduire l'exposition par une évocation synchronique de l'actualité de l'exercice de ce métier (la marchandise, les hommes, le corps, le temps, les espaces, les camions) avant d'aborder son histoire de 1900 à la déjà presque mythique ouverture des frontières européennes en 1992. L'exposition combine les plans économiques, humains et techniques et s'inscrit dans l'espace ouvert par le double discours routier qui dit simultanément : ce métier c'est la liberté, l'aventure, les grands espaces... et ce métier, c'est la course, les horaires, les attentes. Trois véhicules complètent l'exposition à l'extérieur : un prototype de Michelin destiné à tester les pneus des camions à grande vitesse, un CBA de Berliet, modèle très important de l'histoire du camion, actif sur la voie sacrée en 1916 et présent encore sur les chantiers jusqu'en 1960, et deux tracteurs Renault R 365 neufs qui tractent l'exposition. Enfin, un Mercedes importé en France en 1946 et qui à cette époque était accueilli à coups de pierres lors de ses tournées dans le Vercors. Il a été modifié pour permettre au public de manœuvrer un Mercedes radio-commandé dans le nez du vrai véhicule : c'est un plaisir pour les routiers comme pour tous les visiteurs.

Le patrimoine en question

5Tous les routiers dont nous parlons ont en commun de conduire des véhicules de plus de 3,5 tonnes sur un territoire qu'ils partagent avec tout un chacun, traversant les mêmes zones industrielles et les mêmes no man's land. Mais cela suffit-il à créer une communauté ? Nous essayons de montrer que celle-ci, si elle existe, n'est pas donnée, que cette question est en elle-même un enjeu social et symbolique, le résultat de luttes, de négociations entre constructeurs, entreprises, médias et représentants de la profession. Cette identité varie quand les contextes sociaux et historiques varient, quand les rapports de force se modifient. Sous le même mot apparemment univoque de routier, se cachent des profils très contrastés qui délimitent des populations assez hétérogènes : régionaux, internationaux, livreurs, artisans, salariés des entreprises de transport ou salariés des entreprises qui transportent pour leur compte propre. Se priver de la dimension historique et de l'enquête ethnologique, c'est s'exposer à ne rien comprendre et à considérer comme une donnée ce qui est le moment d'un processus. A quelles conditions, un carnet, un mouchard, des fanions, une bombe désodorisante, des habitudes corporelles, un certain rapport à l'espace, peuvent-ils être considérés comme un patrimoine ? A la condition que ses détenteurs le considèrent comme tel. Cette définition permet d'éviter le postulat d'un patrimoine existant indépendamment de l'acte qui le désigne et avant son « invention ». La profession en question offre d'ailleurs un bel exemple de ce travail d'inventeur (à l'instar de Mistral pour la Provence) en la personne de François de Saulieu. Dans les années 30, ce journaliste réinvente le mot alors inusité et crée les Routiers (marque déposée). Les restaurants au panonceau rouge et bleu destinés aux routiers, ainsi que les manifestations sportives et revues professionnelles s'adressent à cette communauté et en dessinent les contours en un même mouvement.

6Les portraits de routiers de Marie-Pierre Vincent qui accueillent les visiteurs, disent à leur façon que ces hommes séparés, seuls devant leur camion, seuls au travail et seuls devant l'objectif sont pourtant liés. Une telle exposition propose un espace et un langage publics pour rendre possible et matérialiser cette « liaison », ou si l'on préfère, cette identité ; alors que le musée de pays, pour sa part, met en scène une identité qui a déjà sa réalisation spatiale.

Exposition auto-mobile

7Faire une exposition, n'est-ce pas à chaque fois rêver de remettre en question l'arbitraire du signe et contester la distinction du plan du contenu et du plan de l'expression ? Une exposition n'est pas la traduction de l'écrit mais plutôt un médium sui generis, qui a son autonomie et sa qualité propres et n'est pas assujetti à la reproduction d'une écriture plus légitime, scientifique, qui le précéderait. Ainsi, cette exposition est par nature itinérante ou plutôt auto-mobile, et pas seulement du fait d'une décision stratégique (pour aller au-devant d'énormes flux de visiteurs potentiels) ; elle est dans des camions : comme si un entomologiste faisait une exposition dans un insecte. Une exposition dans quatre semi-remorques, c'est permettre au public de découvrir ces objets de l'intérieur, de sentir dans ses jambes et dans son corps leur hauteur. C'est rendre possible le musée au bord des routes dans la poussière et l'odeur du goudron chaud, sur le lieu même du travail des routiers et de leur face à face avec les autres : ceux qui roulent à quelques centimètres du sol. Sur le parking d'autoroute territoire à part entière dont les qualités ont été décrites sinon découvertes par Julio Cortazar et Carole Dunlop2 , sur ces espaces réputés à tort sans qualité, formidables lieux de passage du public qui ne va jamais au musée, cette exposition baigne comme un poisson dans l'eau ou, pour reprendre l'expression heureuse de Bataille, comme de l'eau dans l'eau. Sur le chemin des vacances, les automobilistes informés par France Inter devraient ainsi être déroutés : quitter leur route et remettre en question leur vision des routiers.

Haut de page

Notes

1Bruno Lefebvre a réalisé une importante recherche sur les routiers avec l'aide de deux contrats de la mission du Patrimoine ethnologique, cf. notamment dans Terrain n° 3, oct. 1984, pp. 58-59.
2Les Autonotes de la cosmoroute ou un voyage intemporel Paris-Marseille, Gallimard, 1983.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mairot P. & G. Althabe, 1988, « L’aventure des routiers », Terrain, n° 11, pp. 106-112.

Référence électronique

Philippe Mairot, « L'aventure des routiers », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3318 ; DOI : 10.4000/terrain.3318

Haut de page

Auteur

Philippe Mairot

Écomusée Nord-Dauphiné

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals