Navigation – Plan du site
Repères

Quelques remarques sur l'exposition « L'aventure des routiers »

Gérard Althabe
p. 110-112

Texte intégral

1Les promoteurs de l'exposition ont su éviter un piège majeur, celui de mettre en représentation un univers exotique peuplé de héros, univers rejetant les routiers au plus loin de nous, les transformant en étrangers dans notre propre monde. Les routiers étant ainsi les victimes de la production torrentielle d'exotismes à travers laquelle on ségrège et catégorise à tour de bras, jeu de l'imaginaire potentiellement si dangereux ! Ce refus est marqué dans le sort qui est fait aux panneaux de photos de camions américains, monstrueuses machines violemment coloriées, agressivement décorées, composante banale et obligée de cet exotisme : ils sont rejetés en dehors de l'exposition proprement dite, négligemment placés à même le sol, appuyés aux roues d'un des semi-remorques.

2Le voyage qui nous est proposé dans l'histoire fait ressortir la vigilance des producteurs de l'exposition : on y voit en effet comment dans les années 30 la catégorie professionnelle des routiers a été produite à travers le récit épique et la fixation de traits caractéristiques d'un univers affirmant avec force sa différence (depuis la récupération de la « voie sacrée » du Verdun de la guerre de 1914-1918 avec ses camions Berliet — dont un exemplaire est présenté — jusqu'à ce dessin évoquant la traversée de la Crau dans lequel est déjà présent le mythe du désert, si actif aujourd'hui), tel est le mode sur lequel s'est constituée une identité professionnelle conquérant sa place en antagonisme avec le chemin de fer et la batellerie. Après la guerre, le roman et le cinéma (qui ne se souvient du Salaire de la peur de Georges Arnaud ?) ont emprunté le chemin ainsi ouvert et ont annexé cet univers imaginaire et ses héros. Philippe Mairot et son équipe ont courageusement refusé la solution paresseuse qui aurait consisté à ajouter leur partition à une musique élaborée depuis un demi-siècle ; ils ne se sont pas contentés d'esquiver le piège, le contenu même de leur exposition est destructeur des mythes et fantasmes (dans la partie historique ils introduisent directement la distance avec la représentation exotique et héroïque en montrant qu'il s'agit là d'une production symbolique dans laquelle a été dessinée, habillée pourrait-on dire, une identité professionnelle).

3Ils ont débarrassé l'activité des routiers de ses oripeaux imaginaires en faisant le choix, austère, de rester sur le terrain du seul métier. Ils l'ont nettoyé de tout exotisme en le traitant à travers deux opérations :

  • Ils sont sortis de la réduction consistant à assigner cette activité exclusivement à la route (en effet cette réduction est la condition nécessaire à l'élaboration de l'univers exotique) ; significativement ils ont refoulé hors du champ de l'exposition les relais et les parkings, lieux où se jouerait, dit-on, une sociabilité particulière dans laquelle s'actualiserait une différence irréductible. Ils ont replacé la route, la conduite et le temps qui s'y déroule dans une configuration spatiale et temporelle dans laquelle prennent place les attentes, les manutentions et leurs difficultés. La route prend sens dans l'enchaînement des opérations et non point en elle-même.

  • Grâce à des panneaux photographiques, ils font ressortir l'extraordinaire diversité d'un métier qui englobe le routier international et le transporteur tournant dans une ville ; la présentation de cette diversité est antagonique avec la représentation exotique qui enferme tous les acteurs dans un univers particulier dans lequel la diversité est dissimulée, marginalisée.

4L'exposition fait ressortir avec force ce qui est le processus central du métier : une autonomie, une liberté que l'on protège sans cesse des efforts multiples venus de l'extérieur pour la réduire, la domestiquer pour le moins. Le routier est dans la plus grande partie de son activité un homme seul qui négocie continuellement avec les contraintes qui lui sont imposées, aussi bien sur la route qu'au départ et à l'arrivée ; sans parler de l'établissement du contrat ou l'évaluation de la rémunération. Il se protège d'un contrôle à multiples faces, l'esclavage d'un horaire, la réglementation foisonnante prétendant définir les différents moments de sa pratique. Cette dialectique de l'autonomie et de la contrainte extérieure est illustrée dans ce qui nous est dit de la cabine : on nous la présente dans sa transformation en espace privé, un lieu de vie personnellement approprié (depuis l'accumulation de petits objets jusqu'à l'aménagement interne qui en font une sorte de studio) ; en même temps il nous est expliqué comment l'application des normes imposant des limites à la longueur du véhicule réduit drastiquement ce lieu de vie, ainsi le routier y est confronté au plus près à une dépendance dans laquelle se mêlent la réglementation administrative et la course à la rentabilité.

5L'admirable série des photos de Marie-Pierre Vincent dévoile à sa manière une des dimensions essentielles du métier : l'intimité de la relation entre l'homme et son camion, relation qui enveloppe les deux partenaires dans un couple hors duquel nous sommes maintenus car on ne peut que pressentir de l'extérieur la force de cette relation. Là réside vraisemblablement ce qui fait l'unité profonde de ce métier, là est la racine de leur différence avec nous.

6Une autonomie protégée avec vigueur et ruse, un contrôle surgissant de partout et avec lequel il faut se battre à tous les instants, n'est-ce point le terrain dans lequel prend sens le futur informatisé dans lequel nous sommes amenés en fin de parcours, futur largement contemporain d'ailleurs ? On voit se dessiner un routier désormais attaché en permanence à une base, lié à un donneur d'ordre le guidant à tous les moments de son voyage, on l'imagine transformé en agent d'une nouvelle forme de chaîne taylorienne implantée dans un espace géographique aux échelles variées (une ville, une région, l'Europe, au-delà...). Anticipation arbitraire ? Aussi arbitraire peut-être que celle qui guidait les constructeurs de cette DS à onze roues de couleur orange destinée à tester les pneus de camions lancés à grande vitesse : ils imaginaient l'avenir à travers une augmentation indéfinie de la vitesse et leur monstrueuse machine, ironiquement exhumée ici, est un pied de nez à tous les prophètes de l'anticipation technologique.

7Philippe Mairot retrace la genèse de l'exposition (cf. supra), elle a été engendrée dans l'écomusée du Nord-Dauphiné spécialisé dans la muséographie de métiers anciens (vignerons, tailleurs de pierre, tisseurs) considérés et traités comme des éléments d'une identité régionale, celle de l'Isère. Organiser une exposition sur les routiers l'a contraint à sortir de cette problématique ; en effet, il s'agit d'un métier du présent ne relevant pas d'une particularité locale. Ainsi l'exposition est-elle sortie du local muséal et, placée dans quatre semi-remorques, elle emprunte les autoroutes de l'Hexagone s'installant temporairement sur un parking et repartant au bout de quelques jours dans le parking suivant. Elle est ainsi apportée aux automobilistes et aux routiers eux-mêmes sur les lieux de leur activité. On ne peut manquer de souligner la rupture introduite par une telle exposition par rapport aux expositions muséographiques traditionnelles.

8Une exposition muséographique est production d'un espace placé à distance de la vie quotidienne, espace qui est le cadre où prend place un spectacle fixe dans lequel les visiteurs se déplacent. La rupture de cet espace d'avec la quotidienneté est renforcée, cristallisée plutôt par sa localisation dans une institution (le musée) spécialisée, édifiée comme un « ailleurs » dans lequel les visiteurs viennent rompre avec leur existence de tous les jours. Un tel cadre pousse à une pratique toute passive de consommation du spectacle offert. Cependant, en structurant à leur manière la conjonction entre le sens du spectacle (un texte à déchiffrer) et les conditions dans lesquelles les visiteurs sont placés, c'est-à-dire en les poussant à un mode différent d'appropriation du texte, Jacques Hainard à Neuchâtel, J.-P. Laurent il y a quelques années à Grenoble, ont montré comment ce cadre pouvait être subverti, devenir le lieu d'une interpellation, parfois singulièrement corrosive, dans laquelle le visiteur est entraîné, devenant ainsi un acteur dans le spectacle. N'est-ce point dans cette direction que se joue en partie l'avenir des musées ethnographiques ?

9L'exposition à laquelle nous sommes confrontés fait éclater le cadre lui-même, il ne s'agit plus de le redéfinir de l'intérieur. Elle est placée dans des semi-remorques en activité (rien à voir avec ces machines désaffectées utilisées comme décor, un peu comme ces wagons dont les roues ont été retirées et qui sont transformés en maisonnettes) ; les tracteurs qui vont les amener au prochain parking font partie de l'exposition. Ainsi l'espace en rupture, constitutif de l'exposition, est inscrit dans le champ même dont elle nous parle et qu'elle met en scène ; la séparation est en quelque sorte endogène, le spectacle proposé est directement en relation avec notre quotidien, celui dans lequel nous sommes des automobilistes évoluant sur la route.

10Parallèlement la représentation muséographique, l'image du métier, prend sens dans la polémique qu'elle introduit avec l'image négative, réduite à des stéréotypes dévalorisants que nous, automobilistes visiteurs, avons des routiers (des gêneurs avec lesquels la cohabitation sur la route est difficile, potentiellement lourde d'incidents, de violence). Cette image, fortement enracinée, reproduite sans cesse dans les conversations, alimentée par les médias est brutalement interpellée par ce qui nous est dit du métier des routiers ; leur présence conflictuelle sur les routes est relativisée et définie dans l'enchaînement des opérations constitutives du transport ; non seulement nous sommes ainsi contraints à nous interroger sur nos préjugés, nos catégorisations fantasmatiques, mais il nous est rappelé que tout automobiliste que nous sommes, nous sommes également les consommateurs des marchandises transportées.

11L'intérêt que les routiers eux-mêmes semblent porter à l'exposition est d'ailleurs significatif ; elle leur renvoie une image d'eux-mêmes dans laquelle ils peuvent se reconnaître dans une appartenance collective qui ne les refoule pas dans un univers mythique, exotique, si éloigné de leur propre quotidienneté ; ils s'y unifient sur la base de ce qu'ils sont et de ce qu'ils font, et non point sur l'image, un peu de pacotille désormais, de l'aventurier vainqueur du désert. Ils ne sont plus les prisonniers d'un univers imaginaire qui en fait des étrangers aux autres ; l'exposition, au contraire, les replace dans leur monde vécu qui est aussi le nôtre.

Haut de page

Annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Althabe G., 1988, Quelques remarques sur l’exposition « L’aventure des routiers », Terrain, n° 11, pp. 110-112.

Référence électronique

Gérard Althabe, « Quelques remarques sur l'exposition « L'aventure des routiers » », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3319 ; DOI : 10.4000/terrain.3319

Haut de page

Auteur

Gérard Althabe

E.H.E.S.S.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals