Navigation – Plan du site
Repères

L'écomusée de la Margeride

Musée des champs, musée aux champs ?
Hélène Dubois de Montreynaud, Martin La Soudière (de), Thérèse Boulet, Guy Brun et Annie Philippon
p. 113-119

Entrées d’index

Thème :

muséographie
Haut de page

Texte intégral

1C'était en 1975. Dans le sud-est du Cantal. Aboutissement de l'action que menaient des habitants de Loubaresse pour préserver leur patrimoine. « La maison du paysan », musée avant la lettre, ouvrait ses portes au public. Dix années de recherche, d'animation et de création culturelles s'ensuivirent, qui dépassèrent peu à peu le cadre de Loubaresse pour s'étendre à une région plus vaste. De cette activité collective où l'association « Maison du paysan » avait su s'entourer de compétences scientifiques, naquit au cours de l'année 1984, l'Écomusée de la Margeride, musée contrôlé par l'État, dont l'ambition et la croissance sont, on va le voir, autant des signes de vitalité et d'efficacité, que des sources — aujourd'hui — de problèmes, de contradictions et d'interrogations.

Hautes terres de Margeride

2Entre les monts d'Auvergne au nord, l'Aubrac à l'ouest, la vallée de l'Allier à l'est, les Causses et les Cévennes au sud, la Margeride (petite région géomorphologique plus qu'historique) se compose d'une longue échine granitique culminant à 1 554 mètres d'altitude, bordée de plateaux (900-1 200 mètres) entaillés de gorges escarpées. Elle s'étend sur trois départements (Cantal, Haute-Loire, Lozère), constituant ainsi une zone de transition et de passage entre Auvergne et Languedoc. Son économie s'articulait jusqu'à la fin du siècle dernier autour du seigle, du mouton et du bois (système agro-sylvo-pastoral). La construction du viaduc de Garabit et de la voie ferrée (1880-1888), puis celle de la route nationale 9 reliant Clermont-Ferrand au littoral languedocien, assurèrent un certain désenclavement à la région. Mais ses handicaps (altitude élevée, enneigement, sols siliceux, conservatisme de la population...) ne lui permirent pas d'évoluer aussi vite que les limagnes ou les montagnes et plateaux volcaniques. L'exode rural, quoique tardif, fut important ; l'activité lainière s'éteignit ; les foires déclinèrent. L'activité agricole évolua vers une spécialisation de plus en plus poussée dans l'élevage bovin : production de veaux, puis de lait. Se sont développées assez récemment de petites unités d'industrie forestière et agro-alimentaires (produits du terroir, salaisons), tandis que le tourisme « vert » attire de plus en plus nombreux, quoique de manière diffuse, les citadins en mal de nature, de campagne (pêche, randonnée, ski de fond), ou d'histoire (pensons à la bête du Gévaudan !).

L'événement fondateur

3Sur ce territoire qui connaissait et connaît les mêmes problèmes que les zones de moyenne montagne du sud de la France, dès les années 70 une trentaine de Cantaliens, soucieux de faire échec au pessimisme et au fatalisme ambiants, s'acharnèrent à recoller les éléments épars de ce qui constituait l'environnement de leur enfance.

4Collecte d'objets, recueil de la mémoire des anciens, présentation des modes de vie, mise en valeur des savoir-faire : « On retissait peu à peu un vêtement effiloché », comme le dit l'un d'entre eux.

5Le cadre de vie des familles paysannes de Margeride reconstitué dans cette ancienne ferme tout récemment abandonnée qu'était « la maison du paysan » correspondait à l'image conservée par les anciens. Des jeunes aimaient y accueillir le visiteur, partager avec lui cet « autrefois ».

  • 1 Préface de Ecoguide de la France, de Jeanine de Briolan, 1986, Paris, Hachette.

6Très vite, autour de ce pôle de Loubaresse (à quinze kilomètres de Saint-Flour) se mit en place ce que l'on pourrait appeler avec Georges-Henri Rivière « une collaboration entre un groupe d'habitants à la recherche de sa mémoire, et des chercheurs susceptibles d'en favoriser l'expression1 ».

7Ces derniers eurent en effet un double rôle, d'observateurs critiques de ce « bel » (trop bel ?) exemple de vie associative en milieu rural, mais aussi en enrichissant l'action menée localement de leurs propres quêtes ethnographiques, historiques ou géographiques.

8Une des toutes premières expositions (« Bergers de village ») mettait en évidence une pratique de gestion communautaire de l'espace, tandis qu'à travers spectacles et animations — notamment réalisés dans la mouvance occitaniste — une dynamique se créait dans la population. Revendications identitaires certes encore timides, mais signes de l'amorce d'un dépassement d'un « complexe » culturel, tout au moins dans une frange de la population.

Un écomusée de, ou pour, la Margeride ?

9La volonté de cette partie de la population, soucieuse de s'épanouir en valorisant ses ressources et ses racines, sans pour autant s'enfermer dans la contemplation de son propre passé, et sans non plus accepter de nourrir la nostalgie des autres, supposait la mise en place d'une nouvelle structure, comme le nouvel étage d'une fusée, d'autant que l'ambition germait déjà d'élargir à de nouveaux partenaires (notamment économiques) sa réflexion sur l'avenir de la région.

10De par leur finalité, les écomusées répondaient à cette volonté. Dans les années 80, comme l'on sait, ceux-ci se multiplient, greffés sur divers types de supports institutionnels (associations, parcs régionaux...).

11Lieux de rencontre et de réflexion, ils cherchent à permettre la collaboration entre une population et des chercheurs détenteurs d'outils d'analyse, inscrivant donc leurs objectifs (recherche, conservation et mise en valeur du patrimoine) dans une problématique plus large de développement des collectivités concernées. Or, « la maison du paysan » était déjà, comme en réduction, à la fois musée de l'espace et du temps, musée de l'homme et de la nature, des savoir-faire et de la vie. Ainsi, presque naturellement, c'est elle qui suscita la création, en 1984, de l'Écomusée de la Margeride. Celui-ci se donnait pour mission d'étudier la culture et les modes de vie de la Margeride, d'hier et d'aujourd'hui, et de conserver les biens naturels et culturels représentatifs de cette région.

Animer, créer...

12Sous l'impulsion du directeur, et dans une ambiance de convivialité scientifique, l'activité muséographique de l'écomusée se développa très rapidement, et connut des orientations successives :

  • réalisation d'expositions à caractère ethnologique très marqué : « Bergers de village », « Le paysan, le meunier et la boulangère » ;

  • productions écrites : « cahiers de l'Écomusée » (trois numéros parus) ;

  • initiation à l'environnement, à travers l'exposition « Voyage en Margeride » ainsi que la mise en place d'un jardin botanique et l'ouverture de « sentiers de découverte » ;

    • 2 Exposition créée et produite par et au musée d'Aurillac, à laquelle l'écomusée de la Margeride a pa (...)

    créations culturelles invitant au rêve, et faisant appel à l'imaginaire du visiteur : « Mode et Modes2 », « Défense de passer sur le viaduc », et « La mémoire en couleurs ».

13Plusieurs traits font l'originalité de la démarche.

14D'abord la diversité des thématiques. Derrière elle, il y a l'envie d'échapper à la ruralité en s'ouvrant à des événements (construction du viaduc...), ou à des créations (la mode...) de portée nationale, où l'espace régional n'est qu'un support, un ancrage.

15Par ailleurs, la mise en scène des expositions traduit le souci du visiteur, à qui les créateurs de l'exposition veulent faire partager le plaisir rencontré lors de la conception. Tour à tour spectacle ou expérimentation, l'exposition devient un moment et non seulement un lieu, le visiteur étant convié à faire sa propre interprétation de ce qui lui est proposé ou suggéré.

16Enfin, l'écomusée est éclaté en plusieurs points, chacun ayant sa destination et sa personnalité propres. Ainsi son centre administratif (propriété de l'écomusée, comme « la maison du paysan »), qui est maintenant le domaine de Longevialle, vaste demeure du xviiie siècle, ouvrira sous peu (1989-1990) au public des salles d'exposition, ainsi que des espaces polyvalents de rencontre, d'accueil, et des pièces d'hébergement. Par ailleurs, la commune de Ruynes-en-Margeride met à la disposition de l'écomusée « la maison d'école » et « la tour de Ruynes ». Cette dernière, restaurée en partie grâce à des chantiers de bénévoles, propose expositions, bibliothèque et centre de documentation régionale. Enfin, à « la Ferme » (salle de rencontre de Ruynes) se déroulent tout au long de l'année des conférences-débats (la dernière, juillet 88, devant une cinquantaine de personnes — estivants, ruraux — connut un vif succès avec la polémique sur les toutes dernières hypothèses concernant la bête du Gévaudan !).

17Vingt-quatre mille visiteurs en 1987 pour l'ensemble de ces « lieux » : la fréquentation va croissant.

18Chargé de la mise en valeur des spécificités culturelles locales, l'écomusée se voudrait aussi emblème et moteur d'une dynamique et d'un espoir locaux. Pour ce faire, il tente de s'appuyer sur la convergence de plusieurs volontés :

  • celle de ceux qui, localement, cherchent à innover ;

  • celle des chercheurs et muséographes qui refusent la mainmise des centres urbains sur l'action culturelle ;

  • celle, enfin, de décideurs conscients du rôle du culturel dans le développement économique.

19On connaît l'importance de l'interaction des différents registres de la vie d'une région pour son développement : l'écomusée se voudrait un maillon d'une plus vaste chaîne.

20Cette problématique, il l'a fait connaître au-delà de la partie cantalienne de la Margeride, vers les terroirs et les bourgs tout proches de Lozère (notamment Saint-Alban), et de Haute-Loire (Saugues, surtout), visant ainsi à redonner, ou plutôt à donner sens et cohérence à une région socio-géographique arbitrairement éclatée du fait de ces trois rattachements administratifs. Dans cette optique, se discute actuellement le projet de création d'un parc naturel régional (s'appuyant sur le Syndicat mixte interdépartemental des monts de la Margeride).

... rentabiliser ?

21Dès la création de l'écomusée, certains élus comprirent l'atout que celui-ci représentait pour le développement du tourisme, activité économique indispensable à la survie de la région. « C'est une ligne supplémentaire sur notre carte de visite », dit le maire et conseiller général de Ruynes.

  • 3 Cf. articles parus dans Télérama, La Montagne, Les Echos... et encore la présentation de l'écomusée (...)

22Cette attitude resta cependant longtemps marginale parmi les élus, pour lesquels l'action culturelle demeure un luxe lorsque la situation économique est préoccupante. Aussi fallut-il justifier les investissements et subventions des collectivités en tentant d'évaluer les effets directs et induits de l'activité de l'écomusée sur l'économie locale. Mais la reconnaissance institutionnelle de l'écomusée sur le plan national et régional3, conjuguée avec l'appropriation de l'image de la Margeride par les acteurs économiques, affaiblirent les réticences. Les élus prenant ainsi conscience de l'existence de compétences qu'il ne tenait qu'à eux d'utiliser, l'écomusée se trouva souvent sollicité : pour la mise en place d'activités nouvelles fondées sur la revalorisation de l'artisanat, pour la mise en valeur d'un patrimoine à rentabiliser, etc.

23La médaille a son revers. Sans en avoir la fonction, ni les moyens, l'écomusée tendait — abusivement — à être considéré comme un service public polyvalent. Une confusion apparaissait entre ses objectifs premiers et ceux des agents de développement (élus, institutions...).

  • 4 J. Cuisenier et M. Segalen, 1986. Ethnologie de la France, Paris, PUF, p. 36. coll. Que sais-je ?

24Et l'une des conséquences de cette tendance à cette interrelation du culturel, du politique et de l'économique fut de le fragiliser. L'on sait en effet que les écomusées sont « structurellement sujets aux conflits qui agitent les collectivités qui les soutiennent. Ils les expriment et parfois les reproduisent dans leur histoire instable4 ». En réaction à cette évolution qui se dessinait en 1985-1987, l'écomusée entend aujourd'hui retrouver sa fonction première, muséographique d'une part, d'animation culturelle d'autre part, productrice de savoirs, de produits culturels, lieu de rencontre entre public/chercheurs/habitants/enseignants/élèves... Il voudrait resserrer ses interventions autour de trois pôles :

  • gestion directe des lieux existants (« la maison du paysan », le domaine de Longevialle, « la tour » et « la maison d'école »), et de lieux à créer (« la maison de la forêt et des métiers du bois », en Lozère, à Saint-Alban) ;

  • création de lieux associés (gestion écomusée-communes) fonctionnant sur la base d'une charte de qualité de même type que celle de l'écomusée ;

  • expositions temporaires dans des lieux aménagés par les communes ou les associations.

Garder son âme

25L'écomusée de la Margeride a déjà une histoire, son histoire, d'autant plus fertile qu'il est encore jeune. Processus classique et bien connu, l'enthousiasme des débuts ne s'est pas éteint, loin de là, mais s'est canalisé. Romantisme, réalisme, professionnalisme : ces trois étapes ne sont pas sans rappeler l'évolution que connaît en France l'action culturelle ou la muséographie. Que les problèmes et les contradictions actuels soient mis au jour et explicités, montre au moins que l'écomusée de la Margeride existe bien, objet d'enjeux, voire de convoitises, en même temps que support et lieu d'aspirations multiformes. Il n'est ni un petit musée paysan villageois, ni une grande vitrine à fabriquer et vendre du passé et du culturel. Demeurent plusieurs problèmes, en partie inhérents à toute initiative socio-culturelle en milieu rural.

26D'abord, celui de la participation des habitants, serpent de mer de la vie associative en général. Force est de reconnaître la faible fréquentation locale de l'écomusée. Certes existe et fonctionne un « comité des usagers », mais nombreuses sont, même dans la proche région, les communes qui ignorent presque, ou boudent l'écomusée, dont le nom même intimide ou intrigue. Nul n'est prophète en son pays, et on ira volontiers voir une exposition, une ancienne ferme ou un jardin botanique, mais ailleurs que chez soi ! Une demande sociale latente existe bien, mais centrée sur d'autres aspirations que strictement culturelles : festives, économiques, quotidiennes. Par ailleurs, ceux qui localement participent régulièrement à la vie de l'écomusée se recrutent dans les catégories de population déjà présentes sur les autres fronts de la vie sociale : enseignants, membres d'associations, habitants non originaires de la région, étudiants.

27Ensuite, la question des moyens. Des aides à la création existent bien (émanant des ministères de la Culture et de la Communication, de l'Environnement, de l'Agriculture et du Tourisme, du Conseil régional d'Auvergne), mais n'assument que partiellement le suivi ou le fonctionnement. L'écomusée sert souvent l'image de marque ou la réputation de ceux qui le subventionnent, mais l'attention n'est pas réellement portée sur les besoins quotidiens (rémunération des personnels, entretien des locaux...).

28Enfin, le problème de la compatibilité de la création d'une part, de l'animation, la gestion, et la rentabilisation, d'autre part. Un consensus semble s'établir depuis quelques années autour de l'idée d'un mélange des genres, de la possibilité et de l'efficacité d'une polyphonie socio-économico-culturalo-artistique. C'est de l'avis même de certains responsables de l'écomusée, méconnaître la part de passion, d'enthousiasme et d'imaginaire que supposent les créations originales (personnalisées, innovantes, voire atypiques). Or, la passion ne paye pas... toujours. Faut-il alors perdre son âme, mais gagner de l'argent (gérer, bien vendre, d'abord et à tout prix), ou au contraire prendre le risque d'en perdre, mais garder son âme (d'abord créer, s'investir soi-même...) ?

29Peut-être au stade de réflexion et de bilan auquel l'écomusée est parvenu, s'orientera-t-il vers une séparation plus nette entre activité de création proprement dite, et activité d'accueil, de rencontre et de gestion.

30L'orientation d'un écomusée est éminemment labile et évolutive : aux organismes de tutelle de le comprendre ; aux chercheurs d'apporter leurs nouvelles pierres à l'édifice.

Haut de page

Notes

1 Préface de Ecoguide de la France, de Jeanine de Briolan, 1986, Paris, Hachette.

2 Exposition créée et produite par et au musée d'Aurillac, à laquelle l'écomusée de la Margeride a participé. Des liens réels existent entre l'écomusée de la Margeride et le musée d'Aurillac, musée d'art plus classique : le conservateur du musée d'Aurillac est également celui de l'écomusée de la Margeride et les échanges professionnels sont constants entre Annie Philippon, conservateur, et Guy Brun, directeur de l'écomusée.

3 Cf. articles parus dans Télérama, La Montagne, Les Echos... et encore la présentation de l'écomusée à FR 3 national, France-Culture et dans le livre de René Souchon, Le Défi rural.

4 J. Cuisenier et M. Segalen, 1986. Ethnologie de la France, Paris, PUF, p. 36. coll. Que sais-je ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dubois de Montreynaud H., M. de la Soudière, T. Boulet, G. Brun & A. Philippon, 1988, « L’écomusée de la Margeride. Musée des champs, musée aux champs ? », Terrain, n° 11, pp. 113-119.

Référence électronique

Hélène Dubois de Montreynaud, Martin La Soudière (de), Thérèse Boulet, Guy Brun et Annie Philippon, « L'écomusée de la Margeride », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3320 ; DOI : 10.4000/terrain.3320

Haut de page

Auteurs

Hélène Dubois de Montreynaud

Martin La Soudière (de)

Articles du même auteur

  • « Faire » la Creuse, le Maroc, la Lozère... (A propos des ouvrages Ethnologue au Maroc, réflexion sur une enquête de terrain de Paul Rabinow, et Vivre dans la Creuse de Jacques Maho)
    [Texte intégral]
    Paru dans Terrain, 11 | novembre 1988

Thérèse Boulet

Guy Brun

Annie Philippon

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals