Navigation – Plan du site
Repères

Une politique de l'audiovisuel : la stratégie du mariage arrangé

Alain Morel
p. 134-137

Entrées d’index

Thème :

audiovisuel
Haut de page

Texte intégral

1Documentaire de spécialiste sur une population, images d'une activité en voie de disparition, clip d'animation, film d'auteur réalisé à partir d'une recherche, la palette des audiovisuels ayant un intérêt pour le patrimoine ethnologique est très variée. La diversité est de fait d'autant plus grande que les réalisateurs bien souvent mélangent les genres. Toucher un grand public, émouvoir, intéresser les spécialistes, constituer des documents d'archives, inventer un langage cinématographique approprié, bien des réalisateurs voudraient que leur film satisfasse tous ces objectifs en même temps. Ce souhait n'est pas seulement du ressort de l'ambition, il tient aussi au mode de financement de ces audiovisuels, le plus souvent coproduits par des partenaires ayant des préoccupations évidemment différentes : chaînes de télévision, départements ministériels, collectivités territoriales, organismes scientifiques, associations culturelles et sociétés de production ayant des exigences de rentabilité.

2En regard de cette multiplicité qui tient à la fois des fins, des moyens, des hommes et des commanditaires, la mission du Patrimoine ethnologique a fondé sa politique sur une attitude ouverte aux propositions d'origines diverses tout en s'efforçant de définir quelques principes qui justifient le soutien à un cinéma documentaire à caractère ethnographique différent du cinéma documentaire ayant une autre vocation : reportage, pédagogie, récréation...

Élaborer une politique

3Tout d'abord, il est indispensable que le film s'élabore à partir d'un travail de recherche sur le sujet traité ; de ce travail on peut attendre à la fois, une connaissance approfondie, et un point de vue original qui donnent une dimension culturelle au film, et aussi l'existence d'une relation de confiance avec les personnes qui en seront les protagonistes et accepteront de dévoiler ce qu'ils savent, ce qu'ils sont ou ce qu'ils ressentent. Les ethnologues ont généralement une telle connaissance du terrain mais ils ne sont pas les seuls, et nombre de films ethnographiques de qualité ont aussi été réalisés par des documentaristes de talent.

4Ensuite, étant donné que beaucoup de projets de films ethnographiques sont présentés par des non-professionnels du cinéma, ou par des cinéastes en devenir — assez souvent il s'agit d'un premier film — il est alors impératif de veiller à la qualité de la réalisation. De ce point de vue la collaboration chercheur-cinéaste semble une bonne formule pour autant que chacun respecte les exigences de l'autre. Mais ce ne saurait être la panacée.

5La mission aide aussi les anthropologues-cinéastes qui ont déjà réalisé plusieurs documents et manifestent leur intérêt pour cette forme de communication de leur travail. Pourquoi prendre le risque de financer un produit éventuellement contestable sur le plan cinématographique ? Pour mieux associer la conception du film à la recherche et rentrer dans le vif de cette complicité qui s'établit entre l'informateur et l'ethnologue, il peut être aussi justifié de confier la réalisation du film au chercheur lui-même. S'il est réussi, la qualité de l'information et celle du regard porté méritent qu'on ait pris le risque de laisser le chercheur tout faire. On peut être de plus tenté d'aider à la production de tels films, dont le coût est relativement peu élevé comparé à celle proposée par les professionnels du cinéma. C'est, en regard de crédits d'intervention eux aussi relativement modestes, une considération d'importance. Enfin lorsque le cinéaste utilise l'ethnologue pour accéder à un sujet que celui-ci a en quelque sorte révélé et de surcroît rendu accessible grâce à ses introductions, le document réalisé n'aura d'ethnologique que le nom et on aura manqué la cible !

6Pour tenir compte des avantages et inconvénients propres à chaque cas, la mission a été naturellement conduite à un certain pragmatisme dans le choix des projets. Et ce d'autant que la qualité cinématographique et l'intérêt scientifique ne sont pas des critères absolus.

Une pluralité d'objectifs

7D'autres exigences s'imposent. Celle par exemple de conserver un enregistrement audiovisuel d'activités ou de sujets menacés de disparition. Lorsque l'urgence est manifeste et qu'un chercheur se propose avec des moyens réduits de produire ce qui aura valeur de document d'archive, il serait mal venu d'ignorer un tel projet pour cause de non-professionnalisme en matière de cinéma ; d'autant qu'il sera difficile de monter une production conséquente à la hauteur des coûts actuels d'une équipe de tournage pour financer la réalisation d'un document d'archive qui n'est pas destiné à une diffusion prochaine.

8Celle aussi de donner des moyens à de jeunes équipes, universitaires ou du milieu associatif, pour qu'elles se forment à l'audiovisuel. Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié ont, grâce à l'aide de la mission, réalisé un premier film sur un des derniers pêcheurs de la rivière d'Agout : « Ernest ou l'identité culturelle d'un pêcheur de rivière. » Venus des sciences sociales, ils ont pu acquérir au cours de ce travail une sérieuse expérience du cinéma qui leur a permis de se lancer dans la réalisation d'un film plus ambitieux « Le rugby dans le cuir » qui a bénéficié d'un budget de production avoisinant le million de francs. Le film, très réussi, a été diffusé par Canal +.

9Dans le même esprit, des allocations de formation et de recherches ont été attribuées à des ethnologues pour qu'ils puissent acquérir une formation à l'audiovisuel sous la forme d'une véritable initiation.

10Autre nécessité : répondre aux demandes de plus en plus nombreuses des multiples institutions attachées à la conservation, musée, écomusée, parcs régionaux et divers conservatoires, qui souhaitent disposer d'audiovisuels soit pour mieux informer et intéresser leur public, soit plus simplement pour assurer une meilleure animation. Pour de tels documents la compétence en matière de communication est primordiale. La réalisation peut en être confiée à des professionnels du cinéma, spécialisés dans le film de commande, aptes à mettre en forme une information préparée par d'autres, collaboration plus simple que la relation ethnologue-réalisateur où il s'agit de parvenir à joindre deux sensibilités, deux façons de voir, collaboration sur laquelle nous reviendrons plus loin.

11A ces objectifs, développer l'utilisation de l'audiovisuel en ethnologie de la France, aider à la constitution d'archives filmées du Patrimoine ethnologique, donner à des ethnologues la possibilité de devenir aussi cinéastes, favoriser une meilleure mise en valeur des résultats de recherche, il faut en ajouter un autre, essentiel : se donner les meilleures chances de diffusion auprès d'un large public. Qu'est-ce que cela signifie et implique ?

La loi du spectateur

12Il existe de multiples lieux de diffusion, organismes spécialisés (médiathèques, bibliothèques publiques), festivals annuels, colloques et séminaires en sciences sociales, projections particulières organisées par le milieu associatif. Les films ethnographiques y trouvent un public intéressé, satisfait de voir des films différents tant par l'information qu'ils apportent que par la façon de traiter le sujet. Mais ce public très motivé est en revanche plutôt restreint.

13Toucher un large public, sans aller jusqu'au grand public, ne peut se faire qu'en accédant aux réseaux télévisés, qui ont leurs propres critères de sélection. Pour être programmés les films doivent satisfaire à des normes techniques de qualité. Nombre de films produits avec de petits budgets et donc avec un matériel non « broadcast » ne peuvent même pas être proposés. Ensuite ils doivent être estimés suffisamment attractifs pour réaliser à l'antenne un taux d'écoute satisfaisant. Les critères en la matière sont extrêmement variables selon les chaînes, les responsables successifs, les modes, les publics visés et les surprises sont possibles : tel film refusé par la SEPT peut être acheté par TF1 qui n'a pas les mêmes préoccupations culturelles.

14Néanmoins, il est aussi évident qu'un film qui exige du spectateur un trop grand effort pour entrer dans le sujet ne sera pas sélectionné par les programmateurs. Lui demander d'approcher une façon de vivre ou une expérience particulière avec leur rythme propre, celui dans lequel les choses s'organisent et s'éprouvent dans d'autres sociétés, est concevable, c'est même une grande partie de l'intérêt. Mais les spectateurs de la télévision ne « marchent » que si le réalisateur vient à eux et prend soin de leur montrer les choses, que s'il équilibre les explications verbales par des images et s'attache tout autant aux émotions, au vécu, qu'à l'objectivation des faits sociaux. En d'autres termes, le cinéma ethnographique tout en étant différent doit rester du cinéma. Il doit être conçu comme tel et pas seulement comme un produit de la recherche. Cela signifie que la lecture proposée au spectateur doit être conçue dans un autre langage que celui utilisé par les chercheurs habituellement. Ceux-ci ne comprennent pas toujours que ce langage ne se limite pas à des images « parlées », qui ne sont qu'une transposition abrégée de l'écrit. Recourir à l'audiovisuel ce doit être aussi choisir de s'exprimer différemment, avec des images qui ont leur sens propre. C'est une évidence très souvent oubliée, ce n'est pas seulement une question de moyens.

Des coupures difficiles

15Vouloir une large diffusion, entraîne un certain nombre de choix qui suscitent un débat parmi les ethnologues. Certains se refusent à sacrifier ce qui leur semble essentiel de leur point de vue de chercheur : la variété et la richesse des informations, l'interprétation qu'ils ont élaborée et qui se traduit par une vision des choses, le respect absolu des informateurs. Or faire un film c'est choisir de dire quelque chose dans un temps limité, c'est faire parler des images et pas seulement des informateurs. Cela bouleverse souvent l'idée que l'ethnologue pouvait se faire d'une traduction audiovisuelle de son travail. Il lui coûte d'avoir à sacrifier telle séquence essentielle du point de vue de son interprétation mais peu explicite pour le spectateur, d'avoir à couper une personne qui reprend ce qui a déjà été dit par une autre. La différence dans leur propos, qui peut avoir une pertinence sociologique, mais doit être éclairée pour être comprise, peut être difficile à faire passer dans la syntaxe cinématographique et perd donc de son intérêt pour le spectateur qui n'y voit que répétition fastidieuse. Quelques-uns, plutôt rigoristes, refusent même tout effet cinématographique (modifier les séquences d'énonciation du discours et amener des rapprochements par exemple) comme s'il fallait au nom d'une authenticité ne pas s'écarter du discours tenu par l'intéressé, remplissant le cadre et présenté sans aucun plan de coupe, en longs plans-séquences. De là cette relation difficile avec le réalisateur qui, lui, fait passer le cinéma et ses contraintes avant les exigences de l'ethnologie.

16Sans pour autant sacrifier la dimension ethnographique, la Mission, pour réaliser cet objectif de diffusion large, a choisi de financer des projets qui associent chercheur et cinéaste. La réussite de tels projets, qui doivent aboutir à une production culturelle originale, à mi-chemin entre le film scientifique et le film d'auteur, dépend du soin mis dans le choix des protagonistes. L'idéal étant qu'une véritable rencontre se produise entre le chercheur et le réalisateur. Il faut donc bien préparer ce qu'on pourrait appeler des mariages arrangés...

17Cette politique s'est traduite cette année par la mise sur pied d'une série sur les métiers qui sera coproduite par une chaîne de télévision. Le concours d'un producteur exécutif, qui s'est employé, après avoir longuement rencontré les ethnologues, à constituer les couples évoqués ci-dessus, s'est révélé de ce point de vue très utile. Nous en attendons les résultats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morel A., 1988, « Une politique de l’audiovisuel : la stratégie du mariage arrangé », Terrain, n° 11, pp. 134-137.

Référence électronique

Alain Morel, « Une politique de l'audiovisuel : la stratégie du mariage arrangé », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3324 ; DOI : 10.4000/terrain.3324

Haut de page

Auteur

Alain Morel

Mission du patrimoine ethnologique

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals