Navigation – Plan du site
Repères

Des ethnologues régionaux

Synthèse des bilans établis par les ethnologues régionaux, pour le Conseil du Patrimoine ethnologique du 17 décembre 1987
Michel Valière
p. 138-141

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1En poste depuis près de cinq années dans les régions — leur terrain —, les ethnologues régionaux constituent de véritables moteurs du développement de l'ethnologie en France1.

2Ces nouveaux partenaires des chercheurs, des associations, des institutions œuvrent pour la recherche ethnologique et la valorisation du patrimoine ethnologique.

3Le présent bilan a pour objet de mettre en lumière le rôle des acteurs et agents en présence, associatifs ou institutionnels, de présenter les actions de formation et des orientations et perspectives régionales.

4Qu'en est-il donc du développement de la recherche dans les régions où exercent les ethnologues ?

5La politique d'incitation et de soutien à la recherche menée par la mission du Patrimoine ethnologique s'est traduite par un certain nombre d'actions, qu'il s'agisse de « recherche fondamentale » ou de « recherche appliquée », si l'on veut bien, pour la commodité, accepter cette dichotomie, la seconde étant plutôt censée concerner tout ce qui relève d'opérations de valorisation du patrimoine ethnologique régional sous ses apparences les plus diverses. On conviendra que l'opposition recherche fondamentale/recherche appliquée est assez peu pertinente, car la seconde ne va pas sans la première, qui n'a elle-même d'autre visée que la production de savoir qui ne demandera qu'à être exploité.

6Cela posé, il faut bien reconnaître que dans le domaine de la recherche, de son intensité — et de sa qualité, je suppose — c'est la présence d'équipes universitaires ou scientifiques (CNRS) qui est déterminante. L'exemple de la Picardie, de Poitou-Charentes et de la Champagne-Ardennes ou de la Bourgogne est assez explicite : peu ou pas de professionnels en ethnologie... Des recherches sont cependant initiées à partir d'équipes de disciplines voisines (lettres et sciences humaines).

7En revanche, lorsqu'il existe des équipes mieux établies (Rhône-Alpes, Franche-Comté, Midi-Pyrénées, Lorraine), la recherche peut s'y développer. L'ethnologue régional pouvant alors s'attacher à orienter les aides de la Mission vers les projets soutenus par des laboratoires universitaires, ou inciter les « inventeurs » de projets à y associer les universitaires (Lorraine). Il peut aussi essayer de désenclaver telle équipe trop isolée (Languedoc-Roussillon).

8Partout cependant, aux côtés de recherches structurées, des individus travaillent sur des thèmes qu'ils se sont donnés, soit dans le cadre d'associations qui s'organisent quelquefois en groupements (en Languedoc-Roussillon), soit à la faveur de quelque diplôme sous la direction d'un professeur très éloigné. Il peut alors se créer une équipe dont l'ethnologue régional est conseiller, ou tuteur (Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes...) et un véritable pôle autour duquel s'organise une recherche dynamique et créative.

Quels sont les acteurs/les « agents » en présence ?

9La plupart des régions se caractérisent par une absence de cursus complet de l'ethnologie dans les universités ; certaines régions regroupent les chercheurs participant à des actions soutenues par la mission du Patrimoine ethnologique, le meilleur exemple étant celui du Centre comtois de recherche ethnologique qui associe des chercheurs engagés dans des cursus universitaires à Strasbourg, Nanterre ou Lyon mais qui œuvrent dans des structures associatives et institutionnelles. C'est le rôle de l'ARPE2 en Poitou-Charentes, du CCR3 de Toulouse. En Bourgogne, l'ethnologue régional est l'interlocuteur qui intervient en qualité de « généraliste » au niveau de la méthode de recherche ; même état d'esprit en Champagne-Ardennes où l'ethnologue régional déclare qu'il semble primordial de mettre en œuvre toute une dynamique qui conjugue recherche fondamentale, conservation et valorisation du patrimoine ethnologique. Quant à la Picardie, on a pu y constater que des travaux relatifs à des projets financés en 1981 ont été conduits par des équipes « parisiennes » dont l'étape picarde ne constituait qu'un échelon de la progression scientifique... Là aussi commencent à se dégager quelques actions coordonnées. Si la Lorraine développe avec ses CCSTI4 des lieux de coopération exemplaires, en Languedoc-Roussillon c'est la politique des groupements qui joue le rôle de structuration des divers réseaux. Une question se pose déjà : quels sont les financements relais pour les « après-groupements » ?

10On l'aura compris, les conseillers sectoriels à l'ethnologie et les ethnologues régionaux ont mis en place soit des structures relais plus ou moins formelles, pour servir de plate-forme aux chercheurs, le plus souvent isolés, qu'ils soient engagés dans des actions de recherche contractuelles ou individuelles, soit quelques « labos clandestins ou souterrains »... où ils œuvrent en qualité de tuteurs, de répétiteurs, voire de directeurs de recherches !...

11C'est vraisemblablement ce rôle de fédérateur des chercheurs qui motive le plus les ethnologues régionaux, d'abord parce qu'ils ont tous un goût affirmé pour la recherche, ensuite parce que seule une structuration cohérente de ce milieu devrait permettre de couvrir l'ensemble des régions et, on peut en faire l'hypothèse, devrait produire une « recherche » qui ne soit pas seulement motivée par les incitations des appels d'offres nationaux mais qui invente ses actions au contact des terrains où elle se développe... Le rôle et la place de l'ethnologue régional devant alors être mieux définis...

Structuration du milieu associatif

12Le tissu associatif semble partout assez dense. Cependant la structuration régionale reste problématique en raison des grandes disparités qu'offrent les associations, qu'elles soient thématiques (Maisons paysannes de France en Picardie ou d'intérêt général (Union en Poitou-Charentes...)5. Dans certaines régions des offices jouent — ou semblent pouvoir/devoir jouer un rôle fédérateur tel dans l'Hérault en Languedoc-Roussillon l'ODAC6.

13Trop d'associations cependant, souvent bien établies, ne s'intéressent à l'ethnologie qu'en référence au « patrimoine ethnologique » qu'elles abordent avec une démarche folklorisante, régionaliste ou de revendication identitaire (Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes). L'ethnologue régional, s'il doit composer avec, doit aussi savoir prendre ses distances en favorisant la mobilisation de nouveaux partenaires, à l'occasion notamment des nouveaux appels d'offres (Champagne-Ardennes).

Structuration des institutions

14Toutes les régions offrent des réseaux de musées à caractère ethnologique — on dira plus volontiers aujourd'hui, anthropologique ! Y en a-t-il plus en Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées qu'en Poitou-Charentes, ou en Bourgogne, qui saurait le dire ? Chacun se plaît à reconnaître l'ampleur d'un mouvement de création de musées et maisons de pays ou d'écomusées à thèmes dont le nombre interpelle tout autant les services administratifs que les ethnologues régionaux...

15Si en Picardie on connaît bien l'œuvre de l'écomusée du Beauvaisis sur le patrimoine industriel, en Franche-Comté s'est développée grâce aux ethnologues régionaux qui se sont succédé une « chaîne de musées » tout à fait originale qui traite de « l'économie et du travail comtois ». Même intérêt en Champagne-Ardennes et en Lorraine où l'on voit bien, comme en Franche-Comté, qu'à travers ces projets, ces réalisations et la mise en place de comités scientifiques, faits de techniciens et de professionnels, de chercheurs, d'universitaires et de conservateurs, c'est une réelle mobilisation qui s'opère en vue de créer les conditions d'une véritable recherche ethnologique. En Poitou-Charentes, ce mouvement n'est que par trop sporadique (musée de Parthenay, de Poitiers, réseau de maisons de pays du Parc régional du Marais poitevin et du val de Sèvre).

16Les institutions, qu'elles soient muséographiques ou de type Parc, s'adjoignent des ethnologues professionnels ou des diplômés de sciences humaines voisines pour mieux structurer leurs actions, en principe, en liaison avec l'ethnologue régional (Poitou-Charentes : Angoulême, Niort, Parc régional ; Franche-Comté, recrutement récent d'un conservateur régional). Cette tendance semble s'accélérer...

Politique de formation

17Le cas général, je le rappelle, est l'absence de filières universitaires. Aussi dans la plupart des cas l'ethnologue en région s'attache à élaborer une politique de formation destinée, dans un de ses volets, à former des chercheurs locaux pour irriguer les réseaux associatifs et institutionnels, dans l'autre volet, à appuyer les « étudiants » (quelquefois en cours d'emploi) éloignés de leurs centres de formation universitaires, souvent avec l'accord explicite des directeurs de recherche.

Les actions propres

18Elles s'actualisent surtout par l'organisation de stages locaux, départementaux, régionaux ou nationaux, soutenus par la mission du Patrimoine ethnologique et l'institut du Patrimoine. Je me permets de souligner ici le côté très volontariste des ethnologues en région, qui est l'écho et le résonateur de l'action volontariste et très soutenue de la mission du Patrimoine ethnologique.

19Les types de stages sont variés quant à leurs contenus ; cependant on peut y reconnaître : des stages d'initiation (et d'information) à l'ethnologie, à l'adresse des cadres associatifs, des élus, des enseignants de toutes disciplines dans le cadre d'informations sur le patrimoine (Franche-Comté, Poitou, Picardie) ;

20des stages sur les sources pour l'ethnologie de la France. (Poitou-Charentes, à l'occasion de la création de la Médiathèque régionale ; Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, autour du GARAE de Carcassonne et de l'antenne de Toulouse de l'École des hautes études en sciences sociales) ;

21des stages plus techniques :

  • formation à l'enquête ethnographique dite aussi « technique d'enquête orale » ;

  • formation à la maîtrise de l'audiovisuel et des technologies d'accompagnement de la recherche, ou de sa mise en valeur (Franche-Comté) ;

  • formation à la muséographie des musées d'anthropologie notamment avec les actions du Centre des cultures régionales en Midi-Pyrénées, mais aussi en Rhône-Alpes et Bourgogne ; bientôt en Languedoc-Roussillon ;

  • formation à l'ethnotechnologie (Picardie, Bourgogne).

22Dans tous les cas, on évite les stages « fourre-tout », mais on s'efforce de recentrer autour de thématiques précises, de façon que les participants puissent rencontrer des chercheurs et que soient délivrées des informations rigoureuses sur les méthodes et orientations de l'ethnologie. Là encore, c'est la place de l'ethnologue régional qui doit mieux être définie : du conseiller sectoriel à l'ethnologie, au chercheur/ou responsable scientifique. Il y va de la reconnaissance de la compétence technique de ces personnels qui semble ne pas faire de problèmes ailleurs, à l'Inventaire ou à la direction des Antiquités... Du point de vue axiologique, cela ne va pas sans interrogation. Ce souci, partagé par tous, est clairement posé par F. Calame, en Picardie, où la situation semble particulièrement difficile, tant du point de vue de l'absence de cadres, qu'en raison des représentations mêmes de l'ethnologie.

23Les politiques de formations propres n'empêchent pas toute recherche de collaboration avec les universités. Partout elles sont souhaitées et quelquefois semblent aller de soi (Champagne-Ardennes, Picardie...). Ainsi, P. Desseix souligne le très vif intérêt des universitaires lorrains ; dont les travaux englobent l'ethnologie — ou les « branches connexes de l'ethnologie ». Cela est vrai, bien sûr, pour les projets de recherche ; mais d'un point de vue général, les liaisons avec les universités se font plutôt au travers de candidats à des diplômes qui s'insèrent dans les actions de formation soit pour y apporter le témoignage de leurs expériences en cours, soit pour y acquérir un complément de formation.

24C'est autour de ces derniers que s'articule la politique d'attribution d'allocations de recherche, en vue de l'ancrage de jeunes professionnels formés à l'ethnologie et aux techniques de valorisation du patrimoine ethnologique dans des équipes associatives ou institutionnelles.

Orientations et perspectives régionales

25Synthétiser les choix et les actions à venir me paraît trop aléatoire. Aussi vaudrait-il mieux rappeler, à partir des missions des ethnologues régionaux quelle est leur perspective d'intervention socio-professionnelle.

26S'agissant pour la plupart de « conseillers » — et tous en font métier ! — les ethnologues en région sont souvent les premiers interlocuteurs des partenaires associatifs et des élus qui entendent monter un programme : faisabilité d'une maison de pays ici, là d'un écomusée thématique. L'ethnologue, interpellé, sollicité, pris à partie, courtisé, doit faire œuvre de discernement, faire preuve d'autorité, avoir acquis, on l'a vu, une certaine crédibilité, et le voilà « baladé » au gré des projets, des financeurs de projets... Rien de bien extraordinaire au fond pour les professionnels des administrations ; mais les ethnologues régionaux s'ils accomplissent volontiers ces tâches sont aussi et surtout attachés à une œuvre intellectuelle, et, permettez-moi de le préciser « patrimoniale ».

27Sans se laisser aller au messianisme, ils estiment qu'il est de leur ressort, qu'il est de leur devoir, de s'intéresser à tout un patrimoine laissé pour compte, tout un patrimoine in situ, fait des savoir-faire et de leurs modes particuliers de transmission. On peut en juger par l'intérêt croissant porté aux cultures scientifiques et techniques, à l'artisanat, aux savoirs populaires, sans parler de toutes les productions symboliques et esthétiques, qu'il s'agisse de la musique, de la danse, des littératures orales... Tout un patrimoine dont cette fin du xxe siècle semble avide...

28L'ethnologue régional en est comptable, mais il entend aussi œuvrer à la recherche et à la définition de nouveaux objets — au sens scientifique ; au sens culturel aussi. Quel développement donne-t-il au cinéma ethnologique, dans ses rapports avec la fiction ; quelles actions, en faveur du roman ou du roman ethnographique ; quelle muséographie pour les musées à vocation anthropologique, quelles relations entretiendra-t-il avec les collègues des autres disciplines universitaires, des autres agents du Patrimoine au ministère de la Culture, des partenaires culturels, des collectivités territoriales, ou sur le terrain ?

29Les bilans des ethnologues régionaux laissent chaque fois entrevoir des souhaits, des incertitudes, des inquiétudes sur leur fonction, sur leur lendemain même...

30On sait avec quelle passion les ethnologues régionaux conduisent leur action, aidés en cela par les personnels de la mission du Patrimoine ethnologique et les membres du Conseil.

31Alors on peut se poser la question de l'insertion sociale, professionnelle et administrative des « conseillers sectoriels à l'ethnologie » et des « ethnologues régionaux »... Développer l'ethnologie comme secteur du Patrimoine, c'est d'abord permettre à ces nouveaux agents la maîtrise d'œuvre complète, sinon de la politique ethnologique générale à conduire, en tout cas des choix d'action, depuis les premiers repérages, la formulation d'hypothèses de travail, l'élaboration de méthodologies appropriées qu'il convient de mettre au point chaque fois, du suivi des recherches et ce, jusqu'à la restitution — au sens large — disons aujourd'hui à la valorisation, pour ne pas aller jusqu'à la monétarisation...

32Il n'y aura pas d'ethnologie dans les régions sans missions régionales d'ethnologie où l'on pourra organiser avec l'autorité requise l'étude du patrimoine ethnologique, sa sauvegarde, sa conservation, et sa mise en valeur.

33C'est en ce sens que l'ethnologie figure dans les préoccupations des COREPHAE7 où siègent ès-qualité la plupart des ethnologues régionaux.

Haut de page

Notes

1Pour mémoire, je me permets de rappeler les régions où s'exerce l'activité des ethnologues régionaux :Bourgogne : François PortetFranche-Comté : Bertrand HellLanguedoc-Roussillon : Christian JacquelinPicardie : François CalameRhône-Alpes : Yvon HamonChampagne-Ardennes : Marc AndréLorraine : Patrick DesseixProvence-Alpes-Côte d'Azur : Annie-Hélène DufourPoitou-Charentes : Michel Valière
2Association régionale pour la mise en valeur du patrimoine ethnologique et la promotion de l'ethnologie dans le Poitou et les Charentes.
3Centre des cultures régionales.
4Centre de culture scientifique, technique et industrielle.
5Union Poitou-Charentes pour la culture populaire.
6Office départemental d'action culturelle.
7Commission régionale du patrimoine historique, archéologique et ethnologique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valière M., 1988, « Des ethnologues régionaux », Terrain, n° 11, pp. 138-141.

Référence électronique

Michel Valière, « Des ethnologues régionaux », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3325 ; DOI : 10.4000/terrain.3325

Haut de page

Auteur

Michel Valière

Ethnologue régional en Poitou-Charentes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals