Navigation – Plan du site
Repères

Être ou ne pas être... ethnologue ?

Bernard Bachman
p. 142-145

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Réunion
Haut de page

Texte intégral

1Le dernier colloque du Centre d'ethnologie française et du musée national des Arts et Traditions populaires s'est tenu à Paris les 19, 20 et 21 novembre 1987. Le dernier jour, une table ronde sur le thème du « rôle de l'ethnologue dans la société » réunissait un certain nombre de professionnels. En fait, le débat mettait davantage l'accent sur le ou plutôt les nouveaux rôles des ethnologues dans leur propre société et au sein de milieux particuliers tels que l'entreprise, les collectivités locales, l'école. J'ai nettement eu le sentiment que les expériences relatées apparaissaient singulières aux yeux des ethnologues incrédules présents dans la salle et qu'ils y voyaient pour la plupart des pratiques marginales ou au pis des « jobs » provisoires en attendant l'Intégration à l'université ou au CNRS.

2Nous le savons tous, le métier et le statut de chercheur auquel une grande part de l'ethnologie enseignée actuellement en France prépare, restent inaccessibles au plus grand nombre pour des raisons multiples qu'il ne convient pas de développer ici, mais que nous connaissons bien. Il est vrai que le « hors statuts » reste le plus souvent marginal même détenteur d'un diplôme, généralement un doctorat de 3e cycle. Rituel initiatique, la « vacation » opère alors une sélection aux méandres obscurs. L'impétrant tenace et talentueux verra, dans le meilleur des cas, s'ouvrir les portes de la recherche et ira rejoindre ses pairs. Les autres se fondent dans la masse anonyme des chômeurs intellectuels. Ils pourront toujours se targuer d'un savoir ethnologique, forme originale en notre fin de xxe siècle de la traditionnelle culture générale. Les plus malins obtiendront quelques cours dans des écoles ouvertes à une approche nouvelle des problèmes de société ; peut-être plus directement confrontés à des situations où l'ethnologue apparaît comme détenteur d'une clé de compréhension telle que le pluri-ethnisme par exemple.

3Les communications de cette table ronde sont les signes incontestables d'un changement dans la profession. Une nouvelle pratique ethnologique est née. Ces nouveaux ethnologues s'affirment çà et là dans des rôles novateurs et encore expérimentaux pour la plupart.

La difficulté d'être

4Si « être c'est être perçu » (Berkeley 1944), il est souvent vérifié que pour le jeune ethnologue seuls les autres ethnologues lui confèrent cette perception voire cette appellation. Pourtant muni d'un diplôme, il devrait pouvoir être perçu par une communauté plus large. Celle-ci cependant n'intègre que rarement hors du corps restreint des chercheurs des professionnels au savoir méconnu le plus souvent. L'ethnologue, il faut bien en convenir, n'est pas souvent attendu. S'il souhaite une reconnaissance professionnelle, il lui est nécessaire de démontrer dans son milieu et hors de son milieu une valeur à son propre travail. A quoi peut prétendre l'ethnologie dans la France d'aujourd'hui ? Que faire de ce savoir dans un monde qui, lorsqu'il ne l'ignore pas, le confine dans une connaissance de l'exotique ou, pour les plus informés, à une pratique de l'observation contrôlée en milieux particuliers, auxiliaire d'une science humaine dite appliquée et aux finalités souvent jugées hasardeuses.

5Parallèlement, nous assistons depuis quelque temps incontestablement à une demande croissante d'ethnologie. Cette demande s'exprime fréquemment par le besoin de racines historiques et la valorisation de patrimoines culturels oubliés ou menacés (Chiva/Jeggle 1987). L'ethnologue s'est alors intégré tout naturellement aux gens de musées et plus difficilement mais tout aussi de manière irréversible dans le corps des conservateurs ; l'expérience écomuséale et le rôle pionnier du musée national des Arts et Traditions populaires l'ont fortement aidé à s'imposer sur un territoire convoité.

6L'ethnologue dans un musée autre qu'un musée d'ethnologie surprenait naguère. D'ailleurs l'évolution de sa place au sein de l'institution muséale est en rapport avec l'évolution de l'institution elle-même qui s'est enrichie au contact de l'ethnologie et des ethnologues. Le musée se veut généralement en France « lieu de mémoire, d'enseignement et de méditation » (Pommier 1986). Au contact de cette nouvelle discipline ne devient-il pas moyen de traduction de culture à culture (Balandier 1987) ? A une époque où la compréhension de l'autre devient de toute évidence une nécessité vitale, cette fonction revêt une grande importance.

7L'entreprise s'intéresse aussi à l'ethnologie. Elle s'y intéresse directement en demandant à l'ethnologue d'étudier ses « tribus intérieures » et indirectement, presque sans le savoir, en constatant de plus en plus que les notions de culture et d'entreprise cessent d'appartenir à des mondes différents. La gestion par la culture pourrait remplacer la gestion par les structures. La culture d'entreprise est depuis peu un thème à la mode et apparaît comme une dimension fondamentale de tout acte de gestion (Boiteux 1986). A la suite des Anglo-Saxons, quelques praticiens français se sont mis au service de firmes novatrices avec plus ou moins de succès. Un champ immense reste à explorer. L'insertion de l'ethnologue dans un milieu tel que l'entreprise n'est pas, de part et d'autre, une opération avisée à réaliser. Elle demande reconnaissance et respect mutuel comme dans toute rencontre en vue d'une collaboration fructueuse.

8Un autre demandeur d'ethnologie, plus récent, est la collectivité locale pour qui la culture est devenue un enjeu (Muller 1987). Pour beaucoup, il s'agit encore exclusivement du théâtre, de la musique, de l'enseignement artistique et des secteurs du patrimoine. La décentralisation territoriale et l'attribution aux régions de compétences culturelles nouvelles (Gazette des communes 1987) devraient, dans un avenir proche, offrir une ouverture aux ethnologues et une écoute attentive aux propositions qu'ils pourront formuler.

9Les nouveaux interlocuteurs que sont les collectivités locales ou leurs établissements publics se doivent d'être informés de l'apport de ces nouvelles compétences professionnelles de haut niveau. Nous ne dirons jamais assez le rôle de la communication dans la compréhension de notre discipline par le public et par des employeurs potentiels. Nous devons tendre à un effort commun de crédibilité et quelquefois convaincre, ce qui ne s'improvise pas. Entre l'État, la région, les départements, les communes, les associations et les entreprises, l'ethnologue par le sérieux de son travail, la rigueur de ses analyses, son honnêteté intellectuelle, devient un être perçu en tant que détenteur d'une compétence professionnelle nouvelle. C'est dans plusieurs domaines qu'il est prédisposé à maîtriser un savoir-faire. Pour ma part, j'en distingue quatre correspondant à une demande actuelle : être un médiateur en tant que traducteur de milieux particuliers les uns vis-à-vis des autres ; être un formateur et un informateur sur le patrimoine au sens le plus large du terme ; être un chercheur dans sa discipline ; être un entrepreneur en étant capable d'élaborer des projets cohérents et de les réaliser.

10L'ethnologue peut choisir un de ces rôles ou les jouer tous à la fois en dosant l'un par rapport aux autres et en accentuant la division du travail au fur et à mesure que croît la complexité. Le travail n'est pas sans risque. Il s'agit bien de prouver une compétence et chacun choisira son registre : patrimoine ; réalisation d'un centre « culturel » ; analyse ; recherche et développement (Pontier 1986). C'est pourtant bien en ethnologue que le nouveau praticien agit. La démarche est plus qu'une reconnaissance en tant qu'expert, ce qui n'est pas pleinement satisfaisant, mais vise plutôt à faire progresser les frontières d'une discipline choisie et pour laquelle nous sommes formés.

11Comment mettre en pratique ces opinions ? Il n'y a bien entendu aucune recette. Nous allons voir avec l'étude d'un cas comment, parce que l'ethnologie est ma discipline, il m'a été possible de mettre en place le Centre d'étude de valorisation et de développement de la région Réunion (CEVAD) appelé à jouer un rôle important dans l'action culturelle de la collectivité territoriale dans les années à venir.

Le CEVAD, région Réunion

12C'est une demande muséale qui est à l'origine de ce projet devenu « grand projet régional ». L'idée du musée de la Canne et du Sucre est une idée ancienne dans l'île. Après une année de concertation, d'analyse et d'enquête, c'est une entité plus complexe qui est proposée puis acceptée d'une part par l'État, d'autre part, par la région : le Centre d'étude de valorisation et de développement. Celui-ci a quatre objectifs :

  • Consigner la mémoire et expliquer l'histoire réunionnaise.

  • Être un partenaire de développement. En particulier la diffusion de la connaissance scientifique et technique devrait aider les actions visant à l'insertion dans la prochaine décennie de la jeunesse de l'île.

  • Encourager la diffusion de produits culturels en s'appuyant sur les stratégies de rayonnement de la culture française dans l'océan Indien.

  • Concerner l'ensemble des communes et de la population en impliquant un maximum d'acteurs dans une durée et sur un territoire.

13Il est prévu une implantation progressive sur tout le territoire régional de « Points Relais ». Le premier de ceux-ci est un muséum agricole et industriel relativement important puisqu'il comprend 5 000 m2 d'expositions. L'approche ethnologique et ethnotechnologique en particulier sera privilégiée. Ce muséum situé à Stella Matutina est en cours de réalisation et doit ouvrir à la fin de l'année 1989.

14Stella s'inscrit non seulement dans un territoire, mais aussi dans une dynamique de développement. Le muséum agricole et industriel est un émetteur et un récepteur. Il capte, médiatise, diffuse. Il est aussi, et peut-être de manière privilégiée, « pare-chocs du futur » pour reprendre l'expression d'Alvin Toffler (1971) et devient un lieu permettant de renforcer les facultés d'adaptation de l'individu, ce qui constitue, toujours pour Alvin Toffler, une tâche essentielle : « Il ne suffit plus à Johnny de comprendre le passé. Il ne lui suffit même plus de comprendre le présent, car son environnement immédiat est voué à une disparition prochaine. Johnny doit apprendre à prévoir le sens et le rythme de l'évolution. Pour parler de façon plus technique, il doit apprendre à faire de multiples prévisions, des hypothèses à terme de plus en plus long pour l'avenir » (1971 : 449).

15S'agirait-il de faire de Stella un centre de prospective ? Pas tout à fait mais en tentant de comprendre et de présenter la complexité du présent en en formulant des problématiques renouvelées, Stella se donne pour objectif de faciliter la compréhension de l'environnement et d'inciter à l'élaboration de scénarios possibles. Ce qui constitue une dimension supplémentaire au problème permanent du muséologue qui est de concilier diachronie et synchronie d'une part, idéal et réel d'autre part. Le réel est ce qui ne peut être changé. Si « être c'est être perçu », nous admettrons aussi que la perception que le visiteur aura d'un groupe professionnel contemporain, les planteurs de cannes à sucre par exemple, ne peut pour l'ethnologue n'être que réelle.

16La tentation ethnologique est la plus forte. Pour l'ethnologue, le planteur moyen n'existe pas en tant que réalité. De même, le type représentatif est pour lui contestable. Il est préférable pour le visiteur qui peut être lui-même un planteur de se percevoir par rapport à un autre planteur, découvrant alors ses ressemblances et ses différences, plutôt que se percevoir dans le miroir déformant d'un planteur imaginaire. Cet imaginaire s'oppose au réel.

17Tout en étant une mémoire, le musée (Stella) est aussi une « caisse de résonance » de la société dans laquelle il est inséré. Il subit ses influences. Il ne doit surtout pas être hermétique à l'événement. S'il l'est, il se condamne lui-même à une sclérose rapide. Il n'est pas pourtant simplement un écho. Il opère une transformation. Il ne s'agit pas seulement d'une salle d'actualité (qui trouve par ailleurs une autre justification tout à fait légitime). Cette transformation est le souci constant pour saisir cette réalité, c'est-à-dire autre chose qu'un idéal voire une croyance. Stella devient alors et alors seulement ce fameux outil de prospective.

18Les trois axes du muséum agricole et industriel sont donc mémoire, compréhension du présent et interrogation sur l'avenir. Ils se traduisent par l'aménagement d'une ancienne usine sucrière (4 520 m2 développés) et d'un parc de deux hectares. Trois grands secteurs se distinguent : histoire, sciences et techniques sucrières, agriculture contemporaine, et comportent entre autres : un forum de 235 m2 ; un champ archéologique de 175 m2 ; une spirale et belvédère intérieur de 370 m2 ; un espace d'expositions temporaires de 780 m2 ; un jardin intérieur ; un restaurant... Le parc comporte un jardin des techniques et un espace ethno-botanique.

L'ethnologue praticien

19Ainsi l'ethnologue conçoit, propose, réalise. Il éclaire, attire l'attention sur tel ou tel aspect des milieux particuliers étudiés. Au sein d'une administration il a sa place. Il n'est pas au sens général du terme un chercheur mais un « praticien » impliqué et responsable d'une action à court, moyen et long terme. Cette pratique, bien entendu, n'exclut pas une réflexion et l'ethnologue est un opérateur qui pense et agit. Il y a beaucoup à dire sur cela. Laissons le temps de l'expérimentation. Pour l'instant je conclus en restant persuadé qu'un lieu muséal (c'est le cas de Stella Matutina) où l'ethnologue reste le maître d'œuvre est la plus sûre garantie de devenir un « réservoir d'âme » et un indispensable « producteur de sens » dans une société qui s'interroge en permanence.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G., mai 1987. Conférence donnée à l'Institut de linguistique et d'anthropologie, Saint-Denis de la Réunion.

Berkeley G., 1944. « Traité sur les principes de la connaissance humaine », Œuvres choisies, Paris, Aubier-Montaigne, nouv. édit. en 1962.

Boiteux M., 1986. « Culture et entreprise », Revue des Sciences morales et politiques, n° 4, pp. 595-610.

Chiva I. et U. Jeggle, 1987. Ethnologie en miroir, Paris, MCC et MSH, 396 p.

Muller J., 1987. Cahiers français, n° 233, p. 61.

Pommier E., 1986. « Naissance des musées de province », Les lieux de mémoire II - La Nation, Paris, Gallimard, pp. 451-495.

Toffler A., 1971. Le Choc du futur, Paris, Denoël/Gonthier, p. 449.

La Gazette des communes, numéro de décembre 1987, p. 42.

Loi du 2 mars 1982 ; loi du 7 janvier 1983 et loi du 22 juillet 1983 sur les compétences culturelles des régions : Pontier J.-M. « Les Régions et la culture », Revue française de droit administratif - 2 (4) juillet/août 1986, pp. 555-567.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bachman B., 1988, « Être ou ne pas être… ethnologue ? », Terrain, n° 11, pp. 142-145.

Référence électronique

Bernard Bachman, « Être ou ne pas être... ethnologue ? », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3326 ; DOI : 10.4000/terrain.3326

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals