Navigation – Plan du site
Du congélateur au déménagement

Avant-propos

Alain Morel
p. 5-6

Entrées d’index

Thème :

vie domestique
Haut de page

Texte intégral

1Le consommateur, dont on fait volontiers un portrait-type, est-il cet être passif, attaché aux modèles véhiculés par les médias, soumis aux normes définies par les industriels ? N'est-il pas aussi créateur de comportements singuliers dans les différentes manières d'utiliser un produit, de s'approprier les machines domestiques, de les intégrer à un univers de besoins et d'aspirations singulier, et enfin de leur conférer un pouvoir symbolique, tout autant désiré que suggéré de l'extérieur ? En proposant un programme de travail sur le thème des consommations familiales le Conseil du patrimoine ethnologique souhaitait mettre l'accent sur la dimension culturelle des consommations, qu'il recommandait d'observer dans les pratiques domestiques quotidiennes en matière d'alimentation, d'habillement, d'usage de l'espace, d'ameublement ou d'équipement ménager... Le sens des pratiques était à rechercher dans l'interaction entre une logique technique qui s'impose à tous et une logique socio-culturelle propre aux différents groupes sociaux dont on suppose l'existence en tant qu'unités socialement et culturellement différenciées.

2Les premiers résultats présentés dans ce numéro montrent que la recherche sur ce thème ne s'est pas faite à partir du principe premier, pour les ethnologues, de la discontinuité culturelle. Habituellement spécialiste d'un groupe restreint, d'une culture, entités créatrices de significations auxquels sont rapportés faits et comportements, l'ethnologue s'est ici attaché à une activité — la lessive, la conservation des aliments, l'usage de la micro-informatique, la décoration intérieure... — qu'il étudie comme champ de pratiques.

3Aussi les familles où ont été effectuées ces observations ne se rattachent-elles pas à des groupes sociaux culturellement différenciés, mais appartiennent à des ensembles plutôt lâches et apparemment sans autre cohésion que celle produite par la culture dominante : un ensemble de ménages ayant acquis un micro-ordinateur domestique habitant la région grenobloise, la collectivité des familles de marins-pêcheurs bretons de la côte sud-ouest, des propriétaires de congélateurs en Bretagne, un échantillon de ruraux habitants diverses localités de la Margeride, quelques familles du vieux-Lyon ayant déménagé... Allant plus loin encore sur ce chemin Pierre Sansot et Emmanuel Preiss étudient certaines pratiques alimentaires en Languedoc, à partir d'observations diverses prises ici et là.

4Le type de population étudiée — au mieux un échantillon représentatif des habitants d'une vaste région — montre bien que les activités domestiques de consommation ont été appréhendées à l'échelle de phénomènes de masse, quantifiables, et non pas à l'échelle de particularismes culturels liés à l'appartenance à des groupes localisés et bien identifiés.

5Faut-il cependant, comme Paul Jorion, nous invite à le faire, considérer qu'en matière de consommation le nivellement est tel qu'il ne subsiste plus entre les différents milieux sociaux que des différences minimes et que « le facteur déterminant les différences n'est plus comme autrefois un habitus de micro-monde mais la somme dont dispose un ménage en début de mois » ?

6Pour lui, le phénomène saillant de la consommation des ménages vivant de la petite pêche le long du littoral breton est la rivalité entre le mari et la femme pour l'appropriation du revenu et ce dans une période où celui-ci a fortement augmenté. Cette voie devrait conduire à l'étude de la morale économique qui préside aux choix possibles entre différentes consommations, morale fondée sur des valeurs propres au groupe étudié et à l'histoire particulière de chaque ménage.

7Sans pour autant méconnaître la tendance à la banalisation des pratiques le problème peut être formulé autrement. Il relève d'une question classique : comment un outil, une machine ou un procédé technique nouveau sont-ils adoptés ? Comment trouvent-ils leur place dans le système technique préexistant, et plus généralement dans un univers mental ? Quelles modifications des rapports sociaux entraînent-ils ? Le travail de Anne Guillou et Pascal Guibert sur le succès du congélateur chez les agriculteurs montre l'intérêt de cette problématique. Une société qui a une large tradition de conservation, sous forme de conserves et salaisons notamment, et consomme rarement frais, qui enseigne à préserver pour le lendemain, a accueilli la congélation comme un moyen d'épargner davantage et mieux. Mais l'innovation technique a des effets inattendus : elle bouleverse les cadres temporels. Le congélateur conduit à penser en terme de semaines, mois, semestres, voire années, alors que les autres systèmes de conservation étaient associés aux saisons. Il contribue aussi à diversifier la nourriture par l'introduction des produits industriels et donc à diffuser de nouvelles saveurs et modifier conséquemment le goût. Le propos de Sylvette Denèfle fait écho à ceux de Anne Guillou et Pascal Guibert quant aux modalités selon lesquelles une machine à laver le linge est l'objet d'une appropriation, de résistances et d'usages singuliers. Les différentes utilisatrices remplissent leur machine selon leur conception du propre et du sale, et plus généralement de la souillure. Laver le linge sale en famille ne signifie pas tout mélanger.

8L'acquisition d'un objet, d'un produit destinés à être consommés dans l'espace domestique peut être considérée d'un autre point de vue que celui de sa valeur de marqueur social d'un style de vie. L'objet acquis doit s'intégrer à un ensemble préexistant qui a une cohérence technique, esthétique et symbolique. Plusieurs équipes se sont attachées à l'analyse des systèmes d'objets domestiques, au choix des divers éléments et à leur agencement. Le déménagement, moment critique où il faut repenser l'aménagement et se séparer d'objets, peut être un révélateur des cadres mentaux qui donnent un sens à l'organisation de l'espace privé. Michel Rautenberg qui a participé au déménagement de neuf familles lyonnaises constate que celles-ci changent plus facilement les objets que l'organisation spatiale dans laquelle ils prennent place. Il est difficile de passer d'une cuisine centrée sur la table, support de la majeure partie des activités culinaires, support aussi d'une partie importante de la sociabilité familiale, à une cuisine intégrée où la ménagère va d'un poste de travail à un autre en utilisant diverses machines. Mais le déménagement c'est aussi le bouleversement potentiel et redouté du « sanctuaire » où se sont accumulés avec le temps les signes d'une histoire de la famille, sous forme d'objets, de petites choses (cadeaux, photographies, cartes postales, souvenirs...) construction symbolique qui n'est pas destinée à être montrée, même si elle est visible ; elle a surtout une valeur pour le sujet. C'est sa propre identité, son histoire, son patrimoine qui sont mis en scène, comme le disent Philippe Bonnin et Martyne Perrot qui font une analyse de l'aménagement intérieur en Margeride, très voisine de celle de Michel Rautenberg. Tout en suivant les modèles dominants — la salle commune de l'ancienne ferme comporte désormais un coin salon avec canapé, fauteuil et télévision, un coin salle à manger avec sa table et ses six chaises —, ces familles rurales lozériennes reproduisent les normes de leur propre culture. L'espace public, celui où l'on accueille le visiteur, ce n'est pas le salon, c'est encore la cuisine, principal lieu de convivialité, comme dans la maison paternelle. Le modèle dominant n'est que métaphorisé.

9Un des objectifs de cet appel d'offres était aussi de replacer les faits de consommation, souvent séparés des autres pratiques comme s'ils relevaient d'une rationalité spécifique, dans les contextes culturels globaux où ils prennent pleinement leur sens. On trouvera dans les diverses contributions présentées ici, dont certaines présentent des recherches en cours, de nombreux exemples d'une telle mise en perspective. Citons les travaux sur les dépenses de santé en Corse qui s'inscrivent dans la recherche d'un statut et d'avantages financiers ; le bricolage dans un lotissement de la périphérie de Rennes, la décoration intérieure, le jardinage, l'autoconstruction informant sur la vie du groupe familial et son insertion dans un territoire restreint ; l'ameublement des ouvriers d'une tour HLM de Nanterre comparé à celui des cadres moyens d'une résidence d'Évreux qui montre, comme l'exprime l'équipe du Centre d'ethnologie française, que « la consommation vue du côté des pratiques est éminemment sociale et symbolique... Les objets du quotidien, même produits en série, sont tout autre chose que des biens à valeur marchande. Ils apparaissent comme des lieux de projet, de mémoire et d'amour ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morel A., 1989, « Avant-propos », Terrain, n° 12, pp. 5-6.

Référence électronique

Alain Morel, « Avant-propos », Terrain [En ligne], 12 | avril 1989, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3327 ; DOI : 10.4000/terrain.3327

Haut de page

Auteur

Alain Morel

Mission du patrimoine ethnologique

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals