Navigation – Plan du site
Du congélateur au déménagement

Hommes, femmes et « l'intérêt supérieur du ménage » à la petite pêche

Paul Jorion
p. 67-79

Texte intégral

1Le Play (1870) et son école inventèrent un objet jusque-là injustement négligé des observateurs de l'homme : la consommation des ménages. Quoi de plus instructif encore aujourd'hui que de relire Delaire sur le Paysan-paludier du Bourg de Batz (Loire-Inférieure) (1885) ou Escard sur les Paroisses et communes autonomes. Hoedic et Houat. Solutions anciennes de la question sociale (1897) ? En ces temps anciens, chaque métier vivait dans un micro-monde clos et rien ne différait davantage de la vie d'un paludier que celle de son voisin saunier. Aujourd'hui, du moins dans les provinces, les choses ont bien changé : la référence culturelle unique véhiculée par la télévision, la presse de télévision et la presse féminine, a unifié les structures de la consommation et le facteur déterminant celles-ci n'est plus comme autrefois un « habitus » de micro-monde mais la somme dont dispose un ménage en début de mois.

2De l'ouvrier de l'Arsenal à l'industriel, en passant par le pêcheur et le mareyeur, chacun à Lorient s'approvisionne désormais au Rallye : qu'on s'en réjouisse ou qu'on le déplore le fait est là et — selon l'expression aujourd'hui consacrée — incontournable. Partout dans les villages du littoral breton l'on pénètre dans la maison par la buanderie et les jardins potagers ne parent plus l'arrière des seules maisons de ceux « qui en ont réellement besoin ». L'ethnologue qui s'obstine à traquer la différence là où elle s'est faite ô combien discrète, en est réduit à scruter la qualité des tableaux qui ornent les murs : transmis par tradition familiale ou achetés ?

3Autrement dit, l'abord des milieux sociaux par la structure de la consommation est devenu trop nivelant pour être encore rentable : il en coûte aujourd'hui exactement autant pour qu'entre en faculté un adolescent de dix-sept ans, que le ménage soit de tradition familiale universitaire ou qu'il réalise ainsi une grande première dans sa propre tradition familiale, et les milieux qui peuvent se permettre une telle dépense sont désormais inextricablement mélangés : s'il reste des classes sociales, il n'y a plus comme autrefois des Etats1. Le danger est alors réel pour le sociologue ou l'ethnologue qu'il se laisse fasciner par des différences insignifiantes et en vienne à théoriser comme « hautement significatives » ce qui n'est par rapport au domaine de sa propre familiarité que différences régionales, voire micro-variations entre feuillets adjacents de la même classe moyenne.

4Pour éviter ces pièges, il faut alors s'y prendre autrement : il convient de mettre en évidence les significations différentes que peuvent prendre les mêmes objets parce qu'ils furent acquis comme emblèmes au sein d'histoires différentes. Et ces histoires, elles, prennent encore leurs racines dans des milieux distincts. Mon canapé et celui du pêcheur à qui je rends visite ont une histoire différente : le mien fut acheté au comptant et je m'y assieds tous les jours, il appartient à une longue lignée de canapés dont le premier, aux jours étudiants, fut rescapé d'un grenier familial, puis ils se succédèrent, de plus en plus cossus, à mesure que mes moyens financiers s'amélioraient ; le sien, acheté à crédit, fut le premier dans sa famille et il servit à ses débuts uniquement pour des « occasions » comme les réunions entre amis. Sans ces parcours distincts, les deux objets seraient désespérément identiques.

5Voilà pourquoi nous ne pouvons plus, comme autrefois, faire débuter nos recherches relatives à l'étude d'un milieu par un examen de sa consommation : c'est dans son histoire que réside encore sa différence et cette histoire, on peut encore la lire dans le rapport qu'entretiennent ceux qui, dans le ménage, « travaillent » avec la nature même de leur travail ; autrement dit, il nous faut éclairer la consommation par son envers qui est aussi sa condition, c'est-à-dire, par la production.

6On pourra toujours demander au statisticien qu'il épluche un jour pour nous l'inventaire des objets et des services acquis par les familles de pêcheurs, le sociologue préférera quant à lui mener un authentique travail de réflexion : qu'est-ce exactement que cette unité de consommation que l'on appelle un ménage, et quelles sont les transformations qu'elle subit ? C'est là l'objet de la présente réflexion.

La petite pêche

7Il existe en France, comme dans la plupart des pays industrialisés, des règlements administratifs — d'ailleurs régulièrement actualisés — définissant très précisément ce qu'il convient d'entendre d'une part par « petite pêche » ou par « pêche artisanale » et d'autre part par « grande pêche » ou « pêche industrielle ». La distinction n'opère toutefois pas une dichotomie authentique et l'on est obligé aussi d'envisager un domaine hybride de « pêche semi-industrielle », intermédiaire entre les deux « grands ». Pour ce qui m'occupe ici, admettons assez librement que je n'envisage pour la France que ces unités de pêche dont les embarcations font en général moins de vingt mètres — avec un équipage de moins de dix hommes rémunérés selon un système de métayage dit « à la part » —, dont les marées et les sorties en mer sont de moins de dix jours, et dont les armateurs et les propriétaires (en titre sinon de fait) sont embarqués en tant que membre d'équipage ou, le plus souvent, en qualité de patron. Les règlements administratifs font référence aussi à la jauge et à la puissance des moteurs. La jauge s'exprime selon l'ancienne unité de tonneaux et mesure la capacité intérieure du bateau proportionnellement augmentée par divers indices relatifs à son équipement. La puissance des moteurs est dans le long terme une valeur peu fiable étant donné son inflation constante : toujours plus puissant, pour aller et venir plus rapidement sur les lieux de pêche, et pour tracter des chaluts de plus en plus vastes.

8Mais il ne s'agit là que de caractères extérieurs, de ce que Hegel aurait appelé les « os » ; ce qui m'intéresse davantage ici, c'est que, pour reprendre des catégories économiques élémentaires, la petite pêche est fondée sur le ménage alors que la pêche industrielle est fondée sur la firme. Mieux dit encore la petite pêche est fondée sur une représentation subjective de l'économie alors que la grande pêche est fondée sur une représentation objective de l'économie. Je n'attribue pas, bien entendu, aux mots objectif et subjectif leur sens néo-kantien respectif de « référant à la Réalité-Objective » et « entaché de jugements de valeur » mais leur sens propre, soit respectivement « centré sur des objets » et « centré sur des sujets ». La petite pêche se caractérise en effet dans ses représentations par son renvoi à des hommes nommés Pierre, Jacques ou Paul et à des embarcations appelées Karl-Marx, Trois-Frères ou Pax-Christi, et la grande pêche, par son renvoi à des facteurs génériques tels armement, commandement, quantités débarquées. Autrement dit, la petite pêche est essentiellement le domaine des individualités singulières, et la grande, celui des fonctions universelles.

Le bateau

9La petite pêche fondée sur le ménage, sur l'entreprise familiale fait se côtoyer dans un effort quotidien, un capitaliste à petite échelle, l'armateur embarqué, et des prolétaires d'un genre un peu particulier, l'équipage de matelots, métayers rémunérés au prorata du chiffre d'affaires, sans garantie aucune du versement d'un salaire ni d'une somme minimale qui viendra récompenser les efforts au bout du mois — du moins en principe. A chaque homme embarqué est attribuée une « part d'équipage » : une fraction de part pour le mousse, et des fractions, des quarts de part, des demi-parts, des doubles parts, selon la répartition des responsabilités à bord : patron, mécanicien, matelot ; au propriétaire de l'embarcation, des engins de pêche, du moteur, une ou souvent l'ensemble des « parts du bateau ». Aujourd'hui en Bretagne fonctionne le plus souvent le système dit « cinquante-cinquante », moitié pour l'équipage, moitié pour l'armement, une fois les frais généraux (« frais du total ») soustraits du montant brut des ventes.

L'entreprise familiale

10A la petite pêche la combinaison optimale, du point de vue du revenu est celle du ménage : les hommes en mer et les femmes à terre, le père en mer avec ses fils encore célibataires. Ici pas de système à la part qui tienne, tout l'argent qui rentre va dans la caisse commune, la bourse du ménage. Jusqu'à la retraite du père, moment où les frères perpétuent l'équipe en espérant que pourra se reconstituer l'unité idéale à partir de chacun d'eux. Aristote (Tricot 1983) écrivait que « l'Economique doit (...) avoir pour objet à la fois la fondation d'un ménage et la façon d'en assurer le fonctionnement ». C'est là une chose bien comprise à la pêche artisanale, et jusque dans ce que Malthus appelait les « lois de la population », puisque nous (Delbos & Jorion 1984) avons pu montrer que dans l'île de Houat au début des années 1970, tout se passait comme si la taille de la famille était stratégiquement régie par le désir d'avoir trois fils, soit, en comptant le père, la taille idéale d'un équipage pour un caseyeur, c'est-à-dire un bateau dont l'activité principale consiste à piéger dans des « casiers » appâtés, « boettés », des gros crustacés : homard, crabe, tourteau, araignée de mer, langouste, crevette bouquet (1984 : 79).

Le ménage fendu

11Des ménages certes, mais pas nécessairement pareils aux autres : « Dans notre métier, la femme et l'homme ne vivent pas ensemble. Le pêcheur ne connaît pas ses enfants : les petits, ça change tous les jours, on les suit pas. Et quand on rentre, on a d'abord envie de se reposer. Le père rentre à la maison, et pour lui, c'est comme si les choses reprenaient leur cours normal. Mais ce n'est pas vrai : il est un intrus dans sa propre maison. C'est quand il n'est pas là que les choses suivent leur cours normal. Il décide de ce qu'on va regarder à la télé, mais les enfants ont leurs habitudes : il y a une émission qu'ils regardent toujours ce jour-là. Ils ne disent rien mais il y a un malaise. Il dit : "Il est l'heure d'aller se coucher." Mais ce n'est pas à cette heure-là que les enfants vont au lit quand il n'est pas là. Il est un intrus dans un ménage qui fonctionne bien quand il n'est pas là. Alors ce qui se passe, c'est qu'avant qu'il ne rentre, la mère dit aux enfants : "Vous ne dites rien, vous faites tout ce qu'il dit. S'il y a quelque chose qui ne va pas, vous ne lui répondez pas, vous venez me le dire", et la femme et les enfants attendent que le père reparte pour que les choses rentrent dans l'ordre. C'est pas l'idéal. Parfois, quand on comprend ça, on a envie d'arrêter, de trouver un métier à terre. Mais on a pas le choix. »

Le dernier des métiers

12C'est la voix nouée par le ressentiment qu'un pêcheur vous rapportera les propos d'un vacancier embarqué un beau jour du mois d'août : « Vous en avez de la chance de faire un métier comme celui-là ! Pensez que moi je passe cinq jours par semaine enfermé dans un bureau à Paris ! » Ces cinq jours, le pêcheur les échangerait volontiers contre son enfer à lui, pas la balade de l'été mais les déferlantes du mois de janvier, la mer qui brise à blanc, les creux de sept mètres, la vague qui recouvre le bateau, le couche et le laisse désemparé jusqu'à la prochaine embardée et les hommes emportés comme des bouchons dans l'eau qui fait deux degrés et qui se raccrochent à un filin, du moins ceux qui ont trouvé quelque chose à quoi s'accrocher.

13« Et, malgré la vitesse accrue, le gouvernail demeurait impuissant, le navire continuait d'abattre. Les lames, qui maintenant l'attaquaient de flanc, pilonnaient toute sa surface. Elles fusaient, plus hautes que les mâts de charge, et le Tenax s'encadrait d'immenses gerbes blanches, comme une épave devenue la cible d'une escadre (...)

— Attention à celle-là...

Jaillie par le travers, une lame sourde déferlait en plein sur le spardeck et au plus mauvais moment, dans une abattée du navire. Le capitaine et le second s'étaient couchés sur la main courante. La trombe s'abattit comme un toit sur leur dos, sur leur nuque, en leur écrasant la poitrine contre la rampe. Puis l'élan irrésistible de l'eau en fuite les aspira. Le second cédait, s'en allait ; Rochard l'empoigna. De l'autre bras, il se nouait à la barre de fer. Quand la cataracte fut passée, il constata :

— Je vous l'avais bien dit, qu'on se ferait rincer ! »

Roger Vercel, Au large de l'Eden, Albin Michel 1932 (pp. 32-34).

14Un bateau à la pêche a toujours dix mille bonnes raisons d'aller par le fond. N'en déplaise à la presse qui titre quelquefois — quand elle daigne en parler — sur un « chalutier qui coule sans raison apparente ». Le vieux qu'un journaliste interroge alors sur le port se contente de hocher la tête en disant que « c'est un dur métier... », un métier qu'il faut faire, même si c'est le dernier. Les hommes le savent, les femmes aussi, qui prient pour que les hommes reviennent, même celles qui ne croient à rien.

15FR3 nous présentait l'autre soir à Thalassa un reportage sur un chalutier-usine. On y voyait ce qui vient d'être relaté, on y voyait aussi le travail en bas : éviscérage, filetage pendant que ça cognait dehors, et enfin un jeune homme, à son premier voyage, téléphonant à sa mère : « Allô ! maman, oui, c'est super ! » Super, comme s'il avait choisi ! Parfois, par distraction, ou pour répondre à l'aimable pression des témoins qui l'entourent, l'ethnologue se surprend à poser la question super-idiote : « Pourquoi êtes-vous devenu pêcheur ? » Quand elle n'est pas banale — « J'ai commencé avec mon père... » —, la réponse est toujours la même, et demande à ce que l'on baisse la voix et les yeux : « Je ne réussissais pas tellement à l'école... » : même réponse de Pointe-Noire, Congo (où on me la fit effectivement) à Cape Cod, Massachusetts (probablement).

L'équipage familial

16Beaucoup de choses ont changé récemment dans la petite pêche en Bretagne, dont l'une est précisément la disparition des équipages essentiellement familiaux. Sur ces embarcations comme les pinasses où l'équipage est de trois à cinq « bon'hommes », il était en effet envisageable qu'un bateau corresponde à un ménage. Pour la pêche à la sardine à la bolinche (filet tournant « encerclant ») qui s'interrompit au début des années 60 et qui nécessitait une dizaine d'hommes à bord, il était bien entendu exclu qu'il en soit ainsi. De même pour ces « équipages » qui comprennent aujourd'hui deux bateaux pêchant au filet pélagique « en bœuf », c'est-à-dire tracté entre les deux chalutiers. Bien rares sont aujourd'hui les régions où les familles comptent suffisamment de fils — séparés seulement par quelques années — pour que l'on puisse penser armer un bateau sur la base du ménage.

17Un pêcheur gavrais m'a récemment reproché d'avoir présenté dans Pêcheurs de Houat (publié en 1983 mais portant sur un terrain effectué en 1973-1974) l'équipage familial, dont les deux phases sont le père avec ses fils puis l'équipage de frères, selon la norme commune : il n'avait pas le souvenir que ce fut le cas à Port-Louis dont il est originaire. La littérature portant sur la petite pêche de part et d'autre de l'Atlantique-Nord, révèle cependant cette formule comme la norme, qu'il s'agisse de Terre-Neuve (Faris 1966) ou de la Suède (Loefgren 1972), avec cette précision toutefois qu'il s'agit d'un contexte villageois. Dans celui des ports urbains, où se pratique la petite pêche, il était sans doute bien rare — même en imaginant que les familles comptent un nombre suffisant de fils — qu'ils se retrouvent tous à la pêche ; c'est dans ce même contexte urbain que jouait essentiellement la règle qui faisait de la pêche un de ces métiers sous-qualifiés où se retrouvaient ceux qui rataient leurs études.

18La famille nombreuse, c'est un fait bien connu, constitue une formule économique rentable essentiellement dans l'environnement rural où, comme nous le soulignions dans La transmission des savoirs, il existe toujours dans le processus de travail une « distance » suffisante entre les différents acteurs pour qu'il soit payant d'introduire entre eux un enfant — d'un âge variable selon les tâches — qui les déleste d'une partie de leur travail. Dans un environnement urbain il en va tout autrement. Si l'on pense au cas de La Turballe en Loire-Atlantique — dont Boursier (1981) a pu montrer que la plupart des pêcheurs artisans sont issus du milieu saulnier et paludier — il s'agit probablement d'un milieu familial semblable à celui que nous avons pu décrire pour Saint-Molf (à une dizaine de kilomètres de La Turballe). C'est-à-dire d'un milieu où la stratégie payante pour ce qui touche à la taille des ménages est celle du fils unique indispensable à la transmission du marais indivisible (d'où ces ménages se caractérisant par une série de filles et se terminant par un fils unique : la suite de filles nous avait frappés avant que nous ne notions que le fait significatif était au contraire l'achèvement de la famille à la naissance du fils... salvateur !).

19Le fait est qu'à Houat en 1973, treize des dix-huit bateaux ayant trois ou quatre hommes d'équipage répondaient à la norme père/fils ou ensemble de frères, et que quatre des cinq bateaux restants avaient pour noyau une paire de beaux-frères. En 1981, il n'en restait plus que sept suivant la norme du ménage. Entre-temps, le type de pêche pratiqué par les Houatais avait considérablement évolué puisque l'on comptait désormais vingt bateaux sur quarante à un ou deux hommes d'équipage contre huit sur vingt-six en 1973, hormis le cas, bien entendu, où le patron est seul à bord.

20J'ai déjà signalé que le système à la part, ce contrat de métayage qui lie le patron-propriétaire du bateau à son équipage, ne s'exerce authentiquement que lorsque la norme familiale n'est pas d'application : lorsque tous les membres d'équipage, père et ses jeunes fils, appartiennent au même ménage, les rentrées vont à la caisse commune, les fils ne recevant guère plus que de l'argent de poche, et lorsque les frères sont ensemble, le plus souvent l'on « s'arrange » aussi : le navire appartenant conjointement à la fratrie, chacun obtient une rétribution proportionnelle à ses besoins perçus ; selon que l'on est marié ou célibataire et que l'on a des enfants ou non, le père retraité contribue encore à définir les besoins respectifs.

La constitution des équipages

21Le recrutement d'un équipage de pêche artisanale dont la composition n'est pas essentiellement familiale se fait en général de bouche à oreille. Il arrive rarement qu'un équipage doive être constitué de toutes pièces étant donné la logique de la transmission. Le remplacement d'un membre d'équipage partant à la retraite est connu de tous longtemps à l'avance, quant aux conflits qui préludent aux licenciements d'un matelot, ils sont en général de notoriété publique et permettent à celui qui envisage de changer d'embarquement d'opérer des approches en temps utile. Il existait cependant autrefois dans certains ports un jour réservé au recrutement et aux changements d'équipage ; ainsi au Croisic, la coquaneu qui se déroulait le lundi de Pâques, et qui constituait une sorte de foire à l'embauche.

Les pêcheurs

22Dans la région côtière qui m'est la plus familière, celle qui s'étend de Lorient à Saint-Nazaire, la petite pêche a constitué jusqu'aux années 20 une activité essentiellement saisonnière qui venait compléter le travail de la ferme ou du marais. Seuls les « Finistériens » de Douarnenez et d'Audierne — souvent appelés tout simplement « Bretons » dans les ports qu'ils visitaient — constituaient un authentique « peuple de la mer », se déplaçant saisonnièrement d'ouest en est à la poursuite de la sardine, les hommes pêchant et vendant leurs marchandises dans les ports de relâche, et les femmes trouvant du travail dans les « usines » ou « confiseries » (ainsi appelait-on alors les conserveries).

23Le recrutement de la profession pouvait donc s'opérer par tradition familiale non sans que des efforts considérables fussent faits par les pères pour que leurs fils échappent aux contraintes de ce qui était vécu par eux comme le « dernier des métiers ». La finalité d'une vie de pêcheur peut se résumer à un double souhait : pouvoir acheter une maison à chacun de ses enfants, et offrir par les études la possibilité à chacun des fils d'éviter la vie de pêcheur. « Les parents disaient : "mes enfants, ils iront pas pêcheurs". Dès qu'ils ont eu un peu d'argent, ils les ont mis aux études, ils en ont fait des chefs de gare, des maîtres d'école », me disait un vieux pêcheur croisicais. La désaffection à l'égard des écoles d'apprentissage maritime au cours des vingt dernières années a participé à ce mouvement : mettre son fils au lycée, c'était poser le premier geste qui lui permettrait ensuite d'échapper au dur métier de la pêche.

24On devenait donc pêcheur pour de multiples raisons, mais toujours en quelque sorte « par défaut » : parce que le père l'était et que l'on n'avait pas été capable en tant qu'individu d'échapper à la fatalité du recrutement familial, ou parce que la profession du père ne permettait plus sa propre reproduction — ainsi de ces saulniers ou paludiers dont la poursuite de l'activité devenait impossible lorsque s'était présentée une suite défavorable d'années pluvieuses, ou de ces fils de saulniers, lorsque le marché du sel tout entier se réorganisa. Ou plus simplement, lorsque apparaissaient de meilleures opportunités sur le marché local du travail : dans les zones d'influence de Lorient et de Saint-Nazaire, les marchés du recrutement à la pêche sont déterminés négativement par le marché de l'embauche et le niveau de la paie sur les chantiers, les arsenaux, voire dans les usines. La crise qui commença en 1974 à l'occasion du choc pétrolier a rendu le marché du recrutement à la petite pêche comparativement favorable, et l'on a constaté depuis une embauche plus dynamique. Ce sont aujourd'hui les fils des petites fermes condamnées par une agriculture qui a cessé d'être nationale pour devenir communautaire qui se présentent aux portes de la petite pêche. Ils constituent autant de recrues peu attractives pour les patrons : mousses sans tradition familiale à la pêche : « Ils ne sont pas intéressants : ils ne parlent que de patates », disent les patrons. La pêche peut cesser de manière conjoncturelle d'être le dernier des métiers : devenue l'avant-dernier, elle recrute chez ceux qui sont encore moins bien lotis.

Fin de l'équipage familial

25Les femmes considèrent en général la fin des équipages familiaux comme une évolution positive : les relations entre belles-sœurs unies au sort d'un même bateau — rançon des équipages de frères — étaient tendues en raison même de la solidarité forcée, et plus particulièrement, comme j'ai pu le montrer (Jorion 1983 : 66-71 ; Delbos & Jorion 1984 : 73-96), dans les derniers temps d'un tel équipage, ceux qui préludaient à la séparation définitive des frères : c'est-à-dire quand les grands enfants encore improductifs s'additionnaient dans les ménages et coûtaient de plus en plus cher sans rien rapporter. « On a moins de jalousie dans les familles quand les hommes (d'équipage) ne sont pas parents », dit une femme de pêcheur, et d'ajouter, « ce n'est déjà pas si simple, même avec des étrangers ».

Femmes et hommes

26Car quelle que soit l'entente apparente au sein des équipages, les femmes se retrouvent entre elles à terre pendant que les hommes sont en mer et, se rencontrant par hasard devant le comptoir des mêmes boutiques, elles comparent leurs revenus ou plutôt la part que chacune a le talent de divertir — au nom de l'intérêt supérieur du ménage — sur ce que gagne le mari. Car si une première hiérarchie s'établit entre patrons et matelots, et une seconde entre bons bateaux et bateaux peu chanceux, une troisième, et non la moindre, s'établit de ménage à ménage quant à celui qui porte comme on dit, la culotte. Les abus ne manquent pas, ni dans un sens ni dans l'autre, car si les cas sont nombreux de pêcheurs qui dilapident leurs revenus à boire et à faire « la vie », d'autres cas se rencontrent aussi d'épouses qui détournent vers fourrures et bijoux (l'ostentation s'oppose au raffinement) l'argent gagné — durement, puisqu'il s'agit de la pêche — par un « faible », voire qui le détournent de manière plus indirecte vers l'achat de salons et de salles à manger dispendieuses visant à suggérer aux yeux du monde un train de vie plus élevé que celui qu'autorisent les revenus effectifs.

27« Qu'est-ce qu'on entendait chez le boulanger ? "Ils ont fait une bonne semaine", disait la femme d'un matelot. "Tu trouves, toi ?", répondait une autre... Vous savez, moi je n'achetais pas de la brioche à mes enfants devant certaines bonnes femmes. Les chèques ont bien changé les choses. »

L'argent

28Oui, les chèques, surtout quand ils apparurent avec le développement des Groupements de gestion. Avant, c'est-à-dire il y a dix ou quinze ans, le patron, comme ses matelots, revenait chez lui après le partage, la poche bourrée de billets de banque. Et le chemin qui menait à la maison pouvait connaître bien des détours. Plus le rapport de la vente était élevé, plus la tentation était forte : « A la grande pêche, quand on rentrait et qu'on avait reçu l'argent, on allait dans les magasins à Lorient et on achetait les plus belles choses. »

29Le montant de sa part tel qu'il l'annoncerait à sa femme, le pêcheur était seul à en décider. C'est ici que les choses variaient énormément de ménage à ménage : selon que le mari mentait un peu, beaucoup ou pas du tout, ou aussi selon le degré variable de vérité que l'épouse pouvait exiger des dires de son conjoint. Or si l'argent liquide peut aisément se dilapider, le montant d'un chèque, lui, ne s'effrite pas sur le chemin qui mène du quai à la maison : un chèque se montre tel quel ou bien il se cache.

Les revenus de la pêche

30Ce sont les Groupements de gestion qui répandirent l'usage du chèque. Au tout début des années 62, sous l'influence de la CGT, puis de la CFDT, apparurent les Groupements de pêcheurs, qui assurèrent dorénavant sous forme coopérative le traitement commun de la comptabilité et les achats groupés, formule déjà testée dans les Coopératives d'avitaillement qui fournissaient le petit matériel (accastillage, engins, vareuses et pulls, etc.) à prix réduit. Contre 1 % de son chiffre d'affaires, le patron voyait sa comptabilité établie pour lui : désormais le partage se faisait au Groupement et chacun, patron comme matelot, allait tout simplement après les ventes réclamer son enveloppe et repartait chez lui avec son chèque. « Avant les Groupements, fait remarquer un patron, presque tous les paiements étaient en espèces, on allait tout mettre sur le compte au Crédit maritime, et le ménage tapait dedans. On ne savait pas ce qu'on avait. »

31Le Groupement présentait de nombreux avantages, dont la plus grande régularité des rentrées du fait de l'étalement planifié des différents types de remboursements et d'amortissements (hypothèques sur la maison et sur le bateau, reconstitution de la « part personnelle » lors de la mise en chantier d'une nouvelle embarcation, etc.). Avant cela, l'effort journalier était bien souvent influencé par les échéances : « Tous les quinze de chaque début de trimestre, il fallait rembourser le Crédit maritime. Juste avant, on voyait les équipages qui "crochaient" (en mettaient un coup). » De même, dans un texte paru dans Le Chasse-Marée, Joël Perrot évoque la pression qui vient avec les échéances, et les risques excessifs : « ... tous les patrons raisonnent comme moi. C'est quand les tempêtes se succèdent sans interruption et qu'on ne pêche rien qu'on risque d'aller trop loin, quitte à perdre un chalut en forçant le temps ou en faisant un trait de trop » (Perrot 1983 : 33).

32La nouvelle technique s'accompagna cependant de pressions nouvelles : il fallut désormais que chaque équipage se montre « sérieux » dans la gestion de sa saison de pêche : le Groupement dépendait désormais pour son fonds de roulement du « 1 % » versé par les bateaux, et il n'était plus question pour un patron d'aller en mer ou de rester à terre selon sa fantaisie, plus question par exemple pour les équipages de relâcher pour l'entretien, pour « la peinture », tous au même moment. Chacun s'accorde aussi à reconnaître que l'éloignement psychologique de la comptabilité, calculée désormais en dehors des ménages, ainsi que la plus grande régularité des rentrées contribuèrent à « déresponsabiliser » le patron comme son équipage, dont le rapport à l'argent se « fonctionnarisait ».

Les femmes et la comptabilité

33Le Groupement de gestion, c'était aussi l'occasion désormais offerte aux femmes d'aller consulter les comptes calculés par des spécialistes. A Gavres où fut donc créé le premier Groupement de pêcheurs, la soustraction de la comptabilité aux femmes était conçue non seulement comme une rationalisation, mais aussi comme un assainissement : les choses étaient devenues trop compliquées et les femmes ne s'y retrouvaient plus, affirme-t-on. Argument qui provoque aujourd'hui encore chez celles-ci quelques ricanements : selon elles, il s'agissait pour leur mari de reprendre un peu de ce pouvoir sur l'argent de la pêche qu'ils avaient perdu au fil des années. En témoigne pour elles le fait qu'il leur fut interdit — tout comme d'ailleurs aux matelots — d'aller encaisser les chèques relatifs au bateau : la transparence était pour les hommes une chose souhaitable, mais il ne fallait pas qu'elle s'étende indûment à la mainmise sur l'argent liquide ! Les femmes comme les matelots avaient cependant accès aux comptes, et l'emprise des premières sur la comptabilité au sein même des Groupements ne fit qu'augmenter dans les années qui suivirent. Les hommes qui observèrent le processus n'hésitent d'ailleurs pas à affirmer aujourd'hui que « les Groupements tombèrent aux mains des femmes ».

Les hommes, les femmes et l'argent

34Si l'on suit l'évolution de la petite pêche sur un siècle, on pourrait même considérer l'emprise grandissante des femmes sur l'argent comme une tendance inéluctable : j'avais été frappé lors de mon séjour à Houat par la rapidité d'une prise de pouvoir (Jorion 1977). En février 1973, le petit bâtiment en matériel provisoire dit « cabane du Groupement » — et qui représentait sur le mode symbolique la création d'un Groupement de pêcheurs — était fréquenté par les hommes seuls pour leurs réunions ; en octobre, les premières femmes y apparurent pour opérer la cuisson de la crevette bouquet qui allait se faire désormais là, tandis que les hommes dirigeaient les opérations et géraient la vente. En octobre 1974, les femmes prirent la direction des opérations, et les hommes disparurent de la cabane du Groupement ; leur élimination avait eu lieu de manière progressive et en douceur, elle n'en était pas moins effective.

35Toute modification dans l'économie de la petite pêche a de façon immédiate ses répercussions sur un plan proprement politique, et pour ce qui nous occupe plus précisément ici, a ses conséquences quant au rapport de forces qui règle les relations entre les hommes et les femmes. Les hommes ont pour eux d'être les collecteurs de la ressource et ceux qui la monnayent en situation de marché, et contre eux, la discontinuité de leur présence à terre. Les femmes ont pour elles de représenter l'intérêt supérieur du ménage face à des hommes enclins à la dépense égoïste du produit des ventes, elles ont contre elles d'être absentes lorsque ces ventes ont effectivement lieu.

36On pourrait dire que toute modification technique dans la pêche ou dans sa commercialisation est mise à profit par l'ensemble des parties en présence — et en particulier par les hommes et les femmes confrontés — pour tenter de modifier le rapport de forces en sa faveur pour ce qui touche au contrôle de l'argent dégagé. Ainsi, avant que n'apparaissent les Groupements de gestion, la comptabilité particulière des bateaux relevait du monde féminin : elle était, selon les ménages, entre les mains des épouses ou des filles aînées. Phénomène bien connu par ailleurs en milieu rural et dû à l'accession plus rapide des femmes aux facteurs de modernisation : le temps plus long passé à l'école permit aux femmes de maîtriser les opérations d'une comptabilité de plus en plus complexe, bien mieux que ne pouvaient le faire des hommes embarqués à la pêche dès l'âge de treize ou quatorze ans.

37Mais les calculs — si exacts soient-ils — ne pouvaient jamais porter que sur les chiffres communiqués par le patron/mari dont la parole faisait nécessairement foi. On l'a vu, l'introduction des Groupements de gestion, fut d'abord l'occasion pour les hommes de reprendre une surveillance qui leur semblait leur revenir de droit : c'est à eux, connaissant déjà de première main les montants des ventes, que seraient directement communiqués les revenus, et eux seuls seraient à même d'encaisser les chèques relatifs au bateau en tant qu'entreprise. « Ça n'allait plus », dit un patron qui rationalise la décision de soustraire la comptabilité du contrôle des femmes, « la comptabilité était devenue trop compliquée pour elles ». Un autre patron de la génération suivante, a le courage de reconnaître : « Maintenant les ménages sont mieux gérés : les femmes sont plus au courant de la comptabilité exacte du bateau. » Le fait que les femmes de matelots connaissent aujourd'hui le montant exact de la part de leur mari est même considéré par certains comme favorable de manière générale à la bonne conduite des équipages : l'argent, qui disparaissait autrefois quand l'homme était « en piste » à boire ou à faire la vie, est désormais visible pour la mère de famille, et les hommes étant obligés de mieux se conduire, la productivité des équipages s'en voit en fin de compte augmentée.

38Les pressions moins directes exercées par les femmes sur la bonne conduite des équipages n'ont pas disparu pour autant. Pressions de la femme du patron sur celui-ci pour qu'il recrute un équipage plus performant, ou pour qu'il se tourne vers des « métiers » (techniques de pêche) plus rentables ou vers de nouveaux types d'embarcation : « Ma femme m'a dit alors : "Tu gagneras plus avec un pélagique" ; pressions de la femme du matelot pour qu'il se trouve un meilleur embarquement, problème classique lorsqu'un patron en fin de carrière devient poussif, moins aventureux, moins disposé à sortir par n'importe quel temps, alors que les ménages qui dépendent de ce bateau pour leurs revenus ont, eux, leurs besoins qui augmentent et que le matelot se voit retenu par la loyauté qui le lie à celui qui fut autrefois, lorsqu'il était dans la force de l'âge, un « bon patron ». Comme l'exprime l'un : « Des équipages ont débarqué parce que c'était trop dur, mais d'autres parce que le bateau ne travaillait plus assez : les familles étaient derrière à pousser. »

39Hommes et femmes affrontés dans la maîtrise d'une ressource rare, l'argent, au nom d'un savoir portant sur les nécessités du ménage : son intérêt supérieur, et sur la nécessité pour la survie propre de chacun en tant que personne, d'un certain superflu : le Ricard et la maîtresse pour l'un, les robes et l'« intérieur qui en met plein la vue », pour l'autre. Les motivations peuvent être jugées frustes, tout comme les nôtres cependant elles s'inscrivent dans un milieu : à chacun le sien.

Haut de page

Bibliographie

Aristote, 1983. Les Economiques (I, i, 9) trad. J. Tricot, Vrin, Paris.

Boursier J.-C., 1981. Les sardiniers turballais au XIXe siècle, chez l'auteur.

Delbos G., Jorion P., 1984. La transmission des savoirs, Collection Ethnologie de la France, MSH/MCC, Paris.

Faris J., 1966. Cat Harbour : A Newfound and Fishing Settlement, Memorial University of Newfoundland, St John's.

Jorion P., 1977. « L'ordre moral dans une petite île de Bretagne », Etudes rurales, 67 : 31-45.

1983. Pêcheurs d'Houat, Hermann, Paris.

Le Play M.-F., 1870. L'organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l'histoire de toutes les races et de tous les temps, Mame, Tours.

Loefgren O., 1972. « Ressource Management and Family Firms : Swedish West Coast Fishermen », in Andersen, R. & Wadel, C. (eds.), North Atlantic Fishermen, Memorial University of Newfoundland, St John's, pp. 82-103.

Perrot J., 1983. « Le chalutage est toujours le plus dur des métiers », Le Chasse-Marée n° 9, pp. 31-34.

Vercel R., 1932. Au large de l'Eden, Albin Michel, Paris.

Haut de page

Notes

1 Robert : « Condition politique et sociale en France sous l'Ancien Régime. La notion de classe a remplacé celle d'Etat ».
2 Le premier Groupement, calqué sur ceux qui existaient dans l'agriculture, fut créé à Gavres en 1962.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jorion P., 1989, « Hommes, femmes et "l’intérêt supérieur du ménage" à la petite pêche », Terrain, n° 12, pp. 67-79.

Référence électronique

Paul Jorion, « Hommes, femmes et « l'intérêt supérieur du ménage » à la petite pêche », Terrain [En ligne], 12 | avril 1989, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3334 ; DOI : 10.4000/terrain.3334

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals