Navigation – Plan du site
Repères

Les anthropologues italiens et l'Italie

Pietro Clemente
p. 101-109

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Italie
Haut de page

Texte intégral

1Dans le langage des études italiennes il apparaît plus approprié d'appeler « anthropologie de l'Italie » ce qu'en France on nommerait ethnologie de la France. Les raisons sont à la fois de nature historique et de développement universitaire des disciplines. Dans notre pays, l'ethnologie est historiquement liée aux études extra-européennes, alors que la discipline universitaire qui a entrepris l'analyse de la modernité a été l'anthropologie culturelle : une discipline au statut scientifique encore imprécis, mais en expansion aussi bien sur le plan universitaire que parmi le public, et donc capable, à mon avis, de représenter l'ensemble des études qui ont été parfois définies comme démo-ethno-anthropologiques. En faveur de l'appellation « anthropologie » il faut ajouter que dans la tradition anglo-saxonne l'Italie a toujours été classée dans la rubrique « anthropologie des sociétés méditerranéennes ». En outre, les études du folklore (appelées démologiques en Italie), enracinées dans une longue tradition, se sont surtout occupées de phénomènes d'archaïsme. Sans doute dans les disciplines les plus vivaces de la recherche (anthropologie culturelle, ethnologie, histoire des traditions populaires), il y a eu des renouveaux importants, et, à ce titre, chacune d'elles mériterait un traitement spécifique de son histoire récente et de son mode d'analyse de la société contemporaine. Mais il est également vrai qu'une terminologie unitaire non seulement facilite la synthèse, mais permet aussi de mettre en évidence les parentés méthodologiques qui unissent ces différentes disciplines. Cet « air de famille » est dû à la conjonction de deux tendances : l'une classificatoire (positiviste, comme dans le reste de l'Europe), la seconde fortement historiciste (liée à la philosophie idéaliste et donc au marxisme) ; à ces tendances se sont ensuite ajoutées des influences de l'anthropologie anglo-saxonne et de l'ethnologie française (notamment, après les années 1960, les théories et les méthodologies d'enquête issues de ces traditions ont été adoptées et réadaptées par l'anthropologie italienne).

Les tendances actuelles de la recherche

2On peut dire, en simplifiant, que les principaux paradigmes cognitifs des études italiennes jusqu'aux années 60, témoignent de la coexistence et parfois de la conjonction :

  • d'une tradition liée aux concepts du positivisme qui a « gouverné » le folklore et l'ethnologie extra-européenne des années 1900 ;

  • d'une forte ambition interprétative de type historico-théorique qui s'est accentuée dans les années 1960-1970 sous la poussée d'un auteur isolé et influent, Ernesto De Martino, mais aussi du marxisme de A. Gramsci ;

  • de l'influence de l'école fonctionnaliste est-européenne (Propp, Bogatyrev, Jakobson, Meletinski, Mukarovski) et du structuralisme de Lévi-Strauss ;

3qui ont ouvert la route aux approches plus généralement « sémiotiques ».

4La tradition positiviste s'est estompée dans les études universitaires (en revanche elle est restée dominante dans les travaux des érudits), mais a laissé deux héritages importants : d'un côté le primat donné à la documentation et à la collection, de l'autre, la préférence accordée aux analyses par thèmes (contes, chants, fêtes...) plutôt qu'aux monographies de « communautés » ou d'ensembles sociaux. Ces corpus de « traits culturels » ont surtout été l'objet d'analyses sémiotiques et structurales.

5Par ailleurs, une tendance significative de l'anthropologie de l'Italie est la « passion » pour la théorie et l'interprétation, qui a relégué au second plan les études empiriques de terrain. De façon symptomatique, la réflexion sur les méthodes et techniques d'enquête a eu moins d'importance que dans d'autres pays où le débat, davantage engagé sur ce sujet, n'a pas toujours apporté les résultats attendus. Ce sont, après la Seconde Guerre mondiale, les Américains et les Anglais qui ont réalisé des monographies locales en Italie, axées en particulier sur les relations sociales et le clientélisme. Ces travaux ont d'abord été fortement critiqués, en Italie, pour leur faiblesse sur le plan historique puis, avec le temps, ces critiques ont été nuancées en tenant compte de l'intérêt des méthodes d'enquête directe qui avaient été mises en œuvre. Au demeurant, les travaux anglo-saxons, attentifs à l'histoire et à la bibliographie italiennes, se sont aujourd'hui multipliés, tout comme les études empiriques sur des villages menées par des Italiens.

6Aussi le tableau actuel des tendances de la recherche est très contrasté et on ne peut parler de cohérence épistémologique ou d'orientation unitaire de la connaissance.

L'anthropologie italienne à travers ses revues et ses publications récentes

7Dans une synthèse des études italiennes entre 1960 et 1980 (Clemente 1982-1983) je considérais comme représentatifs des études italiennes et de leur renouveau dans l'après-guerre, des textes et des auteurs qui restent encore aujourd'hui très féconds (De Martino 1961, Lanternari 1967, Cirese 1973, Carpitella 1973, Gallini 1973, Lombardi Satriani 1973). J'indiquais aussi quelques directions de recherche qui se sont développées ultérieurement, celles notamment sur les transformations sociales contemporaines (Tentori 1972, Tullio Altan 1974, Signorelli 1977), ou encore celles associant histoire et anthropologie dans l'analyse des sources orales (Bernardi, Poni et Triulzi eds 1978).

8Dans cette dernière voie, les progrès récents ont été importants : attention plus soutenue aux sources orales mais surtout perfectionnement des méthodes de collecte et de traitement des entretiens, des histoires de vie, des témoignages ; le développement, de l'anthropologie visuelle (utilisation du film et de la télévision dans la recherche, festivals du film anthropologique, création de centres spécialisés dans la production d'images, etc.) est un autre fait saillant de la situation contemporaine.

9Sur un plan plus général il faut signaler : l'essor de l'ethnolinguistique, en particulier dans le sillage des œuvres d'un jeune savant récemment disparu, linguiste de formation (Cardona 1976) ; des études formelles recourant aux langages logiques (Cirese 1978) ; des recherches sur la famille et la parenté sur le territoire national. Ajoutons enfin de nouveaux travaux ethno-historiques sur les transformations des sociétés paysannes et sur les traces qu'elles ont laissées dans le présent et le développement des études sur la culture matérielle et les techniques en milieu rural.

10Un bon baromètre des tendances de la recherche est fourni par les revues et les publications récentes. Encore celles-ci offrent-elles une image des recherches déjà consolidées, plutôt que des nouveautés en gestation. Mais elles demeurent l'instrument le plus sûr d'appréciation des orientations. Trois revues nous serviront de guides dans cette exploration. Elles sont relativement récentes et, à ce titre, des bons témoins des caractéristiques actuelles de la recherche.

11Uomo & Cultura, Rivista di studi antropologici, née à Palerme en 1968, reflète la tradition des études parlermitaines (liées aux noms de G. Pitrè et de G. Cocchiara) et l'intérêt pour le dialogue international avec la sémiotique et le structuralisme français. La revue L'Uomo, Società, Tradizione, Sviluppo, éditée depuis 1977 sous les auspices de la chaire d'ethnologie de l'Université de Rome, se propose de rendre compte des études ethnologiques extra-européennes, des avancées théoriques dans ce domaine mais s'ouvre aussi aux thématiques de recherche sur l'Italie. La ricerca folklorica. Contributi allo studio della cultura delle classi popolari naît à Milan en 1980 et se propose de prolonger le débat sur la culture populaire, marqué, dans les années 1970, surtout par les orientations marxistes. Rapidement, cependant, elle se fait l'écho d'autres types de recherches, menées en dehors de l'Italie et s'impose comme la revue dominante grâce à une formule originale (numéros spéciaux à thème, comportant une section de mélanges). Les orientations générales de ces revues confirment les tendances de fond de l'anthropologie italienne ; la part éminente du débat théorique, un découpage thématique du champ disciplinaire, une attention privilégiée à la culture traditionnelle (le conte, le théâtre populaire, la fête, etc.). Les recherches monographiques locales centrées sur la parenté, l'économie etc., apparaissent seulement, de façon significative, dans les années 1980.

12Fournissons des indications plus précises sur le contenu de ces revues. La revue Uomo e cultura a prolongé l'étude de la religion populaire en suivant les voies tracées par E. De Martino et V. Lanternari et a publié des articles sur le travail et la culture matérielle, le thème de l'« identité » et les méthodes d'analyse des sources orales. On y trouve aussi des échos du débat sur les études anglo-saxonnes en Italie et sur les méthodes de la monographie de terrain. En dehors de ces mises au point théoriques les thèmes prédominants demeurent ceux du folklore (récits populaires, fêtes, rites, art, théâtre, travail paysan).

13Dans L'Uomo, consacré majoritairement à l'ethnologie extra-européenne, l'Italie apparaît de temps en temps mais à travers des approches originales, élaborées à l'occasion de colloques fort révélateurs du climat intellectuel et des thèmes communs d'intérêt. Le colloque consacré à « La recherche de terrain » (L'Uomo 1980) réunit des savants européens et italiens sur un des sujets où la tradition italienne, d'une part, la tradition anglaise et française de l'autre, affichent les plus grandes différences. Il en ressortit une tentative pour conjoindre une tradition italienne de collecte, de classification et de comparaison systématiques et des modèles plus « totalisants », sans négliger la critique historique, la réflexion philologico-interprétative sur les documents et l'évaluation de la subjectivité dans la production de la connaissance. Le colloque sur « Les noms propres et les cycles domestiques » (L'Uomo 1-2 1983), organisé par une équipe franco-italienne, a été pensé comme une contribution à la nouvelle « ethnologie européenne », abordant le thème des noms, l'étude des formes et des dynamiques familiales, sur un mode non pas descriptif et classificatoire, mais totalisant et interprétatif, cherchant en outre à lier l'étude du passé et du présent des communautés. C'est là un domaine privilégié aujourd'hui par les enquêtes documentaires d'archives ou de terrain en Italie. Il pourrait s'agir d'un champ de convergence entre les études des traditions populaires et celles d'ethnologie, où pourraient prendre racine un style et un statut de l'« anthropologie de l'Italie ». Ces analyses suggèrent, en effet, un dépassement des barrières entre les différentes disciplines anthropologiques et une nouvelle image de la constellation anthropologique, non plus fragmentée mais fédérée autour d'un centre vers lequel convergent d'autres disciplines, plus ou moins traditionnelles (histoire, linguistique, narratologie, démographie, sociologie, etc.).

14Les titres des numéros thématiques de La ricerca folklorica sont très révélateurs des innovations, des traditions d'étude, des prédilections de l'anthropologie de l'Italie, même si les contributions ne sont jamais consacrées exclusivement à ce terrain. Sont novateurs, par exemple, les thèmes du cinéma et de la photographie (numéros 2 et 3 dirigés par S. Spini et E. Minervini). Sont novateurs aussi les thèmes de l'anthropologie symbolique et de l'écriture, qui émergent en tant que tels dans les années 1980 (numéros 4 et 5, G. Cardona) et offrent de nouveaux cadres à la recherche « démologique » italienne. Est également novateur le thème de l'« espace » (n° 11, D. Fiore), déjà exploré par la tradition française qui a bénéficié d'une liaison plus forte avec la géographie. Des thèmes plus traditionnels du folklore, comme le Carnaval (n° 6, 1. Sordi), le conte (n° 12, L. Beduschi), le vêtement populaire (n° 14, G. Sanga), la médecine populaire (n° 8, T. Seppilli), sont traités sur un mode novateur, mais attestent de la forte prédilection historico-interprétative de nos études et de l'empreinte d'E. De Martino (auquel est consacré le n° 13, C. Gallini). Le volume sur les communications de masse (A. Signorelli) aborde le difficile problème d'une ethnologie de la modernité, relevant davantage de l'anthropologie culturelle, et entraînant le dialogue avec la sémiotique, la sociologie, etc. Le thème du travail (n° 9, G. Angioni) met en évidence l'importance théorique de ce champ d'analyse, le développement des études d'anthropologie économique, d'ethnotechnologie et des musées consacrés au monde paysan. Les numéros sur Frazer (n° 10, P. Clemente) et sur les rapports oralité-écriture (n° 15, G. Cusarelli) font apparaître la nécessité d'un rapprochement entre anthropologie, philosophie, histoire et littérature, dont le point de soudure pourrait être une sociologie des formes symboliques.

15Le bilan de ces trois revues confirme l'ouverture et le dynamisme de la discipline, mais aussi les particularités des études anthropologiques sur l'Italie, et notamment la prépondérance des analyses thématiques sur les études totalisantes, de l'étude philologique du document sur la recherche empirique malinowskienne. Sur le plan épistémologique, le trait le plus novateur est la conjonction qui s'opère entre les méthodes historico-critique, structuraliste et modéliste (cette dernière influencée par le marxisme). Toutes ces méthodes convergent vers la recherche du sens des faits symboliques. Ainsi les deux grands courants théoriques, naguère hostiles, le courant historico-interprétatif de De Martino et le structuralisme ont tendance à se rapprocher. Dans les années 1980, se développent, en outre, des travaux empiriques et monographiques à visée totalisante, cherchant à faire apparaître les liens entre les domaines économiques, technologique, social, symbolique.

16En dehors des revues, les publications les plus récentes confirment-elles ces orientations ? On note le même privilège accordé aux études thématiques sur la fête, le conte, la magie, la mort, le cycle de la vie et de l'année, l'art populaire, les traditions orales ; bref l'examen des publications confirme largement le « diagnostic » proposé précédemment et fait apparaître comme une spécificité italienne la vitalité et le renouvellement des études folkloriques. Ce même inventaire confirme aussi la pauvreté relative des recherches monographiques sur des communautés et des territoires particuliers, et leur émergence plus massive pendant la dernière décennie ; il montre également le développement des analyses de la modernité et de la ville (Piselli 1981, Destro 1984, Signorelli 1983, Guerrasi 1978). Sur les relations entre tradition et modernité des travaux sociologiques récents (Bravo 1984, Bagnasco 1986) ou interdisciplinaires (Di Carlo et Di Carlo 1986) ont apporté des contributions originales. En ce qui concerne l'étude des villes s'est développée, outre l'« anthropologie urbaine », un modèle très novateur issu de la méthode folklorique et adapté à de nouveaux terrains (Della Peruta, Leydi, Stella 1985). Les études d'ethnologues étrangers sur l'Italie demeurent abondantes, mais sont désormais détachées de leurs présupposés « primitivistes » ou « clientélo-centrés ». On les voit traversées par une nouvelle sensibilité historique et parfois emprunter des modèles aux études italiennes (Kertzer 1981, Pratt 1980, par exemple et, pour une réflexion critique, Pratt 1988, Li Causi 1988). Il est intéressant de constater que dans un livre très récent (Clemente 1988 ed.) les observations de J. Pratt sur les travaux « anglo-saxons » sur l'Italie, et celles de L. Li Causi sur l'anthropologie de la Méditerranée tendent à réhabiliter l'ethno-histoire pour l'analyse des sociétés complexes. A ce titre elles s'harmonisent avec les travaux sur le métayage toscan et ombrien présentés dans le même ouvrage. Cet ensemble de critiques et de propositions pourrait être considéré comme le « style » propre à une anthropologie de l'Italie, qui conjoindrait folklore et ethnologie, études du passé et du présent : on étudie une forme de vie traditionnelle avec une optique anthropologique, mais aussi ses prolongements et ses héritages dans la société actuelle.

Une « anthropologie diffuse »

17L'analyse des ouvrages signalés ou recensés dans La Ricerca Folklorica met en évidence un autre phénomène, caractéristique lui aussi de l'Italie des années 1970-80 : la présence d'une « anthropologie diffuse » au niveau local émanant de centres de documentation ou de musées locaux, auxquels collaborent des enseignants des différents degrés et prêtent leur concours les administrations locales et régionales, intéressées par cette « découverte » de l'identité culturelle. Cette anthropologie diffuse, qui dialogue largement avec l'université, se manifeste aussi à travers de multiples publications locales, les initiatives des érudits locaux, grâce à des financements communaux, provinciaux, régionaux ; les résultats documentaires, la promotion culturelle, voire l'impact sur le tourisme de masse sont souvent tangibles. Le folklore intéresse aussi les chaînes privées et locales de télévision, plus marginalement celles de la télévision d'Etat. Les minorités ethno-linguistiques, associées en partie au mouvement politique écologiste, prêtent aussi intérêt aux travaux ethnologiques. Il s'agit là d'indices manifestant une convergence d'intérêts (scientifiques, politiques, sociaux, culturels) sans doute hétérogènes, mais significative.

18On a avancé polémiquement, il y a plusieurs années, que la recherche anthropologique italienne était arriérée et provinciale. A la fin des années 1980 on peut faire un constat inverse, et noter la remarquable souplesse d'adaptation de l'anthropologie italienne, qui a été peu touchée par la crise des grandes théories. Par rapport à d'autres pays, l'Italie manque sans doute de structures de recherche et de centres importants de documentation ; cependant elle peut se targuer de la continuité des études folkloriques, ailleurs mises en sommeil, et d'une large ouverture vers l'étranger, dont témoigne la vitalité des traductions. Parmi les retards signalons celui pris dans la réalisation de travaux empiriques, mais il semble possible de le combler. Des manuels ou des introductions à la recherche ont été rédigés dans ce sens. Déjà le travail de A. M. Cirese (1973) proposait un cadre général d'appréhension des différentes disciplines et une méthode de grande envergure d'étude par thèmes, mais dans une perspective anthropologique. Un texte de vulgarisation, écrit à l'usage des anthropologues non institutionnels (Pianta 1982) propose des méthodes novatrices, alliant recherche sur le passé et recherche sur le présent, même en milieu « urbain ».

19Le récent ouvrage de C. Bianco (1988) sur la collecte documentaire propose un tableau très à jour où sont intégrés les apports italiens et internationaux.

20Plus largement on peut dire que l'évolution des recherches italiennes et le développement d'un intérêt pour l'Italie contemporaine n'ont pas besoin d'emprunter des modèles théoriques à d'autres traditions anthropologiques. L'ethnologie italienne peut se renouveler grâce à son ouverture aux travaux étrangers et en puisant dans sa propre tradition, où, depuis longtemps, existent, non sans tension, des courants positiviste et historiciste qui ont été à l'origine de méthodes enrichissantes. Dans les recherches italiennes d'aujourd'hui on peut observer une grande diversité de points de vue et de thèmes qui, tout en risquant de fragiliser le statut englobant de l'anthropologie, semble en revanche permettre un renouvellement des méthodes de recherche. On pourrait citer pour exemple la présence simultanée dans la récente anthropologie médicale italienne de thèmes classiques de la médecine populaire traditionnelle, de travaux sur l'institution hospitalière, d'études sur l'accouchement et la naissance ainsi que sur les représentations symboliques de la maladie. L'anthropologie médicale peut être considérée comme une illustration prometteuse des articulations possibles entre les différents types d'anthropologie et du rapport de celle-ci avec les problèmes contemporains de la société italienne. Ces nouvelles orientations des recherches folkloriques, anthropologiques et sociologiques vers la compréhension de la société contemporaine, si elles demeurent encore limitées, devront être rapidement développées, comme l'ont souligné plusieurs colloques récents.

21Cette tâche est d'autant plus urgente que la situation de la société italienne se caractérise par des bouleversements sociologiques et démographiques et par un profond changement des valeurs traditionnelles ; cette évolution s'inscrit dans un contexte de brassage des populations et de modernisation qui n'excluent pas pour autant la permanence des identités culturelles locales et d'usages hérités du passé.

22Les recherches sur les sociétés exotiques se trouvent confrontées aujourd'hui à des problèmes similaires puisqu'elles doivent articuler les analyses de la modernité et de la tradition et se rapprochent ainsi d'une ethnologie des sociétés complexes.

23S'ouvrent donc des perspectives de réunification du champ anthropologique fondées sur une communauté de procédures conceptuelles et de motivations sociales qui ont souvent été un élément déterminant dans la recherche italienne, volontiers engagée.

24Dans un tel contexte on peut penser que l'anthropologie aura un rôle à jouer de plus en plus important pour aider à comprendre la société où nous vivons, et celle où d'autres après nous vivront.

Haut de page

Bibliographie

Cette bibliographie n'est pas exhaustive. La bibliographie générale la plus récente est celle de Falassi 1985.

Bagnasco A., 1986. « Le classi e la formazione sociale regionale », in La Toscana, Torino, Einaudi.

Bernardi B., Poni C., et A. Triulzi (eds), 1978. Fonti orali. Oral sources. Sources orales. Antropologia e storia, Milano, Angeli.

Bianco C., 1988. Dall'evento al documento. Orientamenti etnografici, Roma, CISU.

Bravo G. L., 1984. Festa contadina e società complessa, Milano, Angeli.

Cardona G. R., 1976. Introduzione all'etnolinguistica, Bologna, Il Mulino.

Carpitella D., 1973. Musica e tradizione orale, Palermo, Flaccovio.

Cirese A. M., 1973. Cultura egemonica e culture subalterne, Palermo, Flaccovio.

1978. « A scuola dai logici o a scuola dallo stregone ? Proposte di un sistema di notazione e calcolo delle relazioni di parentela », in L'Uomo II, pp. 44-111.

Clemente P., 1982-83. « Folklore studies and ethnoanthropological research in Italy : 1960-1980 », in Ethnologia Europaea XII, I, pp. 37-52.

(Ed.), 1988. Il mondo a metà. Sondaggi antropologici sulla mezzadria classica, Bologna, Il Mulino, Istituto A. Cervi (Annali, 9, 1987).

Della Peruta F., Leydi R., et F. Stella (eds), 1985. Milano e il suo territorio, Milano, Silvana, vol. 1, 2.

De Martino E., 1961. La terra del rimorso. Contributo a una storia religiosa del Sud, Milano, Il Saggiatore.

Destro A., 1984. L'ultima generazione. Confini materiali e simbolici di una communità delle Alpi Marittime, Milano, Angeli.

Di Carlo A. et S. Di Carlo, 1986. I luoghi dell'identità. Dinamiche culturali nell' esperienze di emiprazione, Milano, Angeli.

Falassi A., 1985. Italian folklore : an annotated bibliography, New York, London, Garland.

Gallini C., 1973. Dono e malocchio, Palermo, Flaccovio.

Guarrasi V., 1978. La condizione marginale, Palermo, Sellerio.

Kertzer D., 1981. Famiglia contadina e urbanizzazione, Bologna, Il Mulino.

Lanternari V., 1967. Occidente e terzo mondo, Bari, Dedalo.

Li Causi L., 1988. « Antropologia e società rurali dell'Europa meridionale : il rischio metodologico tra fascino del passato e studio delle transformazioni », in Il mondo a metà, Bologna, Il Mulino.

Lombardi Satriani L., 1973. Folklore e profitto, Firenze, Guaraldi.

Pianta B., 1982. La cultura popolare, Milano, Garzanti.

Piselli F., 1981. Parentela ed emigrazione. Mutamenti e continuità in una comunità calabrese, Torino, Einaudi.

Pratt J., 1980. The mezzadria, Amsterdam.

1988. « La ricerca anglosassone e la mezzadria. Studi in Umbria e in Toscana », in Il mondo a metà, Bologna, Il Mulino.

Signorelli A., 1977. Scelte senza potere, Roma, Officina.

Chi può chi aspetta. Giovani e clientelismo in un'area interna del mezzogiorno, Napoli, Liguori.

Tentori T., 1983. Per una storia del bisogno antropologico, Roma, Ianua. (Si tratta di una raccolta di saggi di vari periodi raccolti in volume.)

Tullio Altan C., 1974. I valori difficili : inchiesta sulle tendenze ideologiche e politiche dei giovani in Italia, Milano, Bompiani.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clemente P., 1989, « L’anthropologie italienne et l’Italie », Terrain, n° 12, pp. 101-109.

Référence électronique

Pietro Clemente, « Les anthropologues italiens et l'Italie », Terrain [En ligne], 12 | avril 1989, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3336 ; DOI : 10.4000/terrain.3336

Haut de page

Auteur

Pietro Clemente

Traduction Sergio Dalla Bernardina et Christian Bromberger

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals