Navigation – Plan du site
Repères

Collectionner ou accumuler ?

A propos des musées ethnographiques et historiques régionaux en Allemagne et en France
Martin Roth
p. 125-137

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

France, Allemagne
Haut de page

Texte intégral

Traduction B. Hell

1Martin Roth, après avoir effectué des études d'ethnologie et de sociologie à Tübingen et à Berlin, a soutenu une thèse de doctorat sur l'histoire du Heimatmuseum1, notamment sur l'utilisation des musées par le Parti national socialiste allemand. Il a par la suite conçu les salles d'exposition du musée de la bijouterie à Schwäbisch Gmünd et du musée régional de Ravensburg. Puis, chercheur invité à la Maison des sciences de l'Homme à Paris, il a effectué une recherche sur la muséographie contemporaine en France. Après avoir collaboré à plusieurs expositions, il met en place actuellement une recherche franco-allemande sur les interprétations de l'histoire données par les musées et prépare un ouvrage collectif sur la muséologie contemporaine.

2Le présent article se propose d'éclairer deux aspects de la muséologie : d'une part, la tendance générale actuelle observable dans toute l'Europe à « muséographier » les objets historiques, d'autre part — domaine encore peu exploré — l'histoire de la muséologie, histoire qu'il convient de replacer dans le contexte plus large de l'histoire des sciences.

3Siegfried Lenz fait commencer son célèbre roman Heimatmuseum par l'incendie d'un musée. Le protagoniste, fondateur du musée, essaie par son geste de se débarrasser de son passé lorsqu'il s'aperçoit que dans l'Allemagne de l'après-guerre le passé a déjà rattrapé le présent. Mettre le feu aux Heimatmuseen comme le propose par provocation l'ethnologue autrichien Helmut Fielhauer n'est certainement pas la bonne solution pour traiter de façon appropriée la multitude d'objets dont nous charge le passé.

4Même si l'on n'est pas partisan de cette méthode radicale, on en vient cependant, vu les tendances générales actuelles à l'« historisation » et à la « muséalisation », à s'interroger sur tout ce matériel qui nous est légué par le passé. Le musée est-il réellement le siège de la mémoire sociale ou n'est-il qu'une sorte de « décharge publique » pour un passé souvent sombre et laid ? Avons-nous réellement besoin de ces témoignages d'hier pour comprendre le présent, ou n'essayons-nous pas seulement par ce moyen de ralentir les inévitables transformations du présent par des salles prévues à cet effet ?

L'histoire du musée. L'histoire au musée

5Les musées actuels sont dans une large mesure un produit du xixe siècle. Ceci vaut pour les musées de folklore et d'ethnographie, les musées techniques et d'histoire sociale comme pour les musées historiques. Il est étonnant de constater en effet qu'en dépit de changements radicaux des modes de vie, « l'esprit » du musée ait à peine évolué et que les bouleversements politiques et sociaux n'aient guère pu atteindre le patrimoine du musée derrière ses murs épais et ses lourdes portes. Aussi n'est-il pas surprenant de voir qu'aujourd'hui encore, de nombreux Heimatmuseen travaillent pratiquement suivant les mêmes principes que les ethnologues du xixe siècle : sauvegarder, conserver et présenter des objets pour la plupart d'origine paysanne et qui ne sont plus en usage. C'est précisément le cas pour les petits et tout petits musées dont on constate l'efflorescence en France comme en Allemagne.

6Il est étrange que ces musées aient si peu changé au cours des cent dernières années, exception faite de quelques modifications de présentation. Heimatmuseen, musées du terroir, musées d'identité, musées d'ethnographie régionale2, tous ces musées, quelles que soient leurs dénominations, sont demeurés inchangés dans la mesure où leur activité consistait et consiste avant tout encore à collectionner et à exposer des objets auxquels on ne peut attribuer en général qu'une valeur marginale. Ce qui caractérise encore de nombreux Heimatmuseen aujourd'hui c'est leur manque de méthode, leur absence d'orientation dans la sélection des multiples objets exposés dans un cadre qui généralement est, lui, régional et limité. Ce qui a cependant évolué au cours des décennies, c'est la revendication sociale du musée : contribuer à l'attachement au pays natal, à l'éveil intellectuel, à l'éducation politique, à la vénération de l'empereur ou du Führer, à l'émancipation et surtout, plus récemment, à la formation esthétique, toutes ces fonctions devaient être assumées par le musée. Les diverses tentatives pour procéder à des inventaires globaux montrent l'embarras des muséologues devant l'énorme quantité d'objets à prendre en compte. Ainsi on a actuellement entrepris d'inventorier tous les musées du Bade-Wurtemberg n'appartenant pas à l'Etat. Le résultat de l'expérience est déjà controversé avant même qu'elle n'ait commencé.

7La plupart de ces Heimatmuseen se ressemblent même si leur aspect extérieur peut souvent faire croire à une certaine originalité. Ceci est en grande partie dû au fait que les collections sont, du point de vue géographique et ethnologique, pratiquement identiques. On continue ici à collectionner des objets considérés déjà comme dignes du musée du xixe siècle : témoignages matériels de la vie et du travail paysans, vêtements, objets familiers, mobilier et outils. Ces objets sont généralement choisis en fonction de leur « beauté » et de leur « rareté ». Même quand ils doivent témoigner de la pauvreté et de l'indigence, c'est la beauté de la patine de l'objet rare qui compte. On a l'impression que dans un Heimatmuseum, on ne se demande presque jamais selon quels concepts organiser actuellement une collection et selon quels critères scientifiques la réaliser. Dans la pratique, les collections sont encore réunies dans le droit fil des principes de sauvegarde et de conservation d'un héritage limité à la fin du xixe et au début du xxe siècles.

8Mais il faut reconnaître que ces musées et ces projets de musées sont malgré tout intéressants, même s'ils posent quelques problèmes. Il est souvent difficile, comme dans le cas du héros du roman de Lenz, de dissocier le musée de son spiritus rector. Ceci vaut également, pour ne citer qu'un exemple, pour le Musée départemental d'histoire et de folklore de Champlitte en Haute-Saône (Musée Albert Demard) où Albert et Jean-Christophe Demard ont rassemblé une extraordinaire collection d'objets.

9Albert Demard a été indiscutablement influencé par G.H. Rivière, comme tous les muséographes des dernières décennies. Celui-ci lui avait recommandé de s'inspirer du modèle de Romenay, le premier musée qu'il ait fondé. C'est pourquoi on retrouve ici, à l'imitation de la méthode de Rivière, à côté des instruments traditionnels de la civilisation paysanne, la reconstitution complète d'une école, d'un café, d'un commerce, d'une foire, etc. Quelle que soit la valeur des objets eux-mêmes et leur diversité, le lien qui les rattache au présent est peu explicite, on se demande ce que sont devenus aujourd'hui ces métiers exposés, quelle a été l'évolution de la production agricole, ce qui a remplacé la foire, le petit commerce et le café transposés ici. Un tel musée s'ordonne selon deux principes : les objets doivent parler d'eux-mêmes et le musée se veut un musée des petites gens (le Musée de Champlitte est même qualifié de « musée de la pauvreté »). On remarquera d'ailleurs que les musées des arts et traditions populaires ont toujours été des musées centrés sur les objets de la vie et des travaux des petites gens. Ce type de musée a toujours voulu être émancipateur et mettre en valeur des coutumes et des traditions vouées à la disparition du fait de l'industrialisation.

La création d'identités

10Le Heimatmuseum, contrairement à l'opinion largement répandue, n'est pas une invention allemande. Les musées de ce type se sont multipliés dans toute l'Europe au cours du premier tiers du xixe siècle. Leurs objectifs politiques et la qualité de leur présentation étaient certes divergents mais il y a eu cependant quelques excellents novateurs qui ont exercé une influence considérable sur la muséologie par-delà les frontières de leur pays. Le plus important sur le plan international a été sans aucun doute le suédois Artur Hazelius qui doit sa célébrité non seulement à son musée régional de Skansen mais surtout aux « villages ethnographiques » qu'il a conçus et exposés dans des expositions universelles (Zippelius 1986). La finalité scientifique de ces musées et expositions était de donner une reproduction fidèle de la vie et des travaux à la campagne. Du point de vue idéologique, il s'agissait de mettre en relief la diversité culturelle de régions particulières, constitutives des nouveaux Etats nationaux, afin de leur donner sur le plan culturel une importance qui leur était refusée sur le plan politique. Le musée était de ce fait une institution éminemment politique à l'époque « de la nation prenant conscience d'elle-même comme Nation », comme l'a écrit Pierre Nora (Nora 1986). Dans cette optique de la Nation, les collections des musées avaient une fonction pédagogique d'identification nationale.

11C'est ce que montre également l'histoire institutionnelle des musées de civilisation et d'histoire allemands. Leur origine remonte à l'époque de la révolution bourgeoise de 1848. Il convient de les considérer comme des tentatives ayant pour but d'acquérir une identité nationale au moyen de l'histoire (le célèbre Musée national germanique de Nuremberg date de cette époque). Cette focalisation sur le champ volontairement régional à une époque où l'identité nationale est en gestation ne constitue qu'une contradiction apparente : de l'attachement « au pays » à l'amour de « la patrie », on peut suivre un même fil conducteur. Du reste, ceci ne caractérise pas seulement l'unification de l'Empire allemand : le Risorgimento italien s'est accompagné lui aussi d'initiatives multiples sur le plan de l'histoire et de la muséologie, les Musei di Storia Patria (Fotana 1984).

12La transformation du cadre de vie durant l'ère d'industrialisation intensive contribua également à ce phénomène d'appropriation de l'histoire au moyen du musée. Avec la naissance du prolétariat industriel, le « peuple » et ses « traditions » devinrent un objet de recherche en soi. En fait on ne se pencha pas, sauf dans de rares cas, sur le travailleur industriel, mais bien plutôt sur son image inversée, l'habitant des campagnes. Emporté par une vague de sentiments romantiques pour le monde agricole, on avait alors l'impression de devoir conserver et opposer à la vie discréditée des villes le monde fortement menacé de la population rurale. Les conceptions de muséologie de l'époque témoignent déjà de cette tendance à l'esthétisme qui au fond se retrouve aujourd'hui encore : une certaine conception romantique de la pauvreté, grâce au témoignage d'objets bien nettoyés et soigneusement restaurés, est encore largement répandue actuellement (le problème didactique que pose la reconstitution d'une image fidèle de la pauvreté, de la famine, du dénuement et de la misère dans les salles de musées bien chauffées et fraîchement repeintes est cependant débattu depuis longtemps).

13L'intérêt scientifique et muséologique porté à la culture et à la vie campagnarde au xixe siècle ne s'est pas manifesté uniquement par de simples collectes d'objets mais également par d'autres tentatives de recension au champ plus large. C'est ainsi qu'on se mit à étudier patois, contes et légendes, croyances et coutumes* (Collet 1987). On notera qu'un courant du « folklorisme » poursuit des objectifs similaires : conserver, pour la postérité, l'« âme populaire » menacée par les transformations sociales grâce à la collecte, la conservation et l'engrangement des témoignages.

Le musée, lieu apolitique ?

14En dépit de tous les chauvinismes nationaux il existe des convergences intéressantes dans l'histoire du Musée des Etats européens. La « salle de France » du Musée d'ethnographie du Trocadéro d'Armand Laudrin fut aménagée en 1884 (Diaz 1985, Noël 1987). A peu près à la même époque — en 1888 précisément — on inaugura à Berlin le Musée d'ethnographie Museum für Volkstrachten und Erzeugnisse des Hausgewerbes de Rudolf Virchow, médecin, hygiéniste, homme politique libéral et ethnologue engagé. Ce musée devait être à l'origine la section allemande du Musée ethnologique de Berlin qui venait d'être ouvert, mais pour des raisons de place, il fallut l'installer dans d'autres locaux. Au-delà des analogies fonctionnelles avec la « salle de France », on notera que la conception même de la collection fait, elle aussi, apparaître des similitudes : ici comme là, on accorde une place non négligeable au domaine de la « foi » et des « coutumes » ainsi qu'à ce qui sera regroupé plus tard sous le concept d'« art populaire ». Il faut également avoir à l'esprit que, à cette époque, la conception de l'ethnologie au musée était, dans une large mesure, déterminée par l'archéologie, elle même souvent œuvre d'amateurs (Pomian 1988). On voulait prouver par là que l'histoire nationale ne le cédait en rien à l'histoire antique.

15Le caractère traditionnel des objets rassemblés était d'une certaine manière en opposition avec l'extrême modernité des moyens utilisés pour leur présentation. Etait alors particulièrement prisée la reconstitution d'espaces rendus « vivants » grâce à des mannequins (la « salle de France » et le Musée ethnologique de Berlin), une méthode controversée mais souvent utilisée aujourd'hui encore (Zippelius 1986). Artur Hazelius est le fondateur de « ce principe de salles » qui, de même que le musée de plein air, ne devait pas avoir un contenu purement esthétique mais apporter un témoignage social sur les conditions de vie et de travail. Pourtant c'est l'esthétique qui reste au premier plan... quand elle ne fixe pas à elle seule la trame muséographique. Citons un exemple : Wilhelm Bomann, industriel et folkloriste, employa dans son Vaterländische Museum (Musée Bomann), de Celle, des méthodes extrêmement modernes qu'il chercha à associer à un discours didactique de vulgarisation. Dans sa naïveté de réformateur social, il croyait avec de tels musées pouvoir amener la classe ouvrière au respect de la Nation et de l'Histoire allemandes. Pour lui le musée était à la fois instrument pédagogique et lieu où se forge le respect de l'histoire. Au regard d'une telle démarche on peut souligner l'existence en France d'une tentative analogue, à savoir le célèbre musée créé par Frédéric Mistral : le Museon Arlaten, « Musée de la vie vivante et de la race d'Arles ». Mistral, comme Bomann, s'efforça de renforcer le sentiment communautaire en favorisant l'émergence d'une identité régionale. La présentation de l'histoire régionale en tant que facteur constitutif de l'histoire nationale n'est pas sans avoir joué un rôle important dans les musées allemands de la fin du siècle. Ces fonctions identitaires dévolues au musée contribuèrent à en faire le garant de la « culture » germanique face à l'influence de la « civilisation »... C'est surtout dans la période qui suivit la Première Guerre mondiale que s'imposèrent en Allemagne ces mouvements qui, malgré une politique culturelle démocratique, renforcèrent ce courant de pensée opposant traditionnellement « culture » et « civilisation ». Pour eux tout ce qui venait de l'ouest était suspect, scientifique, rationaliste et politique, donc méprisé par une bourgeoisie allemande « apolitique » (Dumont 1986). La focalisation des travaux sur les traditions populaires, sur la culture germanique permettait de lutter contre une telle influence. Tout internationalisme fut contrecarré par un discours didactique sur la Heimat et l'histoire. C'est dans un tel contexte que le musée servant à des Invention of traditions, devait contribuer à la création d'une histoire germanophile mythique (Von See 1987). Pourtant, après 1933, le Heimatmuseum ne devint pas une sorte de musée national-socialiste, comme on l'a souvent présenté (la majorité des musées ont été fondés, fait caractéristique, pendant la période démocratique des années 20) (Roth 1987). C'était un musée conçu pour une bourgeoisie totalement « apolitique », pour ceux qui, vivant dans la tradition impériale, pensaient que culture et politique étaient deux choses parfaitement distinctes et ne voulaient rien avoir à faire avec la politique. Il ne fait aucun doute que leur attitude a cependant favorisé le régime nazi (Crus-Ramirez 1985, Lehmann 1935). Il est évident que le régime national-socialiste utilisa à ses propres fins les possibilités générales qu'offrait le cadre des expositions et des musées. Les musées de la N.S.D.A.P. (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei), les musées des races et des guerres faisaient partie de la propagande culturelle. Tout récemment encore, un journaliste du Spiegel, le plus grand hebdomadaire d'informations de République fédérale, a découvert les restes d'un musée juif à Prague. Des chercheurs nazis, dont le fameux spécialiste de la « raciologie » H.F.K. Günther, avaient fait ériger — comble du cynisme — par des savants juifs réquisitionnés d'office, un musée ethnographique et historique qui présentait le cadre de vie (« La vie juive du berceau à la tombe ») d'une race « disparue » (Kiderlen 1988).

Laboratoire ou instrument de propagande

16L'histoire du musée entre les années 20 et les années 30 fait ressortir de notables différences entre les musées français et allemands quant à leurs objectifs. On doit en effet constater que les musées historiques français ont été intégrés dans un contexte scientifique tandis que les musées allemands se développèrent de plus en plus en centres d'archivage historique. Ceci est plus particulièrement manifeste dans l'analyse proposée par Marc Bloch (1930) de l'évaluation internationale de la muséologie. Le fait saillant et lourd de conséquences, tant du point de vue de l'organisation que du point de vue du contenu, fut la double coupure opérée par Paul Rivet : séparation du Musée des arts et traditions populaires et du Musée de l'Homme et distinction d'autre part, au sein du chaque institution, entre laboratoire et musée. Une telle conception duale a été souvent discutée, elle avait été réclamée à maintes reprises à la fin du xixe siècle par des courants de pensée soucieux de promouvoir une « éducation populaire » (Chiva 1987 et 1988). Sa concrétisation ne fut en effet réalisée qu'au Musée du Trocadéro. Cette division permettait au musée (présentation) et au laboratoire (recherche) de travailler en symbiose. Ceci marque le début d'une nouvelle ère muséale. Cette séparation a permis d'introduire la science dans un musée, en rompant avec cette tradition originelle de musées-collecte et de musées-conservation. Claude Lévi-Strauss (1967 : 404) précise qu'il ne s'agit plus exclusivement de « rassembler des objets, mais aussi et avant tout de comprendre les hommes, et moins d'archiver des restes desséchés comme dans un herbier, mais de décrire et d'analyser des modes d'existence auxquels l'observateur prend directement part ». Ainsi fut assurée à l'intérieur même du musée l'émergence d'un débat scientifique, débat imprégnant aussi bien, comme en témoignent les travaux d'anthropologie culturelle de Marcel Maget, le secteur de la recherche que celui de la muséographie. Rien de comparable n'apparaît dans les musées allemands. On ne relève aucune tentative de réaménagement dans ce sens.

17Cette ouverture scientifique du musée revêt une importance encore plus grande, lorsqu'on garde présent à la mémoire qu'à la même époque on s'attache encore ici à définir un « art populaire » des Germains et à rassembler coûte que coûte les preuves matérielles de la « prédominance de la race aryenne » dans une présentation muséologique, comme ce fut le cas dans le plus grand musée des traditions populaires allemand, le Musée de Berlin. Son directeur Konrad Hahm portait un vif intérêt au travail du Musée des arts et traditions populaires. Rivière, de même, s'intéressait au Musée de Berlin et plus généralement aux conceptions allemandes du musée : les descriptions publiées par G.H. Rivière (1936) après un voyage d'information dans quelques musées européens sont particulièrement révélatrices. Il y fait non seulement allusion au Musée de Berlin, mais aussi, ce qui est surprenant, au Musée rhénan de Cologne, Haus des Rheinischen Heimat. Plus que tout autre musée ethnographique, ce musée fondé au cours des années 30 avait une fonction politique clairement formulée : il s'agissait d'un lieu d'expression des fondements de la culture nationale-socialiste (Ewald 1934). Ce musée fut inauguré par Goebbels en 1936, de façon démonstrative d'ailleurs, le même jour que l'autoroute Cologne-Dusseldorf, acte symbolique démontrant les progrès techniques et culturels. Le musée était conçu comme un site réservé à la propagande politique. Ne résultant d'aucune évaluation, il s'agissait d'un projet muséal créé de toutes pièces à des fins politiques. Une nouvelle technique muséologique fut introduite. La parcimonie des objets présentés et la précision des choix retenus combinées à une présentation à base de graphiques, de cartes et de modèles, permettaient d'élaborer un discours didactique ne laissant plus rien au hasard. Une notice interprétative accompagnait chaque objet. Tout était préparé minutieusement comme dans un manuel scolaire. L'organisation muséologique répondait aux règles les plus modernes de la publicité. Cette méthode, à l'antipode des collections traditionnelles, fut l'objet d'une grande admiration dans les milieux muséologiques internationaux. On alla même jusqu'à reconstruire une des salles de ce musée, pour une démonstration à l'exposition universelle de Paris en 1937. G.H. Rivière (1936) loua la conception de ce Musée du Pays rhénan comme une « synthèse grandiose de la Rhénanie, allant de l'Etat et ses principes au plus humble paysan, en passant par les seigneurs, le clergé séculier et régulier, les bourgeois et les artisans ». On considéra qu'une des missions du Musée était d'intégrer la dimension géopolitique : « la lutte pour le Rhin », le « Traité de Versailles » et naturellement le « Mouvement nationaliste ». Le Musée répondait ainsi point par point à l'enseignement officiel de l'histoire du mouvement national-socialiste, y compris dans sa perception politique et sociologique de l'Etat et de la société. Vouloir traiter dans cet article de l'ethnologie française, et plus particulièrement du fait muséal et de ses affinités avec l'idéologie du « peuple », mènerait d'autant plus loin qu'un certain nombre de publications importantes viennent de traiter de ce sujet complexe (Faure 1980, Ory 1987, et « Correspondances » dans Gradhiva n° 1, 1986).

18Une autre institution importante mérite d'être évoquée lorsque l'on se propose de comparer les musées allemands et français, à savoir l'écomusée et son précurseur, le musée de plein air (Freilichtmuseum). L'écomusée, innovation française, a apporté un souffle nouveau dans un monde muséal quelque peu en léthargie. Alors qu'en France on doit déjà faire face à une véritable inflation du concept d'écomusée, et à l'appauvrissement qualitatif en résultant, on note qu'en Allemagne, on commence à peine à se familiariser avec une nouvelle théorie muséologique.

19La fondation du Musée de plein air de Skansen, en Suède, fut suivie en France avec une grande attention, comme partout en Europe. Ainsi on peut lire ceci dans le catalogue de l'exposition sur le « Folklore de Suède » au Musée de l'Homme (Paris, 1937) : « Il est tellement touchant en flânant à Skansen d'y sentir comme une Suède concentrée, intime et fraternelle... C'est bien là-haut qu'on respire l'âme de la Suède. » Des projets de musées de plein air furent élaborés, comme celui du parc du Château de Chambord en 1936, ou celui, daté de 1941, du Musée landais à Hossegor, mais ils ne furent jamais réalisés. De même le musée de plein air conçu au moment de la construction du Musée des arts et traditions populaires dans le Jardin d'Acclimatation n'a jamais vu le jour. Au fond cet inaccomplissement favorisa l'évolution autonome actuelle de l'écomusée, variante moderne et engagée de l'idée du musée de plein air du xixe siècle. En Allemagne, le musée de plein air, Freilichtmuseum, a longtemps été synonyme de lieu de culte d'une paysannerie ancrée dans son terroir. Le fait que le premier musée de plein air allemand ait été installé avec l'aide du gouvernement nazi à Cloppenburg en 1934 n'est probablement pas étranger à cette connotation. En France par contre, on sut saisir dans les années 60 l'opportunité de pouvoir intégrer dans ce nouveau type de musée toutes les exigences, qu'elles soient d'ordre structural, environnemental ou socio-historique. Même si on en a parfois trop fait, cette expérience marqua le point de départ d'une nouvelle conception de la muséologie qui a non seulement exercé une influence à l'échelle internationale (pensons par exemple aux tentatives, jusqu'à maintenant considérées comme singulières, visant à prolonger la Nouvelle Histoire en une Nouvelle Muséologie), mais qui a aussi contribué à conforter le musée dans son rôle de véritable institution de recherche et de communication (Hubert 1987a et 1987b).

L'objet ou l'interprétation

20S'il fallait faire ressortir des différences dans cette approche comparative des Heimatmuseen en France et en Allemagne c'est bien dans la séparation recherche-musée et dans le mouvement précoce de spécialisation et d'ordonnance typologique qu'il convient de voir les freins d'un développement plus ouvert et plus fécond de l'institution muséale allemande. Au nom d'un héritage idéaliste on a souscrit à une dichotomie entre art et culture d'une part et histoire de l'autre. Dans un tel contexte, « histoire » signifie surtout « histoire politique » : le musée historique présente avant tout l'histoire du pouvoir. L'histoire culturelle revêtait un caractère quelque peu trivial, les références au réel apparaissant comme autant d'irruptions de la banalité. L'histoire culturelle se justifiait tout au plus par la présentation esthétique qu'elle autorisait. L'historiographie allemande a ainsi été « dépouillée de ce qui a fasciné et fascine encore l'école française des Annales : son vif intérêt et sa grande sensibilité pour les questions historiques d'ordre culturel et sociologique » (Korff 1988b : 50). C'est sans doute aussi la raison pour laquelle le musée-laboratoire n'a jamais réussi à s'implanter en Allemagne. L'anthropologie culturelle et la recherche suivirent des voies parallèles à celles des musées ; de ce fait, rarissimes sont les exemples d'intégration réussie.

21Que peut-on retenir de cette excursion dans l'histoire des musées ? En prenant le risque de schématiser, on peut faire ressortir deux tendances. D'une part certains musées tentent, méthodiquement, de proposer une grille d'analyse des témoignages de la culture matérielle en s'appuyant sur les travaux des anthropologues, des sociologues et des historiens. Dans une telle optique un musée a pu, par ses expositions temporaires, offrir des réalisations remarquables et remarquées : il s'agit du Musée d'ethnologie de Neuchâtel placé sous la direction de Jacques Hainard. Mais il faudrait également citer le Musée dauphinois de Grenoble et l'Ecomusée des Monts d'Arrée pour n'en mentionner que quelques-uns. L'Ecomusée de la Bintinais à Rennes a particulièrement axé sa politique muséologique sur l'approche scientifique et une présentation thématique : mises en scène, jeux vidéo, banques de données, réalisations audiovisuelles et objets originaux confèrent à ce musée une place particulière située entre les coulisses du théâtre et l'écran vidéo (Hubert 1987c).

22D'un autre côté on trouve des musées qui, partant avant tout de leurs fonds, mettent au premier plan collection et conservation ; ils veulent avant tout éviter, grâce aux « reconstructions », de donner une interprétation contemporaine des données historiques. A cette dernière catégorie appartient, à côté de l'exemple de Champlitte, un nombre considérable de petits musées qui se sont ouverts jusqu'à ces dernières années (le Bade-Wurtemberg compte environ 1 100 collectivités locales et près de 900 musées de ce genre, créés en majorité au cours des dernières années). Dans nombre de ces musées la présentation de la réalité est faite à l'échelle réelle ; plus la réalité est proche, mieux c'est. Mais la mémoire ne fonctionnant pas comme un livre d'histoire, une analyse plus conséquente s'avère absolument nécessaire : « la patrie subjective » ne peut relever d'une simple « muséologie objective » (Jeggle 1984) s'il s'agit d'amener le visiteur à « une réappropriation critique de son histoire et de sa culture » (Raphaël et Herberich-Marx 1987 : 87).

Les musées : l'expression d'une nouvelle prise de conscience de l'histoire

23La « muséomanie » de notre époque est le produit d'une société qui semble vouloir prendre le chemin de se « muséaliser » dans sa totalité : la culture matérielle devient un objet historique en soi. La « muséalisation du populaire et la popularisation du muséal » : Gottfried Korff (1988a) définit ainsi la tendance actuelle à remplacer, souvent intentionnellement, la réalité sociale par la fiction conservatrice du musée. On restaure ainsi des villages entiers pour les remplacer dans une pseudo-réalité sommaire que ne renierait pas un parc de loisirs. L'Etat pose, pour la protection du patrimoine historique, des conditions telles qu'il semble s'agir de redonner à des villes dans leur totalité leur physionomie originelle. Ainsi sont dressés des inventaires généraux de régions entières, où toutes les façades, toutes les briques et les ferrures de portes sont mesurées et répertoriées. Le rapport aux objets quotidiens et la valeur qui leur est attribuée dépendent de plus en plus d'une qualité : « bon pour le musée ». Le sens même de la notion de patrimoine culturel est soumis à ce glissement sémantique : ainsi on note qu'il fonctionne comme un label distinctif pour des objets récents — il suffit de penser à l'architecture. Il faut aussi évoquer dans ce contexte qui unit patrimoine culturel avec parc de loisirs : Eurodisneyland. La question qui en découle est la suivante : cette « muséalisation » n'est-elle pas trop rapide ? Centres de recherche historique, associations de terroir, reconstitutions commémoratives, fêtes à l'ancienne, célébrations d'anniversaires en sont la conséquence, ainsi que d'innombrables projets d'expositions et une densité impossible à maîtriser du paysage des musées. On a souvent l'impression qu'il ne s'agit pas de mener une réelle confrontation avec le passé mais de faire tout simplement de l'histoire un bien de consommation culturel. Il est indéniable que les sujets historiques ont plus que jamais le vent en poupe, l'engouement pour l'histoire commençant à pénétrer dans tous les secteurs de la vie. A l'évidence l'intérêt se porte aujourd'hui sur les objets hérités du patrimoine culturel et sur tous les lieux où s'exprime la mémoire de notre société. « Le passé submerge le présent pour lui contester ce qu'il est » en conclut Nikola Luhmann (Luhmann 1984). Il est possible que ce soient les transformations technologiques profondes et les changements latents sur le plan économique, social et écologique qui amènent une société à s'assurer dans une telle mesure de ses valeurs traditionnelles. Peut-on se contenter d'interpréter cette tendance à l'« historisation » et à la « muséalisation » comme l'expression de la transformation technique et économique du monde ? La question reste d'autant plus entière que ce phénomène de « muséalisation » ne touche pas uniquement les Etats d'Europe occidentale mais qu'un boom semblable atteint visiblement aussi les pays de l'Est.

24Si l'on veut réellement saisir le monde actuel avec des méthodes muséologiques, on ne peut y aboutir qu'au moyen d'une synthèse entre histoire économique et sociale, linguistique et anthropologique, naturelle, artistique et technique. Comment pourrait-on autrement maîtriser des données aussi complexes ? Mais la majorité des musées se contente malheureusement de collectionner, de sauvegarder et présenter leurs fonds de façon formelle. Une minorité d'entre eux seulement se définit comme des institutions de recherche dans le sens de musée-laboratoire dont l'objectif est de créer un lien entre le passé et le présent.

25Ce phénomène de « muséalisation » culmine actuellement et culminera dans les dix années à venir en République fédérale avec un projet de dimension gigantesque : la construction à Berlin d'un grand musée, le Musée historique allemand. Promu par le gouvernement fédéral, ce musée se veut le premier de cette envergure en Europe, un projet qui n'est pas sans être controversé. Interrogé au cours des nombreuses discussions, plutôt animées, sur le type de musée qu'il prend comme modèle, son directeur, Christoph Stölzl, renvoie souvent au Musée des arts et traditions populaires de Paris. Attendons de voir...

Haut de page

Bibliographie

Bloch M., 1930. « Musées ruraux, musées techniques », in Annales d'histoire économique et sociale, t. 2, pp. 248-251.

Chiva I., 1987. « Le musée-laboratoire, service public de recherche », in Ethnologie française, t. 17, n° 1, pp. 61-63.

1988. « Un prototype, un constat : les musées d'ethnologie », in Constituer aujourd'hui la mémoire de demain, actes du Colloque de Rennes, 1984, Rennes, M.N.E.S., pp. 9-13.

Collet I., 1987. « Les premiers musées d'ethnographie régionale en France », in Muséologie et ethnologie, Paris, Editions de la réunion des musées nationaux, pp. 68-69.

Crus-Ramirez A., 1985. « The Heimatmuseum : a perverted forerunner », in Museum, n° 148, pp. 242-245.

Diaz N., 1985. « La fondation du Musée d'ethnographie du Trocadéro (1878-1900) : un aspect de l'histoire institutionnelle de l'anthropologie française. » Thèse de doctorat de IIIe cycle, Paris, E.H.E.S.S.

Dumont L., 1986. « "Unpolitical" Individualism. German Culture in Thomas Mann's Reflections », in International Journal of Moral and Social Studies, vol. 1, n° 2, pp. 97-108.

Erixon S., 1937. « Skansen et la conception du musée en plein air dans les pays nordiques » in Mouseion, 11, vol. 39-40, Paris.

Ewald W., 1934. Das Rheinische Museum, Köln, Wesen - Bedeutung - Ziele.

Faure C., 1980. « Traditions populaires et retour à la terre sous le Régime de Vichy. Quelques réflexions historiques à l'occasion des "Hommes et Terroir", exposition d'ethnologie régionale en 1980 », in Nouv. Arch. Mus. Hist. nat. Lyon.

Fontana M.-T., 1984. I Musei della Cultura Materiale, Roma, NIS.

Hainard J. et Kaehr R., 1984. Objets prétextes, objets manipulés, Musée d'ethnographie de Neuchâtel.

Hubert F., 1987a. « Les écomusées après vingt ans », in Actes des premières rencontres nationales des écomusées, Agence régionale d'ethnologie Rhône-Alpes, pp. 56-60.

1987b. « Du réseau de musées à l'écomusée », in Ethnologie française, t. 17, n° 1, pp. 67-74.

1987c. « Pays de Rennes, un écomusée de la fin des années quatre-vingts », in Actes des premières rencontres nationales des écomusées, Agence régionale d'ethnologie Rhône-Alpes, pp. 235-238.

Jeggle U., 1984. « Subjektive Heimat - objektive Musealität. Zum Verhältnis von subjektiver Erlebnisfähigkeit und objektiven Ereignissen », in Liebelt U. et Löber U., Heimat im Museum, Koblenz, pp. 11-30.

Jeudy H.-P., 1986. La Mémoire du social, Paris, P.U.F.

Kiderlen E., 1988. « Museum einer untergegangenen Rasse », in Der Spiegel, 14.11.1988, pp. 224-226.

Korff G., 1988a. « Wird Kiezgeschichte salonfähig ? Neuköllner überlegungen zur Musealisterung des Popularen und zur Popularisierung des Musealen », in Bätz O. et Gößwald, Experiment Heimatmuseum Marburg, pp. 60-80.

1988b. « Wie stellt man deutsche Geschichte dar ? » in Politik und Kultur, Heft 2, pp. 45-54.

Lehmann O., 1935. L'évolution des musées allemands et l'origine de Heimatmuseum, Mouseion, vol. 31-32, pp. 111-117.

Luhmann N., 1984. « Das Kunstwerk und die Selbstreproduktion der Kunst », in Delfin, III.

Lévi-Strauss C., 1967. Strukturale Anthropologie, Frankfurt am Main.

Noël M.-F., 1987. « Du musée d'ethnographie du Trocadéro au Musée national des Arts et Traditions populaires », in Muséologie et ethnologie, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, pp. 140-151.

Nora P., 1986. Les Lieux de Mémoire, II, Paris, La Nation, pp. 647-651.

Ory P., 1987. « Georges-Henri Rivière, militant culturel du Front populaire ? », in Ethnologie française, t. 17, n° 1, pp. 23-28.

Pomian K., 1988. « Musée archéologique : art, nature, histoire », in Le Débat, n° 49, 1988, pp. 57-68.

Raphael F. et G. Herberich-Marx, 1987. « Le musée, provocation de la mémoire », in Ethnologie française, t. 17, n° 1, pp. 87-94.

Rivière G.-H., 1936. « Les musées de folklore à l'étranger et le futur Musée français des Arts et Traditions populaires », in Revue de folklore français et de folklore colonial, n° 3, pp. 58-71.

Roth M., 1987. « Heimatmuseen und nationalpolitische Erziehung », in Gerndt H., Volkskunde und Nationalsozialismus, München, pp. 185-199.

See K.V., 1987. « Kulturkritik und Germanenforschung zwischen den Weltkriegen », in Historische Zeitschrift, Band 245, Heft 2, pp. 343-362.

Zippelius A., 1986. « Der Mensch als lebendes Exponat », in Jeggle U., Korff G., Scharfe M. et B.-J. Warneken, Volkskultur in der Moderne, rororo Reinbek, pp. 410-429.

Haut de page

Notes

1 Ce terme qui sera conservé en allemand dans cet article, pourrait être traduit approximativement par musée d'histoire et d'ethnographie régionales. C'est un condensé des diverses appellations françaises : musée d'identité, musée du terroir, musée des arts et traditions populaires, etc. à l'exclusion toutefois des musées techniques et industriels qui se sont développés beaucoup plus récemment en Allemagne et dont il ne sera pas traité ici (ndlr).
2 En français dans le texte.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roth M., 1989, « Collectionner ou accumuler ? A propos des musées ethnographiques et historiques régionaux en Allemagne et en France », Terrain, n° 12, pp. 125-137.

Référence électronique

Martin Roth, « Collectionner ou accumuler ? », Terrain [En ligne], 12 | avril 1989, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3338 ; DOI : 10.4000/terrain.3338

Haut de page

Auteur

Martin Roth

Université de Tübingen, RFA, Institut d'Anthropologie culturelle

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals