Navigation – Plan du site
Repères

Le programme savoir-faire et techniques

Denis Chevallier
p. 138-141

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1Transmettre pour préserver, préserver pour valoriser et innover. La formule pourrait, si elle n'était pas trop réductrice, servir à résumer les préoccupations de la direction du Patrimoine devant le fait technique, ces ensembles d'éléments matériels mais aussi de gestes, de signes, de productions symboliques dont nul aujourd'hui ne conteste l'importance en tant que patrimoine culturel1.

2Dès 1981, la mission du Patrimoine ethnologique conviait les ethnologues à développer des recherches sur les techniques artisanales et industrielles2. Ces opérations prenaient place dans l'extension du dispositif de conservation et mise en valeur du patrimoine technique, encouragées ces dernières années par les collectivités locales et par l'État : musées, écomusées, conservatoires, centres de culture scientifique, technique et industrielle et même de plus en plus souvent les entreprises elles-mêmes.

3C'est dans ce contexte que la direction du Patrimoine lançait en 1987 le programme savoir-faire et techniques. A cette occasion, plus de vingt nouvelles opérations étaient financées3 avec l'objectif d'étudier des activités de production particulièrement sensibles aux changements techniques et économiques et de mettre en évidence les modalités sociales et culturelles de production et de reproduction des savoir-faire.

4Des premiers résultats obtenus, des débats engagés au cours de plusieurs rencontres entre les équipes et les spécialistes4, il est utile de tirer, plutôt qu'un bilan, en tout état de cause prématuré, un ensemble de questions qui pourront constituer autant de pistes à explorer.

5Le savoir-faire apparaît comme le fil conducteur de ces interrogations. Peut-être parce qu'il se dérobe toujours aux tentatives d'objectivation, le savoir-faire conduit à l'appréhension de processus. Le savoir-faire ne peut en effet, en première analyse du moins, être compris que comme élément inscrit dans une dynamique sociale qu'il va contribuer à générer et au sein de laquelle il sera constamment redéfini.

6Le savoir-faire est aussi au centre des préoccupations des agents économiques soucieux du maintien d'un procédé technique ou de la valorisation d'un produit, et des conservateurs chargés de l'engrangement de savoirs et techniques dans l'optique d'une restitution au public, voire d'une éventuelle réutilisation.

7Enjeu économique et culturel, le savoir-faire définit autour de lui le champ d'une recherche appliquée où l'ethnologue pour peu qu'il franchisse la porte de l'atelier ou de l'entreprise, se voit confronté à une série de questions relatives tant à la place occupée par le savoir-faire dans le processus de production, qu'à son statut dans le milieu étudié, ou aux productions symboliques qu'il met en jeu.

Savoir-faire et processus de production

8Pour nombre d'agents économiques comme pour les institutions chargées de la conservation du patrimoine technique, la compréhension de la place occupée par les savoir-faire dans un processus de production donné est primordiale. Il en va en effet de la réussite des transferts de technique dans des contextes radicalement différents5 (transferts nord-sud par exemple) ou de l'introduction de nouveaux procédés dans une entreprise (robotisation...).

9Le savoir-faire, part informelle (non codifiée) d'un processus technique, acquis dans l'exercice d'une activité (empirique), lié aux dispositions particulières d'un individu (capacité d'adaptation) constitue le lien entre des compétences individuelles, une réalité sociale et des contraintes techniques et environnementales qui fondent l'efficacité du geste technique.

10Le savoir-faire est le savoir efficace : celui du parfumeur (Rasse 1988)6 qui, avec plusieurs milliers de produits, différents selon les provenances et les époques, arrivera à reproduire un parfum toujours identique : celui du tisseur à domicile qui saura adapter son matériel à la demande du donneur d'ordre ; celui du restaurateur qui, parmi une infinité de variantes locales, retrouvera ingrédients et tours de main qui donnent au plat son caractère régional.

11La question du savoir-faire se pose au moment où l'on s'interroge sur la reproductibilité d'un processus technique. En termes de conservation, la question est importante. Quels sont par exemple les éléments à transcrire ou enregistrer pour que la tissuthèque de l'écomusée du Roannais réponde à son objectif : donner dans vingt ou cent ans aux industriels des indications suffisantes pour reproduire une étoffe en tout point identique à celle réalisée aujourd'hui ?

12En termes de production, on s'intéressera aux conditions de transmission de techniques irremplaçables mais sujettes aujourd'hui à des difficultés économiques : procédés de constructions traditionnels (plâtre gros, lave de Bourgogne), industries de luxe (certains métiers liés à la mode, faïenceries, cristalleries...).

Savoir-faire : organisation du travail et rapports sociaux

13Les premières observations, notamment quand elles portent sur des entreprises industrielles, montrent que le savoir-faire ne peut se laisser réduire, comme tendrait à le faire l'usage courant, à la compétence individuelle qui, telle une signature, serait inscrite dans le produit lui-même.

14Le savoir-faire — peut-on ici le qualifier de collectif ? — tient aussi dans des dispositions à s'intégrer dans un processus de production auquel participent un grand nombre d'individus. Il réside alors dans une gestuelle, un langage dont l'acquisition correspond à un ensemble de règles qui expriment les rapports sociaux au sein de l'entreprise.

15Le savoir-faire des parfumeurs, comme celui d'autres professions participant à un travail collectif, réside en grande partie dans une capacité à communiquer ici des odeurs, là des couleurs, des savoirs.

16Partie intégrante du savoir-faire, les modes de communication qu'ils soient ou non verbaux renvoient aux appartenances.

17L'appréhension des modes de transmission ouvre une voie privilégiée pour mettre au jour le rôle des savoir-faire dans l'organisation sociale au sein de l'entreprise. Les premiers « terrains » réalisés dans des cristalleries lorraines ont révélé comment les hiérarchies dans les équipes de verriers étaient inscrites dans l'organisation même de l'espace de travail. L'étude montre en effet que la circulation des hommes, leurs places respectives autour du four semblent organisées pour empêcher que les ouvriers moins qualifiés puissent observer le travail et les « tours de main » de l'ouvrier immédiatement supérieur dans la hiérarchie.

Savoir-faire et productions symboliques

18Une dernière série de questions porte sur la place des savoir-faire dans la production des représentations, celles des techniques, des objets et des groupes sociaux qu'ils mettent en œuvre.

19Les savoir-faire sont en effet l'objet de manipulations symboliques de la part d'un certain nombre d'acteurs sociaux : détenteurs eux-mêmes, entreprises, organismes professionnels, utilisateurs... Ainsi, comme le montrent bien des études récentes, les représentations des savoir-faire participent à la production des identités professionnelles et, par extension, locales.

20Souvent aussi la valorisation d'un produit ou d'une technique donne lieu à une emblématisation du savoir-faire (le cidre « fermier », la « maison de maçon » ...). Il convient alors de cerner les lieux et les moments de la fixation de telles représentations sans oublier que la recherche elle-même, lorsqu'elle est couplée à une démarche de mise en valeur et de conservation participe à un tel processus.

21Cette première série de questions montre que le programme engagé par la direction du Patrimoine ouvre, outre des applications immédiates dans le domaine de la conservation et de la mise en valeur de ce patrimoine, la possibilité pour les ethnologues d'un regard renouvelé sur leur propre pratique.

Haut de page

Notes

1Par exemple l'étude réalisée par l'Association nationale pour le développement local et les pays qui, recensant plus de 220 projets dans lesquels le patrimoine est moteur d'une opération de développement local, dénombre près de 100 opérations où le patrimoine est compris dans une acception de savoir-faire local.
2Voir les résultats de l'appel d'offres lancé en 1981 : « Savoirs techniques et fait industriel » : Terrain n° 2, 1984, et 1989, « Ethnologie et société industrielle », actes des rencontres de Royaumont, MCC/MSH.
3Voir en annexe la liste des opérations financées.
4En 1988, la mission du Patrimoine ethnologique a organisé deux réunions d'équipes, le 4 février et le 22 novembre.
5Perrin J., 1986. « Enjeux des savoir-faire dans les transferts de techniques », Technologies, idéologies, pratiques, vol. VI, n° 2, pp. 81-100.
6Rasse P., 1988. « La cité aromatique. Des savoir-faire pour le travail des matières odorantes à Grasse », rapport au conseil du Patrimoine ethnologique, 111 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chevallier D., 1989, « Le programme savoir-faire et techniques », Terrain, n° 12, pp. 138-141.

Référence électronique

Denis Chevallier, « Le programme savoir-faire et techniques », Terrain [En ligne], 12 | avril 1989, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3339 ; DOI : 10.4000/terrain.3339

Haut de page

Auteur

Denis Chevallier

Mission du Patrimoine ethnologique

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals