Navigation – Plan du site
Boire

L'eau dans tous ses états

Claude Martel
p. 110-116

Entrées d’index

Thème :

boisson
Haut de page

Texte intégral

1Disons le d'entrée, ce rapide survol du vocabulaire dialectal centré autour de l'eau sera loin d'être exhaustif. D'une part, nous nous limiterons aux termes, locutions et énoncés proverbiaux qui évoquent l'eau que l'on consomme. D'autre part, ce seul champ sémantique offre une variété lexicale et une variation géolinguistique telles qu'on ne peut en donner ici que quelques aperçus. Enfin, nous n'entrerons pas dans le domaine très complexe de la toponymie qui, à lui seul, pourrait faire l'objet d'un autre article étayé par une étude que nous n'avons pas tentée.

2Simplement, à partir des données dialectologiques déjà publiées dans l'Atlas linguistique et ethnographique de la Provence (Bouvier et Martel 1975-1985), à l'aide des notes d'enquêtes sur la langue et sur les proverbes dont nous disposions, et enfin avec les sources multiples attestées dans les dictionnaires et les recueils de proverbes provençaux, nous avons essayé de montrer la variété des vocables liés à l'eau en même temps que leur place dans l'imaginaire collectif méridional. Variété telle, du moins, que la révèlent les sentences, proverbes, dictons et locutions figés qui courent dans le discours des vieilles personnes et dont l'écrit offre un reflet relativement riche.

Le nom de l'eau en Provence

3Il n'est pas besoin d'être sorcier ni sourcier pour deviner que le nom provençal de l'eau, aigo (orthographiée aussi aiga, aiguo, aigua...) est le continuateur direct du latin aqua. Comme très souvent, la langue d'oc a conservé une prononciation plus proche de l'étymon latin que la langue d'oïl.

4La séquence sourde latine qu [kw] devant a s'est sonorisée en [gw] puis réduite en [g] tandis que l'élément vélaire [w] s'est projeté en arrière de la consomme et s'est réalisé en [y] par dissimilation, donnant donc [ayga, aygœ, aygo] (graphie phonétique de G. Straka, d'après J. Gillieron, adoptée par les dialectologues romanistes). Comme le montre la carte « L'eau » de l'ALP (cf. ci-après), cette évolution a été générale en Provence. Seules les Alpes-Maritimes ont conservé la séquence [gw] + [a] et le nord de la Drôme, faisant transition avec le franco-provençal, a transformé la séquence initiale [ay] en [ey] et [e]. Comme on le verra à travers les noms cités dans cet article, la plupart des dérivés de aigo formés à partir du substantif latin aqua ont conservé cette initiale ouverte. En revanche, les termes formés à partir du verbe aequare qui a donné eiga, eigar, arroser, ont une initiale plus fermée en [éy] ou [èy] : c'est toute la série des termes qui désignent les acteurs et les actions de l'arrosage par l'homme ou par la pluie, tels que eigassa — dont le suffixe péjoratif indique le fait d'arroser avec de l'eau sale, boueuse —, eigadié, nom du surveillant des eaux ou eigaire, nom du surveillant des canaux d'arrosage. Plus souvent encore, cette initiale eig-caractérise la mouillure de la terre ou des plantes par la pluie ou la rosée, comme en témoignent les formes eigagna ou eigagneja, eiganeja : « faire de la rosée, bruiner » ; eigadino petite pluie, eigagnado, eigagnau, rosée qui tombe pendant la nuit, terme plus générique, qui connaît des augmentatifs comme eigagnas, grosse rosée trop abondante et qui peut être nuisible (le suffixe - as étant donc ici également péjoratif) ou des diminutifs comme eigagnolo ou eigagnou, « petite rosée » ou « petite bruine », « pluie douce ».

5Nous ne nous attarderons pas davantage sur la longue liste de ces termes relatifs aux phénomènes naturels ou aux pratiques d'arrosage qui ne concernent qu'indirectement notre propos — encore qu'il s'agisse bien là de l'eau que la terre et les végétaux absorbent — pour en venir à l'eau que l'homme utilise pour la boisson et la cuisine.

La bonne et la mauvaise eau

6Les appréciations et les jugements des utilisateurs portant sur les qualités réelles ou supposées des eaux ne manquent pas. Avant d'être bue, l'eau est puisée quelque part et elle ne peut guère l'être qu'à deux « sources » de type opposé : celle de l'eau vive qui court ou celle de l'eau qui stagne. De façon générale, le discours écrit ou oral marque, en Provence, une nette préférence pour le premier de ces « modèles aquatiques ». Le vocabulaire qui sert à les désigner est assez significatif à cet égard. Ainsi, du côté de la bonne eau, on emploie les adjectifs bono (bonne, potable), douço, douça (eau douce, « eau de source par opposition à l'eau de puits ou à l'eau salée », Honnorat 1846), vivo, viva (« eau vive, eau de source » ibid.), clara (claire, qui a donné son nom au Riou Clar, le torrent aux eaux claires), courrènt, courrento (courante, eau de rivière), fièro (« l'eau débridée, grandes eaux », Mistral 1886), soúvajo (« eau torrentueuse », ibid.). A ces termes déjà éloquents s'ajoutent certains dictons tels que :

7Aigo courrento, bono bevendo : eau courante, bonne boisson (Mistral ibid.) ; Aigo claro aigo puro, barco seguro (dans l'eau claire, dans l'eau pure, la barque est sûre), dicton entendu dans le Vaucluse — dont une partie est attestée par Mistral (ibid.) et l'autre par Marie Mauron (1965) —, ou encore celui-ci, relevé dans le Var et consigné dans les Paraulas de Prouvenço (Gérard 1984) : Touto aigo que courre — Es bouano per lou mourre (toute eau qui court est bonne à boire). Dicton que Mistral avait relevé sous la forme : Aigo que courre fai poulit mourre (l'eau qui court donne un joli visage).

8Corollairement, et comme on peut le deviner, les eaux stagnantes ont mauvaise réputation en Provence. Les termes qui s'y rapportent sont souvent chargés d'une connotation fortement péjorative. La marido aigo est une eau « insalubre ou fade », l'aigo molo ou mouela, ou arrestado est une eau « fade, stagnante, l'opposé de l'eau vive » (Honnorat ibid.) ; l'aigo queto ou queta [kèto, kèta] est une eau morte et croupie que l'on désigne aujourd'hui par la forme aigo morto, muorto, « qui ne court pas » (Honnorat ibid.) ; l'aigo de sueio est une « eau de mare, de cloaque », désignation particulièrement péjorative lorsqu'on sait que la sueio est la mare à fumier ! Quant à l'eau de mare ou aigo de nai, présente dans les dictons, elle n'a pas meilleure réputation : de quelqu'un de méchant et hypocrite on dit catièu coumo d'aigo de nai (Mauron 1965), es meichant coumo d'aigo de nai (Rollet 1973), « méchant (ou traître) comme l'eau d'une mare qui dégage des vapeurs pestilentielles ». L'aigo queto s'applique à une « chattemite, on le dit d'une personne qui affecte une contenance douce et flatteuse pour parvenir à ses fins » (Avril 1839), ce qui implique qu'il faille s'en méfier comme de l'eau du même nom ! Ce qui est dit de façon encore plus explicite dans des sentences telles que Aigo arrestado empouisounado ou bien Aigo questo es dangerouso.

9Plus encore que la bonne eau, la mauvaise eau, c'est-à-dire l'eau immobile, trouble, croupissante, sert de comparaison à des expressions figurées dans lesquelles elle n'a jamais le beau rôle, c'est ainsi que l'on dit : Aigo treboulo noun blanquis, « l'eau trouble ne saurait blanchir » (Mauron ibid.) ; Aigo treblo ou treboulo noun fai mirau, « l'eau trouble ne fait pas miroir » (Mauron et Mistral ibid.) ; Ounte l'aigo dort, i a gourg, « là où l'eau dort est le gouffre » ; Aigo morto fai meichant rièu, « eau morte fait méchant ruisseau » ou encore Te fises pas a l'aigo morto — Es la plus forto, « ne te fie pas à l'eau morte, elle est la plus forte », proverbe que Mistral avait noté sous une autre forme : Fòu que se fiso a l'aigo morto (bien fou qui se fie à l'eau morte). Toutes ces mises en garde qui sont évidemment à double sens ne laissent guère de doute sur la méfiance provençale à l'égard des « eaux dormantes ».

De la source à la fontaine

10« Quand on n'avait pas l'eau courante, on passait son temps à courir à l'eau », écrit plaisamment Jean-Yves Royer (Royer et Martel 1978). Cette corvée d'eau à usage domestique était une besogne essentiellement féminine. A côté de l'importante activité que représentaient les grandes lessives périodiques, les allées et venues pour l'eau — celle du ménage mais aussi celle de la cuisson et de la table — occupaient une place importante dans les déplacements quotidiens des femmes de tous âges.

11Les Provençales, donc, dans leur préférence marquée pour les eaux vives vont davantage vers les sources et les fontaines que vers le puits ou le « toumple » (trou d'eau) quitte, parfois, à faire un long déplacement. C'est ce à quoi semble inviter le dicton : vai pas a l'aigo luen (« il ne va pas loin pour avoir de l'eau ») qui stigmatise quelqu'un qui a la larme facile mais dont la connotation n'est pas très flatteuse ; ou encore le proverbe : quau vau de bono aigo, qu'ane i bòni fònt (qui veut de la bonne eau aille aux bonnes sources). Barjavel (1849) évoque à la suite de Fornery les habitudes des habitants de L'Isle-sur-Sorgue qui, pour éviter les maladies, « ont recours à une fontaine qui coule à un demi-quart de lieue de leur ville » et qui « est connue d'eux sous le nom patois de Font de Rigooute ». Cette affection pour la source en question semble d'ailleurs fondée sur la présence d'iode, réputée souveraine contre le goitre et qui « existe en effet dans presque toutes les eaux douces ». On ne s'étendra pas ici sur les caractéristiques chimiques des eaux de sources et les vertus comparées des eaux minérales dans la mesure où le vocabulaire n'est pas plus révélateur que partout ailleurs. Disons simplement que les sels minéraux et les diverses substances qui donnent à l'eau une couleur, une saveur ou une propriété particulière, permettent d'en préciser parfois la nature. C'est ainsi que l'on parlait autrefois de l'aigo perso (eau d'un bleu verdâtre), de l'aigo souprouso (eau sulfureuse), de l'aigo ferrouso ou ferroue (eau ferrugineuse) à ne pas confondre avec l'aigo de roco, de rocha (eau de roche), de l'aigo salado (eau salée) etc.

12Plus intéressants, sans doute, sont les termes qui s'appliquent à la source elle-même. Leur richesse et leur diversité permettent d'entrevoir l'importance que l'on attachait aux sources d'eau vive d'un bout à l'autre de la Provence. Si le terme générique pour désigner la source est devenu bien souvent un gallicisme, sourço comme on peut le constater sur la carte de l'ALP ci-dessous, le mot ancien font, fouent, fouont, continuateur du latin fons, fontis (source) est resté vivant en Provence dauphinoise et alpine en particulier. A l'époque où les modes de vie urbains éloignent beaucoup de gens des réalités de la nature, il n'est peut-être pas inutile de rappeler que le sens premier du mot français « fontaine » est également « eau vive qui sort de terre et se répand à la surface du sol » (Robert 1982). Toutefois, si l'on se réfère à l'écrit, il semble qu'en provençal l'opposition sourço/font se soit installée — du moins en moyenne et basse Provence — avec la multiplication des fontaines « urbaines » dans les petites villes et les villages les plus importants. En 1839, au moment où le Manosquin Joseph-Toussaint Avril publie son dictionnaire, la seule définition qu'il donne du mot fouan est celle de « fontaine ; corps d'architecture d'où l'on fait sortir les eaux qui servent à l'utilité publique dans une ville ».

13Si la ville a « oublié » plus tôt ce sens premier, la campagne a conservé encore longtemps nombre de termes spécifiques pour décrire la façon dont l'eau surgit de terre. Les substantifs, les adjectifs aussi bien que les toponymes auxquels ils ont donné naissance attestent des savoirs et de l'intérêt des Provençaux pour leurs sources. C'est ainsi que l'eau qui jaillit du sol ou du rocher avec impétuosité et abondance est à l'origine des appellations font gisclardo ou font gaiardo (toponymes des Bouches-du-Rhône, du Gard et des Hautes-Alpes), bourboutano (« source bouillonnante qui sort à la verticale », point 52 de l'ALP) ou font bourboutano (« fontaine bouillonnante », Mistral), font que gisclo (« fontaine jaillissante », Mistral), rai (à Nice), bouiadis (« source où l'eau bouillonne », point 112 de l'ALP), un bourboui (« source qui sort en bouillonnant », Mistral). Au contraire une source discrète qui affleure au ras d'un pré ou d'un talus et qui s'écoule doucement prendra les noms de lauroun (« surgeon d'eau douce à fleur de terre », Mistral), sourgentihoun (« petite source », Mistral), surdjent (« eau qui sourd en pleine terre », point 121 de l'ALP), suorgo pousaraco (« petite source ne jaillissant pas », point 158 de l'ALP), gisclet (« petite source », point 62 de l'ALP), piso (« eau qui suinte d'un rocher », point 36 de l'ALP), font gato (« source qui ne coule presque plus », à Marseille) ou font seco (« source tarie », à Apt).

14Les qualités des eaux de source — et en particulier sa douceur et sa fraîcheur — ont donné lieu à de nombreux toponymes : font freda, dans les Alpes et font frejo, fresco, en Provence rhodanienne et méditerranéenne (source d'eau fraîche ou froide). C'est aussi le sens que l'on donne généralement au mot adous qu'Honnorat et à sa suite Mistral définissent comme « une source d'eau douce qui paraît fraîche en été et chaude en hiver parce qu'elle est peu soumise aux influences extérieures ».

15Avant que l'universel arrosoir en fer-blanc, lou bidoun, ne vienne remplacer les diverses eisino (ustensiles) qui servaient à puiser ou à recueillir l'eau, on va à la fontaine du village comme on allait à la source avec la dourgo ou cruche en terre en moyenne et basse Provence que l'on nomme doulha en haute Ubaye, avec le pechié (pot-à-eau). Et plus anciennement avec une aigadiero ou eigadiera, terme qui désignait soit une aiguière (dans les Alpes), soit une gargoulette (en Provence maritime), ou encore un vase pour mettre de l'eau. S'utilisait aussi la pechiero de ferre-blanc ou broc en fer-blanc, concurrent le plus sérieux de l'arrosoir : tous ces récipients pouvaient contenir l'eau alimentaire utilisée pour la boisson et la cuisine. Dans le bassin de la fontaine (la conco ou le bachas) on puisait l'eau du ménage avec un seau dont les bords étaient souvent évasés pour limiter les pertes en chemin et qui répondait au nom de ferrat ou farrat, donné plus anciennement au seau de bois cerclé de fer.

16Quant à l'eau des puits et des citernes qui elle, était souvent ferrado, ferrée — soit parce qu'on y laissait descendre la chaîne du seau, soit parce qu'on y faisait tremper un morceau de fer, soit encore parce qu'on y plongeait un fer rougi à blanc —, on la puisait avec un seau dont le nom (pousaire, pouaire ou pouire) était bien évidemment un déverbal de pousa, puiser (de l'eau ou autre liquide). Et l'on sait combien de ces seaux sont restés au fond des puits, au point d'inspirer un dicton à la sagesse provençale qui ne dit pas « Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse » mais — et avec le même sens — « tant va lou pouaire au pous qu'a la fin li resto » ! (« Tant va le seau au puits qu'à la fin, il y reste »).

Eaux de boisson et eaux de cuisine

17Dans ce parcours que nous venons d'effectuer à travers le vocabulaire de l'eau et des sources, on a pu repérer à maintes reprises les termes qui qualifient l'eau qui se boit. C'est celle qui surgit des sources, coule au canon des fontaines, vivo, claro, douço, courrènt, fresco, mais d'une fraîcheur qu'il a fallu parfois tempérer de façon à en faire de l'aiga routa, c'est-à-dire « de l'eau à laquelle on a enlevé le gros froid » (Arnaud et Morin 1920), comme on le dit encore dans la vallée de l'Ubaye où elle descend des torrents. Pour traduire cette notion d'eau tiède — qui évitait les maladies dues à une trop grande fraîcheur —, on parlait aussi en basse Provence de l'aigo badòco, ou tèbio ou tousco.

18Mais dans le domaine de la boisson, l'eau à laquelle on veut bien accorder des vertus curatives ou recourir dans les cas extrêmes : aigo, dieto e lavamen garrisson touei lei mau memamen, dit-on (l'eau, la diète et les lavements guérissent tous les maux également), cette eau donc semble surtout prisée lorsqu'elle se transforme en aiguardèn, littéralement « eau ardente », c'est-à-dire en eau-de-vie ! Et à la rigueur, en aigonafro, aiguanafa (eau de fleurs d'oranger ou de feuilles d'oranger), ou aigo-deis-Carmes (eau de mélisse). Tout cela peut, en tout cas, se boire à la regalado ou à la gargaiola, comme on dit dans les Alpes, pratique curieusement appréciée comme une « manière de boire usitée par certaines gens de la campagne qui en cela sont plus délicates que celles qui boivent dans le pot ou dans le flacon » (Avril 1839).

19En revanche, dans le domaine de la cuisine, l'eau a plus volontiers prêté son nom à ce qui se mange. On connaît encore la célèbre aigosaou de Marseille et du littoral méditerranéen avec laquelle on apprêtait soit le poisson soit les limaçons, et que les vendeurs promenaient dans les rues au cri de « a l'aigo sau - lei limaçou ! » (les limaçons à l'eau salée). L'aigo de merlusso, c'est-à-dire l'eau dans laquelle on faisait tremper et dessaler la morue était connue dans toute la Provence et l'aigo de sardo ou saumure de sardines se faisait tout le long de la côte méditerranéenne. L'aigo panado, anciennement, était une eau dans laquelle on avait fait bouillir un morceau de pain. Quant à la fameuse aigo boulido ou aigo bouhido que toute cuisinière provençale qui se respecte connaît encore bien aujourd'hui, c'est ce fameux potage à l'ail et à la sauge que l'on appelle aussi « la soupe du pauvre ». Avril note d'ailleurs que l'on disait : « familièrement, de toute soupe claire et sans saveur, comme d'une sauce qui lui ressemble : es que d'aigo bouhido ». Mais, à cause des vertus de la sauge qui en fait un potage souverain contre les embarras digestifs qu'elle contenait et par un calembour sur le mot sauge ou sauvi, quasi homophone du verbe sauver (sauva) l'aigo boulido a laissé le célèbre dicton : l'aigo boulido - sauvo la vido (l'eau bouillie - sauve la vie). Cette aigo boulido, si elle connaît peu de variantes terminologiques, varie en revanche dans sa composition d'un bout à l'autre de la région provençale. On a vu que l'on pouvait ou non ajouter de la sauge, parfois on y bat un œuf au moment de le servir, et en Ubaye, où elle se nomme aigua guigna elle est définie comme un « potage à la graisse ».

20Dans l'art culinaire, l'eau a laissé d'autres traces par les termes ou expressions construits à partir du verbe eiga (arroser) : c'est ainsi que l'on disait eiga la salado (assaisonner la salade), eigala ou eigasa (mettre trop d'eau dans un plat), eiga un ragoust (faire un ragoût). Et d'un légume qui a cuit trop longtemps dans l'eau, on disait et on dit encore qu'il est eigalous ou eigassous. En Ubaye enfin, les vieux connaissent encore l'eigueta, eau dans laquelle on faisait cuire les « lasagnes » et que l'on buvait après les en avoir retirées. Arnaud et Morin précisent qu'on y ajoutait même du vin.

L'eau et le vin

21Paradoxalement, c'est à propos du vin que l'on parle le plus de l'eau qui se boit en Provence. Que ce soit pour désigner le mélange d'eau et de vin, pour exprimer l'action de tremper le vin ou pour parler de l'ivrognerie, c'est souvent par analogie avec l'eau et de façon antinomique que l'on s'exprime. Comme en français, l'expression bateja lou vin (baptiser le vin), c'est « tremper le vin, le frelater avec de l'eau ». Si cela se fait avec excès, on emploie alors les verbes eigala ou eigourla et le déverbal eigalado (vin trempé outre mesure), en basse Provence.

22Les noms que l'on donne à la piquette (boisson obtenue par addition d'eau au marc de raisin, avec ou sans fermentation) évoquent essentiellement l'excès de cette eau et la piètre qualité qui s'ensuit : l'eigado, le vin-aigua, la trempa ou trempo (qui désigne un vin faible) concurrencent le mot piqueta, piqueto également connu en occitan au xixe siècle. Et le peu de valeur accordé à ces « vins de dépense », « vins trempés » ou « vins médiocres » se révèle dans l'expression plaisante aquèu vin a que dous jour de mai que l'aigo (ce vin n'a que deux jours de plus que l'eau) et dans la locution comparative pauvre coumo la trempa/trempo pour parler de quelqu'un qui est pauvre comme Job. Plus explicitement encore, la littérature proverbiale condamne ce mélange de l'eau et du vin : aigo e vin dins l'estoumac soun cato e chino dins un sac, dit-on encore en Vaucluse viticole. Tandis qu'un vieil adage rapporté par les recueils de proverbes stipulait : l'aigo gasto lou vin, la carreto lou camin, la fremo l'ome (l'eau gâte le vin, la charette [gâte] le chemin, la femme [gâte] l'homme) !

23A côté de ce champ lexical dans lequel l'eau sert donc d'élément de comparaison pour les vins médiocres, le domaine le plus productif, en fait de rapport antinomique entre le vin et l'eau, est l'ivrognerie. Peu d'expressions ou de dictons où n'intervienne pas, d'une manière ou d'une autre la référence à l'eau : saup pas ço qu'es lou jus de pous, dit-on d'un ivrogne (il ne sait pas ce que c'est le jus du puits). Ou encore, escupi l'aigo (il crache l'eau), es pas un beu-l'aigo (celui-là n'est pas un buveur d'eau), per aigo, amo lou jus de gavèou (en fait d'eau, il aime le jus du cep), vai tout soulet a l'abeouradou (il va tout seul à l'abreuvoir), bèu un còp pu e un còp sens'aigo (il boit un coup pur et un coup sans eau), etc. On pourrait multiplier les exemples de ces expressions spontanées, fruits de la créativité verbale populaire, que l'on peut entendre dans tout le Midi viticole. Elles s'inscrivent dans un contexte de moquerie généralement pondérée par une certaine tolérance à l'égard des buveurs de vin, comme en témoignent ces références constantes à l'eau qui joue ici le rôle de repoussoir certes, mais aussi, probablement, de litote.

24On pourrait également poursuivre cette énumération par d'autres formules associant ou opposant l'eau et le vin, telles que celle qui se glisse sous forme de calembour dans le langage codé du jeu de loto : pour le n° 20, on annonce qu'es pas d'aigo (ce qui n'est pas de l'eau), lou vint (20) et lou vin (vin) étant homophoniques en provençal comme en français. Ou encore, par ce dicton qui blasonnait les « gavots » considérés comme un peu niais : l'ai ou l'ase de mountagno pouerto lou vin et bèou l'aigo (l'âne de montagne porte le vin et boit l'eau).

25Voilà donc rapidement parcouru cet itinéraire hydro-sémantique qui va de l'eau courante à l'eau de table, telle qu'on en parle en Provence. Une enquête de terrain plus spécifique et une étude ethnolinguistique plus approfondie permettraient sans aucun doute de faire émerger bien d'autres significations et de définir un imaginaire de l'eau et de la boisson en Provence. Ce ne serait pas faire un pertus dins l'aigo (faire un trou dans l'eau, c'est-à-dire un travail inutile) que de les entreprendre. Bien au contraire, c'est un vaste sujet qu'on ne saurait épuiser en quelques lignes tant il est vrai, comme on le dit dans ce pays, que li gros valat se ramplisson pas d'aigueto, ni d'eigagno (les gros ruisseaux ne peuvent se remplir avec un mince filet d'eau ou avec la seule rosée !)

Haut de page

Bibliographie

Arnaud F. et G. Maurin, 1920. Le Langage de la vallée de Barcelonnette, Paris, Marseille, Laffite, 1973.

Avril J.-T., 1839. Dictionnaire provençal-français, Apt, Edouard Cartier.

Barjavel R., 1849-1853. Dictons et sobriquets patois du département du Vaucluse, Carpentras, Devillario.

Bouvier J.-C. et C. Martel, 1975-1985. Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, 3 vol., Paris, Ed. du CNRS.

Gérard A., 1984. Paraulas de Prouvenço, Nonette (Puy-de-Dôme), Ed. Créer.

Gillieron J. et E. Edmont, 1902-1910. Atlas linguistique de la France, Paris.

Honnorat S.-J., 1846. Dictionnaire provençal-français, Digne, Repos.

Mauron M., 1965. Dictons d'oc et proverbes de Provence, Forcalquier, Ed. Robert Morel.

Mistral F., 1886. Lou Trésor dòu Felibrige, Aix-en-Provence, Edisud, 1979.

Robert P., 1982. Dictionnaire de la langue française, Paris, Le Robert.

Rollet P., 1973. Lou Gàubi Prouvençau, Aix-en-Provence, Ed. Ramoun Berenguié.

Royer J.-Y. et P. Martel, 1978. La Femme à la fontaine et au lavoir, Forcalquier, Ed. Les Alpes de lumière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martel C., 1989, « L’eau dans tous ses états », Terrain, n° 13, pp. 110-116.

Référence électronique

Claude Martel, « L'eau dans tous ses états », Terrain [En ligne], 13 | octobre 1989, mis en ligne le 17 juillet 2007, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3340 ; DOI : 10.4000/terrain.3340

Haut de page

Auteur

Claude Martel

CNRS, CREHOP Aix-en-Provence

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals