Navigation – Plan du site
Repères

La boucle et la marque

Patrizia Ciambelli
p. 115-130

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France, Italie
Haut de page

Texte intégral

Le temps des cerises

« Mais il est bien court, le temps des cerises
Où l'on s'en va par deux cueillir en rêvant
Des pendants d'oreille,
Cerises d'amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang.
Mais il est bien court, le temps des cerises,
Pendants de corail
Qu'on cueille en rêvant »
(J.-B. Clément, A. Renard, Le Temps des cerises*).

1Qui n'a pas fait le geste de suspendre des cerises à ses oreilles en guise de pendants flamboyants ? Tous les enfants ont eu ces premières boucles. Le dimanche de Pâques, à Ceret (Pyrénées-Orientales), le Christ lui-même reçoit les premières cerises qui lui sont posées comme des pendants d'oreilles1. « A cerise pou'de la ferraille, et de la bonne ferraille », criait le marchand de cerises, à la fin du siècle dernier, dans le pays de Demuin (Vaultier 1965 : 239). Dans la région voisine, on défendait expressément à ces marchands de recevoir en paiement du vieux fer, car les enfants avaient toujours envie d'en avoir et, faute d'argent, ils dérobaient du fer partout où ils le pouvaient, même du neuf, provoquant des « désordres ».

2D'autres fruits rouges deviennent perles, bijoux saisonniers : les fraises des bois enfilées sur une tige composent des colliers écarlates que les fillettes mettent autour de leur cou, pour les consommer plus tard à la maison en les partageant avec les petits frères et sœurs (Moulis 1956 : 6-11). Le jus des fruits rouges peut aussi servir à se faire des lèvres presque écarlates ; de même, les pétales des fleurs sont posés comme vernis à ongles dans ces jeux d'apprentissage à la coquetterie, à la séduction, à la féminité2.

3Les fruits rouges participent d'un double statut mais, en tant que parures, ils sont trop jolis pour être mangés : il faudra défaire les bijoux et partager les perles pour qu'ils redeviennent nourriture3. Ces ornements ronds, mous, juteux, délicats sont aussi l'objet d'un désir qui laisse une marque rouge éphémère mais qui peut, à d'autres moments de la vie, devenir une trace périodique ou permanente sur le corps, une tache rouge – comme des « gouttes de sang ». Par la suite, ces bijoux d'une saison laisseront place à d'autres pendants d'oreilles qui, du rouge corail au blanc de la perle, ouvriront aux filles un autre temps de la vie.

Perceuses d'oreilles

« Dans mon village, qui n'avait pas le courage de percer les oreilles à ses propres filles s'adressait à une femme qui faisait un peu de tout : rebouteuse, elle enlevait le mauvais œil, perçait les oreilles, préparait les accouchements. Elle était surnommée la Cerasara, de cerasa, la cerise » (témoignage, Sant'Elpidio, Rieti 1995).

4Aux Etats-Unis, les prestations offertes par les cliniques à l'accouchement comprennent le perçage des oreilles pour les filles et la circoncision pour les garçons. Dans les cliniques d'Argentine, toutes les petites filles ont les oreilles percées par une spécialiste. C'est un service qu'on offre en plus, comme raser la tête à tous les bébés, filles et garçons, pour que les cheveux poussent mieux et ne soient pas bouclés, « que no hacen remolinos », comme le dit une informatrice originaire de Buenos Aires qui vit aujourd'hui en France. Pas de boucles naturelles, pas de cheveux frisés – « C'est plus beau et on voit mieux la tête, s'il y a des croûtes de lait » –, mais des boucles métalliques à introduire dans les oreilles trouées des filles.

5De nos jours, en Italie comme en France, la majorité des filles a les oreilles percées dans la période comprise entre la naissance et l'adolescence. A Rome, dans les quartiers périphériques, cette pratique reste tout à fait courante ; les couples entre vingt et vingt-cinq ans font régulièrement poser des boucles d'oreilles à leurs enfants, filles et garçons, avant deux ans. « Je travaille dans le rayon enfants d'une grande surface, j'ai des clients habituels et, par conséquent, je vois que les enfants, même les petits garçons, ont dès la naissance une boucle d'oreille comme leur père. Quant aux filles, elles ont toutes deux trous ou même plusieurs et elles sont couvertes de bijoux. Les mères leur mettent un bandeau, un bracelet avec de petites perles en corail, des chaînettes, des épingles en or pour le bavoir, des pendentifs et des broches avec le prénom ; enfin, des bijoux à l'ancienne qu'on ne voyait plus » (témoignage, Rome 1994).

6Les enquêtes sur le perçage des oreilles que nous avons menées dans les écoles primaires en France et en Italie, uniquement afin de récupérer des données quantitatives, ont montré que les filles ayant entre huit et onze ans ont presque toutes les oreilles percées4.

7La coutume de se faire percer les oreilles a connu une longue éclipse car elle était considérée comme une véritable marque sociale, une « chose vulgaire » que faisaient les pauvres gens, les ignorants et les paysans5. Mais, après un saut d'une ou deux générations, les femmes qui ont actuellement entre trente-cinq et cinquante ans ont recommencé à se faire percer les oreilles. En même temps, les boucles d'oreilles des grands-mères, « avec le trou », et plus généralement les bijoux anciens sont revenus à la mode. Les bijoutiers ont produit des copies de ces bijoux qu'on retrouve aussi aujourd'hui dans la production des bijoux fantaisie et bon marché. Plusieurs femmes ont pu ainsi retrouver un bijou qu'elles se rappelaient avoir vu suspendu à la chaîne de leur grand-mère ou aux oreilles de l'arrière-grand-mère dans l'album de famille, mais qu'elles ne possédaient pas. « Quand ma grand-mère me l'avait proposé, j'avais refusé en disant que jamais je ne mettrais des boucles d'oreilles avec le trou, après j'avais regretté, mais c'était trop tard. Heureusement, elles sont revenues à la mode et j'ai pu m'en faire offrir une paire très semblable par mon mari » (témoignage, Toulouse 1994).

8Il y a à peu près vingt ans, donc, parfumeries et bijouteries ont exposé des pancartes indiquant : « Ici on troue les oreilles », et se sont pourvues d'instruments dont les réponses aux questionnaires nous restituent l'inquiétant lexique : pistolet, agrafeuse, dénoyauteur, pince, épingle, perce-oreille, poinçon, métal rougi au feu. Généralement, c'est le bijoutier qui intervient (72 % des réponses positives) avec un pistolet qui introduit la boucle directement dans le lobe, après avoir bien mesuré et marqué au crayon le point précis sur les deux oreilles. On trouve également, par ordre d'importance, la vendeuse de parfums, le médecin et l'employée du rayon bijoux dans les grands magasins. Mis à part ces figures modernes, nous avons constaté que certaines personnes se sont adressées à d'autres praticiens. L'une de nos interlocutrices nous a expliqué que l'idée d'aller chez le bijoutier « pour se faire percer l'oreille avec un pistolet et l'idée du coup qui est tiré avec violence dans l'oreille » lui étaient insupportables et qu'elle a préféré demander à une amie « qui savait le faire » d'intervenir. Celle-ci lui a placé derrière le lobe un bout de liège et, après avoir un peu frotté le lobe, le lui a percé avec la pointe effilée de la boucle d'oreille. Une autre femme, d'origine napolitaine, a dû, pour supporter l'opération, renouer avec un cadre et un monde traditionnels. « Je suis allée dans les vieux quartiers de la ville, là où il y avait une femme qui faisait les trous aux petites filles, une vieille perceuse d'oreilles qui me l'a fait avec une petite boucle. Je n'ai rien senti, il n'y a pas eu d'infection, cela a été très doux » (témoignage, Naples 1994).

9Ces figures sont des femmes à qui on reconnaît un savoir, des « femmes adéquates » ou, comme le dit une autre femme, des « perceuses d'oreilles ». Elles savent comment manipuler le corps et opèrent souvent dans un cadre domestique, parfois dans l'institution hospitalière, comme nous l'avons vu en ouverture.

10Mais l'opération peut être aussi pratiquée par des proches, parfois trop proches comme dans le cas de cette vieille Italienne de quatre-vingt-dix ans à qui sa mère a percé les oreilles avec les outils de la couture. Ecoutons un passage de son récit enregistré en 1995 dans son village des Abruzzes : « Avant on les perçait avec une aiguille, ma mère une fois m'a fait trois trous à une oreille, j'avais trois, quatre ans. Elle ne mettait rien, elle frottait juste un peu et mettait l'aiguille ; d'un côté, elle avait été obligée de passer plusieurs fois et j'avais eu si mal que je m'en rappelle encore. Elle laissait le fil dedans et, quand ça allait mieux, parfois ça s'infectait, alors on mettait la boucle [...] ceux qui ne pouvaient pas acheter les boucles d'oreilles gardaient le fil pour que le trou ne se referme pas. »

11Au village, ce pouvait être aussi la bonne du curé qui « avait une aiguille d'or spécialement pour ça » (Verdier 1979 : 192). Cette technique du fil et de l'aiguille est attestée un peu partout en Europe : on stérilise l'aiguille sur le feu, on met de l'éther ou quelque chose de froid sur le lobe et on perce en introduisant un fil blanc, coton ou soie, qui sera remplacé par des petits anneaux en or ou par de vraies boucles d'oreilles. « Je me rappelle qu'il y avait des filles avec un fil dans le lobe et aussi autour du poignet. Moi aussi j'en ai eu un, rouge. Et puis on portait un scapulaire cousu à l'intérieur du gilet, on avait des fils partout » (témoignage d'une femme d'origine sarde, Rome 1994).

12Le souvenir de la violence qu'elle estime avoir subie de la part de sa mère s'est inscrit à jamais dans la mémoire d'une autre informatrice née dans un village de la province de Rieti. « J'avais trois ou quatre ans, je ne voulais pas me faire percer les oreilles mais, autrefois, si on ne le faisait pas à une fille c'était qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Un jour, ma mère et une voisine m'ont attrapée pour me percer les oreilles, j'ai hurlé, j'étais terrorisée, je m'en souviens encore ; j'essayais de me débattre, impossible, je me revois encore serrée entre les jambes de ma mère. Et elle m'a percée avec une épingle à cheveux, comme un cochon6. Ces petites boucles d'oreilles, je les ai gardées après jusqu'au mariage. »

13Si la coutume de percer les oreilles a été complètement réintégrée dans certains milieux, jusqu'à redevenir une pratique coutumière, dans d'autres cas, il y a manifestement une difficulté, une gêne à l'admettre, surtout quand il s'agit de ses propres filles. Plusieurs mères ont refusé de faire percer les oreilles à leurs filles parce qu'elles ne voulaient pas « leur faire mal », elles avaient « peur de les faire souffrir ». Ces mêmes femmes, pourtant, n'ont pas fait opposition quand leurs filles – même âgées de quatre ou cinq ans – leur ont demandé la permission de se faire percer les oreilles, souvent par l'intermédiaire d'une tante, de leur marraine ou d'un autre membre de la famille. Il faut remarquer que cela s'est généralement passé dans un autre lieu et dans un autre temps, souvent pendant les vacances. Ces femmes, à qui leurs propres mères n'avaient pas percé les oreilles et qui ont choisi de le faire plus tard par libre choix, ne voulaient pas « faire ça » à leurs filles : « Je ne voulais pas qu'on lui fasse quelque chose dans le corps, je me suis dit que c'était à elle de choisir plus tard, il faut le faire quand on est plus grand » (témoignage, Toulouse 1994).

14Leurs craintes sont révélatrices des connotations attachées à l'opération : un acte douloureux, qui marque le corps à l'intérieur et qui implique une violence physique. Il faut « avoir l'âge » pour qu'on vous fasse ainsi « quelque chose dans votre corps ». Cette violence est perçue comme une violence sexuelle et l'une des femmes avec qui nous nous sommes entretenues a même associé le perçage des oreilles à l'excision : « Moi, je suis contre les oreilles percées, surtout pour les petites filles. Pourquoi pas un anneau dans le nez, aussi, comme les vaches ? Quand je voyais crier les petites filles chez le bijoutier, parce que j'en ai entendu, dans l'arrière-boutique d'un bijoutier. Bien moins, maintenant, parce qu'on les anesthésie, mais autrefois on les entendait crier parce qu'elles ne voulaient pas. Et je me disais : "Ils ne se rendent pas compte qu'ils font ça comme on marque les bestiaux !" Si elles veulent le faire, je n'y vois aucun inconvénient. Mais ce que je n'admets pas, c'est qu'on le leur impose. C'est pareil que l'excision. C'est bien moins méchant par les conséquences, bien sûr, mais c'est exactement la même pratique, au fond » (témoignage, Toulouse 1993).

15Ces filles ont pourtant voulu à tout prix se faire percer les oreilles pour porter des boucles, pour être plus belles, pour se sentir déjà femmes. Il est frappant de constater que la plupart de ces filles transgressives souffrent d'allergies aux boucles d'oreilles.

Miroirs

« [...] Des éclats et des lueurs, de toi à moi, de moi à toi, et pour nous deux seules, vers le miroir et nous revenant, sans réponse, sans solutions. Tes lèvres rouges et pleines. Non, ce sont les miennes. Qu'elles sont semblables ! La même coiffure, et des éclats et des lueurs : c'est nous ! » (T. Vesaas, 1985 : 44).

16La coutume d'aller se faire rajouter un trou à une des deux oreilles déjà percées mérite un commentaire particulier. « J'avais déjà percé mes oreilles à l'âge de dix-sept ans... Mon deuxième trou, je l'ai fait avec ma copine L. Après avoir passé un examen à l'université, nous sommes allées chez un argentier qui nous a percé l'oreille droite, toutes nos copines ont un trou supplémentaire à droite [...]. Le troisième trou et les autres qu'on veut rajouter, on peut les faire même tout seul et payer pour un seul perçage et une seule boucle. Le procédé aussi a changé : avant on utilisait le petit pistolet et il fallait poser la boucle sur le pistolet, maintenant il y a une pochette en plastique avec la boucle dedans et il ne faut plus rien toucher ; c'est à cause du sida que les règles d'hygiène ont changé » (témoignage, Rome 1993).

17Le problème ne se pose pas pour ces boucles uniques à l'origine et qui sont posées dans une narine ou, plus rarement, au sourcil, dans la langue ou sous la lèvre inférieure7.

18Apparemment, les bijoutiers n'acceptent pas de vendre séparément une paire de boucles, même s'il y a deux clients qui veulent partager le prix et la prestation pour le trou supplémentaire. En revanche, ils ont dû se plier à une règle sociale et à une mode de plus en plus répandue qui veut qu'on rajoute autant de trous, jusqu'à composer une demi-lune de petites pierres, d'anneaux, d'étoiles tout le long de l'oreille. Après « la première fois », où l'on perce en général les deux oreilles, d'autres moments significatifs de la vie (par exemple un éloignement forcé qui comporte une séparation plus ou moins longue, une réussite scolaire ou professionnelle) sont marqués par des perçages asymétriques, auxquels fait suite l'acquisition d'autres boucles d'oreilles destinées à rester uniques.

19Or, cette asymétrie instaure tout de suite une autre symétrie, cette fois entre deux personnes, en général deux amies très proches. Par le biais de cet acte qui soude une amitié et fait un couple, on se met en position de double, on renforce un processus d'identification à l'autre. L'enjeu psychologique se traduit sur le plan de l'apparence, la ressemblance et le rapprochement doivent se lire sur le corps ; l'une veut être le reflet de l'autre, mais un reflet de miroir aveugle qui ne renvoie que sa propre image à la place de l'image de l'autre. Ces jeux du paraître ont des règles strictes qui mettent à égalité les deux partenaires par le marquage du corps (« Je l'ai fait à droite car mon amie l'avait à droite »), le partage du même bijou et la répartition de la dépense (« Nous avons acheté deux petits brillants, un pour chacune de nous deux et nous avons payé moitié-moitié »), le sentiment d'une épreuve plus douloureuse (« La première fois, je n'ai presque rien senti, mais le deuxième trou j'ai eu mal »). Au fur et à mesure qu'on rajoute des trous le long du pavillon de l'oreille, la douleur s'accroît.

20Cette initiation à la douleur, plusieurs fois réitérée, s'accompagne donc de l'institution d'une relation qui n'est pas sans évoquer les anciens rituels d'« affrèrement par le sang », même si, dans le cadre qui nous intéresse, sa seule légitimation est celle d'une « pure » amitié entre deux jeunes gens – filles ou garçons – qui se veulent semblables.

« Croix et délice du cœur* »

« [...] Ma mère qui portait des boucles d'oreilles et qui avait les oreilles percées disait que c'était un usage barbare, alors que sa belle-fille Valérie, une lycéenne qui considérait que c'était un élément de beauté, n'arrivait pas à garder les siennes percées ; tantôt le lobe enflait, tantôt les chairs repoussaient et Valérie, furieuse, portait toujours un petit fil de soie à l'oreille » (M. Tsvétaeva, 1979 : 56).

21Presque toutes les femmes questionnées en ont été d'accord : malgré la souffrance physique liée au perçage, elles n'auraient jamais renoncé au plaisir de porter des boucles d'oreilles. Cette épreuve prépare d'une certaine façon les femmes à conjuguer plaisir et douleur, comme en témoignent les questionnaires et les entretiens. A la question : « Avez-vous eu mal quand vous vous êtes fait percer les oreilles ? », la majorité des femmes répond affirmativement et plus de la moitié dit avoir eu peur de subir l'intervention. Cette composante est si forte que même celles qui déclarent avoir eu les oreilles percées dans les premiers mois de leur vie affirment se souvenir d'avoir souffert et d'avoir eu peur8. Cependant, pour la majorité, le désir d'être plus belles, de porter des boucles d'oreilles comme la sœur aînée ou l'amie préférée, le désir, enfin, d'accéder au monde de la féminité et de la séduction passe par cette épreuve – réelle ou imaginaire – de la douleur.

22Certaines ont raconté qu'elles avaient dû se soumettre deux fois à l'opération car leurs trous s'étaient refermés, comme cette jeune femme de trente-deux ans (Toulouse 1993). « J'ai eu les oreilles percées à l'âge de dix-huit mois. J'ai porté des petites boucles d'oreilles jusqu'à douze ans et, après, je les ai laissées de côté. Deux ans plus tard, j'ai voulu en remettre d'autres. Ma mère m'a acheté de grandes créoles en argent. Mais les trous s'étaient refermés, alors, je suis allée chez un bijoutier qui me les a percés à nouveau, mais il a voulu à tout prix rouvrir les premiers avec un instrument fin et pointu. Il m'a fait très mal. »

23Parfois cette « réouverture » est opérée entre amies. « Ça ne me dérange pas de refaire le trou quand il a été déjà percé une fois, c'est une peau très très fine, il faut juste forcer un peu avec la pointe de la boucle, en or, bien sûr » (témoignage, région toulousaine 1994). Cette autre jeune femme opère aussi « la première fois » : « Des copains m'ont demandé si j'avais le courage de le leur faire, on était à la mer, je n'ai eu aucun problème, au contraire, ça me faisait plaisir, l'idée que je leur perçais l'oreille » (témoignage, Rome 1994). Citons encore une fillette française de huit ans à qui il a fallu percer à nouveau l'oreille. Sa mère, qui avait mal accepté le désir de sa fille d'avoir les oreilles perforées, face aux réactions allergiques de la petite, lui a rappelé : « Tu l'as voulu, tu dois souffrir. » Depuis, les boucles d'oreilles sont restées un terrain conflictuel entre mère et fille, celle-ci voulant en porter même si son oreille « rougit et s'infecte ». « Elle ne veut même pas que j'y touche. Je crois qu'elle veut pouvoir contrôler le degré de sa douleur. » Cette fille, qui a aujourd'hui presque quatorze ans, n'a pas encore eu ses premières règles. Inversement, pour une autre femme, la répétition de l'opération a mis fin aux allergies qui l'ont empêchée pendant plus de trente ans de porter des boucles d'oreilles.

24La douleur, de fait, semble liée aux allergies plus encore qu'au perçage. Environ un tiers de nos informatrices en ont souffert et les attribuent en premier lieu au métal, certaines même à l'or ; les hommes, au contraire, n'en ont jamais eu. Les allergies sont donc « une histoire de femmes » et le vocabulaire qu'elles utilisent pour décrire leurs réactions est, à cet égard, très suggestif : rougeurs, enflures, démangeaisons, irritations, congestions, brûlures, infections, sécrétions, saignements atteignent ces femmes répulsives. Une de nos interlocutrices nous raconte avoir fait percer ses oreilles à l'âge de trente ans car elle avait envie de mettre « quelque chose qui pénétrait dans les oreilles ». Mais elle a porté des boucles si lourdes que le trou s'est beaucoup agrandi et, aujourd'hui, elle a l'impression que le lobe pourrait céder si elle en mettait encore9. Aussi ne porte-t-elle plus que des boucles d'oreilles à clips mais avec des petits morceaux de coton, des « couches-culottes », pour reprendre l'expression employée par elle-même : « Si je ne mets pas les boucles d'oreilles, je sens que quelque chose me manque, j'ai l'impression d'être malade. C'est très étrange, même si j'ai mal je m'obstine à en mettre ; au contraire, quand je laisse cicatriser, je me suis aperçue que je grattais jusqu'à les faire saigner. Quand j'étais plus jeune, ça ne m'arrivait pas, mais depuis sept, huit ans, peut-être parce que je m'approche de la ménopause et alors j'ai envie de faire saigner mes oreilles » (témoignage, Toulouse 1993).

25Cette obstination à vouloir à tout prix porter des boucles d'oreilles tient aussi à une croyance très enracinée selon laquelle il faut garder toujours ces bijoux, sinon le trou se referme. En même temps, on dit aussi qu'il ne faut pas trop tarder : il y a des âges limites, entre treize et dix-huit ans, après « c'est dangereux ».

26Mais de quel danger s'agit-il ?

Eclaircir la vue

« Se piquer jusqu'au sang est signe qu'on trouvera un mari » (Verdier 1979 : 236).

27Pour essayer de répondre à cette question, il faut considérer l'efficacité reconnue à la boucle d'oreille – et plus précisément au perçage – que les données ethnographiques en Europe mettent en relation avec leur usage masculin. Parmi les différentes attestations, celle de Giuseppe Pitré, dans son travail sur la médecine populaire en Sicile, fournit les éléments essentiels : « Trouer le lobe de l'oreille est une pratique qui prévient et guérit les ophtalmies. Pour le maintenir toujours ouvert, selon certains, il faut y mettre une boucle. Le trou dans l'oreille éclaircit la vue, soulage les conjonctivites et les autres affections des yeux10. » Le bijou tient donc ses vertus thérapeutiques – prévenir et soigner les « maux des yeux » – du perçage de l'oreille, et l'efficacité de cet acte curatif est liée à l'insertion d'une boucle, en général métallique, qui assure le maintien du trou.

28Traditionnellement, la boucle d'oreille était le premier bijou transmis, en général par la mère. Chaque famille, même très modeste, conservait au moins une paire de perce-oreilles pour pouvoir assurer l'opération. Même les filles issues de familles qui ne pouvaient les doter de boucles d'oreilles étaient soumises à l'opération : dans ce cas, les boucles étaient remplacées par un fil. La coutume pouvait, dans certains villages italiens, imposer aussi aux plus riches de les prêter à ceux qui, trop pauvres, n'avaient pu en doter leurs filles. Cette circulation d'un objet si actif sur le plan symbolique instituait donc une chaîne de relations fondée sur un lien corporel11.

29Nos enquêtes ont montré que les boucles d'oreilles restent encore un cadeau – un bijou neuf plutôt qu'un bijou ancien de famille – qui marque surtout le passage à la puberté. Cadeau de la première communion ou cadeau d'anniversaire, ces bijoux, offerts en général par la marraine, apparaissent dans le trousseau de la jeune fille à une époque de la vie qui se définit comme moment d'acquisition de l'identité sexuelle12. Une de nos informatrices a reçu ses premières boucles d'oreilles pour ses premières règles. Dans cette optique, la pratique de trouer les oreilles n'est-elle pas la préfiguration d'un commencement, d'un chemin ouvert qu'il faut boucler ?

30Certains ethnographes ont essayé de donner une explication d'ordre physiologique à l'efficacité du percement des oreilles, en le mettant en relation avec la médecine des humeurs : en provoquant des blessures artificielles, on peut faire couler un excès de fluide que la maladie produit à l'intérieur du corps13. D'autres ont remarqué que l'oreille est en liaison directe avec l'œil à travers des connexions internes. D'autres encore ont rappelé que le lobe est un point d'acupuncture et que les sangsues étaient appliquées derrière les oreilles pour tirer le sang.

31Plutôt que de continuer à donner des attestations du lien effectué entre le perçage des oreilles et les maux de la vue, limitons-nous à quelques constats. En premier lieu, le perçage est un acte volontaire qui produit effectivement deux blessures artificielles. Parmi les femmes qui, dans notre échantillon, disent avoir refusé de se soumettre à l'opération, certaines considèrent cela comme « un procédé barbare », « une pratique pour les bêtes », « une affaire de sauvages ». Elles n'ont pas tout à fait tort. En effet, la boucle d'oreille est la seule parure, avec le tatouage, qui nous rapproche aujourd'hui des sociétés exotiques. Le seul bijou qui, pour être porté, demande le passage par une épreuve physique, plus ou moins douloureuse et violente, qui produit deux marques permanentes. Une fois qu'elles ont commencé à mettre des boucles d'oreilles, la majorité des femmes les considèrent comme un bijou littéralement incorporé, au point qu'elles ne peuvent plus s'en séparer, même la nuit : « Je ne les enlève jamais. Je ne suis pas à l'aise sans boucles d'oreilles, j'y suis tellement habituée que je les garde même quand je dors. A condition, du moins, que ce soient des anneaux ; les autres boucles me gênent, alors, je les enlève et je mets des anneaux avant d'aller au lit. Quelquefois, je n'en ai pas mis, mais c'était comme si l'oreille était incomplète. Maintenant, tout se passe comme si la boucle faisait partie de mon oreille. Je ne me sens pas à l'aise quand je n'en ai pas. J'en porte même quand je vais à la mer. Ce n'est pas pour des raisons esthétiques, c'est pour être complète » (témoignage, Naples 1993).

32Claude Lévi-Strauss (1991 : 129-144) a établi le rapport de corrélation et d'opposition existant entre les blessures et les autres affections de la peau qui laissent une marque, une cicatrice – bijou naturel – inscrite sur le revêtement naturel du corps, et les parures, autres signes lisibles de l'extérieur, qui constituent son revêtement culturel. Si les blessures affaiblissent le corps, les parures augmentent la vitalité de celui qui les porte. « Quand j'étais gamine on me disait qu'il ne fallait pas se gratter quand je me faisais mal, autrement j'aurais gardé la marque, alors je le faisais exprès, j'aime toutes les marques de la peau, j'adorais avoir des cicatrices, je trouve qu'une marque est comme le signe d'une épreuve que tu as surmontée, du fait que tu te lances dans la vie, que tu n'as pas peur » (témoignage, Rome 1994). Si percer les oreilles affaiblit le corps, comme toute blessure, car le sang va couler – métaphoriquement plus que réellement –, le fait de rajouter des parures métalliques compense et inverse le sens de l'opération : le corps – la personne – est ainsi renforcé14.

33Comme nous l'ont montré nos interlocutrices « allergiques », les trous dans le lobe permettent de faire sortir un excès, une sécrétion qui acquiert une connotation négative, source de gêne, de souffrance. Malgré cela, on ne peut renoncer à porter les boucles d'oreilles car, pouvons-nous ajouter, il faut se protéger et pouvoir soigner les « maux des yeux ». Mais en quoi le perçage des oreilles préserve-t-il et soigne-t-il les yeux ? Et pourquoi faut-il se garantir une bonne vue ?

Les marins, les femmes et le malheur

« Il portait des cadenettes, ses cheveux étaient tressés sur les tempes et deux énormes anneaux d'or lui servaient de boucles d'oreilles, ce qui était alors fort usage chez les mariniers » (Mazon : 273, portrait du Cuminal, amiral et patron du Grand Zidore vers 1830).

34Comme je l'ai rappelé, l'ethnographie européenne nous offre plusieurs attestations de l'efficacité du percement du lobe et du port des boucles d'oreilles pour « éclaircir la vue », la « renforcer », la « protéger », ou bien pour éloigner les maux des yeux ou le mauvais œil. Cette vertu d'un geste et d'une parure, l'un associé à l'autre, est le plus souvent explicitée à propos de l'usage masculin. Bijou masculin à l'origine, la boucle d'oreille est devenue aujourd'hui, pour les hommes, une marque d'homosexualité ou le signe d'une volonté de transgresser les normes sociales. Mais, si nous reprenons les données ethnographiques, nous voyons d'abord que cette marque a été adoptée par des catégories d'hommes considérés, au contraire, comme éminemment virils. Par exemple, les membres de certaines corporations, les compagnons, les marins, et même les paysans ou les montagnards.

35La coutume de percer les oreilles aux garçons est attestée dans plusieurs pays d'Europe. Elle se situe d'habitude entre la naissance et le début de la puberté, comme pour les filles, ou alors à la charnière entre la jeunesse et l'âge « mûr ». En Sicile, par exemple, la sage-femme perçait généralement les oreilles aux filles et aux garçons. Les parrains offraient une paire de boucles d'oreilles à leurs filleules et un petit anneau à leurs filleuls (Pitré 1979, I : 64)15.

36Dans les vallées alpines du Trentino, en Italie, ce rite était repoussé jusqu'à la puberté. Les mères attendaient que leur garçon ait treize ou quatorze ans pour lui faire percer la seule oreille droite. La boucle en or avait la forme d'un petit anneau (anélin de oro) ou d'un clou surmonté d'une fleur (brochete). Il devait l'enlever seulement pendant la période du service militaire, et le remettre ensuite pour le reste de la vie. Ce bijou avait la vertu de protéger de l'épilepsie et de renforcer la vue ; il était aussi considéré comme un symbole de virilité et de prestige social (Raffaelli 1988 : 73-74 et 82).

37En Provence, où « c'était le joaillier qui procédait à l'opération à l'aide d'un poinçon très effilé en provoquant les hurlements du marmot », le petit anneau d'or était porté « contre les humeurs » (Seignolle 1960 : 121) et on le gardait effectivement toute la vie. Même des hommes très âgés portaient à leurs oreilles des anneaux ayant le diamètre d'une pièce de 5 francs (La Colombière 1980 : 269 ; Les Cahiers de Paul Letuaire 1976 : 21). Dans certaines régions de Roumanie, si la mère avait de l'or, elle faisait faire une boucle d'oreille pour l'oreille droite du nourrisson, tandis qu'en Olténie les garçons en recevaient une à l'oreille gauche car on attribue souvent à ce bijou la fonction d'un talisman (Pop-Câmpeanu 1984 : 124).

38L'asymétrie caractérise l'usage masculin, sans pourtant exclure le port d'une paire de boucles, contrairement aux filles, pour lesquelles cela peut devenir un signe négatif. En Hongrie, par exemple, si une fille Matyò porte une seule boucle d'oreille, c'est parce qu'elle a « mal à un œil ». La boucle, dans ce cas, n'est pas un ornement mais plutôt un signe qu'il faut cacher, si possible avec les cheveux (Balogh-Horvath 1983 : 15)16.

39Quelquefois, les fonctions répulsives de l'amulette se trouvent associées aux fonctions attractives du talisman porte-bonheur. Ainsi en Roumanie, lorsque dans une même famille plusieurs nouveau-nés mouraient à la suite, on avait recours à la boucle d'oreille pour protéger le dernier-né de « toute influence maléfique ». Si dans une famille il n'y avait pas d'enfants, on collectait des pièces en or et en argent dans neuf maisons où il y avait déjà eu des naissances. On les faisait fondre pour faire une boucle d'oreille pour l'oreille droite du futur nourrisson. A l'âge adulte, la boucle d'oreille garde son caractère de porte-bonheur, comme le dit cette chanson de la fiancée à son aimé : « La boucle d'oreille que ta mère t'a mise / Te garde des mauvais esprits / Moi j'aime bien comme elle te sied / Car de moi elle ne t'a pas préservé » (Pop-Câmpeanu 1984 : 124).

40La boucle d'oreille offerte par le parrain à la confirmation de son filleul marquait l'acquisition de l'identité sexuelle. Les garçons l'exhibaient avec orgueil en signe de virilité et fertilité, autant que pour se protéger du mauvais œil (Perco et Zoldan 1994 : 190). Car la crainte que celui-ci inspire se focalise sur la sphère de la sexualité, qui, affaiblie, risque de mettre en jeu le destin biologique et social de l'individu.

41Perçage des oreilles et remise de bijoux deviennent marque d'appartenance et figurent parmi les rites masculins d'agrégation à un groupe social : « [...] Ce qui fait reconnaître le marinier plus que toute autre chose, ce sont ses boucles d'oreilles, et lorsqu'un adolescent se fait recevoir parmi eux, on lui perce les oreilles pour y passer les lourds anneaux d'or ornés d'une ancre de navire. Il se mêle alors au joyeux tumulte du port, fier de ces nouveaux bijoux qui le consacrent marinier du Rhône » (Forot et Carlat 1980 : 710). La boucle d'oreille figure aussi parmi les attributs portés toujours avec fierté par les compagnons après l'attribution du nom et le franchissement des différentes épreuves physiques, morales et techniques qui marquent l'accession à leur nouveau statut. Les boulangers portaient des anneaux auxquels était suspendue une raclette (Sébillot 1894-1895 : 63) ; les compagnons maréchaux-ferrants portaient des boucles d'oreilles d'or, ornées d'un fer à cheval ; les muletiers avaient « comme les patrons du Rhône les oreilles ornées de forts anneaux d'or, avec cette différence qu'une ancre pendait à ces anneaux chez les patrons, et un fer à mulet chez les muletiers » ; les mariniers et les compagnons du tour de France portaient encore à la fin du xixe siècle des boucles d'oreilles en forme d'anneaux d'or appelées li round (Benoît 1975 : 129).

42Mais les boucles d'oreilles restent surtout associées aux marins. L'anneau à l'oreille constitue, en effet, un signe de reconnaissance des pêcheurs, marins et aussi pirates, qui doivent tous, réellement ou métaphoriquement, « avoir l'œil », avoir une bonne vue, une longue vue17. La brève description fournie par l'ethnologue italien Raffaele Corso confirme l'usage, en Calabre (Italie du Sud), pour les vieux pêcheurs, les marins et les montagnards, de se percer les oreilles pour y mettre des buccole dans le but d'éclaircir la vue (Lombardi Satriani et Rossi 1973 : 74)18.

43Dans la langue italienne, le mot orecchini a remplacé cet ancien buccole, plus proche du français. L'étymologie du latin buccula – ornement métallique en forme de cercle – renverrait à bucca « bouche », qui, plus que l'orifice, évoque la cavité intérieure. Les Romains nommaient aussi buccule des ornements suspendus de part et d'autre pour protéger les oreilles et les joues. Buccola est aussi le petit renflement ou bulle au milieu du bouclier, d'où la signification de orecchino a bolla, en forme de gouttes (Pianigiani 1907 : 195). Dans l'Antiquité, les garçons appartenant à de nobles familles romaines avaient une amulette en forme de médaillon, une bulle en or contre le mauvais œil (Pline 1983-1988, XXXIII : 10).

44Ménage précise qu'« un auteur moderne prétend que buccula, c'est proprement umbo, le centre du bouclier. On voit en effet sur d'anciens boucliers la tête de Méduse, la bouche ouverte, comme pour dévorer ; et ce pourroit bien être cette bouche qu'on auroit appelée buccula. La boucle, qui a aussi la figure d'une bouche ouverte, pourroit bien avoir la même origine » (1750, I° : boucle).

45La figure ambiguë de Méduse, à mi-chemin entre le monde des vivants et celui des morts, entre l'ombre et la lumière, entre ce qu'il est possible et ce qu'il est interdit de regarder, tient son pouvoir d'un regard pétrifiant (Vernant 1985 ; Clair 1989). Du sang jailli de sa tête tranchée par Persée serait né le corail, si mou dans les profondeurs de la mer et si dur, comme la pierre, dès qu'il est passé sur terre, excellent pour se protéger contre le mauvais œil. Bijou indispensable dès la première enfance sous forme de bracelets, pendentifs, broches, il accompagne la femme tout le long de sa vie pour ses vertus : il est talisman, amulette, aphrodisiaque, médicament, fertilisant, ornement, pierre précieuse.

46La dualité – séductrice et effrayante – de Méduse caractérise d'autres figures féminines doubles, telles les sirènes, seules « femmes » admises sur les navires : ces figures pétrifiées ornent, à leur sommet, la proue des bateaux, là où, sur les deux côtés de la coque, on entaille ou peint les yeux d'écubier19 (Costa 1980 ; FMR 1984). Parmi différentes représentations, on les montre souvent en train d'écarter leur queue bifide pour montrer leur sexe. Dans les collections d'amulettes, nombreuses sont celles qui ont cette posture ; il s'agit de gros pendentifs d'argent, pendus à des chaînes, qui représentent ces êtres ambigus, mi-femmes mi-poissons, attirants et terrifiants, ornés de pendants phalliques et de petites cloches (Lao 1985 ; Ciambelli 1985 : 88-89).

47Comment comprendre cette situation paradoxale ? Si les femmes sont communément interdites à bord20, les hommes de mer, en dépit de leur virilité affichée, doivent nécessairement assumer des compétences et des caractères féminins. En se séparant de la terre, du village, de l'univers domestique et de leurs épouses, ils se munissent d'objets indispensables pour assumer leur long éloignement21. Outils couturiers pour réparer les filets, trousseau de vêtements pour descendre à terre (dont l'obligé mouchoir rouge), un bijou – la boucle d'oreille –, le signe, une marque pour identifier ce que l'on pêche, les objets de la toilette.

48Cette richesse personnelle, ce bien, trouve place dans un coffre – le coffre « des secrets » – avec les initiales ou le prénom, décoré de peintures fleuries en rouge et jaune et de l'image de la Vierge ou des saints protecteurs. Cet homme de mer, finalement, est comme une épouse qui s'éloigne de sa famille avec son trousseau et sa dot, comme « la dota di drapi »22. Or, au milieu de la mer, il importe de garantir une pêche abondante mais aussi de se protéger des risques d'un changement de temps imprévu et soudain.

49La capacité à dominer une nature à l'apparence calme et douce, mais qui peut à tout moment devenir orageuse, suggère l'analogie entre la femme réglée et la tempête, les deux états instaurant un retour au désordre, au chaos. Les gestes de conjuration que l'on fait alors contre la tempête n'évitent pas seulement le renversement du bateau et le naufrage, mais aussi la dispersion des poissons.

50La conjuration du couteau dans le mât se rapproche d'autres gestes thérapeutiques au cours desquels on coupe le mal à l'aide du métal. Or, les objets métalliques à bord ont un rôle bénéfique. Une pièce sous le mât d'un navire neuf ou entre le mât et la quille, les « ferrures » (vit-de-mulet), la lame du couteau pour couper la tempête, le grattage du mât avec un clou garantissent un bon vent et une pêche fructueuse23. Les poissons aussi peuvent être perçus comme autant de créatures métalliques qui animent un univers froid, lunaire. Les contes et les légendes nous disent que dans leur ventre on peut retrouver des objets précieux – pierres ou bagues – qui apportent parfois bonheur et richesse. Le marin pourvu de métal, refroidi, tempère les éléments tumultueux d'un milieu qui peut à l'improviste devenir dangereux. En italien on dit i cavalloni pour désigner la mer qu'agitent des grosses vagues.

51Dans ce sens la boucle d'oreille des marins, qui maintient ouvert le lobe de l'oreille comme un sexe féminin, a le même effet pétrifiant que le geste de la sirène qui, sur la proue du navire, découvre son sexe pour conjurer la tempête. En portant une boucle, les hommes de mer se dotent donc d'un pouvoir que les femmes détiennent temporairement, cycliquement. Ce pouvoir doit être mis en relation avec celui de leur sang menstruel. Il n'est pas indifférent, à cet égard, de noter que de semblables sirènes, exhibant leur sexe, sont sculptées sur les robinets des fûts entreposés dans les caves (Klein s.d. : 156-160) et qu'un même interdit arrête aujourd'hui encore les femmes réglées au seuil de ces lieux.

« Sans boucles d'oreilles pas de baiser »

« [...] Aux oreilles de maman seuls deux petits brillants scintillent comme des yeux d'enfants » (Bella Chagall, Lumières allumées, 1995).

52Yvonne Verdier a montré que le « destin social » des femmes est déterminé par leur « destin biologique » : ce dernier, rappelons-le, se développe en trois phases qui s'expriment à travers trois usages du verbe « voir ». La petite fille « ne voit pas » jusqu'à la puberté, la femme qui a son cycle « voit » et la femme ménopausée « ne voit plus » (Verdier 1979 : 186 sq.). On retrouve des expressions équivalentes en italien : vedere qualcosa « voir quelque chose », et, plus fréquemment, vedere il marchese, « avoir le marquis » (Zanetti 1977 : 100). Pour comprendre cette expression, nous faisons nôtre l'interprétation d'Yvonne Verdier pour laquelle « voir c'est voir la marque, car marquer c'est aussi métaphoriquement avoir ses règles ». La marque, estampille du sang féminin, « provient donc du corps des femmes, et les jeunes filles, dès lors qu'elles commencent à marquer périodiquement leur linge de sang, vont, nanties de leur marquette, marquer leur trousseau au point de croix, au fil rouge » (Verdier 1979 : 186-187). Or, le premier travail de couture est celui que les fillettes subissent au moment du perçage des oreilles : avec un fil et une aiguille, on trace dans leur corps la première marque. L'aiguille perce le lobe, le fil entre en formant une boucle, la première24.

53On sait par ailleurs qu'on attribue à la femme menstruée un pouvoir qui a suscité un système de précautions et d'interdits qui s'inscrivent dans le cadre des principaux moments biologiques et sociaux (récolte des végétaux, traitement et préparation de la nourriture, grossesse et allaitement). Ce pouvoir s'exerce surtout à travers le regard, un regard capable d'avoir une incidence sur les personnes et les choses et de se retourner contre soi-même comme dans le cas des femmes enceintes, qui n'ont pas de règles et qui peuvent « marquer » le fœtus qu'elles portent en imprimant sur son corps des « envies », signes de la fatale attraction des fruits rouges. D'un autre côté, celui qui refuse quelque chose à une femme enceinte aura un orgelet à un œil. Pour le guérir on fait passer dessus une bague en or ou bien on l'enduit avec le cérumen des oreilles (Pitré 1979 : 111). Avec le regard, on peut faire perdre le lait à une mère, on peut ensorceler, lier, deviner, jeter un sort. Le mauvais œil est avant tout la conséquence d'un désir, d'une envie. Dans le cas d'une femme menstruée, il s'agit d'un acte involontaire, de l'effet d'un pouvoir temporaire qui peut provoquer un dommage.

54Si nous ramenons maintenant à ce langage la vertu prêtée aux boucles d'oreilles de préserver la vue, de l'éclaircir, nous pouvons en déduire que mettre des boucles d'oreilles à des petites filles est un acte indispensable afin qu'elles « voient bien » et que s'accomplisse ainsi leur destin biologique et, en conséquence, leur destin social d'épouses et de mères. Si la boucle d'oreille permet d'accéder à ce « bien de la jeune fille » que sont les règles (Verdier 1979), on peut alors lire le geste par lequel on perce l'oreille comme une anticipation de l'effusion naturelle de sang qui adviendra au moment de la puberté ou même de cette autre « blessure » consécutive à la défloration qui prend place au mariage, rite social par excellence qui ouvre un autre temps de la vie.

Haut de page

Bibliographie

Albert-Llorca M. et P. Ciambelli, 1995. « Parures des femmes, parures des Vierges », rapport rédigé dans le cadre de l'appel d'offre de la mission du Patrimoine ethnologique sur le thème « Les jeux du paraître. Parure et esthétique du corps », Toulouse, 170 p.

Balogh-Horvath T., 1983. Hungarian Folk Jewelry (Népi ékszerek), Budapest.

Benoit F., 1975. La Provence et le Comtat Venaissin. Arts et traditions populaires, Avignon, Aubanel.

Bérenger-Féraud L.J.B., 1971 (1885). Réminiscences populaires de la Provence, suivi de : Les légendes de la Provence, Nyons, Chantemerle.

Les cahiers de Paul Letuaire. Notes sur la vie toulousaine, 1976, Toulouse.

Calame-Griaule G., 1987. Ethnologie et langage, Paris, Institut d'ethnologie.

Carnassa G., 1983. L'occhio e il metallo. Un mitologema greco a Roma ?, Genova, Il Melangolo.

Cane D., Guglielmo E. et M. Brunero, 1980. C'era una volta a Viù, Usanze e tradizioni nel corso dell'anno e della vita, Torino.

Chagall B., 1995. Lumières allumées, trad. de Ida Chagall, illustr. de Marc Chagall, Paris, Gallimard.

Charuty G., 1985. « Le fil de la parole », Ethnologie française, XV, n° 2, pp. 123-152.

Ciambelli P., 1985. L'ornamento prezioso. Una raccolta di oreficeria popolare ai primi del secolo, Roma, Museo nazionale delle arti e tradizioni popolari/De Luca-Mondadori.

1994. « Ferrare le donne. Una riflessione sul senso dei gioielli nella costruzione dell'identità femminile », in Abbigliamento e costumi tradizionali delle Alpi, Atti del Convegno Internazionale, Torino-Aosta, 26-28 novembre 1992, Torino, Museo nazionale della montagna.

Clair J., 1989. Méduse. Contribution à une anthropologie des arts du visuel, Paris, Gallimard.

Clastres P., 1974. La société contre l'Etat, Paris, Ed. de Minuit.

Claudel P., 1991. La mistica delle pietre preziose, Palermo, Sellerio (« La mystique des pierres précieuses », L'Œil écoute, Paris, Gallimard, 1946, 1re éd. 1938).

Costa G., 1980. Gli angeli di legno. Il libro completo delle polene, Milano.

Déonna W., 1914. « Un châtiment domestique : tirer l'oreille », in Nos anciens et leurs œuvres, Genève, pp. 129-137.

Djeribi M., 1989. « De la nourriture aux parures », Cahiers de la littérature orale, n° 25, « Cendrillon », pp. 55-70.

Fabre-Vassas C., 1994. La bête singulière, Paris, Gallimard.

Faeta F., 1984. Saverio Marra fotografo. Immagini del mondo popolare silano nei primi decenni del secolo, Milano, Electa.

Fine A., 1994. Parrains et marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard.

FMR, 1984. n° 23.

Forot C. et M. Carlat, 1980. Le feu sous la cendre. Le paysan vivarois et sa maison, 2 t., Saint-Félicien, Le Pigeonnier.

Houseman M., 1994. « Le tabou du lapin chez les marins », Ethnologie française, XX, n° 2, pp. 125-142.

Klein G., s.d. Le musée alsacien de Strasbourg, Ed. du Musée alsacien de Strasbourg.

La Colombière R. (de), 1980. Les cris populaires de Marseille, Laffitte Reprints.

Lao M., 1985. Le sirene. Da Omero ai pompieri, Roma, Rotundo.

Lévi-Strauss C., 1968, Mythologique. L'origine des manières de table, Paris, Plon.

1991. « Ma perché ci mettiamo i gioielli ? », La Repubblica, 21 mai.

1991. Histoire de Lynx, Paris, Plon.

Lombardi Satriani L. et A. Rossi, 1973. Calabria 1908-1910. La ricerca etnografica di Raffaele Corso, Roma, Documenti e Ricerche del Mnatp.

Ménage M., 1750 (1694). Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Briasson, 2 vol.

Moulis A., 1956. « Folklore enfantin en Ariège », Folklore, n° 19 a, n° 2, pp. 6-11.

Peluso C., 1989. « Due storie di un passato recente », in Izzo P. (ss la dir. de), Le marinerie adriatiche tra '800 e '900, Roma, Museo nazionale delle arti e tradizioni popolari.

Perco D. et C. Zoldan, 1994. « L'influenza dell'emigrazione tamporanea sull'abbigliamento tradizionale della provincia di Belluno », Abbigliamento tradizionale e costumi popolari delle Alpi, Atti del Convegno internazionale, Torino-Aosta, 26-28 novembre 1992, Torino, Museo nazionale della montagna.

Pianigiani O., 1990 (1907). Dizionario etimologico, I Dioscuri.

Pitré G., 1979. Usi e costumi. Credenze e pregiudizi del popolo siciliano, t. I, Biblioteca delle tradizioni popolari siciliane, vol. XIV, Bologna, Forni (réimp. 1870-1913 Palermo).

1980. Usi e costumi. Credenze e pregiudizi del popolo siciliano, t. IV, Biblioteca delle tradizioni popolari siciliane, vol. XVII, Bologna, Forni (réimp. 870-1913 Palermo).

1981. Medicina popolare siciliana, Biblioteca delle tradizioni popolari siciliane, vol. XIX, Bologna, Forni (réimp. 1870-1913 Palermo).

Pline, 1983-1988. Storia naturale, L. II, V, Torino, Einaudi.

Pop-Câmpeanu D., 1984. Se vêtir. Quand, pourquoi, comment. En Roumanie hier et aujourd'hui, Friburgo.

Raffaelli U., 1988. « Indagine preliminare attraverso le fonti scritte e la tradizione orale per uno studio sugli ornamenti popolati trentini », Annali di S. Michele, n° 1, pp. 66-87.

Roccavilla A., 1922, « L'antica oreficeria biellese », Rivista Biellese, Biella, III, n° 11, pp. 110-114.

Sébillot P., 1981 (1894-1895). Légendes et cérémonies des métiers, Genève, Laffitte Reprints.

Seignolle C., 1960. Le folklore du Languedoc (Gard, Hérault, Lozère), Paris, Besson et Chantemerle.

1967 (1945). En Sologne, Paris, Maisonneuve et Larose.

Silvestrini E., 1989. « Elementi decorativi sullo scafo di alcune imbarcazioni tradizionali », in Izzo P. (ss la dir. de), Le marinerie adriatiche tra '800 e '900, Roma, Museo nazionale delle arti e tradizioni popolari.

Simon G., 1991. « De la reconstitution du passé. A propos de l'histoire des sciences, entre autres histoires », Le débat, histoire, politique, société, n° 66, sept.-oct.

Spano P., 1968 (1873). Volgarizzamento del Trattato della cura degli occhi, Bologna.

Tassoni G, 1973. Arti e tradizioni popolari. Le inchieste napoleoniche sui costumi e le tradizioni nel regno italico, Bellinzona, La Vesconta.

Tertullien, 1971. La toilette des femmes (De cultu feminarum), Paris, Ed. du Cerf.

Tiozzo P.G. et G. Vianello, 1989. « La cassa da drapi nella tradizione chioggiotta », in Izzo P. (ss la dir. de), Le marinerie adriatiche tra '800 e '900, Roma, Museo Nazionale delle arti e tradizioni popolari.

Tsvétaeva M., 1979. Le diable et autres récits, Paris, L'Age de l'homme.

Van Gennep A., 1981 (1916). En Savoie. Du berceau à la tombe, Marseille, Laffitte.

Vaultier R., 1965. Le folklore pendant la guerre des Cent Ans d'après les lettres de Rémission du Trésor de Chartres, Paris, Librairie Guénégaud.

Verdier Y., 1979. Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard.

Vernant J.-P., 1985. La mort dans les yeux. Figures de l'Autre dans la Grèce ancienne, Paris, Hachette.

Vesaas T., 1985 (1963). Palais de glace, Paris, Flammarion.

Zanetti Z., 1977 (1892). La medicina delle nostre donne, Todi, Ediclio.

Haut de page

Notes

*Il s'agit de la deuxième strophe de la chanson. Merci à Claudine Fabre-Vassas de m'avoir rappelé cette chanson et à Sylvia Dupuy de m'avoir fourni le texte complet.
1Cette information m'a été fournie par Claudine Fabre-Vassas.
2Les petits garçons aussi se marquaient au rouge, mais par des tatouages aux merises sur la figure et sur les mains (Moulis 1956 : 6-11).
3Nous devons à Claude Lévi-Strauss d'avoir analysé la corrélation entre parure et nourriture dans la mythologie amérindienne (1991 : 183 sq.). Voir aussi M. Djeribi (1989) sur la question de la transformation de la nourriture en parure dans le folklore de l'Ancien Monde.
4Examinons cependant de plus près les réponses aux questionnaires que nous avons diffusés dans les lycées et les collèges de la région toulousaine, mais aussi dans des milieux très différents (enseignants, étudiants universitaires, professionnels, cadres). Nous allons considérer uniquement l'échantillon féminin, car nous traiterons à part la question de l'usage masculin des boucles d'oreilles. Nous avons dépouillé 320 questionnaires, dont 250 ont été remplis par des femmes entre treize et soixante-cinq ans. La majorité des femmes (90 %) a répondu avoir les oreilles percées, mais 15 % seulement d'entre elles se sont soumises à l'opération deux ou plusieurs fois, entre douze et quarante ans. Plus de la moitié affirment avoir décidé personnellement de se faire percer les oreilles – y compris lorsque le perçage a été effectué à leur naissance ou dans leur petite enfance – avec l'accord des parents. Elles affirment en outre en avoir un souvenir précis. Il s'agit d'un passage de la vie inscrit dans la mémoire. Les membres de la famille sont les accompagnateurs les plus courants (pour les moins de vingt-cinq ans en priorité la mère et par ordre en pourcentage les deux parents, la grand-mère, la sœur) avec les amies – et les amis aussi – de plus en plus privilégiées à partir de l'adolescence.
5Sur les boucles d'oreilles comme marque sociale négative, cf. Déonna (1914).
6L'informatrice fait une libre association avec la coutume de « ferrer le cochon » en lui perçant le nez avec l'alêne du cordonnier, pratiquée dans son village de l'Italie du Sud. J'ai consacré une partie de ma recherche à étudier la corrélation entre le ferrage des animaux, notamment les chevaux, et le « ferrage des femmes ». Je me suis interrogée à partir des données des enquêtes de Van Gennep sur la Savoie. Dans cette région, le perçage et la pose des boucles d'oreilles se font au moment du mariage et s'appellent « ferrer la femme ». Ce rituel (qui existe ailleurs sous d'autres formes) et cette dénomination prennent sens si l'on examine les savoir-faire et les pouvoirs du forgeron – qui peut être également orfèvre, comme le montre le cas de saint Eloi : il est celui qui refait les corps et se trouve par là même apte à « faire » les femmes qu'il fait passer, en les « ferrant », de la nature sauvage à l'univers domestique (Ciambelli 1994 : 95 120 ; 131-138).
7Nous ne traiterons pas du piercing, entendu comme pose des boucles dans les parties sexuelles ou dans d'autres zones érogènes du corps. Adopté par des catégories très particulières de la population, cet usage est pratiqué par des spécialistes du corps, notamment par les tatoueurs.
*Ainsi chante Alfred à Violette lors de la première rencontre dans l'opéra de Verdi La Traviata, inspiré par La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils : « Un di felice eterea / Mi balenaste innante / E da quel di tremante / Vissi di ignoto amor / Di quell'amor ch'è l'anima / Dell'universo intero / Misteroso, altero / Croce e delizia al cor » (acte 1, scène 3).
8Sur le rapport entre souffrance et mémoire, cf. Pierre Clastres (1974 : 152-160).
9La lourdeur des bijoux se traduit, pour les boucles d'oreilles, par l'accentuation de la marque. Les boucles sont si lourdes qu'elles fendent et déchirent le trou « qui peut devenir si large qu'on y peut faire passer le petit doigt » (Forot et Carlat 1980 : 675).
10« Pratica preservatica e curativa delle oftalmie è il foro al lobulo dell'orecchio, nel qual foro, per tenerlo sempre aperto, da alcuni si fanno entrare le orecchine. Questo foro fa chiarire la vista, lena le congiuntive e altre affezioni degli occhi » (Pitré 1981, XIX : 275). Traduction de l'italien par l'auteur.
11Cette pratique est encore courante à Rapino, dans les Abruzzes, où le 8 mai on fête la Vierge du Carpine. A cette occasion a lieu la procession des verginelle, des fillettes âgées de quatre à dix ans, habillées en blanc et couvertes de bijoux de famille. On retrouve d'autres processions d'enfants portant des quantités de bijoux lors des processions de la semaine sainte dans le sud de l'Italie.
12Sur le modelage de l'identité religieuse et sexuelle, cf. A. Fine (1994) et G. Charuty (1985).
13Même pour les animaux, on a coutume de pratiquer des incisions dans ce but, en insérant une racine dans les lobes des oreilles.
14« Gli ornamenti stanno a guardia degli orifice del corpo che, delle parti molli, sono più vulnerabili, esposti alle penetrazioni di esseri o di influenze malefiche. Non è senza ragione che la parola aramaica usata nella Bibbia per designa re gli orecchini ha il significato generale di "cosa santa". » Ainsi écrit Claude Lévi-Strauss dans l'article « Ma perché ci mettiamo i gioielli ? » paru en italien dans La Repubblica (1991), où il revient sur l'opposition entre les parties dures et les parties molles du corps, déjà dégagée dans Histoire de Lynx (1991). L'ethnographie atteste que cette opposition constitue une représentation primaire du corps humain chez les peuples sans écriture.
15« Les parrains offraient à leurs filleules une paire de boucles d'oreilles et à leurs filleuls un petit anneau – un anellino –, car on perçait les oreilles aux garçons aussi, et c'était la sage-femme, en général, qui perçait le lobe » (traduction de l'auteur).
16« When a Matyò girl wore an earring that could only mean a painful eye. The peasant girl suffering from an eye ailment hid her earring so that it couldn't be seen, and if possible, even covered it with her hair ; no one wore it as an ornement, for that was considered to be a shameful thing for a Matyò girl [...]. ».
17Le pirate est souvent représenté avec un défaut physique asymétrique : borgne, avec un œil couvert par un bandage noir, boiteux, manchot, comme le capitaine Crochet, qui, dans Peter Pan, rassemble tous ces traits. Les grosses créoles sont aussi un signe identitaire des chiromanciennes et voyantes qui ont le don de voir.
18Les très belles photos du photographe calabrais Saverio Marra, étudié par Francesco Faeta, témoignent de cet usage.
19Le motif décoratif des yeux sur les bateaux est aujourd'hui assimilé aux « yeux d'écubier » contre le mauvais œil (Silvestrini 1989 : 59).
20Diverses interprétations ont été données de cet interdit. Cf., entre autres, Houseman (1994).
21Dans les villages de l'arc alpin, deux fois par an, au printemps et à l'automne, à la nouvelle lune (a luna tendra), les civio passaient de maison en maison pour acheter les cheveux des femmes, qui étaient très recherchés pour fabriquer des cordes spéciales pour les bateaux (Cane et al. 1980 : 155).
22« Quand l'aîné se mariait, son père lui offrait une caisse en bois de noyer, "donnée comme une dot". Elle restait dans la maison tandis que dans le bateau on en mettait une de bois ordinaire qui ne sortait plus du bateau : le destin du marin était ainsi lié à celui du bateau » (Tiozzo et Vianello 1989 : 108-115).
23Voir l'analogie entre la mer et la mine proposée par Houseman (1990).
24La boîte à couture qui cache et garde les épingles, les fils de toutes les couleurs, les boutons avec leurs éclats, les morceaux de tissus, est aussi le premier coffret dans lequel les enfants vont fouiller à la recherche des trésors de la maison.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ciambelli P., 1996, « La boucle et la marque », Terrain, n° 27, pp. 115-130.

Référence électronique

Patrizia Ciambelli, « La boucle et la marque », Terrain [En ligne], 27 | septembre 1996, mis en ligne le 18 juin 2007, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3389 ; DOI : 10.4000/terrain.3389

Haut de page

Auteur

Patrizia Ciambelli

Centre d'anthropologie. Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals