Navigation – Plan du site
Repères

Au cœur du politically correct

La discorde entre les fourreurs et les défenseurs des animaux
Jacqueline Milliet
p. 147-158

Entrées d’index

Thème :

animal (monde)

Lieu d'étude :

Suisse, Etats-Unis
Haut de page

Texte intégral

1« Vous portez une veste en cuir ? Pourquoi pas un manteau de fourrure ? » Telle fut l'entrée en matière du premier fourreur que je rencontrai. Pas assez vieille ou déjà trop, comme bien des femmes de ma génération je ne me pose même pas la question. La fourrure, c'est pour les rombières qui, un caniche au bout d'une laisse, arborent le cadeau de leur cinquantième anniversaire ; c'est pour les autres femmes qui, voluptueusement enveloppées, affichent leur jeunesse et leur beauté. Il n'empêche. Je m'intéresse aux fourreurs et au conflit qui les oppose aux défenseurs des animaux1 et à ce que ce conflit peut apporter à la compréhension de la relation humain-animal dans le monde occidental moderne.

2Le présent article se donne pour tâche d'en découvrir l'origine et les enjeux. Il analyse, d'une part, les premiers résultats d'un terrain ethnographique en cours auprès de fourreurs suisses et new-yorkais et, d'autre part, les pamphlets, tracts et organes périodiques qui nourrissent la polémique entre protagonistes. Il n'est pas question ici d'interpréter les textes philosophiques classiques qui inspirent habituellement les nombreux essais traitant des rapports contemporains à la nature et aux animaux (Chanteur 1993 ; Chapouthier 1990 ; Ferry 1992 ; Gaard 1993 ; Goffi 1994 ; Regan 1988 ; Ryder 1974 ; Singer 1993). Cependant, les auteurs de ces essais alimentent le débat écologiste actuel, et leurs contributions sont donc considérées comme des sources aussi valables que celles de la littérature militante signalée plus haut.

3Du point de vue de la protection animale, les fourreurs auraient été et seraient toujours responsables de la disparition de beaucoup d'espèces sauvages. S'il est vrai qu'au début du xxe siècle la traite des otaries de mer autour des îles Pribilof avait décimé ces animaux, il est également avéré qu'en 1911, déjà, la Convention internationale réagissait et proposait un quota. Ainsi, la même année, un plancher de 100 000 individus était imposé et, à la fin des années 80, on comptait plus de 1,7 million de ces mammifères marins au nord des Aléoutiennes (Torres 1989 : 123). Aujourd'hui les amis des animaux reconnaissent que la capture d'espèces sauvages a en général baissé de 80 %. Mais, par ailleurs, ils affirment que 64 % des vêtements en fourrure sont encore fabriqués à partir d'animaux piégés (Newkirk 1991 : 83). Les associations de fourreurs, quant à elles, précisent qu'actuellement 90 % des peaux sont issues d'animaux d'élevage ou de parcage (semi-liberté) et 10 % seulement proviennent de bêtes vivant à l'état sauvage (APSF 1991 : 13). Il faut retenir que, déjà dans les années 60, les visons représentaient 75 % des fourrures d'élevage, alors que celles provenant d'animaux domestiques comme les agneaux, les astrakans ou les lapins étaient comptées à part (Delort 1986 : 61).

4L'échange d'arguments historiques et de données économiques et statistiques donne un vernis scientifique et rationnel aux points de vue des deux parties, qui, plutôt que d'apaiser les esprits, attisent au contraire la discorde. Aux yeux des protectionnistes, les fourreurs se cramponneraient à une affaire juteuse requérant des pratiques cruelles et « primitives » envers les animaux. Il arrive que, pour démontrer l'intrication entre appât du gain et insensibilité, certaines organisations aillent malheureusement jusqu'à retrouver le langage de l'antisémitisme. Selon les fourreurs, souvent sexistes, les protectionnistes seraient la plupart du temps des femmes hystériques prêtes à sacrifier des êtres humains pour sauver des animaux, ou des terroristes mettant en danger la démocratie et la liberté de commerce.

5On peut en effet se demander pourquoi ce corps de métier demeure parmi les cibles privilégiées des amis des bêtes. En Suisse, le commerce des fourrures aurait baissé de 22 % ces dix dernières années. Selon l'Annuaire suisse du registre du commerce, il y avait 232 commerces de fourrure en 1983-1984. Seuls 186 restaient ouverts en 1993-1994. Il se pourrait bien que ces chiffres correspondent simplement aux périodes de récession. Mais les fourreurs semblent alléguer d'autres causes (« L'hiver a été trop clément »), et attribuer leurs difficultés économiques à l'impact des organisations de défense des animaux (« Ce sont les médias qui sont responsables ») et à ce qu'ils appellent l'écoterrorisme. Cet argument n'est pas dépourvu de fondement : un rapport du département de la Justice nord-américain répertorie les attentats perpétrés entre 1977 et 1993 contre les entreprises qui produisent et utilisent des animaux, et montre que les détaillants en fourrure viennent au deuxième rang des victimes d'agressions, après les laboratoires d'expérimentation animale. Bien que ces chiffres demandent à être pondérés, il n'en reste pas moins que des menaces réelles pèsent sur la vie quotidienne des fourreurs.

6Quelles valeurs les fourreurs incarnent-ils et quels messages leurs détracteurs cherchent-ils à promouvoir ? L'univers de la fourrure se révèle un champ social traversé par une double contradiction : entre pelleteries sauvages et pelleteries domestiques, entre femmes et hommes. La répartition des fourrures en au moins quatre catégories contradictoires modèle, comme nous allons le voir, les contingences techniques, économiques et symboliques de l'utilisation des animaux dans le monde occidental moderne.

Des informateurs sur la défensive

7Depuis un an et demi, j'enquête dans les milieux socioprofessionnels de la fourrure à New York et en Suisse, plus particulièrement à Genève. Je m'intéresse aussi bien aux marchands qu'aux artisans, aux magasins de luxe qu'aux boutiques de quartier. A Genève, face au Rhône, dans le voisinage des banques et des représentants de griffes prestigieuses, une galerie de verre expose deux ou trois fourrures opulentes. Les pas résonnent et semblent amplifiés par des haut-parleurs dès qu'on franchit le seuil. Puis l'ascenseur ouvre automatiquement ses portes et on tombe sous le regard des caméras, ce qui témoigne bien du climat d'insécurité dans lequel se trouvent les fourreurs. Sans avoir croisé quiconque, le visiteur est déjà repéré et reconnu quand, à l'étage, il rencontre une vendeuse souriante. Dans les boutiques de la vieille ville, là où les propriétaires osent encore « mettre une fouine empaillée dans la vitrine », l'accueil est moins sophistiqué. Cependant, les langues ne se délient pas sans la garantie de confiance délivrée par les confrères. A New York, le quartier des fourreurs, dans la 30e Rue, entre Broadway et la 7e Avenue, ressemble à un manteau trop large. Les boutiques qui donnent sur la rue ont le rideau baissé. Entre un parc de voitures de police et des entrepôts, celles qui restent conservent un aspect désuet, derrière des vitrines assombries par de lourds grillages. Dans les arrière-boutiques, des rames de peaux pendent des crochets ; une femme se penche sur une machine à coudre, un hassidim s'occupe à sa paperasse et un Grec stocke les fournitures. Une camionnette s'arrête pour livrer des peaux blanches et floconneuses aux étages, là où les ateliers bourdonnent encore. Ici aussi, le réseau doit préalablement avoir été activé avant que je n'ose sonner aux grilles.

8Il n'est donc pas question de choisir librement ses informateurs. En raison de la virulence des critiques qu'ils peuvent essuyer, mais aussi des agressions physiques, il n'est pas facile de gagner la confiance des fourreurs. Une fois les présentations faites, il n'est plus question de « trahir » en allant enquêter dans le camp de l'ennemi. L'ethnologue fait l'objet de pressions qu'il a appris à connaître, venant des minorités qu'il étudie. Muni d'une aura de scientifique, le chercheur est censé défendre la corporation sur la place publique, voire la représenter auprès des autorités. Aux moments chauds des campagnes anti-fourrure, les fourreurs s'interrogent sur leur avenir et il faut leur remonter le moral (« Il faut nous expliquer ce qui se passe. On est paumé, dépassé, on ne comprend rien »), subir l'assaut des journalistes, et parfois affronter l'incompréhension de collègues et amis.

9S'ils se déclarent fiers de leur métier, les fourreurs ont aussi tendance à s'en cacher. Ils s'inventent des activités (« Je dis que je suis dans la communication ») ou évitent carrément le sujet. Tactiquement, ils ne répondent qu'aux questions directes en tenant compte de l'incompréhension des personnes qui les posent. Afin de ne pas être livré en pâture aux protectionnistes, un fourreur se prépare à affronter un débat télévisé avec l'aide d'un psychologue spécialiste des prises d'otage, de deux avocats et de son agent de communication. L'émission se passe sans trop de heurts. Toutefois, à l'issue de celle-ci, un cameraman l'agresse physiquement. Il avoue avoir mis deux semaines à se remettre de l'incident. La réputation de la profession rejaillit sur la famille et les enfants (« Qu'est-ce que je réponds quand mon fils rentre de l'école et dit que je suis un salaud ? ») et transforme la vie quotidienne en enfer. Un autre fourreur doit se séparer de sa femme et de ses deux filles. Avant le divorce, il tente pendant six mois de se recycler dans les assurances, mais finit par reprendre le commerce d'un confrère qui s'était tiré une balle dans la tête devant les coupures de presse qu'il collectionnait. Avant de devenir vétérinaire, une de ses filles travaille dans un centre d'équitation ; son ex-femme épousera le propriétaire du centre.

Un des plus vieux métiers du monde

10Palper le poil, le lisser à rebrousse-poil, admirer son lustré et son velouté participent du plaisir du travail bien fait. Ces mots reviennent sans cesse. Chaque espèce possède ses propres techniques de découpe. « Avant on travaillait quarante peaux différentes et maintenant plus que dix ou douze. » Il y a dix ans, un marchand new-yorkais « voyait passer 35 000 peaux entre les mains chaque année, maintenant plus que 100 ». Quel désespoir d'être parfois réduit à tailler dans du synthétique : « Ce n'est pas vivant, pas souple, c'est dégueulasse. » Le savoir ne trouve plus matière à s'exercer et ressemble à une partition simplifiée pour celui qui compare ce qu'il fait à de la musique : « La musique embellit la vie, comme la fourrure, car la nature et les animaux ne sont ni propres ni beaux en eux-mêmes. » La confection – la transformation de la matière première – est primordiale. Le jeu entre les couleurs, les longueurs et les différentes parties de la bête, la recherche de style, d'élégance, de légèreté et d'originalité sont inséparables du rapport à l'acheteur : « J'adore croiser une cliente dans la rue et qu'elle me salue. J'admire ce qu'elle porte, c'est ce que j'ai fait. » La quête du beau ne se dissocie pas du luxe car « ce qui a trait au luxe nécessite une noblesse de comportement ». Ou encore : « Quand on attaque les fourreurs, c'est les bourgeois qu'on attaque. » Ces deux remarques font référence à la noble clientèle des corporations médiévales d'artisans bijoutiers et fourreurs, les seules qui subsistent encore de nos jours. Toutefois, la solidarité au sein des associations – où chacun se connaît – n'est pas si évidente et l'aigreur entache bien des confessions : « Les commerçants bradent la profession, ils donnent le travail à l'étranger, ils font des soldes et liquident les commerces à bas prix. » De plus, « les cotisations des grossistes devraient être augmentées ». Du côté des marchands, les artisans ne sont pas « assez mode. Cela dessert l'association et ruine l'image de la profession. Ils sont trop tristes et leurs vitrines sont trop tristes ». Outre-Atlantique, il semble qu'il n'ait jamais existé de communauté de fourreurs. Il y a vingt ou trente ans, la 30e Rue se remplissait de milliers de personnes à l'heure du lunch, et chacun des dix-huit étages des immeubles comportait au moins trois ou quatre ateliers. La solidarité ne se manifestait pas pour autant, comme en témoigne la remarque suivante : « Chacun pour soi. Personne ne veut partager ses inventions, ses créations et son marché. »

11Marchands de fourrure ou fourreurs, tous se réclament de la tradition. L'un d'entre eux fait remonter la saga familiale neuf générations en arrière, en 1715 dans la Saar. Il décrit les déménagements successifs des fils aînés, à Sarloin, un comptoir à Trois-Rivières au Québec, à Strasbourg, à Bâle et enfin à Genève, où le périple semble s'arrêter pour de bon. Mélancolique, il contemple son stock de peaux : « Quand je vois ça, je pense à la Genèse, à la création du monde, c'est magnifique, c'est le bon dieu. » Enraciné dans la pratique d'un métier qu'aucun de ses enfants ne reprendra, il se souvient du grand-père qui lui apprenait à reconnaître les fourrures au toucher. Le souvenir d'une filiation si longue reste exceptionnel. La mémoire vivante de ces hommes s'arrête souvent aux grands-pères venus d'ailleurs, d'Alsace, de Saxe, de Turquie, de Macédoine ou de Russie. Même quand leur entrée dans la profession est récente, ils se revendiquent d'un métier ancestral qu'ils situent à l'aube de l'humanité, au moment de la conquête du feu. Un métier qui a habillé les humains et leur a fourni l'occasion de se distinguer des animaux (Girard 1991). Les hommes chassaient et apportaient aux femmes de quoi se nourrir, se vêtir et se parer. En échange, ils obtenaient les grâces d'une ou de plusieurs d'entre elles. Rien n'a véritablement changé depuis : « Dans mon magasin, il n'y a que des femmes qui se font honorer. Rien n'est plus beau qu'une femme dans une fourrure. C'est une parure naturelle, normale. Les hommes aiment ça. »

12La Fashion Week, qui a lieu tous les ans à la Parsons School of Design (New York, du 15 au 19 mai 1995), reconduit les valeurs féminines archétypiques décrites plus haut. Le défilé Revillon, ancienneté oblige, embauche des mannequins apparemment sans âge, au sourire figé, bloqués dans une position de séduction passive et légèrement enfantine. Le lynx de Russie orne une blonde éthérée. Les différentes coupes du vison, teinté pour ressembler au léopard, sont présentées par des modèles aux traits finement asiatiques et à la peau légèrement hâlée. Il est frappant que l'animal domestique, travesti en sauvage, soit précisément porté par des femmes exotiques2. Les fourreurs exercent en somme un métier ancestral où la répartition des tâches ne saurait être remise en cause.

13Comment ne pas remarquer que le produit du métier renvoie à la diversité des ordres du réel, au sauvage et au domestique, au féminin et au masculin, au profond besoin d'établir une frontière entre la nature et la société et, par conséquent, à la difficile gestion du mouvement de rapprochement et d'éloignement de la nature, mouvement dont les animaux et les femmes sont des protagonistes importants ? Où finit la nature et où commence la culture ? Il n'est pertinent de se poser cette question que si on la considère comme un instrument de méthode de la sociologie moderne permettant de comprendre que les gens pensent la nature de la même façon qu'ils se pensent eux-mêmes dans leur relation avec les choses qui les entourent. Selon Lévi-Strauss (1967 [1949] : 6) : « C'est, en apparence, l'opposition entre le comportement humain et le comportement animal qui fournit la plus frappante illustration de l'antinomie de la culture et de la nature », les traits distinctifs de la première étant l'existence de règles et de normes et le particularisme des faits sociaux ; ceux de la seconde, au contraire, l'absence de codes et l'universalité des phénomènes. Malgré son désir de prouver le caractère artificiel de la condition humaine, Lévi-Strauss recourt à des préjugés biologiques et moralistes dès qu'il est question des femmes (confusion entre reproduction, sexualité et vie sexuelle, par exemple).

14Les métiers de la fourrure, du trappeur au coupeur, de l'éleveur au couturier, du tanneur au marchand, sont le fait d'hommes3, à l'exception de quelques secteurs précis occupés par la main d'œuvre féminine, tels que la préparation des peaux chez les populations indigènes ou l'assemblage des pièces à la machine à coudre par des ouvrières (Gorre 1991). L'apprentissage du fourreur n'est pas le même car « les femmes cousent et les hommes coupent ». A la phase suivante, un clivage reparaît puisque la clientèle des fourreurs ainsi que les adhérents aux organisations de défense des animaux sont principalement des femmes. Cette conjonction est relativement récente. Elle s'est mise en place au siècle passé avec l'avènement de l'ère industrielle. Le manteau de fourrure tel que nous le connaissons aujourd'hui4 a été créé par les frères Revillon juste après la guerre franco-allemande de 1870. Pour la première fois, la fourrure constitue le matériau même du vêtement et détermine le patron qui est conçu et réalisé en fonction de son aspect, de sa longueur, de sa souplesse, de sa couleur de poil, etc. (Delort 1986 : 184). Dans le passé, s'il arrivait parfois à la peau des bêtes d'être l'élément de base du vêtement, elle ornait surtout ce dernier, le fourrait ou encore le doublait. Ce qui comptait alors, c'était que la peau fût taillée selon le personnage et le statut de la personne qui allait la porter. A la fin du siècle passé, alors que le manteau de fourrure était destiné à l'usage exclusif des femmes (Sexé 1923 : 23 ; Boucher 1965 : 391), des femmes médecins et artistes, souvent issues de la bourgeoisie, s'engagèrent en très grand nombre contre la vivisection et en faveur des animaux. L'origine de classe de ces femmes n'a guère varié depuis. Actuellement, 80 % des protectionnistes sont des femmes qui vivent en milieu urbain, et 84 % d'entre elles possèdent des diplômes universitaires (Fourrures à fleur de peaux 19915).

15Au dire des fourreurs, le profil des amateurs de fourrure s'est récemment modifié avec l'apparition de « marginaux, de vieilles duchesses russes, de grandes folles qui débarquent avec trois chiens et s'achètent une folie, un vison blanc ou crème, pour aller frimer à Davos ». Dans un atelier modeste s'étale une immense couverture en peaux de renard dorées : « Qu'est-ce que vous voulez, on ne choisit plus ses clients, celle-ci, c'est une commande un peu spéciale, un homosexuel quoi ! » Les femmes occidentales se montrent de plus en plus réticentes, et livrent un combat intérieur contre la tentation (« Comme c'est beau, ma foi, après tout, ça ne change rien, elle est déjà morte cette bête de toute façon » ; « J'alterne, je porte tantôt le vrai, tantôt le faux »). La tendance à reconstituer le corps de la bête à partir des peaux influence un fourreur qui confesse commencer lui aussi à voir « la forme du renard sur le manteau ; je vois la peau, je vois l'animal, ce qui ne m'arrivait jamais avant ». En revanche, les Japonaises, et plus récemment les Russes, ne s'embarrassent pas de tels scrupules, alors que les New-Yorkaises seraient, selon un marchand, « plus indépendantes, plus libres qu'en Europe ; elles savent se défendre et porter plainte ».

L'élaboration d'un système normatif

16Pour décrire l'attitude de la société occidentale moderne face au problème que pose la distinction entre l'état de nature et l'état de société, il faut se rapporter synchroniquement aux discours sur les animaux et aux pratiques sociales, celles-ci ne respectant pas systématiquement les règles développées au sein des systèmes normatifs. Au niveau normatif d'abord, les fourreurs et les zélateurs de la cause animale occupent des positions philosophiques distinctes qui portent sur la reconnaissance ou la critique de la tradition anthropocentrique à l'égard des animaux et de la nature. Ensuite, chacune des deux positions doit trouver à s'appliquer socialement par le biais de lois et de comportements qui réglementent les interventions sur les animaux. Or, les normes et les pratiques ne peuvent être analysées séparément car, comme Digard l'a démontré (1993 : 23), les relations qu'entretiennent les humains avec les animaux dans « toutes leurs composantes (naturelles, techniques, sociales, culturelles), forment un système, le "système domesticatoire", propre à chaque société, en un lieu et à un moment donnés [...] ». Avant d'analyser les phénomènes sociaux signalés plus haut à travers le prisme de ce qui pourrait donc être le « système domesticatoire » de la société occidentale moderne, il convient de s'arrêter brièvement sur les fondements philosophiques des défenseurs des animaux, et sur ce qu'on entend généralement par la domestication des animaux.

17Porté au niveau philosophique, le débat sur le statut et le droit des animaux, qui n'est certes pas nouveau, pourrait de nos jours se résumer à deux attitudes : le spécisme et l'anti-spécisme. Le terme anglais de specism a été forgé par Ryder (1974) sur le modèle de racism et sexism6 ; les animaux seraient les victimes de partis pris analogues à ceux qui prévalent à l'encontre de certains groupes humains. A l'image du racisme et du sexisme, le spécisme s'appuie sur des considérations d'ordre biologique avec lesquelles les anti-spécistes cherchent à rompre en appliquant soit une égale considération des intérêts aux humains et aux animaux (Singer 1993), soit une égalité du traitement (Regan 1988 [1983] ; Newkirk 1992) (figure 6). Le mouvement anti-spéciste ne s'inscrit toutefois pas en faux contre toutes les traditions de l'humanisme anthropocentrique. Il doit par exemple beaucoup au fondateur de l'utilitarisme, Jeremy Bentham (1748-1832), et à son successeur le plus célèbre, John Stuart Mill (1806-1873). Malgré son nom, la doctrine utilitariste ne s'identifie pas aux principes d'utilité et d'égoïsme personnel mais, au contraire, à celui de l'altruisme universaliste. Une action est bonne quand elle a pour but le bonheur d'une majorité d'individus, animaux compris. L'année de la déclaration des droits de l'homme, Bentham écrivait la célèbre phrase tant de fois citée depuis : « La question n'est pas de savoir si les animaux peuvent penser, s'ils peuvent parler, mais c'est celle de savoir s'ils ont la capacité de souffrir » (cité par Chanteur 1993 : 150). La souffrance7 devient donc une norme juridique pour tous les êtres susceptibles de la ressentir.

18La façon même dont les adversaires se démarquent, entre utilisateurs8 et défenseurs des animaux, mène à une impasse. Leur démarche reprend à son compte l'a priori à la fois évolutionniste et finaliste de la définition traditionnelle de la domestication des animaux. Selon cette dernière, les humains auraient simultanément domestiqué les céréales et les animaux au néolithique9 et auraient ainsi répondu à un besoin alimentaire (Thévenin 1947 ; Zeuner 1963 ; Harner 1977 ; Harris 1979). Tout l'argument théorique s'appuie en l'occurrence sur la conviction que la domestication n'aurait pas pu se produire sans l'envie spontanée, dont certaines sociétés de chasseurs-cueilleurs offrent encore l'exemple vivant, de s'entourer de petits d'animaux capturés qui, une fois adultes, occupent une place de compagnons (Richard 1968 : 750). Conformément à la théorie linéaire de l'évolution des sociétés, le matriarcat conditionnerait le passage des animaux de la sphère ludique à celle de l'exploitation, car leur entretien dépendrait des femmes (Sauer 1969). En effet, c'est grâce à elles que l'animal partage le toit et la nourriture de la famille et joue avec les enfants. Les actuelles campagnes antifourrure réactualisent le mythe matriarcal quand elles donnent à admirer Pattie Davis – la fille de Ronald Reagan – allongée et tenant un chien contre son corps nu.

19Les logiques évolutionniste et économiste n'expliquent pas pourquoi, quels que soient les époques et les systèmes sociaux en vigueur, tous les êtres humains élèvent et continuent d'élever des animaux qui n'ont apparemment aucune fonction utilitaire. En réalité, quelle différence y a-t-il entre les Barasana (Indiens de l'est de la Colombie), qui gardent une multitude de petits rongeurs, des chiens, des perroquets, une grande variété d'oiseaux, des tapirs, des pécaris, des ocelots, des margays (chats-tigres) et des chats (Serpell 1986 : 51), et les citadins modernes, avec leurs chats, chiens, canaris, hamsters, poissons rouges, poules naines, serpents, mygales, alligators, Falabellas (chevaux miniatures), cochons d'appartement, etc. ?

20Les animaux familiers constituent un phénomène qui n'est pas nouveau et ne se limite pas à notre société ; en revanche, l'engouement populaire qu'ils suscitent ne se manifeste qu'à partir de la révolution industrielle. On assiste alors à une spécialisation du travail non seulement des ouvriers et des paysans, mais aussi des animaux. Certains ne produisent plus que du lait, de la laine ou de la viande, d'autres du plaisir, d'autres encore sont utilisés par la science. Les chiens errants sont pourchassés ou regroupés dans des refuges, alors que leurs congénères ayant la chance d'avoir un propriétaire envahissent les rues. Les combats d'animaux sont interdits et les abattoirs repoussés à la périphérie des villes. Quand la SPA10 (Agulhon 1981 ; Pelosse 1981, 1982 ; Pierre 1989) cherche à améliorer la condition animale, elle espère pouvoir du même coup adoucir les mœurs d'un peuple qui fouette les chevaux ou égorge le bétail publiquement. Préoccupation d'abord masculine, la protection des animaux se féminise en même temps que son objet se transforme : il faut dorénavant compter, en plus de la cruauté du peuple, avec celle plus générale du monde industriel, celle dont des hommes sont responsables au titre de la science. A la fin du siècle dernier, dans les faubourgs populaires comme dans les beaux quartiers, la croyance se répand que les chirurgiens découpent à vif chiens, chats et lapins parce qu'ils n'ont pas le droit d'en faire de même avec des humains (Lansbury 1985 : 58). Par ailleurs, des intellectuelles établissent un parallèle entre l'impuissance des animaux de laboratoire et celle des maîtresses de maison, constamment souffrantes et dolentes, objets de curiosité scientifique soumises à d'innombrables traitements gynécologiques (hystérectomie, clitoridectomie, cautérisation, massages et traitements électriques, etc.).

21C'est dans un tel contexte que la fourrure se porte ostensiblement le poil à l'extérieur et qu'apparaît le manteau de fourrure. De plus, ce dernier est destiné à une clientèle féminine, comme toute la mode d'ailleurs après la Révolution française (Boucher 1965 : 335). L'explication selon laquelle le manteau de fourrure serait une conséquence logique de l'expansion de la mode destinée principalement aux femmes demande à être étayée. Paradoxalement, au moment de la sacralisation du rôle privé, familial et maternel de la femme, le corps féminin est investi, érotisé par la science, dévoilé et produit dans l'espace public (Jordanova 1989 : 98-99 ; Milliet 1995). Ce corps féminin, considéré comme vestige naturel dans un monde de plus en plus artificiel, s'affiche ostensiblement revêtu d'une seconde peau. Or, c'est précisément cette dernière qui est remise en cause dans le récent slogan « Plutôt nue qu'en fourrure ».

22Depuis longtemps déjà, portée à l'endroit ou à l'envers, la peau velue des animaux revêt des significations équivoques. On sait, grâce au travail de Delort (1978), qu'au Moyen Age les peaux distinguaient non seulement les seigneurs des clercs et des serfs, mais également, à l'intérieur de ces catégories, les aînés des cadets et les hommes et des femmes. La reconnaissance des fonctions maternelles offrait aux berceresses et aux nourrices d'enfants de sang royal l'occasion de s'identifier au roi qui s'assurait de leur fidélité par des dons de pelleteries de vair et de gris de même qualité que les siennes (Delort 1978 : 538, note 85). Vers 1380, alors qu'on s'habillait indifféremment de peaux claires, les hommes arborèrent soudain des pelisses aux reflets sombres. Ils se servaient de fourrures foncées comme métaphore de leur toison naturelle à un moment où leur corps était célébré « moulé comme jamais il ne l'avait été par un costume nouveau, très court, pourpoint et chausses étroitement ajustés, et voluptueusement immergé dans les monumentales houppelandes de la fin du xive siècle » (Pouchelle 1981 : 420). A la même époque, de nombreux recueils pratiques recommandent aux femmes de s'épiler et d'entretenir des corps glabres.

L'évolution du rapport d'identification à l'animal

23Lorsqu'on parlait de protection des animaux au xixe siècle, il ne pouvait être question que d'animaux domestiques (Agulhon 1981 : 81). De nos jours, le parrainage de la nature s'adresse plutôt aux espèces sauvages menacées par les excès de la chasse et de l'exploitation commerciale et industrielle du globe. Au siècle passé, dans un monde à peine exploré, personne n'imaginait que les phoques et les éléphants pussent être en danger d'extinction. Les sociétés telles que la Compagnie de la baie d'Hudson ou la Compagnie russo-américaine avaient les coudées franches sur les territoires du Nord canadien, sans aucune remise en cause de leurs activités. Nul ne songeait à critiquer la guerre normale alors faite à la nature, nature à laquelle appartenaient également, il faut le souligner, les Aléoutes, les Inuits ou autres Indiens. Pour les seules îles Pribilof et leurs habitants, les chiffres sont impressionnants : 3 144 494 otaries ont été officiellement chassées de 1784 à 1830, soit 70 000 par saison (Torres 1989 : 113). A la même occasion, les pêcheurs et les chasseurs étaient transférés d'une île à l'autre, obligés d'exercer leur talent pour le compte de la compagnie jusqu'en Basse Californie, à des milliers de kilomètres de chez eux. En 1790, après cinquante ans de contacts avec les colons occidentaux, la population aléoute avait déjà chuté de plus de deux tiers, passant de 9 000 à 2 500 (Torres 1989 : 116). L'arrivée de concurrents étrangers, baleiniers américains ou trappeurs anglais, priva les indigènes du peu d'activités qui leur restait.

24La sauvegarde des îles Pribilof, en 1913, ne préserva pas les Aléoutes pour autant. Déculturés et métissés, ils allaient un jour se retrouver plus assez sauvages pour bénéficier d'une protection identique à celle dont profitaient désormais les otaries et le paysage. En 1979 aussi, pour obtenir l'interdiction de la chasse aux otaries, la présidente de Friends of Animals, Alice Harrington, proposa de déplacer les Aléoutes sur le continent, dans la grande ville d'Anchorage (Torres 1989 : 125 ; Tundra Times, Anchorage, 6 et 27 juin 1979). Catherine Agha Khan, de la Fondation Bellerive en Suisse, tint le même langage lors d'une émission télévisée en novembre 199111. Elle soutenait en substance que les indigènes, comme les fourreurs d'ailleurs, n'avaient qu'à « se recycler ». L'argument a le mérite d'être clair ; il met en balance êtres humains et animaux et préfère l'otarie à ce qui ne serait plus un authentique sauvage. Cela revient à vouloir restaurer une nature originelle dépourvue d'humains. La chasse et le piégeage sont considérés comme des techniques primitives et cruelles qui déciment des espèces entières et elles concernent aussi bien les activités de loisir des citadins que celles de subsistance des populations indigènes. La littérature ethnographique démontre comment la chasse et le piégeage marquent une différence d'attitude à l'égard des victimes. Moscovici (1972) définit la chasse par un rapport direct et obligatoire entre le chasseur et le gibier ; il faut voir l'animal pour le tuer. Ce rapport serait indirect avec le piégeage : « C'est par l'intermédiaire d'engins et en se dissimulant lui-même que le piégeur capture sa proie » (id. ibid. : 58). Faire face ou prendre par traîtrise : on peut se demander laquelle de ces deux pratiques, si leur but était la cruauté, serait vraiment sadique. Selon les protectionnistes, toute activité du genre doit être proscrite, au risque de rompre l'équilibre écologique. Mais ce n'est pas l'intervention humaine qui est remise en cause, puisque Singer (1993 : 351) propose, pour recréer une sélection naturelle désormais impossible, et surtout pour empêcher les chasseurs d'en être les agents, d'intervenir directement sur la fertilité animale.

25Quant aux fourreurs, ils se fixent désormais pour objectif de prouver à l'opinion publique que leur métier reste le meilleur moyen de préserver l'environnement et d'assurer la survie des espèces sauvages et de certaines ethnies (« Une fourrure ne pollue pas, elle dure vingt ans et coûte moins cher qu'une voiture »). Si l'on peut comprendre le point de vue des fourreurs quand ils prétextent la préservation du globe et de ses habitants, il n'en reste pas moins que les interventions écologistes ont été déterminantes. A ce propos, le placard publicitaire d'un marchand suisse romand mérite qu'on s'y arrête, tant son argument est ethnographique et suggère la profondeur temporelle pour représenter la tradition professionnelle des fourreurs. Suivant une lecture contraignante, qui impose une réaction sensible au patrimoine culturel de l'humanité, le regard de l'observateur est dirigé de gauche à droite et de haut en bas. En dessous de la mention « Une tradition millénaire », un groupe d'Inuits, emmitouflés dans des fourrures et vivant de toute évidence de la chasse et de la pêche comme le laisse entendre le bateau au second plan, sont représentés sur fond de mer. Bien lisible, à l'extrémité inférieure droite, apparaît le logo du fourreur, dernier garant d'un savoir-faire en voie de disparition. Il est remarquable qu'il ne soit fait aucune allusion aux produits dont l'affiche se veut la promotion. Pourtant, les passants qui l'ont barbouillée de croix gammées, de mots aussi forts que « torture » ou « génocide » et de slogans « Le blanc a tué l'esquimau et les animaux » ou encore « Je porte ma peau pas celle des autres », semblent quant à eux s'y référer. Ces inscriptions valent dans tous les cas leur pesant d'ambiguïté. Soit ce sont des manifestations d'antisémitisme primaire – le nom du commerçant le laisse penser ; soit il est sous-entendu qu'un juif, de victime serait devenu bourreau, les élevages industriels et laboratoires d'expérimentation animale étant comparés aux camps de concentration selon une logique de banalisation que les protectionnistes partagent avec les antisémites. Une telle conjonction – antisémitisme et protection animale – représente une dérive possible du mouvement de sensibilité à l'égard des animaux, lui-même inclus dans la reconsidération plus générale des acquis sociaux. On se souvient du célèbre cinéaste italien Franco Zeffirelli, qui, alors qu'il briguait le poste de ministre de la Culture du gouvernement de Silvio Berlusconi, articulait sa campagne autour de trois axes : la construction d'un hôpital pour les animaux seuls et souffrants, le rétablissement de la peine de mort pour les femmes qui avortent et, enfin, dans le domaine du cinéma qui est le sien, le démantèlement de la « chienlit culturelle juive de Los Angeles » (Heymann 1994). Dans l'affrontement idéologique de longue durée entre chrétiens et juifs, le rapport au sang demeure un point central. Sur le rabbin, le circonciseur et le boucher, ces « étranges hommes rouges » (Fabre-Vassas 1994), se focalise la conviction que les juifs aiment faire couler le sang. De là à ajouter le fourreur au tableau des activités cruelles qui seraient l'apanage des juifs, le pas a déjà été franchi. En effet, en réaction à mes activités ethnographiques auprès des fourreurs, deux personnes ont laissé échappé : « Ah ! tu vas chez les juifs ! »

Y a-t-il une relation humain-animal politically correct ?

26Accusés d'indifférence, sinon de cruauté en raison de leur profession, les fourreurs reviennent fréquemment sur l'amour qu'ils portent au animaux (« Mon père adorait les chevaux et m'emmenait souvent aux courses » ; « J'ai des hamsters, des chats, des poissons, un chien », annonce le père de trois enfants ; « J'aime ma chatte. Elle a un si beau poil et comme elle est affectueuse. Je la peigne tous les matins »). Or, le fourreur endosse l'habit d'un personnage qu'il n'est pas. Il n'est ni celui qui met à mort ou qui décharne, ni celui qui se salit à tanner ou qui pollue à teindre. Du trappeur au marchand s'égrènent un grand nombre d'actions techno-culturelles qui transforment l'animal vivant en dépouille luxueuse et à partir desquelles s'organise un réseau commercial complexe. Le fourreur confectionne le produit fini et le vend. Ce qui le distingue du chasseur, de l'éleveur, du tanneur et du commerçant par exemple, c'est qu'il peut remonter la chaîne de production presque jusqu'à son début, alors que les autres y occupent des positions fixes. Non pas qu'il dégraisse et sèche les peaux, ou qu'il les teigne lui-même, mais il les achète à un stade plus ou moins avancé de leur transformation pour ensuite déléguer le travail d'apprêt. De la mise à mort à la dernière touche, les techniques de préparation des peaux s'apparentent au secret qui règne autour des animaux de boucherie (Vialles 1987). Si élevages et abattoirs restent éloignés des regards, il ne subsiste à l'étal du boucher rien qui puisse rappeler la réalité du corps de l'animal. Les morceaux de viande portent même de jolis noms. Il n'en va pas de même de certaines boutiques de quartier qui montrent encore trop la mort (« Voilà, vous les voyez ces peaux qui pendent »), contrairement aux magasins de luxe qui évacuent toute allusion à la matière première.

27Dans les esprits, les animaux utilisés par les fourreurs malgré l'ampleur de l'élevage industriel, et probablement à cause de cette ampleur, continuent d'appartenir au monde sauvage. Ils subissent un processus de familiarisation par lequel seront moins concernés leurs congénères élevés dans des conditions artificielles. On a vu que la spécialisation était une tendance prédominante du « système domesticatoire occidental ». Elle hypertrophie la gratuité attachée à certaines espèces et occulte l'utilité des autres. Les attitudes urbaines actuelles poussent jusqu'à son extrême limite la spécialisation des animaux : zoolâtrie d'un côté et hyperexploitation de l'autre. Il s'agit en somme de gérer une alternative qui se pose en ces termes : intégrer ou exploiter, c'est-à-dire établir des rapports tantôt de proximité, tantôt d'éloignement. La place de certaines espèces sauvages varie en fonction des actions qui leur sont adressées. En octobre 1988, des millions de dollars ont été dépensés pour libérer deux baleines grises de Californie prises dans les glaces de l'Alaska, bien qu'environ 2 000 d'entre elles soient exterminées chaque année (Man 1988). C'est souvent le rôle attendu de l'animal qui détermine l'agencement et la modification de différentes techniques. Il existe donc des possibilités de jouer sciemment sur les divers états – sauvage, apprivoisé, domestique et familier – et d'agir de façon différenciée selon les animaux auxquels on a affaire. Pour que les animaux acquièrent un statut de compagnon, un mouvement d'identification à leur égard est nécessaire, mouvement qui passe aussi bien par la récognition philosophique que par l'application de techniques domesticatoires de familiarisation. Une des particularités de l'élevage des animaux familiers consiste à rendre l'animal dépendant, tout en le miniaturisant afin de l'enfermer dans le rôle de l'enfant perpétuel (Laurence 1989). Les photographies de bébés phoques et de renardeaux couramment employées dans les campagnes antifourrure jouent délibérément d'un sentiment de protection que connaissent bien les parents à l'égard de leurs enfants. Pour qu'un animal soit familier, il ne doit en aucun cas travailler ni être tué. Il n'est pas question non plus d'exploiter sa dépouille. C'est pourtant ce qui arrive aux animaux à fourrure. Les protectionnistes rappellent l'interdit qui protège les animaux familiers quand ils jettent l'anathème aussi bien sur les fourreurs, qui écorchent les corps, que sur les femmes qui portent ces peaux sur le dos. C'est dans le sang une fois encore que se formulent les émotions ; celui des animaux mêlé au mal rouge des femmes, celui qui laisse un sillon malsain derrière le manteau que traîne nonchalamment le mannequin sur l'affiche noire et carmin de la Protection suisse des animaux (PSA).

28Le réseau commercial des fourrures fait faire aux sauvagines et aux pelleteries domestiques un tortueux voyage qui ressemble à la longue transformation du monde sauvage en un monde démesurément sophistiqué auquel certaines femmes ne veulent plus forcément contribuer. D'autres pourtant n'hésitent pas à reconduire le rôle ancestral de la femme tant décrié. On a vu nombre d'actrices (Anouk Aimée : « La cruauté ce n'est pas mon style, je porte de la fausse fourrure ») et de top models sensuellement enveloppés dans une fourrure, artificielle cette fois, promouvoir ainsi un nouveau produit baptisé « fourrure écologique ». La vraie fourrure est, elle, teintée pour ressembler à la fausse et connaît un relatif succès. Elle ne pourrait toutefois se permettre les libertés dont fait preuve sa concurrente. En effet, lors d'un défilé télévisé, une maison de confection propose toute sa collection en fausse fourrure et les manteaux sont faits de renards reconstitués, attachés les uns aux autres par la queue, les pattes et la tête.

29La sympathie envers les animaux correspond sans doute à un mouvement qui s'enracine dans des valeurs dites féminines parce que la lutte contre la cruauté peut être comprise comme l'extension du rôle familial de la femme dans le domaine public. On ne s'étonnera donc pas que, dans le cadre traditionnel de la division sexuelle du travail, les femmes y jouent un rôle prépondérant. Il serait toutefois faux de conclure purement et simplement à une relation mécanique de complémentarité entre travail domestique et domestication animale. La division sexuelle du travail, son poids dans le processus de production et de reproduction sociales, inscrit idéologiquement les activités féminines dans l'horizon indépassable des lois de la nature. La présence animale sert aux humains à échanger des valeurs symboliques : appropriation de la nature, socialisation, différenciation et subordination des groupes et des individus, prestige et ostentation, esthétisme, etc. Personne ne renonce réellement au rôle que jouent la fourrure, sa production et son port, seuls les moyens d'y accéder ont changé. La fourrure est nature domestique, humanisée, installée dans les murs de notre société. Pervertie en son essence, elle donne l'illusion de reproduire – artificiellement et synthétiquement – une nature factice.

Haut de page

Bibliographie

Aghulon M., 1981. « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au xixe siècle », Romantisme, n° 31, pp. 81-109.

Association professionnelle suisse de la fourrure, 1991. Le secteur de la fourrure en 40 questions : un point de la situation objectif et informatif, Lausanne, APSF (section romande).

Boucher F., 1965. Histoire du costume en Occident de l'Antiquité à nos jours, Paris, Flammarion.

Brézillon M., 1969. Dictionnaire de la préhistoire, Paris, Librairie Larousse.

Chanteur J., 1993. Du droit des bêtes à disposer d'elles-mêmes, Paris, Ed. du Seuil.

Chapouthier G., 1990. Au bon vouloir de l'homme, l'animal, Paris, Denoël.

Delort R., 1978. Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Age vers 1300-1450, Rome, Ecole française de Rome/Palais Farnèse, fascicule 236e, 2 vol.

1986. L'histoire de la fourrure de l'Antiquité à nos jours, Lausanne, Edita Lazarus.

Digard J.-P., 1993. « Perspectives anthropologiques sur la relation homme-animal domestique et sur son évolution », in Durand R. (ss la dir. de), L'homme, l'animal domestique et l'environnement du Moyen Age au xviiie siècle, Nantes, Centre de recherches sur l'histoire du monde atlantique de l'université de Nantes/Ouest Editions, Enquêtes & documents, n° 19, pp. 21-27.

Favre-Vassas C., 1994. La bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Gallimard.

Ferry L., 1992. Le nouvel ordre écologique. L'arbre, l'animal et l'homme, Paris, Grasset.

Fiske J.-A. et C. Mufford, 1995. « Carrier women on the trapline », Seventh North American Fur Trade Conference, Saint Mary's University, Halifax, 24-27 mai.

Gaard G. (ss la dir. de), 1993. Ecofeminism. Women, Animals, Nature, Philadelphie, Temple University Press.

Girard G., 1991. La peau des autres, Paris, Alcuin.

Goffi J.-Y., 1994. Le philosophe et ses animaux. Du statut éthique de l'animal, Nîmes, Ed. Jacqueline Chambon.

Gorre J.-F., 1991. « Travailler le vison. Les fourreurs français et grecs », Terrain, n° 16, pp. 78-87.

Harner M. J., 1977. « The ecological basis for Aztec sacrifice », American Ethnologist, n° 4, pp. 117-135.

Harris M., 1979. Cannibales et monarques : essai sur l'origine des cultures, Paris, Flammarion (éd. orig. : Cannibals and Kings. The Origin of Cultures, New York, Random House, 1977).

Heymann, 1994. « Italie, la culture en état de choc », Le Monde, 21 avril.

Jordanova L., 1989. Sexual Visions. Images of Gender in Science and Medecine between the Eighteenth and Twentieth Centuries, Madison/Wisconsin, Wisconsin University Press.

Lansbury C., 1985. The Old Brown Dog : Women, Workers, and Vivisection in Edwardian England, Madison (Wisconsin), Wisconsin University Press.

Laurence E. A., 1989. « Neoteny in american perceptions », in Hoage J.R. (ss la dir. de), Perceptions of Animals in American Culture, Washington DC/Londres, Smithsonian Institution Press, pp. 57-76.

Lévi-Strauss C., 1967 (1949). Les structures élémentaires de la parenté, Paris/La Haye, Mouton & Co.

Man J., 1988. « Whales, hype, hypocrisy », The Washington Post, 28 octobre.

Milliet J., 1995. « Le statut aléatoire de l'animal familier : les exemples du bouledogue et des animaux de laboratoire », in Lizet B. et G. Ravis-Giordani (ss la dir. de), Des bêtes et des hommes. Le rapport à l'animal : un jeu sur la distance, Paris, Ed. du CTHS., pp. 119-132.

Moscovici S., 1972. La société contre nature, Paris, UGE.

Newkirk I., 1991. Save the Animals : 101 Easy Things You Can Do, Londres, Angus & Robertson.

1992. Free the Animals : the Untold Story of the U.S. Animal Liberation Front and its Founder, « Valérie », Chicago, Noble Press.

Pelosse V., 1981. « Imaginaire social et protection de l'animal. Des amis des bêtes de l'an X au législateur de 1850 », L'Homme, n° 21 (4), pp. 5-33.

1982. « Imaginaire social et protection de l'animal. Des amis des bêtes de l'an X au législateur de 1850 », L'Homme, n° 22 (1), pp. 34-51.

Pierre E., 1989. « Une société sous la monarchie de Juillet : la SPA. Formation, idéologie, sociologie, in Couret A. et F. Ogé (ss la dir. de), Homme, animal, société, tome III : Histoire et animal, vol. 1, Toulouse, Presses de l'Institut d'études politiques de Toulouse, pp. 315-331.

Pouchelle M.-C., 1981. « Des peaux des bêtes et des fourrures. Histoire médiévale d'une fascination », Le temps de la réflexion, II, Gallimard, pp. 403-438.

Regan T., 1988. The Case for Animal Rights, Londres, New York, Routledge.

Richard G., 1968. « Domestication », Encyclopedia Universalis V, Paris, pp. 748-752.

Ryder R.D., 1974. Specism : the Ethics of Vivisection, Edimbourg, Scottish Society for the Prevention of Vivisection.

Sauer C.O., 1969 (1952). Agricultural Origins and Dispersal. The Domestication of Animals and Foodstuffs, Cambridge (Mass.), The MIT Press.

Serpell J., 1986. In the Company of Animals : a Study of Human-Animal Relationships, Oxford, Basil Blackwell.

Sexé M., 1923. Histoire d'une famille et d'une industrie pendant deux siècles, 1723-1923, Paris, Plon.

Singer P., 1993. La libération animale, Paris, Grasset (éd. orig. : Animal Liberation, New York, New York Review of Books, 1975).

Thévenin R., 1947. Origine des animaux domestiques, Paris, PUF.

Torres F., 1989. « La nature contre l'histoire. Indigènes et mammifères marins en Amérique russe et dans les Aléoutiennes du xviie à nos jours », in Couret A. et F. Ogé (ss la dir. de), Homme, animal, société, tome III : Histoire et animal, vol. 1, Toulouse, Presses de l'Institut d'études politiques de Toulouse, pp. 105-133.

Van Kirk S., 1980. « Many tender ties ». Women in Fur-Trade Society in Western Canada, 1670-1870, Winnipeg, Watson & Dwyer Publishing Ltd.

Vialles N., 1987. Le sang et la chair. Les abattoirs des pays de l'Adour, Paris, ministère de la Culture/Ed. de la Maison des sciences de l'homme.

Zeuner F.E., 1963. « The history of the domestication of cattle », in Mourant A.E. et A.E. Zeuner (ss la dir. de), Man and Cattle, Londres, Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, pp. 9-19.

Haut de page

Notes

1Afin d'alléger le texte, les défenseurs des animaux seront appelés « protectionnistes », néologisme emprunté à l'anglais.
2Cette tendance se confirme dans les publicités. La fausse ou vraie fausse fourrure sauvage est à ma connaissance le plus souvent présentée par des métisses. Certaines d'entre elles évoluent nues et flanquées d'une queue dans un paysage de savane africaine.
3Beaucoup de femmes ont participé à la traite de la fourrure dans l'Ouest canadien de 1670 à 1870 (Van Kirk 1980). Des Indiennes d'abord, puis des métisses épousaient des trappeurs et des marchands auxquels elles transmettaient certaines techniques. Elles facilitaient les contacts avec leur peuple, peuple qu'elles cherchaient parfois à fuir. Jusqu'au milieu des années 50, au centre de la Colombie britannique, nombre d'entre elles exerçaient encore ce métier (Fiske et Mufford 1995).
4« Ce n'est qu'après 1885 qu'on voit apparaître le terme de manteau s'appliquant non plus à un pardessus long ou court, avec ou sans manches, mais bien à un vêtement long fermant devant et à manches longues [...] » (Boucher 1965 : 396).
5PFIT. Politics of the Fur Trade, reportage de l'Office national du film du Canada (1991), réalisé par Nigel Markharn et diffusé en version française par la télévision suisse romande lors de l'émission Temps présent, le jeudi 21 novembre 1991.
6Voir également les positions des écoféministes nord-américaines (Gaard 1993).
7On peut en effet s'interroger sur la tournure qu'auraient pris les rapports entre humains et entre humains et animaux si, plus que la souffrance, le plaisir avait servi de point central de discussion.
8C'est sous le nom de Confédération des métiers et utilisateurs des ressources de la nature (COMURNAT), créée en France en 1990, que se regroupent les différentes professions qui dépendent des produits de la nature.
9Au VIIe millénaire avant notre ère au Proche et Moyen-Orient, et au IIIe millénaire en Amérique centrale (Brézillon 1969).
10Société protectrice des animaux qui, en France, a été fondée le 2 décembre 1845.
11Table ouverte, Radio Télévision suisse romande, dimanche 24 novembre 1991.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Millet J., 1996, « Au cœur du politically correct. La dIscorde entre les fourreurs et les défenseurs des animaux », Terrain, n° 27, pp. 147-158.

Référence électronique

Jacqueline Milliet, « Au cœur du politically correct », Terrain [En ligne], 27 | septembre 1996, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3402 ; DOI : 10.4000/terrain.3402

Haut de page

Auteur

Jacqueline Milliet

CNRS, Museum national d'histoire naturelle, Paris

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals