Navigation – Plan du site
L'argent en famille

L’argent en famille

Nicolas Journet
p. 5-12

Résumés

La famille est une structure légale, morale et affective gouvernée par la mise en commun des biens, le partage des ressources, le devoir d’assistance et l’héritage du patrimoine. L’argent est un moyen d’échange dont le pouvoir dissolvant des relations affectives et personnelles est souvent souligné. Comment ces deux réalités cohabitent-elles? D’un côté, les faits montrent que le contenu des relations familiales n’est pas allergique à l’échange comptable et à la monétarisation des soins, des affects et des devoirs de solidarité. De l’autre, l’observation fine des raisons des acteurs fait apparaître que la définition même des liens familiaux exige la mise à distance de la logique des intérêts. Les exemples développés dans ce dossier laissent transparaître en tout cas que s’il existe bien une économie des liens familiaux, sa maxime n’est – même pour les moins confiants d’entre eux (couples séparés) – pas celle du marché et de l’équilibre des intérêts. Les rapports d’argent y sont gouvernés par des normes d’équité dont l’établissement fait appel à des valeurs morales et affectives.

Haut de page

Texte intégral

1La famille fait-elle bon ménageavec l’argent ? Personne n’oserait nier qu’il existe une « économie familiale » comme il en existe de « nationales » et de « régionales ». Pourtant, l’introduction sans autre forme de procès des fins et des moyens de l’analyse économique standard dans le cercle des ménages et des liens de parenté ne se fait pas sans un sentiment de malaise. L’obstacle ordinairement identifié est celui de la nature des rapports qui – sous peine d’échec ou de réprobation – devraient structurer la famille : l’amour, l’affection et la solidarité en sont les principes, le partage et la générosité, les maximes, les dettes incalculables, les conséquences. Cette résurgence obstinée de la querelle entre les « passions » et les « intérêts » n’est pourtant pas, comme le développe Viviana Zelizer, le fin mot de l’affaire. La question posée par l’observation fine des rapports d’argent entre parents, proches ou intimes est celle de l’importance de ses pouvoirs signifiants. L’approche substantielle des faits rapportés dans les études qui suivent montre que la circulation des revenus, des aides, des pensions, des patrimoines et des héritages n’est pas gouvernée par le libre jeu des intérêts, mais par des normes de confiance, de proximité, de sollicitude, sinon des sentiments de devoir ou de culpabilité. Il s’avère donc que l’argent, les ressources et les services circulent dans la famille sans pour autant signifier que ses membres ne sont que des acteurs libres et rationnels. Toutefois, la convertibilité n’est pas totale. Il existe aussi des occasions où, entre parents et conjoints, l’usage de l’argent se révèle pénible, inapproprié, voire est assimilé à une tentative de nier les liens de l’affection et du sang. Pourquoi l’argent se révèle-t-il tantôt l’ami, tantôt l’ennemi de l’amour filial ? Visiblement, la réponse est à chercher ailleurs que dans les théories de la nature rationnelle de la monnaie, et se cache plus vraisemblablement dans l’analyse fine des manières dont les acteurs apprécient, soupèsent et justifient les usages qu’ils font de l’argent, leur conformité à la nature de leurs relations intimes et les frontières qu’ils établissent entre le monde marchand et celui de la famille.

2« L’analyse historique, écrit Jean-Claude Kaufmann (1996 : 13), permet de mettre en évidence un mouvement continu d’externalisation, ayant débouché sur la formation de vastes secteurs publics et industriels. L’éducation ou la santé donnent une idée de l’étendue des tâches nouvellement structurées dans le domaine public. » Tous ces services renferment, à des degrés divers, une certaine quantité de travail qui, en d’autres temps, aurait été fournie gracieusement au sein de l’unité familiale et au nom des charges qui incombaient à chacun. Ce point de vue rétrospectif montre bien que les frontières du monde du travail et de la famille sont, à l’échelle de l’histoire, loin d’être fixes. Mais leur déplacement ne se fait pas sans difficultés ni controverses, témoignant que, par principe, les rapports familiaux ne sont pas identiques à ceux que gouvernent les contrats commerciaux.

3Dans un article publié en 2003, Florence Weber (Weber, Gojard & Gramain 2003 : 57) développait un exemple révélateur. Lors du règlement d’une succession en milieu rural, au xxe siècle, un fils tente de faire valoir des droits supplémentaires sur l’héritage au motif qu’il s’est longuement occupé de ses parents invalides, qui par ailleurs ne manquaient pas de ressources financières. Il argue du fait que ses parents ont ainsi réalisé des économies de services payants, tandis que lui-même se sacrifiait, notamment sur le plan professionnel. Il entend donc toucher le montant des soins qu’il a dispensés à ses parents. Que répondent les tribunaux ? Un premier (la cour d’appel) le déboute, considérant que l’homme n’a fait qu’accomplir un « devoir moral personnel » : l’enrichissement reconnu des parents n’est que la conséquence d’une observance scrupuleuse des obligations de solidarité existant dans la famille, en particulier entre parents et enfants, mais aussi au-delà.

4La Cour de cassation, elle, lui donne raison : le fils sera indemnisé car, même s’il n’a fait que son devoir, son action a amené un « enrichissement sans cause » des parents et un appauvrissement personnel du requérant. Cette décision finale, précise l’auteur, « ouvre une brèche dans la distinction entre le domaine des relations familiales pensées par le droit comme “dévouement, devoir moral, désintéressement et sentiment”, et le domaine des relations contractuelles, dans lesquelles toute peine mérite salaire ». Elle fera donc jurisprudence, mais n’oublions pas qu’elle fut précédée de peu par un jugement qui s’inspirait d’une maxime contraire : à savoir, que la solidarité familiale ne se rémunère pas, ni ne s’indemnise.

5Source d’alternative juridique, les dettes familiales ne représentent, dans le cadre de la réflexion proposée par Viviana Zelizer en ouverture de ce dossier, qu’un cas particulier dans le champ beaucoup plus vaste et diversifié des transactions marquée par l’ » intimité ». Elles existent non seulement au sein des relations caractérisées par la proximité affective et la solidarité (le couple, la famille, les amis), mais aussi dans de nombreuses autres relations de service impliquant la confidentialité et/ou l’engagement personnel (service domestique, médecine, garde des enfants, etc.). Ce périmètre relationnel contient en particulier ce qu’aujourd’hui la sociologie anglo-saxonne féministe a rassemblé sous le nom de care (relation de soin), en tant que travail ignoré ou seulement partiellement pris en compte dans le bilan des services rendus dans divers contextes, familiaux ou non.

6Le care, écrit Arlie Russell Hocschild (2003 : 214), est un « lien émotionnel, en général mutuel, par lequel le dispensateur des soins se sent tenu pour responsable du bien-être des autres et effectue un travail intellectuel, physique et émotionnel pour y atteindre ». Son exercice prototypique est la maternité qui accrédite l’idée que les dispositions familiales sont le modèle des relations d’intimité.

7La sociologie de la famille, de même que les considérations sur les relations intimes, ne peut échapper à la nécessité de définir la spécificité des échanges qui la constituent. La tradition sociologique française, par exemple, traite la famille comme une institution dont les règles diffèrent de celles du travail et de la société civile : la famille est une communauté « naturelle » fondée sur la solidarité, le partage des biens et l’affection, qui ne se réduit pas d’ailleurs à son cadre légal (Durkheim 1975 [1892]). Ce genre de considération forme le point de départ de la réflexion de Viviana Zelizer sur les difficultés que présente, quelle que soit la solution adoptée, l’interprétation des rapports familiaux et intimes en général. L’exposé des calculs d’indemnisation aux familles des victimes du 11 septembre 2001, la simple observation des pratiques de services domestiques, et bien d’autres aspects de la circulation de l’argent dans le périmètre de l’intime suffisent à montrer que les services entre proches peuvent, non sans peine parfois il est vrai, être soumis à la mesure comptable. Pour le mettre dans les termes de l’auteur, les relations intimes ne peuvent être considérées comme liées intrinsèquement aux échanges économiques, car les unes et les autres ne cessent de se « croiser ». Ce seul fait suffit, à ses yeux, à disqualifier les théorèmes de séparation radicale entre les « sphères » de l’économie fondée sur le marché et de l’intime fondé sur des règles et des affects.

8D’autres tentatives théoriques, consistant à rendre compte des transactions familiales en les ramenant à des calculs rationnels de maximisation des ressources, ou à toute autre forme d’argument unique (domination, arbitraire normatif culturel), sont également écartées, faute de rendre compte de la concrétude de la complexité des faits.

9La ségrégation des logiques intimes et marchandes n’est en effet pas seulement le fait des sociologues, mais du jugement ordinaire. La dénégation des intérêts marchands dans les rapports familiaux, l’opposition des « passions » et des « intérêts », les jugements différenciés portés sur les transactions selon le contexte où elles s’insèrent : tout cela fait partie du regard et du discours ordinaires sur la famille, les liens privés et les rapports sociaux. Ainsi, la morale contemporaine veut que l’on se marie par amour, et non pour le degré de fortune du conjoint. Beaucoup de gens prennent soin de ne pas mélanger les affaires et l’amitié. La norme de l’intimité veut que ni l’intérêt, ni le pouvoir, ni la contrainte sociale ne soient l’argument principal de la relation. On retrouve là une complexité déjà amplement constatée par l’anthropologie du don, qui repose entièrement sur le fait que le don est toujours un échange, même s’il se présente comme « gratuit », qu’il ne tolère pas le marchandage, même si le calcul n’est pas absent, etc. Comment concilier ces faits, et dépasser les impasses des théories dichotomiques ? Viviana Zelizer n’avance pas une autre théorie, mais une approche hiérarchisée de la description des faits. Il faut distinguer, explique-t-elle, les relations, les transactions et les moyens d’échange. Ce sont les relations qui sont catégorisées et posées d’abord : elles supposent des degrés variables de confiance, de risque partagé, de longévité, et possèdent – pour certaines au moins – des cadres institutionnels et légaux distincts. Les types de transactions et les moyens d’échange sont ensuite profilés de manière à s’ajuster à cette relation, et à en manifester la nature, selon une échelle de variation continue allant de l’intime à l’impersonnel, du plus durable au plus ponctuel. Ainsi, on se gardera de toute simplification problématique en observant qu’une transaction marchande n’est pas forcément contraire à une relation d’amitié, que l’emploi d’une baby-sitter ne mène pas obligatoirement à une qualité de soins inférieure parce que la relation est remunérée, etc. Si l’on veut prendre la peine, on trouvera facilement qu’il existe des façons de commercer adaptées à tous les contextes de relations : dans les familles d’agriculteurs, on s’achète et on se vend des terres et des équipements, entre amis, on se revend des voitures ou des vêtements de marque. A suivre Viviana Zelizer, le problème n’est pas d’avoir des échanges comptables avec des proches, mais d’ajuster la transaction à la relation : on inclura des éléments « immatériels » dans l’échange, ou on fera des prix « d’amis ». Les termes particuliers des transactions ne procèdent pas d’» anticipations rationnelles » complexes, mais représentent un ajustement du rapport marchand à la relation à entretenir, et en manifestent le contenu.

La famille et l’argent

10La monnaie, selon Alain Testart (Testart et al. 2002), a pour intention et raison de permettre l’échange anonyme. La transaction marchande libère les partenaires l’un de l’autre, les autorisant ainsi à se déplacer sur le marché au gré de leurs intérêts. La rationalité économique consiste à satisfaire les intérêts ou les préférences des acteurs individuels. Le marché est le lieu de cet état de choses. Toutes ces propriétés, qui sont celles des « moyens » et des « transactions » et des lieux de l’économie sont a priori opposées à celles des relations familiales, qui se donnent pour indéfectibles ou du moins sans limites posées d’avance, généreuses et souvent contraignantes, soumises à des règles légales ou coutumières. Certes, nous verrons plus loin, l’argent y circule nécessairement et ordinairement, mais selon des modalités particulières, plus ou moins contractuelles ou imposées : le partage, la mise en commun et le don gratuit. Qu’en est-il hors de ces circonstances et de ces formes convenues ?

11Le travail d’Evelyne Ribert suggère que l’usage de l’argent peut devenir problématique, comme si la monnaie, dans certaines situations particulières, retrouvait ses propriétés d’origine, et se révélait un mauvais « moyen d’échange ».

12Dans les relations d’aide personnelle à un enfant ou un parent pauvre, l’argent est mal venu et on lui préfère l’aide en nature. L’argent peut même devenir un marqueur de distance. Lorsqu’il est donné, c’est discrètement, et, dans un cas au moins, il se substitue à l’aide en nature pour bien marquer qu’une distance est intervenue, car un désaccord existe sur son emploi : « L’argent ne pervertit pas le lien, mais semble révéler des relations difficiles », écrit Ribert. De fait, donner de l’argent n’implique pas que l’on partage les objectifs du donataire. En revanche, recevoir un don en nature suppose que l’on accepte ceux du donateur.

13D’où, deuxième argument, l’idée que la préférence pour les aides en nature régulières est sous-tendue par le partage d’objectifs communs : les dons reçus en nature participent d’un projet, plus ou moins explicitement énoncé et accepté, menant en principe à la fin de la dépendance, c’est-à-dire, à terme, ouvrant la porte à une forme de réciprocité. Ribert note ainsi que, pour des parents dépendants, le fait d’employer l’aide reçue de leur famille pour bien élever leurs enfants peut être une façon de déléguer à la génération suivante le soin de « payer de retour » leurs bienfaiteurs. Du côté des donateurs, le choix des dons en nature – la plupart du temps conçus comme « sans retour » – n’est pas dénué d’un souci de contrôle : selon les mots de Simmel, l’argent rend libre. Dans ce contexte particulier, il autorise la négation de la dépendance, ce qui ne fait pas forcément l’affaire du donateur.

14Dernier argument enfin, souligne Evelyne Ribert, l’argent est un instrument comptable. Cette dimension de son usage ne peut être effacée que par un geste délibéré lorsque, par exemple, il est mis en commun et dépensé sans compter au sein d’un couple. Les relations d’aide, elles, reposent sur la fiction d’un échange : les bénéficiaires rendent des services à leur bienfaiteur. Dans ce cas, l’argent est gênant, car il apparaît comme l’équivalent du service rendu, qui devient un « travail remunéré » et au pire instaure un rapport de commanditaire à prestataire. Il manifeste une logique étrangère à l’esprit de famille, ou peut-être faudrait-il dire transforme une relation durable de dépendance en un rapport ponctuel et statutairement asymétrique. Dans ce cas-là au moins, l’argent apparaît comme un média inapproprié, capable de transformer une relation d’aide en rapport de servitude. On peut faire l’hypothèse qu’il en va ainsi parce que ces relations d’aide sortent du cadre attendu de la solidarité familiale, et des responsabilités qui incombent normalement aux parents : que l’on sache, il est tout à fait anodin et normal que des parents fournissent régulièrement leurs enfants en argent de poche, comme le montre Patrick Ténoudji. Les relations d’aide partent d’une tout autre définition : quoique la loi l’impose (en France), l’aide ne relève pas du devoir, mais du don entre personnes libres et égales, entretenant éventuellement la fiction de la mutualité des prestations. Ici encore, on constate que la définition des relations exerce une contrainte forte sur la nature des transferts et impose certaines formes de transactions plutôt que d’autres. On est, il est vrai, dans l’ordre de la pratique, et non du droit.

Partage et échanges au sein du couple

15Les observateurs contemporains constatent la « désinstitutionnalisation » galopante de la famille. Les responsables en sont la désaffection à l’égard du mariage, les séparations fréquentes et l’écart croissant entre les foyers réels et les liens de filiation. Les pouvoirs publics s’efforcent d’encadrer ce mouvement en maintenant des normes de solidarité obligatoires. Le droit judiciaire intervient désormais là où il était le plus souvent rendu superflu par les arrangements informels ou par les normes coutumières. Mais la sociologie compréhensive, tout comme l’anthropologie, s’intéresse de préférence à la pratique et à son autonomie par rapport au droit. En matière d’obligations matérielles, le droit du mariage ne comporte que quelques dispositions générales sur l’assistance mutuelle, le partage des dettes et la mise en commun du patrimoine. Il laisse par ailleurs le loisir d’établir des contrats privés. L’union libre est, par définition, pratiquement dépourvue d’obligations. Le couple est donc, eu égard à la gestion de l’argent, ouvert à toutes sortes d’arrangements.

16Les différentes formules de redistribution de l’argent que Delphine Roy identifie sont au nombre de trois : le partage inconditionnel, les transferts comptables et la mise en commun limitée pour des objectifs communs. La première formule correspond à l’» idéal du couple indivisible, de la famille unie », et devrait-on ajouter de l’» amour fusionnel », qui tient à distance toute forme de calcul et de transaction conditionnelle. Le problème de la dette, celui de l’équité, ne se posent pas : on est dans le registre de ce que Marshall Sahlins appelait la « réciprocité généralisée » (1976), régime qu’il considérait, de manière universelle, propre à l’économie du groupe domestique. La deuxième formule, plus répandue dans les classes moyennes et jeunes, repose sur des transferts univoques ou mutuels, calculés sur la base des dépenses liées aux tâches de chacun dans le ménage : les revenus individuels entrent en compte, et les transferts se traduisent surtout par un versement mensuel du mari vers la femme. Il s’agit cette fois d’un échange, où entrent en compte les tâches et les dépenses assurées par chacun, plus la « générosité », le tout sur fond de calcul comptable. Enfin, troisième formule : la mise en commun limitée, pour les « dépenses communes », en général à parts égales ou encore au proprata des revenus personnels des conjoints.

17Mis à part la première, ces pratiques introduisent dans le couple des usages comptables qui peuvent être désagréables à négocier parce que contraires à l’idéal fusionnel de l’union amoureuse. Elles cherchent de plus à se conformer à une norme d’égalité formelle entre les individus, mais aussi entre les sexes, qui, paradoxalement, peut aboutir à mettre en évidence une inégalité de fait, ou limiter les projets communs du couple. En fait, la propriété individuelle des revenus n’est remise en cause que pour des projets communs importants (achats immobiliers, épargne).

18Quand elle ne met pas en œuvre l’idéal de partage, l’économie moderne du couple ne se trouve donc pas tant confrontée à l’irruption des rapports marchands qu’aux effets pas toujours maîtrisables du don, qui à la fois gratifie et oblige : une femme devient-elle, comme le ressentent certaines, dépendante de son mari dès lors qu’elle verse moins d’argent au compte commun ? Faut-il en déduire que l’économie conjugale, après s’être libérée des lourdes contraintes du rang et du patrimoine, cherche aujourd’hui à s’affranchir des injustices du marché, du travail ?

19On mettra avec profit ces observations en regard des correspondances anciennes analysées par Tiphaine Barthelemy : les tractations préalables aux noces du nobliau Pierre Brossaud, vers 1835, sont révélatrices d’un état institutionnel du mariage qui ne cache pas son jeu. On y comptabilise soigneusement, et avant toute chose, les promesses de dot et d’héritage. Mais s’il fallait encore une fois souligner qu’il s’agit d’une relation sociale, et pas seulement financière, on retiendrait l’importance du rang dans cette négociation : gentilhomme de fraîche date, Pierre Brossaud ne résiste pas à l’attrait d’une union avec plus noble que lui, et s’accommode d’une dot médiocre. Autre temps, autre mœurs, mais finalement même dispositif menant à construire l’intimité à l’aide de valeurs a priori incommensurables, mais échangeables : le rang social contre la rente, l’égalité des sexes contre un versement bancaire. Toutefois, l’antagonisme argumentaire entre les « intérêts » et les « passions » est également illustré par le cas, presque contemporain du précédent, de cet aîné de famille bretonne pressé de se faire attribuer le manoir paternel, au détriment de sa sœur cadette : il use pour cela d’arguments ad hoc, invoquant les nécessités de sa position sociale et la « perpétuation du lignage », face à un père qui trouve choquant de parler d’héritage avant sa mort, et entend être juste avec ses enfants (l’aîné a déjà reçu une terre). Il fait des remontrances à son fils pour son peu de sentiments, mais finit par céder à contrecœur, et « au nom de l’ordre ancien ».

Transformations des relations et arrangements privés

20Plusieurs contributions à ce dossier s’intéressent au moment où la séparation ou la mort remettent en cause les liens de famille, ou du moins les transforment. En matière d’héritage comme de séparation des ménages, les règles de droit ont, en principe, la haute main sur la répartition des patrimoines et l’encadrement des pensions alimentaires. Mais les dispositions légales, essentiellement favorables à l’affirmation ou au maintien des liens de filiation, sont loin d’épuiser la pratique : soit parce que des degrés de liberté existent, soit parce que des arrangements privés sont jugés préférables. Les choix qui sont alors opérés reposent sur des arbitrages dont les raisons et les intentions sont extrêmement diverses. Leur examen pose une fois de plus la question de savoir ce que l’argent, lorsqu’il se substitue aux relations d’intimité, vient compenser et selon quels critères les transferts sont évalués. Or, si l’examen de ces pratiques ne vient nullement remettre en cause le principe énoncé par Viviana Zelizer – le contenu et la nature des relations intimes sont posés avant que les acteurs ne s’orientent vers une forme spécifique de transaction –, on perçoit aussi en retour que les transferts d’argent effectivement réalisés sont une manière de dire l’état d’une relation, de manifester des dispositions affectives ou de reconnaître une dette. Disposant d’un espace propre (vis-à-vis du droit), l’argent familial (qu’il soit patrimoine ou revenu) est un moyen d’échange, mais, à la différence du marché financier, n’est pas la mesure de toutes choses.

21Florence Weber montre ainsi comment, à la faveur d’une liberté de tester propre au droit catalan, une femme répartit ses possessions selon des préférences personnelles, fondées sur l’affection, la proximité et la prise en charge, indépendamment des liens du sang, et même de ceux du mariage, puisqu’il s’agit de collatéraux de sa compagne de vie. Partiellement contesté, son arbitrage se heurte au fait que certains éléments de patrimoine identifiables (des meubles), cédés de manière informelle au sein d’un couple homosexuel, sont réclamés et font retour dans la lignée de leur posseseur initial. Ce qui amène Florence Weber à rappeler que la propriété familiale comporte au moins deux sortes de biens : la fortune acquise et le patrimoine, ce dernier étant en fait « en dépôt » et à transmettre dans la lignée. Il s’ensuit que la transmission du patrimoine et la prise en charge des personnes peuvent se limiter mutuellement : lors de la maladie de la défunte, ses héritiers présumés sont intervenus pour mettre fin à sa prise en charge par une gouvernante dépensière, et ce afin de préserver son patrimoine foncier, qui par ailleurs est destiné à leur échoir.

22Agnès Martial et Sylvie Cadolle abordent, quant à elles, les comptes des couples séparés, sujet d’actualité s’il en est. A. Martial met en lumière, à travers l’étude de plusieurs cas, les transformations que font subir à l’économie familiale la rupture de vie commune, la recomposition de nouveaux couples, et finalement l’émancipation des enfants. La rupture du foyer parental réduit les échanges dans le couple à une seule « cause commune », les enfants. L’asymétrie de la garde des enfants fait que l’argent ne circule en général que dans un seul sens : la mise en commun cède la place aux prestations paternelles, et la norme d’égalité tend à s’effacer. Classiquement, d’ailleurs, les pensions alimentaires sont calculées sur les ressources, et non sur les dépenses. Mais Agnès Martial montre bien que, quel que soit l’état des relations, des arrangements privés tendent à intervenir, tenant compte d’autres critères : le refus de faire des comptes (qui équivaut à un maintien de la mise en commun), les dettes affectives (qui est responsable de la rupture), le maintien d’une norme d’équité acquise (reversement d’allocations), voire le renoncement à tout échange (pour mettre fin à la relation).

23La recomposition de l’un ou des deux couples marque une autre étape dans la définition des relations et des modalités d’échange : elle introduit de nouveaux acteurs, nouveaux conjoints, pseudo et demi-germains. Selon A. Martial, « au fil des nouvelles unions et des naissances, la peur de payer pour “l’autre”, nouveau conjoint et rival, et de financer à travers l’enfant une autre famille » affecte la relation entre parents séparés. Le calcul et les modalités de paiement des pensions sont alors fréquemment rediscutés, dans le souci de cibler l’aide sur l’enfant commun. Sylvie Cadolle, qui se penche longuement sur la situation des couples recomposés, attribue quant à elle un rôle clé à la belle-mère qui, « parce qu’elle se sent un droit sur les revenus de son mari », s’efforce avec le temps de réduire les aides dirigées vers les enfants d’un lit précédent de son conjoint. Bien qu’Agnès Martial ne fasse pas mention de cette posture classique (celle de la « marâtre » avare), il est possible que les deux arguments se conjuguent ou se succèdent : les soupçons de détournement sont le fait des maris séparés
et portent sur les pensions légalement dues, les accusations de dépenses injustifiées sont le fait des belles-mères et concernent surtout les aides personnelles (cadeaux, aides au logement) adressées aux enfants lorsqu’ils grandissent.

24Enfin, l’émancipation des enfants représente un troisième temps de redéfinition des pratiques : la réticence des pères à « alimenter » le nouveau foyer de la mère (qui se traduit par des retards ou des coupes) peut disparaître une fois que la pension est adressée directement à l’enfant. Du même coup, les échanges monétaire entre ex-conjoints tendent à cesser et ces sujets peuvent n’être plus du tout discutés : « Un pas supplémentaire est franchi dans la séparation. » Les enfants ont cessé d’être une « cause commune » mais, comme le remarque Sylvie Cadolle, « avec le passage de son enfant à l’âge adulte, le père peut échapper à une pension due à la mère et retrouver le régime normal d’une famille, qui est celui du don ».

25La relation avec le père peut donc se faire plus étroite, et est en tout cas rejouée à cette occasion. C’est l’objet privilégié de l’étude de Sylvie Cadolle, qui s’interroge sur la solidité des liens entretenus entre les pères séparés et leurs enfants. Elle conclut sur la disjonction des moments relationnels et des différentes modalités sous lesquelles l’argent circule : des pères absents et mauvais payeurs de pension pratiquent volontiers l’aide directe et les cadeaux, lorsque les enfants sont plus grands. « On ne peut établir de corrélation directe entre la faiblesse de la participation financière du père à l’éducation de ses enfants et la qualité de ses relations avec son enfant devenu adulte. » Par ailleurs, elle insiste sur le rôle restrictif des belles-mères, et l’absence de consistance des liens de solidarité avec le conjoint du père ou de la mère, sauf choix individuel.

26Tant que la famille a campé solidement sur ses bases institutionnelles et sociales, l’argent, fermement encadré par quelques grandes catégories d’usage, y circulait selon les normes propres au périmètre relationnel considéré : le revenu, mis en commun dans la maisonnée, le patrimoine, négocié entre alliés ou hérité dans le lignage selon une combinaison variable de règles de préséance et de normes d’égalité.

27Le moment de la transmission est particulièrement intéressant, car c’est celui où le décompte des biens et des droits de chacun doit être effectué. Il peut donner lieu à l’évaluation de biens immatériels qui, hors de ces circonstances, passeraient pour l’expression normale de soins familiaux. Ainsi, dans le cas exposé par Sibylle Gollac, on voit les héritiers Pilon mettre en balance les études qu’ils ont pu faire et l’attribution du fonds de boulangerie familial. Dans le capital à diviser entre alors une part faite de diplômes et de compétences acquises, « capital symbolique » écrit l’auteur, qui semble établir l’existence d’une convertibilité générale des valeurs véhiculées par les rapports familiaux en compétences culturelles et en positions sociales. Cette fois, la redéfinition de la substance de l’économie familiale pour y faire entrer des ressources intellectuelles a pour conséquence de réhabiliter l’analogie de forme entre le marché et les prestations familiales, ce qui pourrait donner lieu à débat.

28L’intérêt des études contemporaines tient en partie au fait qu’en raison de l’assouplissement des cadres institutionnels de la famille et de la valorisation des rapports électifs, les relations entre proches sont soumises à l’exigence d’une construction bilatérale fragile, et toujours « en train de se faire ». Les observations fines présentées dans ce dossier montrent que l’intervention de l’argent dans les liens de famille fragilisés ne les transforme pas, pour autant, en transactions marchandes et en contrats de services. Tout d’abord parce que entre parents et enfants, entre frères ou demi-frères, entre conjoints unis ou désunis, l’argent n’est qu’un moyen parmi les nombreux biens, services, affects et dispositions mutuelles qui composent le lien : comme le suggère Viviana Zelizer l’argent n’est pas l’objet le plus précieux des échanges entre proches ; il vient derrière la confidentialité, derrière le partage des risques, qui constituent les enjeux propres de l’intimité. Il ne saurait donc les définir, contrairement à la relation marchande pure, qui, pour autant qu’elle existe, s’épuise dans le paiement. Ensuite, parce qu’à écouter les acteurs, il apparaît que la conformité des transferts monétaires dans la famille est fonction de normes de « justice », « d’égalité », de « convenance personnelle », de « générosité », dont l’application met en balance toutes sortes de valeurs immatérielles ou simplement incommensurables : sentiments, disponibilité, proximité, fidélité, souci personnel, engagement, rôle parental, compétences, attachement… Bien qu’il ne soit pas dans les habitudes des économistes orthodoxes de reculer devant d’aussi insaisissables raisons d’agir – mais de les mettre, en tas, à la marge, et de fixer une mesure approximative à la hauteur du tas – on voit mal comment des productions humaines aussi hétéroclites et peu quantifiables pourraient être maîtrisées par les acteurs et mises au service de l’intérêt personnel, si ce n’est par quelque mécanisme mental caché qui nous échappe encore.

Haut de page

Bibliographie

Durkheim E., 1975 [1892]. « La famille conjugale », in Textes, présentés par Victor Karady, t. II, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun ».

Kaufmann J.-C. (dir.), 1996. Faire ou faire-faire ? : famille et services, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social ».

Russell Hochschild A., 2003. The Commercialization of Intimate Life, Berkeley (Californie, E.-U.), University of California Press.

Sahlins M. D., 1976. Age de pierre, âge d’abondance : l’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Testart A. et al., 2002. Aux origines de la monnaie, Paris, Errance.

Weber F., Gojard S. & A. Gramain (dir.), 2003. Charges de famille, dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Journet N., 2005, « L'argent en famille, Terrain, n° 45, pp. 5-12.

Référence électronique

Nicolas Journet, « L’argent en famille », Terrain [En ligne], 45 | septembre 2005, mis en ligne le 14 octobre 2008, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3504 ; DOI : 10.4000/terrain.3504

Haut de page

Auteur

Nicolas Journet

Equipe de recherche en ethnologie amérindienne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals