Navigation – Plan du site
L'argent en famille

Quand intérêts et sentiments se mêlent

Correspondances familiales aux XVIIIe et XIXe siècles1
Thiphaine Barthelemy
p. 29-40

Résumés

L’étude de correspondances échangées entre les membres de parentèles bourgeoises ou nobiliaires aux xviiie et au xixe siècles témoigne de la place centrale des affaires d’argent au sein de certaines familles et des négociations auxquelles elles donnent lieu. En quoi et comment l’expression des intérêts se mêle ou s’oppose à celle des sentiments et dans quelles configurations sociales s’inscrivent-elles ? On tentera d’interpréter ces correspondances dans une perspective à la fois structurale et temporelle, pour s’interroger tant sur le jeu des contraintes collectives et des aspirations individuelles qu’elles manifestent que sur l’évolution des « économies affectives » qu’elles seraient susceptibles de traduire

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte doit beaucoup aux remarques d’Anne-Marie Peatrik, Olivier Herrenschmidt et Raymond Jamous (...)
  • 2 Lettre de M. de Martigné à Joseph du Dresnay (17 mai 1781, Archives Kersauson, désignées ici par l’ (...)

1Encore peu explorés des ethnologues, les fonds d’archives familiales constituent un terrain d’investigation inépuisable pour qui s’intéresse aux affaires d’argent, à la configuration des réseaux de parenté qu’elles mettent en scène, aux statuts et aux rôles des protagonistes en présence, aux passions et aux sentiments qu’ils expriment… ou à ceux qu’ils n’expriment pas. En témoigne, par exemple, cette lettre de condoléances adressée des environs de Nantes, en 1781, par un homme à son frère cadet utérin, qui réside à Morlaix et dont la femme vient de perdre son oncle maternel : « Je suis bien fâché, mon cher frère, de la mort de M. l’abbé de la Villegonan, je vous en fais ainsi qu’à votre femme mon compliment de condoléance ; mais puisque ce mal a été inévitable, […] permettez que je vous félicite tous deux, et que je sois ravi des suites et des accessoires de ce fâcheux désastre, d’abord parce qu’il procure une succession à votre femme, et en outre, parce que cet événement vous met à une très petite distance du Port des Roches : nous nous flattons, Mme de Martigné et moi, du plaisir de vous y posséder l’un et l’autre2. »

  • 3 Le comte de Martigné, dont la mère est issue d’une famille d’armateurs nantais et dont le père est (...)
  • 4 Voir notamment les Mémoires de la marquise de La Tour du Pin (1979) ou de la comtesse de Boigne (19 (...)
  • 5 Née en 1726, l’auteur rédige ce roman entre 1756 et 1762. Pour une biographie de Mme d’Épinay, voir (...)
  • 6 François de Singly cité par Le Gall & Martin (1990).
  • 7 Sur la manière dont ces « autocontraintes » sont forgées au xxe siècle par les éducations bourgeois (...)
  • 8 Les archives Brossaud de Juigné (abj), conservées près de Nantes et classées par un archiviste loca (...)

2On ne saurait associer avec plus de désinvolture et d’allégresse des termes dont Anne Gotman (1988) montre à quel point la proximité est dérangeante pour des sensibilités contemporaines, à savoir : la perte et le gain, la mort d’un parent et la succession qu’elle ouvre, la tristesse du deuil et le plaisir de la richesse à venir. L’auteur de cette lettre n’a pourtant rien de frivole3 et ses propos n’ont manifestement rien d’inconvenant à l’intérieur de l’univers social et temporel dans lequel ils s’inscrivent. Une telle façon d’associer intérêts et sentiments n’est pas rare dans les élites de cette fin du xviiie siècle4. Certains écrits autobiographiques témoignent même de leur coexistence harmonieuse, sans que les consciences les plus exigeantes en soient forcément mises à mal.
Dans un roman épistolaire par exemple, largement inspiré de sa propre vie, Louise d’Épinay5 met en scène une jeune femme sensible et cultivée, qui tente de compenser par ses amitiés philosophiques le désastre d’un mariage aussi riche que malheureux. Dans la maison de son beau-père, elle jouit d’une certaine liberté, mais la disparition de celui-ci risque de la faire tomber sous la dépendance de son mari. Elle déploie donc toutes les ressources de son réseau de relations pour persuader son beau-père mourant de rajouter une clause à son testament assurant son autonomie financière. Rien de plus naturel à ses yeux. Qu’elle soit elle-même pourvue d’un amant qui l’incite à défendre ses intérêts matériels ne saurait entacher la pureté de ses intentions. La tendresse qu’elle éprouve à l’égard de son beau-père et les vigilantes négociations qu’elle mène autour de son lit de mort n’ont, pour elle, pour son entourage (et pour l’auteur de l’ouvrage) rien d’antinomique. Elle ne se perçoit pas comme intéressée : c’est son statut et celui de ses enfants qu’elle défend. Il est à noter que si, plus tard, après la mort de son beau-père, elle renonce à un legs supplémentaire en sa faveur expressément mentionné dans le testament, c’est moins en vertu d’un sentiment intérieur qu’en raison de l’effet qu’il a produit chez les autres. Sa belle-sœur, écrit-elle, « craint que le petit legs particulier que m’a fait mon beau-père ne prévienne et n’irrite contre moi » (Badinter 1983 : 351). Elle décide alors d’y renoncer et prévient son amant qui donne son assentiment : « Ah, mon ami, lui écrit-elle le lendemain, je suis enchantée que vous approuviez ma démarche […] elle a disposé toute la famille si favorablement pour moi que je m’en félicite d’en avoir eu l’idée » (ibid. : 352).
La sensation de dépaysement que peut éprouver aujourd’hui le lecteur de ces écrits tient au naturel avec lequel leurs auteurs associent amour et calcul dans les relations qu’ils entretiennent avec leurs proches – association non seulement pensée, mais clairement exprimée puisque le calcul peut servir, on le voit, de justification à la conduite au sein de la famille. Force est de constater que ce qu’il était licite de dire à cette époque ne l’est plus à la nôtre où l’on percevrait comme inconvenant de mêler indistinctement l’affection portée aux personnes et l’intérêt porté aux choses. Tout se passe apparemment comme si « raison utilitaire » et « raison humanitaire6 », étroitement imbriquées dans les discours et les représentations tenus au xviiie siècle, s’étaient progressivement dissociées au point d’apparaître comme relevant de « mondes antagonistes » (Zelizer 2001).
En serait-il dès lors de l’argent au sein de la famille comme des manières de table au sein de la « société de cour » – le déplacement du seuil de tolérance à leur égard entraînant celui de la pudeur et de la bienséance ? Des pratiques, des façons de voir et de s’exprimer autrefois légitimes auraient été progressivement refoulées au fur et à mesure que grandissait dans les consciences le sentiment de leur « immoralité » – un sentiment lui-même lié à la mise en place d’un mécanisme d’autocontrainte tendant à instaurer « une réserve plus continue, une régulation plus précise des manifestations pulsionnelles ou émotionnelles » (Elias 1990 :198). Les propos tenus par l’héroïne de Mme d’Épinay sont à cet égard significatifs du rôle encore joué par les contraintes extérieures dans la détermination des conduites. Ce n’est pas le tabou de l’argent qui la guide, ni le contrôle de soi qu’il impose7, mais tout bonnement le regard des autres. Cet exemple témoigne-t-il pour autant d’un stade « antérieur » d’une évolution des mœurs qui aurait continué de se faire sentir jusqu’à nos jours, liée à une modification des sensibilités et des « économies affectives » (Elias 1973) ?
Telle est, sinon l’hypothèse, du moins le fil directeur à partir duquel on peut tenter de décrypter les correspondances familiales présentées ici, dont la rédaction s’étale de 1781 à 1870. Comment s’y associent ou s’y opposent intérêts et sentiments, amour et calcul, relations entre les personnes et rela-tions entre les personnes et les biens qu’elles possèdent (Dumont 1976) ? Autant de questions qu’on abordera ici armée de méthodes ethnographiques plus qu’historiques, bien que les données soient essentiellement extraites de deux fonds d’archives. Riches de faits économiques, puisqu’elles concernent des notables aux fortunes conséquentes, résidant respectivement dans les régions de Morlaix et de Nantes, ces archives permettent tout à la fois de suivre l’évolution et les dévolutions des fortunes aux xviiie et xixe siècles et de reconstituer les relations de parenté, d’alliance, d’affaires, de clientèle ou d’amitié, souvent les opinions politiques et religieuses de leurs détenteurs à chaque génération8. On peut dès lors resituer les correspondances conservées dans le contexte économique, social et, dans une certaine mesure, affectif dans lequel s’inscrivaient leurs auteurs et/ou leurs destinataires. Pour ce faire, quatre « personnages » ont été retenus dont les correspondances témoignent de l’articulation complexe des intérêts matériels et des sentiments circulant dans les réseaux de parenté, des configurations sociales qui leur sont liées et, partant, du jeu des contraintes structurales et des aspirations individuelles susceptibles de les modeler. Il va de soi que c’est moins la représentativité des cas présentés qui est visée ici que leur contextualisation, à même de donner un éclairage particulier à des questions plus générales susceptibles de ce fait d’être nuancées ou infléchies.
Les perspectives éliasiennes ont, on le sait, donné lieu à de nombreuses critiques (Craveri 2002 ; Goody 2003 ; Chevalier & Privat 2004), portant notamment sur le sens unique de processus de diffusion qui, du « haut » en « bas » de la société, auraient affecté l’aristocratie avant la bourgeoisie puis les classes populaires. Les archives dépouillées ici ne sont à cet égard pas sans intérêt puisqu’elles se rapportent à des notables provinciaux, issus dans un cas de la noblesse d’Ancien Régime (région de Morlaix), dans l’autre d’une bourgeoisie en phase d’ascension sociale (région nantaise). On peut par conséquent se demander s’il existe d’un cas à l’autre des différences et des évolutions significatives dans les manières de se représenter la richesse et de parler d’argent.

Un cadet « heureux »

  • 9 L’aîné reçoit les 2/3 du patrimoine, cadets et cadettes se partagent le tiers restant, mais il semb (...)
  • 10 Contrat de constitution : contrat par lequel le débiteur constitue une rente au profit du prêteur q (...)
  • 11 Contrat de mariage de Joseph du Dresnay (Morlaix, 14 juin 1790, ak) et inventaire après décès (acte (...)
  • 12 Capital qui lui vient de son second mari, voir quittance du 5 décembre 1777 par Reine de Kervenozaë (...)
  • 13 Lettre de Joseph au marquis du Dresnay, non datée (vraisemblablement 1787, ak).
  • 14 Inventaire après décès de feu Joseph vicomte du Dresnay (Londres, le 25 juillet 1797, ak).
  • 15 Les fonds « d’Amérique » ou « des fonds retirés de Saint-Domingue », évoqués dans les correspondanc (...)
  • 16 Martigné, Paris (le 22 août 1790).
  • 17 Mme de Martigné à J. du Dresnay (7 novembre 1794).
  • 18 Martigné, Paris (le 3 août 1790).
  • 19 Bien que n’étant pas partie prenantes dans les affaires nantaises de son frère, le marquis du Dresn (...)
  • 20 Lettre datée du 18 août 1791, de Morlaix, non signée.
  • 21 Martigné, 28 août 1786.
  • 22 Sur l’opposition maison/famille, voir Flandrin (1976) ; sur l’opposition entre lignage et parentèle (...)
  • 23 D’autant plus subjective que le monde du négoce, dans le cas présent, est constitué de familles qui (...)
  • 24 De fait, la petite-fille de Joseph épousera en 1848 un descendant de la sœur de Mme de Martigné (né (...)

3Joseph du Dresnay (1752-1797), destinataire de la lettre évoquée plus haut, apparaît comme l’un de ces cadets bretons que les modes de dévolution des fortunes et les stratégies matrimoniales de leurs aînés vouent leur vie durant à la carrière militaire et au célibat9. Pris en tenaille entre deux aînés, issus l’un du premier mariage de son père, l’autre du premier mariage de sa mère, les archives brossent le tableau d’un homme qui toute sa vie a couru après la fortune. S’il parvient néanmoins à faire souche, c’est grâce à un premier mariage qu’il réalise à 25 ans avec une veuve de dix ans plus âgée que lui qui, forte des douaires de ses précédents époux, possède quelques biens dont elle lui laissera la majeure partie après sa mort. Quoi qu’il en soit, en 1787, le jeune homme vit chichement avec sa femme à Morlaix et ne cesse de jongler avec les constituts10… jusqu’au jour où il ne parvient plus à faire face à ses échéances. Il écrit alors à son frère aîné, le marquis du Dresnay, en son hôtel à Paris, pour le sommer de lui venir en aide : « Tu dois des arrérages à ma femme depuis 1777, proteste-t-il, […] tu conviendras qu’il est incroyable que tu nous laisses dans l’embarras tandis que tu satisfais toutes tes fantaisies. »
L’attitude de l’aîné, en effet, ne manque pas de désinvolture. Il a répondu à une première lettre par une fin de non-recevoir alors même qu’il se trouve, vis-à-vis de son cadet et de sa belle-sœur, en situation de débiteur. Il doit au premier une somme de 12 000 livres, en compensation du renoncement de Joseph à la succession de leur père commun11, et à l’épouse de celui-ci une somme de 30 000 livres12. Le cadet se borne ici à lui demander un remboursement partiel de cette dernière somme pour faire face à son échéance.
Aussi la protestation d’affection dont témoigne la suite de la lettre ne laisse pas de surprendre : « Je serais désespéré mon cher frère que cecy apporta le moindre froid entre nous mais en tout cas nous n’aurons pas la moindre chose à nous reprocher […] mande moi tes intentions afin que je m’acquitte de la parolle que je lui ay donnée [au créancier] de l’avertir a tems. Adieu je t’aime et t’embrasse de tout mon cœur13. »
C’est la solidarité entre les deux frères qui apparaît dans ce passage, ainsi que les liens d’intimité qu’ils entretiennent entre eux, marqués notamment par un tutoiement qui transcende les différences de statut. Tout se passe en somme comme si le cadet s’attendait à ce que les choses traînent en longueur, ne rappelant ses dettes au marquis que pour calmer la nervosité des créanciers et faire valoir vis-à-vis d’eux la protection du lignage auquel il appartient.
Les archives n’ont pas gardé trace de la réponse du marquis, qui émigrera en 1791 pour commander, en Angleterre, un régiment qui porte son nom, tôt rejoint par Joseph qui servira sous ses ordres. Hébergé avec sa seconde épouse et son jeune fils dans l’hôtel de l’aîné à Londres, Joseph y mourra en 1797, laissant un passif de plus de 7 000 livres de dettes – ses deux domestiques, même, lui ont prêté de l’argent14 – et des créances sur son frère de huit fois supérieures.
L’organisation lignagère de la parenté et le principe hiérarchique qui la sous-tend jouent ici un rôle majeur dans la configuration des affects et dans les rapports d’argent. Les obligations matérielles (la dette) semblent n’avoir de prise ni sur les sentiments ni sur les rapports de dépendance dans lesquels le cadet se trouve pris par rapport à l’aîné. Cette situation n’est pas sans faire penser à ces propos de Tocqueville sur la famille aristocratique, à l’intérieur de laquelle « toutes les places sont marquées » et les membres « fort étroitement liés les uns aux autres » (Tocqueville 1981 : 243). Cet attachement toutefois se borne aux parents lignagers représentés ici par ce « chef de nom et d’armes » qu’est l’aîné agnatique (Courcelles 1829).
C’est une tout autre configuration qui apparaît en effet à la lecture des lettres adressées à Joseph par ses parents maternels : Martigné, son frère utérin, Montaudouin et Espivent de la Villeboisnet, ses cousins germains. Tous trois sont liés au monde du négoce et de l’armement nantais – monde d’où provient l’essentiel des revenus propres à Joseph du Dresnay. Les vingt-six lettres conservées ici ont trait tantôt à des successions, tantôt à des répartitions et à des transports de fonds qui proviennent de Saint-Domingue15 et sont de manière égale redistribués par lit au sein d’une parentèle où les solidarités semblent davantage fonction de la proximité généalogique que de la primogéniture masculine. Intérêts et sentiments s’articulent ici étroitement dans les correspondances où les comptes et les discussions d’affaires se juxtaposent aux nouvelles familiales et aux témoignages d’affection. C’est sans doute la raison pour laquelle Martigné en vient à s’indigner de la méfiance que lui témoigne Joseph. Celui-ci le harcèle de demandes de comptes, exige des précisions, fait réévaluer ses parts dans des héritages collatéraux, renâcle à lui envoyer des procurations : « Dorénavant, je ne signerai plus aucun compte, proteste Martigné, et ne toucherai plus aucune somme que privativement et pour moi […] je suis dégoûté de me trouver compromis par des manœuvres de banque, de change ou de négoce auxquelles je n’ai aucune part […] d’être scandaleusement soupçonné de tendre des pièges et des embûches à mes proches et à mes amis16. »
Il n’en sera rien pourtant : Martigné continuera de faire parvenir des subsides à son frère après leurs émigrations respectives17 et ses lettres sont invariablement émaillées de longues protestations de tendresse, visant à témoigner des justes transports de [sa] sensibilité  pour tout ce qui pouvait contribuer au [bonheur] de son puîné18. Mais rien n’y fait : au frère pourvoyeur, Joseph ne manifeste que défiance et hauteur ; au frère débiteur, amour et confiance19. Joseph fait même vérifier la gestion de son frère et de ses cousins maternels par le père de sa seconde épouse, avec lequel ses liens semblent plus intimes. Ce dernier, bien que s’adressant à lui par son titre (« mon cher vicomte »), le tutoie20, mais les premiers, bien que plus âgés, le vouvoient. De la même façon, Joseph entretient de toute évidence des relations plus amènes avec sa belle-sœur, issue d’une famille de parlementaires dont les réseaux d’alliance rejoignent ceux des du Dresnay qu’avec son frère utérin, qui ne manque jamais de se prévaloir de sa femme : Ma moitié me charge de vous dire qu’elle vous aime bien21.
Les sentiments qui émanent de ces correspondances semblent, on le voit, moins tenir aux individualités de ceux qui les expriment qu’ils ne semblent forgés par des cadres sociaux qu’ils contribuent à perpétuer par un jeu subtil de rapprochement et de distanciation qui recrée des frontières là où la circulation de l’argent tendrait à les abolir.
Les correspondances de Joseph font apparaître un univers de parenté et d’alliance scindé en trois entités :
– les parents maternels (Martigné, Montaudouin, La Villeboisnet) chez lesquels prévalent une éthique égalitaire et une représentation de la famille comme parentèle ;
– Joseph toutefois entend moins se rattacher à une famille qu’à une maison – au sens que revêt ce terme dans la noblesse, de lignage patrilinéaire. Au sein de la maison, représentée ici par le marquis et la sœur consanguine de Joseph, la solidarité est sans faille, sous-tendue, on l’a vu, par des relations hiérarchiques. La condescendance affichée par Joseph à l’égard des maternels est ici d’autant plus marquée qu’elle permet à la noblesse lignagère de tenir à distance un monde du négoce que les intermariages et la circulation de l’argent tendent à rapprocher toujours davantage. Dès lors, entre les maternels (la famille assimilée ici à la bourgeoisie) et les lignagers (maison aristocratique)22, point de réciprocité : argent et sentiments circulent à sens unique et laissent apparaître l’existence d’une hiérarchie subjective entre les partenaires en présence23 ;
– la troisième entité qui transparaît en filigrane est ici celle que constituent les alliés et les alliés d’alliés, qui apparaissent comme un univers d’entre soi où règnent urbanité, échanges de services, de politesses et de « sentiments ». Il est permis de penser qu’il s’agit là, en partie du moins, d’une aire préférentielle de choix du conjoint – lorsque sont privilégiés, non pas des critères d’argent, mais des critères de rang24.
Rien de pérenne, toutefois, ni d’automatique dans ce subtil ordonnancement hiérarchique que la proximité avec la bourgeoisie et ses principes égalitaires menace de dilution tout autant que le « désordre » des passions et des sentiments individuels. De subtiles stratégies sont souvent nécessaires pour le rétablir. C’est ce que montre l’exemple suivant d’une difficile négociation entre un fils et son père au sujet de l’héritage de ce dernier.

Un père libéral et un fils conservateur

  • 25 Une procédure contre sa belle-mère et ses demi-frères qui avaient racheté la terre principale du li (...)
  • 26 « Vous me peignez comme un être qui n’a rien de sacré » (6 septembre 1818, ak).
  • 27 C’est l’argument qu’il a fait prévaloir pour remettre en cause le testament de sa tante (lettre de (...)
  • 28 Les termes d’« égalité », de « justice » et d’« impartialité » reviennent à huit reprises dans sa p (...)
  • 29 Notons que le jeune homme n’évoque jamais sa mère. Ses critiques s’adressent au frère de celle-ci e (...)

4En 1818, Louis de Kersauson a 30 ans. Après une brève carrière militaire, le jeune homme vient de faire un « mariage parfait » – selon des considérations de statut et de rang – et il entend restaurer le lustre de son rameau lignager, dont la fortune a été mise à mal tant par le mode de vie de ses ascendants que par les ventes de biens nationaux en 1792. Le père du jeune homme, François, a lui-même connu un destin chaotique, puisque, orphelin de mère, il a été élevé par un chanoine à Morlaix, après les remariages successifs de son père. Il a de nombreux demi-frères et sœurs qui ont drainé à eux ce qu’il lui restait de fortune après la Révolution25. De retour d’émigration, il s’est installé près de Morlaix sur des terres venant de sa femme, elle-même issue d’une famille de négociants de cette ville. Est-ce l’influence de sa femme et du milieu du négoce, le fait d’avoir lui-même été privé de la fortune à laquelle le destinait à priori son statut d’aîné ou par conviction personnelle ? On ne sait, mais François de Kersauson est égalitaire. Il a remis en cause le testament d’une tante de sa femme qui léguait deux manoirs et leurs terres à ses propres enfants, pour les remettre dans la masse à partager entre sa femme et les frères et sœurs de celle-ci et assurer de la sorte une stricte égalité entre eux. Les enfants ont dû expressément renoncer à cet héritage en faveur de leur mère. C’est dans l’un de ces manoirs, Kerfénéfas, qu’habitent les parents, tandis que l’autre, Trodibon, assez délabré semble-t-il, reste inoccupé.
De la même façon, à la génération suivante, François n’entend pas favoriser son fils par rapport à sa fille. Au premier, il vient d’assurer, lors de son mariage en janvier 1818, la possession de la seule terre qu’il ait en propre : celle de Kerbabu en Lannilis, près de Brest. Il envisage maintenant, alors que sa fille va se marier à son tour, de donner à celle-ci Trodibon et les terres qui l’environnent. Mais son fils Louis, qui comprend alors que Kerbabu ne lui a nullement été concédé en hors part, et craint les manœuvres de sa sœur, ne l’entend pas de cette oreille : « Voici le moment où […] si vous voulez écarter ce qui peut provoquer, faute d’arrangement, un éloignement complet entre vos enfants, il vous faut décider s’il entre dans vos intentions de faire pour l’avenir deux propriétés distinctes de Kerfénéfas et de Trodibon [les deux manoirs provenant de la grand-tante maternelle]. Je ne puis vous le cacher, j’aime Trodibon, j’en avais fait ma chimère, le mariage que j’ai fait joint à mes espérances me donnaient l’espoir d’être à même, un jour, de faire de Trodibon une habitation agréable et utile par le voisinage d’une ville où l’on trouve tout ce qui est nécessaire à la vie et à l’éducation d’une famille, chose qu’un homme dans ma position doit considérer » (24 août 1818). Et le jeune homme de proposer un « arrangement », conciliant « toutes les parties sans compromettre votre conscience », consistant à attribuer à sa sœur le manoir qu’habitent ses parents – « qu’elle regarde entre vos mains comme une mine d’or » (ibid.) – et à lui-même l’autre manoir dans lequel irait s’installer ses parents. Habilement, Louis fait valoir qu’en cédant à des « raisons de compérage » (les cajoleries d’une fille et les manœuvres de sa future belle-famille) son père non seulement ne respecterait pas l’égalité entre ses enfants, mais défavoriserait précisément celui qui ne pense qu’« au bien de [sa] famille […] : Je pense que vous préférez de voir votre fils aimer les intérêts justes de sa famille que d’être un M. laisse tout faire comme M. de Penmarch » (frère de la mère de François qui a dilapidé une partie de sa fortune).
La réponse du père à son fils (qui réside alors dans sa belle-famille à Hennebont) n’a pas été conservée, mais on la devine à la lettre suivante qu’envoie Louis, treize jours plus tard : « Je ne puis donc, mon cher père, vous parler d’intérêt à régler entre ma sœur et moi sans que vous y trouviez des intentions que ni l’honneur ni le respect permettent […]. Quel rapport peuvent avoir des arrangements convenables à faire entre ma sœur et moi avec votre bonheur et la conservation de vos jours […] C’est me montrer que vous mettez dans cette affaire beaucoup de partialité » (6 septembre 1818). Au père qui lui a objecté qu’il lui avait déjà concédé le manoir de Kerbabu (Lanilis), le fils proteste : « Ce n’est pas un endroit à fréquenter pour une famille […] je n’y trouve d’autre avantage qu’une marque de votre amitié » (ibid.). Et de le menacer d’aller se chercher une habitation ailleurs : « J’aurais l’obligation à ma sœur d’avoir été forcé de quitter mon pays natal et, que dis-je, quelque chose de plus fort ! Ma famille » (ibid.).
C’est bien l’attitude du père qui traduit ici une sensibilité contemporaine : que de son vivant, son fils l’entreprenne sur des questions d’héritage lui semble apparemment choquant. Est-ce donc « un être qui n’a rien de sacré26 » ? À l’intérêt, il oppose les sentiments qui, pour lui, doivent prévaloir au sein de la famille27, ainsi qu’un principe, celui d’égalité : « Votre sœur ne veut pas se dépouiller en votre faveur, écrit-il à son fils en 1822, avez-vous le droit de l’y forcer ? »
Le fils, dans ses réponses, fait certes jouer la corde sensible (« Je connais votre cœur et je sais que votre fils n’y est pas étranger ») et se targue d’égalité28. Mais son argument essentiel tient à faire valoir un ordre extérieur à sa personne, à ses intérêts et à ses sentiments individuels – ou plus exactement à montrer que ces derniers doivent découler de cet ordre : il évoque sa position – rehaussée par son mariage –, son « devoir sacré » de faire le bien de sa famille, adjure son père de « laisser à [ses] enfants ce que la nature leur donne le droit de prétendre ». Il n’est d’autre intérêt en somme que familial ; et par famille, c’est bien d’une lignée patrilinéaire qu’il s’agit et que le jeune homme cherche à asseoir sur une terre, comme elle l’était autrefois, avant que le désordre des passions individuelles ne l’en détache et ne l’amène à se diluer dans un monde égalitaire. Les correspondances de Louis et de son père font apparaître un réseau familial à l’intérieur duquel on peut, là encore, distinguer plusieurs entités :
– aux ascendants paternels est associée une attitude dilapidatrice. Notons toutefois que Louis se garde bien d’attaquer directement son grand-père, dernier dépositaire, sous l’Ancien Régime, d’un lustre lignager que le jeune homme entend bien reprendre à son compte ; les critiques visent ici les maternels de son père (le « laisser-faire » de M. de Penmarch) et, de façon plus voilée, son père dont les tourments de la « conscience » et les « sentiments » sont stigmatisés comme une marque de faiblesse ;
– les maternels – groupe du côté duquel se situe ici la sœur – font ici l’objet des plus vives critiques tant leur comportement apparaît guidé par des intérêts mercantiles29. On peut noter que la méfiance à l’égard des maternels recouvre, comme dans le cas précédent, une opposition entre bourgeoisie (pourvoyeuse de richesse) et noblesse (dilapidatrice) ;
– au « devoir sacré » enfin, sont associés les alliés – en d’autres termes, le lignage de l’épouse que Louis fait ici apparaître comme une référence.
Le père se rangera aux raisons du fils, tout en maintenant l’égalité entre ses enfants. Mais celle-ci ne prévaudra pas aux générations suivantes : les biens du négoce transformés en biens lignagers seront désormais transmis par préciput au fils aîné tout au long du xixe siècle.
Faut-il de ces deux exemples conclure qu’à une « raison » lignagère aristocratique soumettant les individus à des intérêts collectifs s’opposerait une individuation des sentiments propre à une bourgeoisie fermement attachée à l’idée d’égalité ? L’opposition serait sans doute trop caricaturale. Les réseaux des uns et des autres sont en réalité étroitement enchevêtrés, du fait, on l’a vu, des alliances dans lesquelles il entre fort peu de sentiment, de quelque côté qu’on les envisage. En témoigne la négociation matrimoniale suivante, reconstituée à partir d’un dossier d’une vingtaine de lettres, qui met en scène, en 1833, un riche célibataire d’origine bourgeoise et le père d’une jeune fille de 19 ans issue de l’aristocratie. Celle-ci ne sera mise dans la confidence que lorsque l’affaire sera conclue.

Le mariage de Pierre (1790-1873)

  • 30 Ainsi que le décrivent les correspondances de certains membres de sa parentèle et ainsi qu’il se dé (...)
  • 31 Cette fortune, constituée de terres et de maisons (7/8) et de créances mobilières (1/8), a été accr (...)
  • 32 En réalité les charges achetées par ses ascendants n’ont pas été conservées assez longtemps pour do (...)
  • 33 « Un parent de Bretagne qui se trouve ici m’assure que la fortune n’est pas du tout exagérée, que l (...)
  • 34 Sur les relations entre passions et intérêts et les théories auxquelles elles ont donné lieu, bien (...)

5Issus du présidial de Nantes, les Brossaud connaissent, depuis le milieu du xviiie siècle, une ascension sociale régulière, faite d’achats de charges, puis d’acquisitions immobilières et de riches mariages. À cette ascension, Pierre va donner un coup d’accélérateur en se consacrant très jeune (il a perdu son père à 18 ans) à la mise en ordre et à l’accroissement de sa fortune, puis à la construction d’un château sur une terre héritée de son père et dont celui-ci avait pris le nom à Ancenis (Loire-Atlantique). Peu enclin aux mondanités et aux distractions30, il est toujours célibataire à 43 ans, ce qui préoccupe un notable voisin (consanguin d’allié) Auguste Pantin de Landemont, qui, comme lui, possède des terres à Ancenis et dans la Beauce orléanaise, et apparaît ici comme son protecteur. Il lui écrit d’Orléans, le 20 janvier 1833 : « Quoiqu’éloigné de vous, mon bon ami, je n’en prends pas moins un intérêt bien vif à ce qui vous concerne et veux sans plus tarder vous en donner une nouvelle preuve en vous proposant un mariage qui je crois peut vous convenir, il s’agit d’une demoiselle de Trimond, petite-fille de M. Crignon d’Ozoüer, ancien député du Loiret, cette jeune personne a été parfaitement élevée et est remplie d’esprit sans être très jolie elle est agréable […] elle appartient à une des familles les plus honorables de ce pays […] ils ont une fortune énorme, ils ont six enfants et auront chacun 14 000 livres de rente, le père donne 5 000 livres de rente de dot. » Ayant reçu l’assentiment de l’intéressé, Landemont entreprend sans plus tarder le père de la jeune fille, se prévalant d’une parente commune. Après les politesses d’usage, le ton est direct : « Un de mes amis, gentilhomme breton, propriétaire de 9 000 livres de rentes et de 26 un jour, me témoigne le désir de se marier dans ce pays-ci, y ayant une très grande partie de sa fortune, il ne tient pas autant à trouver une fortune égale à la sienne qu’à s’allier à une famille recommandable […] j’ai pensé à Mademoiselle votre fille » (3 février 1833). Dès le lendemain, le vicomte de Trimond envoie sa réponse : la dot est bien de 5 000 livres de rentes, mais les « espérances » se bornent à 12 000. L’entremetteur sait alors user tant de l’autorité que lui confère sa position mondaine que de la connaissance qu’il a des deux contextes familiaux pour faire valoir des arguments susceptibles d’être reçus dans chacun d’eux.
En apparence, tout les oppose. Les intérêts de Pierre sont strictement économiques : il renâcle sur le montant des espérances de la jeune fille, moins importantes que ce que lui avait annoncé son protecteur. Celui-ci lui répond que si le père « ne la donne que pour 12 » c’est par « délicatesse », pour éviter des déceptions ultérieures, et il lui fait valoir les avantages que peuvent représenter pour quelqu’un qui, comme lui, a peu de famille, l’insertion dans une parentèle plus fournie : « Il y a des chances à courir dans une famille aussi nombreuse » (13 février 1833). L’accord de principe ayant été obtenu, le prétendant écrit alors directement au père de la jeune fille (6 mars 1833), lui donnant de plus amples détails sur ses biens, avec une franchise qui ne laissera pas d’étonner celui-ci. Mais Pierre est fier de sa fortune qu’il a en grande partie constituée. Elle représente le produit de son travail : d’une gestion directe et avisée de ses biens immobiliers et d’un train de vie modeste, qui lui a permis de réinvestir en grande partie ses bénéfices31. L’argent ici est constitutif d’une identité individuelle. L’exposer sans fard revient à faire valoir le mérite de celui qui a su le faire fructifier. Il n’est pas fortuit à cet égard que Landemont insiste sur les caractéristiques personnelles du prétendant : « Il est entendu en affaires et d’un caractère très doux » (6 février 1833).
Inversement, Trimond semble se désintéresser de l’argent, pour mettre en avant des considérations morales et sociales : « Je tiens, ajoute-t-il, à une fortune patrimoniale et par-dessus tout aux principes religieux et politiques […] M. Brosso de Juigné [sic] est gentilhomme depuis quelle époque ? A-t-il été militaire ainsi que ses ancêtres ? Quel est le nom et l’origine de Mme de Juigné (sa mère) ? » (5 février 1833). « Il n’y a pas pour un sol de propriétés d’émigrés ni d’Église », répond Landemont, qui affirme : « M. de Juigné est gentilhomme, mais peu ancien, il est anobli depuis cent ans seulement32. » De même, à son futur gendre, Trimond se gardera de donner des détails sur sa fortune, préférant évoquer l’ancienneté de sa famille (« J’ai des titres de 1400 qui en relatent de beaucoup plus anciens » [16 avril 1833]).
On ne saurait pourtant opposer l’éthique capitaliste de l’un à l’éthique féodale de l’autre (Weber 1969). Économe et travailleur, Pierre l’est sûrement, mais pas à la manière des « capitaines d’industrie » nantais (Rochcongar 2003) : c’est un patrimoine qu’il accumule plus qu’un capital. Ses correspondances ultérieures témoignent des impératifs contradictoires qu’il tente de concilier : à une perception strictement individuelle et économique de ses intérêts le dispute en effet une volonté d’intégration à la noblesse dont la fin de l’Ancien Régime l’a frustré : « Je veux bien oublier tous les avantages que j’ai perdus par la suppression de l’Ancien Régime, écrira-t-il à son fils en 1864, je n’accepte le nouveau qu’à la condition de subordonner l’intérêt social à mon intérêt privé. » Cette notion même d’intérêt privé, l’individualisme qu’elle traduit est précisément ce qui est le plus étranger – théoriquement du moins – à une organisation hiérarchique où les intérêts de chacun sont subordonnés aux relations qu’ils entretiennent entre eux – comme on l’a vu dans le cas du lignage du Dresnay.
En ce sens, pour concilier des aspirations contraires, Pierre parle d’argent et se définit par sa fortune, mais il ne suit pas jusqu’au bout la logique économique dont il se prévaut – ou plutôt il l’applique pour obtenir un bien dont la valeur s’y soustrait. Pierre et Joseph témoignent chacun en ce sens des limites de cette logique économique (Bloch 1994) qui dans un cas est subordonnée à des impératifs sociaux (le lignage), dans l’autre met en relation des moyens réels (des richesses tangibles) et des fins imaginaires – une noblesse qui n’a désormais d’autre existence que fiduciaire.
En revanche, la raison économique n’est pas absente des considérations qui poussent le père à « donner » sa fille. Car le fait est qu’en dépit des questions de statut mises au premier plan dans les lettres du vicomte de Trimond, les « renseignements » qu’il obtient de tiers ne portent que sur la fortune de l’impétrant. Ses informateurs lui diront ne pas connaître la famille33. Il n’en estimera pas moins ces « renseignements satisfaisants » et ne lâchera rien sur la dot de sa fille. Ainsi, la négociation ne semble pas tant mettre aux prises, comme c’était le cas dans les exemples évoqués plus haut, les tenants de deux modes d’organisation sociale, liés à des représentations différentes de l’argent et de sa circulation, qu’elle ne donne lieu à des jeux de rôle entre des individus qui font valoir des capitaux différents.
Qu’ils soient économiques ou symboliques, les intérêts prévalent : s’il est un point sur lequel tous les partenaires de la négociation s’entendent c’est bien sur l’idée, qui n’est somme toute pas si neuve, que le « bonheur » découle de la concordance des intérêts34. Ce qui change par rapport aux exemples précédents, c’est moins l’inféodation des sentiments aux intérêts que l’individuation de ceux-ci.

Les désarrois de Gaston

  • 35 De 1848 à 1864, seize lettres de Gaston Brossaud de Juigné (né en 1836) à ses parents ont été conse (...)
  • 36 Par des achats de terres (185 ha) et surtout par des investissements mobiliers qui constituent, aux (...)
  • 37 Le père craint d’avoir à régler les dettes de jeu de son fils (Gaston à son père, 26 juillet 1870, (...)
  • 38 Lettre de Gaston à sa mère, non datée (vers mars 1858, abj).
  • 39 Copie d’un fragment de lettre de Pierre dans un brouillon de Gaston (non daté, vers 1864).
  • 40 Ce qui tendrait du même coup à relativiser l’idée selon laquelle « le tabou verbal de l’argent (dan (...)

6Une telle conception du bonheur n’est pas sans causer quelques tourments aux jeunes gens. C’est du moins ce qui apparaît dans les correspondances que le fils de Pierre et d’Alasacie, Gaston, adresse à ses parents entre 1848 et 1864 alors qu’il est pensionnaire à Paris, puis étudiant en droit à Rennes avant d’occuper son premier poste à la préfecture de Chartres. Pas une lettre ici qui n’évoque la question de l’argent, et par là les relations difficiles que le jeune homme entretient avec son père35. « J’avoue que j’ai un père terrible […] presque toujours les père et mère vont au-devant des désirs de leurs enfants, mais moi jamais », écrit Gaston qui, âgé de 12 ans et demi, se plaint de ne recevoir de ses parents, « ni argent ni visite » (16 juillet 1848). L’âge venant, le style se fait plus maîtrisé, mais la révolte affleure dans la manière scrupuleuse dont le jeune homme rend des comptes à son père : « Le premier billet de 100 francs que ma mère m’a envoyé le 10 mai, je l’ai pris comme à compte de ma pension trimestrielle […] reste 1 franc à valoir » (19 juin 1856). Les lettres sont ainsi émaillées de comptes, destinés à témoigner de la vie spartiate du jeune homme, et de demandes d’argent qui, sur un mode ironique et badin, font précisément ressortir l’incompatibilité des idéaux ascétiques et des aspirations sociales de son père : « Le carnaval doit finir par trois bals costumés […] il n’y a qu’un malheur, on n’est point admis sans être costumé. Je suis donc dans la nécessité de m’en priver ou d’acheter un costume ; pour en avoir un passable, il faut mettre 100 francs. Je viens donc faire appel à votre générosité… Inutile de vous dire que presque tous les jeunes gens de l’école de droit qui vont dans le monde ont reçu un supplément de pension ; on sait à Rennes que j’aurai de la fortune, si je m’abstiens, cela fera mauvais effet et vous savez qu’en France, il faut respecter l’opinion publique » (13 février 1857).
Mais Pierre, qui ne cesse d’accroître sa fortune36, en distribue les revenus avec parcimonie, craignant que son fils ne les dépense à mauvais escient37. Alors qu’il vient d’obtenir son premier poste comme conseiller de préfecture, celui-ci en est réduit à masquer son humiliation derrière une casuistique aussi subtile que déférente : « Veuillez me pardonner l’insistance que je mets à réclamer de votre bienveillance une petite augmentation de pension de 500 francs [et d’énumérer le montant de ses frais de logement et de nourriture]… si j’étais resté à la maison paternelle, je serai tout aussi avancé puisque je n’aurai pas à supporter ces dépenses. […] Je me trouve en définitive à 28 ans avec une pension de 5 500 francs (par an). C’est maigre. » Le fils propose alors plusieurs alternatives à son père, notamment celle de lui prêter des titres de rente qui serviraient de garantie à un emprunt qu’il placerait en Bourse, ce qui lui rapporterait la somme demandée sans que son père n’empiète sur ses revenus. « Si vous ne voulez, mon cher père, ni augmenter ma pension ni me rendre le service que je vous demande, je serai fondé à croire que j’ai démérité à vos yeux et je vous avoue que je n’en connaîtrais pas la cause » (30 décembre 1863).
Derrière ces demandes réitérées d’argent se profilent en réalité des sentiments tourmentés. Le jeune homme est inquiet pour sa carrière tout d’abord : lui qui mise tant sur le travail pour « améliorer sa position » se met à douter : « Je n’ai en perspective que la vie ennuyeuse, malsaine et abrutissante d’un homme de bureau. » Il se prend à regretter de n’avoir pas préféré l’armée au droit, comme le lui conseillait sa mère : « Je serais à Saint-Cyr, je ne serais pas à la recherche d’une position sociale38. » Il semble ainsi osciller entre deux représentations de la société : l’une où la « position » de chacun résulte de la naissance et de l’appartenance familiale qui induit une destinée spécifique (le métier des armes) ; l’autre où la « position » résulte au contraire du travail individuel et des richesses qu’il permet d’accumuler. C’est plutôt cette dernière qui prévaut chez Gaston, qui prolonge, en ce sens, les choix de son père… et les contradictions dans lesquels celui-ci se trouve pris et dont le jeune homme se ressent. D’une part, il ne cesse de quêter la reconnaissance paternelle, témoignant de sa bonne volonté pour faire sien l’idéal de travail et de rigoureuse gestion de ses intérêts prônés par son père. Ainsi il lui fait part de tuyaux boursiers (« Thoinet m’a dit qu’il avait acheté des obligations ottomanes », 30 décembre 1863), et assortit ses demandes d’argent des plus vives manifestations d’affection et de respect (« Vous déciderez dans votre sagesse », 13 février 1857). Mais d’autre part, il se voit précisément reprocher son « manque de générosité39 » par un père qui refuse systématiquement ses demandes d’argent, au prétexte qu’il est « intéressé ». Pris entre ces injonctions contraires, Gaston se montre assez désabusé. La seule solution qui s’offre à lui, c’est le « beau mariage » (« Une femme raisonnable, spirituelle, riche et de bonne famille », 30 décembre 1863), mais cette perspective ne l’enthousiasme guère car il lui faudrait cette fois renoncer aux « plaisirs des sens » (ibid.). La « passion de l’argent » (Stewart 1994) repose, on le voit, sur bien des sacrifices : le jeu, les femmes et la vie mondaine. Dans le cas de Gaston, fureur et désarroi se transmueront en or. Il se mariera cinq ans plus tard et le capital de sa femme lui permettra de démontrer à son père le bien-fondé de son savoir-faire en matière d’argent. De 1870 à 1906, il triplera sa fortune. Il serait tentant, pour conclure, d’ordonner ces quatre exemples en une séquence évolutive où se lirait le passage d’une société « holiste » à une société « individualiste ». Dissociées dans le premier cas la circulation de l’argent comme celle des sentiments resterait extérieure aux individus qui pourraient dès lors en faire état dans leurs discours sans que cela ne mette en cause leur personne ni les qualités morales et sociales qui lui sont attachées. Notons qu’alors, les richesses sont toutes entières transmises par héritage. Dans le second cas, au contraire (exemples de Pierre et de Gaston) elles sont en partie le produit du travail. La conduite des intérêts comme celle des sentiments tend dès lors davantage à être l’affaire d’individus. Les deux registres se télescopent au sein des consciences, comme en témoigne l’exemple de Gaston pour qui les intérêts semblent constituer le véhicule des sentiments. L’éducation austère qu’il reçoit n’apparaît-elle pas en définitive comme liée à la mise en place d’auto-contraintes visant à dissocier intérêts et sentiments dans l’expression des relations avec autrui ?
Les exemples présentés ici ne sont toutefois ni assez nombreux ni assez représentatifs pour étayer de façon convaincante l’hypothèse d’une évolution à sens unique des « économies affectives » liée à un processus d’individuation. Ils semblent en revanche illustrer davantage la coexistence, dans ces milieux de notables provinciaux, de principes concurrents d’organisation sociale – hiérarchique et égalitaire – entre lesquels oscillent les individus selon les cycles ascendants ou descendants dans lesquels ils se trouvent pris et selon les alliances qu’ils concluent. En ce sens, l’articulation des intérêts et des sentiments, qu’elle se donne ou non comme conflictuelle dans la conscience des individus, est indissociable des relations sociales dans lesquelles ceux-ci s’inscrivent.
Une dernière constatation tendrait enfin à infirmer l’hypothèse d’une évolution progressive du tabou de l’argent à partir de la fin du xviiie siècle : dans toutes les correspondances familiales étudiées ici, on parle en effet beaucoup d’argent40. Est-ce chose courante à l’époque ou est-ce une exception ? Seule une étude quantitative englobant un plus grand nombre de cas permettrait de répondre à cette question – à condition de s’interroger aussi sur ce qui a pu sous-tendre la conservation ou non de ces correspondances. Il est manifeste ici qu’ont surtout été conservés les écrits ayant trait aux intérêts matériels, comme s’ils avaient pour fonction première de « laisser trace » (Fabre 1993) et de ménager par là le futur en accumulant des preuves attestant des sommes et des comptes envoyés, des positions prises par les uns et les autres en matière d’intérêts, des enjeux enfin des négociations menées. Le langage pour exprimer ces intérêts, on l’a vu, n’emprunte pas de circonvolutions, même s’il s’accompagne, le plus souvent, de protestations de respect (des fils à l’égard de leur père) ou de témoignages d’affection (entre frères). En ce sens, ces lettres ne témoignent en aucune façon d’un quelconque tabou de l’argent. Ou, plus exactement, elles semblent en constituer l’envers : c’est parce qu’il est des choses qu’on ne peut pas dire ou qu’il est difficile de dire qu’on les écrit. La distance certes et les moyens de communication du xixe siècle confortent le rôle de la lettre ; ils ne l’expliquent pas entièrement : il ne fait aucun doute que négociations successorales ou demandes d’argent font à dessein l’objet de lettres, comme s’il s’agissait par là d’objectiver des intérêts que ni l’oralité ni les situations de face à face ne permettaient d’exprimer, tant elles induiraient des attitudes et des rôles rendant certains propos impossibles ou inconvenants. En ce sens, ces correspondances peuvent apparaître comme des écritures ordinaires, qui aurait pour fonction de constituer un exutoire – dûment maîtrisé – à tout ce qui ne peut trouver place dans les discours oraux.

Haut de page

Bibliographie

Badinter É., 1983. Émilie, ou L’Ambition féminine au xviiie siècle, Paris, Gallimard.

Barthelemy T., 1997. « Les ancêtres et les grand-mères dans les généalogies nobiliaires », in Barthelemy T. & M.-C. Pingaud (dir.), La Généalogie entre science et passion, Paris, Éditions du cths.

Bloch M., 1994. « Les usages de l’argent », Terrain, n° 23, pp. 5-10.

Boigne comtesse de, 1999 [1971]. Mémoires, t. I, Paris, Mercure de France.

Chevalier S. & J.-M. Privat, 2004. Norbert Elias et l’anthropologie, Paris, Éditions du cnrs.

Courcelles chevalier de, 1829. Généalogie de la maison du Dresnay, Paris, Imprimerie de Plassan et Cie.

Craveri B., 2002. L’Âge de la conversation, Paris, Gallimard.

Dumont L., 1976. Homo Aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie domestique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Elias N., 1990 [1975]. La Dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy Pocket.

1973. La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

Épinay Mme d’, 1989. Les Contre-confessions, t. II, Paris, Mercure de France.

Fabre D. (dir), 1993. Écritures ordinaires, Paris, Centre Georges-Pompidou / pol.

Flandrin J.-L., 1976. Famille, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Éditions du Seuil.

Goody J., 2003. « The “Civilizing Process” in Ghana », Archives européennes de sociologie, n° 44, vol. 1, pp. 61-73.

Gotman A., 1988. Hériter, Paris, puf.

Hirschman A. O., 2001 [1980]. Les Passions et les intérêts, Paris, puf.

Kersauson J. de, 1886. Histoire généalogique de la Maison de Kersauson, Nantes, Imprimerie de Vincent Forest et Émile Grimaud.

La Tour du Pin marquise de, 1989 [1979]. Mémoires, Paris, Mercure de France.

Le Gall D. & C. Martin, 1990. « Aimer sans compter ? Recomposition familiale et types d’échange », Dialogue, n° 109, 3e trimestre, pp. 70-81.

Marcel O., 1983. Une éducation française, Paris, puf.

Nagle J.,1994. Luxe et charité. Le faubourg Saint-Germain et l’argent, Paris, Perrin.

Pétré-Grenouilleau O., 1996. L’Argent de la traite, Paris, Aubier.

Richard G., 1997. La Noblesse d’affaires au xviiie siècle, Paris, Armand Colin.

Rochcongar Y., 2003. Capitaines d’industrie à Nantes au xixe siècle, Nantes, Éditions MeMo.

Stewart M., 1994. « La passion de l’argent. Les ambiguïtés de la circulation monétaire chez les tziganes hongrois », Terrain, n° 23, pp. 45-62.

Tocqueville A. de, 2003. De la démocratie en Amérique, t. II, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Weber M., 1969. L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Zelizer V., 2001. « Transactions intimes », Genèses, n° 42, pp. 121-144.

Haut de page

Notes

1 Ce texte doit beaucoup aux remarques d’Anne-Marie Peatrik, Olivier Herrenschmidt et Raymond Jamous qui en ont relu une première version. Qu’ils en soient remerciés.

2 Lettre de M. de Martigné à Joseph du Dresnay (17 mai 1781, Archives Kersauson, désignées ici par l’abréviation ak).

3 Le comte de Martigné, dont la mère est issue d’une famille d’armateurs nantais et dont le père est président à mortier du parlement de Bretagne, semble représentatif d’une « noblesse d’affaire » qui, à Nantes, est étroitement liée à la bourgeoisie (Richard 1997).

4 Voir notamment les Mémoires de la marquise de La Tour du Pin (1979) ou de la comtesse de Boigne (1971), tout particulièrement les récits de leurs mariages respectifs.

5 Née en 1726, l’auteur rédige ce roman entre 1756 et 1762. Pour une biographie de Mme d’Épinay, voir Élisabeth Badinter (1983).

6 François de Singly cité par Le Gall & Martin (1990).

7 Sur la manière dont ces « autocontraintes » sont forgées au xxe siècle par les éducations bourgeoises, voir Odile Marcel (1983).

8 Les archives Brossaud de Juigné (abj), conservées près de Nantes et classées par un archiviste local dans les années 1920, comportent une dizaine de milliers de pièces, concernant la seconde moitié du xviiie siècle, le xixe et le début du xxe siècle. Outre les actes notariés, rentiers et livres de comptes, ont été conservées de nombreuses correspondances (datant du xixe siècle essentiellement). Les archives Kersauson (Morlaix), trois à quatre fois plus importantes en volume, contiennent essentiellement des actes notariés ou sous seing privé, des rentiers et des travaux généalogiques. Elles contiennent plus de correspondances d’affaires que de correspondances intimes, ces dernières étant généralement brûlées après la mort d’un défunt : les intérêts ont donc davantage laissé trace que les sentiments – ce qui ne témoigne pas de l’inexistence de ces derniers, mais de l’importance qui leur est accordée.

9 L’aîné reçoit les 2/3 du patrimoine, cadets et cadettes se partagent le tiers restant, mais il semble que les cadets soient plus nombreux à se marier au xvie siècle qu’au xviiie siècle (Kersauson 1886 ; Courcelles 1829).

10 Contrat de constitution : contrat par lequel le débiteur constitue une rente au profit du prêteur qui aliène son capital (Littré).

11 Contrat de mariage de Joseph du Dresnay (Morlaix, 14 juin 1790, ak) et inventaire après décès (acte sous seing privé, Londres, 25 juillet 1797, ak).

12 Capital qui lui vient de son second mari, voir quittance du 5 décembre 1777 par Reine de Kervenozaël (Paris, ak).

13 Lettre de Joseph au marquis du Dresnay, non datée (vraisemblablement 1787, ak).

14 Inventaire après décès de feu Joseph vicomte du Dresnay (Londres, le 25 juillet 1797, ak).

15 Les fonds « d’Amérique » ou « des fonds retirés de Saint-Domingue », évoqués dans les correspondances, proviennent de la succession d’un frère de la mère de J. du Dresnay, décédé sans enfants. Ils sont vraisemblablement issus du commerce triangulaire pratiqué par les armateurs nantais (Pétré-Grenouilleau 1996).

16 Martigné, Paris (le 22 août 1790).

17 Mme de Martigné à J. du Dresnay (7 novembre 1794).

18 Martigné, Paris (le 3 août 1790).

19 Bien que n’étant pas partie prenantes dans les affaires nantaises de son frère, le marquis du Dresnay sert à l’occasion de convoyeur de fonds : « M. le marquis du Dresnay vous aura sans doute dit, mon cher cousin, que je lui avais compté à Nantes pour vous 4 000 livres » (Espivent de La Villeboisnet, Nantes, 4 avril 1789).

20 Lettre datée du 18 août 1791, de Morlaix, non signée.

21 Martigné, 28 août 1786.

22 Sur l’opposition maison/famille, voir Flandrin (1976) ; sur l’opposition entre lignage et parentèle dans les généalogies nobiliaires, voir Barthelemy (1997).

23 D’autant plus subjective que le monde du négoce, dans le cas présent, est constitué de familles qui appartiennent à la noblesse (La Villeboisnet, Martigné), ce qui est sans doute spécifique au cas nantais – la noblesse pouvant pratiquer la traite sans déroger (sans perdre son appartenance au second ordre).

24 De fait, la petite-fille de Joseph épousera en 1848 un descendant de la sœur de Mme de Martigné (née Cuillé).

25 Une procédure contre sa belle-mère et ses demi-frères qui avaient racheté la terre principale du lignage, vendue comme bien national, a été entamée au début du xixe siècle, mais n’a pas été poursuivie (Kersauson 1886).

26 « Vous me peignez comme un être qui n’a rien de sacré » (6 septembre 1818, ak).

27 C’est l’argument qu’il a fait prévaloir pour remettre en cause le testament de sa tante (lettre de François de Kersauson à Marie-Anne Drillet de Lannigou, 22 mai 1812, ak).

28 Les termes d’« égalité », de « justice » et d’« impartialité » reviennent à huit reprises dans sa première lettre.

29 Notons que le jeune homme n’évoque jamais sa mère. Ses critiques s’adressent au frère de celle-ci et à sa propre sœur.

30 Ainsi que le décrivent les correspondances de certains membres de sa parentèle et ainsi qu’il se dépeint lui-même dans son testament (1848, abj).

31 Cette fortune, constituée de terres et de maisons (7/8) et de créances mobilières (1/8), a été accrue de 50 % de 1822 à 1833 (abj).

32 En réalité les charges achetées par ses ascendants n’ont pas été conservées assez longtemps pour donner lieu à annoblissement (abj).

33 « Un parent de Bretagne qui se trouve ici m’assure que la fortune n’est pas du tout exagérée, que la maison en Bretagne est nouvellement réparée, comme M. B. de J. habite constamment sa campagne, il ne le connaît pas personnellement » (Espivent de La Villeboisnet à Mme de Trimond, 24 mars 1833, abj).

34 Sur les relations entre passions et intérêts et les théories auxquelles elles ont donné lieu, bien avant le xixe siècle, voir Hirschman (1980).

35 De 1848 à 1864, seize lettres de Gaston Brossaud de Juigné (né en 1836) à ses parents ont été conservées.

36 Par des achats de terres (185 ha) et surtout par des investissements mobiliers qui constituent, aux alentours de 1860, près de la moitié de ses biens (abj).

37 Le père craint d’avoir à régler les dettes de jeu de son fils (Gaston à son père, 26 juillet 1870, abj).

38 Lettre de Gaston à sa mère, non datée (vers mars 1858, abj).

39 Copie d’un fragment de lettre de Pierre dans un brouillon de Gaston (non daté, vers 1864).

40 Ce qui tendrait du même coup à relativiser l’idée selon laquelle « le tabou verbal de l’argent (dans l’aristocratie) recouvre un tabou réel » (Nagle 1994 : 38).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barthelemy T., 2005, « Quand intérêts et sentiments se mêlent. Correspondances familiales aux XVIIIe et XIXe siècles », Terrain, n° 45, pp. 29-40.

Référence électronique

Thiphaine Barthelemy, « Quand intérêts et sentiments se mêlent », Terrain [En ligne], 45 | septembre 2005, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3517 ; DOI : 10.4000/terrain.3517

Haut de page

Auteur

Thiphaine Barthelemy

Université Paris VIII, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative (CNRS-Paris X)

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals