Navigation – Plan du site
Repères

Douarnenez : le musée du Bateau

Isabelle Longuet

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Bretagne
Haut de page

Texte intégral

1Une quinzaine de bateaux avec toutes leurs voiles sont massés sous la verrière nouvellement percée d'une ancienne conserverie de poisson - c'est la « salle des gréements », spectaculaire espace central du musée du Bateau à Douarnenez. Un musée en train de se faire et qui est pourtant déjà l'aboutissement d'une longue histoire.

Une culture technique largement partagée

2La fin des années 70 voit converger plusieurs initiatives. A Douarnenez, une association, Treizour, est créée pour collecter la mémoire des hommes de la mer - pêche, construction navale, etc. Elle parvient ainsi à ouvrir un musée dans les locaux de l'ancien Abri du marin1 que la municipalité a mis à sa disposition. Elle s'intéresse aussi aux bateaux traditionnels, et il est déjà presque trop tard : il faut souvent les extraire de la vase des cimetières marins. Le premier sauvetage de bateau est celui du canot de pêche le Mimosa, vestige de la flottille traditionnelle de Douarnenez. Cette entreprise fait aujourd'hui figure d'acte fondateur.

3Parallèlement, en 1979, se constitue la Fédération régionale pour la culture maritime, qui regroupe un grand nombre d'associations comme Treizour, toutes intéressées par un même objectif de préservation du patrimoine maritime. Enfin, une autre initiative a pris corps : le lancement du Chasse-Marée, revue d'ethnologie maritime qui connaît rapidement un large succès dont témoignent les 40 000 exemplaires de chaque numéro qui se vendent aujourd'hui ; l'équipe, de même que la FRCM, a choisi de s'implanter à Douarnenez pour monter ce qui est devenu une maison d'édition active tant dans le domaine des publications que dans celui de la recherche.

4Ce foisonnement d'interventions manifeste l'existence d'une véritable culture de la mer, populaire, largement partagée par les douarnenistes attachés à l'ancienne ville sardinière ou par les passionnés de la mer de cette région qui, la première, s'est lancée dans une étude de son patrimoine nautique ; mais partagée aussi par de nombreux amateurs de la navigation de plaisance pourvus d'une base de savoir technique qui fait aimer la mer et donne envie de connaître davantage. Un trait original en regard d'autres domaines du patrimoine. Les rassemblements, en 1986 et 1988 toujours à Douarnenez, de voiliers traditionnels, dont le dernier a réuni quelque 850 bateaux et un public de 300 000 personnes, sont la marque éloquente de ce puissant mouvement culturel.

Le musée et ses collections

5En 1985, ces partenaires se retrouvent sur l'idée d'un grand musée qui serait consacré exclusivement au bateau traditionnel, à son usage et à l'histoire des techniques de construction. Il n'en existe pas alors en France et cela rendrait possible la systématisation du travail de collecte de bateaux déjà engagé.

6Plusieurs expositions de préfiguration aboutissent à l'inauguration, en 1988, du musée du Bateau, municipal, grâce à l'implication de la Ville. Un conservateur, Denis-Michel Boëll, a été recruté en 1985. La réalisation associative qui avait vu le jour grâce à des bénévoles passionnés, se transforme en un établissement culturel légitimé par les pouvoirs publics (le bénévolat demeure toutefois un facteur essentiel pour un établissement aux ressources limitées). Il est admirablement situé : le bâtiment industriel qui l'abrite, ancienne conserverie du xixe siècle qui a cessé ses activités en 1983, se trouve au bord d'un bras de mer qui s'enfonce dans la ville, la ria de Port-Rhu. Ses 1500 m2 sont progressivement aménagés, selon un parti architectural de sobriété extrême et de visibilité de la structure d'origine. Béton et métal, couleurs blanc et bleu vif, génèrent une froideur sur laquelle tranchent les matières et tons chauds des bateaux exposés.

7Le musée est fondé sur la mise en présence du public avec de vrais bateaux, dont la variété illustre les différents types de construction, modes de propulsions et utilisations. Le visiteur circule entre les bateaux et trouve des présentations écrites, photographiques ou audiovisuelles sur les techniques, l'origine des embarcations ; plus loin, la reconstitution d'un petit atelier de charpente maritime évoque l'atmosphère des chantiers artisanaux de Bretagne.

8La collection compte aujourd'hui 180 bateaux de petite taille, n'excédant pas 10 mètres ; une collection unique, selon Denis-Michel Boëll, et « qu'à dix ans près, il aurait été impossible de rassembler ». Dans le souci de présenter une typologie représentative, la collection, d'abord constituée de bateaux bretons, couvre à présent l'ensemble du littoral français - bisquines, chaloupes sardinières, canots, caïques, goémoniers, sinagos, cotres... - et s'étend même aux eaux intérieures - chaland de l'Adour, blin de Brière... Des bateaux d'autres pays d'Europe sont également collectés afin de présenter des caractéristiques de construction qui n'existent pas en France : bateaux de peau ou de toile, coracles anglais, curraghs irlandais, oselvaz norvégiens, embarcations portugaises aux décorations multicolores... D'abord centrée sur les bateaux de travail, les premiers à disparaître, la collecte s'est étendue aux bateaux de plaisance.

9Le repérage et l'acheminement de chacun de ces navires nécessite la mobilisation d'un réseau qui s'est bâti peu à peu et a forgé des solidarités au-delà des frontières ; leur acheminement est bien souvent une entreprise difficile mais exaltante.

10Les éléments qui se rapportent au bateau sont également rassemblés : instruments de navigation, voiles, perches, rames, outillage... Des expositions temporaires, occasion de nouvelles investigations, favorisent encore l'accroissement des collections : ainsi, l'exposition Bateaux du Tage actuellement présentée a permis une acquisition nouvelle.

11En complément à la collecte, se développe un sérieux travail de recherche qui devrait s'amplifier dans l'avenir.

12On peut seulement regretter que l'homme soit peu présent. L'homme n'est pas qu'auteur de gestes à fabriquer ou à faire avancer le bateau ; il est la charnière entre les techniques qu'il hérite, emprunte ou imagine, et les besoins auxquels il cherche ainsi à répondre. On aimerait que soit évoqué son rapport au bateau, qu'il personnifie parfois par des prénoms. On aimerait aussi entendre raconter des histoires sur ces bateaux aux itinéraires quelquefois curieux et passionnants, comme celui de Daisy, dinghy de la Tamise, qui entame sa carrière au musée à l'âge de cent ans.

Le musée et l'atelier

13Une des particularités du musée est l'existence, dans le même bâtiment, d'un atelier de charpente maritime qui, à côté des collections originales, fabrique des bateaux neufs. Les Ateliers de l'Enfer ont été ouverts par la FRCM. Jean-Louis Dauge y forme des jeunes à la construction en bois. A certaines périodes de l'année, l'atelier déborde sur la place longée par le bâtiment et alors occupée par des établis d'apprentis et jonchée de copeaux.

14L'atelier est utile à plusieurs titres :

15- Il permet de transmettre et perpétuer, à côté des objets du musée, par l'apprentissage vivant, les savoir-faire liés à la construction traditionnelle et il participe ainsi à la mise en place d'un véritable conservatoire des techniques ;

16- Il forme une main-d'œuvre compétente qui se trouve à s'employer dans les chantiers navals artisanaux de la région. Si la demande n'est pas énorme, elle existe, et c'est bien le meilleur moyen de conserver des savoir-faire ;

17- Il construit, d'après des plans retrouvés ou à travers la mémoire de vieux charpentiers, des bateaux aujourd'hui disparus et que l'on cherche à mieux connaître, ou, d'après les originaux conservés au musée, des répliques navigables à des fins de démonstration et d'animation. Vingt-cinq bateaux ont été déjà construits que des associations font aujourd'hui naviguer. Douarnenez a lancé ainsi un mouvement qui se développe dans toute la Bretagne et gagne désormais d'autres régions : la fabrication d'un patrimoine tout neuf à l'image de l'ancien.

Conserver, restaurer, fabriquer

18Les Ateliers de l'Enfer participent ainsi d'une politique de conservation qui progressivement s'élabore. Les difficultés sont grandes : tirés de leur eau pour être présentés au sec dans un espace sujet aux variations de température, les bateaux risquent de se dégrader. De plus, il n'existe pas en France d'ateliers de restauration de bateaux. Là encore, l'équipe de Douarnenez doit expérimenter.

19Elle a défini quelques principes : les bateaux originaux, même fortement endommagés, ne subissent aucune restauration qui les modifierait. Ils restent l'objet de référence nécessaire à une étude scientifique de l'évolution des techniques. La construction de bateaux disparus ou celle de répliques permet d'en avoir une représentation complète et d'approfondir les connaissances techniques que l'on a d'eux en faisant de la navigation expérimentale.

20A présent, c'est un atelier de restauration de bateaux d'ampleur nationale que le musée cherche à monter.

Projets d'avenir : musée de site et bassin à flot

21Mais la réalisation ne doit pas s'arrêter là. Autant le projet scientifique que le souci de favoriser l'accès du public à la culture maritime ont conduit à la proposition d'une extension du musée sur le site de Port-Rhu par l'aménagement d'un bassin à flot. Il n'en existe pas en France, mais il y en a des exemples célèbres dans d'autres pays, tel Mystic Seaport, souvent cité, des côtes de la Nouvelle-Angleterre.

22Le projet est ambitieux : le bras de mer du Port-Rhu sera aménagé par une digue munie d'un passage pour les bateaux afin d'être maintenu à flot en permanence. Les collections pourront s'enrichir de navires de grande taille, que le musée actuel ne peut contenir. Le Port-Rhu sera port de plaisance, port de cabotage, port de pêche. Des ateliers et hangars abriteront toutes les activités liées au bateau, voilerie, corderie, etc., ainsi que des espaces d'exposition et des boutiques. L'autre rive, qui n'est pas urbanisée, permettra de développer la construction en plein air et de reconstituer des unités d'exploitation telles qu'un chantier ostréicole, une récolte de goémon ou des constructions plus vastes comme un chantier d'entretien des bateaux. Il s'agit là d'une entreprise de plusieurs années et qui donnerait au site une envergure internationale. Il faut souhaiter que les moyens lui soient pleinement alloués. Outre l'intérêt scientifique et culturel du projet, les retombées économiques que l'on peut en attendre méritent de prendre des risques.

23Tout un patrimoine traditionnel, dont la disparition est provoquée par les transformations des activités maritimes, des techniques et des matériaux, a pu être ainsi préservé grâce à une large mobilisation et au regain d'intérêt pour la culture maritime. Le musée du Bateau reflète l'évolution actuelle des musées d'anthropologie vers les formes de musées de site ou de plein air, à l'image de ce que font d'autres pays depuis déjà longtemps. Certains s'en inquiètent. A tort, si l'on sait concilier le souci d'intéresser un large public avec un véritable travail scientifique et faire du musée anthropologique, certes un lieu d'attraction du public, mais surtout de questionnement sur l'homme.

Haut de page

Notes

1Les Abris du marin furent créés en Bretagne en 1900 par J. de Thézac afin d'améliorer l'état, tant moral que matériel, des pêcheurs. Quinze abris furent construits pourvus de dispensaires, bibliothèques, et où cours et conférences étaient donnés.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Longuet I., 1990, « Douarnenez : le musée du Bateau », Terrain, n° 14, pp. 152-155.

Référence électronique

Isabelle Longuet, « Douarnenez : le musée du Bateau », Terrain [En ligne], 14 | mars 1990, mis en ligne le 17 juillet 2007, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3642 ; DOI : 10.4000/terrain.3642

Haut de page

Auteur

Isabelle Longuet

Mission du Patrimoine ethnologique

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals