Navigation – Plan du site
Repères

Désir d’enfant chez les gays et les lesbiennes

Martine Gross
p. 151-164

Résumés

L’étude du désir d’enfant chez les gays et les lesbiennes peut éclairer plus largement ce qu’il en est du désir d’enfant chez les hommes et chez les femmes. Les questions abordées dans cet article interrogeront pour cette population l’articulation entre conjugalité et parentalité, l’articulation entre parenté biologique et parenté sociale, enfin les innovations éventuellement introduites au sein des familles homoparentales, des rôles sociaux des hommes et des femmes auprès des enfants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je préfère les termes gays et lesbiennes, utilisés par les acteurs sociaux pour se désigner, plutôt (...)

1L’étude des projets parentaux desgays et des lesbiennes1, comme mini laboratoire social, permet d’éclairer points communs et différences dans l’expression du désir d’enfant chez les hommes et chez les femmes. Dans le projet homoparental, le désir d’enfant est détaché, isolé du désir hétérosexuel pour le parent de l’autre sexe. Qu’en est-il alors de l’articulation entre la conjugalité et le désir d’enfant ? Désire-t-on un enfant comme avenir de l’amour du couple (ici de personnes de même sexe), fruit symbolique du couple, ou bien désire-t-on individuellement un enfant indépendamment de la vie de couple ? Ou encore une combinaison des deux, désir du couple et désir individuel ?

2Dans l’hétéroparentalité, lorsque le couple ne souffre pas d’infertilité, ces éléments sont, dans la plupart des cas, imbriqués : l’enfant n’est pas un objet symbolique, il est le fruit de la sexualité procréatrice du couple de sorte que, même si chacun porte un désir individuel de transmission, le désir d’enfant peut être vécu par les deux parents ou par un seul des deux comme un projet commun : le projet parental du couple.

3Les modalités choisies par les mères lesbiennes et les pères gays pour devenir parents illustrent plusieurs questions qui se posent à eux :
• l’articulation entre conjugalité et parentalité ;
• l’articulation entre parenté biologique et parenté sociale ;
• la tension entre deux tendances : d’une part, la persistance d’une idéologie essentialiste qui hiérarchise parents biologiques et parents qui ne le sont pas, les mères et les pères ; et d’autre part une innovation fondamentale, à savoir un rôle social équivalent, de même ordre pour chaque sexe, auprès des enfants.

4Mon propos s’appuie sur deux enquêtes :
• une enquête par questionnaires réalisée en 2001 auprès de 285 membres de l’APGL (Association des parents et futurs parents gays et lesbiens) ;
• une enquête qualitative menée en 2002-2003 au moyen d’entretiens semi-directifs auprès d’une soixantaine de personnes : pères gays, mères lesbiennes ou homosexuel(le)s souhaitant devenir parents.

Deux asymétries

5Avant d’étudier plus précisément les projets parentaux des gays et des lesbiennes et les discours qu’ils et elles tiennent à propos de la manière de fonder une famille homoparentale, remarquons que les hommes et les femmes en France ne sont pas égaux lorsqu’ils veulent devenir parents, que ce soit en donnant la vie ou en adoptant. Après des siècles pendant lesquels les femmes n’eurent aucune maîtrise sur leur corps, elles ont obtenu aujourd’hui le droit de disposer de leur ventre, d’avoir « un enfant quand je veux, si je veux ». Elles sont libres d’avorter ou de procréer. Porter un enfant puis accoucher leur donne immédiatement le statut de mère légale (Iacub 2004). Elles peuvent renoncer à la maternité, mais il faut alors que l’accouchement lui-même soit effacé, qu’il n’ait pas eu lieu, c’est l’accouchement sous X. Autrement dit, la maternité rime avec naturalité. Un homme pour être père devra savoir quelle femme a accouché de son enfant pour déclarer sa volonté d’être père. La paternité, détachée de la maternité, aurait quelque chose de contre-nature.

6Les gays et les lesbiennes se trouvent confrontés à cette asymétrie. Pour concevoir, les femmes peuvent se tourner vers des pays voisins tels que la Belgique, l’Espagne pour recourir à une IAD (Insémination artificielle par donneur) avec un donneur inconnu ou les Pays-Bas pour une IAD avec possibilité pour l’enfant de connaître à 16 ans l’identité de son géniteur. Elles peuvent demander à un ami de les aider à donner la vie, sans qu’il s’implique ensuite dans l’éducation de l’enfant, c’est ce qu’on appelle avoir recours à un donneur connu. Elles peuvent faire une demande pour adopter. Elles peuvent aussi choisir la coparentalité, c’est-à-dire se rapprocher d’un homme gay et de son compagnon ou d’un homme non gay, pour « coparenter » avec lui l’enfant qu’ils auront conçu ensemble.

7Force est de constater que les choix ne sont pas aussi nombreux pour les hommes. Ils ne peuvent se faire inséminer ni porter un enfant. Pour devenir père, il leur faudra impérativement passer par une femme ou adopter. L’adoption n’est pas impossible mais difficile de manière générale pour les célibataires auxquels les couples sont préférés, et sans doute plus difficile encore pour les hommes. Ont-ils intégré cette difficulté, comme certains pères séparés qui, ayant assimilé la difficulté à obtenir la résidence principale de leurs enfants (Neyrand 2001), ne font pas la démarche de la demander, persuadés de ne pas obtenir satisfaction ?

8Les lois de bioéthique de juillet 1994 rendent impossible le recours à une maternité de substitution en France. La démarche est de ce fait rendue très complexe et explique sans doute le petit nombre d’hommes qui se tournent vers cette solution.

9La très grande majorité des hommes (85 %) de l’APGL qui souhaitent devenir parents se tournent ainsi vers la coparentalité, alors que seules 40 % des femmes choisissent cette configuration familiale.

10A cette asymétrie s’en ajoute une autre. Il s’agit de l’asymétrie au regard de la loi en ce qui concerne les positions parentales des différents acteurs qui fondent une famille selon qu’ils peuvent ou non entrer dans le cadre du modèle de filiation exclusif « un père, une mère, pas un de plus » du droit de la famille en France. Ceux qui n’entrent pas dans ce cadre légal n’ont aucun statut de parent au regard de la loi. Par exemple, la compagne d’une mère ou le compagnon d’un père, s’ils se conduisent comme des parents, se qualifient eux-mêmes de « parent social ». « Être un parent social » désigne la situation d’une personne qui se conduit comme un parent mais n’a aucun des droits et devoirs prévus par la loi pour les relations entre parents et enfants. Soit parce que c’est une personne du même sexe que le parent légal, soit parce qu’il y a déjà un père et une mère et qu’il ne peut y avoir de parent en plus.

L’articulation entre conjugalité et parentalité

Les projets parentaux sont-ils des projets de couples ou des projets individuels ? •

11L’enquête par questionnaires de 2001 auprès des adhérent(e)s de l’APGL montre que 82 % des femmes et 67 % des hommes vivent en couple. Les femmes sont aussi beaucoup plus nombreuses à être en couple depuis plus de cinq ans (69 % des femmes vivent en couple pour 41 % des hommes). Cela est à rapprocher des enquêtes (Spira, Bajos & Groupe ACSF 1993 ; Bozon, Leridon, Riandez & Groupe ACSF 1993 ; Jaspard 1997 ; Bajos, Bozon & al., 1998 ; Simon & al. 1972) sur la sexualité des Français.

12Les études sur la « première fois » montrent que les filles sont plus nombreuses à associer la sexualité à l’amour voire au couple (Bozon 2001) tandis que, pour les garçons, il s’agit d’une étape dans l’apprentissage de la sexualité. Par la suite, ce malentendu des premiers rapports, note Michèle Ferrand (2004), se rejoue au fil des rencontres ultérieures : généralement, les hommes recherchent d’abord une partenaire sexuelle tandis que les femmes continuent à chercher plutôt une relation affective stable. A propos de la manière de vivre son homosexualité, Michèle Ferrand (2004) note qu’elle diffère selon qu’il s’agit de gays ou de lesbiennes. La conjugalité, comme forme de gestion de la vie amoureuse et sexuelle, semble davantage préférée par les femmes. Ces dernières privilégient le statutde relation durable fondée sur un soutien psychologique et affectif qui l’emporte sur le rapport érotique, alors que le couple masculin reste plus propice à une valorisation de la dimension érotique de la relation (Schiltz 1998).

13Parmi les hommes qui souhaitent devenir parents ou qui le sont déjà, nombreux (67 %) sont ceux qui vivent en couple même s’ils sont proportionnellement moins nombreux que les femmes (81 %). En 1995, plus de la moitié des répondants des enquêtes sur les modes de vie gays déclaraient une relation stable avec un homme (Schiltz 1999). La population masculine de l’APGL vit donc plus souvent en couple que les hommes gays en général. Dans cette étude, je me suis penchée sur la dimension conjugale ou individuelle du projet parental chez les gays et les lesbiennes qui vivent en couple. Etre en couple au moment de l’élaboration ou de la réalisation du projet apparaît comme une condition nécessaire à la dimension conjugale du projet, mais cela ne constitue pas une condition suffisante. On peut en effet vivre en couple mais élaborer un projet parental individuel.

14Les indicateurs de la dimension conjugale du projet sont :
– des énoncés particuliers situant par exemple « l’enfant comme prolongement du couple » ou le couple comme préalable indispensable à la réalisation d’un désir qui peut être antérieur à la constitution du couple ;
– le positionnement du compagnon ou de la compagne comme « parent ».

Les hommes •

15En ce qui concerne leurs projets parentaux, qu’il s’agisse d’adoption, de maternité pour autrui, ou de coparentalité, le projet est plus souvent celui d’un seul des deux membres du couple. Parfois, il existe deux projets individuels.

16• Alain (projet d’adoption) : « C’est un projet que j’avais avant de le connaître, qui n’a fait que se développer quand je l’ai rencontré il y a quatre ans parce qu’il est très proche des enfants. […] Récemment, il a déposé un dossier d’agrément. Pour l’instant c’est pas dit, mais ce que j’ai en tête, moi, c’est qu’on mène chacun nos histoires jusqu’à, si ça se passe bien, jusqu’à l’adoption plénière. En plus, lui, il ne rêve que d’une chose, c’est d’une petite fille, donc ce serait parfait et qu’après, on fusionne. »

17• Fabien (projet de coparentalité) : « Depuis toujours j’ai souhaité avoir un enfant ou des enfants. Ce désir était déjà là avant la découverte, si je peux employer ce mot-là, de mon homosexualité. […] Ce n’était pas un projet de couple, ce n’était clairement pas un projet de couple. »

18L’enquête quantitative vient confirmer cette tendance. A la question : « Si vous êtes le compagnon d’un père ou la compagne d’une mère et que le projet d’enfant a été élaboré dans un contexte homoparental, comment vous êtes-vous situé par rapport à ce projet ? » la moitié des hommes ont répondu qu’ils accompagnaient le projet mais ne se considéraient pas comme un parent.

19En revanche, à la question : « En tant que compagnon ou compagne d’un futur parent gay ou lesbien, comment vous situez-vous par rapport au projet d’enfant ? » davantage d’hommes compagnon d’un futur père (59 % pour 43 % pour les compagnons des déjà pères) se situent comme un futur parent, ce qui signe peut-être un assouplissement des représentations. Les assignations de rôle font que les gays et les lesbiennes qui ne sont pas des parents légaux ne s’autorisent pas à se considérer comme parents.

20Il faut cependant préciser que se définir comme un parent ou un futur parent dans l’énoncé d’un discours à propos du projet parental ne dit rien sur la réalité concrète de la vie quotidienne avec l’enfant. Car le terme « parent » recouvre des significations multiples : le statut légal, le lien du sang et le lien affectif au travers des fonctions parentales exercées au quotidien. Le fait que le projet soit énoncé comme celui d’un seul membre du couple ne dit rien des relations parent-enfant qui se nouent une fois que l’enfant est là.

21Lorsque l’enfant est là, sa présence quotidienne situe les deux hommes d’un couple dans l’exercice des fonctions parentales. Emmanuel Gratton (2005) note qu’il arrive même souvent que l’implication du compagnon finit par égaler, voire dépasser l’implication de l’initiateur du projet.

Les femmes •

22Le désir d’enfant est souvent clairement énoncé comme projet du couple : c’est l’aboutissement du couple, c’est l’enfant fruit de l’amour. Cet énoncé du projet conjugal est d’ailleurs encouragé par les cliniques belges (Baetens, Ponjaert, Van Sterteghem & Devroey 1996).

23• Nathalie et Antoinette (Antoinette a adopté)

24Nathalie : « C’est injuste, c’est frustrant. L’enfant c’est l’aboutissement de notre amour. Et nous ne pouvons pas. D’ailleurs c’est injuste quand on ne peut pas avoir d’enfant, que ce soit dans le cas d’un couple homosexuel ou hétérosexuel. »

25• Jeanne et Clothilde (projet de coparentalité)

26Q : C’était le projet de votre couple ? Ou celui de Clothilde ?

27Jeanne : « C’était toutes les deux. C’était le couple. Le désir est né du couple. Avant on n’avait aucun désir d’enfant. »

28Comme l’indiquent les graphiques précédents, les compagnes des mères légales sont significativement plus nombreuses que les hommes à se situer comme un second parent, et à se définir comme mère d’un enfant qui ne leur est relié ni légalement ni biologiquement.

29• Brigitte et Clarisse (IAD de Brigitte)

30Clarisse : « Nous, on était pour qu’il y ait deux mamans. » En parlant des films tournés à la naissance de leur enfant : « Quand on me voit, c’est vraiment la maman ; et puis évidemment on la voit allaiter. »

31Carla et Marie-Laure ont illustré dans les médias cette position. Les enfants nés de Marie-Laure par une IAD ont porté les noms des deux femmes dès leur naissance. Elles ont fait des démarches pour obtenir que Carla adopte les enfants de Marie-Laure. Puis, dans une deuxième étape, que soient restitués à Marie-Laure ses droits parentaux transférés à Carla du fait des dispositions légales de l’adoption simple qui dépouillait Marie-Laure de son autorité parentale au profit de Carla. Les enfants de Carla et Marie-Laure se trouvent avoir deux mères non seulement à la maison mais aussi au regard de la loi, tant au niveau de la filiation que de l’exercice de l’autorité parentale.

32On peut dire, pour résumer, que les hommes élaborent plus souvent des projets individuels. Leurs compagnons s’investissent dans des fonctions parentales lorsque l’enfant est là, mais ne se situent pas dans la position d’un second père. Les femmes élaborent plus souvent des projets de couples. L’enfant n’est pas le produit naturel du couple mais il en est l’aboutissement. Les compagnes de mères se situent assez souvent comme second parent.

33On peut s’interroger sur le poids des représentations dans cette différence d’articulation de la conjugalité et de la parentalité. Être mère réintroduit une lesbienne dans la féminité, elle redevient une « femme comme les autres » (Hayden 1995). Par ailleurs, on l’a vu, les femmes privilégient souvent les relations de couple, ce qui leur permet peut-être plus facilement de combiner attitudes parentales et conjugales. La paternité non seulement ne remplit pas cette fonction pour les gays, de les faire redevenir « un homme comme les autres », mais peut même au contraire les désigner comme « monstrueux », en les rendant suspects de pédophilie. Par ailleurs, les hommes privilégient la sexualité à la conjugalité. D’où peut-être une plus grande difficulté pour eux à combiner attitudes parentales et conjugales.

34Être deux, comme dans le cas d’un couple de lesbiennes qui a recours à une IAD ou à une adoption, ou être plus de deux, comme dans le cas de la coparentalité où il peut y avoir jusqu’à quatre adultes concernés par le projet parental, est un paramètre important à prendre en compte si l’on veut étudier la position des parents sociaux ainsi que l’articulation entre la conjugalité et la parentalité. Je distingue donc les configurations biparentales des configurations multiparentales. Dans les configurations biparentales, deux personnes seulement élèvent des enfants au sein de leur couple.

35Les configurations multiparentales sont des situations dans lesquelles plus de deux personnes se conduisent comme des parents, c’est entre autres le cas de la coparentalité entre un gay et une lesbienne lorsque leur compagnon et leur compagne s’impliquent comme parents sociaux.

36Voyons maintenant comment l’articulation conjugalité/parentalité s’associe ou non aux discours énoncés autour de la décision de fonder une configuration familiale biparentale ou multiparentale.

Biparentalité, multiparentalité : les discours

37Lorsqu’on interroge les parents gays et lesbiens sur ce qui a motivé le choix de l’adoption, d’une IAD, d’une gestation pour autrui ou de la coparentalité, ils évoquent tous le fait qu’ils ont examiné chacune des possibilités et ont écarté celles qui ne leur convenaient pas, tant du point de vue de leur représentation de ce qu’exige l’intérêt de l’enfant que de leur représentation de la parentalité ou de la famille. Choisir la biparentalité pour les hommes, c’est concrétiser une certaine représentation de la paternité, où prime la relation à l’enfant, sa prise en charge quotidienne et matérielle à temps plein. Pour les femmes, choisir la biparentalité, c’est concrétiser une certaine représentation non de la maternité, mais de la famille comme prolongement du couple. En revanche, lorsque le choix se porte sur la coparentalité, les discours se ressemblent : hommes et femmes veulent donner « un père et une mère » à leur enfant. On verra qu’au-delà de ce discours à l’unisson, la coparentalité est le nid de tensions, conduisant parfois à des conflits majeurs, entre les représentations que se font les hommes et les femmes du concept de père ou de mère.

Discours sur la biparentalité ?

Pour les hommes : il s’agit d’être père à plein temps •

38La spécificité de l’identité paternelle est plus floue que par le passé. On ne sait plus très bien ce qu’est un père ni quelle est exactement la fonction d’un parent masculin, disent par exemple Françoise Hurstel (1996) ou Geneviève Delaisi (1981). Être géniteur ne suffit pas à fonder l’identité paternelle. Dans les années 1960, on reprochait aux pères leur absence auprès de leurs enfants, leur surinvestissement professionnel. On a ensuite dénoncé l’autorité et la contrainte comme méthodes éducatives. La loi du 4 juin 1970, en remplaçant la puissance paternelle par l’autorité parentale, également partagée entre le père et la mère, a contribué à rapprocher les fonctions paternelles et maternelles et à favoriser la représentation du « bon parent » comme étant celui qui, loin de représenter l’autorité, s’implique dans la relation parentale (Ferrand 2004). Christine Castelain-Meunier (2002) note à propos des pères d’aujourd’hui que c’est « l’importance du lien affectif à l’enfant qui caractérise, à leurs yeux, la paternité contemporaine ».

39Une des motivations régulièrement entendue chez les gays qui choisissent d’être pères en adoptant ou ayant recours à une gestation pour autrui, c’est-à-dire sans avoir à partager les fonctions parentales avec une mère, est de pouvoir vivre leur paternité sans contrainte. Ils sont résolument des « nouveaux pères », de ceux qui définissent leur rôle d’abord dans une paternité relationnelle avec l’enfant et qui se perçoivent aussi aptes que les femmes à s’occuper des enfants.

40Ils ont d’abord pensé à la coparentalité et l’ont écartée comme incompatible avec le lien qu’ils souhaitent développer avec leur enfant. Ils peuvent aller jusqu’à exprimer très clairement ne pas vouloir dépendre du bon vouloir d’une femme pour accéder à celui-ci. Ils ne veulent pas être des pères d’un week-end sur deux et des petites vacances. Ils souhaitent être pères à temps plein et assumer totalement leur paternité.

41Ce désir ne signifie pas que les femmes seront évincées de l’environnement de l’enfant car les hommes qui sont pères sans mère s’entourent régulièrement de figures maternelles et grand-maternelles qu’ils vont chercher au sein de leur famille, de leur réseau amical ou à défaut dans le milieu professionnel de la petite enfance.

Pour les femmes : c’est le projet d’un enfant du couple •

42Les femmes de l’APGL qui ont choisi d’adopter, de recourir à une IAD ou à un donneur connu qui ne s’impliquera pas au quotidien ont toutes pensé aussi à la coparentalité. Contrairement aux hommes, elles n’évoquent pas de crainte particulière d’être limitées dans leurs relations avec l’enfant, comme si ces dernières leur étaient « naturellement » assurées. On verra par la suite que cet aspect occulté de la coparentalité peut engendrer des conflits inextricables. Elles ont écarté la coparentalité à cause du risque de fragilisation du couple face à l’introduction d’un tiers dans la relation. Elles disent : « C’est bien assez compliqué comme ça. Nous sommes une famille hors norme, être plus de deux rajoutera des difficultés. »Elles ne souhaitent pas dissocier le parental du conjugal.

43Elles ne sont pas insensibles au discours social selon lequel l’intérêt de l’enfant commande qu’il ait un père et une mère. Pour résoudre cette tension entre « ne pas complexifier la situation » et « l’exigence d’un référent paternel dans l’intérêt de l’enfant », elles choisissent parfois la solution du « donneur connu ». Opter pour un donneur connu est risqué puisque les conventions portant sur un enfant à naître ne sont pas légales. Un donneur connu peut exiger d’exercer ses droits parentaux s’il reconnaît son enfant.

44Nathalie, citée par Anne Cadoret (2002) : « Déjà, construire une relation de couple avec quelqu’un, pour longtemps, ce n’est pas évident. Alors partager l’éducation d’un enfant pendant les vingt ans à venir avec un ami dans une relation d’amitié et non de couple, il faudrait trouver la bonne personne… » Nathalie et sa compagne se sont tournées vers l’adoption.

45Marie-Laure et Carla, citées par Eric Dubreuil (1998). Marie-Laure : « On envisageait un enfant avec un père. On trouvait normal que le père étant connu, il soit présent dans la vie de l’enfant. On était ouvertes à une discussion avec lui sur le rôle qu’il aurait joué… Pendant toutes ces démarches, on s’est posé la question de savoir ce qu’était notre désir d’enfant et on s’est rendu compte que c’était un désir de couple et ensuite on s’est situées davantage comme un couple qui a des difficultés pour avoir des enfants, et qui fait appel à la technique pour remédier à ce problème. » Carla : « Après réflexion, on réalisait qu’on n’aurait pas tellement su comment intégrer quelqu’un de l’extérieur, et toute la difficulté que cela aurait été d’élever un enfant à trois. »

Choisir la coparentalité : « Donner un père et une mère à son enfant ! »

46Hommes et femmes semblent a priori énoncer des discours semblables à propos de la coparentalité. La coparentalité donne un père et une mère à un enfant, un modèle de l’altérité sexuelle. Ce discours, en accord avec les représentations véhiculées par les médias, les psys et tout le discours social, est déculpabilisant par rapport à la transgression des normes sociales. Il répond en partie aux questions concernant ce qui sera renvoyé à l’enfant à l’école, et en général à l’extérieur de la famille. Pourtant, au-delà du thème « généreux » ou de bonne conscience, selon le point de vue où l’on se place, il faut garder à l’esprit d’une part qu’hommes et femmes ne sont pas égaux devant ce choix et que, d’autre part, ils et elles sont traversés par des représentations de la paternité et de la maternité qui entrent aujourd’hui en tension, y compris dans les familles hétéroparentales.

Les hommes •

47Comme on l’a souligné, la coparentalité s’impose souvent comme l’unique possibilité envisageable pour devenir père. En effet, le recours à une mère pour autrui est exceptionnel. Il apparaît à la très grande majorité des hommes interrogés comme inimaginable. Les représentations d’un enfant que l’on prive d’une mère, celles d’une mère qui choisit de donner l’enfant qu’elle a porté, sont très culpabilisantes. Par ailleurs peu d’hommes se tournent vers l’adoption, la démarche est difficile. Il faut dissimuler l’homosexualité dans la plupart des départements pour obtenir un agrément. Rares sont ensuite les pays qui confient un enfant à un homme célibataire. La coparentalité a pour elle deux avantages. Le premier est qu’elle n’est soumise à aucun contrôle social, du fait de sa « naturalité ». Un homme et une femme peuvent procréer comme ils l’entendent, ils deviennent parents sans avoir à demander à la société une autorisation. Le second avantage est qu’elle apaise chez les hommes, comme chez les femmes, la culpabilité à mettre un enfant au monde dans des conditions inhabituelles.

48Reste que la représentation de la « bonne paternité » comme étant celle qui privilégie le temps passé avec les enfants n’est pas absente, même si elle n’est pas explicite au moment de l’élaboration du projet.

Les femmes •

49Le choix de la coparentalité chez les femmes ne peut être imputé à la difficulté de devenir mère autrement qu’en partageant la parentalité avec un père. Elles peuvent se tourner vers l’IAD ou l’adoption. Certaines écartent l’adoption parce qu’elles souhaitent vivre la grossesse. Lorsqu’elles écartent l’IAD, c’est parce qu’elles disent vouloir donner un père à leurs enfants.

  • 2 La loi du 4 juin 1970 a remplacé la puissance paternelle par l’autorité parentale, également partag (...)

50Si le bon père aujourd’hui est celui qui est proche de ses enfants, la mauvaise mère est encore celle qui les aime trop, elle est alors fusionnelle, ou pas assez, elle est alors abandonnante. Si la présence nécessaire d’une mère n’est pas évoquée par le discours social, c’est parce qu’elle est une évidence qui ne se laisse même pas nommer, encore moins déconstruire. En revanche, l’absence de père a été montrée et est toujours montrée du doigt comme la cause de bien des maux, dont la délinquance juvénile. La négation du père menacerait de psychose l’enfant qui serait alors pris dans une fusion mortifère avec sa mère. Ces discours excessifs mettent en évidence les représentations à l’œuvre aujourd’hui dans le prêt à penser psy véhiculé un peu partout : le père serait celui qui vient séparer la mère de son enfant (Naouri 2004) ; la mère serait nécessairement fusionnelle, et pathogène si la fusion qu’elle entretient avec son enfant n’est pas interrompue par le père ; enfin les maux de notre société seraient dus à la maternisation des pères (Schneider 2004) et au trop grand pouvoir des mères maintenant que les pères n’exercent plus la puissance paternelle2. Même si les pères et mères concrets ne se retrouvent pas dans ces images qui ne sont qu’une manière de concevoir les fonctions paternelle et maternelle, qu’une construction sociale à un moment donné, comment peuvent-ils leur échapper ? Comment ne pas être sensible à ces discours ? Accordant elles aussi une valeur à ces représentations d’une mère fusionnelle et du père séparateur, énonciateur de la loi… les femmes choisissent la coparentalité en étant déjà toutes prêtes à mettre en scène la mère fusionnelle qui justement aura beaucoup de mal à se séparer de son nourrisson.

51Janine : « Franchement, les quatre premiers mois, oui je peux le dire, j’étais fusionnelle avec elle. Donc l’adaptation à la crèche, le fait de recommencer à travailler quand Zoé a eu trois mois, trois mois et demi, ça a été très dur. Je voulais faire une adaptation chez son père aussi, l’amener quelques heures, etc., et il me disait : “Mais je suis son père, elle n’a pas besoin d’être adaptée.” Peut-être aussi que c’était moi qui avais besoin de m’adapter à cela. Mais il n’a pas du tout compris ça. Je ne pouvais pas, c’était au-dessus de mes forces. En plus, franchement, il me disait : “Mais tu n’as qu’à tirer son lait et l’amener pour la nuit”, mais pour moi c’était hors de question, vraiment ça me faisait trop mal. J’aime pas les tire-lait, et le soir Zoé tétait toutes les deux heures, la nuit aussi je me réveillais et j’avais les seins pleins de lait avant même qu’elle se réveille (on était tout à fait synchronisées là-dessus). Et c’est vrai que si je ne pouvais pas l’allaiter je ne savais pas comment faire et c’était très, très douloureux. Et ça il ne pouvait pas le comprendre. Quand on allaite son enfant on a besoin de l’avoir à proximité, parce que ça devient vraiment une souffrance ! »

52Rares sont celles qui ont réalisé que donner un père à un enfant c’est aussi lâcher un peu ce rôle, changer de registre et accepter de « donner » de temps à autre l’enfant à son père.

53Claudine : « On a des idées généreuses au départ, on veut donner un père à son enfant. Mais après, on réalise qu’il faut donner son enfant au père et là, c’est autre chose. Ça fait mal… »

54Un homme sur la mailing liste de l’APGL : « J’ai le sentiment, de plus en plus net, que le principal obstacle à l’aboutissement ou à la pérennité d’un projet de coparentalité se trouve dans cet instinct maternel qui fait que la mère rechigne à laisser l’enfant en bas âge au père, et craint d’avoir un jour à lui en laisser la garde. Plus simplement, j’ai tendance à penser que les mères considèrent que les pères ne sont pas “tout à fait” capables d’assurer la sécurité et l’éducation de leurs enfants. »

Nouveaux pères et mères « traditionnelles » : les tensions de la coparentalité

55L’évolution des représentations de la paternité trouve sans doute son apogée chez les pères gays. En effet, le parcours entre le moment où ils prennent conscience de l’homosexualité et celui où, malgré les difficultés, ils deviennent pères les amènent, peut-être plus que d’autres hommes, à se représenter la paternité comme essentiellement relationnelle.

56Un homme sur la mailing liste de l’APGL : « Un gay qui veut des enfants ne veut pas a priori d’une situation où il serait la troisième roue du carrosse. Si c’est le cas, il faut qu’il s’interroge sur son désir d’enfant (il y a des loisirs [!] moins compliqués et qui entraînent moins de souffrances). On ne les entend jamais ces hommes (s’ils existent). Je ne peux pas m’empêcher de les considérer comme des arriérés (oups, excusez le non-non-jugement) ou des inconscients qui ne font pas la différence entre un animal de compagnie et un enfant. Si c’est juste pour le sortir toutes les deux semaines pour le montrer à sa propre mère ou à qui que ce soit, et se sentir gonflé d’importance à l’idée d’Etre Père, je trouve ça un peu ridicule. »

57Claudine : « On peut parler du projet pendant des mois, mais la réalité est autre. Après, il y a des tensions, des limites… Par exemple, on était d’accord pour la garde alternée avec une période de progressivité. Moi, cette progressivité, je la voyais sur cinq ans, Marc sur cinq semaines ! Le fait est qu’on n’avait pas précisé par écrit… Je pense que nous ne voulions pas arrêter le projet pour ça. De toute manière, quel que soit le temps de garde de chaque parent, la mère trouvera toujours qu’elle n’a pas assez, et le père qu’elle a toujours trop ! On a essayé dix rythmes différents (sur deux ans) et, à chaque fois, je trouve qu’il l’a trop, et lui pas assez ! »

58Ces exemples illustrent les tensions inévitables entre ces pères qui placent leur paternité dans une relation qui ne peut se construire que dans un temps réel passé avec l’enfant, et des mères pour lesquelles les représentations de la maternité se situent sur le même terrain : temps passé avec l’enfant, vécu relationnel et corporel. Si les pères sont « nouveaux », les mères, elles, sont encore assez « traditionnelles ». Hommes et femmes ne mettent pas la même chose derrière le mot « père ». Quand elles veulent donner un père à leur enfant, les femmes semblent vouloir donner davantage une idée de père que des conditions pour que se nouent une relation père-enfant qui pourrait être une relation rivale de la leur. Elles disent : « Je veux que mon enfant sache qui est son père », « Il faut qu’il ait une référence paternelle ». Cette référence paternelle est non exempte des représentations véhiculées par les médias, du père comme étant celui qui fait autorité, qui fait loi.

59Elles sont alors critiques devant des pères maternants. Déçues qu’ils ne soient pas plus dans une position de tiers qui dit la loi, elles ne voulaient pas d’un « papa poule » mais d’un père qui dit la loi. Christine Castelain-Meunier (2002) décrit cette situation pour les familles hétéroparentales : « L’homme est souvent sollicité de manière contradictoire, d’une part autour de l’exercice de son rôle que la femme attend et conteste, d’autre part autour de l’expérience d’un nouveau rôle, qu’elle redoute de crainte de perdre ses anciens privilèges dans ses rapports spécifiques à l’enfant. » Elle note « qu’une image d’usurpateur est véhiculée par un courant de la pédiatrie (Aldo Naouri), par des représentations psychanalytiques concernant le rôle du père – par référence à la loi (Freud) et en fonction du mode d’introduction du père par la mère (Lacan) –, qui obturent ou limitent pour le père les modes d’habituer sa paternité. Il se trouve enfermé dans des stéréotypes qui le réduisent à une “mère” bis ou qui le rendent dépendant de la place que lui fait la mère ».

60Lorsque paternité et maternité s’autonomisent de l’interaction homme-femme au sein du conjugal se pose la question d’une redéfinition des fonctions et des rôles non assignés sexuellement. Les fonctions paternelles et maternelles deviennent des fonctions familiales et ne se confondent pas avec les personnes concrètes.

61Un autre élément rend ces tensions plus aiguës encore. Il s’agit de la concurrence entre la parentalité conjugale et l’hétéroparentalité. On l’a vu, les lesbiennes ont souvent élaboré un projet parental de couple. Or, dans la coparentalité, l’absence de statut légal de la compagne est d’autant plus douloureux qu’elle ne peut se situer en tant que « second » parent, mais seulement en tant que troisième. Dans les premiers mois après la naissance, la mère va essayer de rassurer la compagne sur sa place auprès de l’enfant, d’autant qu’au quotidien, c’est bien le couple de femmes qui s’occupe de lui. Le père, déjà impatient pendant la grossesse, ressent cette situation comme une mise à l’écart.

62Il peut arriver que, lorsqu’une entente est enfin trouvée entre le père et la mère, le couple formé par la mère et sa compagne se défasse.

63Ce tableau assez sombre de la coparentalité des premiers mois, parfois des premières années, finit par s’éclaircir avec le temps. Des ajustements, des accommodements sont trouvés. Il n’empêche que ceux-ci illustrent une tension entre d’une part la persistance d’une conception essentialiste du rôle des hommes et des femmes dans la famille et d’autre part une innovation dans les rapports sociaux de sexe, vers plus d’égalité pour chaque sexe au sein des rôles parentaux. La représentation essentialiste à l’œuvre dans la coparentalité fait perdurer une hiérarchisation inversée des rôles au sein de laquelle les mères parce qu’elles ont donné la vie ont le pouvoir de désigner quel autre parent elles souhaitent à leurs côtés : leur compagne ou bien le père. Deux hiérarchies sont possibles : la mère, la compagne, le père, son compagnon ou bien la mère, le père, la compagne de la mère, le compagnon du père. La maîtrise de leur maternité par les femmes les place, comme le dit Marcela Iacub (2002), en tant que « protagonistes principales du nouvel ordre sexué de la reproduction ». Le domaine de la procréation a placé historiquement les femmes sous la domination masculine. Elles ont conquis dorénavant ce domaine, mais si elles écartent les hommes du lien avec l’enfant, elles risquent de reconduire les inégalités en se maintenant seules dépositaires des charges parentales.

64A côté de cette hiérarchisation inversée des sexes s’instaurent progressivement des valeurs égalitaires quant aux rôles de chaque sexe dans la coparentalité. Ces valeurs égalitaires se traduisent par exemple par la mise en place de plus en plus fréquente d’une résidence alternée.

65Une femme sur la mailing liste de l’APGL : « S’agissant de l’instinct maternel et de la capacité des pères à élever des enfants, il convient d’éviter de généraliser, il est des femmes (nous en sommes) qui ne se sentent pas investies de compétences supérieures aux hommes dans ce domaine. De notre côté nous avons évoqué le sujet avec les garçons, nous envisageons de commencer la garde alternée dès les premières semaines (avant la fin du premier mois). »

66On entend des femmes dire qu’elles se forceront à laisser la juste place du père à l’homme, on entend des hommes dire qu’ils font confiance à la mère ou au couple de lesbiennes pour partager équitablement la parentalité. Des chartes s’efforçant à l’équité sont rédigées et signées entre les père et mère de la coparentalité.

Conclusion

67Les données de l’enquête auprès des adhérents de l’APGL en 2001 et les entretiens montrent qu’hommes et femmes n’articulent pas de la même manière leurs projets parentaux à la conjugalité. Pour les femmes, il s’agit un peu plus souvent d’un projet de couple. Du fait de l’importance accordée au biologique dans notre droit de la famille mais aussi dans nos représentations se confrontent deux tendances dans les rapports de genre entre les parents : une tendance à rendre les pères dépendants des mères pour accéder à la paternité, une tendance à l’égalité des rôles et des fonctions.

Haut de page

Bibliographie

Baetens P., Ponjaert I., Van Sterteghem A.C. & P. Devroey, 1996. « PMA et nouvelles formes de familles, une étude sur les inséminations artificielles de femmes seules et homosexuelles », Thérapie familiale, n° 171, pp. 51-60.

Bajos N., Bozon M. & al., 1998. La Sexualité aux temps du sida, Paris, PUF, coll. « Sociologie d’aujourd’hui ».

Bozon M., 2001. « Sexualité et genre », in Laufer J., Marry C. & M. Maruani (dir.), Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF, coll. « Sciences sociales et sociétés », pp.169-186.

Bozon M., Leridon H., Riandez B. & Groupe ACSF, 1993. « Les comportements sexuels en France : d’un rapport à l’autre », Population et sociétés, n° 276, février.

Cadoret A., 2002. Des parents comme les autres ? Homosexualité et parenté, Paris, Odile Jacob.

Castelain-Meunier C., 2002. La Place des hommes et les métamorphoses de la famille, Paris, PUF, coll. « Sociologie d’aujourd’hui », p. 84.

Delaisi G., 1981. La Part du père, Paris, Le Seuil.

Dubreuil E., 1998. Des parents de même sexe, Paris, Odile Jacob.

Ferrand M., 2004. Féminin, masculin, Paris, La Découverte, coll. « Repères », p. 91.

Gratton E., 2005. « Les déclinaisons de la paternité gaye », in Gross M. (dir.), Homoparentalités, état des lieux, Paris, Erès.

Hayden C., 1995. « Gender, genetics, and generation : reformulating biology in lesbian kinship », Cultural Anthropology, n° 10 (1), p. 52.

Hurstel F., 1996. La Déchirure paternelle, Paris, PUF.

Iacub M., 2002. Le crime était presque sexuel : et autres essais de casuistique juridique, Paris, EPEL.

2004. L’Empire du ventre : pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard, coll. « Histoire de la pensée ».

Jaspard M., 1997. La Sexualité en France, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Naouri A., 2004. Les Pères et les mères, Paris, Odile Jacob.

Neyrand G., 2001. L’Enfant face à la séparation des parents. Une solution, la résidence alternée, Paris, Syros.

Schiltz M.-A., 1998. « Un ordinaire insolite : le couple homosexuel », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 125, pp. 30-43.

Schneider M., 2004. Big Mother : psychopathologie de la France politique, Paris, Odile Jacob.

Simon P. & al., 1972. Rapport sur le comportement sexuel des Français, Paris, Julliard et Charron.

Spira A., Bajos N. & Groupe ACSF (dir.), 1993. Les Comportements sexuels en France, Paris, La Documentation française, « coll. des rapports officiels ».

Haut de page

Notes

1 Je préfère les termes gays et lesbiennes, utilisés par les acteurs sociaux pour se désigner, plutôt qu’homosexuel(le)s. Le terme homosexualité d’origine médicale a davantage été utilisé dans un contexte de stigmatisation et de pathologisation.

2 La loi du 4 juin 1970 a remplacé la puissance paternelle par l’autorité parentale, également partagée entre le père et la mère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gross M., 2006, « Désir d’enfant chez les gays et les lesbiennes », Terrain, n° 46, pp. 151-164.

Référence électronique

Martine Gross, « Désir d’enfant chez les gays et les lesbiennes », Terrain [En ligne], 46 | mars 2006, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/4055 ; DOI : 10.4000/terrain.4055

Haut de page

Auteur

Martine Gross

CNRS, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux, Paris

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals