Navigation – Plan du site
Repères

La crise de foie : une affection française ?

Marie-Christine Pouchelle
p. 149-164

Résumés

La persistance des représentations humorales où le foie joue un rôle dominant ne suffit pas à expliquer la fortune de la crise de foie chez les Français et surtout les Françaises. Construit au xixe siècle par la médecine, le syndrome connut son âge d’or des années 1920 aux années 1950. Depuis, progressivement abandonné par nos médecins, il continue d’appartenir aux savoirs communs, de donner forme à un certain nombre de malaises et de susciter l’ironie des Anglo-Saxons. La crise de foie appartient à une vaste nébuleuse de représentations et de comportements pas seulement médicaux, où s’entrecroisent les registres alimentaires, émotionnels, religieux, sexuels, vestimentaires, climatiques, coloniaux, nationaux, ainsi que ceux du pouvoir et de l’émancipation féminine.

Haut de page

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France

Mot-clé :

foie, pouvoir, santé, sexualité
Haut de page

Texte intégral

 « Attention […], y a pas mal de vieilles qui avaient des « crises de foie » avant leur ménopause… et qui en fait étaient des migraineuses » (E-carabin 2006).

1La crise de foie, « concept tenace qu’on ne retrouve aujourd’hui dans aucun manuel de pathologie, qu’il soit français ou étranger » (Serre 1981 : 3), continue de faire question chez nos étudiants en médecine tout en figurant à titre de « mythe » dans les ouvrages de vulgarisation médicale (Béraud 1983).

  • 1 C’est moi qui traduis.

2Si notre médecine scientifique n’y croit plus, la crise de foie persiste dans les propos quotidiens comme dans la presse et la littérature, sur les rayons des pharmacies comme, implicitement, dans les rubriques « hépatiques » du Vidal, sans oublier, très explicitement, les taillis de Google. L’attachement à cette « maladie qui n’existe pas » semble spécifique des Français, au moins aux yeux sarcastiques des Anglo-Saxons. Un mémoire de l’université de Boston (Meuse 1992) en conclut que la fascination des Français pour le foie tiendrait à ce que ces derniers, dans leur suffisance, ont « intuitivement vu dans l’organe de la sanguinification, régulateur du milieu intérieur, barrière fortifiée et désintoxicante du corps, le reflet de la France comme organe civilisateur du monde– [organe] surmené, menacé, fragile – mais ô si important1 ». Passons sur le persiflage. Là où l’auteur a raison (mais sans s’en douter) c’est dans l’association implicite du foie et du pouvoir.

  • 2 Sur les malentendus de l’» anthropologie médicale », voir Fainzang (2000).

3Le concept de « crise de foie » fut inventé par Armand Trousseau au milieu du xixe siècle puis, en même temps qu’apparaissait la notion d’» insuffisance hépatique » (Trousseau 1837), repris à la fin du siècle par un autre médecin, J.-M. Paviot, comme un « nouveau » syndrome hépatique « dont l’étiologie est encore discutée et dont l’existence ne peut être mise en doute » (Serre 1981 : 2). L’expression désigne aujourd’hui dans notre vocabulaire courant ce qu’on peut aussi appeler indigestion, troubles dyspeptiques, coliques hépatiques dues à la lithiase biliaire (décrite dès le xvie siècle) ou encore jaunisse. Il est aussi utilisé par euphémisme ou ironie pour désigner la cirrhose. Mais l’étendue de ses significations déborde le champ proprement médical et oblige non seulement à recourir à l’histoire et à l’anthropologie de la médecine et des maladies2, mais encore à celles du corps, de la psyché, de l’alimentation, des femmes, de la sexualité, du pouvoir, de la religion… bref à aborder l’ensemble de notre histoire sociale et culturelle. Quant à l’exclusivité française volontiers attribuée (et revendiquée ?) à la crise de foie, elle nous engage sur la voie du comparatisme et d’une interrogation sur les universaux. En effet le foie et la bile tiennent une place centrale dans les représentations physiologiques de la plupart des cultures traditionnelles, et le système humoral qui persiste chez nous remonte à l’Antiquité (Ballester 1972 ; Lain Entralgo 1972). L’étendue du domaine a imposé une observation flottante (Pétonnet 1982) tous azimuths et le recueil de matériaux très variés (entretiens, textes médicaux et littéraires). Cet article n’a donc d’autre prétention que de débroussailler le terrain, d’ouvrir des pistes.

  • 3 Ils sont fous… d’Astérix ! Un mythe contemporain, exposition du musée national des Arts et Traditio (...)

4Pour la commodité de l’exposition je mets ici à contribution deux œuvres célèbres, dont le contenu recoupe les analyses que j’ai pu faire d’autre part à partir de mes observations. La crise de foie y est associée tantôt à l’exécration (Vipère au poing d’Hervé Bazin 1985, dont l’édition originale date de 1948), tantôt à la punition des trop bons vivants et peut-être pas assez puissants (Le Bouclier arverne de Goscinny & Uderzo 1968). Leur succès, bien qu’inégalement réparti selon les générations et les classes sociales (en particulier pour le récit de Bazin), ainsi que la place identitaire tenue par les Aventures d’Astérix3 en font des documents de choix pour l’ethnographe.

Une mère indigeste

5Le concept de crise, tel qu’il apparaît dans le Larousse médical illustré à peu près contemporain de Vipère au poing, contient en lui-même les germes d’un imaginaire du rejet. Il désigne un épisode aigu censé faire disparaître brusquement « les manifestations morbides par l’élimination ou la neutralisation de substances toxiques, origine des troubles » (Larousse 1952 : article « crise »). L’exorcisme n’est pas loin. Est-ce pure coïncidence que, dans le roman, la première crise de Folcoche se produise au moment de la prière familiale du soir ? Comme si c’était au moment de gémir « sous le poids des péchés » (et pas seulement sous celui du dîner) que la vésicule maternelle tentait de se débarrasser des cailloux qui la lestent ?

  • 4 Entretien réalisé à Lyon, 1994..

6Hervé Bazin nous entraîne ici dans les âcres royaumes du refus et de la haine. C’est pourquoi son récit m’a été spontanément et passionnément cité4 par une femme d’une soixantaine d’années qui y avait retrouvé le portrait de sa propre mère, détestée et en proie comme celle du narrateur à d’impressionnantes « crises de foie ». Au moment de la puberté, mon interlocutrice s’était souvenue du ton sur lequel sa mère lui avait dit pendant toute son enfance : « Tu verras, la crise de foie ! » Sentant alors venir la nausée, la jeune adolescente avait serré les dents et, ne voulant pas ressembler à une mère qui ne l’avait guère aimée, s’abstint pour la vie de tout malaise « hépatique »… Mais elle ne devint pas mère non plus, à son grand regret (en revanche, infirmière militante, elle est connue pour ses ouvrages sur le soin).

7Le texte de Bazin est tout entier une sorte de crachat, au sens où l’on dit qu’on « crache » sa haine ou qu’on « vomit son fiel », c’est-à-dire la bile dans ce qu’elle a de plus sauvage et de non maîtrisé. Mais comment faire autrement lorsqu’on s’est senti empoisonné par une mauvaise mère ? « Tu as trouvé à ton foyer [dit-il en s’adressant à lui-même] la contre-mère dont les deux seins sont acides. La présure de la tendresse, qui fait cailler le lait dans l’estomac des enfants du bonheur, tu ne la connais pas. Toute ta vie tu vomiras cette enfance (Bazin 1985 : 213).

  • 5 Sur cette identification de la mère et de la vipère, voir encore Bazin (1985 : 8, 76, 85, 255).

8Dans cette indigestion est à l’œuvre l’imaginaire de l’acidité, car « acide » est la haine dit ailleurs l’auteur. Mais chez lui « pas de foie », comme on le dit des mangeurs intrépides. En dépit des nourritures avariées supposées sciemment servies par sa génitrice, il reste « gourmand de tout » (Bazin 1985 : 37, 38). C’est la mère elle-même, redoutable mégère qu’il aurait tant voulu étrangler comme il avait étranglé à mains nues une vipère endormie atteinte « d’une indigestion de crapauds » (Bazin 1985 : 75), qui souffre de fameuses et atroces « crises de foie » (Bazin 1985 : 171) provoquées par la migration de ses calculs biliaires.

Du « foie colonial » aux calculs biliaires

9À 11 ou 12 ans, le narrateur assiste avec délectation aux spectaculaires démonstrations du mal chez son ennemie. Celle-ci a une quarantaine d’années. La famille appartient à la grande bourgeoisie provinciale, très catholique et bien-pensante des années 1920. Je reviens à la première crise. La famille est réunie pour la prière du soir, dite par le père. Il est question ce jour-là de la Vierge Marie vers laquelle accourt le fidèle « gémissant sous le poids de [ses] péchés » (Bazin 1985 : 78). Soudain, « je vois ma mère qui devient toute blanche […] Mme Rezeau [sa mère] se lève en se tenant le ventre […] Elle gémit sous le poids de ses péchés. Elle gémit faiblement là où d’autres gueuleraient à pleins poumons. Elle se tord peu à peu, vacille, essaie de se redresser, puis d’une seule masse, s’effondre dans les bras du séminariste ».

10Le mari s’affole. La victime s’évanouit. « Folcoche se tord toujours, inconsciente, les deux mains sur le foie. Sa respiration siffle. Dois-je le dire ? Mais nous respirons mieux depuis qu’elle étouffe » (Bazin 1985 : 79). Elle est déshabillée et couchée. Le médecin qu’on est allé chercher s’exclame : « Pardi […] c’est la Chine ! Crise hépatique. Je crains une lithiase vésiculaire. Il faudra radiographier. »

11Arrêtons-nous un moment sur la Chine. L’exclamation est significative. Elle témoigne d’une jonction entre notre médecine savante, les techniques modernes (radiographie) et l’ancienne tradition humorale, qui caractérise ce qu’on pourrait appeler l’âge d’or de la crise de foie entre les années 1920 et 1950, époque où se multiplient les ouvrages médicaux sur la question.

12Tout praticien ayant fait ses classes au tournant des xixe et xxe siècles a en tête les dangers que représentent pour le foie les pays chauds. On parle alors de « foie colonial » pour désigner un ensemble de symptômes qui n’étaient pas connus en France avant la conquête de l’Algérie. Dans La Grande encyclopédie publiée en France entre 1890 et 1900, il est question d’» hépatite, c’est-à-dire d’une inflammation diffuse » (Larousse 1890-1900 : tome XVII, article « foie ») pouvant se terminer par un abcès du foie, le tout étant caractérisé comme une « maladie des pays chauds ». Cette pathologie résulte, dit l’ouvrage, de la combinaison de trois sortes de facteurs : les « germes pathogènes » propres à ces pays, les excès de nourriture et l’alcoolisme courant chez les colons. Elle débute par une congestion du foie, un embarras gastrique, puis un ictère, c’est-à-dire une jaunisse.

13C’est la chaleur qui forme le fond de toute l’affaire, et d’autres textes de la fin du xixe siècle insistent sur les ravages que les températures élevées exercent sur le foie (Dehaut 1863 : paragraphe 20). Notons qu’aujourd’hui encore la chaleur, surtout orageuse, ainsi qu’un ensoleillement excessif sont considérés comme responsables d’un certain nombre de crises de foie (faut-il en déduire que, mutatis mutandis, le réchauffement actuel du climat sera un jour considéré, dans le public, comme responsable de l’expansion des hépatites ?).

  • 6 Pierre Lieutaghi (1986 : 108) parle très justement d’un « imaginaire de l’encombrement ».

14Depuis l’Antiquité jusque dans les représentations humorales qui continuent d’avoir cours aujourd’hui en marge de la médecine scientifique (Lagadec 1985 ; Lieutaghi 1986 ; Duriff-Bruckert 1994), le foie, organe calorifique de l’organisme et producteur de l’humeur chaude et sèche par excellence (la bile), est considéré comme particulièrement sensible à la chaleur, chaleur externe du climat ou chaleur interne de la fièvre. Il est constamment guetté par l’échauffement, disent les textes médicaux du Moyen Âge, comme au xiie siècle l’ouvrage de Platearius (1986). Sous l’effet de la chaleur, la sécrétion biliaire se déchaîne, et provoque en retour l’inflammation chronique du foie, l’hépatite, qui s’accompagne d’un phénomène de congestion (Dehaut 1863 : paragraphe 287). Congestions, obstructions, engorgements du foie sont des termes qui traversent toute notre histoire pathologique6 et qui au xixe siècle forment le fond de la thérapeutique hépatique, savante ou « populaire » (ce qui fera beaucoup rire Broussais [1829 : tome III, 337], grand sectateur de l’estomac et de la gastro-entérite). Ces engorgements provoquent des stases de la bile, qui s’ajoutent à l’» irritation des voies biliaires » (Larousse 1890-1900 : tome XVII, article « foie ») pour former des calculs (Dehaut : 1863). Voilà le cheminement que résume implicitement le triomphant « Pardi, c’est la Chine ! » du médecin de Folcoche.

15Je n’ai pas encore mentionné la large prédominance féminine, hier comme aujourd’hui, des crises de foie. La lithiase biliaire fut considérée comme caractéristique des femmes parce que chez elles les phénomènes de stase hépatique et vésiculaire sont accentués, pensait-on, par les poussées congestives provoquées par la menstruation. Nous y reviendrons. Lorsqu’on sut radiographier les vésicules, à partir de 1924, ce fut sur ces cailloux que l’on crut pouvoir fonder la réalité des crises de coliques hépatiques. Finies, les incertitudes du diagnostic causées par une symptomatologie complexe et mouvante. Les patientes purent se convaincre et convaincre leurs familles qu’elles avaient une « vraie » maladie. Les radiologues firent fortune, et à leur suite les chirurgiens, puisque, avec les progrès de la chirurgie abdominale, on commença bien vite à enlever les vésicules. Or on se doutait déjà pourtant (Gourdet 1935), et on sait avec certitude maintenant, qu’il n’y a pas de relation nécessaire entre la présence de calculs dans les voies biliaires et les terribles crises attribuées à la « colique hépatique » et qui servaient de modèle à toute « crise de foie ».

La crise de foie, héritière de la crise « hystérique » ?

  • 7 « Colique néphrétique frénétique, colique hépatique pathétique », c’est la formule mnémotechnique e (...)
  • 8 La migraine semble également « féminine » : « Beaucoup de mamans et quelques papas l’ont » (Migrain (...)

16Le narrateur de Vipère au poing, spectateur ébahi du drame, espère bien que son ennemie va rester pour de bon sur le carreau. Outre que le récit vaut en lui-même pour un meurtre symbolique, les évanouissements de Folcoche ressemblent à des mises en scène de la mort susceptibles de faire grande impression sur les proches7. Dans les cas moins impressionnants que j’ai eu à connaître les malades semblent d’ailleurs aussi mimer la mort en se mettant au lit, dans le silence, l’isolement et l’obscurité. C’est aujourd’hui ce que font les « migraineuses » de notre médecine savante8. Sous l’empire de la nausée, les victimes de la crise de foie disent d’ailleurs vouloir mourir, et il n’est pas indifférent qu’au sortir de la crise ils / elles apparaissent comme des « ressuscité(e)s ».

  • 9 Il devait être le premier scientifique en France à faire l’objet de funérailles nationales.
  • 10 La catégorie est encore présente dans le Larousse médical : « prolapsus ou chute du foie par relâch (...)

17Cette mort exhibée fait penser à un autre genre de crise qui excita l’élite cultivée de la seconde moitié du xixe siècle : celle des « hystériques » (Edelman 2003), patronnées par un Jean-Marie Charcot dont on sait moins qu’il se passionna pour le foie (Charcot 1890 : vol. VI, 62-63). Vers 1850 l’organe sanglant venait, après deux siècles d’éclipse où les savants l’avaient réduit à sa fonction biliaire, d’être réhabilité en grande pompe par les découvertes de Claude Bernard, lui-même bientôt promu au rang de gloire nationale9. En 1878, le Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales dirigé par Amédée Dechambre rend « le foie mobile10 » – expression qui rappelle les migrations de l’utérus si présentes dans l’imaginaire traditionnel – responsable d’accès paroxystiques qui « simulent les coliques hépatiques », « surexcitent le système nerveux » et finalement « provoquent l’hystérie ou l’hypocondrie » (Dechambre 1878 : tome XXXIX, 266-268).

  • 11 Voir aussi Dechambre 1878 (tome XXXVIII, 660 et tome XXXIX, 1) Dubois 1905 (paragraphe 418), Larous (...)

18De la fin du xixe siècle au milieu du xxe, notre médecine scientifique a explicitement rapproché la physiologie hormonale féminine et l’ensemble foie-vésicule. Ont déjà été mentionnées les poussées congestives du foie que provoquerait la menstruation11. Dans les années 1940, la mère de l’infirmière citée plus haut faisait des règles le déclencheur de la crise de foie. Jusqu’en 1960, dans l’esprit des médecins comme dans celui de leurs patientes, l’insuffisance hépatique et la lithiase biliaire ont été liées à différents troubles hormonaux. Est incriminé un « syndrome hépato-ovarien » (Huet, Binet & Godlewski 1949), les femmes prédominant évidemment dans la population qui souffre de troubles hépatiques associés à des phénomènes de « dysendocrinie » (Gourdet 1935 : 52). Ainsi nombre de patientes se plaignant de malaises hépatiques ont-elles été traitées par l’ablation des ovaires ou de l’utérus (Béraud 1983 : 23, 27). C’est ce qui finira par arriver à Folcoche.

19On trouvait encore récemment en pharmacie un remède présenté comme « détoxicant, stimulant des métabolismes, régulateur des oxydations cellulaires et du fonctionnement hépato-endocrinien (syndrome prémenstruel) » (Lieutaghi 1986 : 236). Depuis 1973, les biologistes ont mis en évidence la responsabilité des contraceptifs œstroprogestatifs dans l’apparition de certaines tumeurs du foie. Est-ce vraiment là « un nouveau chapitre des maladies du foie » (Cocheton, Guerre & Péquignot 1987 : 493) ? Pour les médecins peut-être, mais pas forcément pour leurs patientes : les enquêtes menées de 1981 à 1992 par Christine Durif-Bruckert montrent certes une forte association entre les médications hormonales anticonceptionnelles et les affections hépatiques, mais cette association tient surtout aux représentations traditionnelles de l’empoisonnement du sang causé par la diminution du flux menstruel (Durif-Bruckert 1994 : 88-89).

  • 12 Entretien réalisé à Paris, 1994.

20Il y a d’autres raisons au rapprochement que j’ai esquissé entre la crise hystérique et la crise de foie. C’est que la bile, chaude et sèche dans les catégories humorales, est depuis l’Antiquité considérée comme le liquide convulsif par excellence. Si elle est en excès dans le sang, affirme Platon dans le Timée, « elle pénètre jusqu’à la substance de la moelle ; elle la brûle, elle détache les liens qui, pareils aux amarres d’un vaisseau, y retiennent l’âme, et elle met cette dernière en liberté » (Platon 1969 ; Pigeaud 1989 : 51-52 ; Joubaud 1991 : 118). Aujourd’hui nos représentations courantes portent la trace des pouvoirs explosifs de la bile : « échauffée » elle fait « sortir de ses gonds » la personne qui « bout ». C’est « un volcan dans le corps », dit une magnétiseuse12. Or Bertrand Hell a très bien montré, dans son travail sur la « fièvre » qui agite le sang des chasseurs de l’est de la France (Hell 1994), comment l’imaginaire occidental de la transe s’est bâti sur la notion d’échauffement. Rage, folie et délire s’emparent de ceux dont la bile brûlée est transformée en humeur noire. On est sur le versant pathologique de l’extase divine liée pour les Grecs à l’accroissement de la chaleur intérieure (se souvenir d’ailleurs que la ferveur religieuse vient du latin fervor qui signifie « chaleur »).

  • 13 Murchinson C., Functional Disorders of the Liver, mentionné par Dechambre 1878 (tome XXXVIII, 696-6 (...)

21Au xviiie siècle dans l’Encyclopédie, la bile est « le menstrue sulfureux » capable de dissoudre les humeurs et d’exciter les parois des vaisseaux (Diderot & d’Alembert 1779 : tome XIV, 824-826). Au siècle suivant, les médecins évoquent l’» exquise sensibilité » des canaux biliaires, qui contraste avec l’insensibilité du foie, et associent bile et spasmes (Dechambre 1878 : tome XXXVIII, 688). Enfin Charles Murchinson, un auteur anglais que devait beaucoup suivre Charcot, insiste sur les formes convulsives que prennent « les désordres fonctionnels du foie13 ». La description de la colique hépatique, comme celle de l’hystérie, s’attache aux convulsions, contractures et syncopes, en même temps que la « douleur épigastrique » des coliques biliaires fait écho à la « constriction » également « épigastrique » de la crise hystérique (Larousse 1890-1900 : articles « foie », « hystérie »). Et, puisqu’il y a eu des médecins pour faire des contractions de l’utérus à l’accouchement le modèle de toutes les coliques (Dechambre 1878 : tome XVIII, article « colique », 776), que sont donc les spasmes de la vésicule lorsqu’elles évacuent leurs cailloux ?

22On peut se demander si l’abondante vulgarisation, au xixe siècle, des notions de « crise nerveuse », d’» attaque de nerfs », de « névrose d’organe » n’a pas en partie préparé l’avènement de la « crise de foie ». Les manifestations spasmodiques, les convulsions et les contractions considérées comme caractéristiques de la « grande crise » (d’hystérie) ont-elles fourni un modèle inconscient aux comportements des victimes en proie à la douleur des coliques hépatiques ? Ou bien fut-ce l’inverse ? Dans les deux cas, il s’agit de pathologies qui furent considérées comme majoritairement féminines, ce qui est encore vrai aujourd’hui : sur les cinquante femmes de l’enquête réalisée au début des années 1980 par Michel Serre, quarante ont déclaré avoir déjà souffert d’une crise de foie, contre vingt-huit hommes sur cinquante.

23Folcoche avait été épousée pour sa dot, considérable, alors que le cœur de son futur était ailleurs. Elle était mal mariée. Bazin la soupçonne de s’occuper encore plus mal de ses enfants (Bazin 1985 : 19-20). Puissante et contrariée, la virago aurait-elle pu être, dans un autre milieu, l’une de ces « garçonnes » qui apparaissent en 1925 ?

24Après la guerre de 14-18 un courant « masculin » s’était fait jour dans la mode féminine française. Le modèle militaire avait fourni la capote et les bottes. Étaient venus d’Angleterre non seulement des élans d’émancipation (droit de vote pour les Anglaises dès 1918), mais des vêtements plus appropriés aux nouvelles pratiques du sport que les jupes entravées de la Belle Époque (Sée 1929 : 127-128, 132-136). Peut-on dire que se met aussi en place à cette époque une esthétique visuelle de la minceur qui n’est plus celle de la taille de guêpe (Nahoum-Grappe 1979) ? Une nouvelle aisance du corps fait délacer voire abandonner les corsets qui engendraient, au grand dam des médecins, nombre de « foies étranglés » (Menier 1907 : 519). C’est justement au moment de cette libération que commence la grande époque de la crise de foie. C’est alors qu’un écrivain, peut-être trop bien nourri, écrivit Le Martyre de l’obèse (Béraud 1922), martyre qui, comme on verra plus loin, préfigurait celui d’Obélix. Le refus du gras, régime « anglais » mais aussi de carême, fut à l’honneur dans les prescriptions diététiques faites aux « insuffisants hépatiques ».

25Le refus d’être « grosse » chez les femmes doit-il être assimilé autrement que par abus de langage au refus de la grossesse ? Le remaniement des modèles et des rôles féminins après la Grande Guerre favorisa-t-il, chez les femmes des classes privilégiées, un moyen d’expression (la crise de foie) moins stigmatisant que la crise hystérique, laquelle était en perte de vitesse depuis le début du siècle dans le discours médical (Edelman 2003) ? La pluralité des étiologies reconnues à la crise de foie – alimentaires, climatiques, émotionnelles – permettait en effet aux victimes un jeu commode sur plusieurs registres. Enfin le foie, régulateur de l’ordre physiologique, pouvait devenir un allié de taille (au sens propre aussi) dans les dynamiques domestiques, en aidant la dispensatrice des nourritures à mettre mari et enfants au pas. J’entends encore le ton impérieux sur lequel ma grand-mère, femme apparemment soumise, lançait à son époux, lorsqu’il se laissait aller au plaisir des sauces : « Gaston, ton foie ! »

Morts et résurrections de l’hépatique

26Théâtre de la mort, la crise de foie est aussi celui de la résurrection. Contrairement aux espoirs de son fils, la gorgone de Vipère au poing ne mourut pas : « Deux jours après – mieux que Jésus-Christ – Folcoche était ressuscitée. Provisoirement du moins : les hépatiques ont de ces sursis. Elle refusa la radio[graphie], l’algocoline Zizine, l’eau de Vichy, et surtout les doléances. » Elle assure aussi que « son suaire » n’est pas encore filé (Bazin 1985 : 78-81).

27Les crises de lithiase biliaire sont brusques et disparaissent soudain. Le lendemain Folcoche est sur pied, la bouche pincée et les joues ayant quand même pris une « nuance cadavre ». Elle affronte la douleur et la maladie avec un courage tout militaire, dit Bazin avec une admiration dépitée. Les accès amènent une trêve tacite dans la guerre qui se déroule au sein de la famille. Le médecin finit par obtenir, après une crise particulièrement éprouvante, que la malade accepte de se faire enlever la vésicule.

28Mais voilà que l’opération n’amène pas la fin des troubles. La malade fait une infection généralisée et va de plus en plus mal. Ses lèvres sont décolorées. On lui propose l’extrême-onction. « Évidemment Folcoche ne mourut point ! » Hospitalisée pendant plusieurs mois, elle est finalement réopérée : on lui enlève cette fois les ovaires (Bazin 1985 : 107-109).

  • 14 C’est déjà affirmé par Trousseau (1837 : 107).

29Lorsque, à l’improviste, elle revient de la clinique, les membres de la famille sont à table. Son premier geste, après une longue absence, est de refermer le beurrier (le mari avait profité de son absence pour augmenter sa consommation). Geste de tyran. Geste d’hépatique aussi, à laquelle le gras est interdit14.

30Mais c’est également un geste d’avare. Si son fils vomit à plaisir dans et par l’écriture, Folcoche est du côté de la rétention (et des fausses couches). Il ne semble d’ailleurs pas que chez elle les coliques hépatiques se soient accompagnées de vomissements. De sorte que la mère et le fils apparaissent comme deux symétriques opposés. D’une part une femme virile, militaire et raidie qui marche les dents serrées, et la condensation des passions sous forme de calculs retenus (quand ils migrent c’est au prix de quels théâtres de la mort !). D’autre part la fluidité du discours de « Brasse-Bouillon » (c’est le surnom donné au narrateur), qui en écrivant vomit tout son fiel et étale au grand jour les odieuses coctions d’une famille bourgeoise.

Le foie face à la bonne chère et aux valeurs viriles

31Il y a cependant une version optimiste de la crise de foie, loin des sombres domaines du rejet et du ressentiment, qui en fait la sanction d’un excès alimentaire commis par un convive trop enthousiaste. C’est le cas du chef gaulois Abraracourcix dans Le Bouclier arverne.

  • 15 On retrouve cette tension chez les anorexiques (Apfeldorfer 1995).
  • 16 Voir au xiie siècle le Causae et Curae d’Hildegarde de Bingen (1997).

32Dans Les Aventures d’Astérix, les Gaulois sont présentés comme de grands mangeurs de sangliers rôtis, viande forte et considérée comme « lourde ». Le plus grand consommateur de ce gibier, Obélix, nouveau Gargantua, se distingue par sa taille, son obésité et sa force gigantesque. Mais il n’est pas très malin. Astérix est à l’opposé : petit et svelte (voire malingre), il fait preuve en toutes circonstances d’une vivacité d’esprit où les Français aiment manifestement à se reconnaître (Goscinny & Uderzo 1968 : 4). Les deux héros sont inséparables mais leur amitié ne va pas sans orages, bonne illustration de la tension qui existe chez nous entre d’une part des appétits terrestres considérés malgré tout comme grossiers, d’autre part l’aspiration aux plaisirs de l’esprit, incompatibles, pense-t-on, avec les envahissements graisseux15. Vieille antinomie où l’imaginaire de l’épaisseur et de l’engorgement est aussi celui de la légèreté des souffles16, et que l’élévation de la gastronomie au rang d’art par des Brillat-Savarin (1965) ou des Grimod de La Reynière (1978 ; 1968) n’a pas complètement résolue. On la retrouve dans la lutte à mort des gras et des maigres qu’Émile Zola fait se dérouler dans un temple de la charcuterie dont la patronne a les formes pleines et le teint rose (Zola 1991). La triomphante stature de cette dernière n’est pas sans annoncer l’embonpoint de la femme d’Abraracourcix, dont le nom, Bonnemine, exclut toute insuffisance hépatique.

33Astérix, aussi maigrichon soit-il, n’a rien d’un malade ni d’un anorexique. Son intelligence et sa minceur s’accommodent parfaitement de la bonne chère. Il n’en va pas de même du chef Abraracourcix : assez grassouillet, incapable de résister à la perspective d’un bon repas, le chef a le foie fragile. Ses incartades alimentaires lui valent de sévères remontrances de sa femme.

  • 17 Si l’excès de chaleur est si nuisible aux femmes, c’est qu’elles sont par nature froides et humides (...)

34Soumis à son épouse dans l’espace domestique, le chef du village ne possède pas la force vitale suffisante – un foie suffisamment chaud – pour assimiler les quantités de nourriture qu’il absorbe lors des banquets fréquents qui réunissent les habitants du village. Par rapport à la vigueur toute militaire de Folcoche, virago dont l’excès de chaleur pétrifie la bile17, cet homme qui n’est pas maître chez lui est une « petite nature ». Or Le Bouclier arverne s’ouvre sur la question des attributs symboliques du pouvoir, immédiatement suivie de la crise de foie du chef.

35À la première page, Vercingétorix– qui plastronne malgré sa défaite – jette ses armes, et en particulier le fameux bouclier, aux pieds de César. Ou plutôt sur ses pieds : hurlement ridicule du vainqueur qui s’enfuit agrippé à l’un de ceux-ci. À la seconde page apparaissent d’emblée les ravages qu’exerce un foie en pleine crise chez le chef du petit village gaulois. Il hurle là où Folcoche se contente de gémir les dents serrées. Point de maîtrise chez lui. Il est défait, anéanti, terrassé. La douleur est intolérable, l’hypersensibilité de la région de l’hypocondre droit (symptôme classique de la crise de foie) est à son comble, et le seul spectacle de la palpation du foie d’autrui le fait crier.

36L’affaire est grave. Cette fois les tisanes du druide n’y suffiront pas. Il doit se mettre au régime : pas de viande, pas de gras, pas de boisson alcoolisée, seulement des fruits et des légumes cuits « à l’anglaise » c’est-à-dire à l’eau. C’est le régime classique des hépatiques. Et surtout il doit aller « prendre les eaux » dans une station thermale, Vichy, réputée pour les foies fragiles ou malades.

  • 18 Sur les significations de l’embonpoint, voir Groddeck (1971) et Fischler (1987).

37Face aux restrictions alimentaires qui lui sont prescrites, le chef se comporte de façon très « française ». Le chemin qui le mène de son village breton à Vichy est parsemé d’étapes gastronomiques auxquelles il fait honneur sous prétexte que « Quand les produits sont bons, ça ne peut pas faire de mal », que le bon vin fait du bien, que le fromage aide à digérer et que « Quand l’appétit va, tout va ». Tous nos stéréotypes y sont. Y compris, à Vichy, la dépression du gourmand devant son assiette de légumes. On y ajoutera le désespoir d’Obélix lorsque, obligé de simuler une crise de foie pour se faire admettre comme curiste, il doit se soumettre au même régime. C’est que non seulement Obélix, comme Astérix (et comme le narrateur de Vipère au poing), ne « connaît pas son foie », mais que, ainsi que le lui reproche Astérix, seul compte pour lui son estomac. C’est un « mangeur du xixe siècle » (Aron 1973), à l’image des bourgeois parvenus de la même époque, nouveaux riches et nouveaux modèles d’hommes « forts » dont la corpulence et l’» estomac » affichent la réussite sociale18. On sait comment les tuberculeux, tout agités des « fièvres de l’âme », réagiront à ce modèle alors que leurs médecins tentaient consciencieusement de les suralimenter et même de les gaver (Grellet & Kruse 1983 : 103 et sq.).

38Le chef ressort tout amaigri de sa cure thermale et s’empresse de faire au retour toutes les étapes gastronomiques de l’aller. Il arrive donc dans son village ayant retrouvé son embonpoint habituel et ayant appris qu’il détenait depuis longtemps chez lui le bouclier de Vercingétorix sans en connaître l’origine. La morale (virile) est presque sauve : ou ce chef aux bras trop courts par rapport à sa bedaine avait plus de pouvoir qu’il n’y paraissait, ou il était bien naturel qu’il eût des faiblesses puisque même Vercingétorix… Quant aux Romains ils ont évidemment perdu sur toute la ligne : César ne pourra, comme il l’avait décidé, faire un triomphe en se faisant porter à la gauloise sur le bouclier qu’il a vainement cherché à récupérer.

39L’un des ressorts comiques de cette histoire tient au ridicule du chef terrassé par une défaillance de sa fonction hépatique et auquel il ne manque que des pantoufles pour figurer le brave « Français moyen ». En nous interrogeant sur ce ridicule, nous retrouverons du côté masculin l’alliance que nous avions déjà trouvée du côté féminin entre le foie et la sexualité, ainsi que l’étroite relation qui associe le foie et la chaleur depuis l’Antiquité.

40Certes tout chef malade et peu courageux devant la maladie est susceptible d’être moqué. Mais chez les hommes la crise de foie porte à rire parce que le foie est justement l’organe de la vaillance et de la vigueur. Dans nos classifications traditionnelles, le foie est en effet gouverné par la planète Mars, la plus rouge des planètes de notre système solaire, dédiée au dieu de la guerre. Cette association a traversé les siècles puisque, pour la physiologie moderne, le rôle que joue le foie dans la mise en réserve du fer est dénommée fonction « martiale ». Est-ce tout à fait par hasard que le scénario du Bouclier arverne associe l’atteinte du foie chez le chef et la disparition du bouclier prestigieux, au point que cet emblème du pouvoir et de la résistance n’est retrouvé qu’au terme de la guérison d’Abraracourcix ? Changeons de décor, mais restons du côté des puissants en détresse : en 1893, Charles Baïhaut, député et ancien ministre impliqué dans le scandale de Panama, se retrouve en prison. Après quelques semaines, le notable déchu écrit à sa femme : « J’ai une crise de foie. La cause en est dans l’amertume du chagrin. Ne suis-je pas foudroyé, maudit ? Je voudrais me fuir moi-même » (Baïhaut 1898 : 62).

  • 19 À noter que « Fried liver attack » désigne en anglais une manière d’ouvrir le jeu avec les pions bl (...)
  • 20 C’était un rouge « garance » du nom de la plante tinctoriale Rubia tinctorum qui a longtemps servi (...)

41En argot militaire, on disait encore récemment d’un peureux qu’il « avait les foies blancs »19. « Avoir les foies » se dit toujours, avec la même signification. Inversement, « Avoir le ou les foie(s) chaud(s) » fut longtemps considéré comme un signe de courage et d’ardeur militaire (Larousse 1962 : article « foie »). Ainsi l’engagement de René Descartes dans la carrière des armes aurait-il tenu, d’après son biographe contemporain, à ce qu’il était en proie à « la chaleur du foie » (Baillet 1691 ; Davoine 1991). En arrière-plan de tout cela l’opposition traditionnelle entre d’une part le blanc, le froid, la passivité, le principe féminin et d’autre part le chaud, le rouge, l’activité, le principe masculin. Le militaire, quintessence même de l’homme viril et actif, se définit comme possédant un foie rouge et chaud. Y aurait-il un rapport inconscient avec l’arrogant pantalon rouge20 longtemps porté chez nous par les fantassins, au mépris de toute prudence ? Mais tels « foies », tels audacieux.

42Puisque le foie chaud est valorisé comme caractéristique des valeurs viriles, l’avoir « trop chaud » est censé conduire l’homme à des excès non plus militaires cette fois, mais amoureux : l’expression s’appliquait encore au début de ce siècle aux hommes plusieurs fois veufs, soupçonnés d’avoir épuisé leurs femmes successives par leurs appétits érotiques (Larousse 1872 ; Larousse 1922 : articles « foie »). Aussi ne nous étonnerons-nous pas que, voici une vingtaine d’années, le président-directeur général d’une entreprise moyenne soit allé consulter un hépatologue pour impuissance sexuelle (Béraud 1983 : 19).

Française et bourgeoise, la crise de foie ?

43La représentation humorale du fonctionnement de l’organisme est sans doute la plus largement répandue sur la planète, le foie (ce gros caillot) et la bile tenant une place majeure dans l’expression des forces vitales et, souvent, des émotions. Il en va par exemple ainsi chez les Samo du Burkina Faso, où le vocabulaire des pulsions et des affects s’appuie sur le foie (Platiel 1989).

44Dans les sociétés industrielles modernes a été souvent notée la persistance depuis l’Antiquité du système humoral dans les représentations communes, persistance réalimentée sans doute au xixe siècle par les découvertes scientifiques du milieu intérieur et de l’endocrinologie. Mais il y aurait à travailler de manière comparative pour voir si toutes les cultures concernées sont égales à cet égard, et si on n’observe pas là, comme dans d’autres domaines, un clivage entre pays latins et anglo-saxons.

  • 21 Témoignage d’une Argentine de 68 ans recueilli à Paris, 1995.
  • 22 Entretien avec Josep Maria Comelles, anthropologue, université de Tarragone, 1995.

45Seuls (à ma connaissance) les Anglo-Saxons se gaussent de la crise de foie, qu’ils attribuent exclusivement aux Français. Mais il semble qu’en Espagne, en Italie, en Argentine (où l’influence française et italienne s’est mêlée au fond espagnol), le foie soit fréquemment mis à contribution dans l’étiologie commune des maladies : la crise de foie « à la française » aurait été acclimatée dans les villes argentines21, et l’« ataque de higado » (qui n’est certes pas « crisis ») serait bien connu des femmes âgées espagnoles en milieu « populaire »22.

46L’ironie des Anglais à l’égard des foies français s’inscrit-elle dans le contentieux complexe qui oppose depuis très longtemps les deux pays sur le plan culinaire comme sur le plan politique (Mennell 1985) ? Aux yeux de leurs voisins anglais, ils sont bien insupportables ces Français qui prétendent faire la loi sur le plan gastronomique comme ils ont prétendu, au xixe siècle, régner sur l’Europe entière (propension à la domination qui leur est encore reprochée en 1992 par l’auteur américain cité au début de cet article). Les « frogs » n’ont-ils d’ailleurs rien trouvé de mieux que de caractériser la cuisine anglaise comme étant une non-cuisine absolue (Larousse 1926 : article « cuisine ») ? Au mieux celle-ci a pour eux valeur de thérapeutique, dans le cas de la crise de foie justement ou de l’insuffisance hépatique, puisqu’elle suppose la cuisson sans corps gras, à l’eau, des aliments. Mais c’est là régime de pénitence et de carême.

  • 23 Ils en détiennent en Europe le record de consommation (Moulin 1989).

47Les Anglo-Saxons, et surtout les Anglais, ont-ils plaisir à imaginer que les Français sont simplement malades de leur « grande bouffe » ? Ce serait la punition méritée de sybarites qui ont aussi le goût des nourritures nauséeuses et qui, parmi les Latins répugnants mangeurs d’abats, sont sans conteste les pires23. Sans compter qu’ils font leurs délices de bestioles immangeables, escargots et grenouilles par exemple. Ce genre d’accusation d’une population à l’autre est banal, l’anthropologie ayant abondamment montré que « les autres » ont forcément des pratiques alimentaires dégoûtantes ou détestables. Ainsi en est-il allé, en dehors de tout nationalisme mais dans le domaine de l’appartenance religieuse, des pratiques cannibales imputées aux catholiques entêtés à croire qu’ils mangent « réellement » le corps et le sang du Christ lors de l’Eucharistie (Lestringant 1981). De sorte qu’après la Saint-Barthélemy le bruit a couru qu’ils auraient mangé le cœur et le foie des protestants assassinés.

48Le clivage entre pays latins et anglo-saxons ne recoupe que partiellement et très grossièrement le clivage entre catholiques et protestants. Cependant on peut s’interroger sur la place que les représentations humorales, et donc le foie, tiennent peut-être dans les pays latins plus que dans les pays anglo-saxons (d’où elles ne sont cependant pas absentes). Serait-ce parce que les pays latins sont à prédominance catholique et que la confession des péchés au prêtre, spécifique des catholiques, a favorisé la persistance de l’imaginaire galénique de la pénitence comme purgation des humeurs, adoptée par les Pères de l’Église à la fin de l’Antiquité romaine ? Purgation des péchés, évacuation des humeurs « peccantes », exorcisme seraient alors, en pays catholiques, à l’arrière-plan imaginaire des amers et du vomissement, les cures d’eaux thermales renvoyant, elles, à la purification nécessaire, à la renaissance. En même temps, les progrès techniques (radiographie) et chirurgicaux (opérations abdominales) satisfaisaient la volonté d’extériorisation du mal chez les patientes et leurs médecins. L’enchevêtrement ici des domaines alimentaires, thérapeutiques et religieux, fût-ce dans l’imaginaire, demanderait évidemment à être exploré plus avant.

49Certes dans un pays, la France, qui, « fille aînée de l’Église », se définit aussi par son attachement aux plaisirs de la table (à l’opposé de l’Angleterre victorienne), la crise de foie, parce qu’elle oblige à des régimes de pénitence, de purgation et d’isolement est un moyen d’expression efficace. Mais cela ne suffit pas pour expliquer pourquoi, après la guerre de 14-18 (et donc après qu’en ses débuts nos pantalons rouge garance se sont faits copieusement tirer dessus), le syndrome s’est emparé de l’imaginaire des Français, alors qu’en milieu dit « populaire » on connaissait depuis toujours les cures de plantes amères, au début du printemps, pour soigner les troubles attribués au foie et nettoyer le sang des surcharges accumulées pendant l’hiver (Lieutaghi 1986).

50Ce seraient « les classes moyennes et supérieures » qui, d’après l’enquête de Michel Serre, seraient majoritairement affectées par la crise de foie. Soit des milieux qui ne risquent pas de souffrir de pénurie alimentaire, et qui sont au contraire guettés par la pléthore. Mais faut-il en déduire que le dégoût alimentaire ressenti par les malades et l’abstinence qui leur sert de thérapeutique ne peuvent faire l’objet d’un tel consensus collectif que dans les situations d’abondance ? Qu’en est-il, à titre comparatif, de la répartition socio-économique de l’anorexie ?

51En revanche, seules les couches les plus fortunées de la population ont pu avoir recours aux cures d’eaux thermales, si recommandées pour les foies fragiles, avant la fondation de la Sécurité sociale (1945-1946). La fortune de la crise de foie a-t-elle alors tenu pour partie à celle de ces stations à la mode, intenses foyers de vie sociale et parfois politique (Wallon 1981 ; Jamot 1988) ? Fut-il de bon ton d’avoir le foie fragile et de confirmer ainsi son appartenance à la société des élites ? Le corps choisit-il inconsciemment ses symptômes (Groddeck 1973 ; 1969) ? La médicalisation des classes privilégiées, à une époque où les médecins « y croyaient » (à la crise de foie), n’a sans doute pas été pour rien dans la diffusion du syndrome, d’autant qu’elle était puissamment appuyée par une industrie pharmaceutique de plus en plus gourmande dont les notices contribuèrent à populariser la désignation du foie comme la « bonne à tout faire » de la pathologie (Béraud 1983 : 14).

52S’agissant de la médecine, l’avènement de la crise de foie en France a peut-être été préparée, sur fond d’un humoralisme persistant, d’abord par la réhabilitation du foie par Claude Bernard alors que notre médecine hospitalière était de réputation mondiale, puis par l’histoire très parisienne de l’hystérie au xixe siècle, et celle, exotique et inflammatoire, du « foie colonial ». Mais le syndrome hépatique aurait-il été si généralement accepté si les femmes n’y avaient pas elles-mêmes reconnu un moyen efficace pour exprimer refus et résistance à l’heure d’un féminisme encore balbutiant ? L’inégalité des sexes devant la « crise de foie », ainsi que la forte association entre la vitalité du foie et le pouvoir masculin, la crise de foie et la révolte, obligent aussi à remarquer que l’âge d’or de la crise de foie commence à l’époque de la « garçonne » et de l’abandon du corset qui faisait les « foies étranglés ». Que se sont donc dit les hommes et les femmes par l’intermédiaire de la crise de foie ? Quelle place celle-ci a-t-elle tenu et tient-elle encore dans les dynamiques familiales, permettant à ses victimes, comme aux victimes de la « migraine » aujourd’hui, de se retirer du jeu ? N’y a-t-il pas lieu d’examiner de près ce qui se joue maintenant autour de la spasmophilie si « féminine » qui, elle aussi, est censée ne pas exister (Winckler 2005) ?

53Si tant est que la crise de foie soit véritablement une spécialité française – ce serait à vérifier de près en enquêtant dans les autres pays latins ou d’influence latine – on voit bien que pour expliquer sa flambée chez nous, depuis la seconde moitié du xixe siècle dans les milieux médicaux pour s’étendre jusqu’à aujourd’hui en dehors de la médecine scientifique, il faut s’attacher à des convergences multiples que le tour d’horizon ici esquissé n’a pu qu’effleurer. La quantité d’aspects à considérer peut faire voir dans le foie et sa crise un point focal de notre histoire culturelle, médicale, sociale et politique, au point qu’on pourrait peut-être montrer qu’ils y tiennent la place d’un « attracteur étrange » (Gleick 1991 ; Sardar & Abrams 2001). Les Anglais n’auraient pas fini de rire de nous, mais l’expérience vaudrait d’être tentée même si l’on était amené à conclure négativement. Le dossier reste donc largement ouvert, alors que les scientifiques mettent aujourd’hui l’accent sur la complexité des fonctions du foie (Caroli & Hecht 1967) et que la multiplication des hépatites virales vient redonner à l’encore énigmatique viscère une place primordiale dans les préoccupations des médecins. C’est ce qui fait dire à l’un d’entre eux que « l’histoire des maladies du foie ne semble jamais pouvoir être close » (Cocheton, Guerre & Péquignot 1987 : 493). Peut-être Prométhée, patron des chercheurs, qui pour avoir dérobé le feu aux dieux fut condamné à avoir sa propre source de chaleur – le foie –perpétuellement dévorée par un aigle, en eut-il la douloureuse intuition. Mais les Grecs savaient-ils justement, comme on le sait aujourd’hui, et comme le pressentent peut-être les « ressuscités » de la crise de foie, que « le foie est le seul organe capable d’une régénération en masse » (Caroli & Hecht 1967 : 14) lui permettant de retrouver son volume normal après avoir été amputé des trois quarts de sa susbtance ?

54#Notes Asterisques#

Haut de page

Bibliographie

Aron J.-P., 1973. Le Mangeur du xixe siècle, Paris, Robert Laffont.

Apfeldorfer G., 1995. Anorexie, boulimie, obésité, Paris, Flammarion, coll. « Dominos ».

Baïhaut C., 1898. Impressions cellulaires, Paris, Flammarion.

Baillet A., 1691. La Vie de M. Descartes, Paris, Daniel Horthemels.

Ballester L. G., 1972. « Galen », in Lain Entralgo P., Historia Universal de la Medicina, Barcelone, Salvat, tome II, pp. 209-268.

Bazin H., 1985 [1948]. Vipère au poing, Paris, Le Livre de Poche.

Béraud C., 1983. Le Foie des Français, Paris, Stock, coll. « Médecine ouverte ».

Béraud H., 1922. Le Martyre de l’obèse, Paris, Albin Michel.

Brillat-Savarin J. A., 1965 [1825]. Physiologie du goût, Paris, R. Julliard, coll. « Littérature ».

Broussais F. J. V., 1829 [3e édition]. Examen des doctrines médicales et des systèmes de nosologie, Paris, Delaunay.

Caroli J. & Y. Hecht, 1967. Le Foie et ses maladies, Paris, puf, coll. « Que sais-je ? ».

Charcot J.-M., 1885-1890. Œuvres complètes de J.-M. Charcot, éditées par Bourneville D.-M., tome VI : « Leçons sur les maladies du foie et des reins », Paris, A. Delahaye et E. Lecrosnier.

Cocheton J.-J., Guerre J. & H. Péquignot, 1987. Histoire illustrée de l’hépatogastro-entérologie. De l’Antiquité à nos jours, Paris, Roger Dacosta, coll. « Histoire de la médecine ».

Davoine F., 1991. « Le remède de Descartes à l’agitation de l’esprit », Psychanalyses. Revue du Collège de psychanalyse, n° 39.

Dechambre A. (dir.), 1878. Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Masson, tomes XXXVIII et XXXIX, article « foie », pp. 558-760 et 1-271.

Dehaut F., 1863. Manuel de médecine, d’hygiène, de chirurgie et de pharmacie domestique, Paris, sans mention d’éditeur.

Diderot D. & J. d’Alembert (dir.), 1779 [3e édition]. « Foie », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, tome xiv.

Dubois O., 1905 [53e édition]. La Médecine nouvelle. Traité de médecine et de pharmacie théoriques et pratiques, Paris, Taride.

Duriff-Bruckert C., 1994. Une fabuleuse machine. Anthropologie des savoirs ordinaires sur les fonctions physiologiques, Paris, Métaillié, coll. « Traversées ».

E-carabin. Forum officiel des étudiants en médecine de France, consulté en octobre 2006. http://www.e-carabin.net/

Edelman N., 2003. Les Métamorphoses de l’hystérique. Du début du xixe siècle à la Grande Guerre), Paris, La Découverte, coll. « L’espace de l’histoire ».

Fainzang S., 2000. « La maladie, un objet pour l’anthropologie sociale », Ethnologies comparées [revue électronique du Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie], n° 1, http://recherche.univ-montp3.fr/mambo/cerce/r1/s.f.htm

Fischler C., 1987. « La symbolique du gros », Communications, n° 46, pp. 255-278.

Gleick J., 1991. La Théorie du chaos. Vers une nouvelle science, Paris, Flammarion, coll. « Champs ».

Goscinny R. & A. Uderzo, 1968. Le Bouclier arverne, Paris, Dargaud.

Gourdet A., 1935. La Crise douloureuse hépato-biliaire, thèse soutenue à la faculté de médecine de Paris, n° 473.

Grellet I. & C. Kruse, 1983. Histoires de la tuberculose. Les fièvres de l’âme, 1800-1940, Paris, Ramsay, coll. « Les Raisons du corps ».

Grimod de La Reynière A.-B.-L., 1978. Écrits gastronomiques, Paris, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 ».

1968 [1803-1812]. Almanach des gourmands, Paris, La Porte d’Or.

Groddeck G., 1973. Le Livre du Ça, Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l’inconscient ».

1971. « Du ventre humain et de son âme », Nouvelle revue de psychanalyse, n° 3, pp. 210-247.

1969. La Maladie, l’art et le symbole, Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l’inconscient ».

Hell B., 1994. Le Sang noir. Chasse et mythes du sauvage en Europe, Paris, Flammarion.

Hildegarde de Bingen, 1997 [xiie siècle]. Les Causes et les remèdes, trad. Monat P., Grenoble, Éditions Jérôme Millon, coll. « Atopia ».

Huet J.-A., Binet M. E. & J. Godlewski, 1949. Le Syndrome hépato-ovarien. Étude clinique et thérapeutique, Paris, L’Expansion scientifique française.

Jamot C., 1988. Thermalisme et villes thermales en France, Clermond-Ferrand, université de Clermond-Ferrand II / Institut d’études du Massif central, coll. « Publications de l’Institut du Massif central ».

Joubaud C., 1991. Le Corps humain dans la philosophie platonicienne. Étude à partir du Timée, Paris, J. Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie ».

Lagadec G., 1985. « Discours de malades. Esquisse d’une théorie des conceptions populaires de la physiopathologie », Bulletin d’ethnomédecine, n° 33, pp. 3-24.

Lain Entralgo P., 1972. « La Medicina hipocratica », in Lain Entralgo P., Historia Universal de la Medicina, Barcelone, Salvat Editores, tome II, pp. 73-118.

Larousse P., 1962. Grand Larousse encyclopédique, Paris, Larousse.

1952. Larousse médical illustré, sous la dir. de Galtier-Boissière É., Paris, Larousse.

1926. Larousse ménager. Dictionnaire illustré de la vie domestique, sous la dir. de Chancrin E., Paris, Larousse.

1922. Larousse universel en 2 volumes, sous la dir. de Augé C., Paris, Larousse.

1890-1900. La Grande encyclopédie, Paris, Larousse.

1872. Dictionnaire Larousse, Paris, Larousse.

Lestringant F., 1981. « Catholiques et cannibales : le thème du cannibalisme dans le discours protestant au temps des guerres de Religion », Pratiques et discours alimentaires à la Renaissance, actes du colloque de Tours (1979), Paris, Maisonneuve et Larose.

Lieutaghi P., 1986. L’Herbe qui renouvelle. Un aspect de la médecine traditionnelle en Haute-Provence, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France ».

Menier H.-M., 1907. Mon docteur. Traité de médecine et d’hygiène : méthodes scientifiques et populaires : allopathie, homéopathie, physiothérapie, médecine pratique, toxicologie, plantes médicinales, Paris, Librairie commerciale.

Mennell S., 1985. All Manners of Food. Eating and taste in England and France from the Middle Ages to the present, Oxford, Basil Blackwell.

Meuse S., 1992. The Making of the French Liver, Université de Boston.

Migraine : ma famille et moi, 2004. Livret réalisé par bva pour le « Club migraine et céphalées » et destiné aux enfants des personnes atteintes, Paris, Laboratoires Pfizer.

Moulin L., 1989. « Les abats et le sacré », in Vierne S. (dir.), L’Imaginaire des nourritures, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Nahoum-Grappe V., 1979. « La belle femme », Communications, n° 31 : « La Nourriture. Pour une anthropologie culturelle de l’alimentation ».

Pétonnet C., 1982. « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, n° 22/24, pp. 37-47.

Pigeaud J., 1989. La Maladie de l’âme. Étude sur la relation de l’âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection d’études anciennes », série « Série latine ».

Platearius M., 1986 [xiie siècle]. Le Livre des simples médecines. D’après le manuscrit français 12322 de la Bibliothèque nationale de Paris, Paris, Éditions Ozalid et Textes cardinaux.

Platiel S., 1989. « Corps physique et corps psychique. Analyse sémantique des composés formés avec des termes exprimant des parties du corps, en “san” », in Graines de paroles. Puissance du verbe et traditions orales. Textes offerts à Geneviève Calame-Griaule, réunis par l’équipe du cnrs « Langage et culture en Afrique de l’Ouest », Paris, Éditions du cnrs.

Platon, 1969. Le Sophiste. Politique. Philèbe. Timée. Critias, trad., notices et notes Chambry E., Paris, Garnier-Flammarion.

Pouchelle M.-C., 1999. « Crise de foie and French society », in Otsuka Y., Sakai S. & S. Kuriyama (dir.), Proceedings of the 20th, 21st and 22nd International Symposium on the Comparative History of Medicine, East and West : « Medicine and the history of the body », Tokyo, Ishiyaku EuroAmerica Inc. Publishers.

1973. « L’hybride », Nouvelle revue de psychanalyse, n° 7, pp. 49-61.

Sardar Z. & I. Abrams, 2001. Le Chaos sans aspirine, Paris, Flammarion, coll. « Sans aspirine ».

Sée R., 1929. Le Costume de la Révolution à nos jours, Paris, Éditions de la Gazette des beaux-arts.

Serre M., 1981. La Crise de foie. Mythe et réalité, thèse de médecine n° 356 soutenue à l’université de Bordeaux II.

Trousseau A., 1837. Concours pour une chaire d’hygiène. Des principaux aliments envisagés sous le point de vue de leur digestibilité et de leur puissance nutritive, Paris, Imp. des Félix Locquin et Comp.

Valeurs mutualistes, 1999. Dossier : « Mieux connaître et soigner sa migraine », Paris, mgen.

Wallon A., 1981. La Vie quotidienne dans les villes d’eaux (1850-1914), Paris, Hachette, coll. « La vie quotidienne ».

Winckler M., 2005. « Postface », in Blech J., Les Inventeurs de maladies. Manœuvres et manipulations de l’industrie pharmaceutique, Arles, Actes Sud.

Zola É., 1991. Le Ventre de Paris, Paris, Presses Pocket, coll. « Presses pocket ».

Haut de page

Notes

* Une première approche de ce sujet a été proposée au cours d’un symposium organisé au Japon par la Fondation Taniguchi, Tokyo (Pouchelle 1999).

1 C’est moi qui traduis.

2 Sur les malentendus de l’» anthropologie médicale », voir Fainzang (2000).

3 Ils sont fous… d’Astérix ! Un mythe contemporain, exposition du musée national des Arts et Traditions populaires, Paris, 30 octobre 1996-21 avril 1997.

4 Entretien réalisé à Lyon, 1994..

5 Sur cette identification de la mère et de la vipère, voir encore Bazin (1985 : 8, 76, 85, 255).

6 Pierre Lieutaghi (1986 : 108) parle très justement d’un « imaginaire de l’encombrement ».

7 « Colique néphrétique frénétique, colique hépatique pathétique », c’est la formule mnémotechnique employée en 1965 par un médecin faisant cours à des infirmières (entretien avec une infirmière à la retraite, Paris, octobre 2006).

8 La migraine semble également « féminine » : « Beaucoup de mamans et quelques papas l’ont » (Migraine : ma famille et moi 2004 : 12). Sur le parallèle migraine / crise de foie, voir aussi le dossier de Valeurs mutualistes (1999 : 9).

9 Il devait être le premier scientifique en France à faire l’objet de funérailles nationales.

10 La catégorie est encore présente dans le Larousse médical : « prolapsus ou chute du foie par relâchement de l’appareil suspenseur du foie » (Larousse 1952 : article « foie », et illustration p. 450).

11 Voir aussi Dechambre 1878 (tome XXXVIII, 660 et tome XXXIX, 1) Dubois 1905 (paragraphe 418), Larousse 1952.

12 Entretien réalisé à Paris, 1994.

13 Murchinson C., Functional Disorders of the Liver, mentionné par Dechambre 1878 (tome XXXVIII, 696-697).

14 C’est déjà affirmé par Trousseau (1837 : 107).

15 On retrouve cette tension chez les anorexiques (Apfeldorfer 1995).

16 Voir au xiie siècle le Causae et Curae d’Hildegarde de Bingen (1997).

17 Si l’excès de chaleur est si nuisible aux femmes, c’est qu’elles sont par nature froides et humides dans notre ancienne médecine humorale. Ainsi Ambroise Paré assure-t-il que les femmes trop chaudes risquent de dégénérer en hommes (Pouchelle 1973).

18 Sur les significations de l’embonpoint, voir Groddeck (1971) et Fischler (1987).

19 À noter que « Fried liver attack » désigne en anglais une manière d’ouvrir le jeu avec les pions blancs (www. angelfire.com/nf/chess/questions).

20 C’était un rouge « garance » du nom de la plante tinctoriale Rubia tinctorum qui a longtemps servi à obtenir cette sorte de rouge, et dont les emplois médicinaux ne sont pas sans rapport avec notre propos puisque la garance, plante « chaude et sèche », était censée réconforter le cœur et le foie.

21 Témoignage d’une Argentine de 68 ans recueilli à Paris, 1995.

22 Entretien avec Josep Maria Comelles, anthropologue, université de Tarragone, 1995.

23 Ils en détiennent en Europe le record de consommation (Moulin 1989).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pouchelle M.-C., 2007, « La crise de foie : une affection française ? », Terrain, n° 48, pp. 149-164.

Référence électronique

Marie-Christine Pouchelle, « La crise de foie : une affection française ? », Terrain [En ligne], 48 | février 2007, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/5066 ; DOI : 10.4000/terrain.5066

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Pouchelle

CNRS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CETSAH), Paris

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals