Navigation – Plan du site
Repères

Les mains heureuses

Le sens et le ressenti profond dans la pratique de la radiesthésie
Jean-Yves Durand

Résumés

Une ethnographie des activités des sourciers et des radiesthésistes réalisée dans la vallée de la Drôme, au nord du Portugal et, dans une moindre mesure, en Nouvelle-Angleterre, montre que ces pratiques peuvent, chez certains de leurs partisans, mettre en jeu une sorte d’extension du toucher vers l’intérieur du corps. D’ordinaire lié à la superficialité, le toucher devient ici le sens des profondeurs. Aucun des sens humains n’est vraiment prédominant pour les sourciers, qui semblent parfois les mêler en une sorte de synesthésie. Pour l’anthropologie des sens et la psychophysiologie, ils ne peuvent être abordés isolément, mais en prenant en compte leurs articulations réciproques et la place de chacun dans la mosaïque de la sensorialité vécue. C’est d’autant plus le cas quand celle-ci met en jeu des perceptions extraordinaires.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le grand jardin d’une villa de la vallée de la Drôme, le sourcier vient d’indiquer le point précis où un forage à 28,5 mètres atteindra une « veine d’eau grosse comme [sa] cuisse » et de « bonne qualité », qui permettra d’emplir la piscine et d’arroser la pelouse en échappant aux restrictions de plus en plus sévères affectant en été l’approvisionnement municipal. Alors qu’ils s’attendaient à « plus de cinéma », les propriétaires – un couple d’enseignants « plutôt rationnels et sceptiques » – paraissent un peu abasourdis par le spectacle d’un homme aux manières discrètes, mais péremptoire quant à l’interprétation à donner aux mouvements des instruments dont il use durant une quinzaine de minutes de prospection : une paire de longues baguettes métalliques en L et un pendule fait d’un gros boulon rouillé au bout d’une ficelle effilochée. Ses services, proposés sur des affichettes dans des commerces de la région, ne sont rétribués que par quelques dizaines d’euros et un éventuel apéritif. Mais il n’a été appelé ici qu’à la suite de l’indication par un cabinet d’hydrogéologie, pour un coût plusieurs dizaines de fois supérieur, de deux sites de « probables » bons forages qui se révélèrent des échecs : « Ça m’étonne pas, je connais deux maisons où ils ont fait le même coup. Moi, après, je l’ai trouvée, l’eau... »

2Tiraillé entre un inévitable doute et le petit réconfort donné par une prédiction positive catégorique, le couple n’a pas encore eu le temps de s’interroger sur la suite à donner à l’affaire. Les yeux des propriétaires, comme ceux des voisins et amis attirés par la scène, sont dans l’immédiat fixés sur leur fille aînée, étudiante d’une vingtaine d’années, qui s’essaye depuis quelques minutes à la tenue d’une baguette fourchue. L’instrument, que l’homme a taillé en un tournemain sur un quelconque rameau de la haie (« Y a pas que le noisetier qui marche, c’est des histoires » ; Durand 2004), persiste à rester inerte en dépit de l’évidente application de l’apprentie. Le sourcier s’approche alors d’elle et pose une main sur son épaule. À ce contact semble se produire une immédiate passation de pouvoirs, ou de savoirs, et la baguette se tord vers le ciel avec une force qui tire des exclamations des témoins, tandis que l’opératrice répète entre de petits rires : « C’est pas moi qui la fais bouger ! C’est pas moi qui la fais bouger ! »

  • 1 Pour un aperçu historique, voir l’ouvrage d’Yves Rocard (1989), un physicien de renom convaincu de (...)

3Le mot « radiesthésie » fut forgé à la fin du xixe siècle par les abbés Bayard et Bouly, deux de ces nombreux ecclésiastiques qui se passionnaient alors pour l’étude du pendule. Le second ne rendit le terme public que dans les années 1920, car il n’appréciait guère cette alliance étymologique gréco-romaine contre nature (en effet, « radiesthésie » est fait du latin radius, « rayon » et du grec aisthêsis, « sensation »). La récente découverte des rayonnements électromagnétiques semblait alors fournir un cadre explicatif qui permettrait enfin de comprendre et de légitimer des phénomènes étonnants. La controverse à leur sujet, qui reste ouverte aujourd’hui, débuta lorsque, à la fin du Moyen Âge, des minéralogistes bavarois utilisèrent la baguette pour rechercher des filons. Luther se préoccupa de condamner une pratique dont plus tard, au xviie siècle, Martine de Bertereau, baronne de Beausoleil, semble avoir été la première théoricienne de son application à la recherche d’eau. Avant cela, il y avait eu dans l’Antiquité des utilisations d’un pendule divinatoire, suspendu à un support plutôt que tenu à la main. Mais, en dépit des tentatives de nombreux théoriciens de la radiesthésie de lui trouver des racines anciennes et exotiques, notamment préhistoriques, égyptiennes ou chinoises, il n’existe à son sujet aucun document probant antérieur au xvesiècle, après quoi la diffusion de la pratique est assez bien documentée1. Dans l’impossibilité d’aborder ici en détail les positions des partisans et des détracteurs de la sourcellerie et de la radiesthésie, l’interprétation faite par les uns et les autres des cas de succès ou d’échec, ou les formes prises par leurs polémiques depuis cinq siècles, bornons-nous à observer que certains pratiquants (dont le représentant le plus célèbre est sans doute le professeur Tournesol) revendiquent des compétences extrêmement étendues. Ainsi, un article du R. P. Frédéric de Bélinay (1932) dans les respectables Études se terminait par ces lignes : « Toutes richesses souterraines, eaux, charbon, pétrole et métaux, avion tombé dans les steppes, canons camouflés dans un bois, sous-marins en plongée, bancs de morue fuyant la flottille des pêcheurs, trésors des Incas, tombes quaternaires, notaires en fuite, colonies microbiennes, début sournois du cancer... tout ce qu’on peut concevoir de matériel, de physiologique, ressortit à la puissance d’espionnage du pendule. »

4Ajoutons que l’immatériel et le psychologique n’échappent pas plus à cette puissance. Ainsi, à la fin du xviie siècle, une affaire suscita une longue polémique qui attira quelques plumes distinguées de l’époque. Un certain Jacques Aymar proposa de retrouver les assassins d’un couple de marchands lyonnais grâce à sa baguette : il désigna un bossu, qui fut exécuté sur la roue (Morman 1986). Soumis à Paris à des expériences qui firent douter de sa sincérité, le personnage apparaît néanmoins quelques années plus tard en Cévennes, où les armées royales utilisent ses capacités pour identifier des Huguenots (L’Ouvreleul 1704-1706 : 73). Au début du xviiesiècle, l’abbé Alexis Mermet (1989 : 259), dont les œuvres sont toujours rééditées, se montrait satisfait de ce qu’un élève d’un collège fût renvoyé sur la foi de l’indication pendulaire qu’il était « borné ». Et des manuels conseillent aujourd’hui d’adjoindre le pendule aux méthodes de recrutement des entreprises (Crozier & Mandorla 1991 : 211).

5Le sens du toucher ne semble pas devoir tenir un grand rôle dans une sensibilité de ce type, considérée comme relevant du physique (et d’une possible explication scientifique) ou du supraphysique, selon les deux grands courants explicatifs qui traversent le champ de la radiesthésie contemporaine. Pourtant, la scène présentée au début montre que le toucher peut être ici important, au moins dans certaines situations d’initiation ou d’apprentissage. Quelle est donc la place exacte qu’occupe ce sens, comment s’articule-t-il aux registres sensoriels dans le cadre de cet ensemble de pratiques hétérodoxes et hétérogènes ? Celles-ci sont en effet souvent présentées comme un moyen de développer un rapport « alternatif » à notre habitus sensoriel en nous permettant d’explorer de nouvelles dimensions du sensible, de nouvelles manières de s’y ouvrir et de les percevoir, cet aspect constituant précisément l’un de leurs grands attraits aux yeux de nombre de leurs adeptes.

Entrée en sourcellerie

6Qu’il se présente comme un simple sourcier, préoccupé de localiser l’eau souterraine par l’examen direct d’un terrain, ou comme un radiesthésiste qui n’hésite pas à opérer aussi à distance – sur une carte, sur une photographie ou par téléphone – afin de localiser un objet perdu ou une personne disparue, d’identifier une maladie et son remède, de déterminer la présence de « rayons nocifs », etc., à la fin d’une séance l’officiant d’une recherche de source propose souvent à l’assistance d’« essayer ». Beaucoup s’étonnent alors du spectaculaire mouvement « involontaire » de la baguette se cabrant entre leurs mains. D’autres ne sentent rien, ou n’obtiennent un soudain mouvement de l’instrument que lorsque le sourcier leur touche le bras, les tient par les coudes ou, comme avec la jeune fille mentionnée au début, pose sa main sur leur épaule. Dans la majeure partie des cas, l’effet est immédiat. Avec un simple léger contact sur les vêtements de l’apprenti, une fugace rupture des règles de la proxémique ordinaire (Hall 1966) semble suffire à ouvrir les portes d’un nouveau rapport au monde. La plupart des radiesthésistes n’ont pas d’explication définitive à proposer pour ce phénomène. Mais en fait, même ceux qui parlent volontiers de la transmission d’un « fluide » sont surtout enclins à voir là un effet d’ordre psychologique, le « déclic » qui permettrait de dépasser toutes sortes de barrières posées par la tyrannie de la raison sur le chemin de la plénitude de nos sens.

  • 2 Dans le cadre d’une recherche menée depuis 1990 dans la Drôme, au Portugal et, dans une moindre mes (...)

7J’ai eu d’innombrables occasions d’observer de semblables situations de démonstration par l’expérience sensible2. Pour certains, « ça ne suffit pas pour prouver quoi que ce soit ». Pour d’autres, preuve est alors faite, et quelques-uns découvrent une nouvelle activité, qui pourra prendre la forme d’une vive passion (Durand 1998) et les mener à réformer divers aspects de leur vie quotidienne. Si certains sourciers en sont venus à pratiquer après avoir connu un tel genre d’illumination subite – parfois lors de leur toute première expérimentation –, d’autres, en revanche, n’obtiennent que tardivement des sensations – celles-ci ne daignant se révéler qu’au terme d’une pratique obstinée voire soutenue pendant des années. Le comte Jules-Marie-Claude de Tristan (1826) confie qu’il lui aura fallu cinq années d’efforts avant de parvenir à ressentir quoi que ce soit lors de la manipulation de la baguette. Plus près de nous, Yves Rocard (1988 : 219, 269-271) raconte comment il est devenu curieux de radiesthésie après avoir observé un sourcier. Dans son cas également, il n’y eut pas de révélation soudaine dès la première tentative : c’est au terme d’un an de résultats « entièrement négatifs » et d’essais répétés, notamment sur un pont, qu’il vit enfin sa baguette s’animer lorsqu’il l’utilisa au-dessus d’une infiltration d’eau – ce qui l’amena d’ailleurs à des hypothèses sur une réaction de son corps à un champ électrique produit par les phénomènes d’électro-filtration liés au passage de l’eau dans un milieu poreux (Rocard 1989 : XI). Et c’est seulement après plusieurs tentatives, assez peu nombreuses mais étalées sur plus de quinze ans à l’occasion de quelques présences sur le terrain avec son mari, que l’épouse d’un homme dont j’ai accompagné les recherches a pu finalement s’exclamer, ravie : « Ça y est, j’y arrive aussi. Je sens. Ça marche, ça marche ! », tandis que pour la première fois un pendule tournait sous sa main sans, lui semblait-il, que son corps lui imprimât la moindre impulsion.

8Les premiers pas de quelques-uns sont guidés uniquement par des manuels plutôt que par les indications d’un opérateur exercé. Mais la modalité la plus fréquente d’entrée en sourcellerie passe par l’observation d’un sourcier et la réalisation d’un essai dont le résultat est soumis à sa sanction. La réussite est fréquente, et pour cause : animer un instrument sourcier est plus aisé que de le maintenir immobile. Il est souvent proposé à un observateur de saisir une extrémité de la baguette afin que lui aussi sente ce qui peut passer pour la force incoercible de l’instrument. Sous l’effet de la surprise, surtout si le cobaye est sceptique, le réflexe est de raidir le poignet et les doigts, ce qui aide à la torsion du rameau. Cette vaine résistance pouvant faire que « la peau des doigts [soit] enlevée par le dur frottement des branches » ou que les baguettes de métal meurtrissent tellement les mains qu’elles « laissent un sillon, témoin visible de l’effort exercé » (Mager 1913 : 38). Mais l’effort des manipulateurs ne s’exerce pas contre la baguette : il est la source de l’énergie qu’elle paraît détenir en propre. Les mains se meurtrissent elles-mêmes. Evon Z. Vogt et Ray Hyman (2000 : 128-130) analysent la mécanique de la prise en main la plus courante, les paumes vers le ciel : de légères variations de la force de la tenue ou de l’écartement des mains suffisent à faire pivoter une baguette placée sous tension par l’écartement de ses branches, qui en fait une sorte de ressort.

9Moins étonnants sont les mouvements du pendule, que Vogt et Hyman n’examinent pas, cet appareil ne s’étant largement répandu aux États-Unis qu’après leur enquête. Outre qu’elles ne s’accompagnent pas d’une déformation de l’objet, oscillations et girations ne semblent jamais s’exercer contre l’énergie musculaire de l’opérateur mais plutôt en son absence. C’est du moins l’impression que peut avoir celui qui a les yeux rivés sur le poids suspendu plutôt que sur la main le soutenant. Or, c’est bien sur ce point focal que tous les éventuels commentaires du sourcier se concentrent, de même que l’attention des participants. On a là quelques aspects essentiels de la mise en œuvre d’une action idéomotrice (« la notion selon laquelle les idées se manifestent dans des contractions musculaires » ; Vogt & Hyman 2000 : 128) : une activité apprise par imitation, le plus souvent à partir d’une expérience visuelle accompagnée d’une suggestion verbale (« Essayez donc, vous allez voir ! »), mettant en jeu une intense concentration, une occultation des stimuli non pertinents, une considérable tension musculaire.

10La capacité à manipuler la baguette s’améliore avec la pratique, les faibles sensations qu’ont les débutants devenant par la suite beaucoup plus fortes. La difficulté réside surtout dans la distinction entre les mouvements liés à une mauvaise tenue, à un déséquilibre momentané, et ceux qui passent pour être significatifs du fait de l’absence d’une cause apparente. De tels mouvements « non conscients » – comme les qualifie Herman Spitz (1997) afin de les placer hors de la sphère très spécifique de l’inconscient –, dont la cause, le vecteur et même la réalisation restent imperceptibles par la vue et le toucher du sujet, finissent par produire un mouvement d’amplitude observable, ce qui est d’ailleurs le principe de l’activité musculaire ordinaire. Et en dépit de discours parfois contradictoires, souvent imprécis, qui ne savent pas toujours poser où s’arrêtent les rôles respectifs du corps et de l’instrument, et qui cherchent à insister sur le caractère spontané du phénomène, les théoriciens de la sourcellerie sont désormais eux aussi unanimes à admettre que ce sont des micro-contractions musculaires inconscientes et imperceptibles qui meuvent leurs instruments. Leur désaccord avec les sceptiques tient à la question de savoir « pourquoi » plutôt que « comment ».

11C’est dans le processus d’apprentissage du décodage des sensations, notamment tactiles, que se conjuguent l’ambiance de l’expérimentation (influencée par les modèles culturels sur la sourcellerie dont disposent les participants), la psychologie individuelle du démonstrateur (plus ou moins désireux de partager sa capacité) et la psychologie de l’expérimentateur (plus ou moins enclin à faire preuve de cette « ouverture d’esprit » que les sourciers valorisent tant, ou, si l’on préfère, plus ou moins prêt à admettre qu’il contrôle moins son corps qu’il ne le pense). Exclamations et sourires des novices ne laissent pas de doute : la surprise causée par le mouvement de l’instrument est particulièrement forte lorsqu’il s’agit d’une baguette qui, empoignée à deux mains, reçoit d’autant plus d’énergie d’origine musculaire que le manipulateur s’efforce de mieux tenir un objet qui paraît vouloir lui échapper. La découverte de la « sensibilité » est alors annoncée : « Ben voilà, vous êtes sourcier ! Maintenant, faut travailler... » On m’a parfois décrit ce travail comme une découverte d’une sensibilité oubliée, d’une « éducation des sens ». Tous les sens y bénéficient-ils cependant de la même attention ?

Dans tous les sens

12Il est possible de commencer par un cas particulier : des sourciers parviennent à travailler sans instrument. Ceux que j’ai rencontrés parlent d’une sensibilité corporelle générale, au siège indéterminé. Cependant, selon Richard Webster (1996 : 72), ils sont nombreux à « recevoir une image claire dans leur esprit de ce qui se trouve sous la surface ». Il évoque Pieter Van Jaarsveld, un Afrikaner de 12 ans qui, en 1963, « devint internationalement célèbre pour sa capacité à localiser l’eau et les diamants ». Mais ce « garçon aux yeux rayons X » percevait-il vraiment une image de l’eau « miroitant comme un clair de lune vert » dans le sol ? Webster paraît surtout le considérer comme un hand dowser, un de ces sourciers dont la sensibilité corporelle est suffisante pour la pratique à main nue. Outre que l’on peut trouver intrigant qu’une telle formidable faculté n’ait valu qu’une notoriété fugace à son bénéficiaire, force est de constater que la documentation historique est avare en exemples comparables.

13La sourcellerie visuelle demeure donc très rare, même si une étymologie (non attestée) indique que l’expression portugaise pour sourcier, « vedor de água », signifierait littéralement « voyeur d’eau ». Quelques cas d’hypervision apparaissent néanmoins dans le gigantesque corpus de publications abordant la sourcellerie. Dans son célèbre Disquisitionum magicarum, le jésuite Martín Delrío signale la présence à Madrid en 1575 d’un garçon qui avait des « yeux de lynx » (Delrío 1593 : 11). Mais, indiquant que des auteurs consacrés admettent ces faits, il explique le repérage des veines d’eau par les méthodes empiriques décrites depuis l’Antiquité romaine (vapeurs, présence de certains végétaux ou insectes, etc.) – d’autant qu’il subodore ici un pacte diabolique, cette hypervision ne fonctionnant qu’aux troisième et sixième jours de la semaine. Les gazettes parlent plus tard d’une Portugaise épouse d’un Français, Mme Pédegache, détentrice d’une semblable capacité (Mercure de France 1725 : 2121 ; 1728 : 1115). En 1738, Charles Frédéric de Merveilleux rapporte, dans ses Mémoires instructifs pour un voyageur... avoir rencontré cette femme, inspiratrice de la Blimunda du roman de José Saramago (1982), qui trouva de nombreux puits aux environs de Lisbonne et qui, devant un corps dévêtu, en distinguait les organes malades. En 1752, Antoine-Gaspard Boucher d’Argis, auteur alors anonyme des Variétés historiques, physiques et littéraires, reprend l’histoire de Mme Pédegache, qui « voyait dans le corps comme on voit dans une bouteille », et signale un cas d’hypervision décrit dans rien moins qu’une lettre de Huygens au père Mersenne, l’un des plus actifs « correspondants scientifiques » de l’époque (Boucher d’Argis 1752 : 475).

  • 3 La considérable œuvre de préhistorien de ce tenant d’un strict évolutionnisme linéaire, concepteur (...)

14D’autre cas sont mieux documentés, comme celui du jeune Provençal Jean-Jacques Parangue, qui parcourait le Sud-Est vers 1770 et parvint à une notoriété suffisante pour que l’astronome Jérôme de La Lande (1782) se fendît dans le Mercure de France d’une lettre féroce sur ce « petit charlatan ». À Montélimar cependant, selon l’abbé Jean Sauri, « des savants, des médecins, assistent à différentes épreuves et sont fort étonnés de leur succès » (Sauri 1772). L’explication « naturelle, à la portée de tout le monde, & conforme aux lois de la physique » promise par le titre de l’ouvrage de Sauri est un peu décevante. Parangue « a les yeux faits comme les autres hommes : l’iris est seulement verdâtre, & de la couleur de l’eau ; mais son frère a les yeux de même, sans avoir le même talent ». Néanmoins, ses « fibres délicates » sont plus sensibles et lui donnent une faculté comparable à celle des femmes de Lisbonne et de Bayonne (une autre hypervisuelle qu’une recherche dans les chroniques ne m’a pas permis d’identifier) ou des nyctalopes qui peuplaient alors une cartographie encore souvent semi-imaginaire (« Tout le monde sait qu’il y a dans l’Isthme de l’Amérique une peuplade d’hommes qui y voient la nuit » ; Sauri 1772 : 27). Comme « nos yeux ne sont pas constitués comme les siens » et puisque l’huile rend le papier transparent, « ne peut-on dire aussi que les vapeurs aqueuses qui pénètrent la terre, la rendent transparente, non pas pour nous, mais pour Jean-Jacques Parangue ? » (Sauri 1772 : 33-34). Enfin, Gabriel de Mortillet3 (1849 : 45-47) signale que Fortuné Roux, de Brantes, au nord du mont Ventoux, non seulement distingue les exhalaisons indiquant la présence d’eau, mais « va se placer à leur centre, et, fermant les yeux, [...] voit alors très distinctement le cours d’eau intérieur, son volume et les couches qui le séparent de la surface du sol ».

15Peu après s’affirmèrent les efforts scientifisants de la radiesthésie ; cette évolution n’incitera guère les sourciers à situer leurs expériences sensorielles dans le registre d’une voyance aux connotations peu objectives. Parmi ceux que j’ai suivis, un seul proclamait voir les sources. Ce qui n’allait pas sans provoquer des échanges de regards furtifs et intrigués, pour dire le moins, entre les membres d’une assistance pourtant peu sceptique. Quant aux entrepreneurs de forages, ils n’hésitent pas à exprimer leurs doutes à leurs clients lorsqu’ils apprennent que la source a été « marquée » par ce sourcier. Les mêmes travaillent pourtant sans hésiter sur les indications de téléradiesthésistes, dont ils savent qu’ils ne se sont jamais rendus sur le terrain ; mais : « Ben, lui, il les voit les sources. Alors là... » Une capacité d’hypervision dépasse trop les limites du communément admissible et, niant les certitudes de l’expérience la plus ordinaire, prive la sourcellerie d’une plausibilité protoscientifique pour la tirer vers l’univers d’une plus improbable divination. La sourcellerie ne peut qu’être réticente à une association trop directe à la vision – le sens tenu, au moins depuis Aristote, pour le plus important instrument de la cognition, et même comme le vecteur par excellence de la connaissance rationnelle (Classen 1993).

16Le binôme sensoriel odorat-goût est ici encore beaucoup plus discret que la vision, et quelques rares cas de convocation d’une sensibilité olfactive sont aussi ambigus et indéterminés que les évocations d’une acuité visuelle prodigieuse. Des auteurs relèvent que dans certaines régions d’Amérique ou d’Allemagne les sourciers étaient nommés « water-smellers » ou « Brunnen- » ou « Wasser-Schmecker » : « renifleurs », « goûteurs » de sources ou d’eau. Mais ces images sont introuvables dans la documentation récente, et aucun des sourciers que j’ai rencontrés ne revendique une particulière sensibilité olfactive ou gustative (sur ces points, voir Cunha & Durand 1999).

17L’ouïe, si importante pour les spirites et dans certaines manifestations du « magnétisme animal », occupe aussi une place centrale dans diverses formes de la révélation et de l’expérience mystiques, notamment chrétiennes (Schmidt 2000). Mais elle est absolument absente de la sourcellerie, si ce n’est sous la forme minimale du bourdonnement d’oreilles que de rares sensitifs déclarent éprouver en situation de détection. Ce signe, néanmoins, n’a pas de sens précis et n’apporte aucune information utilisable au cours de la détection. Considéré comme une simple indication d’un état de réceptivité sourcière, il n’est pas valorisé et reste simplement décrit, à l’instar de tout acouphène, comme une impression désagréable. Il en va d’ailleurs de même avec les phosphènes, qui ne m’ont été signalés que par de très rares sourciers pour lesquels le climax d’une recherche peut s’approcher d’un évanouissement. Mais ces dysperceptions sonores et visuelles sont alors prises comme des conséquences du malaise, et non comme des signes de la détection qui le cause. Enfin, on ne trouve en sourcellerie aucune clairaudiance. Ce sont la terre, et même l’univers, qui se font sentir au sourcier. Ils ne sauraient lui parler, et sûrement pas avec des mots. Mais pourquoi pas, simplement, une hyperaudition des bruissements des flux souterrains ? Contre toutes les notions données par la géologie scientifique, les sourciers disent en effet presque toujours poursuivre, en toutes régions, un liquide en mouvement rapide dans des « veines » ou bien emplissant de gigantesques cavités. Or tout spéléologue sait que, dans les conformations géologiques qui lui permettent parfois de s’écouler selon ce modèle, l’eau ne laisse pas partout le monde souterrain être celui du silence. Les géophysiciens prospectant en zone karstique peuvent d’ailleurs recourir à l’auscultation en complément de leur arsenal de mesures électriques, magnétiques, gravimétriques, etc. La technique est au moins décrite depuis l’Encyclopédie.

  • 4 Sur les rapports entre le développement de la médecine scientifique et les améliorations des perfor (...)

18Mais les sourciers ne prêtèrent guère l’oreille aux inventeurs qui, au début du xxesiècle, leur proposèrent des stéthoscopes telluriques. Lorsque je soulève la question, mes interlocuteurs sont surpris à l’idée d’appliquer le principe de l’auscultation artérielle aux veines de la terre. Pourtant, lorsqu’au début des années 1990 à Beaufort-sur-Gervanne, dans la Drôme, une petite rivière perça la voûte d’une cavité affleurant la surface et s’y engouffra, on entendit : « ça coule dur là-bas dedans », mais « plus bas ça doit se resserrer» ; et on affirma que «l’absence d’air » devait y prévenir la production de tout gargouillement par les entrailles de la terre. L’invention de René Laennec exige du médecin qu’il entraîne son ouïe à une attention sélective combinant concentration et capacité au tri, à la mise à l’écart des informations indésirables et parasites. Toutes qualités que les sourciers valorisent par-dessus tout. Or, si l’ouïe est le sens qui reste le plus en éveil lorsque le sujet est endormi, il est aussi l’un des plus passifs, des moins sélectifs, orientables et focalisables. Tandis que la vision est le sens du spectacle, de l’observation délibérée et dirigée, l’ouïe est plutôt celui de la participation du sujet dans un univers qui vient vers lui et le baigne. Voici qui correspond à l’idée radiesthésiste d’un corps humain pénétré par un magma de signaux de toute sorte. Mais d’autre part, symbole de l’autorité médicale, « le stéthoscope en est venu à incarner les valeurs de distance professionnelle et de savoir détaché » (Schmidt 2000 : 3)4 : il peut donc apparaître comme un filtre plus que comme une aide au contact direct. Et puis, la possibilité d’une écoute sourcière toute prosaïque ne semble guère aguichante pour qui est accoutumé à appréhender et à mettre en évidence des ondes moins palpables que celles du son.

Les « mains heureuses »

19Selon Henri Mager, prolifique auteur de l’âge d’or de la radiesthésie proto-scientifique, toute personne qui se révèle capable de capter les ondes telluriques est un sensitif qui jouit du privilège d’avoir des « mains heureuses » (Mager 1913 : 25-27). L’image tient d’abord au rôle de l’organe de la préhension dans l’usage des baguettes et pendules, biensûr. Mais révèle-t-elle aussi une importance notable du toucher dans la sensorialité radiesthésiste ? Ce n’est pas le cas de la sensibilité tactile superficielle. Ce toucher pelliculaire n’est jamais évoqué, même pour décrire la finesse des sensations qui peuvent accompagner certains mouvements subtils des instruments. Les émois associés à leur mise en branle sont profonds, musculaires et viscéraux plutôt que cutanés. Toutes les déclarations concordent sur ce point. Pourtant, des impressions tactilo-kinesthésiques sont liées à la force des mouvements. Même si, on l’a vu, ce n’est pas l’opérateur qui la fait bouger, simultanément, toujours, « ça vient de dedans ». Les « courants », les « forces » peuvent aussi entrer dans le corps par certaines zones réceptrices préférentielles. Cependant, ils ne s’y arrêtent jamais. Par exemple, ce n’est pas sur les doigts mais plutôt à l’intérieur des doigts et des bras que l’on sent des picotements, « comme de l’électricité ».

20La plupart localisent leurs centres perceptifs dans les extrémités corporelles. Ce sont le plus souvent les mains, qui soutiennent l’instrument ou que l’on étend en antenne ou en conque vers la zone examinée. Le fait que les pieds soient en contact avec le sol suggère aussi à certains qu’ils peuvent avoir un rôle de récepteur. Des publications proposent ainsi des schémas de circulation des flux radiesthésiques passant en revue la gamme des variantes possibles : exclusivement par le pied droit, par le gauche, par les deux simultanément, seulement si l’un d’eux est en l’air ou à la condition expresse que les deux soient bien plantés. Or, s’il y a des « mains heureuses », il ne semble pas qu’il y ait des « pieds heureux ». Inadapté à la préhension (voir néanmoins l’illustration présentant un cas exceptionnel de tenue podale de la baguette), moins tactile, et en ce sens moins noble que la main, le pied peut se faire récepteur certes, mais il ne sert alors que d’intermédiaire – les effets de la détection se localisant en d’autres parties du corps. « C’est par là que ça rentre, mais c’est pas là que je sens, c’est plutôt dans tout le corps » – dans les jambes, souvent rendues lourdes ou molles par le passage des ondes.

21D’autre part, la fonction réceptrice peut aussi, simultanément ou non, être localisée dans des zones internes : le cœur, « le ventre »,... « C’est comme si ça me prenait au plexus, et puis ça monte. » Le plexus est en effet souvent évoqué, de même qu’une « sensation d’électricité ». Même si les manifestations de cette sorte de sensibilité viscérale, profonde, sont plutôt indéterminées : une chaleur, une trémulation interne (« comme si tout vibrait avec l’eau »), des palpitations cardiaques. On évoque aussi une « émotion », un « transport ». Cette expérience sensorielle complexe n’est pas explicitement verbalisée comme relevant du registre tactile : les catégories cognitives des langues européennes actuelles ne s’y prêteraient pas, même s’il arrive que le toucher soit conçu comme composé de plusieurs sens (Classen 1993 : 3). Certaines expressions toutefois ne laissent pas de doute quant au lien direct établi ici entre la perception tactile cutanée ordinaire, même si elle n’est pas mise en jeu directement, et cette sensation interne : « Ça vient de la peau, et ça rentre... », « Avec le plexus, je sens comme avec les mains ».

22Ces descriptions sont le fait de sourciers pour la plupart lancés dans une pratique intensive, voire dans des élaborations en théorie radiesthésiste ou dans l’écriture de témoignages sur leur parcours. Cette dimension réflexive et publique de leur activité semble favoriser l’explicitation et la mise en forme de leur expérience. Il n’est plus à démontrer qu’existent une construction sociale et une orientation contextuelle de la sensorialité, depuis l’examen par Howard Becker (1963) du cas des fumeurs de marijuana : le sujet apprend à identifier, à classer et à reproduire des sensations nouvelles selon des critères qu’il acquiert et en réponse aux expectatives du groupe dans lequel il est intégré. Même s’il arrive que de nouveaux venus à la radiesthésie ou des pratiquants occasionnels déclarent eux aussi éprouver d’imparables vagues de sensations, force est de reconnaître que pour le plus grand nombre l’affaire ne va pas au-delà de la simple constatation du mouvement de l’instrument. De même que toute la pratique radiesthésiste est orientée, à partir d’un noyau de grands principes à peu près stables, vers une recherche par chacun de sa propre voie, de même tout sourcier se livre à une codification sensorielle très individuelle. Aucune composante distincte de la sensorialité ordinaire ne semble vraiment prédominer en radiesthésie. La sensibilité tactile n’y tient pas de rôle spécifique. Elle n’apparaît que comme la clé d’un sens (ou, si l’on préfère, d’un parasens) méconnu par l’expérience ordinaire et tenu pour plus riche, profond et révélateur. Si les mains des sourciers sont heureuses, ce n’est pas parce qu’elles sont le siège du toucher digital, mais parce qu’elles représentent au mieux la capacité qu’a le corps humain d’entrer en contact avec son environnement, d’interagir avec lui, et de mettre en œuvre une sorte de toucher généralisé, une perception non restreinte à son enveloppe cutanée.

Un toucher paradoxal

23Cette sensibilité, ce toucher in absentia, qui évoque le paradoxal attouchement sans contact direct que pratiquent certains magnétiseurs, est souvent présenté en terme de capacité à recevoir et à apprécier un « fluide ». Dans des cas plus rares, limités à des praticiens qui se considèrent « avancés », les ondes peuvent également être émises, de façon plus ou moins contrôlée. Très rares sont ceux qui affirment pouvoir ainsi obtenir un effet physique lourd (par exemple la déviation d’un cours d’eau souterrain) ; en revanche, il est fréquent que cette explication soit donnée pour le spectaculaire effet de l’imposition de la main d’un sourcier, provoquant, on l’a vu, une sorte de libération de la capacité de l’apprenti à s’ouvrir au monde.

24Il est patent que les manuels de radiesthésie récents sont tournés vers des objectifs tout à fait concrets, qui, outre la recherche de l’eau, sont le plus souvent de caractère thérapeutique ou prophylactique. Les prédictions relevant d’autres domaines d’application très variés (notamment des jeux de hasard et des examens) et celles touchant par exemple à l’archéologie, à la météorologie ou à l’évaluation psychologique y occupent une place secondaire. Nombre de néo-sourciers, d’ailleurs, valorisent leur découverte des techniques radiesthésiques parce qu’ils y trouvent une pièce supplémentaire à articuler avec leur approche « holistique » de la vie humaine. Comme l’affirme Thierry Gautier dans son Guide du chercheur d’eau : « La qualité des résultats obtenus et les sensations ressenties pendant la détection apportent rapidement une certaine réflexion sur l’homme et la nature en général » ; « pour qui aura un jour détecté l’eau souterraine, il sera évident d’agir au quotidien pour éviter toutes les formes de pollution » (Gautier 2000 : 15). De fait, les thérapeutiques et spiritualités alternatives, certaines idéologies de type écologiste constituent un terrain particulièrement propice à l’approche radiesthésiste. Il peut en résulter une attitude proche de la contemplation – parler de mysticisme serait dans la plupart des cas abusif – et teintée de panthéisme (au sens courant du terme). À cet égard, un témoignage rapporté par Gautier est similaire à certaines déclarations qu’il m’est moi-même, à maintes reprises, arrivé de recueillir : « Après quelques moments de concentration, je me suis reliée à l’énergie de l’eau et là, j’ai vraiment eu l’impression d’être en symbiose avec la terre et la nature environnante » (Gautier 2000 : 126).

25Se trouver soi-même en trouvant sa place dans l’univers, c’est aussi se trouver dans et par les autres. Les participants aux rencontres et les associations qui s’occupent peu ou prou de radiesthésie manifestent un clair désir d’empathie, d’une attention tournée vers autrui. Cette idée est d’ailleurs cohérente avec toutes les déclinaisons que les sourciers font de l’« ouverture ». L’une des motivations de leur engagement semble être la quête d’une connivence riche, la cristallisation d’une proximité affective renforcée par le sentiment du partage d’une expérience sensorielle extraordinaire, en un balancement permanent entre le désir de communauté et le plaisir de l’exception. Une lecture sociologique sommaire se contenterait de voir dans ce qui est pris pour une recrudescence de l’« irrationnel » (Durand 1998) la recherche d’un substitut au sacré, hors de religions désormais jugées décevantes. Mais, au moins pour la radiesthésie, la dimension sensorielle et émotionnelle de la pratique ainsi que son contexte relationnel peuvent constituer à eux seuls de fortes raisons de l’adopter. J’ai participé à des rencontres de radiesthésistes, notamment aux États-Unis, dans lesquelles la proximité affective entre les membres anciens se manifestait par un contact corporel profus. Le premier prétexte pour le reproduire avec les nouveaux venus était donné par un essai de baguette : je m’y suis alors senti tenu, touché, guidé au-delà des limites de la proxémique américaine ordinaire, dans le cadre de laquelle est très stricte la codification du toucher permis, entre les pôles de l’intimité et de l’agression (Hall 1966). C’est sans doute parce que l’évidence sensorielle est une arme rhétorique importante dans le prosélytisme radiesthésiste, mais aussi parce que rechercher et accepter un contact physique un peu plus étroit que celui qu’admettent les convenances c’est encore manifester son « ouverture », sa disponibilité à ne plus être bloqué par les règles et les apparences et, donc, sa capacité à accéder aux profondeurs.

26Il est rare que les émois sourciers initiaux ne soient pas vécus comme une petite révélation, ou au moins comme l’avènement d’une intuition jusque-là confuse d’« être juste un maillon dans quelque chose d’immense ». La sourcellerie peut, à partir de là, devenir une fin en soi, presque dénuée de motivations pronostiques orientées vers des objectifs utilitaires. Des sourciers interrogent le pendule de façon répétée sur des passages d’eau repérés depuis longtemps, pour le plaisir de constater à nouveau que « ça marche », afin d’éprouver une nouvelle fois la traduction corporelle d’un « unisson » ou d’une « harmonie avec les vibrations de l’eau ». Ces dilettantes recherchent plutôt un prétexte pour parsemer leur quotidien de quelques instants partagés entre concentration et détente, autant d’occasions de se livrer à une méditation introspective. Ils insistent sur l’idée d’un temps à part, pris sur la routine et la tension du quotidien, et dont ils apprécient qu’il leur offre le loisir de cultiver un regard intérieur. Il faut signaler ici que sont moins rares qu’on ne pourrait le penser les hydrogéologues s’intéressant à une radiesthésie (qu’ils ont forcément des occasions de côtoyer sur le terrain) et échangeant leurs expériences en ce domaine. Certains d’entre eux l’intègrent à leur pratique professionnelle, confessant plus ou moins volontiers cette entorse à « la science » en fonction de la qualité de leur relation avec leurs clients. Là encore, pour d’autres, cet intérêt dépasse une visée instrumentale et relève d’un ensemble d’idées « sur l’homme et la nature en général ».

Le sens des profondeurs

  • 5 Sur la question de la synesthésie, voir l’ouvrage de John Harrison (2001), qui fait notamment le po (...)

27Il se profile, dans ces observations, un faisceau de représentations qui font apparaître la sensibilité sourcière comme participant d’un genre de synesthésie, une confusion des sens, un entrelacement des signaux sensoriels. Mais rien ne montre, chez aucun des sourciers rencontrés lors de l’enquête ou décrits dans le corpus documentaire, que l’on a affaire à l’un de ces vrais synesthètes qui voient une certaine couleur lorsqu’ils entendent un certain son, mangent une certaine substance, ou qui sentent une forme ou une texture en écoutant une voix. Lorsqu’ils évoquent une perception rappelant certains traits de la synesthésie, il s’agit, autant qu’il soit possible d’en juger, d’une synesthésie plus métaphorique qu’effective5, traduisant non une sensation extéroceptive homogène, mais une interprétation a posteriori de signaux discrets et de leurs articulations réciproques. Comme nous invitent à le faire la perspective adoptée par l’anthropologie des sens et la psychophysiologie, il convient de ne pas observer un seul sens isolément, mais de prendre en compte la place de chacun dans la mosaïque de la sensorialité vécue.

28Dans le cas de la radiesthésie, celle-ci s’augmente d’une dimension extraordinaire. Au sens propre du terme. Ce registre de perception échappe au commun des mortels, mais que sa réalité soit contestée par les sceptiques ne change rien au fait qu’il interagit avec les sens ordinaires et fournit des pistes nouvelles, inventives, d’expansion et d’appréciation des sensations ordinaires, notamment du toucher. Pourrait-on parler, pour les sourciers, de la mise en pratique d’une sensibilité de type baroque : la profondeur des apparences... ? Le fait est que c’est bien toujours de profondeurs qu’il est question, et de leur mise en étroites relations : celles du monde, du corps, de la conscience. Des sourciers aiment le dire. « Ça vient de loin », « C’est les racines », « Ça me prend dedans », ce dont il n’y a guère à s’étonner, dans une culture qui n’associe guère la superficialité à la vérité ni à l’authenticité. Certains tiennent leur capacité pour la manifestation d’un don très exceptionnel. D’autres, de très loin les plus nombreux, y voient une faculté universelle plus ou moins oubliée ou dégradée, dont l’empreinte sur chaque individu varie. Tous pensent que la sensibilité sourcière est susceptible d’affinement par des efforts assidus de mise en ordre du tumulte sensoriel qu’elle provoque. C’est ainsi que le toucher radiesthésiste, simultanément cutané et viscéral, peut devenir le sens des profondeurs de l’individu et du monde.

29Les radiesthésistes rencontrés sur le terrain comme les auteurs de manuels laissent pressentir plus ou moins clairement que le plein aboutissement d’un engagement personnel dans la pratique qu’ils promeuvent est la découverte de soi. Dans l’éveil sensible, dans la libération de facultés qu’ils pensent être celées par le voile de la raison, ils voient les conditions et les moyens pour tout un chacun de jouir d’une intimité plus intense et profonde avec l’âme du monde. Ainsi, pour Gautier : « Il semblerait plus juste de considérer que nous ne sommes pas pourvus de cinq sens et d’un éventuel sixième, mais plutôt de deux sens. Le premier, de nature physique (ouïe, vue, toucher, odorat, goût), permet de nous situer physiquement dans l’environnement. Le second, de nature subtile, apprécie notre interaction énergétique dans cet environnement (détection sensible du sourcier, main verte du jardinier, magnétisme familial, coup de foudre...) » (Gautier 2000 : 18).

30Sans que l’on puisse réellement parler d’une prégnance, force est de constater que ces idées forment une présence en filigrane, un bruit de fond dans la culture contemporaine. Il est vrai que sont sans doute rares ceux qui soutiendraient une formulation aussi explicite que celle que propose Thierry Gautier. Cependant, des aspects apparemment inexplicables de l’expérience quotidienne peuvent amener un individu à penser que certaines idées au sujet d’une énergie subtile (entre autres innombrables exemples) ne sont pas si dépourvues de bon sens que ce que les scientifiques en disent. Le sentiment qu’« il doit bien y avoir quelque chose » peut ainsi se combiner à ce que des sceptiques militants décrivent comme l’« effet Galilée » : puisque la science s’est si souvent fourvoyée, tout partisan de vues tenues aujourd’hui pour erronées peut se convaincre que l’institution finira un jour par changer d’avis à leur égard. Ce sentiment est encore nourri par le fait que la science se charge elle-même constamment de repousser les limites du possible.

31Que l’on tienne leurs causes pour physiques, supraphysiques ou psychologiques, il est indéniable toutefois que les sensations des sourciers peuvent se présenter à eux de manière très intense. À cet égard, plutôt que de « perception », Michael Herzfeld (2001 : 242) suggère de parler de « semiosis » sensorielle, indiquant qu’il s’agit pour l’anthropologie de se livrer à un examen spécifiquement social, non psychologique, des façons dont sont mobilisés les divers sens.

  • 6 Ou, si l’on préfère, « agence », bien que cette traduction littérale ne soit pas encore commune en (...)

32Or, on est en droit de se demander si – encore que leurs auteurs s’en défendent parfois (Howes 2003 : 53) – les travaux développés dans le cadre de l’anthropologie des sens ne tendent pas à un certain excès constructiviste, négligeant tout à la fois la base anatomique de la sensorialité, l’initiative et la marge de manœuvre6 des individus face aux cadres interprétatifs offerts par les normes sensorielles dominantes dans leurs contextes socioculturels. Au contraire de ce que veut une représentation très commune, la sourcellerie et la radiesthésie ne sont pas, n’ont jamais été des pratiques exclusivement « populaires ». Outre ce que l’on sait de la géométrie variable de ce terme, une énorme bibliographie témoigne en ce sens, à travers laquelle, depuis cinq siècles, se lisent l’intérêt et la participation d’innombrables membres des élites (voir les illustrations). La radiesthésie présente aujourd’hui un caractère éminemment trans social. Des personnes d’origines diverses, poussées par des motivations très variées, se font les hérauts des positions hétérodoxes de la radiesthésie, se lancent dans le développement de leur « sens des profondeurs ». L’élaboration d’un cadre interprétatif dans lequel mettre en forme des sensations nouvelles a sans doute aussi une dimension très individuelle, d’autant qu’il est constamment conseillé à chaque apprenti radiesthésiste de ne pas chercher à imiter aveuglément ce qu’il observe mais toujours à chercher « ce qui marche le mieux pour lui ». Dans cet univers de normes dérivantes s’épanouissent donc des façons de sentir et de faire protéiformes : on sait qu’un habitus sensoriel est socialement situable, mais dans les façons qu’ont divers sourciers de mettre en forme une codification sensorielle particulière, il est impossible de discerner la marque de leurs origines sociales. Que l’on se penche sur le « sens des profondeurs » ou sur d’autres sens, plus prosaïques, c’est bien toujours la sensorialité (et ce que, faute de mieux, on ne peut désigner que comme parasensorialité) dans son ensemble, ses dynamiques internes et les liens qu’elle tisse avec les dimensions les plus diverses de la vie sociale, qu’il convient de toucher du doigt.

corps (représentations du), environnement

Haut de page

Bibliographie

Becker H. S., 1963. Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press.

Bélinay F. de, 1932. « La radiesthésie. Pour faire le point », Les Études, 5 août.

Boucher d’Argis A.-G., 1752. Variétés historiques, physiques et littéraires, ou Recherches d’un savant, contenant plusieurs pièces curieuses et intéressantes, Paris, Nyon fils.

Bynum W. F. & R. Porter (dir.), 1995. Medicine and the Five Senses, Cambridge, Cambridge University Press.

Classen C., 1993. Worlds of Senses. Exploring the Senses in History and Across Cultures, Londres, Routledge.

Crozier J.-L. & J. Mandorla, 1991. ABC de la radiesthésie. Les pouvoirs étonnants de la baguette et du pendule, Paris, Jacques Grancher, coll. « ABC ».

Cunha M. & J.-Y. Durand, 1999. « Odeurs, odorat, olfaction. Une ethnographie osmologique », in Musset D. & C. Fabre-Vassas (dir.), Odeurs et Parfums, actes du 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nice, 1996), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Delrío M., 1593. Disquisitionum magicarum, Mayence.

Durand J.-Y., 2004. « La baguette du sourcier, du coudrier aux matériaux composites, et retour », in Lieutaghi P. & D. Musset (dir.), Plantes, sociétés, savoirs, symboles, t. II, L’Arbre dans l’usage et l’imaginaire du monde. La plante, de l’aliment au remède, Mane, Alpes de Lumière / Musée ethnologique de Salagon.
1998. « Des Lumières aux «illuminés» ? Le regain des ésotérismes », in Bromberger C. (dir.), Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée, Paris, Bayard.

Gautier T., 2000. Le Guide du chercheur d’eau, Paris, Guy Trédaniel.

Hall E. T., 1966. The Hidden Dimension, New York, Doubleday.

Harrison J., 2001. Synaesthesia. The Strangest Thing, Oxford, Oxford University Press.

Herzfeld M., 2001. Anthropology. Theoretical Practice in Culture and Society, Malden, Blackwell Publishers Inc.

Howes D., 2003. Sensual Relations. Engaging the Senses in Culture and Social Theory, Ann Arbor, University of Michigan Press.

La Lande J. de, 1782. « Lettre sur le prétendu hydroscope », Mercure de France, 2 juillet.

L’Ouvreleul J.-B., 1704-1706. Le Fanatisme renouvellé, ou Histoire des sacrileges, des incendies, des meurtres et des autres attentats que les calvinistes revoltéz ont commis dans les Sevenes, et des châtiments qu’on en a faits, Avignon, J.-C. Chastanier.

Mager H., 1913. Les Sourciers et leurs procédés. La baguette, le pendule, Paris, H. Dunod et É. Pinat.

Mercure de France, 1728, juin.
1725, septembre.

Mermet A. (abbé), 1989 [1932]. Comment j’opère : pour découvir de près ou à distance sources, métaux, corps cachés, maladies, Genève / Paris, Slatkine.

Merveilleux C. F. de, 1738. Mémoires instructifs pour un voyageur dans les divers États de l’Europe : contenant des Anecdotes curieuses très propres à éclaircir l’Histoire du tems , avec des remarques sur le commerce et l’histoire naturelle, Amsterdam, H. Du Sauzet.

Morman P. J., 1986. « Rationalism and the occult: the 1692 case of Jacques Aymar, Dowser par excellence », The Journal of Popular Culture, vol. 19, nº 4, pp. 119-130.

Mortillet G. de, 1849. Histoire de l’hydroscopie et de la baguette divinatoire, Chambéry, Imprimerie de Puthot.

Rocard Y., 1989. La Science et les Sourciers. Baguettes, pendules, biomagnétisme, Paris, Dunod.
1988. Mémoires sans concessions, Paris, Bernard Grasset.

Saramago J., 1982. Memorial do Convento, Lisbonne, Editorial Caminho.

Sauri J. (abbé), 1772. L’Hydroscope et le Ventriloque ; ouvrage dans lequel on explique, d’une manière naturelle, à la portée de tout le monde, & conforme aux lois de la physique, 1º Comment il peut se faire qu’un jeune Provençal voie à travers la terre ; 2º Par quel artifice ceux qu’on nomme ventriloques peuvent parler de manière que la voix paroisse venir du côté qu’ils veulent, Amsterdam / Paris, Valade.

Schmidt L. E., 2000. Hearing Things. Religion, Illusions, and the American Enlightenment, Cambridge, Harvard University Press.

Spitz H. H., 1997. Nonconscious Movements. From Mystical Messages to Facilitated Communication, Mahwah (New Jersey), Lawrence Erlbaum Associates Publishers.

Tristan J.-M.-C. de, 1826. Recherches sur quelques effluves terrestres, Paris, Bachelier.

Vogt E. Z. & R. Hyman, 2000 [1959]. Water Witching USA, Chicago, The University of Chicago Press.

Webster R., 1996. Dowsing for Beginners. The Art of Discovering : Water, Treasure, Gold, Oil, Artifacts, Saint Paul (Minnesota), Llewellyn Publications.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu historique, voir l’ouvrage d’Yves Rocard (1989), un physicien de renom convaincu de la réalité du « phénomène sourcier » (in situ, mais pas à distance), ou l’étude dirigée dans les années 1950 par l’anthropologue américain Evon Vogt. Son coauteur, le psychologue Ray Hyman, est un ancien magicien professionnel, spécialisé dans le démontage d’impostures. Cela indique l’orientation d’une recherche qui veut déterminer si la « sourcellerie fournit une méthode empiriquement fiable de localisation de l’eau souterraine » et conclut qu’elle est « une instance magique qui persiste parce qu’elle aide à satisfaire une variété de besoins sociaux et psychologiques insatisfaits qui existent dans notre société » (Vogt & Hyman 2000 : XIV). Quoi que l’on puisse penser aujourd’hui de cette option épistémologique, sur laquelle ces auteurs reviennent dans la dernière édition de l’ouvrage, leur travail apparaît, entre les rares publications en sciences sociales sur ce sujet, comme le plus sérieusement étayé de données empiriques rigoureuses et, dans une certaine mesure, comparatives.

2 Dans le cadre d’une recherche menée depuis 1990 dans la Drôme, au Portugal et, dans une moindre mesure, en Nouvelle-Angleterre. Une bourse Praxis XXI (Fundação para a Ciência e a Tecnologia, Lisbonne, 1994) et la bourse Eugène-Fleischmann 1996 ont constitué une appréciable aide financière.

3 La considérable œuvre de préhistorien de ce tenant d’un strict évolutionnisme linéaire, concepteur de la typologie des artefacts lithiques, est plus connue que sa première carrière d’ingénieur de travaux civils et de géologue ou que son activité publique de sourcier.

4 Sur les rapports entre le développement de la médecine scientifique et les améliorations des performances sensorielles humaines, voir Bynum & Porter (1995).

5 Sur la question de la synesthésie, voir l’ouvrage de John Harrison (2001), qui fait notamment le point sur la richesse heuristique de l’étude de ce phénomène dans le cadre des spéculations sur les bases neurologiques de la cognition.

6 Ou, si l’on préfère, « agence », bien que cette traduction littérale ne soit pas encore commune en français – peut-être à cause de sa polysémie, qui est au demeurant la même que celle du terme « agency », en ce moment très prisé par les sciences sociales anglophones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Durand, « Les mains heureuses », Terrain [En ligne], 49 | août 2007, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/6381 ; DOI : 10.4000/terrain.6381

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Durand

Université du Minho, Braga, Portugal / Centre d’étude d’anthropologie sociale (ceas), Lisbonne / Laboratoire d’ethnologie méditerranéenne et comparative (idemec), Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals