Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Carla Lonzi, Crachons sur Hegel. Une révolte féministe, Paris, Eterotopia, coll. « Rhizome », 2017, 101p.

Jean-Baptiste Vuillerod

Texte intégral

  • 1 Librairie des femmes de Milan, Ne crois pas avoir de droits, Bordeaux, Éditions la Tempête, 2017.

1Il y a quelques mois paraissait aux éditions la Tempête Ne crois pas avoir de droits, de la Librairie des femmes de Milan1. C’est au tour du livre de Carla Lonzi, Crachons sur Hegel, publié à l’origine en 1970, de paraître aux éditions Eterotopia, traduit de l’italien par le collectif des Derniers Masques dans une version renouvelée et enfin complète, augmentée d’une introduction d’Eleonora Selvatico et d’une postface d’Alba Nabulsi, qui permettent de préciser un certain nombre de concepts fondamentaux chez Lonzi (l’authenticité, l’autonomie, la révolte, l’altérité, la relation). L’œuvre emblématique de cette figure phare du féminisme italien des années 1970, fondatrice du groupe romain Rivolta Femminile, née en 1931 et disparue en 1982, trouve par là une édition française à la mesure de son importance. L’heure est ainsi à la réception des féminismes italiens dans la France contemporaine, par des biais qui, à chaque fois, libèrent ces féminismes de l’essentialisme qu’on leur a trop souvent prêté.

2Les nombreuses différences qui existent entre le féminisme de Lonzi et celui de la Librairie des Femmes de Milan ne doivent cependant pas masquer le point commun à ces deux écrits : les deux se développent dans un rapport serré avec la philosophie de Hegel et tentent de dessiner ce qu’on pourrait appeler une phénoménologie de l’esprit féminin. Dans Ne crois pas avoir de droit, la référence à Hegel reste le plus souvent implicite, mais les concepts hégéliens de domination, de reconnaissance, de conscience de soi, de contradiction sont mobilisés constamment pour penser l’histoire du combat des femmes dans les années 1960 et 1970, et comprendre l’un de ses accomplissements féconds dans la confiance (affidamento) que les femmes sont susceptibles d’entretenir entre elles. Le livre de Lonzi, pour sa part, discute de front le texte hégélien, et le critique avec la radicalité la plus acérée pour faire advenir la femme comme le sujet imprévu de l’histoire. Ces deux textes ont le mérite d’insister, chacun à sa manière, sur la profonde, conflictuelle, mais aussi mystérieuse relation qui lie le féminisme et le hégélianisme. C’est dans cette perspective que nous proposons de rendre compte de l’originalité et de la force du geste de Lonzi, que la nouvelle édition chez Eterotopia rend parfaitement visible.

3 Le livre de Lonzi est un objet biface et, pour cette raison, difficilement classable. Par son injonction à cracher, il a tout du manifeste provocateur, politique et militant – en des sens renouvelés de la politique et de la militance, loin de l’organisation patriarcale des mouvements politiques majoritaires. Mais par sa référence à Hegel, il s’inscrit aussi dans le commentaire et dans le discours institutionnalisé des grands noms de la tradition, quand bien même Lonzi renverse et subvertit les normes de la discussion universitaire. Crachons sur Hegel apparaît de ce fait à la fois comme un livre d’intellectuelle pour militantes, et comme un livre de militante pour intellectuelles. Lonzi opère ainsi un lien fécond, et novateur en son temps, entre, d’un côté, l’histoire de la philosophie – et, plus spécifiquement, le commentaire hégélien – et, d’un autre, le féminisme. Une telle modalité du discours, retrouvant la voie de l’émancipation des femmes à travers la discussion philosophique, a encore toute sa pertinence aujourd’hui pour un féminisme qui accorde toute son importance au moment du concept.

  • 2 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Phénoménologie de l’esprit, tr. fr. B. Bourgeois, Paris, Vrin, 2006, (...)
  • 3 Ibid., chapitre VI, A, a-b.

4 La discussion avec Hegel se concentre essentiellement sur la critique de la fameuse dialectique du maître et de l’esclave2. L’argument tient en deux temps. D’abord, Lonzi critique le fait que la dialectique du maître et de l’esclave soit purement masculine. Elle considère que, chez Hegel, le renversement du rapport de domination, qui promet au maître de se voir supplanter par l’esclave, est une affaire d’hommes. Comme le montrerait le passage sur Antigone dans la Phénoménologie de l’esprit3, la femme serait placée par Hegel hors de toute historicité, rivée à la naturalité de la vie familiale dans laquelle elle est soumise à l’homme. La critique de Lonzi porte ainsi sur l’exclusion des femmes hors du cours de l’histoire, qui se fait jour chez Hegel mais qui témoigne d’un mouvement historique réel. L’argument, cependant, ne s’arrête pas là. Lonzi poursuit avec une seconde critique et affirme que, quand bien même la dialectique du maître et de l’esclave serait ouverte aux femmes, elle ne correspondrait pas aux aspirations portées par le féminisme. En effet, l’auteure voit dans la dialectique hégélienne une lutte pour le pouvoir qui vise la reconnaissance. Or, selon elle, les femmes n’ont que faire de prendre le pouvoir et de se voir reconnaître par les hommes. Sans doute Lonzi considère-t-elle les luttes pour l’égalité entre les sexes, pour la reconnaissance juridique, comme importantes, mais elle n’y voit pas le lieu véritable de l’émancipation des femmes. C’est bien plutôt dans la construction de nouvelles subjectivités proprement féminines et détachées de tout rapport aux hommes que le féminisme lonzien situe la liberté du sujet féminin. On comprend, dès lors, que la dialectique hégélienne ne constitue pas à ses yeux un modèle pertinent.

  • 4 Ibid., p. 412.
  • 5 Carla Lonzi, Crachons sur Hegel. Une révolte féministe, Paris, Eterotopia, coll. « Rhizome », 2017, (...)

5 La critique que Lonzi propose de la philosophie hégélienne n’est néanmoins pas unilatérale. Elle appartient au genre de la critique immanente et recherche dans Hegel ce qui pourrait porter sa philosophie au-delà d’elle-même, par-delà son phallocentrisme. Lonzi voit notamment dans la définition hégélienne de la féminité comme « éternelle ironie de la communauté4 » un potentiel émancipateur : « À chaque fois, écrit-elle, que la femme se montre en tant qu’“éternelle ironie de la communauté”, nous reconnaissons l’émergence de la position féministe5. »

6Au chapitre VI, A de la Phénoménologie de l’esprit, Hegel définit ainsi la féminité pour comprendre la contradiction du monde grec qui, bien que reposant sur les fonctions reproductrices et funéraires des femmes, les exclut de toute représentation politique et les ligue avec les jeunes hommes contre la cité, menant cette dernière à sa perte. Lonzi voit dans cette compréhension hégélienne du renversement de la cité grecque une dynamique de révolte proprement féminine qui reste toujours actuelle. C’est donc du sein même de la philosophie hégélienne qu’elle parvient à trouver les armes susceptibles de la dépasser, rappelant ainsi à quel point la philosophie de Hegel elle-même échappe aux classifications usuelles et ne saurait souffrir d’un rejet sans nuances.

  • 6 Patricia Jagentowicz Mills (dir.), Feminist Interpretations of G. W. F. Hegel, University Park, The (...)
  • 7 Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance (1992), Paris, Cerf, 2010, tr. fr. P. Rusch.
  • 8 Slavoj Žižek, Le plus sublime des hystériques. Hegel avec Lacan, Paris, PUF, 2011 ; Moins que rien. (...)
  • 9 Franck Fischbach, Fichte et Hegel. La reconnaissance, Paris, PUF, 1999.
  • 10 Emmanuel Renault, Connaître ce qui est. Enquête sur le présentisme hégélien, Paris, Vrin, 2015.

7 Il aura fallu du temps pour que le texte de Lonzi soit redécouvert en France et paraisse dans une version soignée et complète. Ce temps n’est pas seulement celui du retard, il est également celui de la maturité. Nous disposons aujourd’hui du recul nécessaire pour apprécier à sa juste valeur sa critique de Hegel. D’une part, le féminisme s’est désormais pleinement approprié la philosophie de Hegel, comme en témoigne notamment certains ouvrages collectifs en langue anglaise6. D’autre part, du côté du hégélianisme cette fois, des interprétations novatrices ont fait perdre à la philosophie hégélienne son caractère conservateur. Dans sa postface, Alba Nabulsi cite à juste raison l’exemple de Judith Butler, mais il faudrait également ajouter les noms d’Axel Honneth7 ou de Slavoj Žižek8, ainsi que, en France, ceux de Franck Fischbach9 et d’Emmanuel Renault10. Assurément, nous avons redécouvert aujourd’hui la philosophie hégélienne et il n’est plus question, aujourd’hui, de « cracher » sur Hegel. Pour autant, le geste de Lonzi n’a pas perdu son sens ni sa pertinence, à condition de bien en comprendre les enjeux et les contextes.

  • 11 Voir notamment Emmanuel Renault, « Reconnaissance, lutte, domination : le modèle hégélien », in Rec (...)

8 En premier lieu, il convient de faire fond sur la critique immanente que Lonzi propose de Hegel et qui fait de son rejet de la philosophie hégélienne, en même temps, une interprétation de celle-ci. Lorsque Lonzi refuse la lutte dialectique pour le pouvoir au profit d’une affirmation positive des subjectivités féminines, elle retrouve en réalité certaines lectures contemporaines de la philosophie de Hegel, qui ont montré que l’enjeu de la dialectique de la domination et de la servitude n’était pas tant le renversement du rapport entre le maître et l’esclave que l’affirmation positive de soi à partir de l’expérience négative du déni de reconnaissance11. Ce dépassement du hégélianisme par le hégélianisme lui-même, même s’il prend aujourd’hui des formes plus positives et moins critiques, n’a rien perdu de sa vitalité et c’est lui, plus qu’une critique unilatérale de Hegel, qu’il faut retenir du texte de Lonzi.

  • 12 Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, 1947.
  • 13 Carla Lonzi, Crachons sur Hegel, op. cit., p. 46.

9 En deuxième lieu, il nous faut resituer l’interprétation que Lonzi donne de Hegel à l’aune des réceptions du texte hégélien. En France, ce sont notamment les leçons données par Alexandre Kojève à l’École pratique des hautes études entre 1933 et 193912 qui ont été déterminantes pour une compréhension du hégélianisme centrée sur la dialectique du maître et de l’esclave. Tout donne à penser que Lonzi connaissait ce texte et qu’elle s’appuie sur lui lorsqu’elle interprète cette dialectique comme une prise de pouvoir et qu’elle en fait le passage central de toute la philosophie de Hegel pour rattacher celle-ci à une pensée phallocentrique : « Le rapport maître-esclave hégélien est un rapport interne au monde humain masculin : il correspond à la dialectique, et se pose dans des termes qui découlent directement des présupposés de la prise de pouvoir13. » Il n’en va plus ainsi de nos jours, où d’autres lectures de ce passage ont vu le jour et où son importance a été relativisée au profit d’autres pans du système hégélien. Ce qui pourrait donc nous apparaître aujourd’hui comme une limite du texte de Lonzi doit en réalité être resitué dans l’histoire du commentaire hégélien.

10 Il en va de même, en troisième lieu, en ce qui concerne le contexte politique et social dans lequel Lonzi écrit. C’est d’ailleurs le principal reproche que l’on pourrait faire à cette nouvelle édition de Crachons sur Hegel que de ne pas suffisamment restituer le contexte italien de la rédaction de l’ouvrage. On se contentera ici de souligner que c’est en réalité au marxisme que s’en prend Lonzi derrière le masque de Hegel. Le Marxisme du Parti Communiste Italien, certes, mais aussi le marxisme des divers groupuscules d’extrême gauche qui faisaient dissidence avec le PCI, mais qui, pour autant, ne remettaient pas en cause le patriarcat. Le féminisme de Lonzi, proche en cela de qui se passait en France à la même époque avec le Mouvement de Libération des Femmes, est né d’une insatisfaction profonde quant à la capacité de la cause prolétarienne, qui subsumait les problèmes de sexe et de genre sous des problématiques économiques, à prendre en compte la spécificité du combat des femmes. C’est à la reconnaissance d’une domination phallocratique irréductible à une domination de nature économique, bien que pouvant se combiner et être réappropriée par cette dernière, que nous invite Lonzi et qui, encore aujourd’hui, garde tout son sens.

11 Une fois ces quelques principes remis en mémoire, on ne saurait qu’appeler à lire et relire cette réédition de Crachons sur Hegel, avec, comme l’ange de l’histoire de Walter Benjamin, un œil tourné vers le passé et un œil tourné vers l’avenir.

Haut de page

Notes

1 Librairie des femmes de Milan, Ne crois pas avoir de droits, Bordeaux, Éditions la Tempête, 2017.

2 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Phénoménologie de l’esprit, tr. fr. B. Bourgeois, Paris, Vrin, 2006, chapitre IV, A.

3 Ibid., chapitre VI, A, a-b.

4 Ibid., p. 412.

5 Carla Lonzi, Crachons sur Hegel. Une révolte féministe, Paris, Eterotopia, coll. « Rhizome », 2017, p. 49.

6 Patricia Jagentowicz Mills (dir.), Feminist Interpretations of G. W. F. Hegel, University Park, The Pennsylvania State University Press, 1996; Kimberley Hutchings, Tuija Pulkkinen (dir.), Hegel’s Philosophy and Feminist Thought. Beyond Antigone ?, New York, Palgrave Macmillan, 2010.

7 Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance (1992), Paris, Cerf, 2010, tr. fr. P. Rusch.

8 Slavoj Žižek, Le plus sublime des hystériques. Hegel avec Lacan, Paris, PUF, 2011 ; Moins que rien. Hegel et l’ombre du matérialisme historique, Paris, Fayard, 2015.

9 Franck Fischbach, Fichte et Hegel. La reconnaissance, Paris, PUF, 1999.

10 Emmanuel Renault, Connaître ce qui est. Enquête sur le présentisme hégélien, Paris, Vrin, 2015.

11 Voir notamment Emmanuel Renault, « Reconnaissance, lutte, domination : le modèle hégélien », in Reconnaissance, conflit, domination, Paris, CNRS éditions, 2017.

12 Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, 1947.

13 Carla Lonzi, Crachons sur Hegel, op. cit., p. 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Vuillerod, « Carla Lonzi, Crachons sur Hegel. Une révolte féministe, Paris, Eterotopia, coll. « Rhizome », 2017, 101p. », Terrains/Théories [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 29 janvier 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/teth/1046

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals