Navigation – Plan du site
Dossier
Lectures

La Fabrique de la programmation culturelle, Catherine Dutheil-Pessin, François Ribac, préface de Pierre Delcambre, Paris, La Dispute, 2017, 236 p.

Jean-Marie Chevallier

Texte intégral

  • 1 Catherine DUTHEIL-PESSIN est sociologue de la culture et de la musique et professeur émérite à l’Un (...)
  • 2 François RIBAC est sociologue de la culture et compositeur de théâtre musical, maître de conférence (...)

1Dans cet ouvrage, les sociologues Catherine Dutheil-Pessin1 et François Ribac2 s’intéressent à une des activités centrales des mondes de la culture : la programmation de spectacles. Qui sont les programmateurs ? Quelles sont leurs compétences ? Comment font-ils leurs choix ? Quelles sont leurs contraintes ? Dans quels réseaux évoluent-ils ? Comment se structure ce milieu professionnel ? Telles sont les principales questions abordées par ce livre qui interroge à nouveaux frais l’évaluation des politiques publiques de la culture en levant le voile sur un des aspects très peu étudié de la fabrique de l’offre culturelle.

  • 3 ASSASSI, I., Spécificités du produit culturel : l'exemple du spectacle vivant, Revue Française de g (...)

2En effet, l’État et les collectivités territoriales – qui restent, en France, les principaux bailleurs des politiques culturelles – s’intéressent en priorité aux effets quantifiables de leurs actions. De nombreuses études conjoncturelles ou prospectives, commandées par des acteurs institutionnels nationaux, locaux ou menés par des chercheurs analysent les effets quantitatifs de la programmation : fréquentations, évolution sociologique des publics et des pratiques culturelles, effet des politiques de démocratisation culturelle, logiques de l'action publique, etc. En revanche, les conditions d’élaboration de l’offre de spectacles – construite sous forme de projet artistique par les programmateurs – sortent bien souvent du champ de l’évaluation. En outre, la littérature consacrée au marketing culturel, à la distribution des produits culturels, et plus particulièrement aux règles qui régissent les relations entre producteurs et distributeurs sont des « domaines qui ont rarement fait l’objet de recherches spécifiques. Les auteurs s'intéressant davantage à l’aval des canaux de distribution, et aux questions relatives aux consommations culturelles »3.

  • 4 Bernard LATARJET, 2004 ; Philippe URFALINO, 2004 ; Pierre MOULINIER 2013.
  • 5 Françoise BENHAMOU, 2003 ; Isabelle BARBERIS et Martial POIRSON, 2016.
  • 6 Catherine DUTHEIL-PESSIN, 2004 ; Sylvia FAURE, 2001 ; François RIBAC, 2004, Fabien HEIN, 2004 ; Jea (...)
  • 7 Philippe COULANGEON, 2010.
  • 8 KPONTON Emmanuelle, 2013.
  • 9 Eloi FLESH, Les algorithmes de recommandation dans le domaine du spectacle vivant. Vers une émancip (...)
  • 10 Pierre Delcambre a défini la prescription « comme un prétention sociale à faire (que l’on ait été s (...)

3Comparativement aux savoirs accumulés sur le monde du spectacle à travers le prisme des politiques culturelles4, de l'économie de la culture5, de la sociologie et de l'anthropologie des genres artistiques6, de la sociologie des pratiques culturelles7 de la méthodologie8, voire la sociologie des algorithmes9. L'étude des programmateurs – c’est-à-dire ceux qui élaborent et mettent en œuvre la fabrique de la programmation culturelle – reste un point aveugle de la recherche en sciences sociales. Si les trajectoires et les projets portés par les artistes peuvent participer à la définition et à la diffusion d'une culture légitime, cette étude met en lumière que les prescripteurs10 et intermédiaires que sont les programmateurs, affectent, par leurs recommandations et leurs sélections, le travail créateur. Alors que le spectacle vivant « est de plus en plus présenté comme l’incarnation même de la politique culturelle et souvent assimilé à la culture dans nombre de discours et d’écrits » (p. 14) la socio-anthropologie des programmateurs reste à venir. Pourtant, dans un contexte de forts déséquilibres entre une offre de spectacles pléthorique et des potentialités limitées de diffusion (en saison ou en festival), la question du « programmateur » est devenue cruciale en matière d’intercession entre le public et les artistes. Il est perçu comme un expert de la valeur artistique et se revendique à travers son « projet artistique » comme le défenseur d’un « intérêt public culturel », contre une vision plus commerciale de la culture.

4C’est donc une importante lacune que vient combler La Fabrique de la programmation culturelle dans un texte alerte et stimulant qui montre que la constitution de la politique culturelle, loin d’être l’exact reflet des objectifs et des actions de l’État, « s’élabore et se met en place aussi bien en bas qu’en haut et qu’elle résulte d’un processus constant d’interactions entre des personnes et des groupes sociaux » (p. 16). A partir d’une enquête de terrain menée entre 2011 et 2013 en région en Pays de Loire qui rassemble un échantillon d’une trentaine de « lieux » (des structures associatives aux scènes nationales), Catherine Dutheil-Pessin et François Ribac s’intéressent aux outils et aux registres d’attention mobilisés par les programmateurs pour élaborer leur saison. L’examen de la sensibilité et de l’expérience de ces agents, les compétences mises en œuvre pour caractériser et promouvoir « leurs » spectacles, la connaissance qu’ils peuvent avoir du marché et des productions, leur insertion dans des communautés de pairs et les contraintes auxquelles ils sont soumis (élus, territoire, publics) permettent de mieux comprendre et de caractériser cette activité.

  • 11 « La fabrique de la programmation culturelle », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 18 octobre 2012 (...)

5Cette enquête inédite retrace la façon dont des programmateurs « travaillant dans des dispositifs publics se forment puis – dans le cadre de leurs fonctions – sélectionnent des spectacles et des équipes artistiques. [Elle s’intéresse] donc aux modalités – cognitives, techniques, collectives, politiques – par lesquelles ces spectacles en viennent à représenter « l'excellence artistique » et la politique culturelle publique. [Elle aborde] des thématiques liées à l'enquête telles que le goût et la qualité artistique, la mise en œuvre (historique et/ou concrète) de cette expertise spécifique, les relations entre programmation culturelle et intérêt général. »11.

6Les auteurs soulignent que « la figure du programmateur-interface, agent de développement territorial, garant de la qualité esthétique délivrée via des financements publics n’est pas seulement la conséquence de telle ou telle politique culturelle, mais aussi l’expression matérielle et discursive de l’émergence d’un groupe social spécifique » (p. 47), qui occupe une position centrale, dont les fonctions consistent « en grande partie à éliminer ce qu’ils considèrent comme négligeable et à construire un palmarès de l’excellence » (p. 188) en devenant ainsi délégataires et co-constructeurs des politiques publiques dans le domaine du spectacle vivant. Cette fonction – qui occupe une place stratégique – figure rarement dans les organigrammes qui l’assimilent le plus souvent à la fonction de « direction » des lieux de diffusion. D’autant qu’aucun cursus de « professionalisation » de leurs « regards » ou de leur méthodes de travail ne semblent pas encore exister.

  • 12 Loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l'architecture et au patr (...)

7Cette recherche a le mérite de mettre en évidence les outils, les compétences et les savoir-faire qui traversent cette fabrique de la programmation culturelle à travers des trajectoires, des espaces de travail, des réseaux formels et informels que mobilisent ces agents et les contraintes avec lesquelles ils doivent composer (injonctions des élus, espérances des artistes, ressources humaines, matérielles, financières et attentes des publics) pour élaborer une programmation culturelle. On regrette toutefois que les caractéristiques que les programmateurs ont de « leur expertise artistique » ne soient pas clairement précisées sinon qu’elle prend ses racines dans un processus continu de définition et de construction au sein des réseaux professionnels. In fine, pour justifier leurs sélections de spectacles, les programmateurs font valoir la subjectivité de leurs choix et revendiquent l’exercice de leur « liberté artistique » (désormais garantie par la loi12). Ils inscrivent leurs parti-pris esthétiques dans des notions « de spectacles de qualité » ou d’ « excellence » éminemment subjectives. Subjectivité qu’ils insufflent au sein de ce qu’ils appellent un « projet artistique », qui est à la base de leur recrutement et qui s’incarne dans une saison dont le fonctionnement consiste à faire des « assemblages » de spectacles dont ils assument la responsabilité justifiant ainsi que l’irréductibilité de leur activité repose sur la singularité de leur talent.

8Compte tenu du fait que cette activité repose sur l’usage de fonds publics, se pose alors la question du lien entre la subjectivité des programmeurs et l’intérêt public. Si, comme le souligne les auteurs du livre, « la personne [le programmateur] est choisie parce que son parcours antérieur et son projet paraissent susceptibles d’incarner l’intérêt public » et que « la relation entre sa singularité et l’universalité des objectifs de l’action publique se manifestera au travers de la programmation de spectacles singuliers » (p. 189), on peut regretter que ne soient pas évoqués les capitaux symboliques (social économique et culturel) dont ils sont dotés, qu’ils mettent en œuvre et qui pèsent sur les modes de nomination, de cooptation, d’intégrations et d’immersion dans les réseaux qui fondent l'élaboration des projets artistiques et culturels dont la fabrication des saisons culturelles ou des festivals sont issues. Ces lacunes sociologiques sont en partie comblées par des profils historiques de la figure du programmateur. À partir de leur échantillon, les auteurs identifient trois générations de programmateurs :

  • Les pionniers qui s’engagent dans les « métiers » de la culture à la fin des années soixante-dix et début des années quatre-vingt forts de leur militantisme et de leurs pratiques bénévoles ;

  • Les bâtisseurs qui entrent dans la carrière à la fin des années quatre-vingt et dans les années quatre-vingt-dix, qui, à un parcours de bénévoles et de militants adjoignent un parcours universitaire dans les formations émergentes aux métiers de l’organisation culturelle ou hors secteur culturel (administration, économie, gestion) ;

  • Les intégrés qui s’insèrent professionnellement à partir des années 2000, et qui adossent leurs trajectoires à des formations universitaires spécialisées (gestion, administration ou organisation d’évènements culturels) complétées par des stages qui leur permettent une première expérience professionnelle.

9Quelque soit la diversité de leurs trajectoires, et toutes générations confondues, les programmateurs ont en commun de ne pas se vivre comme une profession mais davantage comme un groupe social. Ce groupe se construit autour d’un espace identifiable, constitué d’un ensemble de pairs et solidifié par des échanges au sein de réseaux organisés et enchevêtrés. Mais il s’affirme aussi par l’utilisation d’un langage et d’une culture commune ainsi que de pratiques analogues qui dénotent d’un certain entre soi social et d’une homogénéité de sensibilité. S’appuyant, à des degrés divers sur les dispositifs et les moyens fournies par les collectivités territoriales, ces trois générations de « professionnels » installent la figure du programmateur comme « garant de la qualité esthétique délivrée via des financements publics [et qu’elle] n’est pas seulement la conséquence de telle ou telle politique culturelle mais aussi l’expression matérielle et discursive de l’émergence d’un groupe social spécifique » (p. 48).

  • 13 La Révision Générale des Politiques Publiques, lancée en 2007 par Nicolas Sarkozy, avait pour objec (...)

10La dimension anthropologique de ce travail de recherche permet, à travers les notes, les tableaux de classement, les pratiques de hiérarchisation des propositions artistiques, les rythmes de travail collectif ou individuel, de mettre en évidence le fait que les multiples contraintes (élus, tutelles, budgets, publics) censées peser sur l’activité de programmation brident finalement assez peu l’autonomie des programmateurs. C’est ainsi que la programmation de spectacles n’a pas été visée par les procédures de quantification importées dans les administrations publiques telles la RGPP13. La valeur des choix de programmation échappant à tout débat intra ou extra-professionnel et tenant sa légitimité du « goût » des programmateurs qui défendent « leurs » visions artistiques au nom d’une « technicité professionnelle » permet ainsi de transformer des contraintes en modes opérationnels tout assurant la solidification d’un métier.

  • 14 Durant le festival d’Avignon 2018, les programmateurs se verront interpeller dans le cadre de débat (...)

11Les enseignements que délivre cet ouvrage sont nombreux. Le plus important d’entre eux est sans doute de mettre en lumière combien la définition, la co-construction et la diffusion des politiques culturelles publiques dans le domaine du spectacle vivant reposent essentiellement sur les programmateurs, « petits ou grands », et l’exercice de leur profession. Cette première incursion dans « la fabrique de la programmation culturelle » ouvre de nombreuses pistes de recherches. On pourra, par exemple s’interroger sur les métamorphoses que l'activité prescriptive des programmateurs impose et légitime aujourd'hui ; sur les transformations socio-économiques et esthétiques que cette prescription impose à terme pour le monde de l'art et le travail artistique. On pourra encore faire émerger les critères qui permettraient de faire coïncider au sein d’un projet artistique la singularité de « l’être-programmateur » et le principe d’universalité de l’action publique en prenant mieux en compte les groupes d’acteurs actuellement négligés, les usagers effectifs ou potentiels, les praticiens amateurs ou professionnels, les profanes, etc. Ces interrogations traversent désormais ouvertement le monde du spectacle vivant et commencent à se manifester publiquement14 ».

12Dans cet ouvrage stimulant qui saura toucher aussi bien un public d’étudiants, de chercheurs ou de professionnels, Catherine Dutheil Pessin et François Ribac ouvrent avec talent une voie nouvelle dans l’analyse des politiques culturelles. Ce travail mérite d’être poursuivi. Les auteurs nous invitent d’ailleurs à prolonger la réflexion en considérant le travail de programmation comme un des éléments du dispositif social et politique propre à la 5ème République. De ce point de vue les programmateurs ne sont pas de simples passeurs situés entre les publics et les arts, ils s’inscrivent dans un certain type d’organisation sociale et agissent sur la structure même de l’offre et de la demande. […] Il est temps de repenser la représentation scénique, la prescription culturelle et le public et de les redéployer dans de nouveaux décors. » (p. 223) A suivre donc avec beaucoup d’intérêt !

Haut de page

Bibliographie

BARBERIS Isabelle et POIRSON Martial, L’Économie du spectacle vivant, Paris, PUF, 2016.

BENHAMOU Françoise, L’Économie de la culture, Paris, La Découverte, 2003.

COULANGEON Philippe, Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La Découverte, 2010.

DUTHEIL-PESSIN Catherine, La chanson réaliste, sociologie d’un genre, Paris, L’Harmattan, 2004.

FAURE Sylvia, Corps, savoir et pouvoir. Sociologie historique du champ chorégraphique, Lyon, PUL, 2001.

HEIN Fabien, Le Monde du rock, Ethnographie du réel, Paris, IRMA, 2006.

KPONTON Emmanuelle, Conception et mise en œuvre d’une saison culturelle, enjeux, problématiques et outils, Voiron, Territorial Éditions, 2013.

LATARJET Bernard, Pour un débat national sur l’avenir du spectacle vivant, Paris, MCC, 2004.

LEVERATTO Jean-Marc, Introduction à l’anthropologie du spectacle, Paris, La Dispute, 2006.

MOULINIER Pierre, Les Politiques publiques de la culture en France, Paris, PUF, 2013.

RIBAC François, L’Avaleur de rock, Paris, La Dispute, 2001.

URFALINO Philippe, L'Invention de la politique culturelle, Paris, Hachette-Pluriel, 2004.

Haut de page

Notes

1 Catherine DUTHEIL-PESSIN est sociologue de la culture et de la musique et professeur émérite à l’Université Grenoble-Alpes.

2 François RIBAC est sociologue de la culture et compositeur de théâtre musical, maître de conférences à l'Université de Dijon-Franche-Comté/Laboratoire Cimeos.

3 ASSASSI, I., Spécificités du produit culturel : l'exemple du spectacle vivant, Revue Française de gestion, n° 142-1, Paris, 2003.

4 Bernard LATARJET, 2004 ; Philippe URFALINO, 2004 ; Pierre MOULINIER 2013.

5 Françoise BENHAMOU, 2003 ; Isabelle BARBERIS et Martial POIRSON, 2016.

6 Catherine DUTHEIL-PESSIN, 2004 ; Sylvia FAURE, 2001 ; François RIBAC, 2004, Fabien HEIN, 2004 ; Jean-Marc LEVERATTO, 2006.

7 Philippe COULANGEON, 2010.

8 KPONTON Emmanuelle, 2013.

9 Eloi FLESH, Les algorithmes de recommandation dans le domaine du spectacle vivant. Vers une émancipation du spectateur ? Centre Norbert Elias UMR 8562 (Thèse en cours).

Ghislaine CHARTRON, Industries culturelles et recommandations algorithmique : un pacte faustien ?, Territoires Contemporains (à paraître).

10 Pierre Delcambre a défini la prescription « comme un prétention sociale à faire (que l’on ait été sollicité ou non), qui suppose une connaissance préalable, une expertise spécifique et une connaissance ajustée de celui qui prescrit). Colloque La Prescription culturelle en question – MSH-Dijon 2017.

11 « La fabrique de la programmation culturelle », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 18 octobre 2012, http://calenda.org/224202.

12 Loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l'architecture et au patrimoine (LCAP) : « Le fait d’entraver, d’une manière concertée et à l’aide de menaces, l’exercice de la liberté de création artistique ou de la liberté de la diffusion de la création artistique est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ».

13 La Révision Générale des Politiques Publiques, lancée en 2007 par Nicolas Sarkozy, avait pour objectifs de réformer l’État et d’en réorganiser les missions afin d’améliorer l’efficacité des politiques publiques et de réaliser des économies budgétaires.

14 Durant le festival d’Avignon 2018, les programmateurs se verront interpeller dans le cadre de débats qui se tiendront au Village du Off : « Et si on remettait l’équité au cœur de la relation créateurs / programmateurs ? Débat organisé par le SYNAVI – Village des Professionnels – 13 juillet 2018 : Sans la création indépendante pas de création : et si on remettait l’équité au cœur de la relation créateurs / programmateurs ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Chevallier, « La Fabrique de la programmation culturelle, Catherine Dutheil-Pessin, François Ribac, préface de Pierre Delcambre, Paris, La Dispute, 2017, 236 p. », Terrains/Théories [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/teth/1141

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals