Navigation – Plan du site
Dossier

Introduction

Les mondes de la mode 
Anne Monjaret et Kristell Blache-Comte

Texte intégral

1S’intéresser à la mode n’est pas une curiosité nouvelle. Qui n’a pas feuilleté des magazines pour voir, s’informer ou s’inspirer des tendances ? Qui n’a jamais regardé les vitrines des magasins ? Qui n’achète pas de vêtements ? Autrement dit, la mode ne peut pas nous échapper.

2L’imagerie qu’elle véhicule – ses paillettes, son glamour, ses marques – fascine autant qu’elle interroge voire suscite la critique ou l’indignation. Mais en définitive que connaissons-nous de la mode, des mondes qui la fabriquent, des dessous de sa production et de sa communication. Que savons-nous de l’ensemble des professionnels qui participent, chacun à leur manière, à faire de la mode, une industrie puissante et tant d’autres choses à la fois ?

Qu’en est-il des recherches sur la mode ?

3Que nous apprennent, sur ce domaine, les chercheurs en sciences humaines et sociales, et en particulier les sociologues et les anthropologues, principalement en France ? Jusqu’à présent, la majorité d’entre eux se sont penchés plutôt sur le vêtement (le costume), sa consommation et sa signification sociale que sur la mode, entendue comme phénomène social.

Le vêtement, objet de communication plurielle

  • 1 Simmel Georg, Philosophie de la mode, Paris, Allia, 2013 (1ère édition 1905).
  • 2 Barthes Roland, Système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.
  • 3 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit (coll. Le (...)

4Georg Simmel est un de ces auteurs qui a ouvert la voie de la réflexion, en montrant comment la dualité de la mode articule, d’un même mouvement, phénomènes d’imitation et phénomènes de distinction1. En France, bien plus tard, Roland Barthes, dans « Système de la mode »2,en tracera les contours sémiologiques, en positionnant le vêtement comme objet de communication du quotidien. Pierre Bourdieu, apportera aussi sa contribution, notamment avec son ouvrage « La distinction »3. D’autres auteurs suivront, qu’ils soient sociologues, historiens, anthropologues.

  • 4 Yonnet Paul, Jeux, Modes et masses. La société française et le moderne 1945-1985, Paris, Gallimard, (...)
  • 5 Levy Clara et Quemin Alain (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et (...)
  • 6 Monneyron Frédéric, La sociologie de la mode, Paris, PUF (coll. Que sais-je ?), 2006 ; Godart Frédé (...)
  • 7 Levy Clara et Quemin Alain (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et (...)

5Au cours des années 1980, Paul Yonnet et Gilles Lipovetsky y voient un phénomène suffisamment important pour penser la modernité4. Mais ce n’est que, dans les années 2000, confortant ainsi « les intermittences de la mode dans l’histoire de la sociologie » soulignés par Alain Quemin et Clara Levy5, que s’observe un intérêt grandissant pour le sujet, qui se traduira par la production de deux ouvrages de synthèse6, dessinant à grands traits les pourtours d’une sociologie de la mode. Le numéro « Pour une sociologie de la mode et du vêtement » de la revue Sociologie et sociétés, coordonné par Clara Levy et Alain Quemin s’inscrit clairement dans cette même dynamique de renouvellement et de légitimation scientifique d’un objet qui peut être traité – insistent ces deux auteurs – comme « tout autre objet social ». Si, dans leur présentation introductive, les auteurs n’hésitent pas à poser les jalons épistémologiques d’une sociologie de la mode7, c’est pour mieux asseoir une approche qui respecte, selon leurs termes, les préceptes généraux de la discipline, sans pour autant rejeter la pluridisciplinarité. Les études de mode ont tout intérêt à se saisir - considèrent-ils - de la sociologie du travail, des organisations, des réseaux, de la communication, etc. - nous pourrions ajouter, aujourd’hui -, de la sociologie du genre. C’est à ces conditions que la sociologie de la mode est, selon eux, rendue possible.

6Si les recherches françaises existent bien, elles restent dispersées et ne parviennent pas encore à constituer un champ à part entière comparable à celui des fashion studies, développé dans les pays anglo-saxons. Cette déconsidération s’explique en partie par le fait que cet objet d’étude apparaît souvent aux yeux des universitaires comme trop frivole et superficiel. De plus, peu de chercheurs se sont penchés sur les métiers de la mode et leurs réseaux, qui nous intéressent ici. Sans être exhaustif, nous pouvons toutefois renvoyer à quelques références disponibles, et surtout noter l’engouement actuel pour les recherches sur la mode.

  • 8 Bourdieu Pierre et Delsaut Yvette, « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la m (...)
  • 9 Levy Clara et Quemin Alain (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et (...)

7Comme le rappellent Clara Levy et Alain Quemin, l’article de Pierre Bourdieu rédigé en collaboration avec Yvette Delsaut8, ouvre le domaine, en proposant d’étudier les maisons de haute couture et les couturiers sous l’angle de la construction des distinctions sociales, en cela, cet article reste fondamental : « La mode y faisait, en effet, l’objet d’une analyse sociologique fouillée non plus dans le seul espace de la consommation, mais aussi dans celui de la production, les maisons de couture étant analysées comme des entités occupant des positions spécifiques dans un champ particulier, pouvant rendre compte de leurs prises de positions et de leurs créations. »9 Le rôle de la griffe dans la modification du statut social du produit y a été, notamment, mis en évidence. Malgré l’apport théorique de cet article, nous ne comptons aucun émule qui en prenne la suite sur le sujet de la mode.

Les métiers de l’apparence

  • 10 Notamment Roche Daniel, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle), (...)
  • 11 Jaoul Martine (dir.), Artisans de l’élégance, Catalogue MNATP, Paris, Éditions de RMN, 1993.

8Il faudra attendre plus de 10 ans pour que des historiens, des conservateurs et des ethnologues français s’emparent de la question des métiers de l’apparence et de l’élégance, autrement dit du vêtement. Daniel Roche offre, dans l’un de ses ouvrages de références « La Culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle) »10, une belle analyse socio-culturelle, non seulement de la consommation mais aussi de la production, de la distribution et de la diffusion des habits sur deux siècles. Il montre combien cette économie vestimentaire est travaillée par des réseaux qui font les marchés de la mode. L’exposition « Artisans de l’élégance » qui a eu lieu au musée national des arts et traditions populaires à Paris durant l’année 1993-199411, poursuit et prolonge sur une autre période, plus contemporaine, la réflexion amorcée par Daniel Roche. Se situant dans la perspective d’une ethnologie urbaine et d’une ethnologie des techniques, elle présente les métiers constitués en réseaux professionnels qui trouvent leur inscription dans la ville : coiffeurs, modistes, chapeliers, brodeurs, fleuristes en fleurs artificielles, etc.,

  • 12 Remaury Bruno (dir.), Dictionnaire de la mode du XXème siècle, Paris, Éditions du Regard, 1994. Si (...)
  • 13 Monjaret Anne, « Les modistes : de l’artisan à l’artiste, les mutations d’un corps de métier à trav (...)
  • 14 Monjaret Anne, « Plume et mode à la Belle Époque. Les plumassiers parisiens face à la question anim (...)
  • 15 Gorre Jean-François, « Travailler le vison. Les fourreurs "français" et "grecs" », Terrain, n° 16, (...)
  • 16 Jeudy-Ballini Monique, « Déficitaires et glorieux. L'imaginaire du luxe et de l'authentique chez le (...)
  • 17 Se reporter notamment à Godart Frédéric, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010 ; Berloq (...)
  • 18 Monjaret Anne, La Sainte-Catherine. Culture festive dans l'entreprise, Paris, Éditions du CTHS, 199 (...)
  • 19 Voir Mensitieri Giulia, « La chance d’être là ». Le travail dans la mode entre glamour et précarité(...)
  • 20 Godart Frédéric et Mears Ashley, « Prise de décision créative en situation d’incertitude : le cas d (...)
  • 21 Parmi les travaux de Nicolas Divert : Divert Nicolas, « L’antagonisme de la figure de l’étranger da (...)
  • 22 Pedersen Esben Rahbek Gjerdrum, Gwozdz Wencke and Hvass Kerli Kant, « Exploring the Relationship Be (...)

9La même année, sort l’un des premiers dictionnaires consacrés à la mode du XXème siècle12. Des études relevant de l’ethnologie des techniques sont également menées sur les modistes13, les plumassiers14, les fourreurs15, les ouvriers en maroquinerie de luxe16, etc. Plus tard, ce seront les créateurs, les stylistes qui retiendront l’attention des chercheurs17. Puis, se développeront des études autour du travail des ouvrières dans les ateliers de la haute couture comme de la confection18, celui des intérimaires de la mode à l’occasion par exemple de shooting19 ou encore celui des mannequins20. Ce sont les processus de création autant que les conditions du travail qui sont dorénavant cernés, pointant les paradoxes de ces mondes professionnels. Les travaux sur les formations de la mode tant dans les lycées professionnels que dans les écoles de stylisme21 rappellent que les univers professionnels de la mode ne sont pas uniquement associés au secteur artisanal mais également à l’industrie, participant, par ailleurs, au mouvement de globalisation économique22 et communicationnelle. Ainsi, les travaux se diversifient tout en restant segmentés.

10L’idée de ce numéro est donc, à la fois, de poursuivre la réflexion entamée par toutes ces recherches et de penser les mondes de la mode dans leurs articulations.

La mode et ses mondes

  • 23 Becker S. Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion1988 (1ère édition1982) ; Becker S. Howard (...)

11Multiples, complexes, voire contradictoires, les mondes de la mode révèlent les sociétés contemporaines. Des « mondes » que nous entendons non pas comme spatial mais, au sens de Howard S. Becker, comme « l’analyse d’une activité collective quelconque, quelque chose que des gens sont en train de faire ensemble. Quiconque contribue en quelque façon à cette activité et à ses résultats participe à ce monde. »23.

12La mode rassemble donc une grande diversité d’activités collectives (création, production, commercialisation, diffusion, etc.) et d’acteurs sociaux (producteurs, créateurs, artisans, photographes, mannequins, bloggeurs, vendeurs, consommateurs, etc.). Ce sont ces mondes qui font de la mode, une filière établie dans un contexte global et ainsi constituée d’une multitude de liens, d’enchevêtrements, d’imbrications, d’interdépendances. Dans ce contexte, la mode apparaît comme organique et mouvante, elle circule, se déplace, se réinvente, se fabrique continuellement et quotidiennement. Les mondes de la mode forment, de la sorte, un système enchevêtré comprenant des points d’ancrages dépendants les uns des autres. Ils ne peuvent pas être détachés des orientations politiques, des situations économiques, des évolutions techniques et technologiques, des impacts environnementaux, des spécificités culturelles. Ils ne peuvent pas être détachés non plus d’autres domaines, du luxe ou encore de l’art, qu’approchera également ce numéro au travers d’un entretien « Pour une anthropologie globale du luxe... et de la mode » que nous avons mené avec l’anthropologue, Marc Abélès.

13Ainsi, il nous apparaît primordiale de comprendre tous les mécanismes qui contribuent à faire la mode, en la pensant, la façonnant, la diffusant, etc. Nous ne regarderons, cependant, pas ici les phases de production et de consommation qui ont donné lieu à davantage d’attention de la part des chercheurs, nous souhaitons plutôt sonder la part plus invisible de la filière, sa face cachée dont nous ne connaissons que trop peu les revers, voire même parfois l’existence. Chaque texte présente un chainon de la filière.

14Pour cela, nous avons réuni des auteurs qui mobilisent essentiellement une approche ethnographique. Ce choix nous permet de partir à la rencontre des acteurs, d’aller au plus près des situations de travail, de cerner leurs pratiques et leurs perceptions du milieu dans lequel ils évoluent. C’est une des conditions pour accéder à la manière dont la mode se fabrique. Mais c’est aussi la possibilité de percevoir, à la lecture des textes proposés dans ce numéro, une dynamique propre aux mondes de la mode : leur capacité à se mettre en récit, à construire une narration.

La narration, comme dynamique de la mode

15Cette capacité de narration s’élabore, s’enrichit et circule tout au long de la filière. Qu’elle soit imagée, représentée, dessinée, parlée, échangée, la mode sait raconter des histoires dans chaque lieu et instant où elle se situe. Ainsi, la fabrique de la mode semble avant tout être la fabrique d’une narration, de narrations.

16En s’efforçant de déconstruire ces dernières, ce numéro a permis de mettre en évidence trois mécanismes : l’anticipation, la théâtralisation et la médiation.

Anticipation

17L’iconographie de mode constituée, tout à la fois, de photographies artistiques, publicitaires, personnelles, de défilés, etc. pourrait laisser croire que l’expression de la mode se fait dans un geste spontané et immédiat. Mais il n’en est rien. La mode est prise dans un système où l’anticipation et la conception orchestrée de l’image sont de mise. Une anticipation et une orchestration qui s’étendent à toute la filière et tout au long des étapes qui participent à la fabrique de la mode. C’est ainsi que les créateurs pensent et dessinent en amont des collections qui seront présentées lors des défilés deux ans plus tard. Cet impératif des défilés notamment contraint les autres temps de la filière : élaboration des collections par le designer, achat des matières premières, travail des ateliers, présentation des collections, etc. Ces temps rythmés par des échéances précises et des flux tendus produisent des mécanismes d’urgence. La lenteur n’est pas permise, les retards ne sont pas pensables. L’anticipation devient alors une condition sine qua non du fonctionnement de la mode.

18Le bureau de style est un lieu d’anticipation par excellence. Il s’agit ici d’anticiper la tendance et l’élaboration de la collection à venir. Mais il s’agit aussi d’ouvrir un espace de négociation entre la nécessité d’élaborer une prédiction des styles à venir et l’impératif des marques qui cherchent à concevoir la meilleure des collections. L’article « En quête d’une tendance de mode dans un bureau de style parisien » de Meryem Laghmari présente une ethnographie originale de ces lieux souvent méconnus mais dont le rôle est primordial dans le résultat d’une collection. L’auteure se demande comment les bureaux de style créent cette anticipation de la tendance et sur quoi ils se basent. Et plus encore, elle cherche à cerner le quotidien des employés et la façon dont s’opère le travail à partir des images. Que donnent-ils finalement à voir ? Et où le diffusent-ils ? Les réponses dessinées dans cet article aident à saisir le cadre professionnel dans lequel s’imaginent, se formalisent, puis se propagent des tendances : l’urgence semble alors perpétuellement bousculer l’ordre établi.

Théâtralisation

19La théâtralisation est un autre mécanisme qui montre la manière dont les mondes de la mode se construisent au travers de narrations. Par définition, la création est un espace où s’élabore des histoires : l’histoire des créateurs, celle de leur marque, celle de leur équipe, celle des ateliers, celle de leur collection. Mais au-delà de l’histoire qui émerge du créatif à propos de ses créations, nous pouvons trouver au sein de l’espace créatif une narration moins attendue et tenue cachée, celle d’une précarité édulcorée à l’intérieur même des pratiques professionnelles du secteur de la mode.

20L’article » Une précarité glamour : le travail créatif dans la mode » proposé par Giulia Mensitieri, analyse ce paradoxe : accepter la précarité pour atteindre le rêve du luxe. Mais surtout, cet article dévoile les conditions de travail qui existent dans certains milieux ou certaines situations, ouvrant les portes d’un monde encore très peu étudié, celui du luxe.

21La mode se raconte, se met en scène, et fonde son essence dans le fonctionnement même de son système qui pousse à une théâtralisation du travail créatif. La théâtralisation s’exprime aussi au travers de la vie des stylistes prise dans un paradoxe : celui de mener une vie faite de privilèges tout en devant accepter des conditions de travail précaires. Ces tensions ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres.

Médiation

22Le troisième mécanisme mis en évidence dans ce numéro est celui de la médiation et, par là, celui de la diffusion et de la réception. Le showroom est l’un de ces espaces spécifiques destinés à l’élaboration et à la diffusion d’images d’un corps portant un vêtement. Le showroom est un lieu encore méconnu et qui, pourtant, est un maillon important de la filière mode. Ce lieu permet la présentation des collections autant que leur essayage ; il contribue à la rencontre physique avec le vêtement, échappant ainsi à une mode purement visuelle. Dans son article « Le showroom de mode comme espace de médiation de la subjectivation matérielle », Leyla Belkaïd-Neri montre comment le showroom est un lieu où le corps a la pleine capacité de faire l’expérience du vêtement. Il œuvre ainsi doublement à un retour à la physicalité ainsi qu’à une médiation de la subjectivation matérielle. Le showroom est donc un lieu où l’imaginaire et l’imagerie de la mode se confrontent à la réalité physique du vêtement, à leur matière et plus encore aux sensations et ressentis émanant du corps.

23La médiation, mécanisme porteur de narration propre à la mode, est aussi abordée dans l’article « Bêtes de mode, bêtes de scène. Monstration choisie et orchestrée des animaux par la mode » de Elsa Chanforan. La figure animale est présente explicitement, dans les images publicitaires en tant que mise en scène et implicitement, dans certaines matières dont sont composés les vêtements. L’animal participe donc doublement à raconter la mode dans des mécanismes de médiation où il est tantôt caché, tantôt dévoilé.

24Alors que la mode commence tout juste en France à trouver une légitimité académique élargie, ce numéro ouvre la réflexion sur les mondes qui la composent. Des mondes en apparence si familiers et pourtant si difficiles d’accès. Des mondes posant chacun à leur façon, des codes, des cadres, des pratiques, et au final des manières riches et complexes de se raconter et de raconter la mode.

  • 24 L'absence de clichés dans ce numéro pose la difficulté qu'a la mode à être photographiée, surtout l (...)

25Ce numéro24 assoie ainsi notre volonté d’offrir une place à la mode comme objet de recherche au sein des sciences humaines et sociales, tout en participant pleinement à sa construction et à son ancrage scientifique. Il finira - nous l’espérons - de mettre en relief la pertinence de faire de la mode et de ses mondes, un champ de recherche à part entière, et de convaincre ceux qui penseraient encore que la mode ne peut être prise au sérieux !

Haut de page

Bibliographie

Armstrong Leah et Mcdowell Felice, Fashioning Professionals. Identity and Representation at Work in the Creative Industries, London, Bloomsbury Academic, 2018.

Barthes Roland, Système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.

Becker S. Howard. Les mondes de l’art, Paris, Flammarion1988 (1ère édition1982).

Becker Howard S et Pessin Alain, « Dialogue sur les notions de Monde et de Champ », Sociologie de l'Art 2006/1 (OPuS 8), p. 163-180.

Berloquin-Chassany Pascale, « Étoiles symboliques de la mode noire. Chris Seydou, Patrick Kelly et Ozwald Boateng, une perspective comparative », Revue Hommes & Migrations « Fashion Mix », Monjaret Anne. (coord.), n° 1310, 2015, p. 77-83.

Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit (coll. Le sens commun), 1979.

Bourdieu Pierre, « Haute couture et haute culture », in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 196-206.

Bourdieu Pierre et Delsaut Yvette, « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, vol. 1, 1975, p. 7-36.

Divert Nicolas, « L’antagonisme de la figure de l’étranger dans les formations de la mode », Revue Hommes & Migrations « Fashion Mix », Monjaret Anne (coord.), n° 1310, 2015, p. 61-69.

Giusti Nicoletta, « Le travail en atelier comme forme d’organisation du processus de création dans la Mode », Sociologie et sociétés « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Levy Clara et Quemin Alain (dir.), Vol 43, n° 1, 2011, p. 149-173.

Godart Frédéric, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010.

Godart Frédéric et Mears Ashley, « Prise de décision créative en situation d’incertitude : le cas de la sélection des mannequins par les maisons de mode », Sociologie et sociétés « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Levy Clara et Quemin Alain (dir.), Vol 43, n° 1, 2011, p. 175-199.

Gorre Jean-François, « Travailler le vison. Les fourreurs "français" et "grecs" », Terrain, n° 16, 1991, p. 78-87.

Green L. Nancy, Du Sentier à la 7ème Avenue. La confection et les immigrés, Paris-New York (1880-1980), Paris, Seuil, 1998.

Jaoul Martine (dir.), Artisans de l’élégance, Catalogue MNATP, Paris, Éditions de RMN, 1993.

Jeudy-Ballini Monique, « Déficitaires et glorieux. L'imaginaire du luxe et de l'authentique chez les salariés d'une entreprise de maroquinerie », Terrain, n° 35, 2000, p. 141-154.

Levy Clara et Quemin Alain (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et sociétés, vol 43, n° 1, 2011, p. 5-15.

Lipovetsky Gilles, L’empire de l’éphémère. La mode et son destin dans les sociétés modernes, Paris, Gallimard, 1987.

Mensitieri Giulia, « La chance d’être là ». Le travail dans la mode entre glamour et précarité, Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2016

Mensitieri Giulia, Le plus beau métier du monde. Dans les coulisses de l'industrie de la mode, Paris, La Découverte, 2018.

Monjaret Anne, La Sainte-Catherine. Culture festive dans l'entreprise, Paris, Éditions du CTHS, 1997.

Monjaret Anne, « Les modistes : de l’artisan à l’artiste, les mutations d’un corps de métier à travers le contexte de production », Ethnologie française, juin, n° 2, 1998, p. 235-246.

Monjaret Anne, « Plume et mode à la Belle Époque. Les plumassiers parisiens face à la question animale », Techniques & culture, Varia, n° 50, 2008, p. 228-255.

Monneyron Frédéric, La sociologie de la mode, Paris, PUF (coll. Que sais-je ?), 2006.

Pedersen Esben Rahbek Gjerdrum, Gwozdz Wencke & Hvass Kerli Kant, « Exploring the Relationship Between Business Model Innovation, Corporate Sustainability, and Organisational Values within the Fashion Industry », Journal of Business Ethics, February 2016, p. 1-18

Remaury Bruno (dir.), Dictionnaire de la mode du XXème siècle, Paris, Éditions du Regard, 1994.

Roche Daniel, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 2007 (1ère édition 1989).

Simmel Georg, Philosophie de la mode, Paris, Allia, 2013 (1ère édition 1905).

Wissinger Elizabeth & Entwistle Joanna, Fashioning Models : Image, Text, and Industry, London, Berg Publishers, 2012.

Yonnet Paul, Jeux, Modes et masses. La société française et le moderne 1945-1985, Paris, Gallimard, 1985.

Haut de page

Notes

1 Simmel Georg, Philosophie de la mode, Paris, Allia, 2013 (1ère édition 1905).

2 Barthes Roland, Système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.

3 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit (coll. Le sens commun), 1979.

4 Yonnet Paul, Jeux, Modes et masses. La société française et le moderne 1945-1985, Paris, Gallimard, 1985 ; Lipovetsky Gilles, L’empire de l’éphémère. La mode et son destin dans les sociétés modernes, Paris, Gallimard, 1987.

5 Levy Clara et Quemin Alain (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et sociétés, vol 43, n° 1, 2011, p. 5.

6 Monneyron Frédéric, La sociologie de la mode, Paris, PUF (coll. Que sais-je ?), 2006 ; Godart Frédéric, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010.

7 Levy Clara et Quemin Alain (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et sociétés, vol 43, n° 1, 2011, p. 5-15.

8 Bourdieu Pierre et Delsaut Yvette, « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, vol. 1, 1975, p. 7-36 ou encore son autre version plus réduite : Bourdieu Pierre, « Haute couture et haute culture », in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 196-206.

9 Levy Clara et Quemin Alain (dir.), « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Sociologie et sociétés, vol 43, n° 1, 2011, p. 7.

10 Notamment Roche Daniel, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 2007 (1989).

11 Jaoul Martine (dir.), Artisans de l’élégance, Catalogue MNATP, Paris, Éditions de RMN, 1993.

12 Remaury Bruno (dir.), Dictionnaire de la mode du XXème siècle, Paris, Éditions du Regard, 1994. Si cette publication qui réunit plutôt des conservateurs et des historiens a le mérite d’apporter un aperçu global des mondes de la mode, en revanche, la longueur des notices n’en permet pas un approfondissement.

13 Monjaret Anne, « Les modistes : de l’artisan à l’artiste, les mutations d’un corps de métier à travers le contexte de production », Ethnologie française, juin, n° 2, 1998, p. 235-246.

14 Monjaret Anne, « Plume et mode à la Belle Époque. Les plumassiers parisiens face à la question animale », Techniques & culture, Varia, n° 50, 2008, p. 228-255.

15 Gorre Jean-François, « Travailler le vison. Les fourreurs "français" et "grecs" », Terrain, n° 16, 1991, p. 78-87.

16 Jeudy-Ballini Monique, « Déficitaires et glorieux. L'imaginaire du luxe et de l'authentique chez les salariés d'une entreprise de maroquinerie », Terrain, n° 35, 2000, p. 141-154.

17 Se reporter notamment à Godart Frédéric, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010 ; Berloquin-Chassany Pascale, « Étoiles symboliques de la mode noire. Chris Seydou, Patrick Kelly et Ozwald Boateng, une perspective comparative », Revue Hommes & Migrations « Fashion Mix », Monjaret Anne. (coord.), n° 1310, 2015, p. 77-83.

18 Monjaret Anne, La Sainte-Catherine. Culture festive dans l'entreprise, Paris, Éditions du CTHS, 1997. La fête corporative a permis de saisir en creux l’organisation des ateliers dans les maisons de haute couture. Giusti Nicoletta, « Le travail en atelier comme forme d’organisation du processus de création dans la Mode », Sociologie et sociétés « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Levy Clara et Quemin Alain (dir.), Vol 43, n° 1, 2011, p. 149–173 ; Green L. Nancy, Du Sentier à la 7ème Avenue. La confection et les immigrés, Paris-New York (1880-1980), Paris, Seuil, 1998.

19 Voir Mensitieri Giulia, « La chance d’être là ». Le travail dans la mode entre glamour et précarité, Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2016, qui vient de paraître à La Découverte, remaniée sous le titre de « Le plus beau métier du monde. Dans les coulisses de l'industrie de la mode » (2018).

20 Godart Frédéric et Mears Ashley, « Prise de décision créative en situation d’incertitude : le cas de la sélection des mannequins par les maisons de mode », Sociologie et sociétés « Pour une sociologie de la mode et du vêtement », Levy Clara et Quemin Alain (dir.), Vol 43, n° 1, 2011, p. 175-199. Du côté des « fashion studies », se reporter notamment à Wissinger Elizabeth & Entwistle Joanna, Fashioning Models : Image, Text, and Industry, London, Berg Publishers, 2012.

21 Parmi les travaux de Nicolas Divert : Divert Nicolas, « L’antagonisme de la figure de l’étranger dans les formations de la mode », Revue Hommes & Migrations « Fashion Mix », Monjaret Anne (coord.), n° 1310, 2015, p. 61-69.

22 Pedersen Esben Rahbek Gjerdrum, Gwozdz Wencke and Hvass Kerli Kant, « Exploring the Relationship Between Business Model Innovation, Corporate Sustainability, and Organisational Values within the Fashion Industry », Journal of Business Ethics, February 2016, p. 1-18 ; Armstrong Leah et Mcdowell Felice, Fashioning Professionals. Identity and Representation at Work in the Creative Industries, London, Bloomsbury Academic, 2018.

23 Becker S. Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion1988 (1ère édition1982) ; Becker S. Howard et Pessin Alain, « Dialogue sur les notions de Monde et de Champ », Sociologie de l'Art 2006/1 (OPuS 8), p. 163-180.

24 L'absence de clichés dans ce numéro pose la difficulté qu'a la mode à être photographiée, surtout lorsqu'il s'agit d'en montrer les dessous. Par ailleurs, la reproduction des multiples photographies déjà existantes qui la mettent en scène en est bien souvent rendue complexe et freiné par les droits d'auteurs. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Monjaret et Kristell Blache-Comte, « Introduction »Terrains/Théories [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 07 novembre 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/1173

Haut de page

Auteurs

Anne Monjaret

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) – équipe LAHIC, UMR 8177, CNRS-EHESS

Anne Monjaret, ethnologue, est directrice de recherche - CNRS au IIAC / équipe LAHIC (UMR 81 77 EHESS, CNRS). Elle est présidente de la Société d’Ethnologie Française (SEF) et directrice de publication de la revue Ethnologie française depuis 2012. Elle enseigne à l’EHESS et à l’Université Paris 13 – Villetaneuse. Ses travaux portent notamment sur les cultures, mémoires et patrimoines professionnels, féminins et urbains. Elle s’intéresse actuellement sous ces angles aux mondes de la mode.

Contact : anne.monjaret@ehess.fr

Kristell Blache-Comte

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) – équipe LAHIC, UMR 8177, CNRS-EHESS

Kristell Blache-Comte est doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l'EHESS (IIAC / équipe LAHIC, UMR 81 77 EHESS, CNRS) - PSL et photographe. Elle anime à l’EHESS avec Anne Monjaret le séminaire « Anthropologie des mondes de la mode » et encadre des mémoires dans le cadre du programme Postgraduate de Management Mode, Design & Luxe à l’Institut Français de la Mode (IFM). Elle s’intéresse à la compréhension des processus de globalisation dans le contemporain au travers de recherches sur l’image, la mode et l’artisanat, dans une approche culturelle. Ses terrains se situent actuellement au Japon. 

Contact : kristell.blache-comte@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals