Navigation – Plan du site
Dossier
Entretien

Pour une anthropologie globale du luxe... et de la mode. Entretien avec Marc Abélès

Marc Abélès

Résumés

Dans cet entretien accordé en mai 2017, l’anthropologue de la globalisation, Marc Abélès livre ses réflexions sur le luxe, un objet de recherche qu’il explore depuis plusieurs années mais qui reste encore très peu étudié par les sciences sociales. A partir de ses observations en Chine, dans des lieux de circulation des marchandises de luxe (aéroports, centres commerciaux) ou d’art contemporain (galeries, foires), il définit ce qu’il appelle une anthropologie globale du luxe. En soulignant ses aspects paradoxaux, en donnant à voir sa pluralité, en questionnant sa matérialité et sa traditionnalité, en évoquant les mécanismes de rareté et de désir qui le sous-tendent, en observant ses lieux, ses acteurs, ses marchandises et ses représentations, Marc Abélès, dévoile la véritable richesse du luxe en lui conférant un pouvoir de compréhension de la globalisation. Il montre que loin d’être figé, le luxe se reconfigure en permanence et nous donne à voir le monde que nous habitons, tout comme la mode est en capacité de le faire. 

Propos recueillis par Anne Monjaret et Kristell Blache-Comte.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Parcours d’un chercheur à l’origine d’une anthropologie globale du luxe

« Il me semble que la globalisation est une thématique très importante à développer en anthropologie. »

Anne Monjaret : Depuis quelque temps, le luxe apparaît comme l’une de vos nouvelles préoccupations de recherche, au point qu’une chaire consacrée à une « Anthropologie globale du luxe » dont vous êtes le responsable vient d’être inaugurée. Elle trouve place parmi les nombreuses chaires soutenues par la collègue des études mondiales de la fondation de la maison des sciences de l’homme. Qu’est-ce qui l’a motivée ? Mais surtout qu’est-ce qui vous a conduit à travailler sur un tel sujet ? Quels en sont les enjeux ?

  • 1 Voir Abélès Marc, Les nouveaux riches. Un ethnologue dans la Silicon Valley, Paris, Éditions Odile (...)
  • 2 Voir Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008. 

Marc Abélès : Ce sont des questions que l’on m’a souvent posées, dans la mesure où, comme vous le savez, j’étais plutôt spécialiste d’anthropologie politique. Mais il y a plusieurs raisons qui m’ont encouragé à creuser ce domaine. La première raison est un peu une raison de principe : je me suis toujours intéressé à la question du pouvoir, à la question de la richesse et j’ai toujours été très décomplexé en tant que chercheur pour aborder ces questions-là, sachant que l’une des tendances, notamment en sociologie, est quand même de pousser plutôt vers une anthropologie des pauvres, de la souffrance, etc. Pour moi, quand on réfléchit à une anthropologie de la domination, encore faut-il savoir qui sont les gens dont on parle, et il ne s’agit pas uniquement de se cantonner dans la dénonciation. Leurs pratiques, leur usage de l’argent méritent d’être explorés, et j’ai d’ailleurs fait une recherche dans la Silicon Valley1 qui n’avait rien à voir avec le luxe, mais j’ai titré l’ouvrage « les nouveaux riches » et l’idée était alors de réfléchir sur la façon dont ces riches, considéraient la philanthropie comme un type d’investissement appliquant les théories du business à un secteur où, par définition, l’on n’est pas censé faire du profit. J’ai cherché à comprendre ce que voulait dire ce retour sur investissement dans l’univers du « non-profit », qui étaient ces gens, etc. A cette époque j’ai été amené à fréquenter des gens qui avaient beaucoup d’argent, qui étaient jeunes, et qui ne s’intéressaient d’ailleurs pas particulièrement à la politique, puisque nombre d’entre eux se définissaient comme libertariens. Ce sont des choses qui m’ont toujours beaucoup intéressé et par ailleurs, le fait de me trouver aux États-Unis, à un moment où l’anthropologie française était très enkystée dans des questions autour de la symbolique, de la parenté, etc., m’a permis de découvrir les travaux qui commençaient à émerger sur la globalisation, ceux d’Appadurai notamment que j’espère avoir contribué à faire connaître en France en préfaçant la traduction de Modernity at Large. Nous étions dans les années 1990. J’ai moi-même travaillé ce thème à partir d’une réflexion sur le pouvoir, sur les nouvelles formes et les nouveaux lieux du politique dans le contexte de la globalisation, et en 2008, j’ai publié un ouvrage plus général Anthropologie de la globalisation2.

Anne Monjaret : Pour vous, cette thématique a une place toute particulière dans le paysage des nouveaux terrains de l’anthropologie ?

  • 3 Voir Abélès Marc, Pékin 798, Paris Stock, 2011.

Marc Abélès : Il me semble que la globalisation est une thématique très importante à développer en anthropologie. Elle implique toute une remise en cause des problématiques et des méthodes de l’anthropologie. Concernant le terrain, j’avais moi-même déjà pas mal élargi la focale en m’intéressant aux questions européennes. Par la suite, mes recherches sur l’Organisation mondiale du commerce m’ont permis d’étudier des processus politiques et technocratiques qui relèvent complétement d’un univers global, d’une prise en compte de contraintes qui ne sont pas du tout celles des marchés intérieurs. Elles m’ont ensuite précisément conduites à cette question du commerce, puisque l’objet de l’OMC concerne le commerce, mais aussi à celles de la libéralisation, de l’ouverture autant qu’à celles de régulations, etc. Puis parallèlement, je me suis intéressé à un lieu d’art à Pékin – le 798 – et j’en ai fait un livre3. J’y suis retourné un certain nombre d’années et là j’ai rencontré assez concrètement la question de l’art contemporain et très vite aussi celle des rapports entre l’art contemporain et le luxe ; cela s’explique par les populations concernées par l’art contemporain en Chine. De même, les collectionneurs étrangers sont également des populations concernées par le luxe. De plus, ceux qui règnent sur le marché de l’art sont aussi ceux qui règnent sur le marché du luxe.

Le constat du paradoxe du luxe ou l’émergence d’un questionnement

« J’essaie de réfléchir à la façon de construire une problématique. Je me demande ce qu’un anthropologue ou une anthropologue a à dire en particulier sur le luxe. »

Kristell Blache-Comte : Plus récemment encore, un projet d’ANR n’est-il pas venu formaliser une autre idée forte qui traverse à présent vos recherches, en l’occurrence celle de la circulation des marchandises ?

Marc Abélès : En effet, il s’agit de l’ANR coordonnée par Boris Petric, sur la « vie politique des marchandises » (VIPOMAR). L’idée est d’étudier la circulation de différents types de produits dans le contexte de la globalisation. C’est vraiment à ce moment-là que je me suis dit : pourquoi ne pas continuer à réfléchir, dans cette optique, sur le luxe et sur l’art contemporain ? Bien que de manière plus anecdotique, je m’intéressais en fait depuis un certain nombre d’années à la question du luxe. C’est, à mon avis, un cas exemplaire sur la manière dont la globalisation a complétement fait évoluer un marché qui était déjà un marché très conséquent, en prenant une ampleur absolument sans précédent et en ayant un impact non seulement sur les pays consommateurs, mais aussi sur les pays producteurs, et notamment les pays de la zone euro.

Anne Monjaret : Qu’est-ce qui vous intéresse précisément dans le luxe ? Comment le questionnez-vous ?

Marc Abélès : Je me suis intéressé à la circulation du luxe entre l’Europe et la Chine pour essayer de prendre les deux bouts de la chaîne. Par ailleurs, je me pose des questions relatives à la définition. J’essaie de réfléchir à la façon de construire une problématique. Je me demande ce qu’un anthropologue ou une anthropologue a à dire en particulier sur le luxe. Je mène une réflexion plus large que j’alimente avec des lectures et avec ce que j’observe moi-même. Il me semble très important de revenir sur cette question du luxe car le sujet est finalement assez complexe. Plus je travaille sur le luxe, plus je lis ce qui s’est fait sur le sujet, plus j’ai le sentiment qu’on n’est pas allé jusqu’au bout de la réflexion, que l’on n’a pas mis en place toutes les ambivalences, tous les paradoxes du luxe, tout ce que recèle la notion de luxe qui n’est pas si évidente à manier. On peut manier cette notion de manière très positiviste en disant par exemple : le luxe, c’est la mode, ou : il y a des produits de luxe, etc. Mais après, ce qui m’intéresse, c’est de savoir ce que cela veut dire pour les gens : « pour moi c’est du luxe ». Je pense que beaucoup de gens ont leur idée du luxe, alors qu’ils n’auront jamais accès à ce que l’on appelle généralement des produits de luxe – des robes de haute couture, etc. Ils peuvent avoir une idée du luxe. C’est assez intéressant de travailler sur le plan politique. On peut en effet se demander si le luxe ne doit pas faire l’objet d’une réflexion politique. À chaque fois que je soulève cette question, je sais qu’elle va susciter beaucoup de réactions.

Tentative de définition du luxe

« C’est que pour penser le luxe, je pars de l’étymologie latine du luxe : luxare, luxer, disloquer, déboiter. Il y a cette idée-là, il y a quelque chose comme un écart, il y a quelque chose de déviant dans le luxe. »

Anne Monjaret : L’inauguration de la chaire « Anthropologie globale du luxe » n’a-t-elle pas été l’occasion pour vous de définir ce que vous entendiez par luxe ?

Marc Abélès : Dans cette conférence, j’ai essayé de définir le luxe et de faire jouer justement tous ces paradoxes autour du luxe. La définition que je donnerais du luxe pourrait être : c’est ce qui n’a pas de prix (et en même temps, cela coûte très cher). C’est déjà un premier point : c’est ce qui n’a pas de prix au sens où c’est toujours un au-delà de la valeur... Vous pourriez me rétorquer alors : mais qu’est-ce que c’est que pour vous la valeur ? Qu’est-ce que l’on se donne comme valeur ? Et bien c’est un des aspects du luxe. Le luxe a ses caractéristiques. Ce n’est pas une définition mais on peut relever les différentes caractéristiques du luxe, que vous connaissez certainement mieux que moi : la rareté, l’ostentation, la superfluité du luxe. J’insiste pas mal sur la question de la superfluité. J’ai oublié de vous dire une chose mais cela a avoir avec la superfluité du luxe. C’est que pour penser le luxe, je pars de l’étymologie latine du luxe : luxare, luxer, disloquer, déboiter. Il y a cette idée-là, il y a quelque chose comme un écart, il y a quelque chose de déviant dans le luxe. Dans cette étymologie, il y a luxus et luxure. C’est un point très important pour moi. J’associe les deux termes parce qu’en fait dans toute la littérature que l’on va trouver sur le luxe, on retrouve cette espèce de dualité.

Anne Monjaret : Mais dans quelle littérature, est-il question du luxe, du superflu ?

1Marc Abélès : Justement il y a toute une discussion, c’est là-dessus que je travaille actuellement, notamment à partir des textes du XVIIIème siècle. Certains sont très connus, en particulier ceux de Rousseau et Voltaire qui s’opposent fondamentalement sur le sujet. Pour Voltaire qui a écrit un poème à ce sujet, le superflu est une chose nécessaire. Rousseau, quant à lui, critique violemment le luxe. Il considère qu’il ramollit les individus, accentue les inégalités, enfin tout ce qui est négatif. Par ailleurs, j’ai découvert qu’à la même époque il y a des tentatives de réflexion sur le sujet que je ne connaissais pas du tout. Par exemple, j’ai lu un texte de Condillac4 où il essaie de distinguer plusieurs formes de luxe : un luxe de commodité, un luxe de frivolité, un luxe de magnificence - la pompe comme on disait à ce moment-là. Il y a cette idée qu’il y aurait une certaine catégorie de luxe qui n’est pas si mauvaise que cela et qui appartient à cette problématique de luxe... Jean-Baptiste Say reprend ce thème du luxe de commodité au début du XIXème siècle dans son traité d’économie politique5. Conjointement, j’ai également lu, la fameuse histoire du luxe d’Henri Baudrillartt6 qui a quand même été une grande contribution – je pense – aux études sur le luxe au XIXème siècle. Ce professeur au Collège de France, historien de l’économie, a écrit quatre gros volumes où il traite des différentes époques du luxe. D’un point de vue réflexif, il introduit une distinction entre le « bon luxe » et le « mauvais luxe »... Il propose donc une interrogation et en même temps, une espèce d’histoire qui vaut ce qu’elle vaut aujourd’hui évidemment. C’est un peu dépassé, mais il y a une tentative de problématisation qui est liée - je pense - à la situation économique et sociale du Second empire qui n’est pas sans analogie avec la période actuelle : explosion de la richesse, très fortes inégalités comme aujourd’hui avec une classe de nouveaux riches prêts à dépenser sans mesure. Cette thématique, on la retrouve dans toute la littérature de l’époque. Ce n’est pas par hasard si le thème de la moralisation du luxe est si présent chez Baudrillart et dans les ouvrages romanesques contemporains. Cela pose la question du rapport entre le luxe, l’éthique et - je dirais même - le politique. Finalement il s’agit de savoir ce que représente le luxe pour une société. Ce qui me frappe beaucoup dans cette généalogie que j’essaie de tracer, c’est qu’il y a des thèmes récurrents, mais qui n’ont pas donné lieu à des chantiers de recherche d’envergure ni à des études systématiques. Ce qui me frappe aussi, c’est qu’il existe certes une littérature sur le luxe et en même temps ce n’est pas le secteur sur lequel on a écrit le plus. Par ailleurs, on répète souvent ce qu’il y a dans les essais antérieurs. On peut dire que s’il y a des essais sur le luxe, en revanche, il y a moins de travaux érudits. Et si j’insiste sur ce point, c’est qu’il me semble que les sciences sociales ont un rapport complexe avec le sujet, qui tourne parfois au procès en illégitimité... Souvent lorsque je dis que je travaille sur le luxe, on me regarde avec des yeux ronds, comme si ce n’était pas normal de travailler sur le luxe. C’est comme si on était soi-même un adepte du luxe... On retrouve donc cet implicite normatif, et cela me paraît très symptomatique.

Kristell Blache-Comte : Et les auteurs plus contemporains, que disent-ils du luxe ?

  • 7 Barthes Roland, Système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.
  • 8 Bourdieu Pierre et Delsaut Yvette, « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la m (...)
  • 9 Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Seuil, 1993
  • 10 Notamment, Baudrillard Jean, Le système des objets : la consommation, Paris, Gallimard, 1968 ou La (...)
  • 11 Boltanski Luc et Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, (...)

Marc Abélès : Il y a eu une période où les sciences sociales se sont réellement intéressées au sujet. Vous connaissez parce que cela concerne la mode, le livre de Roland Barthes Système de la mode7. Dans les années 1970 également, c’est sur le thème de la mode que Bourdieu écrit son premier article dans la livraison inaugurale d’Actes de la recherche en sciences sociales8. La question de la symbolique est ici centrale. Les discussions ont surtout porté sur la sémiologie du luxe. Mais à l’époque, le sujet était considéré comme important et il n’y avait pas de – comment dirais-je – de péjoration du luxe... Quand il parle de Chanel, les plus jeunes qui connaissent le Bourdieu de La Misère du monde9 peuvent être assez étonnés. On peut aussi citer les travaux de Jean Baudrillard10, mais par la suite, si des recherches historiques se sont développées notamment aux États-Unis, le questionnement sur le luxe s’est davantage raréfié. Aujourd’hui, avec la sortie de l’ouvrage sur l’enrichissement de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre11, on voit que l’on s’y intéresse de nouveau, mais en même temps cela reste toujours ambivalent. Ces deux auteurs ont un rapport assez compliqué quand même avec cette question qu’ils rattachent aux nouvelles modalités du capitalisme aujourd’hui. Il y aurait beaucoup à dire mais je ne vais pas entrer dans le débat. Tout ne me convainc pas dans leur ouvrage mais en même temps, je considère que c’est le signe que l’on retravaille dessus.

De l’éternel retour au ressaisissement

« On a besoin de ressaisir un peu tout ça. Oui c’est un peu ça l’idée, de ressaisir, de se confronter, de faire bouger les choses parce que sinon ça continue, chacun dans son coin et c’est ça les sciences sociales... »

Anne Monjaret : C’est donc en quelque sorte un retour sur ces questions ?

Marc Abélès : Un retour, ce n’est pas seulement parce que l’on n’a pas épuisé le sujet, c’est parce que cela correspond à une évolution en profondeur de l’économie mondiale. Sur le plan objectif, on a à notre disposition tous les chiffres sur l’industrie du luxe qui sont très impressionnants. On observe d’ailleurs beaucoup de dénégation à ce sujet. Il suffit de voir ce qui s’est passé lors de la dernière campagne électorale. Quand on se félicite que la France ait certaines industries très dynamiques, en fait on ne parle que très rarement du secteur du luxe. Pourtant cette industrie draine beaucoup de profits. On parlera de préférence d’aéronautique, de l’automobile quand cela marche, et cet état de fait est aussi assez symptomatique de cette ambivalence que tout le monde éprouve. Ce n’est pas un bon thème de campagne que de parler de la réussite de la France dans le luxe...

Anne Monjaret : On préfère se focaliser sur les costumes de Fillon, leur prix, la cherté...

Marc Abélès : Je suis entièrement d’accord. Les costumes renvoient au thème de la corruption, de l’argent. C’est l’exemple même de la négativité du luxe. C’est aussi très symptomatique... c’est tout cela qui m’a poussé à lancer cette chaire sur le luxe. L’idée est qu’il faut essayer de reprendre toutes ces différentes thématiques et d’encourager des nouvelles recherches, de faire aussi se rencontrer des gens qui ne travaillent pas nécessairement avec des mêmes approches pour confronter les différents points de vue et les différents types de terrain, de domaines sur le luxe. C’est évidemment énorme mais on a si souvent l’impression qu’il y a une spécialisation qui s’opère selon les domaines.

Ainsi quand on parle de luxe, il n’est pas forcément question que de mode, de bijoux, de grosses voitures. Les processus ne sont pas les mêmes, les « régimes d’historicité » non plus. On a besoin de ressaisir un peu tout ça. Oui c’est un peu ça l’idée, de ressaisir, de se confronter, de faire bouger les choses parce que sinon ça continue, chacun dans son coin et c’est ça les sciences sociales...

Le particularisme d’un retard français ou la nécessité d’instaurer un dialogue autour le luxe et de la mode

« Ce qui était frappant, c’est qu’il y avait vraiment des gens d’horizons différents et qui m’ont exprimé leur contentement parce qu’ils pouvaient aussi se parler. Les gens attendent ça. »

Anne Monjaret : La démarche que nous entreprenons à travers notre séminaire « Anthropologie des mondes de la mode » à l’EHESS, est similaire. Nous entendons la « mode » dans un sens non restrictif, afin d’inviter aux dialogues, aux débats, d’essayer collectivement de faire le point sur ce qui se passe en France et ailleurs, non pas uniquement avec les collègues du milieu académique mais aussi des professionnels, parce que cela manque en France.

Kristell Blache-Comte : On se confronte d’ailleurs au même problème d’images négatives dans le domaine de la mode. Travailler sur ce thème-là en anthropologie, c’est un peu comme le luxe, cela ne va pas de soi...

Marc Abélès : Il me semble qu’il existe cependant toute une série de recherches opérationnelles qui sont très importantes et qui émanent du marketing. Ces démarches sont considérées négativement par les sciences sociales. Pourtant c’est consubstantiel, c’est bien ce qui m’intéresse. Quand j’ai fait cette conférence pour l’inauguration de la chaire, il y avait des gens qui venaient de ces différents milieux, ça a vraiment bien marché. Et j’étais étonné parce de la variété et de la qualité des questions posées, les gens réagissaient, ont bien discuté. Ce qui était frappant, c’est qu’il y avait vraiment des gens d’horizons différents et qui m’ont exprimé leur contentement parce qu’ils pouvaient aussi se parler. Les gens attendent ça.

Anne Monjaret : C’est exactement ce que nous constatons dans le cadre de notre séminaire. Quels sont les types de projet que vous voulez engager autour du luxe en dehors du travail de fond que vous êtes en train de mener ?

  • 12 Abélès Marc, Un ethnologue au pays du luxe, Paris, Odile Jacob, 2018.

Marc Abélès : La création de la chaire « Anthropologie globale du luxe », par le Collège d’Études Mondiales, correspond à un double projet : d’une part, renforcer la réflexion anthropologique sur le luxe en promouvant de nouveaux chantiers de recherches sur ce thème ; d’autre part, organiser la circulation internationale des idées et des initiatives, de quelque discipline qu’elles proviennent. À la différence des enseignements consacrés au luxe et généralement finalisés vers l’apprentissage des professions qui relèvent de ce domaine, il s’agit avant tout de contribuer au développement de la recherche en traitant le luxe comme un objet intellectuel dont la complexité implique une véritable inventivité de la part de celles et ceux qui l’explorent. Plusieurs d’entre nous - Lynda Dematteo (CNRS) qui travaille sur le made in Italy dans le domaine des tissus haut de gamme, Maximo Badaro (UNSAM, Buenos Aires) qui étudie la manière dont les marques occidentales essayent de promouvoir leurs produits en Chine, Boris Petric (CNRS) qui s’intéresse à la question du vin en Chine et moi-même à propos des rapports de l’art contemporain et du luxe – ont bénéficié de l’ANR VIPOMAR. La chaire offre la possibilité d’aller plus loin dans une démarche de coopération scientifique, en organisant des réunions internationales. Ainsi, deux workshops ont été initiés, l’un « Les Routes du luxe » explorait le rapport Europe-Chine avec des collègues américains, chinois. Parmi eux, Jianhua Zhao qui travaille sur la mode en Chine et enseigne aux États-Unis. Dans la suite, un panel a été organisé au Congrès de l’American Anthropological Association. Puis un deuxième workshop « Le luxe est-il bon à penser ? » a eu lieu en juin à Paris. Nous avons convié notamment Lambert Wiesing, un phénoménologue allemand, mais également Olivier Assouly que vous connaissez certainement, les anthropologues George Marcus qui s’intéressent à ces questions, Viviane Riegel de Sao Paulo qui travaille sur les scénographies du luxe dans les villes globales, John Armitage qui travaille en Info Com, Kristin Ross qui a étudié le rapport entre luxe et projet révolutionnaire. L’idée était de partir de leurs préoccupations et en même temps de les obliger à sortir un peu de leur spécialisation ou même de leur discipline. Un séminaire consacré au luxe démarrera bientôt avec un thème qui a donné matière à une vaste littérature anthropologique : la question des objets précieux. Je finis d’écrire aussi un ouvrage sur la question12.

Du luxe à la mode, en passant par l’art contemporain

« On est dans une forme de luxe marchand qui est déjà excessive pour pas mal de monde ; pourtant, on va s’y accrocher, on va si possible un jour tenter de posséder des accessoires. »

Anne Monjaret : Donc votre idée est de faire un tour d’horizon des travaux notamment sur le luxe. Mais quel est votre terrain d’enquête ?

Marc Abélès : En terme de terrain, je me concentre plutôt sur la question de l’art contemporain dont le commerce est très intriqué avec celui du luxe. Je travaille sur Art Basel à Bâle, à Miami et à Hong Kong qui constitue aujourd’hui l’une des institutions les plus importantes en matière de diffusion et de commercialisation des œuvres d’art. Cette foire a été la première à mettre en œuvre sa propre délocalisation en se déroulant chaque année sur trois continents différents. Pour qui s’intéresse à la globalisation, on a là une réalisation extrêmement significative. L’un des points qui me semble important à développer concerne la question de la circulation, celle des scénographies de la circulation, telles qu’on les a aussi pour le luxe.

Kristell Blache-Comte : Qu’entendez-vous par la scénographie de la circulation ?

Marc Abélès : Cette question est récente pour moi, mais plus je travaille là-dessus, plus il me semble qu’elle mérite d’être approfondie. Ce qui m’intéresse, c’est de voir ce qui se passe dans ces lieux. Je suis allé par exemple dans un shopping mall entièrement consacré au luxe à Shanghai. Il y en a plusieurs à Shanghai. J’ai choisi un quartier qui n’est pas particulièrement central. Cela ressemble aux Galeries Lafayette, de grands espaces avec des boutiques de Dior, Prada, enfin tout... il n’en manque pas un au rendez-vous. Ce n’est pas le plus chic. Ce qui est impressionnant, c’est le monde qui circule. La plupart des gens ont peu de chance d’avoir accès à ces produits, mais ils les regardent, ils s’imprègnent de cette image du luxe. C’est un phénomène très intéressant. Je me demande comment aujourd’hui notre imaginaire est structuré par cette idée du luxe, et notamment dans les pays dits émergents, particulièrement la Chine, qui sort de longues années où tout cela était interdit.

Anne Monjaret : Vous vous attachez donc à la construction des représentations associées au luxe ?

Marc Abélès : Oui je me demande comment on crée une sorte de représentation du luxe qui contribue sans aucun doute à renforcer la cohésion sociale. C’est un peu paradoxal ce que je vous dis là. Mais le luxe représente un certain horizon pour les gens, un horizon de réussite, un horizon d’accomplissement. Les produits marchands posent un autre problème, celui des degrés de luxe. On est dans une forme de luxe marchand qui est déjà excessive pour pas mal de monde ; pourtant, on va s’y accrocher, on va si possible un jour tenter de posséder des accessoires. Cela a une portée mondiale justement. Ce sont des produits qui circulent mondialement, des produits avec lesquels on est en familiarité. Par exemple vous retrouvez partout Vuitton et les autres marques, à Shanghai, mais aussi dans tous les grands centres urbains, et évidemment dans les aéroports n’en parlons pas. C’est pour cela que je m’intéresse à la scénographie de la circulation : les produits circulent mondialement avec tout ce que cela implique. Ce phénomène renvoie à l’idée de foire sur lequel je travaille. Par exemple, les foires d’art contemporain ont explosé.

Kristell Blache-Comte : Qu’observez-vous dans ces foires ?

Marc Abélès : Il m’est arrivé dans une grande foire de faire une espèce de calcul. J’étais à Art Basel, au Palais des congrès à Hong Kong, et en fin de journée, j’ai regardé les gens sortir par les escalators. De là où je m’étais positionné, je voyais les gens descendre et pendant 1h50, je les ai compté et je suis arrivé à 8000 personnes. Ce sont donc des endroits énormes pour accueillir autant des personnes. L’art contemporain attire les foules, et les queues sont gigantesques. Une foire d’art contemporain, ce n’est pas seulement un vaste musée, c’est avant tout du commerce. Tout le monde en est très conscient. Quand on contemple une œuvre, il n’est pas rare que les galeristes viennent vous demander si cela vous intéresse et vous proposent un prix. On est dans une atmosphère très marchande et en même temps, on est dans le spectacle, celui qu’on vous donne à voir. Mais cela va plus loin car il y a aussi une façon de se faire voir dans ces lieux, une façon de circuler, c’est le public qui dans une certaine mesure fait le spectacle...

Anne Monjaret : Ce n’est pas un salon d’art, c’est une foire, le salon, qui plus est d’art contemporain, a à un autre type de fonctionnement.

Marc Abélès : Si on compare à la FIAC à Paris, la FIAC est devenu assez traditionnelle. Elle est relativement moins fréquentée... un peu plus sélective que ce que l’on voit à Hong Kong. À Miami, par exemple il y a des événements invraisemblables, dans toute la ville... j’étais dans un taxi, la radio égrenait tout un discours sur Art Basel. Il y avait des affiches partout. Miami est aussi la ville villégiature, de riches, avec des boutiques de mode. Il y a vraiment les VIP, à Miami ou encore à Hong Kong, plus qu’à Bâle d’ailleurs. Les opérations se traitent tout à fait au début, moment interdit au public, quoique les transactions continuent après... C’est une enquête extrêmement difficile à réaliser parce qu’il y a une méfiance, il y a tellement d’enjeux. Toutes ces galeries sont dans des compétitions terribles...

Anne Monjaret : Un vrai marché…

Marc Abélès : Un marché, et là aussi nous avons une affaire de circulation. Les galeries ont pris conscience qu’il faut être présent dans cette course mondiale. Elles se positionnent sur les nouveaux marchés en Asie. La foire Art Basel d’Hong Kong date de 2013. Là on voit l’effort énorme qui est fait de la part des galeries occidentales pour ne pas laisser à celles de la région le monopole de ce vaste marché asiatique. Mais l’art occidental est aussi présent à Hong Kong, il s’exporte de plus en plus vers l’Asie. En revanche à Miami, on ne trouve pratiquement pas d’œuvres asiatiques mais on expose de nombreux artistes d’Amérique Latine alors qu’on n’en trouve pratiquement pas à Hong Kong.

Anne Monjaret : La globalisation n’empêche donc pas un certain localisme ?

Marc Abélès : C’est passionnant effectivement parce qu’il y a cette sorte d’articulation entre des tendances globales et des préférences plus locales ou régionales.

De la « traditionnalité »

« On peut s’intéresser aux textiles, à la matérialité de la mode, aux vêtements, etc. mais ce qui m’intéresserait, c’est plutôt de travailler sur ce rapport au temps, sur cet aspect à la fois répétitif, périodique [...] Il y a aussi dans la mode une sorte de traditionnalité [...] »

Anne Monjaret : Pouvons-nous revenir à présent sur le lien entre luxe et mode, s’il devait y en avoir un ? Comment positionnez-vous la mode par rapport au luxe ? Et qu’est-ce que vous entendez par mode ?

Marc Abélès : La mode par rapport au luxe, c’est quand même un des cœurs du luxe. Ce qui me frappe dans la mode, c’est un rapport au temps. On peut s’intéresser aux textiles, à la matérialité de la mode, aux vêtements, etc. mais ce qui m’intéresserait, c’est plutôt de travailler sur ce rapport au temps, sur cet aspect à la fois répétitif, périodique (les fashion weeks, les nouvelles collections, etc.) et éphémère, un éphémère avec un éternel retour.

Il y a aussi dans la mode une sorte de traditionnalité, tout un référentiel, une richesse sémiotique, des codes. Se pose la question de l’authenticité. C’est à travers les travaux menés par Lynda Dematteo que je vois ce qui se joue derrière la production des tissus italiens. De même, les Chinois semblent très attentifs aux produits de la mode mais aussi aux traditions qui leur évoquent des lieux, des familles...

Anne Monjaret : La question de la valorisation patrimoniale est très présente aujourd’hui. Les maisons de couture valorisent leur propre patrimoine qui sert à renouveler la mode contemporaine, un patrimoine qui circule aussi par le biais d’expositions.

  • 13 Voir par exemple la robe Schiaparelli sur laquelle Dali a dessiné un homard, 1937.

Marc Abélès : C’est l’autre aspect... La question des musées et de la patrimonialisation avec la présence de figures qui incarnent l’esthétique d’une époque. À propos de Chanel et d’autres couturiers, Bourdieu évoque ces personnages charismatiques qu’il compare à des magiciens. De même, certaines marques entretiennent des rapports organiques avec certains artistes, comme Vuitton avec Murakami ou Cindy Sherman. Ce n’est pas nouveau, je pense notamment à l’histoire de la robe de Salvador Dali et Schiaparelli13. La transformation tient au fait que quand on expose de la mode, ces artistes participent à ces expositions. Il y a une sorte de porosité entre le luxe et la mode, et plus particulièrement entre la mode et l’art contemporain. Le changement qualitatif qui s’est opéré apparaît dans le fait que l’artiste n’est plus seulement quelqu’un qu’on « sponsorise », mais il rentre désormais totalement dans le process. L’artiste, n’est pas considéré comme une petite main au service de… Il se valorise aussi en y participant (cf. Jeff Koons). Si je reviens sur le rapport entre luxe et mode et la question de la temporalité, ce qui me frappe aujourd’hui, c’est le caractère éphémère des designers, des stylistes. On observe une sorte d’épuisement qui conduit certains d’entre eux à vite tomber dans les oubliettes. Il y a maintenant une accélération. La traditionnalité que l’on connaît avec Chanel n’est plus de mise. Les noms de Maisons restent mais plus celui des créateurs : avant Dior était Dior… aujourd’hui ce sont des Ghesquière, etc. et les noms valsent pas mal. Par ailleurs, bien que non spécialiste de la mode, je remarque dans les collections par exemple, que certains types de vêtements disparus reviennent à certains moments. On assiste à un retour des modèles. On est à la fois dans du cyclique et de la rupture.

Circulation

« J’aurais aimé faire un travail sur une robe par exemple. Je me demande par exemple ce que peut devenir un vêtement sur plusieurs années. Le tracé d’un vêtement, je trouve ça fascinant. Quand on dit la vie des objets, c’est exactement ça. »

Kristell Blache-Comte : Rupture et Circulation, ce sont des thèmes récurrents. Ne faut-il pas prendre en compte également les effets d’Internet sur ces circulations ? Par exemple, les achats de luxe d’occasion sur Internet conduisent à re-questionner les formes de circulations du luxe. De même, nous évoquions ensemble la circulation par les magasins, les centres commerciaux, etc., mais nous ne devons pas négliger la circulation des images sur Internet ; une part importante de ces images provient du luxe, circulant et primant souvent sur les autres. Elles participent de la formation des perceptions, des imaginaires, etc.

Anne Monjaret : Cette réflexion nous fait revenir à vos travaux sur la globalisation. À savoir est-ce que l’étude de la mode et du luxe revient forcément à passer par l’étude de la globalisation ? Comment cette circulation nous conduit-elle à re-questionner la globalisation ?

Marc Abélès : En réalité, ce n’est même plus une question, la circulation s’alimente de la globalisation, mais avec quelque chose qui me semble dangereux : tout ce qui est déversé de manière identique. Ne prenons pas le risque d’aller alors vers un mouvement d’uniformisation ? C’est là où se situe la contradiction du luxe aujourd’hui, c’est-à-dire il se développe assez merveilleusement, tout en tendant à une banalisation, à une homogénéisation. Suivant cette idée, on peut penser aux stars ou aux femmes politiques à qui on prête des vêtements puis ces vêtements sont rendus… Mais que deviennent ces vêtements ensuite ? Il y a plein de questions autour de ces pratiques. Je me demande vraiment ce que deviennent ces vêtements. J’aurais aimé faire un travail sur une robe par exemple. Je me demande, par exemple ce que peut bien devenir un vêtement sur plusieurs années ? Le tracé d’un vêtement, je trouve cela fascinant. Quand on dit la vie des objets, c’est exactement ça.

Anne Monjaret : De plus, il y a les marchés aux puces où les vêtements anciens peuvent être classés par année etc. C’est un marché, mais c’est aussi une source d’inspiration. Il en est de même des collections des musées. Quand je travaillais sur l’exposition « Artisans de l’élégance » dans les années 1990 au musée national des arts et traditions populaires (MNATP), j’avais visité le musée de la chaussure de Romans. Les stylistes venaient y travailler sur ses fonds pour s’en inspirer. Ces professionnels cherchent l’inspiration dans les collections passées.

Marc Abélès : Mais cela dit, avec la globalisation, il y a quelque chose qui oblige à se poser en permanence la question de l’image des marques, etc. Et je pense que c’est aussi une raison pour laquelle l’art est mis à contribution. Disons que les professionnels ont besoin pour renforcer leur exceptionnalité, leur distinction, de faire appel à des artistes. On joue à la fois avec l’artisanat de grand luxe et l’art. Je me demande ce qu’à terme, cela va signifier.

Luxe et richesse : fausse ou vraie corrélation ?

« Ainsi, lorsqu’on pense au luxe, faut-il penser à l’enrichissement ? Au fond, chacun a une image du luxe, chacun peut se dire : « je me paye un peu de luxe ».

Kristell Blache-Comte : Avez-vous quelques intuitions à ce niveau ? Du moins des questionnements ?

Marc Abélès : Au fond, est-ce que le luxe est la richesse ? Est-ce que lorsque j’achète une marque de luxe, je me montre ostentatoire ? Après tout, pourquoi l’accès au luxe ne devrait-il concerner qu’une petite partie du monde ? C’est une vraie question qui entraîne une autre question sur le fait ou non de découpler le luxe et la richesse. Ainsi, lorsqu’on pense au luxe, faut-il penser à l’enrichissement ? Au fond, chacun a une image du luxe, chacun peut se dire : « je me paye un peu de luxe ».

Anne Monjaret : Cela renvoie aux discussions développées lors de notre dernier séminaire « Anthropologie des mondes de la mode » concernant le luxe d’occasion. L’objet de luxe d’occasion est luxe, mais pour qui ? Il n’est pas luxe pour tout le monde. Il y a aussi la perception que l’on a du luxe… Qui a la capacité de dire que c’est un objet de luxe ? Comment le reconnaît-on ? Pour certains, il y aurait un vrai luxe et un faux luxe. Par exemple, je pense à la distinction qui peut être faite entre objet de luxe neuf ou objet de luxe d’occasion.

Kristell Blache-Comte : Il y a aussi l’idée de posséder un objet de luxe versus de nombreux objets de luxe.

Anne Monjaret : C’est l’idée de faire du luxe une banalité sans ou avec ostentation. Il y a des personnes qui possèdent une pièce unique d’occasion sans pour autant posséder le langage qui lui est associé dans d’autres milieux sociaux. Il y a à la fois un décalage de perception et d’expression du luxe. Ces exemples montrent bien combien la simple idée d’enrichissement ne peut être suffisante pour saisir ces pratiques autour du luxe.

Marc Abélès : Oui et il faut aussi prendre en compte la notion d’apprentissage.

Kristell Blache-Comte : Sans oublier l’importance de la perception culturelle, la perception du luxe ici, en Chine, au Japon ou ailleurs, diverge énormément.

Vers un nouveau luxe

« À chaque fois que j’en parle, les gens sont étonnés, car ça ne rentre pas dans l’idée habituelle qu’on se fait du luxe. »

Marc Abélès : Oui et pour moi il y aussi la question de la définition même du luxe. Le luxe cela peut être d’aller prendre un petit café au soleil, d’être tranquille, de pouvoir prendre son temps. Certains vont dire : « ça c’est mon luxe ». Mais je crois que ça va au-delà de l’expression. Il y a aussi l’idée d’un peu de gratuité. En même temps, je me pose une question : ne faut-il pas revendiquer un droit au luxe ? Cette question est incontournable, même si la majorité des gens, à commencer par les intellectuels, pensent que c’est quelque chose de superflu, quelque chose de réservé aux riches.

Anne Monjaret : Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

  • 14 Ross Kristin, L’imaginaire de la Commune, Paris, La Fabrique, 2015.

Marc Abélès : Kristin Ross professeure à New-York University, qui participait au workshop « Le Luxe est-il bon à penser », a écrit un ouvrage intitulé Communal Luxury. C’est un livre sur le luxe et la Commune de Paris, qui a été traduit en français aux éditions de la Fabrique, sous le titre « L’imaginaire de la Commune »14. Comme vous voyez, le titre a été transformé et le mot luxe a été supprimé. Or l’un des principaux intérêts de ce fascinant ouvrage était de montrer comment il y avait eu un manifeste des artistes de la Commune dont le cœur était cette revendication du luxe et de l’art pour tous, en disant qu’ils ne voulaient pas du misérabilisme, que la Révolution n’était pas seulement là pour subvenir aux besoins des gens, etc. La dimension sociale était certes essentielle, mais il fallait d’emblée poser la question de ce que devait être le luxe pour ces gens, c’est-à-dire un luxe assumé, un luxe qui était ouvert et qui n’était pas nécessairement l’apanage de la richesse. Je trouve cela très intéressant car cela renvoie aussi à la révolution de 1917, aux réflexions des futuristes. Il est intéressant de noter qu’on pouvait, dans une perspective révolutionnaire, poser la question du luxe. Ne pourrait-on pas, dans cet esprit, revendiquer un droit universel au luxe ? À chaque fois que j’en parle, les gens sont étonnés, car ça ne rentre pas dans l’idée habituelle qu’on se fait du luxe.

Du pluriel au global

« Dans le luxe, on peut avoir du luxe bas de gamme, sans même que cela soit de la contrefaçon. »

Kristell Blache-Comte : En fait, il y a des luxes au pluriel, par exemple, le luxe de la mode n’est pas le même que celui de l’art contemporain.

Marc Abélès : Oui, les luxes dans la mode sont des choses très codés. Il y a un moment où cela n’est plus une question de valeur. Ceux qui s’offrent du luxe ont en réalité totalement les moyens. On se demande même si, pour eux, cela représente de l’argent. Je vois les riches chinois qui s’offrent du luxe et je ne parle même pas d’un sac Vuitton, mais ils possèdent du Hermès, ultra haut de gamme. Je pense qu’il y a de l’ultra luxe et cette notion n’a pas été bien étudiée à mon sens. Dans le luxe, on peut avoir du luxe bas de gamme, sans même que cela soit de la contrefaçon. En Chine par exemple, la contrefaçon est assez bien tolérée comme à Hong Kong où il y a plein de contrefaçons, et cela ne dérange finalement pas et n’affecte pas réellement le luxe qui a ses consommateurs. La seule chose qui fonctionne mal actuellement, ce sont les montres car il a eu de nombreuses campagnes anti-corruption, et les riches ne veulent plus se balader avec des montres… Cela a totalement affecté le marché. Le marché de l’horlogerie ne va pas très bien, le groupe Richemont par exemple a beaucoup perdu et ses bilans sont assez désastreux. On a d’ailleurs beaucoup plus de mal à parler avec les Chinois sur ces questions. Avant il suffisait de les lancer, ils vous montraient tout ce qu’ils avaient, maintenant c’est plus compliqué.

Au-delà de la matérialité, naissance d’une expérience mystique

« C’est comme si on était passé rapidement d’une ère où on empilait tout ce qu’on pouvait à une ère où le luxe et la richesse prennent une autre forme. »

Kristell Blache-Comte : Pour ces ultra-riches chinois, la notion de richesse s’annule presque en réalité.

Marc Abélès : Oui, cela conduit à se poser la question de la matérialité de la richesse ou de la matérialité du luxe. Celle-ci est de moins en moins intéressante pour eux. Ils sont plutôt à la recherche d’expériences un peu mystiques qu’ils paieraient très chères, mais qui ne seraient pas concentrées sur cet aspect matériel. C’est comme si on était passé rapidement d’une ère où on empilait tout ce qu’on pouvait à une ère où le luxe et la richesse prennent une autre forme.

Anne Monjaret : Des expériences qui effaceraient la matérialité....

Marc Abélès : Oui c’est compliqué. C’est aussi l’idée de la rareté, c’est ce qui se passe quand on sélectionne les clients par exemple, il y a ça dans la mode, mais dans l’art contemporain, c’est aussi très frappant : les galeries pratiquent une hiérarchisation des clients. On n’est donc plus dans la simple valeur marchande au sens de la valeur financière purement et simplement, de la valeur économique. Je pense que c’est un point crucial qui n’est pas traité actuellement. J’essaye d’en parler à des économistes...

Rareté et désir

« …tant qu’on ne peut pas y accéder, qu’on n’a pas les moyens, cela reste efficace pour façonner un peu les gens. »

Anne Monjaret : On voit donc se dessiner deux mouvements au final. Celui de la rareté et de l’uniformisation.

Marc Abélès : Oui c’est une des tensions. On est dans une contradiction qui est totalement exacerbée. Quand on se promène dans un aéroport, c’est l’exemple le plus simple, cela est d’une banalité effrayante. Récemment j’étais à l’aéroport Charles de Gaulle, et en fait ça n’éblouit même plus, on a l’habitude. Il serait intéressant d’étudier les usages des classes moyennes. Je ne pense pas que cela ait donné lieu à des études. C’est un imaginaire du luxe quotidien et il est très important, car peu à peu, il peut changer la perception et aller vers un luxe supermarché. Ce sont les malls, mais en même temps, tant qu’on ne peut pas y accéder, qu’on n’a pas les moyens, cela reste efficace pour façonner un peu les gens. On n’a plus de petit livre rouge mais, en matière de modelage des esprits, le spectacle du luxe joue un rôle !

Anne Monjaret : Ces espaces commerciaux créent une certaine proximité avec le luxe, mais on ne peut pas pour autant y accéder, cela creuse les écarts entre les classes sociales, cela crée une distance entre elles.

Marc Abélès : Oui, mais en même temps cela crée du désir, car s’il n’y pas de désir, cela ne fonctionne plus. Un désir plus ou moins atteignable. Je pense que la façon dont les produits de luxe sont déclinés permet quand même à un certain nombre de gens d’y avoir un accès : des petits sacs ou des sandales de Prada par exemple, des accessoires en général peuvent être acquis une fois, de temps en temps, par une classe moyenne qui gagne correctement sa vie. C’est atteignable, on se l’offre. C’est un beau cadeau, on en a la perception, puis on va le garder, les gens le remarqueront. Et après pourquoi pas, ça dépend de l’âge de la personne, mais dans quelques années, on en trouvera un autre… Car cela est décliné de manière assez subtile. En réalité, s’il n’y avait aucun accès, si cela était totalement fermé, cela ne fonctionnerait pas. Ça marche sur le rêve et le désir, sur cette envie. Il faut qu’il y ait un moment donné la possibilité que l’on puisse ouvrir les portes. Il serait intéressant de pouvoir consulter les données sur ces ventes. Qui sont ces clients ? Qu’est-ce que ce type d’achat représente pour eux ?

Kristell Blache-Comte : On apprend en école de commerce - bien qu’ils soient de plus en plus difficiles à cerner - ce que sont ces différents profils, des gens par exemple de milieu modeste qui économisent pendant dix ans, voire plus et viennent acheter un sac Vuitton…, un accessoire. Ces gens vont acheter, un sac, deux sacs maximum dans leur vie, et leur attente et leur perception ne seront pas les mêmes qu’un autre profil d’acheteur. Il y a aussi la possibilité d’avoir accès à d’autres produits de luxe : les cosmétiques, les parfums.

Marc Abélès : Oui en Chine, les parfums, c’est par là que ça passe, les parfums et les accessoires. En Chine, j’ai vu des femmes qui donnaient un mois de salaire pour avoir un petit accessoire Vuitton… Et elles ne veulent pas de contrefaçon, car elles pourraient les trouver dans la rue. Avant, on achetait surtout de la contrefaçon, mais maintenant les choses évoluent. C’est un nouveau rapport à l’objet, où l’authentique est très valorisé.

La création dans un mouvement de globalisation

« Je suis sûr qu’il va y avoir un jour pas si lointain une mode chinoise à Paris, avec ses propres boutiques. »

Kristell Blache-Comte : Je me demande si la question de l’uniformisation est vraiment judicieuse, car on voit cependant de grandes différences culturelles au niveau tant des pratiques que des perceptions.

Anne Monjaret : Oui, on sait que cela est voué à se renforcer dans ces pays qui ont peu à peu été pénétrés par le luxe occidental, ils vont se lancer, ils ont eux-mêmes peu à peu des créateurs qui lancent leurs marques, avec leurs tissus, leurs savoir-faire, leurs traditions.

Kristell Blache-Comte : Particulièrement en Chine, il y a une jeune génération qui a compris qu’ils ont tout ce qu’il faut sur place… Il y a des écoles de mode. Il y a tout un tissu industriel. Il y aussi ceux qui viennent se former ici et qui repartent. Ce sont des marchés qui vont changer.

Marc Abélès : Tout à fait d’accord. Je suis sûr qu’il va y avoir un jour pas si lointain une mode chinoise à Paris, avec ses propres boutiques. Cela va basculer. Il sera intéressant de voir comment ils vont utiliser à la fois leurs savoir-faire, leurs traditions, tout en ayant été pénétré par ce luxe occidental…

Haut de page

Bibliographie

Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008. 

Abélès Marc, Les nouveaux riches. Un ethnologue dans la Silicon Valley, Paris, Éditions Odile Jacob, 2002.

Abélès Marc, Pékin 798, Paris Stock, 2011.

Abélès Marc, Un ethnologue au pays du luxe, Paris, Odile Jacob, 2018.

Barthes Roland, Système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.

Baudrillard Jean, La société de consommation, Paris, Gallimard, 1970.

Baudrillard Jean, Le système des objets : la consommation, Paris, Gallimard, 1968.

Baudrillart Henri, Histoire de luxe privé et publique depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, 4 vols. Paris, Hachette, 1878-1880.

Boltanski Luc et Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017.

Bonnot de Condillac Étienne, Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre, Partie 1, chap. Du luxe, Paris, Amsterdam, Jombert & Cellot, 1776.

Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Seuil, 1993.

Bourdieu Pierre et Delsaut Yvette, « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, vol. 1, 1975, p. 7-36 

Ross Kristin, L’imaginaire de la Commune, Paris, La Fabrique, 2015.

Say Jean-Baptiste, Traité d'économie politique (1803) ou simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent ou se consomment les richesses, Paris, Calmann-Lévy Éditeur, Collection Perspectives de l'économique - Les fondateurs, 1972.

Haut de page

Notes

1 Voir Abélès Marc, Les nouveaux riches. Un ethnologue dans la Silicon Valley, Paris, Éditions Odile Jacob, 2002.

2 Voir Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008. 

3 Voir Abélès Marc, Pékin 798, Paris Stock, 2011.

4 Bonnot de Condillac Étienne, Le Commerce et le gouvernement considérés relativement l’un à l’autre, Partie 1, chap. Du luxe, Paris, Amsterdam, Jombert & Cellot, 1776.

5 Say Jean-Baptiste, Traité d'économie politique (1803) ou simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent ou se consomment les richesses, Paris, Calmann-Lévy Éditeur, Collection Perspectives de l'économique - Les fondateurs, 1972.

6 Baudrillart Henri, Histoire de luxe privé et publique depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, 4 vols. Paris, Hachette, 1878-1880.

7 Barthes Roland, Système de la Mode, Paris, Seuil, 1967.

8 Bourdieu Pierre et Delsaut Yvette, « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, vol. 1, 1975, p. 7-36 

9 Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Seuil, 1993

10 Notamment, Baudrillard Jean, Le système des objets : la consommation, Paris, Gallimard, 1968 ou La société de consommation, Paris, Gallimard, 1970.

11 Boltanski Luc et Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017.

12 Abélès Marc, Un ethnologue au pays du luxe, Paris, Odile Jacob, 2018.

13 Voir par exemple la robe Schiaparelli sur laquelle Dali a dessiné un homard, 1937.

14 Ross Kristin, L’imaginaire de la Commune, Paris, La Fabrique, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Abélès, « Pour une anthropologie globale du luxe... et de la mode. Entretien avec Marc Abélès », Terrains/Théories [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/teth/1405 ; DOI : 10.4000/teth.1405

Haut de page

Auteur

Marc Abélès

Marc Abélès est anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (chaire : Anthropologie des Institutions) et directeur de recherche CNRS. Il a été le directeur du Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales (2005-2010), de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie de Contemporain (2010-2012), du Centre Franco-Argentin de Buenos Aires, (2012-2013). Il a été également président de la Section 38 » Anthropologie et étude comparative des sociétés contemporaines » du CNRS (2012-2016). Il développe des travaux en anthropologie du politique et des institutions. Il est titulaire de la chaire « Anthropologie globale du luxe » créée par le Collège d’Études Mondiales (FMSH) en 2017 (http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/27999) .

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals