Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8DossierLecturesHeike Jenss (ed.), Fashion Studie...

Dossier
Lectures

Heike Jenss (ed.), Fashion Studies. Research Methods, Sites and Practices, London, Bloomsbury, 2016.

Paula von Wachenfeldt

Texte intégral

1La mode, « cette [c]outûme, la manière de vivre, de faire les choses » comme Antoine Furetière l’a si bien décrite déjà en 1684, reste toujours un chantier à découvrir. Depuis bientôt trois décennies dans le paysage anglo-saxon, une discipline s’est forgée progressivement, pour le plus grand intérêt des chercheurs et des étudiants. Faisant d’abord partie d’autres disciplines universitaires, les études de mode, ou Fashion Studies, sont devenues non seulement indépendantes mais aussi abondantes.

  • 1 Yuniya Kawamuran, 2011, Doing Research in Fashion and Dress - An Introduction to Qualitative Method (...)

2Et si la mode est une manière de vivre, selon le postulat précité de Furetière, il est aussi nécessaire de savoir comment l’étudier. À ce sujet, l’ouvrage de Yuniya Kawamura1 est l’un des premiers à initier le lecteur aux diverses méthodes qualitatives pouvant être utilisées dans les recherches sur la mode. Ou encore, l’ouvrage « Fashion Studies. Research Methods, Sites and Practices » paru en 2016 et dirigé par Heike Jenss, qui enseigne à la Parsons School of Design, The New School.

3Chacune des trois parties qui structurent le recueil renvoie à des approches méthodologiques différentes : l’étude de la mode comme culture matérielle, les pratiques ethnographiques de la mode et les méthodes mixtes. Ce recueil constitue un document vivant d’expériences méthodologiques, illustrant en même temps les difficultés qui surgissent au cours des analyses. Les chapitres forment des métaréflexions, chaque auteur traitant de leur propre usage de méthodes impliquées dans les études de la mode. Ce volume montre non seulement la dynamique de l’échange qui existe entre théorie et pratique mais aussi la question de la place du chercheur par rapport à son sujet de recherche.

4Le chapitre de Cheryl Buckley et Hazel Clark de la première partie explore le rôle fondamental des musées dans le travail de la collection, souvent orienté vers une mode privilégiée qui renvoie aux designers, aux célébrités et aux gens aisés. La critique souligne les limites d’une telle perspective vu que la mode dans le monde occidental ne peut être réduite à ces couches favorisées et les auteurs relèvent qu’il faudrait davantage s’attacher aux pratiques du quotidien. D’où l’importance de transformer la politique de collecte et d’élargir ainsi les collections, afin de pouvoir saisir l’esprit du siècle.

5Cette réflexion critique sur l’importance du vêtement est reprise dans le deuxième chapitre par Sophie Woodward qui traite d’un côté, de l’inconscience des pratiques matérielles, et de l’autre, du caractère ambivalent de la mode étant tout à la fois globale et personnelle. Ses études ethnographiques sur la garde-robe basées notamment sur des entretiens avec des femmes montrent comment la mode est d’abord une affaire privée avant d’être publique. Les journaux intimes de ces dernières, les observations sur place et les photos de leurs habits confortent toutes les aspirations humaines et la relation intime qui s’établit entre le corps, les émotions et le matériel. L'étude du jean comme pièce spécifique de la garde-robe choisie par l'auteur est en cela pertinente car elle permet de comprendre l’influence des pratiques matérielles quotidiennes sur le corps des femmes. L’intérêt de cette méthode ethnographique réside dans la vision de la mode comme une présentation du soi, de ses anxiétés et de ses désirs et notamment du vêtement, et comme une culture matérielle qui nous concerne tous.

6La deuxième partie du recueil aborde des aspects divers dont les uns paraissent plus intéressant que les autres. L’expérience purement personnelle de la mode et des contacts qui en résultent, comme celle de Christina H. Moon ici relatée offre un exemple riche d’enseignement. La contribution de Brent Luvaas plonge le lecteur dans l’univers du street style blogging ; l’auteur qui réalise une auto-ethnographie utilise ses propres réflexions et sensations comme sujet d’enquête. Le développement récent de la documentation visuelle de la mode dans la rue et le succès des bloggeurs encourage à examiner les différentes données dans le cadre de ce type de recherche. L’approche pose pourtant question : comment maintenir l’objectivité scientifique face à la subjectivité de l’engagement ? L’auteur qui en est conscient a besoin de compléter sa réflexion par une analyse textuelle, des entretiens et des observations participantes.

7Dans la troisième partie du recueil c'est l’usage multiple des méthodes de recherches qui est relaté car jugé parfois nécessaire pour une compréhension plus complète du phénomène de la mode. Tel est le cas du chapitre de Susan B. Kaiser et Denise Nicole Green qui, afin d’étudier la masculinité, ont jugé important d’utiliser à la fois une méthode qualitative et quantitative. Ce choix les confrontent à différents degrés de difficultés conceptuelles et méthodologiques : comment rassembler les diverses réalités masculines (classe, ethnicité, religion, sexualité etc.) avec les variations du « style-mode-vêtement » ? Afin de réaliser ce projet, une multitude de méthode se présente, comme l’entretien avec des consommateurs « mâles » et des professionnels dans l’industrie de mode masculine, l’observation directe et l’enquête. Un tel dispositif de travail exige un temps considérable afin de pouvoir interpréter les données qualitatives au sein de l’enquête quantitative. On retient l’importance de penser d’emblée des stratégies pour développer efficacement des méthodes mixtes.

8Le travail monumental de The Encyclopedia of World Dress and Fashion est décrit dans le dernier chapitre par l’une de ses éditrices, Joanne B. Eicher, dont les recherches sont parmi les plus importantes dans les études de mode. Ce travail encyclopédique souligne l’effet historique et culturel du vêtement sur toute société et la complexité de la terminologie vestimentaire tel que « dress » (vêtement) et fashion » (mode). Alors que le premier terme désigne les diverses activités et pratiques quotidiennes liées à l’ornement du corps, le second marque un certain type de vêtement, objet de changement saisonnier et de procès sociaux qui permettent sa circulation. Un tel projet encyclopédique mondial montre notamment la multitude de disciplines qui pourraient s’inscrire dans le domaine méthodologique des études de mode et l’étendue des recherches globales qui ensemble, serviront à établir et affirmer la mode comme un champ de recherche interdisciplinaire. En effet, ce trait caractéristique est nécessaire pour rendre justice à la complexité de ce phénomène, tant social qu’individuel.

9Fashion Studies. Research Methods, Sites and Practices est un ouvrage qui s’avère utile et intéressant aux enseignants de mode comme aux étudiants de mode, de design et de sciences de la culture. La présentation des différentes méthodes en usage dans les recherches de mode initie le lecteur aux difficultés attribuées au sujet et aux résultats qui s’ensuivent.

  • 2 Voir notamment Roland Barthes, 1967, Système de la mode, Paris, Éditions du Seuil.
  • 3 Voir Charlotte Nicklas & Annabella Pollen (ed.), 2015, Dress History. New Directions in Theory and (...)
  • 4 Daniel Roche, 1990, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècles), Par (...)

10Le fait que l’éditrice prenne soin d’introduire les thématiques de chaque partie donne à l’ouvrage une dimension pédagogique, nécessaire pour la compréhension de la diversité des sujets présentés. Ceci dit, ceux qui désirent explorer d’autres dimensions méthodologiques, comme la représentation sémiotique de la mode2 ou l’étude des objets historiques3, doivent chercher ailleurs. Un seul recueil ne pourrait suffire à couvrir la diversité thématique et méthodologique de « La culture des apparences »4.

Haut de page

Notes

1 Yuniya Kawamuran, 2011, Doing Research in Fashion and Dress - An Introduction to Qualitative Methods, Berg Publishers

2 Voir notamment Roland Barthes, 1967, Système de la mode, Paris, Éditions du Seuil.

3 Voir Charlotte Nicklas & Annabella Pollen (ed.), 2015, Dress History. New Directions in Theory and Practice, London, Bloomsbury et Lou Taylor, 2002, The Study of Dress History, Manchester and New York, Manchester University Press.

4 Daniel Roche, 1990, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula von Wachenfeldt, « Heike Jenss (ed.), Fashion Studies. Research Methods, Sites and Practices, London, Bloomsbury, 2016. »Terrains/Théories [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/teth/1422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.1422

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search